Livres
554 651
Membres
599 789

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de CaelFlo : Ma PAL(pile à lire)

Le Clan des Nocturnes, Tome 1 : Jacob Le Clan des Nocturnes, Tome 1 : Jacob
Jacquelyn Frank   
Que de dire de ce livre ? Tout d'abord, bien que reprenant les ingrédients type de du genre de la paranormal romance, ce tome est différent.

En effet, comme généralement, l'auteure nous propose un couple par tome avec pour ce premier tome l'histoire de Bella qui va découvrir au travers de sa relation avec Jacob l'univers des démons.
Là où ce tome diffère c'est tout d'abord par sa proportion romance / action : La romance est la trame essentielle de ce tome, l'action n'apparaissant qu'en deuxième moitié de roman et restant en arrière-plan. La partie surnaturelle et l'intrigue avec les nécromanciens est ici qu'un prétexte à la romance.
Maintenant que dire de cette romance : elle est relativement classique : coup de foudre, destinée, âme soeur... Voici un extrait qui je trouve résume très bien cette romance : " quelqu'un de romantique, fascinant et intelligent croise enfin ma route, et il n'appartient même pas à mon espèce. c'est bien ma veine ! " p.132

Ainsi, comme vous pouvez le constatez, il y a une touche d'humour de temps en temps ce qui permet de rendre un peu plus légère cette romance. Enfin, il faut signaler que l'auteure (ou la traductrice ?) est très douer pour écrire les scènes du couple avec une abondance d'émotions...

En ce qui concerne les personnages, les démons sont bien travaillé avec chacun une particularité et un caractère à soi. Ce tome nous donne très envie d'en découvrir plus sur Gidéon et Noah (ça tombe bien se sont les tomes 2 et 3). Je n'ai pas plus accrocher à l'héroïne dont je n'ai pas trouver les réactions très cohérente par moment et pour laquelle je n'ai pas ressenti d'affinité particulière.

Pour finir, j'ai trouvé l'univers créer par l'auteure vraiment très intéressant et original (sauf la vision des démons trop beau, humain ....). Il est cependant dommage que cet univers ne soit pas plus et mieux exploité dans le roman.

En conclusion, un premier tome qui pourrait être mieux. J'espère que le second sera mieux.

par audel
La Prisonnière du diable La Prisonnière du diable
Mireille Calmel   
En Egypte, une roue tourne depuis des siècles, elle est dirigée par la main de Dieu. Parfois, elle s’arrête. Quand, c’est le cas, un nom se grave sur un papyrus gravant le nom d’une âme dont le diable s’est emparé et qui doit être exécuté. L’Ordre délivre alors le message à l’un de ses sanctuaires qui le confiera à son exécuteur. Ce message est aujourd’hui confié à Hersande, au Sanctuaire de Nice, par une messagère qui semble étrangement très effrayée. En lisant le message, pour la première fois, elle doute… se pourrait-il qu’il y ait eu une erreur ? Le Diable serait-il de la partie ? Hersande doit réfléchir, ce nom ne devrait pas être écrit, elle en est certaine. On suit également Myriam, jeune veuve, mère de 2 enfants, enceinte du troisième qui se bat pour garder sa maison. Mais, elle peut compter sur le soutien de nombreuses personnes : l’aubergiste et ses filles qui l’emploient, sa nourrice qui l’a élevée, les habitants qui la respectent tous.


Tout d’abord, un grand merci à Netgalley et XO Editions pour ce service presse que je chronique pour le challenge Netgalley. J’ai choisi ce roman car j’apprécie énormément Mireille Calmel, que je n’avais pas lu depuis fort longtemps. La couverture de ce roman est juste superbe et la quatrième de couverture m’a donné très envie de me plonger au Moyen-Age, époque que j’ai tendance à ne plus parcourir depuis quelques temps, alors que je suis fan de romans historiques.

La prisonnière du diable, c’est un thriller médiéval que j’ai lu avec délectation. La plume de Mireille de Calmel est fluide, agréable, elle utilise un vocabulaire en adéquation avec l’époque et donne les explications qui vont avec. On se sent dans l’ambiance du XVème siècle dès le départ. Les descriptions sont nombreuses, que ce soit pour les personnages ou les paysages, on se sent vraiment dans l’ambiance. On y retrouve tous les ingrédients d’un roman efficace : suspense, rebondissements, amour, mort, sorcellerie, un rythme soutenu du début à la fin. Les femmes tiennent un grand rôle dans ce roman et sont très attachantes pour la plupart : Myriam, c’est une femme courageuse, elle a perdu son mari quelques mois auparavant et pourtant elle se bat pour ses enfants. Elle travaille comme une forcenée, s’occupe de ses enfants avec amour, sourit malgré la tristesse, elle démontre un courage immense. Hersande est également une femme incroyable, elle a beau avoir reçu un ordre supérieur, elle prend le temps de la réflexion, elle ne se précipite pas et envisage toutes les possibilités. Elle protège également toutes les sœurs de son Ordre avec amour et générosité. Camilla, la sœur qui l’assiste, qui souffre tant, m’a beaucoup touchée. Elle souffre d’un mal qu’on ne comprend pas mais reste digne et courageuse et est assez surprenante tout au long du roman. Mais ce ne sont pas les seules et certains hommes ont la part belle également. Il faut noter qu’au delà de la fiction, l’auteur s’est appuyée également sur des fait réels comme le séisme de Vésubie du 23 juin 1454. J’aime beaucoup ce mélange qui renforce l’idée de réalité de l’histoire. La place de la religion, de la sorcellerie tient une grande place dans ce roman mais c’est aussi là qu’on se rend compte à quel point au Moyen-Age les croyances, les pratiques étaient plus étendues qu’à notre époque. On est transporté par les diverses émotions : le bien et le mal, l’amour et la haine. On se questionne sur les événements tout au long du livre, on a l’impression de comprendre, mais il faut vraiment attendre la fin pour connaître la vérité.

Un thriller médiéval que je recommande vivement, tant pour l’écriture et le style de l’auteur que pour l’histoire haletante et pleine de rebondissements.
La Trilogie du Magicien Noir, Tome 1 : La Guilde des Magiciens La Trilogie du Magicien Noir, Tome 1 : La Guilde des Magiciens
Trudi Canavan   
Un premier tome réjouissant. On découvre l'univers de la magie (réservé aux plus riches) en même temps que l'héroïne, Sonéa.
Des personnages attachants: Sonéa, mais aussi Rothen et Dannyl (2 magiciens) ainsi que Cery, voleur et ami de la jeune adolescente.
Le personnage d'Akkarin est assez peu présent mais déjà bien mystérieux.

De la fantasy accessible et bien menée.

par Eyllrië
Défendu Défendu
Anna Wendell   
Au début j'ai bien aimé mais au fur et à mesure que l'histoire avancé c'était de plus en plus éloigné de l'histoire de départ. L'auteure dénonce le harcèlement scolaire et les abus tels que l'esclavage moderne et le viol mais de manière un peu abstraite et surtout j'ai l'impression [spoiler]que c'est toujours le mal qui triomphe même si ils sont heureux à la fin [/spoiler] j'adhère pas à ce genre d'histoire. Certes les personnages sont attachants mais j'ai trouvé ça trop rapide et à la fin j'ai survolé les pages pour connaître la fin, car elle m'a perdu. L'histoire est tout de même belle mais il y a trop de choses et de problèmes concernant certains personnages.

par sassalali
Juste 10 jours ! Juste 10 jours !
Léana Soal   
Je vous annonce que vous allez passer un moment de pure rigolade avec l’histoire de Gemma.
C’est une lecture idéale en ce temps gris que nous subissons ces derniers temps. Alors faites-vous un chocolat chaud, installez-vous sur le canapé avec votre plaide et passez un bon moment.

On va grâce à cette lecture relativiser sur les problèmes de nos vies, on se concentrera sur les moments joyeux et on rigolera avec Gemma et son caractère bien arrosé.

L’auteure est parti de la base d’une émission de téléréalité que tout le monde connait, une émission qui je l’avoue ma fait passer de bons moments.
Et grâce à Léana Soal on a ici une version 2.0 qui m’a enchanté.

Chaque histoire est pour moi un moyen de dire des choses, de faire réfléchir le lecteur, de lui permettre de se remettre en question et ce livre n’échappe pas à la règle.


Gemma est une jeune mère qui est loin d’être parfaite, pour elle rien ne sert de courir, autant vivre cool Raoul. En effet, on pourrait même dire que sa fille de 6 ans à plus de sagesse et est plus réfléchi qu’elle. Et ce n’est pas son homme, Marc qui dira le contraire. Depuis le début, dans cette relation pas des plus agréable, il a toujours été question de reproches, d’attaques déguisées parfois blessantes. C’est même ce dernier qui va prendre la décision de l’inscrire à cette émission dans l’espoir de la retrouver ensuite changée, voir évoluée comme il le dit.
Je vous assure que je ne me laisserai pas autant brimé comme peut le faire Gemma.

Gemma va elle voir en cette occasion de montrer de quoi elle est capable et ainsi clouer le bec de l’homme qui partage sa vie, seul point négatif, elle va devoir vivre loin de sa fille durant ces 10 jours et vivre dans une maison qui n’est pas la sienne avec une parfaite petite famille.

Jo quant à lui a aussi dû faire des sacrifices dans sa vie, dans son couple. Enfermé dans un couple par droiture, voulant prendre ses responsabilités, il vit depuis des années avec cette femme qui régente tout dans leur famille. Rien ne dépasse, aucune place à la folie, ce qui à mon sens est bien fade et triste.
Alors quand la tornade Gemma débarque dans son monde, tous va être remis en question.

Cette expérience va être autant bénéfique à l’un comme à l’autre et je dirais même aux enfants de Jo, eux qui ont toujours vécu dans le contrôle freak de leur mère.
Ils vont tous être enfin eux même, s’épanouir dans une maison où les jugements n’ont pas lieux d’être. Mais voilà le passé à la dent dure, il est difficile de faire face aux frustrations, la tension entre Jo et Gemma est si forte qu’il est compliqué pour eux de vivre côte à côte.
Mais Gemma, même si pour elle ce n’est qu’illusion elle va faire en sorte de montrer à cet homme parfois froid que rien ne compte plus que la famille et que le bien-être de ses enfants passe avant tout. Elle va réussir à recréer le lien entre le père et sa progéniture.

Au début ces 10 jours été perçu comme un temps infini mais très vite ils vont se rendre compte que le temps leur file entre les doigts et plus la date fatidique approche et plus la séparation va être difficile, reprendre son train de vie va devenir un enfer et surtout il va question pour nos deux protagonistes d’analyse de leurs vies et de leurs désirs.
La seule chose sur laquelle ils ont pu se mettre en accord c’est le fait de ne pas vouloir faire imploser leur famille. Alors il leur faudra prendre des décisions qui risquent de chambouler toute leurs existences.

Pour beaucoup il faut rentrer dans des cases mais avec ce roman vous vous rendrez compte que vos défauts sont vos forces et qu’ils font de vous ce que vous êtes aujourd’hui.
Ça ne sert à rien de tout vouloir contrôler, il faut vivre et ne pas être frustré.

L’auteure a su nous démontrer tout cela dans son livre et à travers la belle et pétillante Gemma. Et elle nous montre qu’on soit un homme ou une femme, on ressent tous les brimades ou les sacrifices.

Et vous, vous êtes plus licorne ou flamant rose ?

Vive la team Flacorne.
Very Bad Start Very Bad Start
Camilla Simon   
J’ai aimé l’histoire. Maura tourne un peu en rond dans la première partie de l’histoire mais je trouve cela normal, quand on doute et qu’on a peur on rabâche un peu les même pensées. Colton m’a surprise, pas sûr que j’aurai pardonné aussi vite que lui, mais je l’admire. Mon personnage préféré est Mason, il m’a fait énormément rire. [spoiler]– Maintenant, tu vas donner un spermatozoïde à maman, comme oncle Emmett à tata Hailey ?
– Euh… dit Colton pris au dépourvu.
– Je pourrais regarder ?[/spoiler]
J’ai ri en imaginant la scène avec mon fils dans le rôle Mason.
Émotions, humour, tendresse, pardon tos les ingrédients d’une bonne romance

par Annv
Bien plus forte que toi Bien plus forte que toi
Emma M. Green   
J'ai rarement été déçue par un roman de Emma Green mais là c'est le cas...

Je fais moi-même partie des femmes "fortes" et je fais la même taille de vêtement que l'héroïne. Par conséquent je pensais que j'allais vraiment m'identifier au personnage.

Pourtant j'ai trouvé Willa vraiment agaçante, immature, souvent même méchante. J'ai l'impression qu'elle inflige aux autres ce qu'elle leur reproche de faire avec elle.

Je pensais qu'il y aurait beaucoup de rebondissements et que le roman serait original, mais j'ai trouvé le rythme assez mou.

par mccomte
Arrogant & Tattooed Arrogant & Tattooed
Ludivine Hart   
Ca partait bien, bien écrit et là on découvre que la fille est vierge à 22ans et j'ai arrêté ma lecture marre des romances sexistes entre le bad boy quetard et la petite cruche vierge par ce qu'elle a "peur, pas confiance" c'est bon on en XXIème siècle pas au XIXème siècle faudrait que certaines auteures de romance se mettent en phase avec la société

par Aurelia-3
L'Année de grâce L'Année de grâce
Kim Liggett   
Sans le moindre doute la maison d’édition dont les publications m’auront le plus marquées en 2020 est et restera Casterman. Ils ont fait paraître cette année la plupart de mes coups de cœur. Aussi quand des teasers sont apparus sur leurs réseaux sociaux annonçant une super parution à venir, je trépignais d’impatience d’en savoir plus. Et grâce à Babelio j’ai eu la chance de découvrir en avant-première le superbe et révolutionnaire roman de Kim Liggett, L’année de grâce qui comme toutes mes autres lectures Casterman a été un véritable coup de cœur.

Là où vit Tiernen, les filles ont le droit de se taire et d’obéir. Et à leur seize ans, quand leur magie se révèle, elles sont contraintes de s’exiler dans la forêt pour une année complète, le temps que leur magie se dissipe. Cette année c’est au tour de Tiernen de partir et d’affronter les épreuves de l’année de grâce. Des épreuves dont elle ne sortira pas indemne, si tant est qu’elle parvienne à rentrer en vie chez elle. Car durant l’année de grâce les dangers ne viennent pas toujours de là où on l’imagine.

C’était un roman époustouflant et spectaculaire sur tellement de sujets différents qu’il m’a fallu un long moment pour parvenir à analyser tout ce que j’avais ressenti à la lecture de ce livre et tous les messages que l’autrice tente de nous faire passer. Je ne vous parlerai pas dans cette chronique de l’histoire en elle-même au risque de vous spoiler les extraordinaires révélations et rebondissements du roman. Mais je vais vous parler de mes ressentis et des thématiques abordées.

Ce roman est un roman féministe. Il nous interroge sur la place des femmes dans la société, sur la vitesse avec laquelle des croyances peuvent se mettre en place et avec elles un régime totalitaire. Mais ce roman soulève aussi l’idée selon laquelle les femmes sont souvent les premières victimes des politiques de répression ou de croyances aussi improbables que dangereuses.

Cependant ce que j’ai réellement apprécié dans ce roman c’est qu’il n’est pas manichéen. Les hommes ne sont pas les méchants et les femmes les innocentes victimes. Il y a des gens qui profitent du système mis en place dans un « camp » comme dans l’autre de même qu’il y a des gens pour s’opposer à ce système aussi bien chez les hommes que chez les femmes. De plus, j’ai également adoré la manière dont Kim Liggett nous rappelle que le patriarcat est un problème aussi bien pour les hommes que pour les femmes.

Kim Liggett nous interroge également sur l’influence de nos croyances et de notre éducation, sur nos choix de vie. Avec beaucoup de brio, l’autrice parvient à créer une ambiance à la fois pesante et fascinante dont l’injustice flagrante vous mettra en rage par moment. Mais ce qui prédomine la plus par du temps c’est le doute : les croyances sont-elles fondées ou sommes-nous face à un cas de persuasion collective ? La magie est-elle réelle ou non ? Jusqu’à la toute fin du roman Kim Liggett nous fait douter, nous pousse à nous questionner, à remettre en question ce que nous savons et ce que nous croyons établi.

Enfin, autre point à la fois intriguant et angoissant de ce roman : l’absence de repères spatio-temporels. On ne sait pas à quel moment ni dans quels lieux se déroule l’histoire. Une manière détournée pour l’autrice, semble-t-il, de nous rappeler que ce qui arrive à Tiersen et à ses proches peut arriver n’importe où, n’importe quand et à n’importe qui. Quant aux remerciements de ce roman ils sont aussi incroyables que tout l’ouvrage et nous expliquent un peu mieux la genèse de l’écriture de ce roman.

Un roman extraordinaire porté par des personnages imparfaits et donc terriblement attachants et par des messages et thématiques très fortes. J’ai été emportée par un maelström d’émotions de la toute première à la toute dernière phrase de ce roman. L’année de grâce est de ces ouvrages à lire absolument et à mettre entre toutes les mains !
J'aime pas Noël ni les enfoirés sexy J'aime pas Noël ni les enfoirés sexy
Anita Rigins   
|Instagram : @blogdelyosa|
Premièrement, on adore cette couverture qui annonce déjà l’humour de l’histoire. Au début, on avait peur de ne pas accrocher car nous n’avions jamais lu de romances de Noël. Mais finalement ça a été une bonne lecture !

Le point fort de cette histoire est l’humour ! Les personnages et surtout l’héroïne sont hilarants. Au tout début de notre lecture (les 20 premiers %), on avait du mal à rentrer dans l’histoire et a apprécié cet humour présent tout le long. Mais au fur et à mesure de l’histoire, l’héroïne a réussi à nous embarquer dans le récit. Nous avons beaucoup aimé l’idée de base de cette romance et Anita a réussi à nous faire voyager dans le chalet avec ce paysage enneigé.

Pour ce qui est de la plume de l’auteure, on avait peur au début car ça change complètement de style par rapport à « No rules » ou « My rules ». Mais finalement on a bien aimé ce côté très léger qui rend la lecture agréable et drôle.

Ensuite, la romance se développe au fur et à mesure en laissant tout de même la place à l’humour ce qui crée une dualité parfaite. La rencontre entre Lia et Dylan est explosive et nous a donné envie de découvrir comment ils tomberaient amoureux. La partie qu’on a préféré de ce roman est le moment où ils sont au chalet, qui est le moment clé de l’histoire. En effet, c’est là que Anita développe certains sujets importants comme l’abandon, l’amitié et encore d’autres.

Pour conclure, on a eu peur au tout début du roman. Mais finalement plus on avançait et plus on était touchées par l’histoire qui est à la fois drôle et douce. On a beaucoup aimé ce mélange entre l’humour et la romance qui rend ce livre parfait pour cette période.
  • aller en page :
  • 1
  • 2

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode