Livres
541 663
Membres
573 254

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de IllieOllie : Ma PAL(pile à lire)

Lux, Tome 4 : Origine Lux, Tome 4 : Origine
Jennifer L. Armentrout   
Bon, il est temps que je donne mes impressions sur cette merveille que j'ai lu, à sa sortie en plus (Pourquoi est-ce que je l'ai pas fait avant ? xD)

En bref, c'est du Jennifer tout craché. Elle nous fournit avec Origin un quatrième tome à la hauteur des précédents, un livre qui m'a fait rêver, m'a fait pleurer, rire et presque crier. Un livre que j'ai longuement attendu, pré commandé et attendu encore et encore. Et qui a remplie toute mes attentes.

Elle nous offre avec ce livre une possibilité d'être à la fois dans la tête de Kat mais aussi de Daemon et ça, c'est une expérience unique.
Le livre reprend où le tome précedent nous avez laissé [spoiler]c'est à dire avec Kat détenue et un Daemon fou de rage et de chagrin[/spoiler] et, dès le début, on est envahit par les émotions.
Leur séparation ne dure, à mon grand soulagement, pas très longtemps non plus car l'auteure les fait se retrouver relativement rapidement. Mais les scènes des deux points de vue permet d'approfondir leurs sentiments, notamment durant celle ci, et c'est un véritable bonus.
Retrouvé ces personnages, ça a été comme avalé une bouffée d'air après avoir passé trop de temps sous l'eau. Ils m'avaient vraiment manqué et on peut dire qu'il n'ont rien perdu de leur charme, au contraire.

L'intrigue suit son cours et on ne s’ennuie pas un seul instant, toujours à fond dans l'histoire, happé par les événements et choqué par toutes les révélations et réponses aux questions que ce tome nous offre.

On retrouve avec joie les autres personnages comme Dee, Dawson, Beth, Ash, Andrew ou encore Luc...et on passe des rires aux larmes dans ce petit bijou qu'Armentrout nous a offert.

Vraiment, cette série est essentielle et absolument à lire. :)

par Pixma33
Cogito Cogito
Victor Dixen   
Wahou, quelle lecture intense ! J'en ai encore l'esprit tout retourné. C'est à la fois actuel, car le cadre du roman débouche directement des technologies que nous développons en ce moment, et futuriste, mais un futur totalement envisageable et réaliste. Et ça fait froid dans le dos. De savoir que le chemin que l'on prent peu tout à fait nous mener dans cette direction.
Ce livre, c'est un problème de société parfaitement traité.
D'un côté, on a l'aventure, les personnages, le récit, qui nous fascinent et nous transporte, nous laissant à nouveau apprécier tout le talent pour l' écriture de Victor Dixen.
De l'autre, on a ce partage d'inquiétudes et d'interrogations quant à l'avenir et aux voies que nous empruntons, l'évolution vers laquelle nous nous dirigeons.
C'est avec brio que l'auteur nous fait réfléchir par le biais d'un ouvrage qui se dévore rapidement et avec gloutonnerie, dans un récit vraiment bien mené et documenté, tout en alliant intrigue et réflexion.

par CindySB
Insaisissable, Tome 1 : Ne me touche pas Insaisissable, Tome 1 : Ne me touche pas
Tahereh Mafi   
Bon, je me prépare au déluge de votes négatifs qui vont accompagner ma review car beaucoup de personnes n'apprécient pas de voir certains d'entre nous avoir un avis différent (personnellement je crois encore à liberté d'expression, désolée), or ce qui est sur c'est que contrairement à l'ensemble des bloggeurs qui semblent avoir été en admiration à la lecture de ce bouquin ça n'a pas du tout été mon cas. Je ne dis pas que je n'ai pas aimé, cependant il y a beaucoup de choses qui m'ont déplu/interpellée.

Le concept de l'histoire est intéressant. Juliette, 17 ans, possède un don particulier. Lorsqu'elle touche une personne elle se nourrie de son énergie jusqu'à la tuer, et elle ne contrôle pas du tout cette particularité. Enfermée dans une asile depuis plusieurs années, elle est en isolation jusqu'au jour où on lui donne un compagnon de cellule : Adam. Cependant ce que Juliette ignore c'est que ce don, qu'elle considère comme une malédiction, est convoité; principalement par Warner, un chef de ceux qui se nomment The Reestablishment et qui ont peu à peu prit contrôle du monde dans lequel le roman se situe.

Cependant le monde dystopique passe au second plan et elle complètement obscurci par l'enchaînement de métaphores que l'auteur nous balance au fil du récit. Parce que ce qu'il faut comprendre lorsque tous les reviewers disent que Tahereh Mafi a un style d'écriture très différent de ce qu'on a l'habitude de croiser, c'est qu'ils ne mentent pas. Et sincèrement je pense que c'est le genre d'écriture que vous adorez ou détestez, y'a pas vraiment de juste milieu. Pour ma part j'ai trouvé que c'était un gros point faible au bouquin car ce style m'a vraiment tapé sur les nerfs, surtout toute la première partie de ma lecture. La ponctuation est très particulière (voir carrément absente à certains moments), les pensées que Juliette n'ose pas avoir sont balancées au milieu de la narration et raturées, et comme je l'ai dit on va de métaphore en gros imbroglio de mots qui se suivent (avec parfois des suites de cinq ou six fois le même mot ce qui arrange encore moins les choses) et qui finissent par ne plus avoir de sens. En gros, le style d'écriture est très frustrant et j'ai trouvé qu'il gênait énormément le récit à certains moments. Alors oui, je veux bien que ça s'arrange au fil des pages et du rétablissement mental et social de Juliette (faute d'autre terme), mais c'est vraiment dur de passer toute la première moitié du bouquin à cause de ça. Il y a vraiment des moments où ça me démangeait de choper un stylo et de mettre des virgules, des points, et du correcteur sur les répétitions (je vous rassure je ne l'ai pas fait, c'est pas demain que je me mettrais à profaner un de mes livres même si la tentation était grande avec celui-ci).

Toutefois la seconde partie du roman est beaucoup intéressante et beaucoup plus vivante. [spoiler]En fait les choses ont commencés à vraiment capturer mon intérêt lorsque Adam et Juliette s'échappent.[/spoiler] La fin offre de bonnes possibilités pour la suite, maintenant à savoir si l'auteur saura les exploiter. Je réserve mon jugement sur le second tome, je ne sais pas encore si je le lirais. Je crois que j'attendrais d'avoir un résumé et des extraits (histoire de voir si le style se stabilise un peu plus ou si on repart dans un méli-mélo sans sens). C'est vraiment dommage car le thème de l’histoire en lui-même est intéressant et les bases qu'offre cette fin promettent beaucoup.

Pour ceux qui seraient intéressés par la traduction Française, le livre sortira chez Michel Lafon mais il n'y a pas encore de date précise à ce que j'ai pu voir (à l'origine le livre était annoncé pour courant 2012). Sincèrement, sans vouloir être défaitiste, j'ai peur de ce que la traduction va donner... ça risque de rendre la lecture encore plus pénible. J’attendais beaucoup de ce roman, surtout avec l’avalanche de reviews élogieuses, mais je crois pouvoir dire que ça a été finalement une déception pour moi.

par Althea
La Passe-miroir, Livre 4 : La Tempête des échos La Passe-miroir, Livre 4 : La Tempête des échos
Christelle Dabos   
Je viens de finir ce quatrième tome. Je viens de terminer la saga de La Passe-Miroir.
Très clairement, un sentiment domine, mais j’y viendrai plus tard.

Je voudrais commencer par saluer l’incroyable imagination de Christelle Dabos. Depuis le tome 1, on connaît son talent pour créer un univers riche et foisonnant, surprenant à de nombreux égards. Depuis le tome 3, on comprend que l’intrigue se déploie comme rarement dans un roman de fantasy. Cette saga m’a déstabilisée, car elle repose sur des ressorts totalement différents de ceux des autres romans fantasy, d’aventure. Tout était imprévisible. Ce tome 4 nous donne enfin les réponses à nos questions et, comme je m’en doutais, je n’ai pas encore tout compris à 100% à ces histoires d’échos, d’Autre et d’inversements.
Ce que je sais, c’est que ce tome, comme les précédents, m’a totalement immergée dans son univers et je suis ravie de ma lecture.

Mais tout de même, le sentiment prédominant, c’est la frustration. Certains passages m’ont bouleversée mais j’aurais voulu une autre fin (et je suis certaine que je ne suis absolument pas la seule…). [spoiler]J’aurais voulu une belle fin pour Thorn et Ophélie, enfin ! Avec un Thorn réparé et en paix, ils auraient pu être enfin heureux et libres…[/spoiler] Une fin pas forcément en apothéose, mais une fin plus glorieuse en tout cas ! Aussi, comme pour le tome 3, je suis frustrée de ne pas avoir plus vu des personnages importants [spoiler](Bérénice, Archibald, Victoire, la tante Roseline… Je les aimais tellement dans les deux premiers tomes que je suis déçue de leur peu de présence dans les deux derniers !)[/spoiler]

Je suis consciente que ce sentiment de frustration, c’est la preuve que le talent de Christelle fonctionne. Je sais aussi que l’intrigue est résolue et que c’est le principal. Mais je ne peux pas m’empêcher d’être un peu triste pour tous ces personnages, un peu délaissés au profit de l’Histoire.

Je vais sans doute cogiter encore un peu à propos de toute cette intrigue que Christelle Dabos a mis en place, Dilleux, l’Autre, les échos, l’Envers. Je vais aussi m’imaginer la suite de l’histoire avec cette nouvelle donne. Cela ne me dérange pas que la fin soit ouverte : la saga de La Passe-Miroir pourra ainsi continuer dans l’imagination de chacun.e d’entre nous…
Les Chroniques lunaires, Tome 1 : Cinder Les Chroniques lunaires, Tome 1 : Cinder
Marissa Meyer   
J'en entendais vaguement parler depuis quelques semaines (et merci la couv' du catalogue PKJ !), sans vraiment m'y intéresser de plus près. Et puis finalement, je me suis laissée tenter. Avec vampires, loup-garous, sorciers, démons ou je ne sais quoi d'autre à la pelle, pourquoi pas un cyborg ? Histoire d'avoir un brin d'originalité...

Eh beh franchement, pour quelqu'un qui n'avait pas d'attente particulière, j'ai été comblée. Sérieux mais... WOUAH ! Je n'ai pas pu me coucher avant de l'avoir fini, malgré mes paupières qui n'avaient qu'une envie : se fermer.

Et pourtant, quand j'ai eu le livre entre les mains et que j'ai aperçu la mention "entre Cendrillon et Star Wars" au dos, j'étais très sceptique. C'est quand même vachement large comme fossé, quoi XD imaginez, une Cendrillon avec un sabre laser. Ou même un Jedi qui fait les poussières. Flippant, non ? Enfin bon, rien de tout ça, mais une fois fini, je peux dire que ce livre peut mériter ces deux "thèmes".
* Star Wars à cause de tous ces androïdes-cyborgs, et par les jeux de complots et alliances, voire menace de guerre inter-planétaire.
* Et Cendrillon parce que... l'ambiance, quoi ! Il y a pas mal d'éléments qui rapellent ce fameux conte de Perrault (en trèèèès remasterisé, certes, mais c'est qui est bon). Belle-mère, soeurs, bal, prince... et comme quand on voit (ou lit) le Cendrillon original, cette irrésistible envie de lui hurler "mais bouge-toi, bon sang, cogne-les !!!" (... bon, ok, il n'y a peut-être que moi qui ait ce besoin de la voir se rebeller ^^)
Donc, s'il y a des gens qui apprécient Cendrillon ET Star Wars, franchement, ne pas hésiter (même s'il n'y a pas de sabre laser ou de souris qui parlent !)

Et puis même Cinder vaut le coup. Sarcastique, attachante, on la prend facilement en pitié... [avec une [spoiler]mère adoptive et tante[/spoiler] pareilles, ce n'est pas dur. Sans oublier ses problèmes de pied (a)].

Bref, on entre très vite dans le contexte, dans l'histoire, on s'attache vite aux personnages, il n'y a pas vraiment d'action pure et dure, mais c'est tellement addictif qu'on n'y prête même pas attention, tout s'enchaîne à la perfection pour maintenir l'intérêt. Surtout que, eh ! pour une série Young Adult, tout n'est pas rose et mignon, tout ne se passe pas à merveille (bien au contraire, j'ai envie de dire), et c'est justement ça, qui fait qu'on a toujours envie d'en savoir plus, savoir comment va finir Cinder et son entourage.

Conclusion : Un très bon début de série Young Adult, et mon premier gros coup de coeur pour cette année 2013 !
(Faites que le tome 2 ne tarde pas. Please.)

par Zinthia
La Passe-miroir, Livre 3 : La Mémoire de Babel La Passe-miroir, Livre 3 : La Mémoire de Babel
Christelle Dabos   
Que d’émotions en refermant ce troisième tome.

Quand je claironne que La Passe-Miroir est mon nouveau Harry Potter, je n’exagère pas. C’est une histoire doudou, dans laquelle je me plongerai au même titre que dans HP en cas de coup de blues.

Le principal défaut de ce tome ? Le même que les autres : PAS ASSEZ ! Comment fait Christelle Dabos pour pondre des pavés de 500 pages trépidantes d’action dont on sort avec une impression de trop peu ?!
Ici, c’est particulièrement accentué par le fait qu’Ophélie est loin d’autres personnages importants : [spoiler]Bérénilde, Victoire, Archibald, Renard, Gaëlle et bien entendu la superbe Victoire qui m’a totalement charmée. Personnages qu’on ne voit que le temps de quelques chapitres beaucoup trop courts à mon goût…[/spoiler] De ce côté-là, c’est une petite déception.
Le personnage de Victoire est très prometteur ! C’était intéressant de voir le monde par ses yeux, j’ai hâte de la revoir !
Ca aurait pu être sympa également que le grand-oncle joue un rôle plus large, un peu comme Roseline.

Concernant l’intrigue, j’ai été ravie de constater quelques précisions bienvenues, accompagnées d’éclaircissements qui épaississent encore un peu plus le mystère comme Madame Dabos sait si bien les distiller. [spoiler]Un monde bien réel imaginé par une romancière, Eulalie Dilleux… une jolie mise en abîme ![/spoiler]
J’ai été un peu déçue de la méthode employée par Ophélie pour en savoir plus : adopter une nouvelle identité (procédé déjà utilisé avec Mime) et attendre de gravir les échelons. Pour un troisième tome, je trouve ça dommage de devoir recourir à de tels artifices.
Les nouveaux personnages rencontrés sur Babel ne m’ont pas plus charmée que cela, excepté Ambroise, Blasius et le Sans-Peur. Au passage, bravo à Christelle d’avoir intégré à l’histoire une personne handicapée et une personne homosexuelle, c’est assez rare (notamment en littérature jeunesse !) pour le souligner.

On pourrait croire que je trouve plus de défauts que de qualités à ce tome. Ce n’est pas le cas ! C’est simplement plus facile de mettre le doigt sur quelques défauts objectifs que sur les raisons qui font de ce roman un véritable page-turner avec une intrigue qui gagne en profondeur de tome en tome.

Le couple Ophélie/Thorn fonctionne sur les mêmes rouages qui en font un duo hors clichés ; ils évoluent peu à peu au plus grand plaisir de la fleur bleue qui sommeille au fond du lecteur. Une question demeure : quel est le problème de Thorn dans ce tome avec le désinfectant ?? Je suis tout ouïe si quelqu’un a compris ^^’

C’est une saga intelligente qui n’a de cesse de surprendre son lecteur et de lui faire se poser des questions à chaque nouvel indice, chaque révélation.

Dans ce tome précisément, Christelle Dabos dépeint sans équivoque une société dystopique où la censure et le contrôle de soi pour la cité est la règle. Pour une fois, on voit clairement comment une telle société se met en place et on sait que nos héros vont tout faire pour empêcher que ce modèle s’étende à d’autres arches. C’est un aspect que j’apprécie énormément dans cette série.

Maintenant il n’y a plus qu’à attendre le dernier tome. Je l’attendrai patiemment, mais avec de grandes expectatives !!
Pandemia Pandemia
Franck Thilliez   
Hasard de l’actualité, c’est au moment où l’on apprend que la grippe saisonnière a entrainé plus de 18000 décès cette année, que le virus Ebola fait rage en Afrique et que le coronavirus fait des ravages au moyen orient que parait « pandemia », 9ème opus des aventures de Sharko et Hennebelle.

Depuis plusieurs années maintenant, chaque nouveau roman de l’auteur est un évènement attendu par les amateurs du genre.
Et « pandemia » avec ses 644 pages ne déroge pas à la règle.

Dès les premières pages, on est happé par les intrigues. Je dis bien les, deux intrigues se déroulant en parallèle. Si à priori, elles n’ont rien à voir entre elles (personnages, lieux, sujet, totalement différents) un habile jeu de labyrinthe les fera se rejoindre. Malgré tout, il n’y a aucun fouillis, l’auteur maintient un ensemble cohérent tout au long du roman, on passe sans problème d’une enquête à l’autre.
Tout au long du roman, la tension ne cesse de grandir, on est captivé par ces intrigues réalistes, qui pourraient s’inscrire dans notre quotidien. Au fil des pages, on se demande « et si c’était vrai », « et si ce virus existait réellement », à tel point qu’on ne peut plus refermer le livre tellement il est vital d’en connaitre la fin.

Franck Thilliez maitrise parfaitement ses personnages. Personnages auxquels on n’a pu que s’attacher au fil des années. C’est toujours un bonheur de retrouver Franck, Lucie mais aussi leurs jumeaux et leur équipe.

On ressent la tension et l’angoisse au travers de l’écriture fluide, agréable de l’auteur mais on rit aussi et on versera des larmes, je ne dévoilerai pas à quel moment pour vous laisser le suspens.

Un conseil malgré tout, même si ce roman peut se lire indépendamment des précédents, je vous recommande de lire « atomka » et « angor » au préalable.

Mais avec « pandemia » Franck Thilliez ne répand pas uniquement le virus de la grippe, il répand aussi le plaisir de lire d’excellents thrillers.

Un thriller à lire absolument, éviter juste de le lire lors d’une épidémie de grippe ou au milieu d’une réserve ornithologique.

Le Secret du mari Le Secret du mari
Liane Moriarty   
C'est grâce à mon club de lecture que j'ai découvert ce roman. J'ai vraiment apprécié la lecture de ce livre qui se déroule dans une banlieue tranquille et plutôt huppée de Sydney, en Australie. Tiens, ça nous rappelle quelque chose, même si ce n'est pas le même pays ! Et bien oui, c'est vrai que tout au long de ma lecture, j'ai eu l'impression de me retrouver à Wisteria Lane ("Desperate housewives"). Les similitudes à tous points de vue sont assez troublantes, mais en même temps : tant mieux, car on retrouve cet atmosphère si typique des grandes banlieues anglo-saxonnes tranquilles et bien fréquentées où naissent les secrets.
En parlant de secrets : dans ce roman, l'intrigue va se développer autour d'une lettre, que l'un des personnages principaux, Cecilia (ressemblant à Lynette !) va retrouver dans son grenier. Cette lettre, écrite des années auparavant par son mari, est porteuse d'un énorme secret assez terrible. A partir de là : événements en boules de neige, pour toutes les personnes concernées.
L'intrigue est bien ficelée, les personnages bien décrits et la tension présente tout au long du récit.
En résumé, même si j'ai trouvé certains personnages horripilants, d'autres étaient réellement attachants et j'ai vraiment apprécié cette lecture.
La Lettre d'amour interdite La Lettre d'amour interdite
Lucinda Riley   
S'il y avait une catégorie plus haut que disent, c'est là que je mettrais ce livre. Ce livre est classé comme un thriller mais je trouve qu'il est encore plus profond que ça. Quand j'ai fini ce livre, je n'avais qu'un phrase qui trouvait en boucle dans ma tête : c'est trop injuste ! Quand j'ai fini ce livre, je sanglotais. Dans un livre, ça m'arrive souvent de pleurer lais je n'ai jamais sanglotais à ce point.

Attention, dans la suite de ce commentaire, il y a un risque de spoiler alors si vous n'avez pas encore lu ce livre, ne lisez pas la suite mais je vous conseille de l'acheter.
Dans tout le lire, j'ai détesté Simon. Je suis d'accord, il a sauvé la vie de Joanna et de Marcus et ils l'ont pardonné mais je pense que Joanna n'aurait pas du. Simon disait que c'était sa meilleure amie depuis l'enfance mais il ne lui avait même pas dit quoi il travaillait. Je trouve qu'il ne mérite pas l'amour de Zoe. Il lui a menti et il lui fait croire que Joanna et Marcus sont morts. Le secret qu'il au tout le temps voulu cacher concerne toute la famille de Zoe. Elle pourrait savoir. Quand je me répétais que c'était injuste, c'est parce que Joanna et Marcus sont obligés de vivre coupés de leur famille pour le restant de leur vie. Je suis d'accord qu'au final, ils sont ensemble. Mais ce n'est vraiment pas la fin que j'espérais pour eux qui ont risqué leurs vies pour découvrir la vérité. Cette vérité qui n'a même pas été publiée. Il y a eu trop de morts pour ce même secret. C'est vraiment injuste pour Marcus et Joanna qui n'avaient rein demandé au début.

Je suis vraiment rentrée dans ce livre. Je me mets à faire des théories sur quelque chose qui n'a même pas existé, sur un livre et je dois me répéter que ce n'est qu'un livre. Mais un TRES bon livre !
Grisha, Tome 2 : Le Dragon de glace Grisha, Tome 2 : Le Dragon de glace
Leigh Bardugo   
Already Read !
Ah, que dire, on est entraîné dans le monde des grishas avec tout autant de suspens, de mystère et de magie. Alina devient une Badass incontournable ; Elle se prend en main pour vaincre the Darkling. Une nouvelle rencontre et du coup une nouvelle personne dans le triangle amoureux, mais celui-la apporte un côté plus joyeux à l'atmosphère sombre du livre, le fameux Pirate Sturmhond! Mal, malgré que je l'est trouvé sympathique dans le premier tome, m'a énervée à un point dans ce livre, vous verrez. Et enfin, le meilleur pour la fin, bon ok, j'avoue, dans ce tome, il va un peu trop loin, mais il y a toujours un espoir de rédemption, le Darkling, est pour la plus part du temps absent mais ses apparitions nous laisse pas indifférents. Pour le contenu de l'histoire, tous ce complique mais j'attend avec impatience le tome 3 pour tous comprendre et connaître enfin le nom du Darkling.

Tous ça, pour dire, que ce deuxième tome remplit largement ce qu'on attend de lui !

PS : LA FIN *Oh-Mon-Dieu*

par mirou08

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode