Livres
550 901
Membres
592 058

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de HoldenC : J'ai lu aussi

Les Merveilleux Nuages Les Merveilleux Nuages
Françoise Sagan   
- Pourquoi me dis-tu ça ?
Elle tremblait de froid et d'une horreur instinctive devant sa voix rêveuse.
- Parce que je ne pense qu'à ça. Mais quand tu es près de moi, la nuit, que nous avons chaud ensemble, alors je m'en fiche. C'est le seul moment. Je me fiche de mourir ; je n'ai qu'une peur, c'est que toi, tu meures. Bien plus important que n'importe quoi, que n'importe quelle idée, ton souffle sur moi. Comme un animal, je veille. Dès que tu te réveilles, je m'enfouis dans toi, dans ta conscience. Je me jette sur toi. Je vis de toi. Ah, quand je pense que tu as pris l'avion sans moi, qu'il aurait pu tomber, tu es folle ! Tu n'avais pas le droit. Tu imagines : la vie sans toi ?
Il se reprit aussitôt :
- Je veux dire : la vie sans toi existant. Je comprends que tu ne veuilles plus de moi, je comprends que...
Il aspira une bouffée de cigarette puis se détacha brusquement du mur.
- Non. D'ailleurs, je ne comprends rien. Quand je me suis assis près de toi et que tu ne m'as pas vu, quelques minutes, j'ai cru être drogué ou ivre-mort. Pourtant, je n'ai rien bu, depuis longtemps. C'est vrai, non ?
Il la prit par le bras.
- Il y a quelque chose de vrai, non, entre nous ?
- Oui, dit Josée.

par Popteen
Le Portrait de Dorian Gray Le Portrait de Dorian Gray
Oscar Wilde   
Je suis impressionné. L'auteur nous prouve dans cet ouvrage que l'influence est la pire des choses de notre monde. Suite à la prise de conscience de la beauté de sa propre image et sous le pouvoir des flatteries, ce livre nous démontre qu'il est très simple de considérer hautement la beauté de manière narcissique. Nous en perdons alors notre pureté. L'ego devient omniprésent et prioritaire à sur nos sentiments, jusqu'à la perversion de l'âme et du vice.
L'écriture est talentueuse. Les discours philosophiques sont sophistiqués. Les personnages sont cyniques à souhait. L'histoire est élégante, raffinée. L'ambiance est bourgeoise et le récit possède énormément de discours d'un grand intérêt : du rapport entre l'art et la vie, de l'influence du regard des autres, de la beauté, de la légèreté, des femmes, des hommes, des paradoxes, etc...
Un ouvrage si riche que je n'ai pu me décider à mettre des citations à cet article.

Peter Pan Peter Pan
James Matthew Barrie   
On connait PETER PAN qu'après avoir lu l'ouvrage. Celui-ci regorge d'humour, de cruauté, d'insouciance. Cependant, à travers le temps, la peur, l'inconscience, l'âge adulte et l'égoïsme, l'ouvrage remet en question les adultes par le regard des enfants. Il en ressort énormément de symbole dont les plus important :
- peur de la mort omniprésente dans cet ouvrage (et dans l'esprit de l'enfant) symbolisé par le crocodile, la vie éphémère des fées ou les oublis de Peter.
- éveil de la sexualité et de la maternité (sentiments de Wendy, conflit avec la petite fée)

Le temps passe irrémédiablement et personne ne peut rien changer à cela. Peter Pan est le fantasme de l'enfance. Très bel ouvrage !

Le Messager Le Messager
Markus Zusak   
Waw... Attendez, tellement de choses à dire, tellement peu de mots pour les exprimer et pas assez de temps pour faire de l'ordre dans mes idées. J'écris tout ce qui vient, ne vous étonnez pas.

Je ne suis pas sûre d'être objective sur ce livre. Il m'a semblé être conquise avant même d'avoir commencé, ce qui n'est pas très très normal, soyons clairs.

Mais vous savez, la plume de Markus Zusak a ce petit truc qui, à tout les coups, me fait craquer. Vraiment. Je ne sais pas exactement ce que c'est, mais c'est là, c'est présent, c'est tout ce qui compte. Le Messager, c'est loin de La Voleuse de livres, soyons honnêtes. Dans le contexte comme dans le ton. C'est peut-être un entre-deux entre ça et Combat de frères? Et encore, pas sûr.

Revenons-en au livre en lui-même. Une pépite, de mon point de vue. Ed Kennedy. Dix-neuf, chauffeur de taxi alors qu'il n'a même pas l'âge légal, nain sexuel, comme il le dira lui-même, et plutôt minable professionnel. Il vit avec un chien qui s'appelle le Portier et qui sent pire que la mort, ses amis sont des ratés comme lui et ils se contentent de jouer aux cartes et de boire.
Mais un jour, ça arrive. Il arrête un braqueur nul et peu après, la première carte - l'as de carreau - dans sa boîte aux lettres, avec trois adresses inscrites dessus. Et tout se met en marche. Il le sent, Ed, qu'il doit faire quelque chose. Et il le fait. Il le fait et ils rencontrent tout ces gens. Sophie la fille aux pieds nus; Angelina et sa mère (et l'infect mari, aussi); Milla, la plus merveilleuse des vieilles dames; la famille Tatupu, sa puissance et sa gloire; Bernie et son vieux ciné; le père O'Reilly, sa drôle d'église... Il a des réponses qu'il attendait désespérément de sa détestable et désespérée mère.
Et il découvre ses amis, il les aide à se relever, à faire confiance, ils découvrent leurs secrets et ils ne les aiment que plus encore.

En parlant de ses personnages. Je les aime tous - même les frères Rose, les sales gosses. Ils sont tous parfaits. Marv qui déteste qu'on critique sa voiture et qui est un sale rapiat, qui passe l'année à attendre le Match des insultes, soit un match de foot pieds nus auquel il tient stupidement. Ritchie, qui ne fait rien de sa vie, qui se fait honte, mais qui reste la décontraction assurée, la nonchalance parfaite. Audrey, la meilleure ami d'Ed. Il en est désespérément amoureux, mais rien ne vient en retour. Elle couche avec tout le monde sauf avec lui et c'est comme ça, ici aussi.
Et puis, n'oublions pas Ed. Drôle de personnage (sérieusement, on ne discute pas avec autant de décontraction avec ses agresseurs, c'est pas possible!). Un peu pleurnichard, persuadé qu'il ne fera jamais rien de sa vie. Et il l'accepte. C'est un minable, point. Mais ça va le faire changer. Il va devenir quelqu'un. Il va aller au-delà de ses capacités présumées, parce qu'il en bien plus qu'il ne le montre. Et il en veut, et c'est bien.

Je me suis, comme Ed, demandé qui avait envoyé ces cartes. La fin n'a pas manquée de me charmer, même si la réponse à notre question est implicite. Elle est pourtant limpide, et j'adore définitivement cette réponse-là. C'était la meilleure que puisse apporter l'auteur.

Enfin, voilà. Je suis charmée par la plume, j'ai rit quelques fois, j'ai failli pleurer aussi. J'ai adoré du début à la fin, vraiment.

Faites-moi, plaisir, lisez ce livre. Et dites-moi voir si vous ne vivez pas en-dessous de vos capacités, vous aussi.

par Rid-kaat
Le Horla Le Horla
Guy De Maupassant   
Un livre plutôt court dans lequel Maupassant décrit et raconte ses peurs. Paradoxalement, j'ai trouvé l'ambiance du roman, teintée par la future folie de son auteur, très dérangeante mais c'est également ce qui m'a beaucoup plu.

par x-Key
Les Fleurs du Mal Les Fleurs du Mal
Charles Baudelaire   
Euh... question... Je suis peut-être idiote et ma bêtise va sans doute ressortir dans cette interrogation, mais quelqu'un pourrait-il m'expliquer pourquoi y a des gens qui notent le scénario et le suspens sur ce bouquin ?? O.o parce que personnellement, je pige pas...
Sinon, j'ai étudié Baudelaire en plein milieu de ma dépression, et... Quel bien fou ! Ce recueil a eu un effet totalement thérapeutique sur moi. Quelle hargne, quelle passion, quelle douleur, quelle force ! Mon dieu. Je remercierai assez mon prof de théâtre qui a mis en scène certains poèmes et nous les a fait déclamer... Tout simplement jouissif. Une petite strophe de mon préféré, soyons fous (c'est de mémoire, hein donc désolée si la ponctuation n'est pas respectée... =) )

"C'est la mort qui console, hélas ! et qui fait vivre,
C'est le but de la vie, et c'est le seul espoir
Qui comme un élixir nous monte et nous enivre,
Et nous donne le coeur de marcher jusqu'au soir."

"La Mort des pauvres"

par flo0wer
Bernard Bernard
David Foenkinos   
Il s’appelle Bernard. Il a cinquante ans.
Une femme, un enfant, un bel appartement.
Et puis le voilà qui fait un petit pas de côté, et hop, sa vie bascule, il se retrouve obligé de retourner vivre chez ses parents. À cinquante ans.
Bel-Ami Bel-Ami
Guy De Maupassant   
C'est bien la première fois que j'aime un roman tout en haïssant viscéralement le héros ! Je l'ai maudit tout au long de ma lecture qui fut un régal, tant la plume de Maupassant nous comble et nous plonge au coeur même de Paris vers la fin du XIXe siècle ! Quel bonheur d'explorer le monde du journalisme, ce livre est riche, analysant la gloire et les déchéances qu'elle dissimule, la fortune, les femmes et les relations humaines avec lucidité . Un petit bijou d'intelligence !

par Godeleine
Des souris et des hommes Des souris et des hommes
John Steinbeck   
Une fois encore Steinbeck bouleverse et chavire les sens . L'histoire de deux hommes si proches qui devront malgré tout se séparer . En ancrant ses personnages dans cette Amérique qu'il affectionne tant , Steinbeck nous livre une leçon poignante sur les différences et sur la férocité des sociétés ( de la société des hommes). A lire !

par Sadess
La Triste Fin du petit enfant huître et autres histoires La Triste Fin du petit enfant huître et autres histoires
Tim Burton   
Burton est décidément bon dans tout ce qu'il entreprend. Les dessins sont étranges, innovants, et on reconnaît bien le style propre des films dans ce livre. C'est trop court, on en veut toujours plus, mais ce recueil, on peut le dire est sublime. Les poésies de Tim Burton devrait être à apprendre pour les cours ! (on a le droit de rêver...)

par Happy

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode