Livres
558 172
Membres
606 356

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Fanny-135 : Mes envies

Un(e)secte Un(e)secte
Maxime Chattam   
J’avais des aprioris négatifs sur ce roman. Sur les romans de Maxime Chattam. Sur Maxime Chattam. Je n’arrive pas vraiment à me l’expliquer mais, depuis la lecture des derniers tomes d’Autre-Monde, je le considérais comme un auteur à la recherche d’argent et de célébrité plutôt que soucieux d’écrire de « bonnes histoires » authentiques.

Je ne vais pas vous mentir en disant que cette pensée m’a accompagné toute la lecture d’Un(e)secte et je ne comprenais pas, sincèrement, les nombreux articles élogieux déjà parus, surtout concernant ce côté « effrayants » de nos amis les petites bestioles qui n’apparaît que très subtilement. Je me suis alors posé cette question : Que penserais-je du roman s’il avait écrit par un autre auteur ? »

J’ai alors pris conscience que ce roman contient tout ce que l’on attend d’un thriller. Alors que je me disais « que ce roman est long », je m’aperçois que c’est mon impatience de connaitre la suite qui parle à la place de la raison. Maxime Chattam est l’un des plus grands auteurs, l’un des rares à parvenir à rendre le lecteur dépendant de l’histoire. L’alternance du narrateur entre plusieurs personnes coupe l’intrigue aux moments les plus cruels. Il devient alors très difficile de reposer le roman avant de l’avoir terminé.

L’auteur nous propose deux histoires parallèles qui finissent, comme vous vous en doutez, à se rejoindre aux 4/5 du roman pour conclure ensuite en un dénouement haletant et à couper le souffle. On pourrait regretter une fin « bouclée » en à peine quelques pages mais n’est-ce pas là la marque des plus grands auteurs ? D’être capable de nous tenir en haleine jusque la toute dernière page ? Je ne suis pas certain que la comparaison soit acceptée de tous, mais Maxime Chattam est en train de se mettre au niveau de Mary Higgins Clark, la reine du suspense. Vous rappelez-vous le dénouement de La nuit du renard ?

Les personnages sont attachants et on parvient assez facilement à s’immerger à leurs côtés au point de ressentir leurs émotions respectives. Maxime Chattam a veillé à faire de nous les confidents de ses héros, notamment grâce à ces petites phrases en gras et italique qui nous permettent de connaitre ce que pense les personnages bien plus efficacement que les simples descriptions habituelles.

L’écriture est d’une telle simplicité, mais quelle efficacité. Maxime nous donne cette impression que l’écriture est facile et ne nécessite aucun effort. Et pourtant, il a du passer de nombreuses centaines d’heures à se documenter, se rendre sur le terrain ou bien encore parler à des spécialistes. Les descriptions pourraient sembler simplistes à cause de l’utilisation de phrases courtes, très brèves. Mais je peux vous garantir que cela a un effet beaucoup plus dévastateur sur notre imagination. Surtout quand il s’agit de la découverte du cadavre d’un homme rongé par des insectes (que nous aimerons encore moins pour les dix années à venir).

Malgré l’apparence d’un roman qui fait peur (la couverture est sublime), on se retrouve à lire un thriller exceptionnel où l’auteur, à travers des descriptions simples et des personnages authentiques, parvient à nous tenir en haleine de la première à la dernière page.
La Femme aux fleurs de papier La Femme aux fleurs de papier
Donato Carrisi   
Avril 1916.
Jacob Roumann est médecin dans la guerre qui oppose Autrichiens et Italiens. Alors qu'il assiste impuissant à la mort de jeunes soldats, ce jour-là, le commandant l'appelle pour sauver l'ennemi...
Le médecin se voit confier une tâche particulière :
- "Pourquoi moi ?" insista Jacob Roumann.
- "Parce que vous n'avez pas l'air d'un soldat"...

Avec "La femme aux fleurs de papier" c'est un tout autre univers qui attend le lecteur. A mille lieues du "Chuchoteur" ou de "L'écorchée", dans un style totalement opposé, un thème inhabituel, d'une plume adroite et subtile, Donato Carrisi réussit là où on ne l'attendait pas.
L'auteur situe l'action de son roman au milieu des tranchées, des coups de feu et des tirs d'obus et met en scène un médecin autrichien chargé d'interroger un prisonnier italien. Si le dialogue s'instaure facilement entre les deux hommes, cet "interrogatoire" prendra une autre allure, inversant les rôles au jeu des questions et des réponses. Procédé intéressant permettant de mettre les deux hommes sur un pied d'égalité.
A partir de là, le prisonnier réussit à capter l'attention du médecin, et de sa plume délicate Carrisi nous conte une histoire teintée de mystère, à la lecture de laquelle il ne faut surtout pas chercher à démêler le vrai du faux, mais se laisser guider par ces volutes de fumée.
A la fois déroutant, impénétrable, mystérieux, mais original, poétique et intéressant.

par SuperNova
La Fille dans le brouillard La Fille dans le brouillard
Donato Carrisi   
Je l'attendais avec impatience et je l'ai dévoré ! Cependant je pense être légèrement passé à côté :( Dans le sens ou ce roman noir (je ne qualifierai pas de thriller) est une énième disparition MAIS il ne s'agit pas vraiment d'enquête à proprement parlé ! Le capitaine VOGEL en charge de l'affaire va chercher coûte que coûte un coupable (et franchement la victime il s'en fou non?) et pour cela se servir des médias, des journalistes en les manipulant mais au final qui manipule qui ? Je n'ai pas aimé ce personnage arrogant, antipathique et détestable ! Malgré tout l'atmosphère crée par Donato Carrisi est telle que nous sommes plongés en plein dans l'intrigue avec une appréhension finale. Et pour le final MAIS quel final ! Un twist .. non 2 il en fallait pas moins ... vraiment chapeau ! donc la je suis mitigée, que m'a t'il manqué pour en faire un coup de coeur ????

par kaliscrap
L'île aux mille couleurs L'île aux mille couleurs
Tamara McKinley   
Lorelei, surnommée Loulou, vit avec sa grand-tante, à Londres.
Elle démarre une carrière de sculptrice douée, son avenir semble assuré. Mais elle reçoit un jour un courrier étonnant, qui lui apprend qu’elle est propriétaire d’un cheval, dont elle ne connaissait pas l’existence. Son passé, en Tasmanie, refait surface brusquement.

Si sa grand-tante tente par tous les moyens de la faire renoncer à son projet de se rendre dans son pays natal, c’est qu’elle a de bonnes raisons. Le passé est lourd, rempli de secrets qu’elle ne veut pas voir revenir au grand jour.

Mais Loulou est têtue, et en compagnie de son amie, embarque pour un long voyage. Elle va retrouver la terre de Tasmanie, et l’air chargé de chaleur. Elle y fera aussi la connaissance du cheval dont elle est propriétaire, Océan, et son entraîneur.

Mais bien plus qu’un voyage d’agrément, Loulou va faire un retour dans le temps. Remonter dans l’histoire de sa mère, de sa grand-mère et de sa grand-tante. Une histoire mêlée de drame, de jalousie et de rebondissements.

J’ai passé un bon moment avec ce livre. Je l’ai rapidement lu, je n’ai pas vu les pages passer. Je me suis sentie transporter dans le décor que voit Loulou, et je dois avouer que le voyage m’a beaucoup plu.

Il y a un petit côté romanesque qui ne m’a pas déplu non plus. Il fallait, bien évidemment, qu’une romance naisse quelque part.

Malgré cela, il m’a manqué la petite étincelle qui aurait fait de ce livre un vrai coup de cœur. Il n’y a pas eu l’envolée de réactions folles, pas de bouleversements inattendus, pas de découvertes qui allait tout changer. C’est pour moi le seul point négatif. Dommage.


par bebi
Les fleurs du repentir Les fleurs du repentir
Tamara McKinley   
Je n'ai pas l'habitude de lire des "romans contemporains", non pas que je n'aime pas ce genre juste que je n'ai pas forcément l'occasion de lire ce genre de roman. Mais cette fois-ci j'avais envie de changer un peu, et à la lecture du résumé, je me suis dit pourquoi pas il m'a l'air d'être très intéressant. Et je peux vous dire que j'ai eu du flair sur ce coup-là ! Une très belle histoire qu'est "Les fleurs du repentir".

Pour vous en donner un aperçu :

Suite à une lettre envoyée par sa grand-tante, Claire, rentre au domaine Warratah après être partie pendant 5 ans sans donner de nouvelles. Claire n'a jamais supporté de ne pas être dans les confidences concernant les secrets que cache sa famille. Mais l'heure de vérité a sonné. C'est la raison pour laquelle Claire, décide enfin de rentrer "à la maison", le temps des cachoteries est terminé. Elle va enfin savoir toute la vérité.

C'est dans un dépaysement total de l'outback Australien que nous emmène Tamara Mckinley, nous décrivant comme personne la beauté de ces contrées désertiques et arides surplombées de l'immense surface de sable rouge calme en apparence mais qui peut s'avérer fatal lors de rude tempête, un soleil de plomb q et également les différents animaux sauvages que l'on peut y rencontrer.

À titre perso : L'Australie fait partie des pays que j'aimerais bien visiter et en lisant cette histoire cela m'a conforté dans mon choix, de plus ça m'a permis de voir une autre facette de ce pays au quelle je ne soupçonnais pas et pourtant quand j'y pense tellement évidente.

On vit cette histoire à travers les souvenirs d'Aurélia, la grand-tante de Claire et ceux de sa mère. Elles nous racontent ce qui s'est passé il y a de ça des années et les raisons qui les ont poussé à cacher certaines choses, croyant faire cela pour le bien de Claire. Les deux femmes nous content leur vécu d'une telle intensité et d'une telle précision qu'on a l'impression d'avoir été là, d'avoir été un membre à part entière de leur passé tout en restant spectateur tant la mis en scène de ces flashbacks est très bien ficelée et cohérente. De plus c'est intéressant de voir le point de vue de la grand-tante et celui d'Ellie, la mère de Claire qui évidemment sont différents mais compatibles, ils évoluent dans la continuité. Ce que je veux dire c'est que lorsque l'un des deux personnages raconte un évènement, l'autre poursuit là où il l'a laissé.

Les personnages qu'on rencontre au fil de la lecture incarnent bien l'histoire, que ce soit ceux que j'ai appréciés ou ceux auxquels j'ai eu beaucoup moins d'affinité, je n'y changerais rien tellement que c'est parfait ! Il faut bien qu'il y ait des gentils et des méchants. Aurélia et Ellie sont principalement les deux personnages que j'ai le plus apprécier, ce sont deux personnes gentilles avec un sacré fort caractère qui ne laisse pas indifférent et toutes deux dotés d'une force de la nature. Évidemment on s'attache aussi aux personnages secondaires comme Joe, Jack, Wang Lee ... Charlie et Leanne sont les deux protagonistes que j'ai le moins apprécier, deux personnes jalouses et qui convoite les biens des autres. Et qui sont prêts à tout pour obtenir ce qu'ils veulent quitte à faire du mal aux personnes qui leur sont chères.

Ce qui m'a plu également c'est la partie historique du roman, la période de guerre, qui montre comment les femmes étaient fortes et courageuses malgré les misères auxquelles elles étaient victimes lorsque la quasi-totalité des hommes s'engageaient pour aller au front. Comment elles ont réussi à maintenir à flot le ranch malgré la sécheresse qui pouvait durer des mois et les pluies torrentielles qui mettaient le bétail en péril.

En bref, agréablement surprise par ce roman contemporain et par la plume de l'auteur qui nous propose une jolie histoire nous permettant de passer un agréable moment. Pour moi c'est un carton plein ! Alors, si vous voulez voyager sans bouger de chez vous, lisez ce roman, il vous fera voyager jusqu'en Australie.

par Fanniie62
Pour un instant d'éternité Pour un instant d'éternité
Gilles Legardinier   
https://fantasybooksaddict.blogspot.com/2020/11/pour-un-instant-deternite-gilles.html

S'il y a bien un auteur que je suis avec assiduité, c'est bien Gilles Legardinier. Que ce soit pour ses chick-lit ou ses thriller, il a le don de m'embarquer de manière différente à chaque fois.

Ce roman ne fait pas fait exception car on découvre le monde des passages secrets avec Vincent, notre héros, qui a monté sa propre entreprise en construisant ces fameux passages secrets chez les riches nobles et industriels français. On s'aperçoit qu'il s'agit d'un univers à part entière qui cumule de nombreux savoir-faire. C'est un thème que je n'avais jamais vu dans un roman et j'ai apprécié cette originalité, d'autant plus que l'intrigue se corse lorsque son équipe est prise pour cible par des assassins. De plus, les chapitres courts donnent un très bon rythme à l'intrigue et nous tiennent en haleine, autant que les mystères qui planent.
A contrario, parfois, je reconnais qu'il y avait des longueurs mais au final, j'ai réussi à y trouver mon compte avec l'aspect historique puisque l'intrigue se déroule en 1889 lors de l'exposition universelle, qui verra émerger de nouvelles inventions et créations, dont la Tour Eiffel.

Côté personnages, on rencontre donc Vincent, le chef de cette équipe. J'ai eu globalement du mal à m'attacher à lui car il dégage une certaine impassibilité. En effet, celle-ci lui sert de carapace pour se protéger. Résultat, ce manque de sentiments m'a un petit peu dérouté.
Les personnages secondaires dont son équipe, restent énormément en retrait, laissant toute la place à notre héros. C'est dommage car les interactions entre eux et leur présence supplémentaire auraient probablement permis de rééquilibrer le rapport de force entre les personnages, et auraient pu donner davantage d'humanité à Vincent. Attention, je ne dis pas qu'il est insensible mais même si on ne peut s'empêcher de se mettre à sa place, c'est plus difficile.

Pour conclure, malgré quelques longueurs qui sont contrastées avec des chapitres courts et une intrigue pleine de mystères, j'ai passé un bon moment. En effet, rien que le thème et le côté historique valent le coup qu'on s'attarde sur ce roman.
HS 7244 HS 7244
Lorraine Letournel Laloue   
Alors comment dire, je viens de terminer ce livre et je suis complètement « en rage » je n’ai JAMAIS eu une telle émotion JAMAIS ! Putain la claque (désolé de mon langage, mais ça le mérite tellement) que je viens de me prendre… Impossible d’en ressortir indemne, MON DIEU.
J’avais eu ce genre de sentiment en fermant «Ttoutes blessent la dernière tue » ou encore « Meurtre pour rédemption », croyez-moi, je viens de dénicher la petite sœur de Karine Giebel et elle se nomme Lorraine LETOURNEL LALOUE.

L’auteure Ose, dénonce, met le doigt là où ça fait mal elle va loin très loin, elle embarque le lecteur dans cette horrible histoire et dans cette thématique violente et dure ! Cependant par respect je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler cette thématique, car moi une fois dedans j’ai été BLUFFEE je n’ai rien vu venir et j’ai adoré ! Je n’ai pas d’autre mots je suis complètement fan de l’écriture, du style, de l’histoire et de l’ambiance de cette auteure.
Heureusement pour moi, je savais que c’était une femme avant de lire ce livre, mais purée qu’elle est « couillue » permettez-moi l’expression, que ce livre est ignoble, glauque, parfois même dégueulasse.
L’histoire en 2 mots (par respect pour les futurs lecteurs) Marius en visite en Russie avec sa moitié Camille se retrouve enfermé avec d’autres personnes pour subir des « expériences » et sévices corporels. Je ne dirai pas quelles souffrances, j’ai éprouvé en étant simplement derrière ce livre, une impression d’être dans ce cachot, de pouvoir toucher ces personnages tellement ils sont réels. Je n’arrive pas à le décrire, c’est tellement frais, j’en tremble encore ! Et pour ceux et celles qui me suivent vous savez que je suis une lectrice « exigeante » que mes coups de cœur se comptent sur les doigts de la main, mais là, c’est INDENIABLE, c’est une avalanche de sentiments !!! Mon dieu comment je peux dire ça pour un tel livre… C’est ignoble !
Au-delà de Marius qui m’a transmis sa souffrance, j’ai eu un énorme coup de cœur pour le personnage de Sylvain également. Ce personnage si fort qui endure également les pires châtiments, les pires humiliations  mon cœur se brise.

Le pire !!! C’est qu’il s’agit d’un fait divers RÉEL et là, on se dit, mais M**** comment on peut, comment … mais pourquoi… Il m’a fait réagir sur la dure réalité de la vie… Il m’a donné envie de creuser le sujet de mon côté. Il m’a fait bondir sur l’atrocité de la nature humaine ; les larmes coulent à la fin, la boule à la gorge devient une boule au ventre et le coup de cœur éclate.
PUBLIC AVERTI, mais vraiment, il y a dans ce livre une pépite.
Merci Netgalley pour cette découverte et Belfond qui signe une fois de plus une pépite !!!!

par kaliscrap
Une bouteille à la mer Une bouteille à la mer
Nicholas Sparks   
C'est un livre sentimental à la fois triste et émouvant. En effet, connaissant un peu mieux maintenant l'écriture « dramatique » de Sparks je m'attendais déjà à être émue jusqu'aux larmes. Une bouteille à la mer est une histoire peu commune. Il est question de destinée, d'âme sœur en quelque sorte. La rencontre entre Garrett et Theresa est improbable mais on comprendra plus tard que le destin y a beaucoup joué. Je dois admettre que j'ai eu un peu de mal à lire jusqu'au bout, malgré que l'histoire sois géniale. Pour moi il manquait peut-être un peu d'action ou même un peu plus de sentiments pour nous prendre aux tripes comme il sait pourtant le faire. Cependant, l'histoire des deux amoureux m'a profondément émue. Parce qu'il est question d'un sujet sensible, d'un sujet qui serre les cœurs : La mort d'un être cher. Comment refaire surface lorsque notre monde s'écroule ? Et cette fameuse question qui persiste : Pouvons nous réapprendre à aimer.

Le personnage de Garrett est tendre, mélancolique, attachant et romantique. Il m'a fait rêver, j'enviais même Theresa. Garrett Blake est un homme détruit intérieurement, hanté depuis trois ans par le fantôme de sa femme morte précocement. Noyé de chagrin, il a délaissé sa vie sentimentale pour se consacrer entièrement à sa passion : La plongée. On rencontre Jeb Blake, le père de Garrett, qui lui aussi est tout aussi attachant que sont fils. Ils on connu les même malheurs a quelques intervalles près et sont très proche. Cette relation fusionnelle est pour moi le plus beau trésor. Puis, ll y a Theresa.

Theresa, jeune journaliste et mère d'un petit, qui est connue grâce à une lettre trouvée dans une bouteille sur la plage. Une lettre qui bouleverse des vies entières, une lettre qui parle d'un amour fané. C'est une chose peu commune qui est arrivée à ces deux êtres que pourtant rien ne rapprochait si ce n'est la gentillesse et l'amour à offrir. . L'histoire prend une tournure dramatique et c'est avec étonnement que j'ai refermé cet ouvrage, qui même par sa simplicité a su toucher mon cœur comme il le fallait. Parce que ce n'est pas une histoire d'amour endormante, c'est avant tout un messageOn constate grâce à ce livre, que oui même après la mort d'un être cher il est possible de refaire sa vie. Il ne faut pas en culpabiliser, il ne faut pas en sur jouer. C'est la nature. Quelque part dans le monde quelqu'un est fait pour nous et quelque part dans un autre monde nous sommes faits pour quelqu'un. On a tous besoin à une part de bonheur, voilà le message qu'a voulu faire passer l'auteur. La vie doit continuer envers et contre tout.

par Chrissy
Ciao Bella Ciao Bella
Serena Giuliano   
Ce roman m'a été offert par ma mère lors de mon dernier anniversaire, ne connaissant nullement l'autrice, il était l'heure pour moi de partir à la découverte de celle-ci. C'est en étudiant le résumer que j'ai compris pourquoi ma mère avait été guider vers ce livre : Les angoisses d'Anna étaient les mêmes que les miennes.

Sans trop étalé ma vie privée, je vivais une période difficile avec moi-même, toujours angoissé et pris au piège par ce cercle vicieux. Ce bouquin, m'a fait un bien fou, une dose d'humour qui a pu dévier la noirceur de mes propres angoisses. Je ne dirais pas qu'il m'a guéri, mais disons qu'il m'a aidé à extérioriser certaines choses, mais aussi à voir ma situation sous une autre perspective.

L'écriture de Serena Giuliano est fluide et prenante. C'est un livre que j'ai lu d'une traite sans prendre de grande pause, un très bon moment de vie, le genre de livre que j'aime dévorer d'un coup !

Ce qui est appréciable, c'est que ce roman peut tout aussi bien toucher ceux qui ne sont pas concernés par ce qui traite de l'angoisse, nous suivons la vie d'une jeune femme qui a tout pour elle mais qui pourtant, appréhende le moindre aspect de sa vie. L'histoire d'Anna m'a arraché des rires, des larmes mais m'a aussi amené la sérénité avec l'histoire de sa famille. On aurait pu croire à une mini biographie de l'auteure, ce qui prouve à quel point le personnage de Anna est vivant !

La fin fut parfaite, je n'en attendais pas moins, mais pas plus non plus. Je ne sais pas si je lierais à nouveau un livre de Serena Giuliano mais, je peux dire que celui-ci est un cadeau précieux à mes yeux. L'un de mes préférés de ma bibliothèque.

par bilakaifa
Jane Eyre Jane Eyre
Charlotte Brontë   
Très joli roman. J'ai beaucoup aimé. Charlotte Brontë n'est pas tout à fait dans le même registre que Jane Austen car Charlotte a un univers beaucoup plus sombre que Jane

par marjolen7

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode