Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de -Cerise- : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Alice au pays des merveilles Alice au pays des merveilles
Lewis Carroll    Benjamin Lacombe   
Bien entendu que je connaissais l'histoire d'"Alice au pays des merveilles" avant de lire ce livre. Qui ne la connait pas en même temps ! C'est une histoire tellement connue que c'est difficile de passer à coté. Néanmoins, c'est la première fois que j'abordais le roman, je mettais jusqu'alors cantonner aux adaptations cinémas. Comme d'hab', avec du recule, je préfère le livre. Les films retranscrivent assez bien l'univers drôle et loufoque et la folie du livre, mais ils en oublient un peu son âme. Il y a un point où ce livre est tellement mieux que n'importe quelle version cinéma, c'est sont coté fascinant. Entre ses jeux de mots, ses poèmes, ses descriptions et le reste, il y a un petit coté mystère à percer à chaque page. J'ai aimé ses différents niveaux de lecture, son coté à la fois très enfantin et pourtant avec tout autant d'intérêt pour les adultes.

Mais au-delà de ces qualités propres au texte lui-même, qui sont les même peu importe l'édition qu'on achète, j'ai A-DO-RÉ les spécificités de cette édition précise.
Déjà, bien entendu, les superbes illustrations de Benjamin Lacombe. J'avais déjà apprécié son travail dans sa version illustrée de "Notre-Dame de Paris" de Victor Hugo, mais je trouve le travail encore plus soigné ici. Le texte permettant un peu plus de folie, en plus dès illustrations en elle-même, il joue véritablement avec le texte, les polices d'écritures et l'objet même qu'est le livre. Il propose des calligrammes, des pages à déplier, etc... Bref, il nous a créé un très bel objet. J'ai beaucoup aimé le style de ses dessins, qui me semble tout à fait coller à l'univers du livre. Et en même temps, il a vraiment réussi à imposer SA patte et à proposer une version d'Alice qui lui ressemble complètement. Les illustrations qu'il propose ne sont pas du tout du copier/coller ni de ce John Tenniel, premier illustrateur du livre, ni de ce que Disney, voire même Tim Burton dans son film, à pu faire avant lui. J'ai apprécié le fait qu'il a su se détacher de l'image qu'on se faisait déjà d'Alice et des autres personnages tout aussi cultes, tout en s'arrangeant pour qu'on les reconnaisse encore, et sans jamais trahir son style.

Ensuite, cette édition complète le texte d'un certain nombre d'annexes, toutes plus passionnantes les unes que les autres. Elles nous expliquent à la fois le texte lui-même et l'étrange vie et personnalité de Lewis Carroll. J'ai vraiment trouvé très ça enrichissant. On découvre ou redécouvre l'histoire autour du livre, ce qui participe au coté fascinant de cette œuvre. Ça permet d'amorcer une réflexion intéressante sur la profondeur et le sens réel du texte et sur la façon dont il faut le percevoir. On commence sur une préface nous donnant déjà quelques éléments de base de la vie et de la façon dont Lewis Carroll a eu l'idée de ce livre ; on enchaine sur le texte superbement illustré ; puis une série photos et de lettres écrites par Lewis Carroll à diverses de ses "amies-enfants" (dont la 'vraie' Alice) lettres où l'on découvre que son imagination débordante, son humour et son amour des jeux de mots ne le quittait jamais vraiment ; des notes de traduction (j'y reviendrait plus tard) ; une seconde biographie/chronologie/bibliographie de Lewis Carroll, reprenant cette fois toute sa vie, pas seulement ce qui est en lien avec Alice ; enfin quelques mots sur l'illustrateur et le traducteur. Quelque soit son niveau de connaissance de cette œuvre, tout le monde peut y trouver son compte. On est pédagogique, on a une volonté d'expliquer le texte, je trouve. De ce fait, je conseillerais vraiment cet ouvrage à tout le monde.

Enfin, il y a eu un joli effort de traduction des poèmes et des jeux de mot de la part d'Henri Parisot. Je ne connais pas les autres traductions mais celle-ci ma convaincu dans l'ensemble. Les poèmes ressemblent réellement à des poèmes, avec toutes les règles de la poésie classique : ça rime et le mètre est respecté. Pour les jeux de mot, on a cherché à trouver un équivalent français, ce qui est 100 fois plus agréable qu'une note explicative en bas de page. Et puis surtout, une annexe vient expliquer les choix de traduction ! Pour peu qu'on ait quand même quelques bases en anglais, je l'ai trouvé très bien faite, car elle nous explique réellement la réflexion du traducteur. On arrive complètement à comprendre comment du texte d'origine, et de la blague initialement imaginée par Lewis Carroll, on a pu aboutir à ce résultat. Même si certaines propositions de traduction me semblent un peu tirées par les cheveux, on sent tout de même à chaque fois une vraie volonté de respecter le travail de l'auteur. Je crois que cette annexe est celle qui a le plus éveillé ma curiosité, et m'a donné envie de relire le livre en VO, pour me faire ma propre idée.
Les Contes macabres Les Contes macabres
Benjamin Lacombe    Edgar Allan Poe   
Un très beau livre mêlant des illustrations magnifiques et des nouvelles d'Edgar Poe toujours aussi sombres, fantastiques et machiavéliques !
Le Bazar des mauvais rêves Le Bazar des mauvais rêves
Stephen King   
Stephen King a toujours adoré écrire des nouvelles car ce format lui convient bien.
Plusieurs de ses recueils sont de vraies pépites comme: "Danse macabre", "Rêves et cauchemars" ou encore "Brume".
Ce livre d'environ 600 pages regroupe 20 histoires dont certaines sont vraiment géniales.
Elles sont entrecoupés par des présentations, ce qui est assez habituel chez l'auteur.
Sachant que les lecteurs aiment connaître le contenu, voici la liste des nouvelles:
1) Mile 81, 2) Premium harmony, 3) Batman et Robin ont un accrochage, 4) La dune, 5) Sale gosse, 6) Une mort, 7) Eglise d'ossements, 8) Morale, 9) Après vie, 10) Ur, 11) Herman Wouk est toujours en vie, 12) A la dure, 13) Billy Barrage, 14) Mister Yummy, 15) Tommy, 16) Le petit Dieu vert de l'agonie, 17) Ce bus est un autre monde, 18) Nécro, 19) Feux d'artifices imbibés et 20) Le tonnerre en été.
"Mile 81" est excellente et fait partie de mes préférées.
J'ai également beaucoup apprécié " La dune", "Après vie", "Ur", "Ce bus est un autre monde", "Nécro" ainsi que "Feux d'artifice imbibés".
Je rajoute, "Batman et Robin ont un accrochage" qui est une très belle histoire attendrissante et touchante.
En résumé, "Le Bazar des mauvais rêves " est un recueil de haute tenue que je vous conseille vivement.
Adanson Marco.
Rajout pour les lecteurs: Mis à part "A la dure" parue dans l'édition poche de "Nuit Noire, Etoiles Mortes" et de "Sale gosse" parue en format Kindle, les autres ne sont pas connues chez nous.
Pourtant elles sont parues dans des journaux aux USA comme "Le new yorker", "Play boy" etc ..., c'est pourquoi je dis qu'elles ne sont pas inédites.

par Adanson
La Nostalgie de l'ange La Nostalgie de l'ange
Alice Sebold   
Un roman très touchant, très triste dès le départ. Bien que la plupart des histoires tournent autour du héros et ne s’attache pas particulièrement aux personnages secondaires, ce n’est pas le cas de celle-ci : Susie étant morte, elle passe son temps à observer la Terre ce qui nous permet d’avoir une vision d’ensemble de ce qui se passe après sa mort, vu qu’elle peut aller partout où elle veut. Elle nous fait parfois part de flash-back, de retour en arrière, qui nous permettent alors de considérer à quelle point sa famille a changé. Dans celle-ci, les réactions sont très différentes les unes des autres. Les personnages les plus sympathique restent cependant Lindsey, la petite soeur de Susie, avec je pense, sa grand-mère, très extravagante.

par Selenna
Docteur Sleep Docteur Sleep
Stephen King   
J'ai mis du temps, j'ai eu du mal, mais je l'ai fini... Je ne lisais plus de King depuis des années, mais ayant adoré Shining, je me suis dit "pourquoi pas".
Pas un mauvais roman en soi. De l'intrigue, du suspens, pleins de références et d'échos avec Shining...
Mais... un livre qui tire en longueur. Et des explications que j'ai trouvées tiré par les cheveux. [spoiler]Comme le lien de parenté entre Dan et Abra. En quoi était-il utile? Jack Torrance avait déjà tant de défauts. Son amour pour sa famille était sa qualité rédemptrice, pourquoi lui ôter ça en lui créant une famille illégitime? Et le Don est sensé être une qualité aléatoire.. ça a un peu gâché le tout à mon goût.[/spoiler]
Je suppose que les inconditionnels de King adoreront. Alors vous, foncez. Les autres, si vous avez abandonné King depuis des années, pourquoi pas, mais n'en faites pas une priorité.
Il était une fois Il était une fois
Benjamin Lacombe   
Un album magnifique et envoûtant ! Grâce à la mise en scène en volume animant chacun des huit contes (pop-up), ce livre inclassable défie l’imagination.
Page après page, Benjamin Lacombe donne vie à nos personnages de contes préférés : c'est beau et poétique... Un superbe objet qui émerveillera les plus jeunes comme les plus grands !
Alice de l'autre côté du miroir Alice de l'autre côté du miroir
Lewis Carroll    Benjamin Lacombe   
Livre reçue lors du Noël de l'année 2017, de la part de mes beaux-parents, je l'ai gardée en cours de lecture depuis tout ce temps. On se retrouve ici avec un objet livré magnifique, d'une qualité incroyable et avec un travail soigné de la part de la maison d'édition. Benjamin Lacombe signe les dessins de cette histoire des plus connues dans l'univers de la lecture jeunesse.

Et malgré la beauté des pages et l'univers que j'adore depuis mon visionnage du dessin animé quand j'étais petite, je dois avouer avoir eu des difficultés à terminer cette lecture. De par le format, le style d'écriture et l'univers qui finalement ne m'a pas convaincu tant que cela. Bien évidemment j'aime toujours autant le dessin animé mais en ce qui concerne le texte original, j'ai eu un petit blocage. C'est tout de même assez périlleux comme lecture. Plusieurs lectures peuvent être faites et plusieurs compréhensions du texte aussi. Et cet ensemble de facteurs m'ont tout de même bloqué sur plus d'un an.

Cela n'enlève en rien la qualité de l'ouvrage et l'objet-livre qui reste magnifique. Encore une fois je me suis retrouvé émerveillé par le coup de crayon de Benjamin Lacombe et c'est finalement tout ce qui compte avec cet ouvrage.

https://elodie-liseuse-lifestyle.blogspot.com/2019/02/alice-de-lautre-cote-du-miroir.html
Days Days
James Lovegrove   
Days nous montre ce que pourrait devenir la grande distribution Dan un futur plus ou moins proche.

Il est vrai que c'est un peu lent mais en même temps c'est un huit clos, et malgré la lenteur des deux premiers tiers on ne s'ennuie pas, les personnages sont plein de caractère, Lovegrove reussi à nous emporté dans sa vision politiquement incorrecte d'une société de consommation ou tout peut arriver et nous amène à voir le matérialisme d'une manière effrayante.
Un livre qui fait réfléchir !

par Maks
Royaume désuni Royaume désuni
James Lovegrove   
C'est marrant de voir que, dans ce type d'histoire, les Hommes finissent toujours par revenir à un mode de vie assez archaïque. La technologie laissée à l'abandon, à pourrir, disparition de l'argent pour le retour du bon vieux troc, l'éducation pratiquement laissée de côté, l'apologie de la violence et du règne de territoire, les femmes à nouveau traitées comme des sous-humains...
Une ambiance proche du post-apo, bien que j'ai du mal à réellement m'y faire. Certes, le mode de vie et les décors alentours sont cohérents, mais... ce qui a causé la ruine du pays ne me parait pas suffisamment clair, on manque cruellement de détails quant à ce qui s'est passé. D'ailleurs, le fait que les autres nations se payent la tête et continuent de bombarder l'Angleterre, je trouve ça assez délirant, hors norme - et même si l'auteur avait écrit le pourquoi du comment de cette descente aux enfers, je ne suis pas sûre que j'aurais adhéré à cette idée de "Tous contre l'Angleterre, visez bien la tête avec vos tomates pourries !".
L'absence de repère chronologique m'a un peu perturbé. J'ai au début douté. 20ème siècle ? Hmm peut-être pas finalement, ça sous-entend que l'abondance de la gadgeto-technologie est déjà passée de mode. Au moins 21ème siècle du coup, mais cela pourrait tout aussi bien être des siècles plus tard, vu le manque de précision. Après, je me doute bien qu'il s'agit d'une volonté de l'auteur de rester ainsi dans le flou, mais j'aime bien être cadrée ^^
Une lecture qui reste agréable dans l'ensemble, l'alternance du point de vue est un bon moyen de savoir ce qui se passe des 2 côtés, qui sont incroyablement différents, même si je trouve dommage ce manque d'émotions de la part de nos deux protagonistes à la fin du roman. J'ai conscience que c'est fait exprès, mais dieux, l'être humain n'est-il pas bien plus complexe que ces deux "pokerface" ? Entre ça et la conclusion, j'en arrive presque à un goût de "Sérieux, tous ça pour ça ?". Également, j'aurais bien aimé avoir des nouvelles de certains personnages secondaires totalement disparus une fois Fen les ayant quittés. Que sont-ils devenus ? [spoiler]Ravi avait-il réellement perdu les pédales ? Les Saltérites jouent-ils toujours aux apprentis écrivains, et ont-il fini par trouvé une nouvelle personne ou idée à aduler ? Les habitants de Fairfield Hall, en l'absence totale de chef de proue, se sont-il finalement lancés dans une mutinerie bien sanglante ?[/spoiler] (oui, je suis avide de détails !)
Bref, je rechigne, je rechigne, mais j'ai malgré tout passé un assez bon moment.

par Zinthia
Histoires extraordinaires / Nouvelles histoires extraordinaires Histoires extraordinaires / Nouvelles histoires extraordinaires
Edgar Allan Poe   
En 1919, les éditeurs américain Tudor et britannique Brentano’s enrichissent le texte d’Edgar Allan Poe de 32 illustrations de l’artiste irlandais Harry Clarke, dont 24 en noir et blanc et 8 en couleurs.


Nous avons décidé de publier en un superbe volume relié ces 32 planches, associées à la traduction que Baudelaire fit des nouvelles d’Edgar Allan Poe en 1856. Ces illustrations sombres, inquiétantes, aiguisées comme des lames de rasoirs, retranscrivent à merveille l’ambiance sublime et cauchemardesque des récits.

par x-Key
  • aller en page :
  • 1
  • 2