Livres
540 136
Membres
570 292

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Hathor13 : Ma PAL(pile à lire)

Le Rêve du retour Le Rêve du retour
Horacio Castellanos Moya   
Erasmo Aragón est un journaliste salvadorien exilé au Mexique. Au début des années 90, le gouvernement du Salvador et la guérilla entament des négociations ; il songe à regagner son pays d’origine, ce qui lui permettrait également de planter là sa femme et sa fille, qui l’énervent prodigieusement (d’autant plus qu’Eva sa femme vient de lui révéler sa liaison avec un acteur de pacotille). Hanté par des souvenirs confus, de vieilles culpabilités et la peur de ce qui l’attend au Salvador – après tout, il a toujours soutenu la guérilla – il vit dans un état second, coincé entre les vapeurs de l’alcool et les bouffées d’angoisse. Terrorisé par une douleur lancinante au foie qui l’empêcherait presque de boire si elle ne le poussait pas à se précipiter un peu plus dans la vodka tonic, il consulte don Chente Alvarado, un vieux médecin placide qui lui prescrit des séances d’hypnose censées le soulager.
Au réveil, il ne se rappelle de rien.
Paranoïaque, égoïste, velléitaire, le narrateur nous entraîne dans un flot de phrases délirantes, au bord de la crise de nerfs, de soirées arrosées en lendemains de cuites, obsessionnel jusqu’à la déraison, organique, désagréable. Avec ce roman brillant, Castellanos Moya continue sa grande exploration de la violence, ici incrustée au plus profond de l’individu, comme si la guerre habitait les corps bien longtemps après la fin des hostilités.

« Ce roman a l'intense vigueur des grandes fictions. »
Charles Finch, New York Times

« Il figure parmi les Latino-Américains contemporains les plus singuliers et les plus incisifs. »
Michel La Pointe, The Los Angeles Review of Books

« Moya prouve à nouveau qu'il est un maître du roman. »
Publisher's weekly

par x-Key
Noces indiennes Noces indiennes
Sharon Maas   
Un livre superbe que j'ai beaucoup aimé et que je relis toujours avec plaisir. Une histoire sur plusieurs génération qui raconte le combat entre respect de la tradition et modernité.

par Alienor
Cette nuit, je l'ai vue Cette nuit, je l'ai vue
Drago Jančar   
La fin de ce roman me laisse une impression de malaise. Pendant toute l’histoire, j’ai attendu de découvrir le fin mot de cette disparition mystérieuse… et maintenant, j’hésite entre la tristesse et la colère, l’écoeurement.

Que je vous explique. En 1944 en Slovénie, Veronika et son mari disparaissent. Plus tard, cinq personnages, à différentes époques, se rappellent le couple et surtout la fascinante Veronika. Dans les cinq parties du roman, les narrateur.rice.s nous approchent de plus en plus près de la vérité, jusqu’à ce que le cinquième narrateur la fasse éclater.

Les souvenirs sont alourdis des sentiments qui animent chaque narrateur.rice : un amoureux perdu, une mère folle de chagrin, un ami qui ne veut reconnaître sa part de responsabilité, une amie qui n’a rien pu faire et celui qui a poussé un des premiers dominos.
J’ai eu peu de mal avec les trois premiers narrateur.rice.s. Leur complainte lancinante était très répétitive et une fois que l’on connaissait les principaux évènements, cela n’apportait pas grand-chose de les voir par les yeux de ceux/celles qui n’ont jamais percé le mystère. J’ai donc passé une grande partie de ma lecture à m’ennuyer un peu. En revanche, la fougue de Jozi et le remords mêlé de honte et de fatalisme de Jeranek ont dynamisé un peu le récit, jusqu’à finir par me faire vraiment réagir…

Ce roman, c’est une facette de la Seconde Guerre mondiale en Slovénie. Je regrette un peu le manque d’explications et de contextualisation ; j’aurais aimé mieux comprendre les évènements et pouvoir les situer historiquement.
C’est une expérience intéressante de voir le même personnage, l’héroïne, par les yeux de plusieurs personnes et ne jamais la connaître « de l’intérieur ». Chaque narrateur.rice a vécu une histoire différente avec elle, mais chacun.e s’accorde sur son excentricité, sur sa gentillesse, sur son étonnant magnétisme. [spoiler]Jusqu’au bout, j’ai espéré… la fin n’en a été que plus cruelle. [/spoiler]

Ce roman a quelque chose d'unique. Je ne l'ai peut-être pas apprécié à sa juste valeur, mais je crois qu'il va me marquer pendant quelques temps...
Jazz et vin de palme Jazz et vin de palme
Emmanuel Dongala   
Je suis content avec vous

par KASO
Xenia Xenia
Gérard Mordillat   
J'ai choisi de lire ce livre pour mon challenge ABC 2017.
Ce qui est bien dans les challenges, c'est qu'ils vous poussent à lire des livres que vous ne liriez pas en temps normal c'est-à-dire que ces livres ne font pas parti de vos choix littéraires.
C'est le cas du roman "Xénia" et j'ai été agréablement surprise par ce récit d'actualité.
On y suit la vie de Xénia dont le père de son enfant vient de l'abandonner et elle jongle avec 3 emplois pour un salaire minimum.
On suit l'histoire de sa voisine, Blandine,qui est mère célibataire, qui est en colère contre les patrons qui les forcent à travailler le dimanche.
On suit son fils Samuel, métis qui est victime de racisme et qui subit des contrôles répétés et brimades de la police.Et encore d'autres personnes qui vivent dans la cité des "Proverbes".....
L'auteur a su porter un regard juste sur la vie des banlieues mais aussi sur la solidarité de ses habitants et surtout des femmes dans ce cas-ci.
Ce livre mérite d'être lu. Il est très touchant et poétique à la fois.
J'ai beaucoup apprécié ma lecture et surtout suivre ces personnes qui luttent pour s'en sortir....
Je le recommande vivement.

par Bokoue
Leïlan, Tome 1 : Les Yeux de Leïlan Leïlan, Tome 1 : Les Yeux de Leïlan
Magali Ségura   
J'ai découvert ce livre car j'en connais l'auteure et je ne me lasse plus de le relire. La magie qu'elle glisse entre ses lignes et l'origine de cette fabuleuse histoire m'ont emporté avec elles. A chaque fois que je lis je ne vois plus les mots mais des images et je n'ai eu aucun problèmes pour me représenter chaque lieux, chaque personnage,... Certes le début est lent mais il va à la vitesse de la compréhension d'Axel, et puis c'était son premier roman ^^

par Cam66
Kinderzimmer Kinderzimmer
Valentine Goby   
Il y avait quelques temps que je n’avais pas eu de réels coups de cœur pour un livre, c’est chose réparée avec Kinderzimmer de Valentine Goby, et en même temps, j’éprouve une certaine gène à classer ce livre dans cette catégorie, je le mettrais plutôt dans la catégorie "Sélection", car oui c’est un livre à découvrir de toute urgence, oui c’est une lecture qui m’a énormément plu, d’une part pour son intensité, et pour la connaissance qu’elle apporte, mais c’est également et surtout un roman historique qui relate des faits d’une page de l’histoire de l’humanité des plus sombres. Comment des hommes ont pu commettre les actes horribles décrits dans ce livre, on peut se le demander.

J’ai complètement adhéré à l’écriture de Valentine Goby, qui nous livre un récit très rythmé et très dense sous forme d’un témoignage poignant (attention, il s’agit tout de même de faits romancés, mais l’auteure a établi de nombreuses recherches pour étayer ses propos) des crimes perpétrés par les nazis dans les camps de concentration, et plus précisément dans le camp de Ravensbrück.

Mila est une jeune femme française, prisonnière de guerre, elle a été arrêtée car elle participait à des opérations de résistance. Elle arrive au camps de Ravensbrück en 1944. Elle tente de survivre parmi les 40000 femmes du camps, et elle cache sa grossesse aux yeux de tous. Elle se demande si dans toutes cette foule, elle est la seule femme enceinte. Elle n’y croit pas, et comme elle n’en voit pas d’autres, elle se demande ce qu’il advient de ces dernières.

Au fur et à mesure nous découvrons la vie, ou plutôt la survie des femmes au camps. Les microbes, la faim, les maladies, les disparitions, la mort, oui surtout la mort, sont le lot quotidien de ces femmes. La mort est partout, à cause de la faim, de la maladie, des blessures suite aux différentes maltraitances. Une femme blessée dans ce camps, est une femme inutile, qui ne produit rien et une bouche à nourrir. Il faut donc tenir, s’entraider, ne jamais faiblir, même quand le corps ne suit plus. Mais la particularité de ce récit, est également qu’il n’y a pas de vrais méchants, parfois ce sont les gardiens qui tendent la main discrètement quand personne ne regarde, et à d’autres moments, les vols et les mauvais coups sont donnés par d’autres prisonnières, c’est avant tout une histoire de survie.

Bien évidement, nous connaissons tous le déroulement de l’histoire, mais c’est avant tout la survie de ce petit groupe de femmes parmi ces 40000 autres qui nous fait tourner les pages, toujours plus vite. Et surtout, que va t’il advenir de Mila, au fur et à mesure que les mois vont passer ? Va t’elle mener à terme sa grossesse ? Que va t’il advenir de son bébé et d’elle même ?

Une lecture que je vous recommande absolument ! De mon côté, je vais me pencher très sérieusement sur les écrits précédents de Valentine Goby, tant, j’ai apprécié son écriture.

Ce livre a été publié en septembre 2013, aux Editions Actes Sud.

http://milleetunepages.com/2013/09/30/kinderzimmer-de-valentine-goby/

par cledesol
Eisenhorn, tome 1 : Xenos Eisenhorn, tome 1 : Xenos
Dan Abnett   
Le moins qu'on puisse dire en lisant ce premier tome, c'est que l'auteur n'est pas avare en détails. Je dirais même qu'il adore les longues descriptions pour bien situer son cadre, ses personnages et l'action. Cependant, on ne peut pas en dire autant des explications. Il nous propulse au milieu d'un univers très riche, nous matraquant d'un vocabulaire inventé pour coller à l'aspect SF Space Opera sur fond de religion, mais jamais ne prend la peine de nous dire à quoi tout cela correspond. C'est au lecteur de faire des suppositions ce qui ralentit considérablement sa progression dans un premier temps, voire rend la lecture très lourde.
En plus de ce point faible, ma progression a aussi été perturbée par de nombreuses fautes de français qui m'obligeaient à relire des passages déjà compliqués par un vocabulaire encore incertain. Ce livre fait moins de 400 pages et pourtant j'ai l'impression d'en avoir lu un d'au moins 500. Rude.
Heureusement que l'histoire a de l'intérêt. Racontée à la première personne par son personnage principal, l'Inquisiteur Gregor Eisenhorn, elle est riche en action et en suspens. Vous emportant d'un monde à un autre à la poursuite d'une organisation mystique malfaisante et d'un artefact de la plus haute importance pour la survie de l'espèce humaine.
J'ai apprécié le rythme constant imposé par l'auteur. Il ne laisse pas le temps au lecteur de relâcher la tension qu'un rebondissement l'entraîne déjà vers une autre action à l'issue tendue. Cependant le récit est parfois très brouillon, l'inquisiteur se mettant subitement à prendre le lecteur à partie ou bien parlant de faits se déroulant bien des années après le récit en cours. Des maladresses qui interrompent l'action pour la polluer de détails inutiles.
Malgré tout ça, ce premier tome m'a bien embarquée et, maintenant que je suis rodée à son lexique particulier (que je me réjouis de ne pas avoir eu a découvrir en anglais) je n'hésiterai pas à lire la suite de ce qui semble être les "mémoires" de l'inquisiteur Eisenhorn.
Itinéraire d'une mort annoncée Itinéraire d'une mort annoncée
Fabrice Barbeau   
https://sweetyhoneyaddictions.blogspot.com/2017/11/itineraire-dune-mort-annoncee-fabrice.html

Lorsque j'ai débuté le livre "Itinéraire d'une mort annoncée", j'ai découvert Tony, personnage principal et surtout personnage clé en une bien mauvaise posture. On se demande comment il est arrivé là. Puis, changement d'ambiance, d'année... On revient en arrière afin d'en découvrir plus sur lui.

Comment vous parler de cette histoire sans trop en raconter ? C'est là mon problème car j'ai tellement adoré l'histoire que j'en ai dévoré le livre !
Déjà, ce dernier se compose de deux histoires. Celle d'hier et celle d'aujourd'hui. L'écrivain, Fabrice Barbeau, nous présente chacune des histoires l'une après l'autre, chapitre par chapitre et avec une chronologie idéale. Du coup, c'est très facile de jongler entre les flash-backs et le présent.

Concernant le passé de Tony, celui-ci est présenté par étape. L'auteur nous raconte de façon concise le vécu de notre héros. Son style est fluide, simple et efficace. En effet, Barbeau nous décrit parfaitement les évènements sans faire des descriptions à rallonge ce qui permet d'en apprendre beaucoup sur son vécu et surtout d'avoir envie d'en savoir plus.

Pour ce qui est de l'histoire qui se passe dans le présent, j'avais l'impression d'être dans un huis-clos et c'est ce que j'ai le plus aimé. Le style était toujours fluide, simple et efficace mais on rajoutait une pincée de suspens à l'histoire ce qui a fait que je suis devenue accro et je voulais savoir comment ça allait se finir. J'avoue que je préférais les passages dans le présent car il y avait de la tension, des questions, des accusations, sans trop spolier des disparitions... Tous les ingrédients que j'adore !

En tout cas, les deux périodes sont vraiment bien liées et le passé explique parfaitement le présent. Ceci fait la force de l'histoire.

Si vous aimez les thrillers, ou même si vous en êtes moyennement fan, ce livre est fait pour vous car il est vraiment accrocheur, bien écrit et très fluide d'un point de vue lecture.
Le petit plus pour moi, l'histoire se passe à Lille, une ville que je connais bien et que je trouve magnifique.

Voilà ce que je peux dire sur ce roman car si j'en dis plus, je vais spoiler et je n'en ai pas envie. Je vous dis juste, foncez sur ce livre et il deviendra peut être un coup de cœur pour vous comme il l'a été pour moi.
Ubik Ubik
Philip K. Dick   
No comment, ce livre est incoutournable à tout amateur de SF qui se respecte. Il est de plus abordable par le lectorat plus classique ce qui est une grande richesse.
Ecrit par un Maître de la SF!

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode