Lire la suite...
Dans les listes de lecture des booknautes
Activité récente
  • 29-09 ajouté par Fran123 (Liste d'argent)
  • 21-09 ajouté par Pouik07 (Ma PAL(pile à lire))
  • 25-08 ajouté par Nadine2240 (J'ai lu aussi)
  • 11-08 ajouté par beleubeleu (Liste de bronze)
Livres ayant des thèmes similaires
On en parle ici :
Evaluations
Critère Note Visuel
Globale 8.8
Scénario 8.9
Ecriture 9.2
Suspense 7.9
Originalité 8
Addictivité 9.3
Pédagogie 8.9
Créativité 8.6
Personnages 9.2
Humour 6.5

Vos favoris l'ont en bibliothèque
Actualité-Livres-eBooks-300x250

Le Loup des mers

Date de sortie

Editions

2002 français
Voir plus
Présent dans votre biblio :

Description

Ajouté par Kyriaan le 10-11-2012
Dixième livre publié par Jack London, alors âgé de vingt-huit ans, "le loup des mers" (the Seawolf - 1904) est un chef-d'oeuvre de la taille de "Martin Eden".
Aussi célèbres que ce dernier, et pour d'aussi fausses raisons. Sa présence en d'innombrables mains enfantines et innocentes un peu partout dans le monde, l'atteste.
Le mobile apparent de l'action - la chasse aux phoques - et son cadre - un bateau à voiles porteur d'hommes rudes - l'ont fait prendre pour un roman d'atmosphère maritime. Il l'est autant que "Moby dick" peut paraître le récit d'une chasse à la baleine. Mais ni Loup Larsen le maître du fantôme, ni le capitaine Achab possédé par la baleine blanche ne ressentent le souffle épique d'un Joseph Conrad. Pas plus qu'ils ne sacrifient à l'exotisme enrubanné et pleurnichard dont Pierre Loti a orné "pêcheurs d'Islande" et autre japonaiseries.
Pur hasard si la mer a servi d'espace à une obsession métaphysique. Chez Achab, la recherche d'absolu ; chez Larsen, la volonté de puissance...

Extraits

Ajouté par Kyriaan le 10-11-2012
En mâchant furieusement un bout de cigare, l'homme dont le regard m'avait sauvé faisait les cent pas sur le pont.
Il mesurait bien un mètre quatre-vingt-dix. Mais ce qui me frappa surtout, c'était sa vigueur exceptionnelle. Large d'épaules et de poitrine, il ne donnait pas, cependant une impression massive. Son énorme stature était souple et nerveuse, et il y avait en lui du gorille.
Il évoquait par son allure et par son aspect, cet homme préhistorique tel que se le forge notre imagination ; ce prototype des races actuelles, issues de lui, qui, comme les singes, gîtait dans les arbres et qui, dans sa force féroce et farouche était l'essence même de la vie....

Ajoutez votre commentaire

Envoyer
Spoiler
Max 0/10000 caractères utilisés

Les commentaires les mieux notés

Par Gambit le 2010-08-19 04:54:18 Editer
Dès sa parution en 1904 "Le Loup des mers" fut reconnu comme un chef-d'œuvre.
Un chef d'œuvre du « roman d'aventures »... ce qui consterna Jack London - lequel avait rêvé là d'une sorte de « roman total », comme avait pu être un demi-siècle plus tôt le Moby Dick de Melville.

Le combat des hommes, confrontés à un océan, c'est celui de l'Idée contre le Réel.
La tempête, les mutineries réprimées, la chasse aux phoques sont bien là, certes, et violemment là même.
Comme autant d'hameçons lancés au lecteur sédentaire en attente d'un autre espace où l'Esprit puisse s'ébattre dans un monde à sa mesure.

Les derniers commentaires ajoutés

Par ManonGrandhaye le 2014-05-04 23:49:02 Editer
ManonGrandhaye Or
Un livre passionnant du début à la fin. Nous sommes immiscés dans l'histoire dès les premières pages, avec comme narrateur un personnage très attachant. On vit tout avec lui : la peur, l'adrénaline, l'amour... Et véritable chef-d'oeuvre.
Par Erorl le 2014-03-11 04:24:56 Editer
Humphrey Van Veyden est recueilli après un naufrage par la goélette « Le Fantôme » que son capitaine « Loup » Larsen dirige tel Satan les Enfers. Au lieu de débarquer Humphrey, Loup Larsen décide de faire de lui un homme et de lui faire vivre une saison de chasse au phoque. Commence alors le cauchemar. Le repêchage d’une demoiselle décide finalement Humphrey à s’enfuir. Le livre se termine sur la mort de Loup Larsen, terrassé par une tumeur au cerveau.
Un roman d’aventure comme on a envie d’en lire à 14 ans. A 30, ça reste passionnant, mais on voit peut-être plus l’intérêt de la dialectique de la loi du plus fort opposée à une doctrine plus humaniste. Une vision de l’univers marin qui n’est pas dénuée d’intérêt.
Par Giles le 2013-12-27 10:22:16 Editer
Ce livre monumental dans l'oeuvre de Jack London est publié en 1904, c'est son dixième ouvrage. London a 28 ans.
Loup Larsen est le capitaine du "Fantôme" sur lequel il pratique la chasse aux phoques. C'est un homme puissant, brutal. Danois de naissance, il est d'origine modeste, mais a rapidement gravi les échelons, de mousse à capitaine, pour devenir, finalement à 40 ans, propriétaire de son bâtiment.
Son équipage, de sacs et de cordes, est composé de brutes, d'ivrognes et de repris de justice qu'aucun marin "digne de ce nom n'accepterait à son bord. Mais il entretient, grâce à la peur qu'il inspire, un semblant d'ordre à son bord.
Il recueille, afin de le sauver de la noyade, Humphrey Van Weyden - homme de lettres réputé - qu'il maintient, ensuite, prisonnier à son bord au lieu de le faire porter à la côte ou sur un bâtiment de rencontre.
Loup Larsen, même s'il est une brute consommée, a une culture solide, c'est un homme intelligent, de cette sorte d'intelligence brutale et sauvage qui fait de l'homme parfois un prédateur dangereux.
Il engage, alors, un jeu pervers et cruel aux dépens d'Humphrey Van Weyden, puis d'autres marins qu'il recueille, également à son bord, ainsi que d'une femme Maud Brewster - femme de lettres et poétesse...
Jack London, ne s'embarrasse pas de fioritures, il décrit simplement, d'un style plus efficace que jamais, la brutalité, la cruauté qui règne à bord.
Pour Larsen le seul droit légitime est celui de la force, le faible a tort du fait même de sa faiblesse et la vie est une chose malpropre sans beauté aucune qui cesse aussi brutalement qu'elle a commencé.
Tandis que Van Weyden oppose à cet individualisme forcené une conception de solidarité, de fraternité et d'entraide du fort au faible.
La lutte entre ces deux hommes est en fait, celle qui oppose ces deux modes de pensée, celle de l'homme civilisé contre la brute survenue du fond des âges luttant pour sa survie.
Par Kyriaan le 2012-09-05 18:01:07 Editer
Je suis complètement fan de Jack London. Vraiment, ces livres nous font découvrir des personnages incroyables et sont tous plein de philosophie! Le loups de mers est, après Croc-Blanc, mon livre préféré de Jack London car il nous prouve que même des personnes complètement différentes au point de vue du caractère peuvent se comprendre... et même devenir ami!
Spoiler(cliquez pour révéler)
Jusqu'au jour où la même femme entre dans leur vie...
Par philippe67 le 2012-02-14 19:33:37 Editer
J'ai lu ce livre au moins 5 ou 6 fois, c'est toujours un plaisir et je suis toujours fan absolu de ce Wolf Larsen et je n'arrive pas à le détester.
La première fois que je l'ai lu je devais avoir 15 ans et j'ai découvert grace à ce livre la philosophie, la poësie etc. étrange rencontre.
Par christophebrugalle le 2012-01-07 11:02:52 Editer
Jack London nous déçoit jamais avec ses romans et celui la en ai encore un exemple.merci Jack de nous entraîner encore dans des aventures folles.
Par Gambit le 2010-08-19 04:54:18 Editer
Dès sa parution en 1904 "Le Loup des mers" fut reconnu comme un chef-d'œuvre.
Un chef d'œuvre du « roman d'aventures »... ce qui consterna Jack London - lequel avait rêvé là d'une sorte de « roman total », comme avait pu être un demi-siècle plus tôt le Moby Dick de Melville.

Le combat des hommes, confrontés à un océan, c'est celui de l'Idée contre le Réel.
La tempête, les mutineries réprimées, la chasse aux phoques sont bien là, certes, et violemment là même.
Comme autant d'hameçons lancés au lecteur sédentaire en attente d'un autre espace où l'Esprit puisse s'ébattre dans un monde à sa mesure.
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.