Livres
547 494
Membres
584 664

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de El1415 : J'ai lu aussi

Endgame, Tome 1 : L'Appel Endgame, Tome 1 : L'Appel
Nils Johnson-Shelton    James Frey   
Une heure après la fin de ma lecture, je suis toujours aussi bouleversée. Sous le choc. Comment définir Endgame ? Juste époustouflant, incroyable, impitoyable.

J'ai mis exactement deux jours pour lire ce pavé de 538 pages. Tellement c'était bon, tellement c'était addictif. Comme beaucoup, au début, à cause du titre et du descriptif, j'ai eu peur de lire un pâle remake de Hunger Games. Mais ça n'avait vraiment aucun rapport. Aucun. On ne peut même pas les comparer tant ils sont différents. Parce qu'Endgame est cru, Endgame est noir, rempli de cruauté.

Mais j'ai très honnêtement apprécié au possible ce petit bijou. Je peux sans crainte le placer parmi les meilleurs romans qui m'ont été donnés de lire. Et malgré toute l'horreur contenu à l'intérieur de ces pages, James Frey a réussi, plusieurs fois, à me faire sourire. J'ai même ri, à un moment. Après je suis peut-être folle, je ne sais pas, mais il y avait un peu d'humour dans ce roman, pas grand chose, mais juste ce qu'il faut à mon goût pour ne pas sombrer dans un pessimisme total face à la cruauté d'Endgame.

Puis les personnages, mon dieu qu'ils étaient bons ! Ils ont tous, TOUS, quelque chose d'unique. Il n'y en a pas deux qui se ressemblent, ils ont leur propre personnalité, leur propre passé, et leurs propres motivations de gagner. Et je n'ai pu m'empêcher de frissonner devant certains Joueurs qui ne reculaient absolument devant rien. [spoiler]Je pense notamment à Baitsakhan, qui à mon avis est le plus avide de sang du haut de ses 13 ans, encore plus que Maccabee.[/spoiler] Au bout du compte, on éprouve plus d'affection pour certains Joueurs que d'autres, peut-être parce qu'ils sont plus mis en avant dans ce premier tome. Nous verrons bien comment Frey et Johnson vont répartir la narration pour la suite !

Et puis, plusieurs questions me trottinent dans la tête maintenant : normalement, dans les romans dystopiques, il y a toujours une personne qui entraîne la rébellion. Dans Hunger Games, Katniss. Dans Divergente, Tris. Mais dans Endgame, cela reste un mystère total ! Est-ce que des Joueurs vont se dresser contre le Peuple du Ciel ? Si oui, lesquels ? En tout cas, à la fin de ce premier volet, aucun des joueurs [spoiler]à part peut-être Hilal[/spoiler] ne semblent prêts à arrêter de Jouer. Patience donc.

Pour conclure, Endgame est, et je le dis sans aucun doute, un de mes livres préférés. Tout est bien mené, le scénario est bien ficelé, pas prévisible, et les personnages sont très bien travaillés (on a l'occasion d'en apprendre plus sur eux dans Endgame : Mission, cela leur donne plus de profondeur encore). Un final qui m'a choquée et émue aux larmes. Bref, j'attends la suite avec une impatience non cachée !

par MarineL
Endgame, Tome 2 : La Clé du ciel Endgame, Tome 2 : La Clé du ciel
Nils Johnson-Shelton    James Frey   
J’avais adoré le T1 d’Endgame malgré un certain scepticisme, notamment la crainte d’une réécriture à la Hunger Games. Il s’était avéré que ce n’était pas le cas. Absolument pas. C’était un cran plus haut glauque : là où il restait une part d’Humanité dans HG, il ne reste aux Joueurs d’Endgame qu’une amoralité sans nom ; la fin du monde, qui était en train de se mettre en place dans le T1, devient de plus en plus imminente. Dès ce second tome, on est replongé dans cette atmosphère de panique, de peur et de mort, bien plus forte que celle de Suzanne Collin.


Le principe du Jeu est le même que dans le T1 avec quelques variations : il ne reste plus que 9 participants, les plus forts et les plus déterminés. Représentant une civilisation immémoriale, une part de la population terrestre, ils Jouent dans un jeu qu’eux seuls sont en mesure de comprendre. Enfin, plus si seuls que cela car quelques hommes ordinaires décident d’agir… Mais un principe demeure : tout est permis tant que l’on gagne.


Dès le début, le lecteur est pris dans l’intrigue. Les Joueurs sont blessés, mais qu’importe pour ces machines à tuer. On halète et on s’inquiète du dénouement face aux morts qui se multiplient. Ne vous attachez pas trop à un personnage, il risque bien de disparaitre. On ne sait même pas lequel soutenir, ils sont tous fous et irrémédiablement dangereux. Comme toujours dans Endgame, rien ne nous est épargné et le niveau monte même d’un cran. Actions macabres en tout genre se mêlent aux trahisons et les humains sont pris entre ces multiples feux. Les Joueurs sont acculés et en deviennent d’autant plus dangereux et le lecteur va jusqu’à ressentir l’adrénaline des Joueurs. Une fois encore, on alterne avec les différents points de vue et on se demande lequel est le pire : l’amoureux transi qui joue pour la mort, le psychopathe qui est trop jeune pour comprendre de quoi il en retourne, ceux qui veulent sauver le monde, la mère qui ne souhaite que sauver son enfant mais qui est prête à tuer des innocents. Voilà la chose la plus glaçante selon moi dans Endgame : les Joueurs sont des animaux et ils réagissent comme tels. Leur éducation leur a enlevé cette part d’Humanité mais pourtant on ne sait pas comment les juger. Coupables ou non ? La cruauté augmente d’un cran, certes, mais l’ambivalence aussi. Et nous, comme les humains du livre, nous suivons impuissants cet itinéraire vers la fin d’une civilisation, d’un monde censé. Glaçant et bouleversant. A plusieurs reprises, je me suis surprise à penser : « non ? Ils vont pas oser ? » et à plusieurs reprises, les Joueurs et les auteurs ont réussi à me choquer. Vous voyez Janice dans Friends, son « Oh. My. God. » ? Et bien c’était moi ^^ La multiplicité des points de vue, la chasse au trésor, la cruauté et l’écriture font de cette série une vraie « page-turner » où le lecteur, comme les Joueurs, ne peuvent pas s’arrêter un instant.

Mon avis sur le T1, des extraits et des infos sur le T3 ici : http://lecturesdunenuit.blogspot.fr/2015/10/endgame-t2-la-cle-du-ciel.html
Endgame, Tome 3 : Les Règles du jeu Endgame, Tome 3 : Les Règles du jeu
Nils Johnson-Shelton    James Frey   
Decevant, et je rajouterai même : Inachevé et baclé, surtout la fin.

J'y vais peut être un peu fort vous allez me dire, mais là, c'est bien la première fois que je suis autant décu par la fin d'une trilogie qui m'a captivé !
Les livres 1 et 2 étaient géniaux ( enfin voila ... ), très interessant, des personnages qui ne demandait qu'une fin mémorable tout comme leur histoire ! Et là, rien le vide complet, un gros bide.

Mon conseil, lisez le 1 et le 2, mais surtout pas le 3, on a l'impression d'avoir perdu son temps franchement.
Et c'est dommage, vraiment, il y avait tout pour réussir !

du coup voila les points qui m'auront véritablement décu :

[spoiler]-> On commence tranquilement, en mode in médias res là, où on l'avait laissé, tout coup ca repart bien et de plus belle. Et là, se joue une alliance qui n'a plus rien à voir avec le jeu !
Une alliance de 5 joueurs pour stopper le jeu ...

en gros, il y en a un autre qui continue son Taf ( Maccabee ), donc j'ai du respect pour lui. Il évolue et plutot bien, il se remet en question, mais il continue ce pour quoi il a été formé ( et endoctrinné ) toute sa vie !
Et puis il y a le Chinois là : An.
Pour moi, c'est bien le personnage le plus naze et le plus raté de la saga.
Non mais sérieusement, un sociopathe qui fait que joujou avec des bombes accroché à sa ceinture ! Et puis sa copine Japs se fait tuer dans le tome 1 du coup, il la coupe en rondelle pour en faire un collier autour de son cou ... Répugnant.
Et puis dans le tome 2, le voila qui va voir les Mu et qui leur dit vouloir jouer pour eux à la place de Chiyoko ...

Du coup, le vieux sage Jap's l'envoyer chier ( j'ai adoré ce moment je dois dire ) et sur un coup de tête, An le tue ... Ok.
Alors si je récapitule, ce gars est un gros connard bourré de tic et de toc qui ennerve le lecteur à n'en plus finir, parce qu'en fait, on arrive même plus à lire ! De plus c'est un traitre à sa lignée et rajoutez le fait qu'il ne veux plus que tuer tout le monde sur Terre parce que tout le monde, c'est que des gros méchants, et que personne ne mérite de vivre.
Mon Dieu ! Mais donnez lui une paire de baffe et un coup de pied où je pense ! Comment sa lignée a pu creer un crétin comme joueur et le laisser détruire Endgames ?
Alors là je sais pas, mais pas du tout !

-> Les autres, et bien, c'est à peu prêt pareil, du n'importe quoi dans cette partie de la saga essencielement.
Hilal : Rien à dire, il suit la voie qu'il s'est fixé depuis le début. Et puis il trouve un bouquin avec une Australienne qui peut tout lui traduire ... ( c'est pratique ca ), et le lecteur apprends juste que tout sur Endgames est expliqué dans le livre et ... point. En fait le lecteur n'apprends strictement rien du livre. Ah oui, il est joli et il a une belle reliure.

En fait on sait rien, et on sent que l'auteur ne le savait pas lui non plus. Bref, un livre qui apporte des solutions en monde facile pour tout le monde. Et qui s'arrete là ! Génial.

-> Aisling ... ah je l'aimais bien elle, une bonne Celte, elle aussi c'est une bonne joueuse, elle décime avec son trio de choc les Harapéens et tu te dis : oui c'est triste mais c'est le jeu après tout !
Je vois pas pourquoi on devrait pleurer pour eux alors qu'on s'en foutait des hommes et des femmes que An Liu écrase avec sa voiture blindé.
Bon il faut avouer qu'elle a des remords, et ca la rends plus humaine et sympathique à nos yeux ( pas comme Sarah ).
Ce qui est Nul avec Aisling, c'est qu'à partir de là, c'est fini pour elle. Elle ne servira plus à rien jusqu'à la fin du Livre ! l'inutilité même faut le faire ca. Elle avait une équipe de Choc, toute la CIA derrière elle, mais rien. Les Celtes sont mis hors jeu par Keppler 22B qui décide comme ca de bousiller le jeu qu'il a orchestré.
Là, ca partait vraiment en cacahuete, je ne comprenais plus rien. Un bordel général.

-> Shari : touchant au premier abord, mais ensuite elle nous ennerve ! Je veux retrouver ma fille ! Ok, mais réfléchit un petit peu quoi avant de foncer. Et, en fait elle ne servira plus à rien jusqu'a la fin du livre ... comme Aisling d'ailleurs.

-> Jago et Sarah. Il y a beaucoup à dire sur eux. Apres tout le livre 1 tournait presque que autour d'eux, le 2 pareil. On les découvre, on suit leurs périéthies ... On connait tout d'eux, leurs défauts et même leur flirt tiens !
Je m'attendais à une fin grandiose avec eux deux sur le devant de la scène, soit il gagne ensemble à la Hunger Games, ou bien un seul survie à la Divergente ! Ou bien il se sacrifie tout les deux pour un autre joueur ! Je sais pas moi ! Ou encore, l'un qui trahit l'autre et le ou la tue ! Un rebondissement pour ces jeunes qui joue ensemble depuis le début !
Et vous savez quoi ? RIEN ! Il descende de l'avion avec trois des gros Bonnets Cahokiens ( mais qu'est ce qu'il foutait là eux ??? Zéro intrigue pour eux !! ) , et puis là, ya An Liu qui tue tout le monde à distance avec un sniper ...
En 30 s c'est réglé allez.
et pour le lecteur, eh bien ca passe si vite qu'on se demande si ce n'est pas un rève. NULLISSIME comme fin. Après tout ce que l'auteur avait fait avec eux, il aurait pu leur accorder une fin décente, mais RIEN !
Oh déséspoir.


Je m'attendais à mille scénario pour la fin d'Engames, il y avait tout pour reussir, les personnages, le décor, le suspens, les lignées tout ! Et ca c'est réglé à coup de baguette magique dans un temple englouti. Bref, baclé.
Je m'étais imaginé que toutes les lignées allait rejoindre leurs joueurs dans une bataille décisive, quelque chose de d'énorme !
Mais non, Sarah et Jago se font descendre dans un trou paumé et sur un trottoir, Aisling et la CIA allez savoir, Ya que Hilal qui là au rendez vous avec An.

Hilal tue le créateur avec une arme sorti de nul part ( en fait on se demande si, depuis le début, Sarah se servirai pas qu'a aller chercher cette arme ... ) Ben oui, c'est bien de faire des créateurs invincible ! Mais comment on les élimine après ? C'est simple, il suffit d'inventer une arme que les créateurs on laissé sur Terre pour bien que quelqu'un la pique ! Ouah.
[/spoiler]

Donc pour résumé, je dirai que ce livre tourne surtout autour du cinglé qu'est An. On suit ses pensées de psychopathe et il tire dans tout les sens. Il n'y a même plus d'intrigue ni de suspens autour de Maccabee car on se doute déja ce ce qu'il va arriver. Et les autres autres jouers qui veulent tout arreter ...
[spoiler]Non mais quoi ... pour stopper la déstruction de la Terre orchestré depuis des milliers d'années, il faut juste tuer le maitre du jeu ?
Genre, les créateurs ultrapuissant derriere ils peuvent rien faire ? Ils ont juste dépéché un asteroide qui détruit l'Occident et c'est tout ... pas crédible. Il aurait au moins fallu que tout le conseils des créateurs meurt, le minimum quoi ! mais rien.
Il n'y a, tout simplement, pas de fin. Pas de vainqueur. [/spoiler]

Ce livre m'aura vraiment décu au plus au point, et c'est vraiment étrange vu comme j'avais apprecié les deux précédents. C'est vraiment une première pour moi pour ce style de livre et de trilogie.
On s'en doutait un peu vue la taille du livre qui est bien plus fin que les deux autres. C'est un livre qu'on peut lire en diagonale car il ne nous apprends rien. On suit juste les pensées pour la plupart inutile des protagonistes et leurs actions ( en gros, ils pilotent des avions et tirent dans tout les sens ... ) .

La première impression était la bonne, il n'y avait plus d'inspiration pour une vrai Fin.

par Steph87
Endgame : Missions, l'Intégrale Endgame : Missions, l'Intégrale
Nils Johnson-Shelton    James Frey   
Les Missions complètent à merveille les aventures qu'ont vécu les joueurs dans les 3 autres tomes d'Endgame.
On découvre ici les personnages en profondeur, on apprend qui ils sont avant Endgame, et c'est un très bon point pour les personnages qui sont par exemple morts tôt. Les passages qui leurs sont consacrés révèlent que nous ne les connaissions tout bonnement pas. Et même pour ceux qui nous étaient familiers, des surprises nous attendent ... La seule question que je me pose à l'issu de ce tome, c'est pourquoi Baitsakan en est-il absent ???? Les auteurs ont peut être une idée sur le sujet mais j’avoue qu’après avoir lu les différentes tranches de vie des autres joueurs, j’aurais été très curieuse concernant Baitsakan.
Je parlerais ensuite du livre en traitant les divers personnages...

Marcus : C’est l’histoire profonde et cruelle du rapport d’amitié Marcus / Xander. Ces ennemis devenus amis, toujours sur fond de rivalité. C’est avec lui que l’on découvre la naissance d’un Joueur. Et concernant Marcus, ce qu’il fait par ambition est juste horrible. Atroce. Marcus renferme un mal pur. Il était mauvais avant Endgame et l’est resté. Il n’y a pas de note d’espoir avec lui : c’est sombre d’un bout à l’autre.

Après 3 points de vue, je dirais que le ton du livre est assez sombre, voire un peu déprimant ! Les trahisons qui ont lieu se font dans la douleur. Elles blessent assurément et ne font que renforcer le sentiment de solitude des joueurs. Les conséquences de ces trahisons sont aussi lourdes, si bien que c’est une double peine.

Kala : Partie tôt dans les aventures d’Endgame, on comprend mieux son personnage. Je ne m’attendais pas à cette vie.

La 1ère partie du tome se termine sur une ô combien bienvenue note d’espoir, qu’il ne faudra pas oublier. Car cet espoir est porteur de sens. Un sens comme celui porté par Alice Ulapala, celui de l’humanité pour laquelle elle choisit de se battre. Elle "choisit" bien avant que le jeu ne commence, de rester elle-même, d’agir selon ses convictions. Alice est très à l’écoute et en contact avec la nature, les éléments et ses ancêtres. C’est une façon d’être et de penser. Il y a par là un coté mystique que j’ai complètement apprécié !!!

Chiyoko : On découvre ce que signifie à ses yeux « Jouer pour la vie ». Son histoire est bien triste mais l’espoir pointe malgré tout.

Cet Endgame présente tout un éventail de réflexions sur l'être humain. En cela, le tome est très intéressant. Pour une même destinée résultent des choix différents, des convictions différentes, des valeurs différentes. Tout cela en fonction des idées et du terrain familial et culturel propre à chaque peuple auquel appartient le joueur.

Shari : C'est une très belle histoire avec Jamal, toute mignonne ! Je crois que ça a été mon PDV préféré de ses missions. J'aime tout simplement le comportement et l'état d'esprit de Shari : elle est zen, très réfléchie et calme en toutes circonstances.

Maccabee : Il est toujours, de façon presque inexpliquée, un de mes joueurs favoris. L'actuel Maccabee est le fruit des façonnements de sa mère. Elle a modelé son esprit à son image mais parfois, Maccabee agit spontanément de manière à ce que ça résulte de lui, et non de ce qu'attends sa mère. Il n'a pas un mauvais fond. Ce joueur est complexe, ambigu ; il a des 2 bords et je n'ai jamais pu le détester malgré ce qu'il a fait. Je pense qu'il aurait pu être un tout autre jeune homme sans l'influence dominatrice de sa mère.
Maccabee ne montre aucune douceur car on lui a appris que c'était une faiblesse. Pourtant je suis persuadée que c'est une chose à laquelle il n'aurait pas été étranger : par ex. dans les livres [spoiler]Maccabee s'est occupée avec douceur de petite Alice quand d'autres en auraient clairement rien eu à faire. Certes il a poursuivi son but, mais les marques de douceur qu'il a montré étaient elles, facultatives. Il a choisi d'en faire preuve.[/spoiler] Mon intuition concernant Maccabee s'est révélée vraie, et j'en ai été assez contente. Il a peur de sa mère comme il a peur de lui-même et il est dans une position ou il doit mériter l'amour de sa mère.

Alors, Jago m'a fait rire. Il tombe "amoureux" toutes les 3 secondes quand il trouve une jeune femme à son gout ! En fait, il aime les femmes et l'idée de l'amour je pense. Là, aussi avec Jago, on a retrouvé une situation compliquée avec sa mère. Et ce thème sur la mère reviendra aussi avec An... Il y a une psychologie très intéressante mère/fils à cet égard et c'était passionnant.

J'ai encore beaucoup de choses à dire mais je vais m'arrêter là. Comme vous l'aurez compris, on apprend beaucoup des personnages dans les missions, ça vaut véritablement le coup de prolonger la lecture d'Endgame !

par Heliodore
Les Brigades immunitaires Black, Tome 1 Les Brigades immunitaires Black, Tome 1
Shigemitsu Harada    Issei Hatsuyoshiya   
Comme j'avais adoré la série principale, j'ai évidemment acheté ce spin off... et je n'ai pas été déçue. même si la couverture peut faire penser à une adaptation similaire avec juste un changement de sexe des personnages de la série principale, ce n'est pas ça du tout ! L'intrigue est vraiment particulière, on en apprend toujours autant sur le corps humain et les défis qu'ils doivent relever sont d'une toute autre nature... c'est très intéressant. Je déplore juste le fan service omniprésent avec le globule blanc à gros seins... c'est vraiment dommage parce qu'on perd un peu de l'esprit bon enfant de la série principale pour aller vers du shonen classique... C'est vraiment le seul reproche que je peux faire.
Les Brigades immunitaires Black, Tome 2 Les Brigades immunitaires Black, Tome 2
Issei Hatsuyoshiya    Shigemitsu Harada   
J'aime toujours autant cette série et ce spin-off est très réussi. bien sûr l ton est plus grave que dans la série principale puisque l'organisme est malade mais il y a le même ton pédagogique et de l'action aussi... j'ai même éprouvé pas mal de stress pour eux... et de culpabilité. ça fonctionne bien !
Bref, un succès
Les Brigades immunitaires Black, Tome 3 Les Brigades immunitaires Black, Tome 3
Issei Hatsuyoshiya    Shigemitsu Harada   
Après le tome 2, je me demandais bien comment l'histoire pouvait continuer. le rebondissement était excellent et j'ai bien apprécié voir évoluer les personnages dans un tout autre univers avec de nouveaux personnages et de nouveaux enjeux. J'admets que j'avais peur de la redondance mais au final c'est toujours aussi bon, ludique et enthousiasmant. et puis, le nouvel enjeu pour les cellules, [spoiler]celui de remotiver les cellules de leur nouveau corps[/spoiler] donne du piquant supplémentaire.
Hâte de lire la suite !
Les Brigades immunitaires Black, Tome 4 Les Brigades immunitaires Black, Tome 4
Issei Hatsuyoshiya    Shigemitsu Harada   
Que j'aime cette histoire alors... non seulement on apprend mais en plus on ne s'ennuie pas... Bon, évidemment, ce n'est pas très gai et j'espère qu'ils vont voir le bout. mais ça relativise beaucoup ce qu'on fait subir à notre corps quand même... c'était le but je crois. ça marche sur moi.
Un petit bémol sur la liberté artistique. c'était bien de le signaler mais c'est dommage de l'avoir utilisée :D
Les Brigades immunitaires Black, Tome 5 Les Brigades immunitaires Black, Tome 5
Issei Hatsuyoshiya    Shigemitsu Harada   
On reste toujours dans le même schéma avec une dégradation du corps et les cellules qui se débattent. des questionnements se posent aussi mais globalement l'histoire reste la même. on continue par contre à en apprendre beaucoup sur le fonctionnement du corps humain et sur certaines cellules. Je suis quand même curieuse de voir où l'auteur va nous mener, si le corps va s'effondrer ou s'il va s'en sortir....
Lux, Tome 1 : Obsidienne Lux, Tome 1 : Obsidienne
Jennifer L. Armentrout   
Ok. Hum alors comment dire? (Respire Alexiane, respiiiiiiire). Ce livre est volcanique!! je ne trouve pas d'autre mots. Entre l'humour ravageur, les scènes d'actions énormissimes et l'histoire d'amour sauvage je ne vois pas comment on ne pourrait pas aimer ce livre. Le personnage masculin est une vraie enflure (une enflure digne de magazines Hugo Boss) mais on l'adore pour son humour noir et sarcastique. L'héroïne est trop drôle, une vraie geek accro à ses bouquins et à son ordinateur. Ça fait plaisir enfin une héroïne qui nous ressemble!
En bref, je suis totalement sous le charme.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode