Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de -Shiraz- : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
THIRDS, Tome 1 : Contre vents et marées THIRDS, Tome 1 : Contre vents et marées
Charlie Cochet   
Ty et Zane la relève ?

Même si ce duo ne remplace pas Ty et Zane dans mon cœur je dois dire que j’ai adoré ce nouveau tandem de super policiers !

Nous avons d’un côté les Therians, des shifters qui sont le résultat de la mutation d’un virus (ou plutôt du remède dudit virus – mais ceci est expliqué au début du livre) et d’un autre côté les humains. Les deux espèces cohabitent tant bien que mal. Certains Therians refusant leur part humaine et certains humains faisant de la discrimination, ne voyant dans les Therians que des animaux. Le THIRDS est une unité gouvernementale composée d’agents humains et Therians et qui intervient quand un shifter est impliqué.

Dex est une nouvelle recrue du THIRDS qui a la lourde tâche de succéder à Gabe, tué dans ses fonctions un an auparavant et qui doit former une paire avec Sloane Brodie, un jaguar, ex-partenaire et ex-amant de Gabe. Son intégration ne se fera pas sans difficulté, Dex étant une grande gueule arrogante et Sloane voyant d’un très mauvais œil l’arrivée de ce nouveau coéquipier un peu trop sûr de lui et un peu trop tentant à son goût. De frictions en provocations, ces deux-là vont se chercher et finir par se trouver, pour notre plus grand plaisir évidemment ! Mais le fantôme de Gabe n’est jamais loin et alors que Sloane lutte contre un sentiment de culpabilité pour éprouver de l’attirance envers quelqu’un d’autre, Dex tente de réapprendre à son partenaire le goût du rire et de la vie.

J’ai vraiment adoré Dex qui est très attachant malgré son côté tête à claque. Il m’a fait beaucoup, beaucoup rire (il m’a un peu fait penser à Ty par certains aspects). Sloane est plus froid, plus réservé même si Dex parvient peu à peu à craqueler sa carapace. Cependant il est loin de nous avoir révélé tous ses secrets sur ses origines et son passé et j’ai hâte d’en apprendre plus sur lui. Il y a également tous les membres du THIRDS, tous différents, tous intrigants dont certains auront droit à leur propre histoire (Ash et Cael notamment d’après ce que j’ai pu lire).

C’est une entrée en matière intéressante et prometteuse mais qui n’évite malheureusement pas quelques défauts comme le « méchant » que j’ai découvert assez rapidement et certains passages explicatifs qui sont sûrement importants mais qui m’ont moyennement intéressés (je pense en particulier aux descriptions de l’équipement et aux armements qui composent la tenue des agents du THIRDS - en fait, pour être honnête j’ai été larguée à ces passages et jai pas tout compris).

Quoiqu’il en soit et hormis ces deux détails j’ai adoré ce 1er tome, qui laissent beaucoup de points en suspens et dont la fin, avec une menace qui pèse sur le THIRDS, nous donne envie de lire la suite immédiatement.

Bref c’est presque un coup de cœur.
Et j'adore la couverture que je trouve très réussie.

Soldati, Tome 2 : Le renard soldati Soldati, Tome 2 : Le renard soldati
Charlie Cochet   
Tout d’abord un grand merci à MxM Bookmark pour ce service presse.

Le Renard Soldati suit Le Prince Soldati, mais ce n’est pas à proprement parler un second tome. Il se déroule un an plus tard, et nous emmène à la découverte d’un autre couple : Toka et Rayner. Si on y voit Riley et Khalon, l’histoire n’est plus centrée sur eux, et on n’en sait pas plus sur l’adaptation de Riley au cours de l’année qui vient de s’écouler.

Comme le précédent opus, je reste très mitigée par cette lecture, pour plusieurs raisons que je vais évoquer ici.

La traduction de ce tome-ci était aussi bonne que pour le premier opus en général, et plus fluide sur les scènes érotiques, ce qui en a rendu la lecture beaucoup plus plaisante. Heureusement, parce qu’elles sont plus nombreuses ici, et plus sensuelles également. Dans l’ensemble, ces scènes étaient très jolies et hot, Toka possède une volupté et une coquinerie bien à part, qui est très appréciable. J’y ai trouvé, par contre, des redondances qui font qu’on a un peu la sensation de relire la même scène. Ce n’est pas très gênant dans le sens où il n’y en a que trois, pas vingt-cinq. Cela passe donc très bien et j’ai beaucoup apprécié l’érotisme de ce tome-ci.

Comme le précédent, il est beaucoup trop court. Alors, ce n’est pas le format que je critique, ici, c’est le manque de profondeur de l’histoire. Tout est survolé. L’univers n’est qu’esquissé et semble uniquement servir de support à l’histoire, or il est trop complexe pour ne pas souffrir d’être si peu développé. C’est assez dommage car il pourrait y avoir un vrai contraste entre Riley, le héros du Prince Soldati, et le monde des Soldati, en fait c’est régulièrement répété qu’il y a un vrai fossé entre les deux, mais on ne le sent pas du tout. Dans ce tome qui se déroule un an après Le Prince Soldati, on réalise qu’on n’aura pas les réponses aux nombreuses questions qu’on se pose dans ce premier opus. En fait, il n’y a pas de cohérence dans le monde qu’a esquissé l’auteure. Vu comme il est intriguant et original, c’est vraiment très dommage. Pour moi c’est un gros point noir de l’histoire. L’intrigue est centrée sur la romance, en soi ce n’est pas un souci, j’adore la romance, mais il manque vraiment beaucoup d’éléments pour que la lecture en soit fluide, pour qu’on plonge complètement dedans. On a trop d’interrogations, il y a trop de données qui nous échappent, et à force, ça en devient un peu lassant. Même si je dois avouer qu’à la fin de ce tome j’ai eu envie qu’il y ait une suite, en espérant que l’univers soit plus développé, mais quelque part, je ne me fais pas d’illusion : si suite il y a, il y a des chances pour qu’elle soit comme ces deux premiers tomes. Affaire à suivre, donc !

Toujours dans le registre de cet univers fantasy, il y a de grosses lacunes, pour moi, dans les descriptions de la magie et des combats. On a la sensation d’avoir là une auteure qui a peu d’expérience dans le domaine de la fantasy, autant en lecture qu’en écriture… Le combat final est très bâclé. La magie semble intéressante, mais reste très rudimentaire, jamais détaillée ni expliquée. On a de bons éléments, mais qui ne sont pas développés, ce qui est extrêmement frustrant. Ce livre a tout pour être un bon roman, pourtant !

Les personnages sont très en dents de scie. Pour parler d’abord de ce qui m’a déplu en eux, je dirai que Khalon (le roi) n’est pas égal à lui-même, que ses décisions sont incohérentes, on dirait qu’il ne réfléchit jamais avant d’agir et essaie de se rattraper ensuite sans réfléchir vraiment plus. Ses arguments sont aussi convaincants que ceux d’un enfant, mais heureusement, il arrive parfois à convaincre son auditoire malgré tout ! ;-) Sa relation avec Riley est cucul à souhait, ce qui ne colle pas au personnage. Pavoni, le roi Dell’Orso, est fait pour être écœurant et très méchant, mais c’en est trop gros. Trop cliché. Il est méchant, il est vil, il est gros, il est bas, cruel, et en plus chez lui, c’est très sombre et menaçant, l’eau est froide et Toka se dit que c’est même une chance qu’elle soit propre. Faut pas pousser le vice non plus… Du coup ça laisse un peu de marbre, d’autant que comme pour Le Prince Soldati, l’histoire est assez téléphonée, et qu’il n’y a guère de surprises, le scénario est prédictible à peu près du début à la fin.

Par contre, j’ai vraiment accroché aux personnages de Riley ( que j’avais déjà beaucoup aimé dans Le Prince Soldati), Rayner et Toka.

Riley me fait rire avec sa façon de parler très humaine, ses réflexions sensées mais pas mâchées, et il est bienveillant et agréable à côtoyer, même pour le lecteur. J’ai bien aimé qu’il boude Khalon, j’aurais aimé que la situation dure plus que 2 jours (notamment parce que du coup, l’état de Khalon est très improbable). Ses réflexions sont justes et apportent un plus à l’histoire, surtout présentée avec sa fougue et son indignation.

Rayner possède une grande force tranquille, mais également beaucoup de charisme. Beau, séduisant, il est bien campé, et très appréciable. Son amour pour Toka est infini, sa tendresse et son désir de le protéger sont touchants, son immense dévotion également. Et son incroyable désir de posséder le goupil est, ma foi, des plus agréables à lire !

Toka est la joie de vivre incarnée. Il est comme un rayon de soleil qui est très bien représenté dans l’histoire. Courageux, déterminé, il est aussi humble et sensible. Il aime Rayner d’un amour vrai et profond, mais n’ose pas rêver à une vie pour laquelle il n’est pas fait : en tant que serviteur, il n’a pas le droit de devenir le compagnon du puissant Soldati. Il est d’une bienveillance à toute épreuve, et sa dévotion envers Rayner et envers son royaume est inconditionnelle. Ce que j’ai préféré, chez lui, c’est bien sûr son immense sensualité. Toka est un vrai coquin ! Il s’est réservé pour Rayner, refusant d’être touché par un autre que lui, mais dès qu’il est aux côtés de son Soldati, il devient d’une lascivité hallucinante. Il est décidé et sait ce qu’il veut, il sait l’exprimer et nous offre de belles scènes d’une incroyable volupté. C’est aussi un personnage très crédible, qui sait aussi bien charmer son entourage que le lecteur. Il est touchant, drôle et émouvant. Il est le principal élément qui a rendu ma lecture agréable malgré les nombreux écueils.

La romance entre Toka et Rayner est belle, dommage que son tragique soit tellement cliché qu’il a tendance à faire lever les yeux au ciel. La fin est tellement téléphonée que c’en est frustrant. Par contre, dans l’ensemble, j’ai beaucoup apprécié la relation entre nos deux héros. J’aurais aimé encore plus de profondeur, un tragique plus dramatique (pour qu’on y croie, quoi, parce que là, c’est limite, on achète la crédibilité de l’histoire un peu à reculons), une fin plus émouvante. Mais du côté du lien Rayner/Toka, rien à dire, c’est un bel amour qu’ils se portent, et qui sait nous toucher.

En conclusion, je dirais donc que Le Renard Soldati est un bon moment de lecture, sans prise de tête. Il se lit rapidement, avec fluidité, sans ennui. Il y a beaucoup de choses que je regrette dans les choix de l’auteure et dans le manque de profondeur de son œuvre, mais c’est resté une agréable lecture, avec des personnages qui m’ont beaucoup plu.

Aurélie, pour le blog d'Amabooksaddict

http://amabooksaddict.blogspot.fr/2017/09/chronique-le-renard-soldati-charlie.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

par lilylelfe
Comment séduire un geek, manuel du fêtard Comment séduire un geek, manuel du fêtard
Xara X. Xanakas    Piper Vaughn   
Adorable roman M/M. Hormis quelques fautes de conjugaison ou d'orthographe, c'est bien écrit, fluide. L'histoire est toute mignonne, et l'humour bien présent, avec quelques touches d'émotion comme on aime. J'ai apprécié les personnages, bien typés mais sans entrer à aucun moment dans la caricature, et qui se révèlent plus profonds qu'il n'y paraissait au départ. Mention spéciale pour Ash, que j'ai trouvé adorable. Et l'idée du manuel pour apprendre à séduire le geek est à la fois originale et bien traitée, distillée tout au long du roman. Bref c'est léger et pétillant et jubilatoire comme une coupe de (bon) champagne !



par Lena06
Home, Tome 3 : A la croisée de nos chemins Home, Tome 3 : A la croisée de nos chemins
C. Cardeno   
Je n'ai pas un avis aussi catégorique que la personne précédente car classer ce roman comme histoire pour "jeunes ados" est peu être un peu exagéré. Effectivement si ce lecteur s'attendait à une débauche de scènes sexuelles torrides et débridées, à tout bout de champs il a du être déçu voir carrément déprimé...

Ce n'est pas le cas du tout ; vous avez certes des scènes sensuelles très explicites, très peu édulcorées (ce qui élimine d'après moi le côté "midinette") mais c'est très tendre et romantique exprimant des sentiments profonds. La relation de Jake et Nate peux paraître rapide mais ils se connaissent depuis toujours et si Nate à toujours été amoureux de Jake, celui ci malgré son hétérosexualité l'était aussi donc lorsqu'ils commencent leur relation amoureuse tout s'enchaine naturellement.

C'est une très jolie histoire d'amour entre deux amis d'enfance extrêmement proches, dès leurs naissances ils ont été là l'un pour l'autre, se vouant une amitié, une tendresse et une protection inébranlable. Opposés physiquement et intellectuellement ils se complètent parfaitement, l'un protégeant l'autre grâce à sa force physique et son tempérament bagarreur. La difficulté de leur histoire vient surtout de Nate qui a du mal à comprendre le retournement de situation: comment son meilleur ami hétérosexuel peut il vraiment l'aimer lui l’homosexuel ?

Le parti pris de l'auteur de faire parler les deux hommes à tour de rôle dans les mêmes situations nous permet de comprendre leurs sentiments, leurs peurs et leurs doutes. Nate à du mal à croire la véracité de l'amour de Jake et surtout à ce que leur relation puisse durer, cotoyant Jake depuis toujours il connaît ses habitudes amoureuses et sait qu'il n'a jamais envisagé ni désiré de relation sérieuse. Et c'est pourtant Jake qui patiemment, par petites touches va lui faire admettre qu'avec lui c'est différent et que c'est vraiment lui qu'en fait il attendait depuis toujours, c'est joliment décrit.

Si l'on fait abstraction que ce sont deux hommes (je le reconnais lors des scènes sensuelles c'est quasiment impossible) nous avons la trame d'une histoire d'amour classique: découverte des sentiments, disputes, réconciliations sur l'oreiller, compromis et divergences, Nate voulant à tord ménager Jake.C'est bien écrit avec quelques petites coquilles mais de peu d'importance, l'auteure utilise un style d'écriture simple très accessible, sans phrases compliquées et vocabulaire recherché, c'est juste la chronique d'une histoire d'amour. Mais attention les termes employés sont réalistes.


par samba
Confiance aveugle, tome 3.5 : À jamais Confiance aveugle, tome 3.5 : À jamais
N. R. Walker   
Je viens de la terminer, et elle est merveilleuse cette petite nouvelle !
Mark est toujours aussi attendrissant et maladroit dans sa façon de faire les choses, je l'adore ! J'ai aimé retrouver chacun des personnages, toujours aussi complices ! Ce petit passage dans la tête de Will était très bien mené, et se termine superbement.
Une vraie gourmandise de noël à consommer sans modération et qui suis bien l'ambiance générale de la série :D

par mounsch
GMO-Project - Next Gen, Tome 1 : Outbreak GMO-Project - Next Gen, Tome 1 : Outbreak
Rohan Lockhart   
Tout d’abord un grand merci à MxM Bookmark pour cette belle découverte. J’apprécie toujours autant les œuvres de Rohan, lectures addictives et vraiment agréables, même si parfois, comme ici, très tumultueuses !

Cela faisait un bon moment qu’on m’avait conseillé GMO Project, et que je voulais absolument le découvrir. Surtout quand j’ai appris que GMO et Le Pavillon des Chimères, que j’ai chroniqué il y a peu, étaient reliés. C’est encore mystérieux pour moi à la lecture de ce premier tome de GMO (même s’il est fait allusion à Khanan), mais j’avoue que cela m’intrigue énormément !

C’est donc avec enthousiasme que je me suis plongée dans la lecture de ce premier opus. Et j’ai aussi été immergée dans l’histoire. Après une introduction nous expliquant un peu l’univers et le concept du GMO project, nous voici embarqués aux côtés d’Ash et Sanka, deux adolescents pas tout à fait comme les autres.

Ash et Sanka sont, comme bien d’autres, des mutants. Eux sont de seconde génération, nés de parents devenus mutants grâce à un virus qui les a transformés, et a sauvé beaucoup de vies dans le passé.

L’univers est très travaillé et agréable. C’est un monde futuriste, mais tirant sur la fantasy, avec ces pouvoirs magiques détenus par les mutants. Chacun possède le sien propre, et ils sont classés par catégorie en fonction de leurs capacités. Par exemple, Ash est télékinésiste, ce qui lui permet de déplacer des objets, ou lui-même, par la force de sa pensée. Sanka, lui, a la capacité d’apprendre très vite, d’ingurgiter les informations à haute vitesse. D’autres, comme Kain, peuvent se téléporter, comme Greyson contrôler les corps en prenant possession de la volonté d’autrui, etc.

Dans cet univers, mutants et simples humains ne sont pas traités à égalité. C’est donc une société en demi-teinte que nous avons là. D’un côté, les mutants sont intégrés, puisque les jeunes vont à l’école normalement, peuvent travailler normalement, etc, de l’autre, ils sont à la fois sous contrôle et au service de la société. De toute différence nait une peur innée, et les humains craignent, parfois détestent, ces mutants aux pouvoirs qui font d’eux un peu des surhommes (même s’ils restent très humains eux aussi).

C’est un axe que j’aime beaucoup chez Rohan, qui prend toujours le temps, dans ses romans, d’explorer des sujets très actuels et très graves. Ici, on voit qu’au final, les mutants font peur simplement parce qu’ils sont différents, ce qui crée un climat général assez xénophobe, et rend les mutants pieds et poings liés à une société à laquelle ils participent pourtant plus qu’activement. Contrairement aux humains, ils sont munis d’une puce qui permet de connaitre tout le temps leur position exacte. Ils travaillent également pour lutter contre la criminalité, et celle-ci est plus basse que jamais depuis qu’ils participent à l’ordre public, et pourtant, ils sont traités comme de potentiels criminels en puissance. Ils sont les seuls à être exécutés lorsqu’ils commettent un meurtre, alors que la peine de mort a été abrogée pour les humains.

C’est donc dans cet univers qui semble somme toute bien rangé qu’une scission va se créer. L’ordre, en quelques instants, va basculer. Et avec lui, la vie de plusieurs des personnages va sombrer dans le chaos. Des valeurs vont être bousculées, des destins vont être amenés à changer. Des amitiés vont se créer, d’autres voler en éclat.

Et tout cela est très bien mené. Si j’ai trouvé parfois des petites incohérences dans le récit ou les réflexions (je ne vous mettrai pas d’exemple parce que je risquerai de spoiler l’histoire), l’ensemble reste très cohérent et surtout très prenant. Beaucoup d’action, de rebondissement, d’érotisme, aussi, le tout s’enchainant à un rythme soutenu qui nous tient en haleine. Beaucoup d’émotions, également, à travers les choix des personnages, leurs liens et relations, également. Amour, amitié, haine, incompréhension, regrets, colère, la palette est large et nous fait vibrer intensément.

Un petit regret, une scène d’érotisme a été coupée pour en faire un bonus (Intermission, à lire, d’ailleurs ! Petit livre complètement illustré avec cinquante pages d’érotisme et de dessins magnifiques), mais n’a pas non plus été vraiment expliquée dans le roman. Du coup, on passe de Greyson prenant le contrôle de l’esprit de Sanka à Leeroy tentant de communiquer avec ce dernier après une scène que personnellement je connais pour l’avoir lue, mais qui manque d’au moins quelques petites explications. Après, je peux comprendre que ce n’était pas le lieu approprié pour une scène érotique à trois, c’est juste qu’à mon avis il manque au moins quelques mots à la fin du chapitre pour qu’on comprenne bien ce qui va se passer, parce que le début du chapitre suivant est très déstabilisant, pour le coup (j’ai marqué un temps d’arrêt avant de comprendre que le passage manquant était relié à Intermission, pour tout dire, et comprendre ce qui s’était passé entre les deux chapitres). Mais ce n’est vraiment qu’un détail qui m’a marquée sans non plus me traumatiser. ;-)

J’ai éprouvé une affection particulière pour Ash, et ressenti à la fois beaucoup de joie à le côtoyer, mais aussi de la peine pour lui et son histoire passée, aussi, qui est tellement dure. C’est un jeune homme à la fois débrouillard et fort, mais aussi très sensible, qui se cache derrière ses fanfaronnades, rébellions et blagues. Beaucoup de tristesse aussi pour son amour à sens unique. Je ne m’y attendais pas, ayant lu auparavant d’autres histoires mettant en scène d’autres couples, et j’ai découvert en Ash un personnage émouvant, rebelle et parfois bêtement méchant, tempétueux, mais tellement touchant.

J’ai beaucoup été intriguée par Keisuke, également. Depuis le début je ressens entre lui et Ash une tension qui pourrait devenir un amour, mais il n’en est rien pour l’instant, dans un premier tome où ils sont plutôt « ennemis » (comme deux adolescents, j’entends). J’espère que ce personnage sera plus développé par la suite. Son pouvoir promet de nous réserver pas mal de surprises, même s’il ne s’est pour l’instant pas révélé très utile.

J’ai eu un peu plus de mal avec Sanka, qui reste cependant un personnage que j’ai beaucoup aimé. Disons que je l’ai trouvé extrêmement dur et cruel avec Ash, sans réelle raison, ces deux-là étant censés être meilleurs amis. J’espère qu’il saura s’amender et évoluer dans la suite, là pour le coup ses réactions envers son ami d’enfance m’ont semblées tellement dures et violentes qu’il a baissé dans mon estime sur la fin. Alors qu’au départ, j’adorais leur duo, non pas amoureux, mais amical.

Le personnage de Leeroy, chef de la rébellion, m’a beaucoup interpelée et marquée, les récits au passé racontant son histoire m’ont émue, et j’ai énormément accroché avec lui, contrairement à Greyson que, pour l’instant, j’ai vraiment du mal à apprécier. Tous deux rebelles, Outlaws, Leeroy se soucie des autres, il est doux, loyal, à l’écoute et réfléchi, quoique parfois très violent, alors que Greyson, lui, se sert des autres, est trop impulsif et n’hésite pas à se montrer cruel et sans pitié. C’est un gros contraste pour ces deux amis de toujours, qui ont fait les quatre-cents coups ensemble.

Il y a bien d’autres personnages qu’on aperçoit dans ce premier tome, dont certains nous intriguent (je pense notamment à Evan, dont j’ai hâte de pouvoir découvrir l’histoire dans Troublemaker), nous touchent ou nous agacent, mais aucun ne laisse vraiment indifférent. Ils sont nombreux et peuplent le récit de vie, de relief. Ils sont un gros plus à l’histoire, même si de base je ne suis pas super fan de récit omniscient, ici cela permet d’intégrer un grand nombre de personnages qui pourraient avoir une importance par la suite.

En conclusion, je dirais que ce premier tome de GMO Projet, Next Gen, démarre sur les chapeaux de roue et se lit sans même y penser. Une très bonne tension dramatique et une intrigue qui met en haleine, qui nous tiennent tout du long de l’histoire et nous donne envie, à la fin, de plonger immédiatement dans le second tome. Un très bon récit qui nous immerge dans un univers palpitant et fantastique.

Aurélie, pour le blog d'Amabooksaddict
http://amabooksaddict.blogspot.fr/2018/03/chronique-gmo-project-next-gen-1-rohan.html

par lilylelfe
Le Clan Bennett, Tome 1 : Le Chant du loup Le Clan Bennett, Tome 1 : Le Chant du loup
T. J. Klune   
Je viens de refermer ce livre qui m'a bouleversé et charmé de manière inattendue. Je suis bien contente d'avoir mis de côté mes à priori sur les MM et les romances paranormales car ce livre et beaucoup plus que ça. Je ne veux pas en dire trop car cela serait gâcher la beauté et la surprise que ce livre a eu sur moi et qui je l'espère vous touchera tout autant donc je ne peux vous dire que de ne pas hésiter et de le lire car c'est une pépite au milieu de tous ces livres de bit lit qui se ressemblent tant. En bref une très bonne surprise que je vous conseille vivement.

par missnina
Wild Riders, Tome 2 : La Course Sauvage Wild Riders, Tome 2 : La Course Sauvage
Jaci Burton   
Un avis + détaillé sur : http://wp.me/p6618l-2yw

[Marina] : Le « fil rouge » de cette série me fait penser à la saga « Forces d’élite » de Julie Ann Walkers…. Un groupe de motards justiciers au service du gouvernement…. Et j’aime bien ce genre d’histoires.

J’ai passé un très bon moment de lecture. L’auteur a un réel talent pour écriture les passages de sexe de manière très sensuelle… Et cette histoire est une très jolie romance.

C’est juste un peu trop « propret » pour moi. Je suppose que je m’attend à plus de violence et de trucs « hard » quand je lis une histoire de bikers… Et du coup, j’ai l’impression qu’il manque un truc…

Ce n’est pas une déception, c’est même un très bon livre dont je lirai la suite… Mais pas une histoire inoubliable non plus…
Home, Tome 1 : Enfin chez soi Home, Tome 1 : Enfin chez soi
C. Cardeno   
Chronique réalisée pour Bite Me If you can.

Ça commence presque en douceur, et puis c'est une vague puissante faite d'émotion, de tendresse et de sexe brûlant qui vous entraîne et vous emporte, et ne vous laisse respirer qu'au mot Fin ! De la série Home, je ne connaissais que A la croisée de nos chemins, et si j'avais adoré l'histoire, et ce mélange de romantisme et de sexe cru qui semble caractériser le style de l'auteur, la vulgarité du langage m'avait un peu gâché le plaisir. Comme dans Cœur sauvage de Mary Calmes, dans sa première version française. Dans les deux cas, j'avais pensé que cela venait d'un souci de traduction, non pas qu'elle soit mauvaise, mais sans aucun doute trop abrupte, et peut-être trop littérale, or ce qui est érotique en anglais devient parfois juste pornographique en français. Et de même que la V2 de Cœur sauvage est sublimée par la « correction » de Bénédicte Girault et de l'équipe, même si elle n'en a pas été créditée, ce roman de Cardeno est parfaitement mis en valeur par la traduction d'Anastasiya Reznik.

L'histoire de Noah et Clark est simple, belle et forte, et elle est magnifiquement racontée à deux voix, et à deux temps. Clark a 17 ans et une mère bohème tendrement chérie en train de mourir d'un cancer quand il rencontre pour la première fois Noah, 13 ans, le petit frère de son ami Ben. Un seul regard sur ce drôle de garçon, cheveux vert, violent, gay, subversif, canard boiteux dans cette famille d'américains moyens si soucieux du qu'en dira t-on et imprégnée de religion, et la vie de Clark en sera à jamais changée. Aider Noah, le protéger, le chérir, sera son seul objectif, même s'il leur faudra attendre sa majorité pour s'aimer comme ils le désirent. Tandis que la voix de Clark nous raconte le passé, leur rencontre, les chaos de la vie, leur premier baiser, et cette première fois qui fera d'eux enfin, un couple, celle de Noah nous raconte le présent. Ce présent où il s'éveille à l'hôpital suite à un accident de voiture, et ne veut que retrouver son Clark. Ses mains, sa voix, son corps, son rire, l'amour et le sexe. Ce présent où il découvre , abasourdi, qu'entre cette dernière journée dont il se souvient si bien, lorsqu'au bout de 6 ans de vie commune, ils sont allé visiter leur future maison et ont rêvé de son aménagement, et celui où il retrouve Clark, 3 ans se sont écoulés. 3 ans effacés de sa mémoire !. Trois années de souffrance, de solitude, trois années à attendre... Il faudra se souvenir, il faudra comprendre, s'expliquer, il faudra pardonner, se pardonner, pour réparer ce qui a été abîmé.

L'histoire est belle, simple comme je le disais en préambule - pas de révélations fracassantes, de drame à vous faire user vos paquets de kleenex- juste la vie, un acte stupide et irréfléchi, une incompréhension, un cœur blessé et c'est ce qui la rend si touchante à mes yeux. Petit bémol, certaines étapes de leurs vies sont effleurées en deux ou trois phrases, quand j'aurais voulu en savoir plus: sur leurs premiers mois ensemble, le coming out de Noah, la réaction de Ben, de ses parents... en fait j'aime tant ces deux là qu'avoir dans le détail leur six années de vie commune ne m'aurait pas du tout dérangé ! Car ils sont magnifiques, ces deux hommes. Clark est le plus âgé, un garçon tranquille, assez timide, fragile parfois, mais aussi aimant et protecteur, lumineux, tandis que Noah le plus jeune est un grand costaud possessif, pas commode et assez effrayant, avec en lui un côté sombre. Mais le premier sait prendre le contrôle quand il le faut, et le second aime lâcher prise quand il en a besoin, dès lors que son homme est là pour le rattraper et prendre soin de lui. Clark et Noah forment un couple incroyable, uni par un amour fou, d'une telle force et d'une telle limpidité que ça vous met les larmes yeux. Bref, j'ai adoré.

par Lena06
Confiance Aveugle, Tome 2 : A travers ces yeux Confiance Aveugle, Tome 2 : A travers ces yeux
N. R. Walker   
Pfiouuuu . Je ne sais pas par quoi commencé ! C'était intense et un vrai cocktail d'émotion. Ce seconde tome on ne s'ennuie pas. De rire aux larmes.... C'était plus que génial. J'ai pas de mot car ce tome, c'est vraiment mon coup de cœur comparé au premier.

Le premier reste génial et simple car on se base sur une relation naissante.
Pour ce seconde on se base sur l'envie de vouloir protège son aimé, de pas le perdre, agir de façon idiot. Bref

Je me suis pas ennuyez une seule fois. J'ai ris, j'ai ragé contre Isaac qui agit toujours de manière idiote, mais on l'aime. J'ai pleuré et j'ai sourie bêtement devant ses jolie lemon sage comme toujours . j'ai même prié, si, si...

La plume de l'auteur est toujours aussi simple et douce , d'une tel légèreté tout comme j'aime.

Encore bravo pour ce seconde tome. J'ai savouré avec amour.
----

Carter, ce bout d'homme qu'on aurais envie d'épousé! J’avoue que je dirai pas non lol. Bref toujours là quoi qu'il arrive, toujours là a ouvrir les yeux, franc parlé. Toujours aussi méfiant et protecteur. On ne doute pas de sa sincérité de son amour envers Isaac. Dans ce tome j'ai simplement eus envie de le réconforté quand les moment été dur pour lui. UN personnage attachant.

Mark, ah la la alors celui là je l'adore. On s'ennuie pas avec lui. Un vrai " gamin" mais a sa façon d'être! Un vraie p'tit "boostant " . Je trouve même dommage qu'on le vois pas beaucoup dans ce Tom. Pour cela que je compte bien acheté le T3 :).

Hannah, j'adore ce petit bout de femme c'est la sœur parfaite qu'on voudrai avoir. Le genre de sœur qui te foutrai un coup de pied au c**, te remonter les bretelle, soutenir la bonne personne tout de même !

'Fin bon, je vais m'arrêté pour ce soir, me remettre de mes émotions ^^. Je devient facilement émotif.... Donc c'était un vrai régal et je relirai avec plaisir :).