Zombies

Les livres sur le thème "Zombies"

Zombies - Classement

Les meilleurs livres sur le thème "Zombies"

Zombies - Extraits

Les extraits de livres ayant le thème "Zombies"

Dernier extraits ajoutés

Ajouté par LillyOrenda le 29 Octobre 2014 Editer
Comme si j'étais revenu d'entre les morts avec un plan de carrière sur cinq ans. Et personne ne m'a jamais fait lire Être un zombie pour les nuls.
Ajouté par LillyOrenda le 29 Octobre 2014 Editer
Merde, il y a un siècle de cela, les femmes n'avaient pas le droit de vote. Dans les années 1940, les Américains d'origine japonaise étaient raflés et internés dans des camps. Puis est arrivée la lutte pour les droits civiques des gays et des lesbiennes. Au début du siècle, conséquence du 11-septembre, les musulmans sont persécutés et arrêtés sur des critères purement raciaux.
Les zombies sont les derniers de cette longue liste à être opprimés par une élite au pouvoir. Ce qui n'a jamais empêché les minorités d'exercer leur propre forme de discrimination à notre encontre, et cela donne à toute l'affaire une logique proche d'un film de David Lynch.
Ajouté par LaChroniquedesPassions le 24 Octobre 2014 Editer
— Il vaut mieux en rester là.
Pardon ? Pourquoi ? Oh ! oui… d’accord.
Spoiler(cliquez pour révéler)
— Quand tu seras prête à aller plus loin, nous le saurons tous les deux.
Il a roulé sur le côté et m’a attirée contre lui.
— Et… si je veux attendre le mariage ?
— Es-tu en train de me demander de t’épouser ? m’a-t-il demandé en riant.
— Non !
— Si c’est ce que tu décides, pas de problème. Ne laisse personne te faire changer d’avis, moi y compris. Et j’ai honte de te l’avouer, mais il est fort possible que j’essaie.
— Et il est fort possible que je sois aussi très vexée si tu n’essaies pas.

Je me suis blottie contre lui, et il s’est mis à jouer avec les mèches de mes cheveux. Non sans une certaine satisfaction, j’ai remarqué que ses mains tremblaient autant que les miennes.

http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/
Ajouté par LaChroniquedesPassions le 24 Octobre 2014 Editer
Une paire d’yeux violets me fixait intensément, et ils brûlaient d’une colère à peine dissimulée. Des mains puissantes se sont posées sur ma taille et m’ont attirée, attirée tout près, jusqu’à ce qu’un souffle à peine nous sépare.
L’envoyer paître ? L’idée s’était évanouie comme mes visions du matin.
— Dansons.
Dit d’un ton qui ne souffrait pas la discussion.
— Tu danses ? ai-je glapi.
Contrôle un peu ta voix, Bell !
Un flot d’adrénaline s’est répandu dans mes veines. Jamais aucun garçon ne m’avait fait autant d’effet.
Du coin de l’œil, j’ai vu que Frosty avait investi l’espace personnel de Kat. Ils discutaient. S’embrassaient. S’embrassaient et discutaient. Un garçon que je n’avais jamais vu dansait devant Reeve, et il ne la quittait des yeux que pour observer Bronx. Celui-ci était occupé à refouler les beaux mecs que nous avions utilisés comme leurres, et il donnait l’impression d’être prêt à massacrer ceux qui oseraient protester.
D’ailleurs, aucun n’a protesté.
D’autres membres de la bande de Cole s’étaient approchés et tentaient de danser avec Poppy et Wren, mais les filles ont préféré les ignorer.
Cole a cueilli mon menton dans sa main et m’a obligée à le regarder de nouveau.
— Et pourquoi ne danserais-je pas ?
Euh… parce qu’il avait une tête à croquer des chatons au petit déjeuner et des petits chiens à midi ? Et je ne parle même pas de ce qu’il devait manger le soir, ce serait trop horrible.
— Parce que tu trouves que c’est débile ? ai-je hasardé.
Les mots sonnaient comme une question, alors que j’avais voulu l’affirmer.
— Une activité où un garçon peut poser les mains sur une fille, ce n’est pas débile — c’est génial.


http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/
Ajouté par LaChroniquedesPassions le 24 Octobre 2014 Editer
— Quoi que tu fasses, ne regarde
pas en haut. Je vais passer à la phase deux. La phase trois viendra ensuite très vite, et tu n’auras plus rien à faire. Alors tiens-toi prête.
Avec une force de caractère dont je ne me croyais pas capable, je suis parvenue à la regarder elle et non pas les garçons à l’étage.
— Je suis prête, mais j’ai un mauvais pressentiment sur ta façon d’agir.
— Je comprends. Mais, moi, je sais que j’ai raison. Alors on y va !
Avec ses manières de chaton sexy, elle s’est mise à danser autour de moi, avant de faire signe de l’index à un groupe de danseurs inconnus, mais super-mignons.

Phase deux : allumer le feu de la jalousie.


http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/
Lire la suite...