Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Commentaires de livres faits par 2000emma

Extraits de livres par 2000emma

Commentaires de livres appréciés par 2000emma

Extraits de livres appréciés par 2000emma

Les plus récents d'abord | Les mieux notés d'abord
date : 15-09
— Ça fait cinq ans que je te connais…
— Et ça fait cinq ans que je te désire.
Sa confession me laissa sans voix.Il m’en avait déjà fait une similaire auparavant mais sans savoirpourquoi, celle-ci me semblait plus lourde de sens, plus solennelle, sans doute.—
Quoi ? demandai-je en retenant mon souffle.
Il sourit franchement devant mon air hébété.
— Est-ce que ça t’aiderait si je te disais que je suis en train de tomber follement amoureux de toi ?
Merde alors ! Jack semblait nerveux mais je ne parvenais pas à deviner s’il essayait de m’arracherun sourire – ce qui fonctionna – ou s’il parlait sérieusement.Il ne s’attachait jamais assez aux genspour éprouver des sentiments à leur égard, ou tout simplement se soucier d’eux.Mais il m’avaitouvert son cœur, bousculant toutes ses règles pour Logan et moi.Je m’en voulus aussitôt d’avoirabordé ce sujet.
— Vraiment ?
Ses lèvres s’étirèrent en un vague sourire, puis il fronça les sourcils – comme si lui-même n’étaitpas vraiment sûr de ce qu’il ressentait.
— Je n’aime personne, Emma, déclara-t-il, anéantissant ma lueur d’espoir.
Sans un mot, il me saisit par la taille et m’installa à califourchon sur ses genoux.Ma longue robeen soie noire hors de prix était heureusement fendue des deux côtés jusqu’à mi-cuisses, ce qui m’évitade la déchirer.Je laissai toutefois échapper un hoquet de surprise, prise au dépourvu par la rapidité dece mouvement.Les yeux de Jack s’assombrirent tandis qu’il contemplait ma bouche entrouverte.Je rougis en pensant à tout ce que j’aurais aimé lui faire avec.Il grimaça et ferma les yeux.Quand il les rouvrit, son expression s’était radoucie et une sensationde chaleur m’envahit.— Je crois que je peux faire une exception pour toi.Et pour Logan.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Pourquoi ?
— Pourquoi quoi ?
— Pourquoi donc faut-il que tu sois si magnifique que je n’arrive pas à techasser de mes pensées ?
— Ah, fais-je une fois de plus en clignant des yeux à répétition
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Il était désolé de m’avoir laissée.Il s’est excusé plusieurs fois de suite etil m’a préparé le petit déjeuner ce matin.Mase est un homme bon.Il m’aime.Arrête d’essayer de me faire douter de lui.
Captain se leva sans me quitter des yeux.Il ne souriait plus, et n’avait plusson petit air prêt à débiter des remarques déplacées.C’est la première fois queje lisais une expression sincère sur son visage.
— Je n’essaie pas de te contrarier.J’essaie de te monter que tous leshommes ne sont pas ce qu’ils ont l’air d’être.Personne ne l’est, chérie.J’en aitrop souvent été le témoin.Et la première fois que j’ai croisé ton regard, j’y ailu une douleur que je comprenais.Avant même que tu n’ouvres la bouche pourenchanter mon âme dure et amère, j’avais déjà envie de te protéger.C’est plusfort que moi.
J’étais bouche bée.Il fallait qu’il s’en aille.Ça n’avait plus rien d’undéjeuner innocent.
— Pars, s’il te plaît, fis-je en montrant la porte.
Il ne protesta pas.Il se contenta de hocher la tête, de tourner les talons et desortir.Je restai les yeux rivés sur la porte fermée pendant plusieurs minutes.Cethomme était dangereux.Je ne pouvais pas le laisser m’approcher.Je ne voulaispas de son honnêteté.Je ne voulais pas de ses vérités.Je voulais Mase.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Maintenant, raconte, il y a eu de l’action avec Mase ?
Je repensai à la nuit précédente et à quel point il m’avait réconfortée.Mêmeaprès mon dérapage, il s’était montré doux et attentionné.
— Je l’aime.
Voilà, c’était fait, il fallait que je le dise à quelqu’un.Jimmy pila d’un coup et se tourna vers moi.Heureusement, nous n’étionsencore pas sortis du parking.
— Est-ce que j’ai bien entendu ce que je viens d’entendre ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 07-08
– C’est bon.Tout va bien, Fallon.La seule chose qui cloche dans ma vie c’est que tu n’en fasses pas partie à chaque instant.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
– Tu fais la meilleure tarte au potiron que j’ai jamais mangée !
J’ai éclaté en sanglots devant lui, parce que je savais que c’était sa façon de me dire qu’il m’aimait.
– Moi aussi, je t’aime ! ai-je répondu en sanglotant.
Alors, Norm s’est levé en fronçant les sourcils.
– Et merde ! Maggie ! Bree a besoin de toi !
Peut-être étais-je légèrement fragile émotionnellement.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 13-07
Baptiste : Bonjour, Kate.Dans d’autres circonstances, j’aurais pu rebondir sur quelque chosede plus original qu’un « tu es belle et intrigante » mais ton profil est plutôt succinct.À cela, jepourrais ajouter que j’adore la cuisine, que je suis un véritable épicurien… Mais serait-cesuffisant pour attirer ton attention ? J’en doute ! Parlons de mes qualités… j’y réfléchis… cen’est pas évident ! Je te laisse plutôt venir le découvrir par toi-même…
Je ris… souris… sous l’œil attentif de Lucy qui n’en perd pas une miette…
*
— Ben dis donc…
— Quoi ?Elle croise les bras sur sa poitrine en haussant tout de même un sourcil amusé.
— Non rien…
— Il est bien non ?
— Apparemment.Je sens qu’il est temps que je te laisse !
Après son départ, je consulte le profil de Baptiste, trente-deux ans.Ses photos représentent un hommebrun souriant, habillé de façon chic et décontractée.Je m’affaisse contre mon dossier, le sourire auxlèvres.Il semblerait que j’ai trouvé le candidat parfait.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Numéro Inconnu : [De si vilaines paroles ne devraient pas sortir d’une si jolie bouche.]Quoi ? Je le relis trois fois.Je ne comprends absolument rien ! Ma coloc pose sa tête sur monépaule pour regarder ce qui a l’air de me perturber à ce point.Elle lit à haute voix, se retourne versmoi avec un regard lourd d’un millier de questions et un petit sourire malicieux aux lèvres.— Ne me regarde pas comme ça ! Je ne sais absolument pas qui c’est !Je hausse les épaules.— Et bien, demande-lui !Ce qui semble apparemment, pour elle, vraiment facile.— Et si c’était encore Alexis ?Elle hausse le ton.— Impossible ! Il est bien trop bête pour te sortir un truc pareil.— C’est sûr, mais où a-t-il eu mon numéro ce mec ?J’essaie en vain de me rappeler si j’aurais, sous l’effet de ma soirée bien arrosée, pu laisser monnuméro à quelqu’un, mais rien.vide total !Je pianote, recommençant mon message par deux fois.Moi : [Qui est-ce ? Et comment avez-vous eu mon numéro ?]La réponse est immédiate.Aude tente de m’arracher le téléphone des mains, parce que je ne lis pasle message.— C’est bon, je l’ouvre ! Pousse-toi un peu !Je la repousse, car elle commence à s’écrouler lamentablement sur moi.J’ouvre tout doucement, juste pour l’énerver un peu plus.Numéro Inconnu : [Je suis l’espèce de connard qui détient ta chaussure en otage !]Je reste comme une imbécile à fixer le message et Aude m’imite.On se regarde mutuellement sansavoir trop de réponses.Le téléphone vibre à nouveau, accusant l’arrivée d’un autre SMS.Numéro Inconnu : [Rendez-vous ce soir au Saphir pour que je te rende l’otage en main propre.Pasde rançon exigée.]Je regarde ma copine, haussant les épaules et levant les yeux au ciel.Je ne comprends absolumentrien !— C’est quoi le Saphir ?— C’est le bar d’hier, espèce d’idiote !Ah bon !Elle se lève d’un coup et me sourit.— Je trouve ça carrément romantique ; un rendez-vous avec un inconnu.Elle se dandine, comme si j’avais décroché le gros lot à la loterie.Je lui balance mon oreiller enpleine face.— Parce que tu crois que je vais y aller ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Dévin !— J’suis malade…— Redresse-toi un peu que j’entre.Il replie ses jambes et s’adosse à la baignoire.J’entre et étudie son cas : il est pâle comme un mort.OK, je le déteste, mais je ne suis pas un monstre non plus.— Appuie-toi sur moi et grimpe dans la baignoire.Tu as besoin d’une douche.Tu sens le vomi,c’est affreux.Il s’accroche à moi et j’essaie de l’aider du mieux possible.Il est lourd.Il s’assied et j’attrape lepommeau de douche.Il est tout habillé, mais tant pis.Hors de question que je lui ôte ses vêtements.J’ajuste la température de l’eau et lui envoie le jet en pleine tête.Il me gratifie d’un magnifique« Connasse ».Charmant !Je cale le pommeau et m’installe sur le bord de la baignoire.Je risque d’avoir une sale tête auboulot demain : heureusement, je ne travaille que le matin.Merde ! Il se déshabille le con !— Bon, je pense que tu t’en sortiras tout seul maintenant.— Non.Reste.Aide-moi… Je n’y arrive pas.Oh, la galère ! Il est complètement entortillé dans son tee-shirt trempé.Je tire dessus et arrive enfinà le lui retirer.Je suis surprise, je ne savais pas qu’il était autant tatoué.En même temps, je ne lui prêtejamais attention.Il se laisse glisser au fond de la baignoire.— Aide-moi à enlever mon jeans.Oh pitié, pas ça !Je tire sur une jambe, mais c’est tout collé.Finalement, j’aurais mieux fait de le déshabiller avant…Au bout d’un long moment et de nombreux efforts, je tombe par terre, à bout de souffle, le jeanstrempé sur les jambes.— C’est bon, je peux partir cette fois ?— J’ai pas de serviette.Il me saoule !Je fouille dans le meuble sous le lavabo pour en trouver une assez grande pour lui.Je ferme lesyeux et lui tends.— T’es vraiment coincée, toi ! Approche, je n’arrive pas à l’atteindre.J’avance de deux pas à tâtons et une main m’attrape : le sol se dérobe sous mes pieds, je tente de merattraper à quelque chose, mais mes jambes battent dans le vide.À peine ai-je récupéré un peud’équilibre que je me retrouve subitement sous l’eau.J’ouvre les yeux… Cet enfoiré m’a soulevée deterre, m’a mise dans la baignoire et m’envoie le jet en pleine figure.— T’es qu’un connard, Dévin Daney !— Oh, rigole ! Ça te décoincerait un peu.Mes yeux tombent sur son boxer noir et je vire au rouge en l’espace d’une micro seconde, ce quisemble beaucoup l’amuser.Je suis trempée et dégoûtée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Tout se passera pour le mieux, tu verras. Je suis content que tu aies décidé de leur parler. Tu
peux leur faire confiance, ils vont t’aider.
— Je le sais. J’ai juste peur pour eux, pour vous.
Il leva un sourcil.
— Je ne vois vraiment pas pourquoi. Tu as vu ces muscles ? dit-il en pliant son bras droit en deux
pour me montrer ses biceps. Eh bien, nous avons tous les mêmes. Enfin, les miens sont ceux d’un
Titan (clin d’œil à l’appui), on ne risque rien.
— Tu fais le kakou, mais tu sais que ce n’est pas suffisant. Darius n’est pas aussi charpenté que toi
et pourtant, il n’est pas en reste au niveau de la force.
— Pff…, siffla Leith avec arrogance. Tu compares un lion à un chat !
— Mais quel crâneur tu fais !
— Femme de peu de foi ! s’esclaffa-t-il. Tu es fatiguée ?
— Pas du tout ! Je suis la petite amie d’un titan, il faut que j’assure !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Ce n'est pas exactement comme ça que tu avais imaginé ton prince charmant, n'est-ce pas ?
J'eus un sourire sans équivoque.
— Trop tard, maintenant que j'y suis, j'y reste !
— Ben tu n'as pas le choix ! m'écriai-je.
Il glissa une main derrière ma tête et m'attira contre lui.
— Tu es la meilleure chose qui me soit arrivé, Hannah. Ma vie est si différente maintenant que tu es
là, tellement plus belle, plus douce, plus intéressante.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Pardon, Hannah, grinça-t-il, furieux. Tu ne sais pas quelle haine m'habite en ce moment. Tu es
l'être le plus merveilleux qu'il m'ait été donné de rencontrer. Je ne permettrai jamais qu'il t'arrive
quelque chose tu comprends ? Je me damnerai pour te protéger, je donnerai ma vie pour toi. Tu es
mon souffle, Hannah, l'air qui me permet de respirer, tu fais courir le sang dans mes veines, je t'aime
plus que de raison. Il ne doit rien t'arriver !
Et moi je voulais qu'il ne lui arrive rien, à lui.
- Je t'aime aussi tellement. (Nous nous le disions pour, la première fois.)
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Je serre plus fort la
main de
Joshua. Le soleil californien nous nimbe
d’une lueur dorée. Quand arrive mon tour
de parler, c’est sans aucune hésitation que
j’affirme :
– Je le veux.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 28-06
Ma gorge se noue. Une fois, dans le code de la drague, ça ne compte pas vraiment. Nous n’avons
échangé aucune promesse et pourtant… J’ai bien senti cette électricité entre nous, cette étincelle qui
fait que cette relation naissante échappe aux codes. Ou échappait. Je déplace ma fourchette sur la
nappe. Le tissu pêche est parsemé de minuscules pétales blancs. Je les brosse du plat de la main.
– Qu’est-ce que tu fais ? demande Joshua.
– Une liste.
– Pour ?
Je pose un pétale du côté gauche de la fourchette.
– Le sexe était fantastique.
Puis un du côté droit :
– Nos parents en feraient une jaunisse.
Joshua éclate de rire :
– Tu es sérieuse ?
– Complètement, dis-je en tapotant mon front du bout de mon index. Je réfléchis.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Jolly est plus que ma première vraie petite amie, mec : c’est mon
oxygène. Ma putain de raison de vivre.
En voyant Roméo me serrer tout contre lui, Lexi et Ally poussent un soupir
transi, tandis que Cass fait mine de se faire vomir de deux doigts au fond de
la gorge.
Jimmy-Don retire son Stetson et s’évente, hilare. Il se met à hurler.
— Putain, tu me tues, mec ! Tu me tues, sans déconner !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 19-06
— Est-ce que tu te souviens de mon rêve ? enchaîne-t-il.
Je hoche la tête sans pourtant pouvoir répondre. Je suis hypnotisée par ses prunelles
brillantes.
— Je rêve de fonder une famille et de me marier, mais pour réaliser ce rêve, il fallait que
je rencontre la femme de ma vie…
Je retiens mon souffle lorsqu’il se baisse et pose un genou à terre. Oh, mon dieu.
— Noah…
— Je t’aime plus que tout au monde, Constance, plus que je ne m’aime moi. Tu fais de ma
vie un paradis sur Terre et je ne rêve que d’une chose : que tu deviennes Constance Dumont.
Il sort un écrin en velours noir de la poche de sa veste et l’ouvre devant moi. Je ne vois
même pas ce qu’il y a à l’intérieur, les larmes me brouillent la vue.
— Constance Anne Pradel, fais-moi l’honneur de devenir ma femme. Épouse-moi.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 17-06
— Je suis venu parce que j'ai besoin de toi comme jamais je n'ai eu besoin de personne dans ma vie.
Tu m'es indispensable. Sans toi, je ne suis que la moitié d'un homme. Quand est-ce que tu vas comprendre
que je suis à toi ? Mon cœur, mon corps, mon âme, même mes rêves sont à toi. Je t'aime, Savannah.
Putain, je t'aime comme un fou !
Le peu de cœur qu'il me reste se désintègre en entendant sa déclaration. Son expression tourmentée
me bouleverse et m'ébranle jusqu'aux tréfonds de mon âme, apaisant avec douceur ses recoins blessés.
Ses sentiments, enfin dévoilés, agissent comme un baume réparateur sur les plaies de mon cœur. Je crois
bien que je flotte. Mes pieds ne touchent plus terre et ma tête est clairement au milieu des étoiles. Plus
rien ne peut m'atteindre, il m'aime. Il m'aime comme un fou !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 10-06
C'est une histoire vraie mais je ne peux croire qu'elle ce passe vraiment
C'est aussi une histoire de meurtre. Je ne peux croire à ma chance
Et une histoire d'amour (je crois), comble du bizarre, si tard dans ce siècle, si tard dans cette foutue journée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 09-06
(Thomas)
Je suis encore en train de tenter d’assembler deux accords quand du bruit me fait sortir de ma
pseudo-concentration. Quand je dis bruit, c’est plutôt un grand boucan ! De la musique, ou du moins ça
aurait pu en être si ce n’était aussi fort, et des cris. Je me lève précipitamment me demandant ce qu’il se
passe. Le son vient de la résidence. Je sors donc sur la coursive pour essayer de déterminer d’où vient le
vacarme. Personne autour ou dans la piscine. Les coursives menant aux différents étages des immeubles
sont désertes. Sur mon palier, je remarque que le bruit est proche. Sûrement issu d’un des appartements
de l’étage. Étant propriétaire du dernier logement de cet étage, je me déplace vers les appartements sur
ma gauche. Je n’ai pas loin à aller. Cela vient de chez mes voisins, tout de suite à gauche. Les fenêtres
sont grandes ouvertes, permettant à tout le monde de profiter de ce vacarme. Une fois la surprise passée,
je crois reconnaître un morceau de musique. Un demi-sourire apparaît sur mon visage quand je découvre
la scène qui se joue devant moi. Par la fenêtre du salon grande ouverte, je vois une fille de dos. Elle est
habillée avec un court short en jean effiloché qui laisse voir de jolies jambes galbées. Son débardeur
rose met en valeur sa poitrine généreuse et sa taille fine. Même si ses cheveux châtains sont attachés en
une queue-de-cheval haute, on peut deviner qu’ils sont très longs et ont tout d’une crinière. Mais ce n’est
pas tant sa tenue ou son physique ni même sa peau qui ont attiré mon attention, mais plutôt la danse
qu’elle réalise. Elle ondule dans tous les sens de façon très sexy. Je ne peux m’empêcher de sourire
quand un balai à la main lui servant a priori de micro elle se met à chanter le refrain et sur la dernière
phrase, qui est aussi le titre de la chanson[12], c’est là qu’elle se retourne en pointant son doigt dans ma direction
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Je t’aime, affirmai-je sans aucune réserve.
Jamais il n’y eut de mots plus vrais. Woods s’immobilisa et sa gorge se mit en mouvement tandis qu’il
avalait avec difficulté. Je caressai doucement son cou du bout de mes ongles. Chaque millimètre de son
corps me fascinait.
— Je t’aime. Jamais je ne t’abandonnerai, et je te jure, ma chérie, que tu ne seras jamais seule.
Ses mots étaient chargés d’émotion. Je détournai mon regard de la ligne de sa nuque pour le poser sur
ses yeux qui brillaient de larmes.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
– Kellan ?
– Ça va, je t’assure…
– Non, c’est juste que je me demandais… pourquoi tu veux faire tout ça avec moi ?
Je veux dire, tu sais que ça mène à rien, alors pourquoi tu perds ton temps ?
– Je perds jamais mon temps avec toi, dit-il d’une voix douce et caressante. Et si
c’est tout ce que je peux avoir…
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
date : 11-05
— Je t’écoute.
Encore une gorgée.
— Je t’aime.
Je recrachai ma bière sur la table, éclaboussant nos mains jointes.
— Et merde.
— Je vais chercher des serviettes, dit-il en me lâchant la main et en se levant.
Il revint quelques instants plus tard. Je restai assise là, comme une poupée de chiffon, tandis qu’il
essuyait mon bras puis la table. Je n’étais plus bonne qu’à trembler. Délicatement, il m’aida à sortir du
bar.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
– Tu ne laisseras rien m’arriver, hein, Garrett ?
Je dois déglutir plusieurs fois avant d’arriver à parler malgré le nœud qui s’est formé
dans ma gorge.
– Jamais.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
– Tu es la plus belle femme
que j’aie jamais vue.
J’ai des papillons dans le
ventre.
– Je ne suis pas sûre que…
– Reste, m’interrompt-il dans
un murmure. Je ne peux pas
supporter de te laisser partir.
Quand je pense au jour où tu
partiras… je deviens fou.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
— Et Eden, je te présente…
Tyler déglutit une fois de plus, hésitant. Il se reprend pour maîtriser l’angoisse soudaine qui vient
de le frapper. Je sais déjà ce qu’il va dire.
— … mon père
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
Ce ne sont pas des paroles, mais trois mots, dans son écriture peu soignée. Trois mots en
espagnol : No te rindas.
Il anticipe ma question.
— Ça veut dire « n’abandonne pas ». C’est simple : si tu n’abandonnes pas, je n’abandonnerai pas
non plus.
— Je ne sais pas quoi dire.
Je n’arrive pas à le regarder. N’abandonne pas. Qu’est-ce que ça veut dire exactement ? Il veut
qu’on essaye à nouveau ? Il veut que je le choisisse ?
— Tu n’as pas à dire quoi que ce soit. Simplement, penses-y.
Y penser ? Il croit vraiment que je peux penser à autre chose ? C’est tout ce que j’arrive à faire. Je
vais certainement passer l’été entier à penser et repenser à Tyler et à Dean. À la fin, il faudra choisir
l’un des deux.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0


  • aller en page :
  • 1
  • 2