Livres
541 668
Membres
573 279

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Camille-397 : J'ai lu aussi

Les Années douces Les Années douces
Hiromi Kawakami   
" Un livre d'une délicatesse à couper le souffle."
C'est précisement ce que je retiens de cet ouvrage : sa délicatesse. Hiromi Kawakami possède une plume d'une grande subtilité et sait décrire les situations avec tout autant de délicatesse.
Un très beau roman sur deux êtres qui se rencontrent véritablement pour la première fois, qui s'apprécie et qui doucement se rapprochent l'un de l'autre.

L'adaptation de Taniguchi est tout aussi belle que le roman.
Le Pauvre cœur des hommes Le Pauvre cœur des hommes
Sōseki Natsume   
Un roman à l'atmosphère étrange, construit en trois parties, nous décrivant la souffrance de l'âme humaine par l'expiation, la honte, le silence, le remords, ….
Dans la première partie on rencontre les personnages principaux sans pour autant les approfondir. Beaucoup d'aspects sont restés dans l'ignorance.
La seconde partie se concentre davantage sur l'un des deux personnages. Il y est question essentiellement de valeurs familiales et de devoirs envers sa famille.
La troisième partie, sous forme épistolaire, est la plus forte émotionnellement par son côté dramatique et tragique. Je l'ai préféré aux deux autres parties.
Le récit se situe vers la fin de l'ère Meiji, dans un Japon encore encré dans ses anciennes traditions mais commençant à s'occidentaliser, passant à l'ère Taicho. Les deux personnages représentent d'une certaine façon ces deux générations. L'un déclinant et l'autre prenant sa place dans le monde.
J'ai trouvé le style moins poétique que d'habitude. Peut-être est-ce dû à la traduction, qui rend également l'histoire moins profonde qu'elle devrait l'être (à mon sens).

par Whale
Pays de neige Pays de neige
Yasunari Kawabata   
Shimamura se rend dans une station thermale au Japon plusieurs fois afin de se ressourcer, loin de la vie agitée qu'il mène à Tokyo. Sa relation étrange avec une jeune geisha, Komako, est un éloge à la beauté.
Ici, les longues descriptions poétiques du pays de neige succèdent aux nombres états d'âme de la jeune geisha qui ne veut admettre son amour ou sa passion pour Shimamura, qui revient à plusieurs reprises lui rendre visite, troublé par la relation passionnelle qu'ils entretiennent. Un troisième personnage, Yoko, vient rendre l'ensemble encore plus nébuleux, complexifiant davantage la relation entre Komako et Shimamura.
Le style est particulier, contemplatif et sensible. Il ne plaira pas à tout le monde, il faut être dans un état d'esprit serein et avoir du temps pour s'imprégner de ces descriptions et de ces sentiments, parfois en adéquation avec la nature mais d'une lenteur certaine. Car la nature n'est jamais complètement isolée et étrangère des passions qui enivrent les personnages.
Par exemple, la neige et sa symbolique font partie intégrante du récit. Elle représente une dualité inquiétante entre la pureté ("la toile Chijimi n'existe que parce que la neige existe") et sa dangerosité qui émane de son côté sauvage et de sa nature première puisqu'elle peut provoquer des chutes ou des glissements à tout moment.

par Abyssos
L'Annulaire L'Annulaire
Yoko Ogawa   
Une ambiance, hm... Comment définir ça? Les seuls mots qui me viennent sont bizarre, ou, au mieux, étrange.
Une insipide histoire de romance à base de soumission (le mot est peut-être un peu fort, mais c'est bien l'idée: l'héroïne ne veut plus partir, car elle est "captive" de son patron, et ce à cause des chaussures qu'il lui a offert visiblement) et de fétichisme pédestre tout à fait dérangeant.
La fin est ouverte, ce qui m'agace prodigieusement, mais bizarrement, je n'arrive pas à considérer ce livre comme mauvais. Peut-être l'attraction malsaine qu'il exerce, allez savoir. Mais heureusement qu'il était court quand même...

par Spika
Madame Bovary Madame Bovary
Gustave Flaubert   
Sans trop en dire, l'auteur dénonce ici le romantisme féminin en y décrivant la vie d'Emma avec le réalisme de sa plume.
Il s'agît de l'histoire d'une femme dont la vie manque de péripéties rythmées par la passion. La vie lui laisse entrevoir un monde luxueux mouvementé dont elle rêve éperdument. Elle se nourrit de chimères, imagine une vie meilleure.
Il s'agît de l'histoire d'un retour brutal à la réalité, d'un désabusement féminin et d'une vie ennuyeuse, et malgré l'apparition de passions amoureuses et de réconfort religieux, les derniers chapitres nous conduisent inévitablement vers une fin tragique.
J'ai apprécié le style d'écriture, cependant les descriptions des lieux sont longues. Le must étant la description des différents personnages... Je n'ai pas d'étude approfondie, mais je suis certain qu'il y aurait beaucoup à analyser dans cet ouvrage. On pourrait parler de Grand Art de Littérature.
Une vie Une vie
Guy De Maupassant   
Complètement d'accord avec marshmallow, j'avais moi aussi très envie de la secouer pour lui dire de se bouger ! Ce côté passif est vraiment agaçant pour ne pas dire autre chose mais le roman reste écrit par Maupassant et par conséquent est vraiment une oeuvre à lire. Ce qu'il raconte c'est, comme l'indique le titre, une vie. La vie de Jeanne qui va perdre ses illusions de jeune adulte, petit à petit, et qui m'a profondément touchée, ce qui explique pourquoi ce roman reste un de mes préférés de Maupassant

par emy27
Phèdre Phèdre
Jean Racine   
Au début, j'ai protesté lorsque nous avons eu à lire cette pièce au lycée. Puis, a fore de l'étudier, de regarder au plus profond des vers produis par Racine, je me suis laissée emporté par cette si belle tragédie. Cet auteur est un génie. Si j'avais voulu relever quelques vers, j'aurais été obligée de recopier le livre ! Tout est merveilleux dans cette pièce, que ce soit la langue ou l'histoire en elle-même.
Kitchen Kitchen
Banana Yoshimoto   
J'ai beaucoup aimé ce roman, qui comporte en fait 2 nouvelles : Kitchen et Moonlight Shadow.
C'est la première fois que je lis un auteur japonnais et c'est pour moi une vraie découverte.

L'ambiance du roman est un peu déroutante tant par le style que par cette vision du monde culturellement si différente de la nôtre. Mais les personnages sont très attachants et les thèmes abbordés (mort, disparition, perte de l'être aimé, au-delà, surnaturel, espoir, amour, envie de vivre et de survivre....) sont universels et m'ont personnellement beaucoup touchée....

Je crois qu'il va falloir que je digère cette "cuisine" et que je relise le roman pour en apprécier toutes les subtilités.

En bref : à découvrir !

par Perfecta
Le Restaurant de l'amour retrouvé Le Restaurant de l'amour retrouvé
Ito Ogawa   
Un vrai coup de cœur pour la découverte de cet auteur avec ce premier livre. Celui-ci est une véritable bonne surprise, c’est un agréable moment passé durant ma lecture. Une ode à la vie, aux sentiments.
On suit ici Rinco, une jeune adulte qui perd la voix suite au départ de son petit ami. Elle quitta son appartement et sa ville pour rentrer chez sa mère dans son petit village, mère qu’elle n’a plus vu depuis 10 ans quand elle a décidé de partir de chez elle.
Dans son village elle va retrouver petit à petit une envie de vivre grâce à la cuisine et au restaurant qu’elle a toujours voulu avoir et qu’enfin elle a pu ouvrir. En cuisinant, elle va aider les personnes qui viennent dans son restaurant grâce à ses repas et aux sentiments qu’ils procurent. La cuisine réconcilie les cœurs, en tout cas c’est ce que nous montre ce livre, un rapprochement se fait entre les personnages grâce aux bons plats de Rinco.
Ce livre se lit tout seul, il est d’une simplicité touchante, notre héroïne est de loin très attachante, on a envie de voir que tout peut bien se finir pour elle.

par Low90
Écoute le chant du vent / Flipper, 1973 Écoute le chant du vent / Flipper, 1973
Haruki Murakami   
https://lessortilegesdesmots.blogspot.com/2018/01/ecoute-le-chant-du-vent-suivi-de.html

Vous savez que je lis régulièrement des romans de Murakami. Lorsque celui-ci est sorti, je n'ai pu m'empêcher de me jeter dessus puisqu'il s'agit de ses deux premiers romans. J'étais curieuse de voir l'évolution de son écriture entre son dernier roman et ceux-ci. Effectivement il en a fait du chemin.

Déjà la préface est dès plus intéressante. On en apprend beaucoup sur le choix de Murakami pour l'écriture. Il explique la méthode qu'il a employé. elle est admirable mais qu'est-ce que c'est compliqué. Cela nous permet de comprendre le fait que ses premiers écrits soient si simples, sans fioritures et courts. Depuis, il a pris la peine de faire des romans plus complexes parlant de plus en plus de sujets. À nous lecteurs de choisir ce que l'on souhaite retenir.


J'avoue avoir une nette préférence pour "écoute le chant du vent". Il était vraiment addictif. J'avais du mal à poser le roman tant c'était simple, clair, net et précis. Ce que j'ai également apprécié, c'est de voir des références à d'autres de ses romans. Pourtant, il faut se rappeler que c'est son tout premier roman et que "la ballade de l'impossible" ou "kafka sur le rivage" n'existait pas. C'est juste hallucinant. C'est là que je me suis aperçue que je me souvenais de ses romans contrairement à ce que je pensais. C'est comme des tiroirs. Les mots nous renvoient à certains de ses écrits tout en conservant le caractère unique de cet écrit très beau.


Concernant "flipper, 1973", j'ai eu plus de mal. C'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai ralenti d'un coup ma lecture. Pour preuve, je l'ai terminé le 31 décembre. On suit l'histoire du narrateur et celle d'un personnage appelé "le Rat". J'ai été gêné dans un premier par le passage d'un personnage à un autre dans le point de vue puisqu'ils ne vivent pas du tout la même chose. De plus, il y a des sauts dans le temps sans être précisé. Murakami pousse le lecteur à posséder une excellente mémoire à une gymnastique psychologique de malade sur un roman aussi court dont le style d'écriture est pourtant simple. J'ai également été dérouté par la relation qu'entretien le narrateur. Pourtant, lorsque l'ont connait l'auteur et ses bizarreries régulièrement présentes, j'aurai du m'y attendre.


En bref, ce roman m'a surprise par bien des aspects. J'ai apprécié la lecture du premier, un peu moins le deuxième mais cela m'a permise de comprendre mieux l'art de cet auteur emblématique au Japon.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode