Livres
540 210
Membres
570 492

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Kittyeul : Liste d'argent

Déchirures Déchirures
Sire Cédric   
Un recueil de nouvelles, toutes fantastiques. Le livre se lit très facilement, toutes les nouvelles sont aussi bonnes les unes que les autres, on entre dans un monde horriblement délicieux, sanglant, pervers, sombre et tout bonnement fascinant. La plume de Sire Cédric nous transporte d'histoires en histoires et on se laisse prendre au jeu qu'il instaure.
Sister, Nocturne, Hybrides, Stigmates, Nenia, Carnage, Deathstars, Chérubins et Blood-Road, neuf nouvelles toutes aussi bonnes. Nenia fait un peu une sorte de "pause" entre toutes, c'est la plus calme, la plus.... comment dire, fascinante, oui c'est le mot. A la fois belle, triste et superbement poétique, l'auteur a fait un coup de maître avec cette nouvelle, c'est ma préférée d'entre toutes. J'ai aussi beaucoup aimé la nouvelle Deathstars portant sur un groupe de black metal démoniaque au sens littéral du terme, assez trash, assez sanglante mais tout de même très bonne.
On notera aussi que certains personnages reviennent de nouvelles en nouvelles, on en recroise qu'on avait déjà vu avant, comme dans Blood-Road ou on retrouve un personnage d'Hybrides et d'autres. C'est assez sympathique comme concept, bon on ne cherchera pas à savoir comment ils ont atterrit là, mais ça passe...
Comment dire: j'ai adoré ce recueil et cet auteur est juste excellent.
L'Attrape-cœurs L'Attrape-cœurs
J. D. Salinger   
Un très bel ouvrage traitant de l'adolescence dans son état « brut », son fonctionnement et les sentiments qu'il en découle. Car, c'est certainement la compréhension de la vie et du monde qui entoure le narrateur et l'amène à être si déçu.
Le spontané Holden est très attachant. Il décrit (avec un langage argotique) l'absurdité de la société de perdition et ses valeurs perverties par le sexe et l'argent.
On passe du sarcasme méprisant du début à la bonne âme tourmentée au fil du texte. Mais, on ne lâche jamais la souffrance et l'humanité de cette adolescence. Le désenchantement de sortir de l'enfance pure.
Alors, ne serait-ce pas l'intelligence de l'adolescence qui refuse simplement cette adaptation à la société trouble ? Et finalement se jette dans le désespoir de cette noirceur, cet avenir d'adulte méprisable, perverti que tout être doit devenir.
Seules les âmes sensibles auraient une adolescence difficile ?
Cela amène de belles réflexions et en tant que parent, je trouve que le contenu de cet ouvrage est philosophiquement intéressant... Je comprends tout à fait qu'il soit qualifié comme tel !
1984 1984
George Orwell   
Effarant comme on peut facilement relier l'intrigue avec la néo-société d'aujourd'hui. Effrayant aussi, mais quelle histoire ! Et quel auteur ! Ce livre m'a donné envie de lire des livres plus littéraires, moins étiquetés comme 'livre pour jeune'

par Romaiin
Comme un conte Comme un conte
Graham Joyce   
Étrange et glauque.
Voilà les mots qui me viennent à l'esprit quand j'y pense.
Je ne m'attendais pas du tout à cela.
Le résumé du livre m'avait fais rêvé : une jeune fille enlevée par des fées…
Je m'attendais à la suivre dans un monde merveilleux, fantastique…et je tombe dans un monde glauque…

Les fées sont des êtres étranges, à l'air humain, qui passent leur temps à coucher ensemble dans un monde duquel on ne peut ressortir seulement un temps voulu. Pourquoi? Parce que c'est comme ça…

Cela ne m'a pas du tout séduite.
Mais plutôt laissé perplexe… Une fille de seize ans propulsée dans un monde de sexe? Bof… Surtout que le coté vulgaire était beaucoup trop présent.
Si la situation avait été décrite avec un peu plus de simplicité, en utilisant des termes moins vulgaire, le côté "féérique" aurait été plus intéressant…
Mais là, on dirait que l'on entre dans un monde de drogués qui ne font que se balader nus et baiser… Je m'attendais limite à ce qu'une fois que Tara ai accepté le fait qu'elle ne pourrai quitter cet endroit qu'au bout des 6 mois, à ce qu'il y ai une orgie géante où tout le monde lui ferai des offrandes sexuels tellement ça ne parle que de ça dans chaque paragraphes…tu m'étonne qu'on ressort de ce monde totalement traumatisé alors!!!
On en vient presque à se demander si l'auteur n'a pas intégré toutes ses frustrations sexuelles dans le roman…????????

Et puis il y avait des narrateurs que l'on identifiait pas immédiatement, du coup, on se perdait dans le récit. Dès le premier chapitre, on ne sait pas qui présente le roman. Je sais, dis comme ça c'est bizarre, mais on ne sait pas qui parle de la présentation de l'histoire lors des premières lignes…
De plus, il y a de nombreux retours en arrière dans un même chapitre, une partie on est dans le présent, après dans le passé, puis de nouveau au présent, ou inversement, ou alors des dialogues intégrés au récit sans tiret cadratin pour signifier que quelqu'un parle, et on ne sait plus qui parle quand du coup…

Alors, imaginez, on ne sait pas qui parle, ni à qui, ni quand, ni où; c'est vraiment perturbant, du coup, on n'arrive pas à rentrer dans l'histoire.

Déjà que je ne m'attendais pas à une histoire pareille, je suis donc déçue de ce coté là, alors se perdre dans le récit avec des confidences de je ne sais qui, c'est vraiment pas top…

En ce qui concerne les personnages, je n'ai "accroché" avec quasiment aucuns…
Tara débarque en mode "je suis une sainte" et "j'ai vécu chez des "fées". Elle adopte parfois un comportement vraiment bizarre, et on a aucune explication. J'étais parfois un peu perplexe devant certaines actions : par exemple, lorsqu'elle apprend de Jack que Mme Larwood souhaite la rencontrer : entrer dans la chambre du gamin comme une furie et claquer la porte et faire tout un foin parce qu'une dame âgée souhaite la rencontrer… Mais WTF?????? C'est si inhabituelle de rendre visite à quelqu'un chez eux qu'il faut un branle bas de combat????? Pas compris…

Son frère Peter veut absolument lui en coller une ou la faire passer pour une tarée, j'ai trouvé ça nul. Sa soeur est de retour, elle est peut-être un peu fantaisiste, mais est-il forcé d'être aussi agressif envers elle alors que cela fait 20 ans qu'elle a disparu? Cela ma profondément agacé…

Les parents ne sont pas suffisamment présents je trouve…

Et les enfants de Peter sont juste énervant…Surtout Jack, à un moment, il commet un acte irréparable, j'ai pas compris en quoi cela apporte quelque chose au récit. C'était mal placé je trouve, et j'espérais qu'au cours du récit il y aurait un miracle, mais non. J'ai vraiment trouvé ce passage cruel et sans intérêt…Une autre entré en matière aurait pu être utilisé pour entrer en contact avec cette fameuse Mme Larwood…

Le psychiatre, le docteur Underwood, est un personnage bizarre également, lors de ses "chapitres monologues", il emploi des termes scientifiques très compliqués au dédut d'un paragraphe, puis termine ce dernier par une phrase totalement ridicule…agaçant aussi du coup…

La vieille dame habitant en face de chez Peter, Mme Larwood, est une femme mystérieuse, qui a tendance à tourner autour du pot pendant un moment avant de dire ce qu'elle a à dire aussi. On ne découvre en quoi elle est importante seulement trois-quatre chapitre avant la fin…

Seule Geneviève, la femme de Peter a été un personnage que j'ai apprécié. Elle est douce, présente pour tous le monde, à l'écoute, même si elle juge parfois un peu vite, elle reste présente pour quiconque souhaite se confier…

Ensuite, avec la description de l'environnement dans lequel vivent Peter et sa famille j'avais vraiment l'impression de me retrouver dans une baraque totalement pourrie, infestée de rats, je voyais les personnages sales et mal habillé, pas vraiment ce qui m'a aidé a rentrer dans l'histoire non plus…

Bref, peut-être que je papote de choses peut-être insignifiantes, mais quand on a du mal a rentrer dans un récit, soit parce que l'on ne s'attendait pas à une telle histoire ; dans le sens négatif j'entend, car on peut aussi être surpris par un roman dans le sens positif, mais ici, pour moi c'est plutôt le négatif qui a pris le dessus…, soit parce que les narrateurs sont difficilement identifiables, le moindre petit point qui nous irrite devient énorme et agaçant…

En conclusion, si vous souhaitez rencontrer des fées maléfiques, je vous conseille plutôt la trilogie "Les Outrepasseurs" de Cindy Van Wilder. Ils ont un coté mauvais, sensuel aussi, et le coté charnel est tout aussi présent que dans "Comme un Conte" mais sans le coté vulgaire…Elles ne ressemblent pas non plus à la fée Clochette, loin de là, elles ont formes humaines, et peuvent également passer dans notre monde et nous enlever…
"Comme un Conte" est donc pour moi, vous l'aurez compris, une sacré déception…
La Nuit des temps La Nuit des temps
René Barjavel   
Un livre fantastique ! Dès la première page, on se trouve entraîné dans l'histoire et on s'attache aux personnages. Une magnifique histoire d'amour, mais aussi de découverte et d'exploration. Le récit nous tient en haleine tout du long, et ne nous déçoit pas à la fin. Superbe !
L'Enchanteur L'Enchanteur
René Barjavel   
L'enchanteur réinterprète la légende d'Arthur et des chevaliers de la table ronde en choisissant comme protagoniste, Merlin l'enchanteur et sa magnifique histoire d'amour avec Viviane. Mais aussi toute son épopée avec Arthur, Lancelot, Morgan, Guenièvre et bien d'autres à citer.
L'auteur n'hésite pas à donner un coup de fraîcheur à la légende en y parlant de choses de notre époque, ce que j'ai beaucoup aimé. Mais ce que j'ai préféré, c'est la façon d'écrire de Barjavel qui nous plonge dans un monde fabuleux au temps de la sorcellerie, de la magie, des dragons et des vaillants chevaliers.
Ce conte féérique se lit à tout âge et je le conseille pour la beauté du texte et l'imagination inépuisable de ce merveilleux auteur qu'est Barjavel.
Les Chemins d'Hermès, Tome 1 : Le Peuple du Nid Les Chemins d'Hermès, Tome 1 : Le Peuple du Nid
Constance Dufort   
Si vous êtes adeptes de science-fiction, avec Le Peuple du Nid, vous frappez à la bonne porte ! À la fois captivant et intelligent, ce premier tome (et premier roman de l’auteur !) nous entraîne dans une aventure futuriste, aux côtés d’Elseneur, un jeune médecin, sur les traces des derniers représentants de l’Humanité.

La mise en place de l’univers se fait avec une facilité délectable, il suffit de se laisser porter dans ce monde futuriste aux accents de dystopie pour découvrir, à travers le regard familier d’El, la Flotte, immense ensemble de vaisseaux spatiaux dans lequel survit l’Humanité. Pourtant, rêveur, le jeune homme aspire à autre chose que la vie cadrée à laquelle on le destine depuis son enfance. Il suffira d’un grain de sable pour faire basculer les choses.
Là où certains romans se précipitent, la remise en question d’Elseneur se fait progressivement. D’un événement déclencheur, le jeune garçon est amené à reconsidérer le monde dans lequel il vit. Une trame assez classique pour une histoire aux allures de dystopie, mais ici les prémices du questionnement d’El ou de ses doutes brillent par leur réalisme.

C‘est un aspect du roman qui m’a énormément impressionnée : l’histoire prend le temps de se construire, de se développer, de nous faire découvrir les personnages et le monde de la Flotte, sans pourtant jamais s’encombrer de détails inutiles qui viendraient entraver la lecture. Il en résulte un roman de science-fiction extrêmement crédible. De l’univers futuriste, au background, en passant par les psychologies des personnages ou par l’intrigue elle-même, tout tient la route dans ce premier tome.

On se retrouve donc plongés dans la fluidité d’une histoire passionnante, dans laquelle les questions trouvent des réponses aux moments opportuns, permettant aux lecteurs de s’imaginer toute sorte de choses, l’induisant même parfois en erreur et semant le trouble sur certains aspects. Si seules quelques bulles de suspense éclatent par endroit dans l’histoire, c’est surtout par la maîtrise du scénario que le roman est addictif. Constance Dufort parvient à toujours en dire assez pour être captivé, tout en sachant ménager son intrigue.

Le Peuple du Nid est parvenu à me ramener des années en arrière, alors que je n’avais qu’une quinzaine d’années, et à me faire retrouver ce sentiment d’excitation que je ressentais lorsque je lisais mes séries d’aventures préférées. Moi qui pensais, au premier abord, me plonger dans de la littérature jeunesse, je réalise maintenant que dire que le roman s’adresse à des adolescents ne serait pas tout à fait correct. C’est une autre force de ce livre. S’il trouvera certainement un public privilégié parmi la jeunesse (les personnages sont de jeunes adultes, il sera très facile de s’y attacher et de s’y identifier), l’angle pris par l’histoire (assez éloigné des codes classiques du Young Adult) et la grande maturité du roman en font un récit de SF qui parlera à tous les amateurs du genre, quel que soit leur âge.

Refermant le roman, je n’ai déjà qu’une hâte : découvrir la suite des aventures de Lutèce, Elseneur et Calgary et de tous les mystères qu’il reste encore à percer. Espérons que ce premier roman rencontre le succès qui lui serait mérité !


https://libellulelivresque.wordpress.com/2018/04/14/les-chemins-dhermes-tome-1-le-peuple-du-nid-de-constance-dufort/

par x-Key
La voix nomade : 1/ La grande disparition La voix nomade : 1/ La grande disparition
Brian B. Merrant   
Roman post-apocalyptique mais pas que, un voyage à travers le temps, une réflexion sur l'humanité aujourd'hui, et après !?
Quelle surprise dans le style d'écriture, je me suis même demandée s'il n'avait pas été écrit à 4 mains… quelle idée!! Tout simplement le talent de la plume de l'auteur.
Après "Espoir sors moi du noir" qui est un plat de résistance, "L'enfant fou" qui serait un petit déjeuner, nous voilà en présence d'un dessert, sublime, savoureux, bien garni, enrobé de belles phrases, d'un humour complètement décalé. Je me suis délectée, les mots, les répliques, le sens que l'on veut bien donner à certains mots, enfin tout quoi…
Je me suis amusée à garder des extraits de textes écrits en italiques des pensées de Ary, terrible!!! Je les ai posé sur mon blog.
Les personnages, tout d'abord Ary sans H qui nous accompagne tout au long de cette aventure, et ensuite Pier, Horace (Sassa) et Andras, ils nous arrivent chacun avec leur personnalité détaillée les uns après les autres, le temps de bien s'en accommoder…..
J'ai visualisé ce bus, promis, le jour où il passe devant chez moi je le reconnaîtrais, c'est sûr, et je serais heureuse de monter à bord. La seule chose que je ne comprenne pas c'est que ce chef d'œuvre n'ai que 6 commentaires sur Amazon!! Alors là! je me demande où sont les lecteurs. J'ai un peu plus de 170 amis sur FB et j'espère bien qu'il y en a quand même quelques uns, voir tous, qui vont se lancer dans cette aventure avec Brian, ce serait vraiment dommage de louper ce roman. Foncez tête baissée vous ne le regretterez pas.

par annick69
La voix nomade : 2/ La Société des Troisièmes Types La voix nomade : 2/ La Société des Troisièmes Types
Brian B. Merrant   
Très heureuse de retrouver Ary sans H, Pier sans E et les autres compagnons de routes de la Voix Nomade. De belles rencontres vont agrémenter le chemin à parcourir jusqu'au sud. Tous sont dans l'attente de la révélation de cette Grande Disparition. De surprises en questionnements, ils parcourent la route, la vie va doucement. L'auteur a su nous faire une fin à rebond très pertinente. J'ai adoré cette balade, un voyage assez particulier mais ce sera à vous de découvrir ou l'auteur a voulu nous envoyer. Après "Espoir, sors moi du noir" premier roman où j'ai découvert l'écriture brillante de Brian, "l'enfant fou" tout en poésie et délicatesse, ces 2 tomes de la Voix Nomade nous emmènent encore ailleurs avec un style d'écriture différente. La Voix Nomade, sur le 111.8, est un sacré voyage à entreprendre et je vous le conseille vivement.

par annick69
Les Limbes Les Limbes
Olivier Bal   
Un univers intéressant qui nous plonge dans le monde du rêve. Dès les premières pages, on se retrouve avec James à comprendre ce qu'il lui arrive. L'histoire est complexe, mais on comprend vite qu'une fois plongé dans les Limbes, il faut faire attention. J'ai beaucoup apprécié l’enchaînement des événements et j'ai été très surprise par le final. Après cela reste un bon roman.

par Oryana35

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode