Livres
554 961
Membres
600 203

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

1Q84, Livre 3 : Octobre-Décembre



Description ajoutée par x-Key 2012-02-09T20:10:30+01:00

Résumé

Après le succès phénoménal des deux premiers tomes, la suite trépidante et romantique des aventures d’Aomamé et de Tengo, en quête l’un de l’autre sous les deux lunes de 1Q84. Oscillant entre réalisme et fantastique, un nouveau volet tout aussi ambitieux, énigmatique et hypnotique, qui porte un regard fascinant sur la confusion du monde contemporain. Un chef d’œuvre de lucidité et de sensibilité.

Afficher en entier

Classement en biblio - 656 lecteurs

extrait

Là où il y a de la lumière,il y a nécessairement de l'ombre, là où il y a de l'ombre, il y a nécessairement de la lumière. Sans lumière, il n'y a pas d'ombre, et sans ombre, pas de lumière.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Or

Contrairement à d'autres lecteurs, je ne suis pas lassée des répétitions. J'aime ce rythme lent et subtil qui laisse au lecteur tout loisir de laisser errer son imagination . Les scènes "déjà vues" sont toujours abordées d'un point de vue différent du précédent ou avec un élément discret qui permet de lever un peu le voile sur ce qui unit ou sépare les protagonistes. Dans notre monde où tout va toujours trop vite, je ressens cette lecture lente et gracieuse comme un havre de paix.

Certes , nous n'avons pas réponse à tous nos questionnements sur ce monde étrange, mais je ne crois pas que ce soit cela l'important. Pour ma part , la magie a fonctionné ; j'ai eu beaucoup de plaisir à lire ce livre et me suis laissée porter par cet univers poétique. Mon préféré de l'auteur reste sans conteste "Kafka sur le rivage", mais je reste à nouveau subjuguée par la capacité imaginative et l'écriture pleine de métaphores de cet ouvrage.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

On voit que c'est un grand livre mais je n'adhère pas à plusieurs concepts. C'est un grand livre mais pas un chef d'œuvre. Puis cette fin me pète le coquillard ce n'est pas surprenant du tout...

Puis Franche je serais Tengo elle me saoulerait à tout le temps me parler dans l'oreille l'autre là.

Afficher en entier
Argent

Une fin à l'image du récit, qui en dit trop ou pas assez, libre à nous de l'interprétter. Les amants sont enfin réunis, ont est heureux pour eux. J'ai adoré dévorer cette trilogie. Une chef d'oeuvre.

Afficher en entier
Or

Ce tome conclut très bien la trilogie. Même si toutes les réponses ne sont pas apportées, je ne me suis pas sentie frustrée. Comme les héros, j'accepte de ne pas tout comprendre. J'ai beaucoup accroché avec les personnages et avec l'histoire d'amour, fil rouge du roman.

Petit bémol, le personnage de fukaeri m'a manqué !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Shizi 2020-06-23T18:33:32+02:00
Argent

Ce dernier tome clôt ma première serie complète de cet auteur. Après avoir refermé mon livre, il m'a fallut un petit temps de réflexion sur ce qu'il s'y était passé et sur ce que cette lecture dans mon ensemble m'a apporté. De ce point de vue là, il est clair que cela reste encore un peu flou pour moi.

Mais commençons par des choses simples (s'il en est) à commenter. Le style de l'auteur est indubitablement particulier. Soit l'on aime soit l'on déteste. Pour ma part, je me situerais dans la catégorie des gens qui aiment. L'auteur a vraiment le don de me transporter à travers ces pages dans un monde si proche et si éloigné de mon quotidien que j'en ressors toujours avec une pointe d'agacement mais également d'angoisse existentielle s'y je puis dire. En passant, le travail de la ou du traducteur/trice est formidable car elle arrive réellement à nous faire ressentir ce style si particulier caractéristique de ce personnage et également, je suppose, de la mentalité de cette population. L'écriture de Murakami est précisé telle un scalpel. Il ne s'embarrasse pas de fioritures et va toujours à l'essentiel. Ces descriptions sont aussi intimes qu'impersonnelles et il décrit une scène d'amour de la même façon qu'un cadavre gisant sur une table. Il vous transmet vraiment un état d'esprit particulier, sur lequel il est difficile de poser des mots.

Concernant le scénario, ce tome étant le troisième et dernier tome de cette série, on se serait attendu à obtenir plus de réponses notamment sur la nature des Little People, l'origine de ce monde aux deux lunes et le rôle de certains protagonistes. Mais, étrangement, il n'en est rien. La fin met en scène un dénouement auquel je m'attendais, sans surprise, et bien que l'on est quelques informations sur la secte,...de nombreuses questions restent en suspens. Lorsque l'on referme ce livre, il nous reste en bouche un sentiment de l'achèvement d'une fin non terminée. Un beau paradoxe n'est ce pas ? D'un côté nous aimerions avoir des réponses et de l'autre on sent que les explications que nous avons en main sont suffisantes, qu'elles ne méritent en rien des ajouts et que c'est à nous de faire le reste.

J'en suis venue à me demander si toute cette histoire de cette secte et de chrysalide de l'air n'était pas un prétexte pour nous donner des leçons de vie et des sujets de réflexion sur la solitude, l'enfance, le temps, la mort,... Je ne sais pas trop qu'en penser mais j'ai toujours eu l'impression que les différents modes de vie qui nous étaient présentés étaient pleins de une mélancolie, de regret parfois et d'un sentiment d'incomplétude prégnant. Cela en devient presque angoissant et personnellement je me suis dit qu'en aucun je ne voulais vivre de cette façon.

Pour finir, je ne regrette absolument pas d'avoir lu ces trois tomes. Ils m'ont vraiment apporté quelque chose, m'ont fait réfléchir sur ce que je voulais ou non, sur ce que j'imaginais ou sur ce en quoi je croyais. Une lecture clairement perturbante et par moment angoissante, qui vous montre jusqu'où peut aller la volonté de l'homme mais également la responsabilité éthique que chaque être humain porte en lui et pour laquelle il doit toujours et devra toujours rendre des comptes. Un œuvre à liré sans hésitation même si cela vous prend du temps, vous devez la lire.

Afficher en entier
Lu aussi

Un beau livre qui conclue la trilogie d’1Q84, j’ai bien aimé même si certains passages tiraient en longueur.

Afficher en entier
Or

Contre toute attente, au vu des nombreuses critiques négatives sur ce livre, j'ai énormément apprécié ce dernier tome de la saga 1Q84.

Pour commencer il est plus simple : après avoir vu la dimension parallèle de l'année 1Q84 se mettre en place, avec toutes sortes de problématiques repoussantes, on voit se diluer peu à peu ces éléments à connotation fantastique. Pas de sexe bizarre ou déviant non plus. Il y a tout de même une scène violente, parce qu'il faut bien que Murakami pose sa petite touche dégueu, nous rappelant ainsi que le monde où nous vivons est un bad bad world.

La toile de fond fantastique reste tout de même posée, quoique discrète, ou alors j'ai fini par capter ? Allez savoir. L'auteur ballade ses personnages entre deux mondes et en profite pour parler de ses sujets de prédilection.

Tout d'abord, ce qui est remarquable c'est la solitude des protagonistes. Pour différentes raisons ils sont seuls, voire isolés, solitaires, indépendants, originaux, bizarres…. Bref, ce sont de drôles de pistolets tous autant qu'ils sont, les bons comme les vilains, et surtout le plus inclassable de tous : l'étrange Ushikawa. Chaque personnage permet à l'auteur de développer un aspect particulier de la solitude : affranchissement du regard des autres, excentricité, junk-food, passions et monomanies, investissement dans le travail, cynisme, instinct de survie et culte du corps, etc.

Les raisons de la solitude : enfance malheureuse, laideur, milieu familial marginal, appartenance à une secte, famille monoparentale, caractère original, drame personnel à l'âge adulte, perte d'un enfant, pauvreté ou richesse…

On comprendra aisément que les solitaires trouvent leur compte et peuvent aisément s'identifier parmi les personnages de Murakami. A ce propos, une petite anecdote personnelle : on connaît tous la prédilection de Murakami pour les pantalons Chino quand il s'agit d'habiller ses héros masculins. Il existe aussi des chinos pour femme, eh oui ! Et j'en ai porté dans les années 80. Sans le savoir, je mettais un pied après l'autre dans l'algorithme murakamien. C'est pas beau ça ? Moi, ça me fait rêver:)

Plus sérieusement, parmi les thèmes abordés par l'auteur : le corps, sa croissance et sa dégérescence puis la fin de vie, les maisons de soin, la maladie d'Alzheimer, la mort, les funérailles… Plus joyeusement, les karaokés et les soirées arrosées entre collègues, la NHK et les collecteurs de la redevance, et aussi les aspects sympas de la vie quotidienne : faire le plein de courses, se faire livrer et se préparer des petits plats équilibrés, ou pas. L'environnement urbain est bien décrit : logements, jardins publics. Autre thème important : la maltraitance des femmes et les organisations de défense qui les prennent en charge, grâce à des fonds privés. le harcèlement scolaire, l'ostracisation des « différents » est également un thème important, illustré par la vie d'Aomamé, Ushikawa, et dans une moindre mesure ou différemment, par Tamaru et Tengo.

L'écriture est toujours aussi agréable, poétique, avec des métaphores originales et des digressions qui font souvent écho à nos propres divagations – pour peu qu'on soit rêveur, pensif et qu'on s'abandonne aux élucubrations. A ce propos, Murakami aborde les aléas de la vie d'écrivain à travers le personnage de Tengo et c'est très édifiant, encourageant aussi.

Les chats sont présents dans le livre, mais la musique brille par son absence qui est d'ailleurs soulignée. L'épisode du karaoké ne compte pas vraiment, la musique qui compte chez Murakami c'est essentiellement le jazz, le classique et les variétés américaines par ci par là.

Je vais faire l'impasse sur les oreilles et les seins, j'ai assez blablaté, et pourtant il y en aurait beaucoup plus à écrire sur ce roman, et sur la trilogie. Basta, c'est bon comme ça. Si vous avez lu ce pavé, merci et je vous promets de faire plus court la prochaine fois.

Juste un dernier mot : L'univers de Murakami est mon doudou littéraire. Un peu comme les lapins en tissu velouté que les petits ne veulent pas lâcher : très joli, solidement cousu, mignon tout plein, un peu crado et plein de microbes.

Afficher en entier
Bronze

Un volet qui vient clôturer cette trilogie, nous laissant un sentiment d'ensemble inachevé.

Beaucoup de questions restent en suspens, des personnages oubliés et une fin un peu précipitée.

Bref proportionnellement, je trouve ce dernier roman assez inégal, et assez en-dessous de l'ambition de l'auteur.

Pour être plus claire, beaucoup d'attente pour au final un résultat assez décevant.

Cela demande aussi un certain savoir faire chez les "bons" écrivains : imaginer un scénario qui puisse tenir toutes ses promesses, solliciter l'attention du lecteur sur plusieurs livres, mais encore faut-il un épilogue à la hauteur, et dans ce contexte on ne peut pas dire que ce soit une réussite.

Manifestement, on ne peut pas dire que l'alchimie soit bonne avec cet auteur, lequel j'avais lu "Underground", qui ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable non plus .

On va dire que le meilleur reste à venir ;)

Afficher en entier
Or

Ce tome qui clôt la saga prend son temps, plus que dans les livres précédents. Aomamé reste cachée dans un studio impersonnel de passage, espérant chaque soir apercevoir Tango. Celui-ci, quant à lui, reste de longues journées auprès de son père comateux, désirant revoir la chrysalide qui contenait la jeune Aomamé.

Heureusement, pour insuffler du dynamisme au récit, l’auteur nous fait suivre l’enquête d’Ushikama. Cet ancien avocat devenu détective privé, laid et tout aussi solitaire que les personnages sur lesquels il investigue, met du piment dans l’histoire et permet de faire le lien entre nos deux héros.

Et finalement, Aomamé et Tango se retrouveront-ils ?

Haruki Murakami a une plume qui s’attarde en décrivant les petits gestes de chaque journée plutôt que d’aller immédiatement vers l’instant où une action se déroule. Mais c’est tellement bien écrit que le lecteur se laisse prendre. Chaque protagoniste repense au passé, refait chaque jour les mêmes choses… Tout en avançant petit à petit dans la compréhension de ce qui lui arrive.

C’est un roman où le lecteur doit savoir être patient, mais cela en vaut la peine, pour découvrir un Japon à la fois réaliste et teinté d’une touche de fantastique que je n’ai trouvé nulle part ailleurs.

Afficher en entier
Diamant

J’ai beaucoup aimé ce troisième tome même si le rythme est assez lent. En effet il ne se passe pas tant de chose que ça en 600 pages. On tourne en rond au début avec beaucoup de répétitions. A la fin tout s’accélère et l’histoire ce termine.

Et là, frustration. J’aurais aimé en apprendre plus sur ce monde et son fonctionnement. Mais cette part de mystère confère son charme à l’oeuvre.

Je ne peux que conseiller cette série qui m’a permis de m’évader dans un univers étrange et plein de danger.

Afficher en entier
Diamant

Une fin en apothéose qui ne gâche rien des promesses des deux premiers tomes. Le style et le monde de Murakami sont tout à fait fantastiques, dans les deux sens du mots. C'est formidable. Et on en redemande, encore et toujours !

Afficher en entier

Dates de sortie

1Q84, Livre 3 : Octobre-Décembre

  • France : 2012-03-01 (Français)
  • France : 2013-02-07 - Poche (Français)

Activité récente

BERAL l'ajoute dans sa biblio or
2021-04-28T17:19:50+02:00
Avencry l'ajoute dans sa biblio or
2021-04-25T23:01:00+02:00
viaoli l'ajoute dans sa biblio or
2021-04-13T14:18:05+02:00

Titres alternatifs

  • いちきゅうはちよん - Japonais

Évaluations

Quizz terminés récemment

Les chiffres

lecteurs 656
Commentaires 61
extraits 92
Evaluations 121
Note globale 7.78 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode