Livres
547 449
Membres
584 547

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Blue_Skye_9 : Mes envies

Eve of Man, Tome 1 Eve of Man, Tome 1
Tom Fletcher    Giovanna Fletcher   
Si le nom de Giovanna ne me disait rien (désolée pour elle), celui de Tom me parlait bien plus. Il ne m’était pas totalement inconnu et après quelques petites recherches, j’ai pu mettre le doigt sur ce qui m’échappait jusqu’alors : non seulement il a écrit « le noëlausore », un livre jeunesse que j’ai manqué acheter, mais en plus c’est un chanteur dont j’ai déjà entendu quelques singles par-ci par-là. Le pari était risqué et j’étais curieuse de voir si son nouveau roman comblerait mes attentes. Roman que j’ai vu à plusieurs reprises sur bookstagram, soit dit en passant. Je sais qu’il a beaucoup fait parler de lui dans sa version originale sur les réseaux, et ce succès m’a intriguée. Malheureusement, je suis une quiche en anglais (pour ne pas dire « la reine »). Du coup, je ne me suis pas penché plus que ça sur la question. Quand j’ai vu que les éditions Milan / Page Turners comptaient le publier en VF, je n’ai pas hésité bien longtemps. Il me le fallait absolument ! Et aussitôt reçu (avec de jolis marques-pages), aussitôt lu. Voyons ensemble ce que j’en ai pensé.

Ève n’est pas une adolescente comme les autres : elle est la dernière représentante du genre féminin de moins de soixante-six ans. Pas une fille à part elle n’a vu le jour depuis un demi siècle sur la Terre et la race humaine est au bord de l’extinction. La survie de cette espèce dépend entièrement d’elle et les espoirs de tous reposent sur ses frêles épaules. Pour la protéger un maximum elle a été isolée, éloignée du monde extérieur et enfermée presque toute sa vie au sommet d’une immense tour hautement sécurisée : le Dôme. Une sorte de cage dorée qui lui appartient et où une poignée de personnes ont accès. Holly, « sa » meilleure amie ; Vivian Silva, la femme la plus puissante de la planète ; et les Mères, des personnes âgées qui ont toujours pris soin d’elle et qui l’ont élevée pour faire d’elle ce qu’elle est, puisque sa propre mère est décédée au cours de son accouchement. Maintenant qu’elle a atteint l’âge de seize ans, Ève peut rencontrer les Potentiels qui ont été triés sur le volets puis sélectionnés pour elle : trois jeunes hommes qui, semble-t-il, sont les partenaires parfaits. Pourtant, rien ne va se passer comme prévu et Ève va se rendre compte qu’on lui a menti et que son entourage lui cache des choses depuis qu’elle est née. Son destin est tout tracé, sa vie ne lui appartient pas, elle le sait depuis toujours. Elle s’y est fait. Mais ses doutes et ses sentiments naissants pour Bram, un garçon qui ne doit pas l’approcher, vont tout remettre en jeu. Que doit-elle faire ? Suivre la voie qui a été créée pour elle et combler les attentes du monde entier, ou écouter son cœur ?

Franchement, comment aurais-je pu passer à côté d’une œuvre prometteuse comme celle-là ? Je raffole des dystopies et Eve of man avait tout pour me plaire. J’ai donc foncé tête baissée. Verdict, je ne regrette pas mon choix maaaaais tout ne m’a pas convaincue. Pour commencer, parlons des personnages. Ève est une jeune fille innocente et pure qui ignore tout de la vraie vie. Elle est dans sa bulle et ne sait pas ce que deviennent les gens qui ne vivent pas à ses côtés, ou à quoi ressemble leur quotidien. Elle a un rôle crucial à jouer et ne se pose pas plus de questions que ça. Après tout, elle a été formée dans l’idée qu’elle ferait un jour des enfants — de sexe féminin, de préférence — et que ce serait le point de départ d’une ère nouvelle. Mais, en un claquement de doigts, elle va se mettre à réfléchir par elle-même. Ça m’a dérangée. Au début du roman je l’ai trouvée forte, courageuse. Seulement, plus les chapitres défilaient, plus elle était niaise et capricieuse. Elle agit sur des coups de tête, voire sur le coup de l’émotion, et son impulsivité finit souvent par se retourner contre elle (logique). Bram Wells, quant à lui, m’a paru plus vrai, plus sincère, plus réfléchi. On peut comprendre ce qu’il ressent et cette partie de lui était touchante. J’ai aimé le suivre. Il a beau être le meilleur dans son travail, il sait qu’il n’est pas irremplaçable : ce n’est qu’un pion sur l’échiquier de son père, Isaac, un éminent scientifique dont la réputation n’est plus à faire. Heureusement, en cas de problème, il peut compter sur le soutien de son meilleur ami, Hartman. Dommage que l’on ne sache rien de lui. Il y a aussi Vivian, une femme froide et cruelle qui traîne derrière elle bien des mystères. Quelques protagonistes secondaires sont également présents, mais aucun n’est, à mon sens, sorti du lot.

Si j’ai bien compris, Eve of man est une trilogie (ça reste à confirmer, il faut que je me renseigne). Concrètement, ce premier opus était surprenant, dans le bon sens du terme, et j’ai beaucoup apprécié ma lecture. L’univers était immersif, original et addictif. L’idée était intéressante et notre couple d’auteurs a bien amené tout ça. Petite ombre au tableau : l’écriture ne m’a pas convaincue. J’ignore s’il s’agit de la traduction ou non, toujours est-il qu’avec moi, ça ne l’a pas totalement fait. Ce qui explique les longueurs que j’ai ressenties.. Bon, ce tome reste principalement introductif et la fin est méga prévisible, mais quand même. Il vaut le détour et la suite promet de belles choses, croyez-moi. Merci aux éditions Page Turners pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée. ♥
Eve of Man, Tome 2 Eve of Man, Tome 2
Tom Fletcher    Giovanna Fletcher   
J’avais beaucoup aimé le premier tome de cette trilogie (critique ici) et j’avais hâte de lire la suite. Le second tome commence directement à la suite du premier quand Bram et Eve essaye de s’échapper de la tour. C’est alors une course poursuite qui commence entre eux, Michael et les autres gardes envoyés par la cruelle Vivian Silva. D’ailleurs cette dernière n’hésite pas à tuer pour avoir les réponses à ses questions et arriver à ses fins et malheureusement Michael en fait les frais … D’ailleurs ce dernier commence sérieusement à penser qu’on se sert de lui et surtout que les soit disant gentils ne le sont pas spécialement et que les choses ne sont pas aussi simples qu’elles n’y paraissent. Eve est heureuse d’avoir quitter sa prison mais elle ne s’attendait pas à cette vie là. Elle a plus l’impression d’être passée d’une prison à une autre malgré le fait qu’elle file le parfait amour avec Bram. Il lui manque quelque chose et surtout elle cherche à comprendre pourquoi tout cela lui est arrivée et elle veut sauver son père et du coup y retourner. Choix particulier quand on pense à tout ce qu’elle a traversé et pourtant elle le veut réellement malgré tout ce que tout le monde lui dit. Pourtant, elle est soutenue et aidée comme lors de son évasion et les gens sont prêts à sacrifier leur vie pour elle. Je trouve que le lecteur se perd par rapport à l’histoire, les auteurs lâchent des bombes et nous font nous demander dans quoi ils veulent aller exactement pour leur héros. Certains passages sont vraiment durs et les personnages seront marqués par ce qu’ils ont vécus. Même si la fin était prévue d’avance, j’avoue avoir été assez étonnée sur certains événements inattendus, et je me demande clairement ce qu’ils vont découvrir lors de la suite.

En résumé, Eve of Man des illusions est une excellente suite, même si celle-ci est plus courte et que l’on se demande où veulent en venir les auteurs car il y a toujours autant de secrets dedans et vu comment ce dernier se termine, le secret est toujours entier et surtout on reste sur notre fin ! J’ai vraiment hâte de voir comment l’histoire va se terminer ! Dans ce second tome, beaucoup de révélations surprenantes ont été faites qui nous font nous interroger encore plus au niveau de l’histoire ! J’aime beaucoup comment le roman est écrit et surtout l’histoire est passionnante. Une lecture que je ne peux que vous encourager à lire.

par LuCioLe79
You're the One That I Want You're the One That I Want
Giovanna Fletcher   
Traduction de la 4ème de couverture:

Maddy, vêtue de blanc, se dresse au fond de l'église.
Au bout de l'allée il y a Rob - l'homme qu'elle s'apprête à épouser.
A côté de Rob, il y a Ben - le meilleur homme et le meilleur ami que ces deux personne puissent avoir.

Et c'est là le problème.

Parce que si ce n'avait pas été Rob qui l'aurait attendu à l'autel, il y aurait eu de fortes chance que cela puisse être Ben. Loyal et sensible, Ben a toujours gardé ses sentiments pour lui-mêm. Mais s'il se retournait et disait à Maddy que celle-ci est en train de faire une erreur, l'écoutera-t-elle ? Aurait-il raison de le faire ?

Meilleurs amis depuis leur enfance, Maddy, Ben et Rob pensaient que le lien qui les unissait serait imbrisable. Mais l'amour change tout. Maddy a des choix à faire, mais va-t-elle les faire judicieusement ? Son coeur, et les coeurs des deux meilleurs hommes qu'elle puisse connaitre en dépendent.



par Nana1918
Dernière sortie pour Wonderland Dernière sortie pour Wonderland
Ghislain Gilberti   
L’auteur nous révèle la vérité sur Lewis Carrol ; l’auteur d’Alice au pays des merveilles.

Ne vous attendez pas à la version tout mignon qu’on connait de Disney.

Dans ce roman vous allez passer de l’autre coté du miroir pour découvrir la noirceur de l’âme du créateur de Wonderland.

Nous sommes avec Alice Price, une étudiante et DJ qui apprécie beaucoup la drogue. Lors d’une soirée, on lui offre une poudre violette.

Elle se dirige aux toilettes pour la tester.
Elle aperçoit un lapin blanc qui va la transporter dans le monde de Wonderland.
Un monde noyé dans la noirceur, la drogue et la mort.

Alice Price a une mission. Elle doit aider la véritable Alice, celle qui a aspiré Lewis Caroll. Elle doit vaincre la malédiction qui emprisonne l’âme des petites filles et sauver les habitants à retrouver sa tranquillité d’autre fois.

On plonge dans ce drôle de monde qui suit très près l’histoire d’origine. On retrouve l’ensemble des personnages et des scènes qu’on connait tous mais en version plus sombre et plus adulte.

J’ai vraiment adoré ce livre. J’étais comme Alice plongé dans cet univers et je ne voulais plus m’arrêter de lire.

Je le préfère largement à l’histoire de Disney.

Dans cette aventure, j’ai beaucoup apprécié l’alternance du monde de Wonderland puis celle sur le passé de Lewis Carrol.
On voit plusieurs périodes de sa vie, ce qu’il faisait vraiment aux petites filles…

Une lecture que je vous conseille fortement.
Ici et maintenant Ici et maintenant
Ann Brashares   
Pour moi ce livre est pas mal mais il manque le petit plus qui fait qu'on ne peut plus s'en décrocher. Et la fin m'a terriblement déçue...
Les démons de cendrillon Les démons de cendrillon
Gally Lauteur   
Tout d’abord, je tiens à remercier Bod pour l’envoi de ce service presse. C’est avec un plaisir immense que j’ai pu découvrir la plume de Gally Lauteur au travers de cette histoire. En effet, je n’ai pas lu son précédent roman qui est “Ne m’appelez-pas Blanche-neige”.

Il faut savoir que je ne suis pas une adepte du conte de Cendrillon. Je ne l’apprécie pas particulièrement. Pourtant, je dois dire que l’avoir découvert en version complètement loufoque et déjantée m’a presque réconciliée avec le conte originel.

En premier lieu, je souhaite parler du graphisme de la couverture. Je la trouve magnifique et j’aime particulièrement l’idée de retrouver la pantoufle de vair à chaque en-tête de chapitres. Il y a également de petites décorations en bas de page et je trouve cela très plaisant. La couverture autant que la mise en page du roman forment une harmonie parfaite ! C’est un ouvrage d’autant plus agréable à lire que les pages sont aérées et les chapitres sont très courts. C’est très plaisant puisque cela rend la lecture beaucoup plus fluide. Ce roman est également composé d’une nouvelle bonus écrite par Gally Lauteur ainsi qu’une interview.

Pour ce qui est de l’histoire, je dois admettre que j’ai eu des difficultés à me plonger dedans. En effet, j’avais du mal à adhérer au personnage de Emy et plus particulièrement à son humour que je trouvais assez lourd. Je pense notamment à “Quarante nuances de Guy”, “Après de Emma Tadd” ou encore “Horry Patter”. Je ne trouvais pas ça particulièrement amusant et j’avais peur que cela se poursuive jusqu’à la fin du roman.

Heureusement, j’ai commencé à accrocher au personnage d’Emy à partir du moment où son passé refait surface. A ce moment là, j’ai enfin pu la découvrir sous un autre jour et être touchée par son histoire. Oubliez la jolie Cendrillon aux formes parfaites. Emy n’est pas parfaite. Elle a des kilos en trop, ce qui lui a fait subir les brimades de la part de ses camarades de classe lorsqu’elle allait à l’école. J’ai aimé que, pour une fois, l’héroïne ne soit pas parfaite et filiforme. Est-ce que quelques rondeurs nous empêcheront d’être une princesse ? Non. Mille fois non. J’ai alors compris que l’humour lourdingue de Emy au début du roman qui me faisait lever les yeux au ciel n’était finalement qu’une carapace et un rempart pour camoufler son manque de confiance en elle.

J’ai également aimé le cadre de ce roman. En effet, l’histoire se déroule à Paris et avoir une Cendrillon parisienne, c’est pas commun !

J’ai adoré retrouver tous les codes de Cendrillon en version remasterisée. Cendrillon aka Emy ne se fait pas martyriser par ses deux belles-soeurs mais par les quatre stars du groupe 4 Devils (d’où le titre du roman). Emy est en effet leur assistante ! Lucifer n’est pas un chat mais un patron tyrannique du nom de Thomas. La citrouille pour se rendre au bal (euh en boîte de nuit pardon) est une limousine. La marraine de Cendrillon la fournit même en préservatifs (parce qu’on sait tous ce qui se passe après minuit, dit-elle). On retrouve également le clin d’oeil à la citrouille puisque la marraine d’Emy s’en sert pour concocter une soupe magique ainsi que les fameux douze coups de minuit.

J’ai complètement adhéré à cet aspect loufoque ! Moi qui n’apprécie pas plus que ça le conte originel, rien que le fait de l’imaginer remanié à la sauce de Gally Lauteur, ça prend tout son charme ! Bizarrement, j’aurais beaucoup plus rigolé devant cette version complètement barrée de Gally Lauteur !

Pourtant, malgré une histoire complètement loufoque et déjantée, l’auteure arrive quand même à incorporer des thèmes très forts. : le deuil (Emy a perdu son père) mais aussi l’homosexualité, l’acceptation de soi ou encore la peur du regard des autres.

Il y a de nombreux flashbacks du passé de Emy qui sont importants pour expliquer l’histoire au présent. Je dois admettre d’ailleurs que Gally Lauteur a très bien su gérer les deux temps ! Est arrivé un moment où je me disais que l’auteure avait introduit trop de personnages masculins. Il y avait trop de princes pour Emy, si bien que ça en devenait barbant. Pourtant, la fin arrive et j’ai réussi à être surprise et finalement je me suis rendue compte que c’était bien joué de la part de l’auteure.

Je pense d’ailleurs que c’est le genre de roman qu’il faut lire une deuxième fois pour bien cerner toutes les subtilités. A la première lecture c’est impossible, en tout cas pour ma part, de bien cerner toutes les allusions de l’auteure. Mon esprit était davantage concentré sur le nombre de personnages à assimiler et les caractères de chacun. Je pense qu’en ayant maintenant l’histoire générale en tête, une deuxième lecture permettrait d’avoir un regard plus neuf pour se dire : “Ah oui, c’est vrai que là il y avait des signes”.

J’ai globalement adhéré à l’humour de l’auteure et notamment à quelques répliques comme : “Ton coiffeur est nul, il t’a laissé une tête sous tes cheveux !” ou encore le passage où la marraine de Cendrillon lui tend un préservatif pour se rendre au bal ! Cependant, j’ai moins adhéré au remaniement des titres de romans connus comme je l’ai énoncé précédemment.

En conclusion, ce roman n’est pas un coup de coeur mais il m’a fait passer un très bon moment de lecture. Il plaira aux adeptes d’humour loufoque et d’histoires déjantées. C’est un roman rafraîchissant pour l’été et sans prise de tête. De cette première expérience d’un écrit de Gally Lauteur, je retiendrais que c’est une romancière qui fait du bien : à l’âme et au moral.
Ne m'appelez pas Blanche-Neige ! Ne m'appelez pas Blanche-Neige !
Gally Lauteur   
Merci aux éditions Hachette et à Myriam pour ce roman ainsi que pour tous les petits goodies qui l’accompagnaient. J’ai craqué pour la couverture, j’ai craqué quand j’ai compris qu’il s’agissait d’un conte revisité… Bref, j’ai craqué ! Révélé par la plateforme Wattpad, Ne m’appelez pas Blanche-Neige a connu son petit succès sur la toile avant d’être édité.

C’est l’histoire de Blanche. Sa vie est tout ce qu’il y a de plus normal puisqu’elle vit en coloc avec sa meilleure amie et va en cours, comme tous les jeunes adultes de son âge. Bon, il est vrai que son père crèche chez elle, et ça, c’est assez incongru. Le jour où elle découvre que ce dernier entretient une liaison avec sa meilleure amie, ce sont toutes ses certitudes qui vacillent. Sur un coup de tête, Blanche décide de prendre ses cliques et ses claques, le temps de reprendre ses esprits. C’est en plein cœur de Paris qu’elle va faire la connaissance d’un groupe d’amis, qui risquent bien de changer sa vie pour toujours.

Un soupçon de Blanche-Neige, une pincée de nouvelles technologies et un zeste de romance… voilà, vous avez une idée du roman de Gally Lauteur. Je suis rentrée assez facilement dans l’histoire que j’ai surtout vue comme un jeu entre l’auteur et le lecteur. L’intrigue est saupoudrée de références au célèbre conte des Frères Grimm, et c’était très amusant d’essayer de les trouver et de faire les rapprochements soi-même.

Gally Lauteur mélange habilement le conte populaire à notre vie moderne. Elle créer un réseau social – semblable à Facebook en plus… intuitif, je dirais – et fait tourner toute l’intrigue autour de ça. C’est original, c’est frais et c’est amusant.

Il y a eu des moments où je ne savais pas trop sur quel ton prendre l’histoire. Certaines scènes sont un peu surréalistes, un peu trop belles pour être vrai, mais la vérité, c’est que Ne m’appelez pas Blanche-Neige est avant tout un roman à prendre au second degré. Il n’est pas là pour pousser à la réflexion, mais pour divertir. Ça se croque à pleines dents, et pas besoin de se poser trente-six mille questions. Personnellement, j’ai un faible pour les intrigues beaucoup plus poussées sur le plan émotionnel. Et même si j’ai trouvé le tout un peu superficiel, j’ai passé un moment agréable.

Durant toute la lecture, on est en équilibre entre une histoire d’amour un peu chaste (digne des contes de fées, me direz-vous) et une forme de magie inexplicable. Un peu comme les prestidigitateurs qui refusent de dévoiler leurs tours de passe-passe. Finalement, on n’a pas besoin de savoir comment certaines choses sont possibles, on a juste envie d’y croire et de se laisser porter jusqu’à la dernière page.

Les personnages sont sympathiques à suivre et deviennent vite comme une petite famille. Tous ceux qui gravitent autour de Blanche ont leurs petits secrets qu’on va se faire un plaisir de découvrir chapitre après chapitre. Ils ont tous un petit charme, mais j’avoue avoir eu un gros faible pour Jay qui met un point d’honneur à toujours aller à contre-courant. Une chose est certaine, c’est que chacun à sa place dans l’histoire de Blanche-Neige, et que découvrir leur rôle a été un de mes passe-temps favoris.

En résumé, Ne m’appelez pas Blanche-Neige, c’est le genre d’histoire d’amour qui fait sourire et met de bonne humeur. C’est léger, mignon et agrémenté d’une petite touche de magie pas désagréable du tout. Même si l’intrigue est prévisible et que l’on reste sur quelque chose de superficiel, je n’ai pas pu m’empêcher de prendre plaisir à chercher les similitudes avec le conte des Frères Grimm, sans parler du fait que j’ai beaucoup accroché avec les personnages.

Ma chronique : http://april-the-seven.weebly.com/romance/ne-mappelez-pas-blanche-neige-gally-lauteur
Comme par magie - Vivre sa créativité sans la craindre Comme par magie - Vivre sa créativité sans la craindre
Elizabeth Gilbert   
Si comme Elizabeth Gilbert nous le conseille si bien, on ne se laisse pas dominer par nos craintes, hantises, peurs, on peut toutes et tous réaliser de grandes et belles choses. Peu importe qu'elles ne soient parfaites, ce n'est pas si important. Non, l'essentiel est de franchir un cap. La technicité, on peut toujours l'acquérir, la perfectionner...
Créer, c'est mettre un peu de sel dans notre existence où la performance, l'efficience est trop souvent de mise.

Elizabeth Gilbert expose des cas précis et nous donne la voie à suivre. Il nous suffit de tirer le meilleur de cet enseignement souvent simple et qui met l'accent sur les basiques qu'on oublie et/ou néglige.
Je trouve l'ensemble fort réussi à un détail près : je trouve que ce type d'ouvrages est un peu trop stéréotypé même si au final chaque lecteur y trouve presque toujours des éléments plus que positifs.

J'ai moi-même pris quelques notes en guise de pense-bête et je me lance dans certains projets trop longtemps repoussés. On n'a qu'une vie aussi il est important de revoir ses priorités.
Comme quoi même avec ses petits défauts, ce livre a pu me pousser.
Le style généreux de l'auteure n'y est pas étranger. Son enthousiasme est contagieux.

Et maintenant, il n'y a plus qu'à...

par emeralda
Help me Help me
Frédéric Gynsterblom   
Le premier truc qui me vient à l'esprit pour vous parler de ce roman est de vous dire de ne pas le laisser entre n'importe quelles mains. Help me est gore, glauque, violent, certaines scènes sont vraiment dérangeantes : dans ce livre il est question de pédophilie et de tueurs sadiques. C'est détaillé et très précis, bref, rien n'échappe à nos yeux qui n'en demandaient pas tant à lire. C'est le genre de livre qu'on lit avec cette fascination horrifique, celle qui nous fait peur après coup quand on se dit qu'on a aimé lire un livre qui traite de ce genre de sujet. Celle qui nous met mal à l'aise.

Mon avis complet :
[spoiler]http://lunazione.over-blog.com/2016/06/help-me-frederic-gynterblom.html[/spoiler]

par LunaZione
Dangereuses Créatures, Tome 2 : Dangereuses Trahisons Dangereuses Créatures, Tome 2 : Dangereuses Trahisons
Margaret Stohl    Kami Garcia   
Non mais c'est quoi cette fin, il est inimaginable pour moi que la série se termine comme ça, trop, trop de choses restent en suspens. J'ai hâte de savoir ce qu'il en est. Mais sinon c'est un tome pleins de rebondissement, en majeur partie sur la fin, j'ai trouvé qu'il s'y passait plus de choses que dans le premier, ça en devenait même un peu confus par moment. Je croise vraiment les doigts pour qu'un tome 3 voit le jour parce que, oui oui je radote, ça ne peut vraiment pas se finir comme ça.

par Punchina

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode