Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Zombies

Les livres sur le thème "Zombies"

Zombies - Classement

Les meilleurs livres sur le thème "Zombies"

Zombies - Extraits

Les extraits de livres ayant le thème "Zombies"

Dernier extraits ajoutés

Ajouté par dadotiste le 25 Avril 2015 Editer
« — Name's Caesar Martinez. Nice to meet you.
— We'll do introductions AFTER we survive this. No sense getting to know each other now-- y'know ? »
Ajouté par Hanouchka le 25 Avril 2015 Editer
Sa voix s’étrangla dans sa gorge quand le sang commença à apparaître sous la porte. Bien sûr, il devait finir par couler là. Il y en avait une telle quantité… Alors qu’elle se tenait sur le seuil de la chambre de Benjamin, elle en avait vu partout. Les murs étaient éclaboussés de rouge.
Elle se couvrit la bouche d’une main. D’autres frissons la parcoururent, et ses genoux s’entrechoquèrent.
Le rythme se modifia quand, à l’intérieur, une autre paire de poings se mit à marteler la porte.
À travers la vitre, elle discernait la silhouette trouble de son mari. Celle-ci était déformée par les épaisses traînées de sang qui maculaient le verre. Elle observa les mains difformes de Lloyd qui frappaient le carreau, avant que ses yeux ne reviennent inexorablement se fixer sur ces petits doigts qui griffaient le bas de la porte.
Elle aurait vraiment dû insister pour que Lloyd installe de l’isolant.
Un hurlement rageur venu de la maison la fit sursauter, et son épaisse chevelure noir de jais retomba sur ses yeux. D’une main tremblante, elle repoussa les mèches. Elle continuait de contempler ces petits doigts.
La flaque de sang s’élargissait peu à peu, approchant ses pieds nus.
Il fallait qu’elle bouge.
Mais pour aller où ?
Les petits doigts étaient maintenant à vif, on apercevait le bout des os. Et pourtant ils essayaient toujours de l’atteindre.
Ajouté par x-Key le 24 Avril 2015 Editer
- Je vous révélerai ses secrets, ses points faibles…Je vous amènerai sa tête de con sur un plateau, et là, peu importe que vous me fassiez confiance, parce qu’il sera mort, et ce cauchemar sera enfin terminé.
Ajouté par x-Key le 24 Avril 2015 Editer
- On dirait une utopie.
- Non, on dirait la civilisation.
Ajouté par greeneye07 le 23 Avril 2015 Editer
Il a raison, renchérit le Suédois en hochant nerveusement la tête. Je dirais que quatre-vingt-dix pour cent apprécient carrément cet enfoiré et que la situation leur va telle qu'elle est. Du moment que le garde-manger est plein, que le mur tient et que le spectacle continue...C'est comme les Allemands avec ce salaud d'Hitler dans les années trente...
Lire la suite...