Livres
553 577
Membres
597 818

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Paulina_bookaddict 2021-05-16T13:38:12+02:00

- Malheureusement, durant les 365 jours qui viennent, ce ne sera pas possible. Je veux que tu me consacres la prochaine année. Je vais faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que tu tombes amoureuse de moi, et si dans un an, tu n'as pas changé d'avis, je te relâcherai.

Ce n'est pas une proposition, mais une information, je ne te donne pas le choix.

Je te dis juste comment ça va se passer. Je ne vais pas te toucher, je ne ferai rien que tu ne veuilles pas que je fasse, je ne te forcerai pas, je ne te violerai pas, si c'est ce dont tu as peur ... Car si tu es réellement pour moi un ange, je veux te traiter avec autant de respect que ma propre vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2021-05-10T14:12:54+02:00

Exemple de non-consentement :

Frustrée par son indifférence, je m’allonge dans le lit, lui tourne le dos et m’endors presque instantanément.

Je sens que quelqu’un caresse mon clitoris. Je sens deux doigts me pénétrer. Dans un demi-sommeil, je suis un peu désorientée. Je ne sais pas ce qui se passe, si je suis dans la réalité ou si je rêve.

– Massimo ?

– Oui ?

– Qu’est-ce que tu fais ?

– Il faut que je te pénètre, sinon je vais devenir fou, dit-il en se collant contre moi de sorte que je sens sa superbe érection contre mes fesses.

– Je n’ai pas envie.

– Je sais, répond-il en me pénétrant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par adeleh 2021-05-06T13:25:27+02:00

J’attrape ma tunique, mon sac et je me précipite vers le lobby. Je cours à travers le hall et je me retrouve dans la rue. Je sens qu’une vague de larmes ne va pas tarder à me submerger. Je mets mes lunettes de soleil et je pars.

Les rues de Gardini ressemblent à une peinture de paysage urbain. Le long des trottoirs, il y a des arbres en fleurs et les bâtiments sont très bien entretenus. Malheureusement, dans l’état où je suis, je n’arrive pas à apprécier toutes ces belles choses sous mes yeux. Je me sens si seule. Soudain, je me rends compte que les larmes ont commencé à couler. Je cours en sanglotant comme si j’essayais d’échapper à quelque chose.

Le soleil est déjà orange. Je continue à marcher. Lorsque ma colère est passée, je sens à quel point j’ai mal aux jambes.

Mes sandales compensées, même si elles sont très belles, ne sont pas faites pour un marathon. Dans une ruelle, j’aperçois un café, italien, l’endroit idéal pour se reposer, d’autant que la carte indique qu’il y a du vin mousseux. Je m’assieds dehors, devant la mer calme et plate. Une femme âgée m’apporte un verre et me dit quelque chose en italien en me caressant la main. Mon Dieu, sans même comprendre un mot, je devine qu’elle me parle des hommes qui peuvent être odieux parfois et qu’ils ne méritent pas nos larmes. Je reste assise à contempler la mer jusqu’à la tombée de la nuit.

J’aurais été incapable de me lever après avoir ingurgité une telle quantité d’alcool sans avoir mangé une superbe pizza aux quatre fromages. Elle était encore plus réconfortante que le vin et le tiramisu fait maison, lesquels étaient encore meilleurs qu’un champagne.

Je me sens prête pour repartir et faire face à la situation à laquelle j’ai échappé. Je me dirige tranquillement vers l’hôtel.

Les ruelles que j’emprunte sont quasiment vides, trop éloignées de la promenade principale et de la mer. Soudain, deux SUV passent près de moi. Ils me rappellent ceux que j’ai aperçus à l’aéroport

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lolita-svg 2021-05-18T20:53:33+02:00

« Quand tu es arrivée, je tai observée toute la nuit. Je sentais ton odeur, la chaleur de ton corps, tu étais vivante, tu existais et tu étais si près de moi. Je narrivais plus à te quitter, je tai regardée jusquà ce que tu te réveilles. Javais une peur irrationnelle de me lever, je me disais que si je partais, tu allais disparaître. »

Massimo

Afficher en entier
Extrait ajouté par Paulina_bookaddict 2021-05-21T23:49:50+02:00

- Je t'aime, chuchote-t-il. Je ne peux pas faire autrement. Je t'aimais même avant que tu apparaisses réellement. Je rêvais de toi, j'avais des vision de toi, je savais comment tu serais. Tout ça s'est confirmé quand je t'ai rencontrée, ajoute-t-il en posant ses mains sur mes hanches.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2021-05-16T20:08:57+02:00

- J'ai été idiot de penser que ça pouvait être différent, qu'on y arriverait. Tu mérites quelqu'un de mieux, bébé.

Afficher en entier
Extrait ajouté par adeleh 2021-05-06T23:28:36+02:00

– Il y a quelques années, j’ai eu, disons, un accident. On m’a tiré dessus à plusieurs reprises. C’est le risque qu’on encourt en appartenant à une famille comme la mienne. Lorsque j’étais sur mon lit d’hôpital entre la vie et la mort, j’ai vu… Il s’interrompt, se lève et se dirige vers la cheminée. Il pose son verre et pousse un soupir.

– Ce que je vais te dire est difficile à croire et, jusqu’au jour où je t’ai aperçue à l’aéroport, je n’avais pas imaginé que tu pouvais être réelle. Regarde ce tableau au-dessus de la cheminée.

Je lève les yeux. Et je reste paralysée. C’est le portrait d’une femme qui a mon visage. J’attrape mon verre et le vide d’un trait. Massimo continue :

– Lorsque mon cœur s’est arrêté, je t’ai vue… Après de nombreuses semaines dans le coma, je me suis réveillé et, petit à petit, j’ai retrouvé mes capacités physiques et intellectuelles. Dès que je m’en suis senti capable, j’ai appelé un artiste pour peindre ma vision, le tableau de la femme que j’avais aperçue. C’est toi qu’il a peinte.

Ça ne fait aucun doute : la femme qui est sur cette peinture, c’est moi. Mais comment est-ce possible ?

– Je t’ai cherchée partout. Même si, quelque part au fond de moi, j’étais persuadé qu’un jour tu allais apparaître. Et c’est ce qui s’est passé. Je t’ai vue en sortant du terminal. J’étais prêt à t’attraper pour ne plus te lâcher, mais c’était trop risqué. Depuis ce moment-là, mes hommes te suivent. La Tortuga, le restaurant dans lequel tu t’es retrouvée, est à moi, mais c’est le hasard qui a fait que tu y es allée. Sachant que tu étais là, je ne pouvais pas rater l’opportunité de te parler et le hasard a fait que, encore une fois, tu t’es trouvée derrière une porte où tu ne devais pas être. Je ne peux pas dire que ces hasards n’étaient pas à mon avantage. L’hôtel dans lequel tu étais m’appartient aussi, en partie…

Afficher en entier
Extrait ajouté par adeleh 2021-05-06T13:13:38+02:00

Giardini-Naxos est si beau la nuit, si coloré. Avec ses petites ruelles pleines de vie et de musique, et toutes sortes de gens, des jeunes fêtards comme des mères avec leurs enfants. La Sicile ne prend vie que la nuit, la journée étant bien trop chaude pour qu’on puisse faire quoi que ce soit. On arrive au port, qui est la partie de la ville où il y a le plus de monde à

cette heure-ci. Tout au long de la promenade, on peut apercevoir un défilé de bars, de restaurants et de cafés.

– Je vais mourir de faim, je vais tomber et y rester, dit Caroline.

Michel montre du doigt un des restaurants sur la plage.

– Regardez celui-ci, il a l’air parfait.

La Tortuga est un lieu élégant avec des fauteuils, des canapés blancs et des tables en verre. L’endroit est entièrement éclairé de bougies. Le toit, lui, est fait d’un tissu en voile qui bat dans le vent, ça donne l’impression que le restaurant est en pleine mer et prêt à s’envoler. Et malgré les prix élevés, La Tortuga est bondée. Martin a, du regard, attiré l’attention du serveur et, grâce à quelques euros discrètement glissés dans sa main, nous avons très rapidement été installés à une table. Ma robe et moi, nous ne nous fondons pas du tout dans le paysage. En traversant le restaurant, j’ai eu l’impression d’attirer tous les regards. J’étais une sorte d’ampoule noire sur un fond complètement blanc.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2021-05-16T20:08:02+02:00

On reste enlacées. On pleure et on tremble comme s'il faisait moins trente dans la voiture. Elle a eu vraiment peur, c'est la première fois que je la vois dans un tel état. Même si je ne me sens très fragile, il faut que je la réconforte.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2021-05-16T20:06:37+02:00

- Tu as une tâche difficile devant toi, Laura. Être la femme d'un tel homme peut représenter un vrai défi. Je sais de quoi s'occupent ton homme et le mien, c'est pour ça que je te dis moins tu en sais, mieux c'est.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode