Livres
564 530
Membres
616 836

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Bibliophale24 : Ma PAL(pile à lire)

Le Prieuré de l'oranger Le Prieuré de l'oranger
Samantha Shannon   
Une fantasy avec les femmes à l'honneur que j'ai adoré ! Ce livre est une pépite, il est juste GENIAL ! J'ai tout aimé dans ce livre. Il n'y aucun moment plat, tout les chapitres contribuent à faire avancer l'histoire qui est juste DINGUE ! On switch entre l'est et l'ouest tout le long du livre en suivant différents personnages à divers endroits du monde et plus on avance dans notre lecture, plus les éléments s'emboitent ! L'intrigue est énorme, je ne m'attendais pas du tout à ça, mais c'était tellement bien !
J'aime beaucoup trop ce livre !

par Cindy-42
Fablehaven, Tome 1 : Le Sanctuaire secret Fablehaven, Tome 1 : Le Sanctuaire secret
Brandon Mull   
Vraiment la série "Fablehaven" est magnifique,
d'une originalité comme jamais (les dragons, les fées, les démons... Il n'y a pas deux créatures semblables. Brandon Mull à une créativité débordante.
Mon personnage préféré est Seth, [spoiler]Son coté obscure par rapport à la féerie de Kendra donne vraiment une équipe de choc, il découvrira des capacités exceptionnelle tout comme Kendra avec som pouvoir féerique. [/spoiler] POur tout dire c'est une des meilleurs série que j'ai lu jusqu'a present.

par yann54110
Wings, Tome 1 : Ailes Wings, Tome 1 : Ailes
Aprilynne Pike   
Avant tout, je dois vous informer que ce n'était pas la première fois que je lisais le roman. En effet, l'année dernière, j'avais pu lire Ailes en version québécoise. J'avais par la suite posté un premier avis sur le blog. Ce n'est qu'en apprenant cette année que Wings allait sortir chez nous que je me suis rendu-compte que j'avais complètement oublié de quoi parlait l'histoire et que mon avis était... Comment dire... Vraiment moyen.
Du coup, quand j'ai vu que Pocket Jeunesse organisait un concours pour gagner le roman, j'ai participé. Au pire, si je ne remportais pas le livre, j'avais toujours ma version chez moi. Mais coup de chance, je l'ai gagné ! Voilà pourquoi je reviens aujourd'hui avec un second avis. Mais pour tout vous dire, c'est exactement comme si j'en publiais un pour la première fois, comme j'avais tout oublié. Enfin, tout cela pour vous dire que oui, je l'ai bien lu une première fois, mais que j'ai totalement laissé m'échapper cette lecture.
Pour en venir à mon avis, je retiendrai de Wings une magnifique petite histoire, très douce et très fluide, qui se dévore. Le roman est un concentré de tendresse, qui nous permet de passer un excellent moment en compagnie de protagonistes touchants et adorables. L'auteure, Aprilynne Pike, a un style d'écriture très léger et très poétique, ce qui rend notre lecture agréable et captivante. J'ai vraiment passé d'excellents moments en lisant cet ouvrage magique.
L'intrigue est en apparence simple, mais elle n'en est pas moins prenante. On découvre Laurel, une adolescente âgée de quinze ans et demi, qui va vivre sa première année au lycée... Et de scolarité. En effet, depuis son enfance, elle n'a connu que les cours à domicile. Lors du jour de la rentrée, elle va faire la rencontre de David, un très charmant jeune homme, ainsi que de Chelsea. Très rapidement, ils vont se lier d'amitié. Tous trois vont d'ailleurs former un groupe que j'adore. Ils sont vraiment tous attendrissants.
Au fur et à mesure que David apprend à connaître Laurel, il nous permet de découvrir toutes les habitudes de vie de celle-ci. Elle semble être une jeune fille normale, mais elle possède certaines manies assez étranges. En effet, elle ne mange et ne boit que des produits à base de légumes, de fruits et d'eau. Pas question pour elle de se nourrir d'aliments salés, de boissons sucrées ou de repas servis à la cafétéria du lycée. Ce n'est pas tout, Laurel a la peau d'une blancheur unique, ses cheveux sont soyeux alors qu'elle ne les shampooine jamais et elle est incapable de se souvenir de la dernière fois qu'elle a saigné.
Mais ce n'est pas le pire, loin de là. Un beau jour, Laurel va s'apercevoir qu'un bouton a poussé dans son dos, entre ses omoplates. A première vue, cela est normal. Bien que Laurel n'est jamais eu de boutons d'acné, elle pense que la puberté l'a enfin touchée. Mais il n'en est rien. Plus les jours passent et plus cette grosseur va s'agrandir et s'étendre. Au bout d'un certain temps, elle disparaît... Remplacée par des pétales. Des pétales, oui. Une énorme fleur s'épanouit dans le dos de Laurel.
Suite à cette découverte, Laurel va rencontrer Tamani. Dès qu'elle va le croiser, Laurel va succomber à son charme, bien qu'il soit sur le point de lui offrir des révélations qui vont la laisser sous le choc. En effet, Tamani lui apprend qu'elle est la plus haute mutation de plante du monde, ce qui revient à dire... Qu'elle est une fée. Cette nouvelle va lui ouvrir les portes à un tout nouveau monde, et à un tas de nouveaux problèmes.
Je m'arrête là en ce qui concerne l'intrigue, mais il faut savoir qu'elle est menée à la perfection. Les rebondissements et les secrets s'entremêlent sans cesse, ce qui nous permet d'être ancrés dans l'histoire et de ne pas réussir à la quitter.
Mais ce n'est pas tout. Bien que les personnages soient innocents et passionnants, ils n'en restent pas moins dotés de sentiments forts et pleins d'affection. On assiste dans ce roman à la naissance d'un véritable triangle amoureux qui plaira à tous les inconditionnels de romance. Laurel, David et Tamani forment un vrai trio qui nous fait vivre des instants fabuleux et enflammés. Qui de Tamani ou David Lauren va-t-elle choisir ? C'est la question que tout le monde se pose, même elle.
Derrière toute cette histoire fantastique, je dois bien avouer que j'ai très souvent souri... Bon d'accord, j'ai ri à des moments où il n'y avait aucune raison de le faire, mais quand même, quand Tamani parle sans cesse de "la fleur" de Laurel, comment se retenir ? Je veux bien avoir l'esprit un peu mal placé, mais j'ai tout de même eu l'impression de lire des allusions étranges aux pétales dans son dos.
Pour conclure, je ne peux que vous conseiller de lire Wings. J'ai vraiment adoré ce roman. Les personnages sont étonnants, l'histoire est féérique et la conception des fées que nous dévoile Aprilynne Pike est très plaisante. L'écriture, le fil conducteur et les évènements inattendus que renferme cet ouvrage nous permettent de succomber à son histoire, et de vraiment être plongés dans un univers fascinant. En bref, Wings est une très belle lecture, qui procure un réel plaisir à la lire.

http://wandering-world.skyrock.com/3042944443-Wings-Tome-1-Ailes.html

par Jordan
Wings, Tome 2 : Sortilèges Wings, Tome 2 : Sortilèges
Aprilynne Pike   
Super comme suite on en apprend un peu plus sur le monde de Laurel ainsi que sur le rôle qu'elle a à jouer dans le monde des humains. Maintenant ils nous reste juste à attendre le troisième tome, car on reste sur une nouvelle intrigue à la fin du livre,comme si l'histoire étais inachevé. En gros cette série laisse une impression rafraichissante, bien que légère, cela reste une série très agréable à lire. J'ai hâte que le tome trois soit publié pour retrouver Laurel et c'est amis dans de nouvelle aventure.
Marquer les ombres, Tome 1 Marquer les ombres, Tome 1
Veronica Roth   
«Honor has no place in survival.»

D'habitude, j'écris mon commentaire sur un livre dès que je l'ai terminé. Mais pour Carve the Mark (jamais je ne dirais le titre français je trouve que ça sonne bizarrement), j'ai hésité pendant plusieurs jours avant de me décider à finalement dévoiler mon avis sur ce roman.

Je tiens à préciser que ce commentaire risque grandement de ressembler à un brouillon. Je suis comme ça quand mon cerveau s'emballe et que j'ai trop d'idées pour prendre le temps de tout faire correctement sans prendre le risque d'en perdre une.
Même ça c'était brouillon, tiens.

Pour ceux qui ne le savent pas, il y a une polémique autour de ce livre. Effectivement, de nombreuses personnes ont trouvé le fait que le peuple Shotet vu comme les sauvages et les méchants de l'histoire ne soit pas très pâles comme étant quelque-peu raciste.
Ouais. Alors, pour ma part, j'ai parfois du mal à me souvenir de la couleur de cheveux d'un personnage alors me souvenir de sa couleur de peau, c'est le même problème. Je n'y prête pas plus attention que ça sauf si c'est un élément important de l'histoire. Et dans le cas de Carve the Mark, c'est plus un détail qu'autre chose. En plus, ils ne sont pas tous mates de peau donc...
Je trouve ça dommage qu'on condamne un livre pour un détail comme celui-ci. Nous sommes en 2017. Oui, le temps passe vite. Bien que le racisme soit un problème toujours existant (je le sais parfaitement puisqu'il y a peu encore je faisais un travail là-dessus), je crois que nous sommes assez évolués pour faire la différence entre un acte raciste et un simple détail sans réelle importance.
Selon moi, je crois qu'il faut aussi tenir compte que c'est un livre, une fiction pure. L'histoire se déroule carrément dans une autre galaxie!
D'ailleurs, si on commence à trouver un aspect de ce livre insultant, on peut en trouver d'autres et dans tous les livres publiés à ce jour. Peut-être que demain des astronomes vont se pointer pour faire une scène parce que la galaxie dans ce livre n'existe pas et que certains aspects du monde de Carve the Mark ne correspondent pas à ce que la nature est capable de créer dans de telles conditions blablabla et qu'ils vont prendre ça comme une insulte à leur métier? Ou peut-être que quelqu'un va se dire que le fait que Cyra soit brune est un manque de respect envers les blondes?
C'est peut-être un peu exagéré mais ce que je veux dire c'est qu'à partir de là, on peut aller partout.
Des méchants à la peau sombre désignés comme des sauvages? Je veux bien comprendre que ça puisse en blesser certains vu comme ça. Mais je pense aussi que c'est bête de se laisser vexer par ça. Parce que ça n'a rien de raciste dans le contexte de Carve the Mark. Je pense que le choix de l'auteure par rapport à la couleur de peau des Shotet s'est basée sur le fait qu'à l'origine ce sont des nomades qui ont des racines un peu partout ce qui a créé une certaine mixité. Et si ça peut vous aider à vous sentir mieux, ils ne sont même pas méchants ni sauvages. Ils ont des croyances et des rites intéressants selon moi et ils sont vus ainsi parce que comme tout le monde ils ont des ennemis et ceux-là ne vont certainement pas aller nous dire "Ils sont beaux avec leur peau sombre et leur côté aventurier, vive les Shotet!"
Sinon, les lecteurs pourraient aussi se sentir blessés par le fait que les Thuvhésit sont pâles et pacifiques et qu'ils sont littéralement des faibles et des mauviettes aux yeux des Shotet. Le monde n'est rose d'aucun côté. Donc, je ne pense pas qu'on puisse parler de racisme.
Aussi faut prendre en compte que les Shotet sont définis comme des sauvages aux yeux de leurs ennemis (qui ne vont certainement pas parler d'eux avec des mots doux) parce qu'ils ont débarqués de nulle part et ils se sont installés sur la planète des Thuvhésit sans avoir la moindre envie de changer ce qu'ils étaient aka leurs croyances et de s'intégrer au peuple de Thuvhé.
Pour en revenir aux mots doux, puisque certains trouvent ça insultant que les Shotet soient vu comme des brutes par les Thuvhésit. Quand vous avez des ennemis, ou simplement des personnes que vous n'aimez pas, rassurez-moi vous les insulter un minimum quand-même? Sinon la définition du mot ennemi est quand-même mal interprétée. AH aussi, si jamais Veronica Roth avait écrit un roman où les ennemis ne sont pas vraiment méchants les uns envers les autres, il y en auraient probablement qui auraient fait la remarque alors au bout d'un moment, faut savoir ce qu'on veut.^^
Au-delà de ça, des tas de personnes ont aimées Divergente et pourtant on aurait pu trouver insultant le fait que par exemple les Fraternels ont l'air de gars qui ont échangés leur cerveau contre une salade. Pourquoi aucune personne étant pacifique, végétarienne ou quoi que ce soit dans le genre n'a pas trouvé ça insultant? Comme je vous disais plus haut, on peut trouver des choses insultantes dans des tas de livres si on cherche à se faire insulter. Autrement, on peut juste apprécier une histoire à sa juste valeur sans se prendre la tête avec un détail qui n'a aucune portée sur l'histoire en elle-même. Personnellement, je lis pour le plaisir et pas pour trouver des défauts à chaque phrase.
Pour finir, s'il y avait eu un véritable problème de racisme ou quel qu’il soit avec ce roman, je doute que les maisons d'éditions auraient acceptées de l'éditer. Et puis sérieux, Veronica a une réputation à tenir après le succès de Divergent! ;)
Au final, Veronica Roth a juste voulu nous montrer différentes cultures, différents peuples et fallait bien qu'il y ait un méchant sinon ça n'aurait eu aucun sens, fallait bien qu'ils soient différents pour être nommés 'différents peuples' et dans le cas du méchant, il fallait bien qu'il appartienne au peuple le moins compris et accepté de leur galaxie sinon ça n'aurait eu aucun sens. Et je le rappelle, étant sans origine précise puisqu'ils étaient des nomades et qu'ils viennent donc d'un peu partout, il y avait plus de chances pour qu'ils soient bronzés, dirons-nous, plutôt que blancs comme des cachets d'aspirines. Voilà.

Cela mis-à-part, je vous présente mon avis sur ce livre. Non, ça n'avait toujours pas commencé.

Carve the Mark est un livre dont je ne savais pratiquement rien lorsque je l'ai commencé. Je suis donc partie à la découverte de cette histoire et j'ai été agréablement surprise.

Effectivement, en plus d'avoir une très belle couverture et une mappemonde dont je suis tombée amoureuse, l'histoire m'a énormément plu!

On découvre Akos Kereseth qui est un Thuvhésit et Cyra Noavek qui est une Shotet. Rien ne semblait pouvoir les mener à se rencontrer jusqu'au jour où Akos est emmené au manoir des Noavek aka la famille au pouvoir sur les terres Shotet.
(PAUSE: C'EST QUOI CES NOMS?!)
Ils vont tous les deux se retrouver à devoir cohabiter et ils vont devoir s'entraider pour obtenir ce que chacun désire. Mais bien-sûr, Ryzek Noavek, le grand-frère de Cyra et le tyran qui dirige les Shotet, va être un obstacle parmi tant d'autres entre Cyra et Akos et ce qu'ils désirent mais sûrement le plus dangereux de tous.
Je crois que j'ai jamais fait un résumé aussi nul. ☺

J'ai adoré le monde qu'a érigé Veronica Roth. Je l'ai trouvé intéressant et j'avoue que je ne serais pas contre un petit voyage là-bas en mode exploratrice (aka Louan la nouvelle Dora). Chaque planète a sa particularité, chaque peuple est différent et ça m'a plu cette diversité chez les personnages qu'on a l'occasion de croiser. En plus que les personnages en question ont des don-flux soit un pouvoir particulier et unique chez chacun d'entre eux.
Je serais curieuse de savoir quel serait mon don-flux, tiens...☺
BREF.
Le monde m'a amené à aimer l'histoire puisqu'ils sont liés. Sans le monde qui va avec, l'histoire n'aurait clairement pas beaucoup d'intérêt.

En plus de cela, je trouve que Veronica Roth a vraiment bien su mener les choses. Et je me suis plongée dans cette histoire avec une facilité qui ne m'était pas venue depuis un moment.
Une fois confortablement installée dans mon lit (et malade mais ce n'est qu'un détail), je n'ai plus arrêté de lire. (Sauf pour aller vider ce que contenait mon estomac. Et même ce qu'il ne contenait pas d'ailleurs. Charmant, hein?)

J'ai beaucoup aimé les personnages. Ils sont attachants et chacun est différent (comme je l'ai déjà dit) donc ça m'a énormément plu. Je suis le genre de personne qui béni la différence et Veronica Roth a su l'offrir avec tout ce que j'aime. Donc, je n'allais certainement pas venir m'en plaindre.

Cyra est une héroïne comme je les aime. Au début, elle ressemble à la copie parfaite d'une armoire à glace. Elle est menaçante et dangereuse grâce à son don-flux. Et au fil de la lecture on découvre qui elle est sous toute cette couche de glace et je l'ai trouvé lumineuse et attachante.
Bref, je l'ai beaucoup aimé. Je l'ai même carrément adoré. C'est mon nouveau modèle dans la vie. ;)

Quant à Akos, je m'y suis attachée de la même façon qu'avec Cyra. Il a une personnalité qui m'a beaucoup plu. Il semblerait presque plus sombre que Cyra par moments mais il a quelque chose de chaleureux comme un petit feu dans une cheminée que j'ai aimé. Bref, je vais tapisser les murs de ma nouvelle chambre (à la fin du mois) avec son nom. AKOS KERESETH. En plus, ça sonne bien. Que demander de plus?

Les personnages secondaires m'ont beaucoup plu. J'ai aimé détester Ryzek et j'aurais bien mis mon poing dans la figure de Vas plus d'une fois. Bien que j'aurais sûrement eu plus mal que lui, ce qui est carrément contre-productif mais bon. ☺
J'ai aussi beaucoup aimé Isae, Cisi, Jorek et Teka.

Par rapport à la romance, je suis bien heureuse que Veronica Roth ait su prendre son temps pour bien la développer. OK, ça fait un peu cliché les deux ennemis qui finissent par tomber amoureux. Mais quand un cliché est bien fait, il peut se révéler très plaisant. Et dans le cas présent, j'ai adoré la relation mise en place entre Cyra et Akos. Il y a des moments entre eux, j'ai cru que j'allais fondre (et ça n'avait rien avoir avec la fièvre).
Bref. J'ai trouvé qu'ils se complétaient très bien, tous les deux.
[spoiler]Oh et, suis-je la seule amoureuse de Isae/Cisi?[/spoiler]

Pour finir, parce que je n'ai pas grand-chose d'autre à dire, la fin m'a clairement donné envie d'avoir le second tome tout-de-suite. Attendre va être une torture. [spoiler]Si Cyra n'est pas une Noavek, qui est-elle? Le père de Ryzek donc, toujours vivant? Il est où? Qu'est-ce qu'il foutait pendant tout ce temps? Vont-ils réussir à sauver Eijeh?[/spoiler]

En conclusion, Carve the Mark est pour moi un coup de cœur. Je suis de ceux qui ont aimé Divergent mais Carve the Mark, c'est un tout autre level.
Je conseille donc vivement à ceux qui auraient entendu parler de la polémique de passer au-dessus et d'aller se faire leur propre avis. Selon moi, Carve the Mark vaut le détour.

«we rose, and became soldiers, so we would never be overcome again.»

par Sheo
The Folk of the Air, Tome 3 : The Queen of Nothing The Folk of the Air, Tome 3 : The Queen of Nothing
Holly Black   
Qui sait quand sortira le tome 3 en françe ?
Sang de pirate, Tome 1 : Vengeances Sang de pirate, Tome 1 : Vengeances
Elisabeth Tremblay   
https://followthereader2016.wordpress.com/2018/06/12/sang-de-pirate-tome-1-vengeances-elisabeth-tremblay/

Une fois de plus merci à Babélio et sa Masse critique qui est toujours géniale et qui nous permet sur le blog de découvrir de nouveaux auteurs et récits.

Tout d’abord sachez que même si ce livre s’adresse à un public jeune, il est tout de même fait pour des lecteurs confirmés. Je m’explique, c’est un univers très vaste et j’ai eu l’agréable plaisir de découvrir que le texte était riche avec un vocabulaire assez souvent soutenu. Je trouve donc important de le signaler avant que vous ne partiez à l’aventure avec ce dernier.

Ce roman va vous plonger directement dans un univers mythologique en partie et dès les premières pages on est submergé par de nombreuses informations sur les lieux, et ceux qui les peuplent. On rencontre aussi Vienna et c’est grâce à elle que l’histoire de Sax est possible.

Par contre si vous vous attendez à des repères facilement identifiables, vous risquez de vous perdre plus d’une fois. Cependant, je ne pense pas que ça soit fait au hasard par l’auteure et il faudra que je lise les 4 tomes en entier pour assembler toutes les pièces du puzzle.

C’est ainsi que vous allez faire un bond dans le temps de plus de 2 siècles. Et repartir sur les traces du légendaire Sax avec 2 Kaléïdes, Maksim et Tiss. La narration va aussi changer et on alternera les points de vue, ce que j’apprécie grandement. Leur rencontre est possible avec l’aide de Grévec. Et là vous allez je pense trouver vos marques plus facilement déjà en reconnaissant les rôles attribués aux personnages. Maksim et Tiss sont attachants et on a vraiment envie de vivre pleinement leurs aventures par contre Grévec c’est un autre cas et il est parfait dans celui du méchant qu’on adore détester.

Cette seconde partie est aussi beaucoup plus rythmée, les rebondissements s’enchainent et l’auteure joue complètement la carte de la réalité avec le monde de la piraterie. C’est dur, un peu dans le style marche ou crève et l’ambition est un moteur puissant à prendre en compte. Les personnages sont bien travaillés et complexes, je pense honnêtement que ce premier tome n’est que le début d’une très grande aventure et qu’on sera surpris plus d’une fois.

Elisabeth Tremblay met en place doucement mais surement son récit, elle nous laisse avec de nombreuses interrogations donc je dirais pour terminer cet avis que cet univers fantasy et fantastique plaira à beaucoup mais qu’il faut déjà aimer ça pour rentrer dans l’histoire. Dans d’autres romans jeunesse, on rentre plus facilement dans le vif du sujet ce qui n’est pas le cas ici. Il vous faudra donc être patient et vous accrocher un peu avant d’être totalement imprégné.

C’est un très bon roman, avec une construction rare dans le sens où elle vous perd plus qu’autre chose mais je pense que c’est aussi ce qui pique la curiosité du lecteur. Le style est excellent et on sent le talent de l’auteure à travers une plume travaillée et fluide. Je conseille vivement ce roman à ceux qui ont des exigences importantes en terme d’écriture et de construction.

Un excellent moment de lecture et j’espère me procurer rapidement la suite et terminer la globalité de ce récit palpitant.
Killing November Killing November
Adriana Mather   
Le scénario est plutôt bon et l'intrigue assez bien ficelée, mais les péripéties sont prévisibles à des kilomètres, les personnages ne sont pas surprenants et le tout est de qualité vraiment moyenne.

par TACL02
Akata Witch Akata Witch
Nnedi Okorafor   
Il y a quelques mois, j'ai découvert Nnedi Okorafor avec son roman Qui a peur de la mort ? mais qui m'a foutu non pas une claque mais un gros parpaing en plein dans la tronche (et que je ne saurais que vous recommander de lire) Je poursuis donc avec un livre jeunesse ( donc plus accessible) de la même autrice qui bien qu'il soit passé à côté du coup de cœur, m'a fait passé un merveilleux moment de lecture !

Du haut de ses 362 pages, Akata Witch a totalement réussi à me transporter dans son univers magique qui déborde de bonnes idées ! Pour le créer, l'autrice s'est énormément inspirée de la culture de son pays : le Nigeria. Un univers magique qui prend place en Afrique, c'est assez rare pour être souligné. Tout le système magique repose sur le Juju, qui désigne la magie pratiquée en Afrique de l'Ouest. Alors, certes, la division entre les Agneaux (non-magiques) et les Léopards (magiques), le train qui transporte les héros du monde des non-magiques à celui des sorciers (Léopard Knocks) et l'héroïne qui se révèle être une magicienne très puissante… ça rappelle vaguement quelque chose. Mais je vous vois venir du coup je réponds : OUI cette histoire s'inspire volontairement d'Harry Potter mais selon moi, elle a su prendre ce qu'il y avait de plaisant dans la saga sans faire de son livre une fanfiction HP. Mais si les deux sagas ont bien un point commun, c'est que leurs univers m'ont émerveillée plus que jamais !

Je me suis rapidement prise d'affection pour le personnage de Sunny. Un personnage ambigu, qui n'a pas la vie facile. A l'école, elle est mise de côté par ses camarades pour être blanche et intelligente, par son père parce qu'elle n'est pas le garçon qu'il aurait souhaité, par la société parce qu'elle est née aux Etats-Unis et enfin, par elle-même parce que sa différence la dérange. J'ai beaucoup aimé le fait qu'à travers son personnage, l'autrice aborde la question de l'identité, des racines, de la misogynie et de l'albinisme dans un roman qui s'adresse à des jeunes ados, qui se questionnent et se construisent. Sunny n'est pas une héroïne parfaite, elle est colérique, vulnérable et a tendance à vite baisser les bras. Mais, poussée par son arrivée dans un monde inconnu, elle va s'armer de courage et de patience et subir une très belle évolution…

… qui ne serait rien sans ses amis ! Pour ma part, j'ai eu une large préférence pour Orlu, un personnage très touchant qui à la manière de Mwita dans Qui a peur de la mort ? va soutenir notre héroïne et lui apporter beaucoup de connaissances mais aussi de qualités comme la patience et l'humilité. Mais, et même si cela a mis un peu plus de temps, j'ai pris grand plaisir à suivre Chichi et Sam. La première peut sembler un peu arrogante, mais je me suis vite surprise à apprécier sa personnalité un peu excentrique qui s'en fout clairement et sa franchise. (puis elle aime lire alors ♥) Bref, le quatuor qu'ils forment doit sauver le monde et arrêter Black Hat mais c'est bien plus compliqué que ça en a l'air. Encore une fois, aucun d'entre eux n'est parfait. Ce sont des personnages qui ont chacun des qualités, des défauts, qui s'envient les uns les autres, qui s'aiment, se détestent. Bref, des humains quoi !

L'intrigue peut paraitre assez simple et ça reste "normal" pour de la jeunesse, mais elle demeure fluide et est servie par un univers incroyablement riche et ses personnages très attachants ! C'est cela au final qui constitue le talent de Nnedi Okorafor. J'avais un peu de mal à rentrer dans l'histoire au début, car je mourrais d'envie de voir l'héroïne basculer dans le monde magique. Mais, le rythme s'accélère vraiment par la suite et on a du mal à lâcher le bouquin. Les chapitres sont entrecoupés d'extrait d'un livre fictif nommé Petit précis pour les agents libres. Puis, ne faites pas la même erreur que moi : l'autrice a choisi de mettre plein de mots issues des différentes langues parlées en Afrique de l'Ouest et je déplorais de ne pas avoir les traductions qui sont en fait présentes dans le glossaire à la fin du livre.
Pareil, la fin reste dans un esprit très jeunesse et ne présage pas forcément de suite. Pourtant, il y en a une donc bah… vous commencez à me connaître ! Je serais au rendez-vous.



Pour conclure : Une superbe découverte, qui montre encore une fois le talent de Nnedi Okorafor. Même si l'histoire reste un peu jeunesse, j'ai pris énormément de plaisir à découvrir cet univers qui repose sur la magie africaine et qui fourmille de bonnes idées. +1 pour la diversité et les réflexions sur le racisme et le féminisme. Bref, un régal de lecture !
Falling again Falling again
Morgane Moncomble   
Lecture légère qui se lit rapidement, mais sans plus. Je l'ai trouvée bourrée de clichés qui m'ont fait grincer des dents. J'ai cru comprendre que c'était le but du livre, mais il y avait beaucoup trop de remarques et comportements sexistes à mon goût. J'ai lu ce livre pour me vider la tête après une lecture difficile, ça a fonctionné, mais je ne recommande pas plus que ça.

par Naaimou
  • aller en page :
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode