Livres
553 885
Membres
598 513

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Cat123 : Mes envies

Orphans, Tome 1 : Double Disparitions Orphans, Tome 1 : Double Disparitions
Claire Gratias   
De la bombe ! Du suspense, de l'incompréhension, de la détermination, de l'aventure : ce bouquin c'est plus qu'une addiction, c'est une drogue ! J'attends le deuxième tome avec grande impatience !

Avis plus constructif :

[spoiler]On suit notre héros, Marin (chouette prénom au passage) et Alexia, la meilleure amie de la soeur de notre héros.
Alors : le fait que ce soit la meilleure amie de la soeur, pas plus proche de Marin que ça, ça nous perturbe parce qu'on a jamais vraiment vu ça (si je me trompe, dites-le moi, mais c'est rare qu'on suive des points de vue comme ceux-là ensemble).
Du côté de Marin, c'est la "principale" action/aventure disons que c'est la base, le socle de l'histoire. Du côté d'Alexia c'est quelque chose de plus recherché, de plus profond. Son point du vue contourne le problème mais essaie de s'y confronter alors que le point du vue du héros tombe dans le problème sans l'avoir vraiment voulu.

Après, il y a l'histoire des "deux mondes" qui est très intéressante mais intrigante et parfois floue pour le moment.
Il y a le monde où Marin se trouve en quelque sorte emprisonné avec son désir, ce lui d'être orphelin, et le monde réel.[/spoiler]

PS : ne le laissez pas dans vos envies, lisez-le car c'est une valeur sure !

Bonne lecture !
Le Jour de nos adieux Le Jour de nos adieux
Jeff Zentner   
Ce livre très touchant aborde le thème du deuil et du sentiment de culpabilité que l'on peut ressentir face à la mort de ceux qu'on aime.
Mars conduisait la voiture, il répondait aussi au sms de Carver. C'est comme ça qu'est arrivé l'accident qui a coûté la vie aux trois meilleurs amis de Carver : Mars, Eli et Blake.
Nous suivons donc Carver qui doit faire face à sa douleur et à son sentiment de culpabilité ainsi qu'au regard des autres et leur jugment. J'ai beaucoup aimé les passages où il s'imagine face à ses amis et ceux où il se souvient d'eux, on ressent vraiment l'attachement qui les unissaient ainsi que le vide et la douleur laissés par leur absence. La réaction des familles des victimes est également intéressante : ils ont tous perdu un fils, certains cherchent un coupable d'autres non. Tous ont besoin de faire leurs adieux à ceux qui sont partis trop vite, sans prévenir. C'est un point central du livre : comment dire au revoir à quelqu'un qui est parti sans qu'on ne puisse rien y faire, avant même que l'on ait compris qu'on ne le reverrait plus. Les "journées d'adieux" m'ont beaucoup émue, l'idée elle-même m'a paru un bon moyen pour s'aider à faire son deuil.
Là où j'ai eu plus de mal, c'est sur ça relation avec Jesmyn car tout va beaucoup trop vite. Elle est très attachante et sympathique, j'ai aimé la voir souligner le racisme et le sexisme ordinaire (et inconscient) quand il se présente devant elle. Ce n'est pas le sujet du livre mais c'est un aspect intéressant et important en toutes circonstances.
Ce qui m'a vraiment surprise c'est de voir comment Carver, qui a envoyé le texto, semble être considéré comme seul responsable potentiel. Certes comme il n'était pas dans la voiture c'est le seul de la bande à avoir survécu mais c'est également la preuve (à mes yeux) qu'il n'est pas la cause de l'accident. Ce n'est pas lui qui conduisait, qui écrivait en conduisant. D'ailleurs, le conducteur aurait très bien pu demander à l'un des deux passagers de répondre, ce n'est pas comme s'il avait été seul dans la voiture. A partir de là je n'imagine pas qu'on puisse porter la faute et s'acharner uniquement sur lui. Bien sûr ce qu'il a fait était idiot et irréfléchi mais c'est le comportement du conducteur qui a créé les circonstances de l'accident.

par choupy78
Je suis innocent Je suis innocent
Pierre-François Kettler   
Je suis innocent est une plongée ardue, rude, dérangeante au coeur du génocide rwandais.
Si je m'attendais à un sujet difficile et peu reposant, je ne m'étais pas préparée à la force des mots qui expriment clairement et abruptement tout au long des pages l'inénarrable, l'insoutenable et l'indicible de ce génocide terrifiant.

Heureusement que Jean était là à mes côtés. Ce petit garçon tutsi de 7 ans m'a tenu la main et m'a rassurée avec sa naïveté enthousiaste, ses rêves rassurants et ses images colorées et positives du monde.
Car il faut les chercher ces signes d'espoir et de bienveillance au coeur du récit.
On souffre.
On se questionne.
On s'indigne.
On a mal à notre humanité.

Ce livre me rappelle à quel point il est facile pour moi d'ignorer ces conflits, de minimiser ces drames, de tourner la tête lorsqu'une situation est trop violente.

Ce livre s'adresse à des jeunes avant tout.
Et je trouve Pierre-François Kettler courageux de s'être adressé à eux sans minimiser les faits, sans cacher la violence ou ignorer l'ignoble.
Tout y est. Les images marquent les esprits. Fortement.
Les guerres fratricides, les génocides et les conflits en général ne sont pas des parties de plaisir.
Ne les banalisons pas.
Il faut que l'on sache, pour ne pas reproduire et pour apprécier la chance que nous avons de vivre dans des pays paisibles.

Je suis innocent.
Je suis au courant.
Je ne peux pas faire comme si je ne savais pas.
Et je disparaîtrai dans la nuit Et je disparaîtrai dans la nuit
Gillian Flynn    Michelle McNamara   
Introduction by Gillian Flynn
Afterword by Patton Oswalt

“I’ll Be Gone in the Dark will undoubtedly be stocked in the True Crime section, which is fine, but in so many ways it’s a brilliant genre-buster. It’s propulsive, can’t-stop-now reading, which makes it all too easy to ignore the clean and focused writing.

What readers need to know—what makes this book so special—is that it deals with two obsessions, one light and one dark. The Golden State Killer is the dark half; Michelle McNamara’s is the light half. It’s a journey into two minds, one sick and disordered, the other intelligent and determined. I loved this book.” —Stephen King

A masterful true crime account of the Golden State Killer—the elusive serial rapist turned murderer who terrorized California for over a decade—from Michelle McNamara, the gifted journalist who died tragically while investigating the case.

"You’ll be silent forever, and I’ll be gone in the dark."

For more than ten years, a mysterious and violent predator committed fifty sexual assaults in Northern California before moving south, where he perpetrated ten sadistic murders. Then he disappeared, eluding capture by multiple police forces and some of the best detectives in the area.

Three decades later, Michelle McNamara, a true crime journalist who created the popular website TrueCrimeDiary.com, was determined to find the violent psychopath she called "the Golden State Killer." Michelle pored over police reports, interviewed victims, and embedded herself in the online communities that were as obsessed with the case as she was.

At the time of the crimes, the Golden State Killer was between the ages of eighteen and thirty, Caucasian, and athletic—capable of vaulting tall fences. He always wore a mask. After choosing a victim—he favored suburban couples—he often entered their home when no one was there, studying family pictures, mastering the layout. He attacked while they slept, using a flashlight to awaken and blind them. Though they could not recognize him, his victims recalled his voice: a guttural whisper through clenched teeth, abrupt and threatening.

I’ll Be Gone in the Dark—the masterpiece McNamara was writing at the time of her sudden death—offers an atmospheric snapshot of a moment in American history and a chilling account of a criminal mastermind and the wreckage he left behind. It is also a portrait of a woman’s obsession and her unflagging pursuit of the truth. Framed by an introduction by Gillian Flynn and an afterword by her husband, Patton Oswalt, the book was completed by Michelle’s lead researcher and a close colleague. Utterly original and compelling, it is destined to become a true crime classic—and may at last unmask the Golden State Killer.

par Framb0ise
Rivière-au-cerf-blanc Rivière-au-cerf-blanc
Véronique Drouin   
Non, mais !! Quel livre ! J’ai été subjuguée du début à la fin ! La couverture de ce livre n’a l’air de rien...un cerf, direz-vous ! Mais wow !

Rivière-au-Cerf-Blanc est le genre de livre qu’à la minute où on plonge dans l’histoire, on ne peut s’arrêter. Un vrai page turner ! À plusieurs reprises, les poils sur mes bras se sont hérissés. On s’essouffle quasiment en lisant car on lit vite vite vite pour savoir ce qui va se passer. On veut savoir, mais en même temps on ne veut pas car on craint pour les personnages. Je m’imaginais être à leur place et je ne crois pas que j’aurais été grosse dans mes culottes ! Et dire que je fais du camping...Ahhhhhh !! Mais pas du canot-camping...fiou !

Si vous aimez le genre suspense intense, vous allez être servi avec ce roman. Si vous raffolez en plus des livres d’horreurs, vous allez tripper ! Vraiment ! Mais on ne parle pas ici d’horreur dégueulasse, mais bien d’horreur pour faire peur. Juste assez pour quand vous allez vous retrouver dans le bois, vous sursauterez au moindre craquement. Oui ! Oui !

La plume de cette auteure est tout simplement incroyable. S’il y a un auteur que vous devez découvrir cette année, c’est bien Véronique Drouin. S’il vous prends l’envie de commencer ce livre, assurez-vous d’avoir quelques heures de libre devant vous, car vous ne voudrez pas le lâcher.

http://letempsdlire.blogspot.com/2020/06/riviere-au-cerf-blanc.html
Six of Crows, Tome 1 Six of Crows, Tome 1
Leigh Bardugo   
«No mourners. No funerals.»

Six of Crows commence par une lecture addictive et se termine par un coup de cœur violent. :)

Leigh Bardugo nous fait plonger dans un monde fascinant et complet qui promet une aventure passionnante dès le départ.

On se retrouve aux côtés de Kaz, Inje, Matthias, Wylan, Jesper et Nina qui sont des personnages que j'ai trouvé tout bonnement supers.

Je les ai trouvé complets. Chacun a son histoire et sa personnalité. Ils sont tous différents et attachants d'une manière qui leur est propre. L'auteure a vraiment bien travaillé tout ce qu'ils sont et représentent, les rendant plus profonds si je puis dire, d'autant plus vrais et surtout crédibles.

Ainsi les relations entre les personnages sont très agréables à découvrir, quelles qu'elles soient.

J'ai bien apprécié la plume de Leigh Bardugo qui écrit de manière simple mais captivante.

Alors que dans The Grisha trilogy elle avait choisi d'écrire à la première personne, dans Six of Crows elle écrit à la troisième personne et j'ai trouvé ça très agréable de suivre l'histoire de cette manière sans que, honnêtement, je sois capable de vous expliquer pourquoi.

On suit donc l'histoire de plusieurs points de vue (Jesper, Kaz, Inje, Matthias, Nina, Joost, Pekka). J'aurais bien aimé qu'on ait au moins un chapitre sous le point de vue de Wylan... peut-être dans le second tome !

L'histoire m'a énormément plu.

On suit les aventures de six jeunes criminels à qui on confie une mission qui paraît complètement impossible. Ils doivent se rendre dans un endroit nommé The Ice Court, un endroit où ils vont risquer leur peau, et sont chargés de retrouver un homme car la société est menacée par une drogue pour le moins désastreuse. Et bien-sûr, ensuite, ils doivent ressortir de cet endroit. Vivants, de préférence.

Six of Crows est composé d'un tas d'éléments qui nous permettent de passer un moment de lecture très agréable et qui efface le monde autour, nous pousse dans l'univers de l'auteure sans qu'on s’ennuie à aucun moment et sans qu'on puisse voir le temps qui s'écoule et les pages qui défilent.

Au rendez-vous action, rivalités entre gangs, imprévus, trahisons, flash-backs, révélations surprenantes et même un peu de romance avec une petite touche d'humour. Si ce n'est pas un beau mélange tout ça !

Petite parenthèse : Six of Crows se déroule deux ans après Ruin and Rising (dernier tome de The Grisha trilogy) et si vous n'avez pas lu The Grisha trilogy, rien ne vous empêchera de découvrir Six of Crows malgré tout.

Pour parler un peu plus en détails des personnages...

Kaz Brekker [spoiler](de son véritable nom, Rietveld)[/spoiler] est un voleur et bien plus encore, âgé de dix-sept ans, surnommé 'Dirtyhands' et qui appartient au gang 'The Dregs'. Il est intelligent et plein de ressources. Il n'accorde pas facilement sa confiance et cache bien son jeu. Je l'ai tout simplement adoré.

Inje Ghafa est une Suli qui s'est retrouvée après plusieurs évènements être l'espionne du gang auquel appartient Kaz et la meilleure de tout Ketterdam. Elle a dix-sept ans aussi. C'est une voleuse de secrets surnommée 'The wraith', qui rêve, un jour, de retrouver sa famille. Je l'ai trouvé vraiment attachante et je ne saurais vous dire pourquoi. Elle semble à la fois forte et fragile... En tout cas, je l'ai vraiment bien aimé.

Nina Zenik vient tout droit de Ravka et la jeune femme de dix-sept ans est une Grisha. Ancien soldat de la seconde armée, Heartrender talentueuse et à présent membre des Dregs elle n'a qu'un rêve : rentrer chez elle. Et pour cela, elle décide d'aider Kaz dans sa quête. J'ai beaucoup aimé sa façon d'être, sa personnalité. C'est un personnage très intéressant, que j'ai beaucoup apprécié découvrir.

Matthias Helvar est quant à lui un ancien Drüskelle, chasseur de Grisha, âgé de dix-huit ans. Il passe près d'un an en prison suite à une erreur qu'il prend sérieusement pour une trahison et ne ressort de cet enfer que pour aider Kaz et ses compagnons dans leur mission suicide : entrer dans un tout autre enfer et en ressortir vivants qui plus est ! Matthias est le personnage auquel je me suis le moins attachée et pourtant, je l'ai adoré !

Jesper Fahey est le meilleur tireur d'élite des Dregs. À dix-sept ans, il ne tient pas en place et ne manque aucune occasion d'avoir un peu d'action. [spoiler]C'est aussi un Grisha qui ne crie pas sur tous les toits qu'il est Fabrikator ! Surprise, surprise ![/spoiler] À mes yeux, Jesper est tout simplement passionnant. C'est un personnage que j'ai adoré et pour lequel j'ai d'ailleurs une petite préférence.

Wylan Van Eck a seize ans, c'est le plus jeune du groupe. Enfant d'un riche homme, il a quitté la maison de son père quelques mois plus tôt pour des raisons qu'on ignore [spoiler]jusqu'à la fin du livre. En vérité, Wylan n'est capable ni de lire ni d'écrire et pour ces raisons son père l'a renié déclarant qu'il est une insulte à sa maison.[/spoiler] Wylan est un garçon intelligent et talentueux. Un enfant rebelle qui se lance dans un mission suicide et dont le rôle est de poser des bombes -et de les faire exploser, bien entendu-.

De plus, les passés des personnages sont tout simplement "géniaux", si je puis me permettre. J'entends par là qu'ils sont recherchés, complets, et ils leur ont laissé, à tous, une marque qu'ils n'oublieront jamais et que parfois ils essaient même de cacher.

Les relations entre les personnages sont très agréables à découvrir comme j'ai pu le dire plus haut. On sent un véritable lien qui se créait entre eux au fil du livre. [spoiler]La romance entre Nina et Matthias est un peu plus présente que celle entre les deux autres duos. Mais on sent malgré tout qu'il pourrait bien se passer quelque chose entre Jesper et Wylan -doigts croisés- et qu'entre Inje et Kaz, il y a bel et bien une petite étincelle qui ne demande qu'à se changer en véritable feu -surtout à la fin- (rien de destructeur, espérons). [/spoiler]

Un petit mot sur la fin...

Surprenante et tout aussi entraînante que le reste du bouquin, la fin de Six of Crows m'a épatée et à présent je me sens impatiente de connaître la suite. [spoiler]La bande de Kaz a réussi sa mission suicide haut-la-main mais alors qu'ils s'apprêtent à toucher leur récompense (récompense qui les rendra plus riches qu'ils n'auraient jamais osé l'espérer), la situation change du tout au tout. Leur groupe se retrouve divisé.[/spoiler] Les aventures (ou mésaventures) de Kaz et de son crew sont donc loin d'être terminées !

Six of Crows est un premier tome que j'ai adoré découvrir. C'est 462 pages passionnantes après lesquelles on ne peut demander que la suite ! D'ailleurs, l'attente va être rude !

Leigh Bardugo a remporté mon cœur littéraire haut-la-main.

Ce roman a été pour moi une excellente surprise, je ne m'attendais sincèrement pas à ce qu'il finisse dans ma liste de diamant en étant un gros coup de cœur.

L'un de mes plus gros coup de cœur de l'année 2015.

«We are all someone's monster.»

par Sheo
Si loin de toi Si loin de toi
Tess Sharpe   
Un très, très beau livre, qui m'a touché, émue et fait pleurer.
Un livre qui m'a fait rentrer au cœur de cette histoire incroyable, horriblement attachante et terriblement dur pour ses personnages brisés.
On tourne les pages sans même s'en apercevoir. Tour à tour, on se met à la place de chaque personnage : Sophie, Mina, Trev et tous les autres.
Durant chaque ligne, chaque mot, c'est toujours plus : plus de surprises, plus de tristesse, plus d'espoir.
Parce que ce livre m'a fais prendre conscience de la dureté de la vie.
Parce qu'il nous donne une véritable leçon de vie.
Parce c'est un des meilleurs qu'il m'a été donné de lire.
Je l'ai idolâtré, je l'ai maudit parfois, mais surtout, je le recommande vivement.

par lou73
Interfeel, Tome 3 : L'Odyssée Interfeel, Tome 3 : L'Odyssée
Antonin Atger   
Autant vous le dire de suite, cet opus comme les précédents a été un vrai plaisir de lecture, un plaisir passé trop vite mais avec cette histoire, comment faire autrement que de glisser de page en page, avides que nous sommes d'approfondir nos connaissances interfeeliennes, et avec la hâte de retrouver tous (je dis bien tous) nos héros!
Car oui, vous pensez bien que, si nous sommes toujours ici au bout de trois tomes, c'est que nous sommes des convaincus de ce que l'auteur a à nous proposer: je fais partie des lecteurs totalement acquis au scénario et au monde d'Interfeel, autant que pris par l'addictivité de son écriture. Encore une fois, je n'ai eu à souffrir d'aucune longueur dans ce tome!
Je crois m'être même plus emballée que prévu puisqu'Antonin m'a tellement conditionnée à son écriture dynamique qu'il est parvenu à me faire ressentir de l'action même lorsque la situation était plutôt stable pour ses personnages. Il y a une bonne raison à tout cela: il sait tout simplement nous faire ressenti toute la tension qui est sous-jacente à tout ce tome! Oui, Interfeel 3 n'est peut-être pas le tome le plus mouvementé des trois, mais il est essentiel: devant nos yeux, c'est en fait une partie d'échecs qui se joue! On est subjugué comme observateur par toutes ces pièces qui se mettent en place avec ingéniosité, ayant même bien souvent un coup d'avance sur nous ( pour tout dire, j'avais deviné pour l'Émotionnel... deux pages avant la révélation ^^'!)
Mais que les amateurs (et habitués par l'auteur) de scénarios dynamités ne s'inquiètent pas, ils ne seront pas non plus déçus: entre deux réflexions, on est largement servi, surtout avec ce final qui envoie du lourd en très peu de temps. La partie 2 est un petit condensé de révélations... et pourtant, on finit sur un cliffhanger qui nous promet une excellente suite!
Après, là où cette histoire est toujours aussi brillante, c'est dans les émotions, le noyau d'Interfeel après tout, qu'elle ancre en nous: on tremble avec nos personnages, on se décourage facilement face à la prédominance des vrais méchants, on souffle de soulagement à la moindre amélioration pour nos héros... Mais, qui dit "émotions exacerbées", dit forcément grande empathie pour tous nos héros! Ils méritent tous amplement notre attachement, et pas seulement parce qu'on les connaît maintenant depuis un moment, mais parce qu'ils nous démontrent tous autant qu'ils sont, une méga force de volonté!
En bref, il était vraiment bon de retrouver l'univers d'Interfeel dans ce troisième opus qui continuait son récit sur les chapeaux de roues. Ici, Antonin Atger met en place tous ses pions avec habileté pour nous préparer, sans nous ménager, au grand conflit qui sourde depuis le commencement! Et encore une fois, on est entraîné face à ce déferlement d'émotions, qui font que cette saga porte si bien son nom: on est connectés avec nos héros dans les bons plans comme dans les pires galères. Et on a envie que ça dure encore, même si on s'approche du final qu'on ne peut qu'espérer heureux. Notre addictivité pour la plume d'Antonin ne peut nous faire dire qu'une chose: vivement le tome 4!

par Chika
The Hate U Give - La haine qu'on donne The Hate U Give - La haine qu'on donne
Angie Thomas   
Ce roman va bien au-delà de la catégorie diamant. Il mérite une place spéciale, une place classée: "je te fais réfléchir, je te fais pleurer, je te donne envie de tout casser, je te donne envie de te battre".
The Hate U Give, ce n'est même pas de l'or en barre. C'est bien plus pur, bien plus poignant. C'est un concentré d'émotions.
Nous les menteurs Nous les menteurs
E. Lockhart   
Quelle lecture ! J'ai lu ce livre en une fois et je suis restée un bon moment assise sur mon lit sans savoir quoi faire une fois terminé. Malheureusement pour avoir récemment vu un film assez similaire, j'avais très vite deviné la fin mais j'ai continué ma lecture en priant pour me tromper.
C'est vraiment une lecture facile et addictive qui m'a entraîné et passionné tout du long. Je ne pensais pas m'être autant attaché aux "menteurs" mais les émotions qui me sont tombés dessus à la fin m'ont fait prendre conscience de la sympathie qu'ils ont fini par m'inspirer.
Il y a tellement à dire sur ce livre, je pourrais en parler pendant des heures mais évitons les spoliés.
Disons simplement que ce livre vaut le détour et que si vous avez envie d'une bonne lecture vous devriez choisir celui ci. Bonne lecture !

par Nemesris

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode