Lire la suite...
Par clary-bouquineuse le 24-10-2013 Editer
Beautiful Stranger
Chloé se penche pour attraper une paire de ciseaux sur mon bureau.
– Je reviens. J’ai une castration en attente.
– Il est à San Francisco.
Elle s’immobilise et prend une grande inspiration :
– Ça m’évitera la prison. C’est toujours ça…
Par Bellie le 14-06-2013 Editer
Beautiful Stranger
"J'ai rencontré une femme, mon pote."
"Donc tu vas m'en parler maintenant?"
"Hé. Peut-être."
"Tu la vois depuis un moment maintenant, non?"
"Quelques semaines, oui."
"Seulement elle?"
Je hochai la tête. "C'est un putain de bon coup et tant mieux parce qu'elle m'a dit qu'elle ne voulait pas que je couche avec d'autres femmes."
Will me fit sa grimace Bordel de Merde. Je l'ignorai.
"Mais elle est différente. Il y a quelque chose avec elle..." Je frottai ma bouche, regardant par la fenêtre. Putain mais qu'est ce qui m'arrivait aujourd'hui? "Je ne peux pas me l'enlever de la tête."
Par Bellie le 14-06-2013 Editer
Beautiful Stranger
[spoiler] "Je te veux nue" lui dis-je, ne perdant pas de temps et baissant le devant de sa robe. "Je te veux nue et mouillée et me suppliant de te baiser." Je me baissai vers sa poitrine, la suçant, avant d'aller mordre son téton à travers la délicate dentelle de son soutien-gorge. "Je veux que tu cries si fort que les gens à l'arrêt de bus de l'autre côté de la rue connaitront mon nom."
Elle haleta et attrapa ma cravate, la desserrant et la tirant autour de mon cou.
"Je pourrais t'attacher avec ça", lui dis-je. "Te fesser. Te lécher le minou jusqu'à ce que tu me supplies d'arrêter." Je la regardai tâtonner avec les boutons de ma chemise, elle avait le regard affamé pendant qu'elle la faisait glisser sur mes épaules.
"Ou je pourrais te bâilloner", me taquina-t-elle avec un sourire narquois.
"Promesses, promesses", soupirai-je, prenant sa lèvre inférieure dans ma bouche.

[/spoiler]
Par peaceandviolence le 31-10-2013 Editer
Beautiful Stranger
– Je suis heureux que nous soyons au complet, dit Bennett en entrant, l’air d’avoir
gagné le pari le plus ridicule et le plus important de tous les temps. « Belle photo, Stella.
Un bar ? »
Mes yeux s’écarquillent :
– Quoi, tu penses que la cage d’escalier du dix-huitième étage, c’est mieux ?
Il tourne la tête vers Chloé :
– Sérieux, Chlo ? Tu lui as raconté ça ?
– Bien sûr !
Elle fait un geste d’impatience. Derrière elle, Max éclate de rire :
– Tu as fait ça, Bennett ? Baiser ton assistante au boulot ?
– Et pas qu’une fois, murmure Chloé.
Max applaudit, visiblement ravi par la tournure des événements.
– Comme c’est intéressant… fait-il en regardant Bennett. C’est drôle que tu n’y aies
pas fait allusion quand tu me faisais la morale la dernière fois…
Par clary-bouquineuse le 24-10-2013 Editer
Beautiful Stranger
– J’ai vu la manière dont il vous regardait quand il est venu lundi. Il serait prêt à vous offrir ses testicules pour vous en faire un collier.
Je grimace en ouvrant la porte de mon bureau.
– Je les préfère là où elles sont, mais merci pour l’idée.
Par clary-bouquineuse le 23-10-2013 Editer
Beautiful Stranger
– Tu es mignon, mais va-t’en.
– Qui vous envoie des textos ?
– Tant que nous ne serons pas mariés, et tant que tu ne me payeras pas mes factures, cette question ne sera pas appropriée. Et même si c’était le cas, je ne te répondrais pas !
Par clary-bouquineuse le 23-10-2013 Editer
Beautiful Stranger
Quand je m’approche, il me taquine :
– Tu étais en train de me mater !
Je ris en détournant le regard.
– Pas du tout.
– Pour quelqu’un qui aime être regardée dans les moments les plus intimes, tu es affreusement timide quand on te prend sur le fait.
Par toutoun le 10-10-2013 Editer
Beautiful Stranger
Finalement, je la regarde à nouveau. Elle m’observe avec attention. La voiture est arrêtée à un feu rouge, tout est immobile.
 Et donc, dit-elle avec un sourire diabolique, tu as dit à Will que tu avais trouvé une femme qui aimait baiser en public ?
– Pas dans mon taxi ! crie le chauffeur si fort que nous sursautons tous les deux avant d’éclater de rire. Il freine brutalement, nous nous écrasons l’un contre l’autre.
« Pas dans mon taxi ! »
– Pas de malaise, mec, lui fais-je. Je me tourne vers elle et murmure :
« Elle ne me laisse pas la baiser dans une voiture. Ni un mardi. »
– Non, en effet.
Malgré cette réponse, elle me laisse l’embrasser une nouvelle fois.
– Dommage… Je suis pas mal dans les voitures. Et encore meilleur les mardis.
Par clary-bouquineuse le 23-10-2013 Editer
Beautiful Stranger
– Je ne lui en ai pas beaucoup dit, en fait. Les conversations sérieuses avec Will finissent toujours en insultes à propos de la taille de nos pénis respectifs.
Par ElenaBook le 01-01 Editer
Beautiful Stranger
<< -On a environ dix minutes avant d'être servis. Tu penses pouvoir jouir dans ce laps de temps?
Ce n'est pas comme s'il avait déjà deux doigts en moi. Mais pour une raison ou une autre, il a dit ça. Je réalise où nous sommes. C'est un drame: savoir ce que je devrais faire dans un restaurant aussi calme - siroter mon thé, savourer mon déjeuner - et le désir de faire quelque chose qui ne me ressemble pas. Laisser cet homme me prendre avec les doigts alors que n'importe qui peut à n'importe quel moment débouler et nous surprendre.
C'est, encore une fois, le même fantasme fou que dans la boîte,: la possibilité de faire un break avec la réalité.
Il commence à caresser mon clitoris en gardant ses doigts enfoncés très profondément, sans les mouvoir. Son bras a à peine bougé sur la table. Dessous, là où la nappe frôle nos jambes, une explosions se prépare.
Je fixe son bras, sa chemise qui dépasse de sa veste, je sens qu'il me regarde, qu'il a conscience de chaque respiration, de chaque gémissement, qu'il me voit me mordre les lèvres pour éviter de gémir. Ses caresse ferme et sûres font monter une douleur sourde entre mes jambes et je m'empale sur ses doigts, j'en veux plus, et plus fort. Au fond, un plat vient de s'écraser par terre.
Max gémit doucement mon prénom.
Le garçon émerge de la cuisine et dirige vers nous.
-Regarde-toi, dit Max en se penchant pour m'embrasser dans le cou, juste sous l'oreille. Sa respiration est chaude sur ma peau et je suis déchirée entre deux désirs contradictoires: me concentrer sur ses doigts ou m'inquiéter du serveur qui se dirige vers notre table. La combinaison de ses caresses et de la peur d'être surprise me rend folle. Comme s'il le devinait, Max murmure:
-Personne ici ne sait que tu es sur le point de jouir entre mes doigts.
Je m'attends à ce qu'il s'interrompe, qu'il pose sa main sur la table... Max immobilise son pouce au moment où le serveur s'arrête à notre table et remplit son verre d'eau. Les glaçons s'entrechoquent contre le verre, une goutte de condensation glisse du rebord à la nappe, s'élargit en coulant. Comme si le verre se confondait avec moi. De la table, on peut croire que Max à seulement posé la main sur ma jambe. Il passe son doigt sur mon clitoris, encore une fois. Je gémis de plaisir.
-Vos plats arrivent dans une petite minute, annonce le serveur avec un sourire insipide.
Max presse mon clitoris, je mords l'intérieur de ma joue pour m'empêcher de crier tout haut. Il sourit au serveur:
-Merci.
Celui-ci tourne les talons et s'éloigne. Max me regarde, son espièglerie à peine masquée, un soulagement intense mêlé à une touche de déception. Je suis en fusion.
-Tu y es, murmure-t-il en tournant sa main contre moi. Il fait rentrer un troisième doigt. Il m'amène à la limite délicieuse de la douleur et je me sens totalement indécente, comme si je faisais quelque chose d'irrémédiablement obscène. Il me regarde le désirer.
<<-Oh putain, Sara, tu y es!>>
Mes ongles s'enfoncent dans le coussin de cuir sous mes fesses et il commence à bouger ses doigts, au risque d'être découvert. Ma tête tombe en arrière contre la banquette. Mon gémissement, à peine audible, est inversement proportionnel à l'orgasme totalement renversant qui prend possession de mon corps.
-Oh mon Dieu! Je soupire. Il prolonge le plaisir en enfonçant ses doigts encore plus loin. Je colle mon visage contre son épaule pour étouffer mon cri.
Il ralentit, s'immobilise avant d'embrasser ma tempe. Il retire lentement ses doigts et, avant des les essuyer sur sa serviette, il les passe sur sa bouche.
Il se lèche les lèvres en me regardant:
-Ta langue est sucrée, mais ta chatte a encore meilleure goût. Il se penche et m'embrasse profondément. <<Je veux sentir ma queue en toi la prochaine fois.>>
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.