Livres
565 094
Membres
618 006

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Kiwinimi : Mes envies

Eon et le douzième dragon Eon et le douzième dragon
Alison Goodman   
Je l'ai lu avant de lire le Clan des Otori (c'est d'ailleurs ce qui m'a probablement poussé à le lire), et il est vraiment génial.
En revanche, j'ai appris à la fin qu'il y avait un tome 2, or il n'est pas à la bibliothèque où je vais, ce qui m'énerve ! Je le veux !!!

par Kato
Dry Dry
Neal Shusterman    Jarrod Shusterman   
Mystère...
Un roman avec des éloges dithyrambiques.
"La dernière pépite de Neal Shusterman et son fils !"
« Terrible et magistral. Un roman impossible à lâcher. » Stephen King.
Avec tout ça, et une 4e de couverture accrocheuse, les augures étaient favorables. Et pourtant...
Mystère...
Je me suis engagé dans ce livre dans le cadre d'une lecture commune. C'est la seule raison qui m'a poussé à aller jusqu'au bout.

Le thème est intéressant. A cause du changement climatique, le Sud des Etats-Unis est touché par une sécheresse sans précédent. Les circonstances font que que les robinets sont asséchés en Californie : c'est le "Tap-Out". Les auteurs présentent alors les réactions des uns et des autres face à cette pénurie "soudaine". Ceux qui se concentrent sur leur seule survie, ceux qui cherchent à aider les autres, ceux qui profitent de la situation, les émeutes autour des quelques points d'eau, l'attentisme de ceux qui n'ont pas essayé de quitter le pays... Un thème intéressant.
Ceci dit, c'est le quotidien de bien des pays subsahariens. Le lecteur peut donc réfléchir à la question des réfugiés climatiques en général et comprendre que nous ne sommes qu'au début d'une crise majeure.

Et c'est tout. Parce que pour le reste...
Consternant, navrant, grotesque... Je vous laisse choisir l'adjectif que vous préférez.

L'intrigue tout d'abord.
Tout au long du roman, on passe d'une incohérence à l'autre sans que ni les auteurs ni leurs éditeurs ne sourcillent un instant. Sans blague ?! Quelqu'un a relu le livre avant de le publier ? J'ai le sentiment que ce roman ne connaît son succès que par la réputation de Neal Shusterman.
C'est creux du début à la fin. Il ne se passe rien. La psychologie des personnages n'est pas respectée. Leurs réactions sont absurdes.
Un seul petit exemple pour ne pas vous spoiler : alors que vous vous dirigez vers un refuge secret aux ressources limitées, à quel moment est-ce que vous décidez de vous encombrer d'une petite ordure de profiteur qui a échangé à votre oncle préféré un pack d'eau contre son 4x4 ? A quel moment n'importe qui peut faire confiance à un personnage pareil ? Surtout après lui avoir déboîté l'épaule lorsqu'il a pointé un pistolet sur vous ? A aucun moment vous ne songez qu'il va essayer de se venger, de vous trahir etc.
Le livre est truffé d'incohérences de ce genre !
Même la fin est absurde ! Je ne vous la dévoile pas mais, pour ceux qui envisagent de lire ce roman, imaginez d'abord l'enchaînement de circonstances qui peut amener à un Tap-Out. Imaginez tout ce qu'il faut pour en arriver là, sachant que cette question est une priorité absolue dans n'importe quel pays, même géré par le gouvernement le plus crétin... Je n'en dis pas plus.

Le style à présent.
Ou plutôt l'absence de style.
Est-ce que cela vient de la traduction ou des auteurs ? Vocabulaire pauvre. Syntaxe minimale. On oublie l'inversion du sujet pour les verbes du premier groupe dans les dialogues :
"- Ça va ? je demande.
- Non, ça ne va pas ! Vous tombez dans les pires travers de la traduction anglo-saxonne !"
Et quelques fautes par-ci, par-là.
Nous sommes tout de même dans un roman édité par Robert Laffont, qui a bénéficié d'une armée de lecteurs, correcteurs, relecteurs...
Ajoutez à cela une véritable absence de rythme, une montée en pression qui ne fonctionne pas (peut-être parce que je n'arrêtais pas de m'énerver après la pléthore d'incohérences) et des personnages sans aucun charisme.

Bref, le succès de ce livre est pour moi un mystère total.
Une bonne idée de départ, mais un traitement du sujet absolument navrant.

Ceci dit, ce n'est pas la première fois que je ne suis pas d'accord avec Stephen King...

par ajc2ht
Silver Batal et le dragon d'eau Silver Batal et le dragon d'eau
Kristin Halbrook   
Quand on me dit "éditions Lumen" + "romans avec des dragons", je ne peux pas résister. Surtout avec une couverture aussi belle !!! Cette lecture n'a pas sommeillé très longtemps dans ma Pal et j'ai passé un formidable moment de lecture en compagnie de Silver !

L'univers est sans conteste l'un des plus gros points positifs de ma lecture ! L'autrice nous décrit un univers aux allures orientales qui avait vraiment tout pour me plaire. Etant une grosse lectrice de Fantasy, ce n'est pas l'univers le plus complexe que j'ai pu voir. Toutefois, je m'en suis pris plein la vue.
La présence des dragons a suffit de me convaincre ! J'ai aimé le fait que l'autrice détourne le rôle de créatures du feu qu'on leur associent pour en faire des créatures aquatiques. Grâce à leur présence, elles abordent également le thème de la souffrance animale. En effet, dans cet univers, les dragons ne sont pas toujours bien traitées par les humains ce qui peut rapidement faire lien avec le traitement des animaux dans notre société actuelle.

C'est en partie grâce à cet univers onirique que j'ai été aussi embarquée dans l’histoire ! Il n'y a pas beaucoup d'actions dans ce tome car c'est avant tout un récit initiatique où l'on voit Silver apprendre et s'imposer comme dresseuse de dragons. Malgré tout, il y a des rebondissements qui m'ont beaucoup surpris ! La première partie était un peu lente mais la seconde partie est beaucoup plus dynamique et m'a un peu plus passionnée. La conclusion est vraiment bien et promet une suite à la hauteur de ce premier tome !

En conclusion, c'est un très bon roman de Fantasy pour les jeunes ados qui voudraient débuter ! L'héroïne Silver est vraiment attachante et déterminée et j'ai hâte de la redécouvrir dans le tome 2 !
La Guerre des Clans - Le guide illustré La Guerre des Clans - Le guide illustré
Erin Hunter   
Une surprise très agréable que ce guide illustré ! Il offre des informations inédites sur les clans, leur histoire, ainsi que des anecdotes et des informations sur les modes de vie propres à chacun des Clans.
La deuxième partie explique tout le sens et l'origine du Code du Guerrier.

Vraiment un guide à lire, que j'ai moi même dévoré d'une traite !

par Raphy96
Nos étoiles contraires Nos étoiles contraires
John Green   
http://wandering-world.skyrock.com/3080070673-The-Fault-In-Our-Stars.html

Il y a des livres qui vous plaisent, qui vous embarquent avec eux dans un univers fascinant et qui vous permettent de vraiment vous évader. Et puis, il y a des livres comme The Fault In Our Stars. Ceux qui vous font rire et pleurer, qui vous bouleversent jusqu'au point à penser à eux au lycée, lorsqu'on est avec des amis, qui nous dévastent et vous consument jusqu'à la dernière page. C'est définitivement le cas de ce magnifique ouvrage. Rien qu'en repensant à sa fabuleuse histoire, j'ai des papillons dans le ventre.
En lisant le résumé, on se doute que l'intrigue va nous toucher. Vous commencez à me connaître, j'ai des tendances un peu étranges, comme celle d'aimer les histoires atrocement tristes. Alors quand Marie m'a conseillé The Fault In Our Stars, j'ai vite compris que j'allais être bouleversé. Et mon sentiment s'est révélé exact. Ce roman m'a ébranlé au plus haut point. On passe du rire aux larmes en un claquement de doigt, on a sans cesse envie de rassure les héros, et on prend une énorme gifle à la fin du livre. Tout ce que j'aime.
Nous rencontrons deux protagonistes extraordinaires : Hazel et Augustus, tous deux atteints d'un cancer. J'ai envie de dire "Évidemment, ils vont se rencontrer. Évidemment, ils vont s'attacher l'un à l'autre. Évidemment, ils vont tomber amoureux. Et évidemment, il va leur arriver la chose la plus horrible du monde.", mais ce serait rendre affreusement justice au livre. Car oui, l'intrigue est exactement ça, mais également tellement plus. Tellement, tellement plus.
Tout d'abord, et peut-être que cela va paraître vraiment étrange, j'ai énormément ri pendant ma lecture. Hazel et Augustus possèdent un sens de l'humour franchement décalé, et une auto-dérision sur eux-mêmes et leurs maladies à toute épreuve. Leurs répliques sont sensationnelles et drôles, et on ne peut, grâce à celles-ci, que s'attacher à eux. Ils ne veulent sous aucun prétexte que leurs cancers ne prennent possession d'eux. Ils ne veulent pas qu'ils leurs dictent leurs vies. Ils veulent se battre. Toujours et encore. Pour vivre. Exister. Ne pas être oubliés.
Les personnages secondaires sont également marquants et hautement touchants. Les parents d'Hazel et Isaac, par exemple, sont aussi bien décris que les deux adolescents. Ils sont profonds, bruts, réels. On sent que l'auteur a vraiment travaillé son chef-d'œuvre. Tout y est parfait. D'ailleurs, John Green est vraiment un romancier exceptionnel. Sa plume est saisissante, haletante, prenante. On se perd dans chaque phrase, chaque tournure, chaque mot, chaque expression. Il parvient à nous faire sourire et à nous écrire des moments coup de poing quelques passages après. On passe par toutes les émotions possibles. Et qu'est-ce que c'est beau. J'en veux encore !
On s'amuse et on a les larmes aux yeux pendant premières deux cents pages, où tout se met en place. On apprend à découvrir pleinement Hazel et Augustus. Leurs failles, leurs faiblesses, leurs points forts, leur détermination à survivre malgré tout. Absolument tout. Et lorsqu'ils tombent amoureux, que la romance peut vraiment s'épanouir, c'est à ce moment précis que l'auteur décide de nous achever. Le coup de grâce est enfin donné.
Les cents dernières pages sont atroces. Aussi bien fascinantes qu'émouvantes. Notre moral connait alors une chute libre. C'est par la répétition de phrases frappantes et littéralement ravageuses que John Green rend son histoire encore plus renversante qu'elle ne l'était déjà. J'ai pleuré. Beaucoup. J'ai eu les yeux gonflés pendant de longues minutes. Cette horrible centaine de pages nous dévore et nous coupe le souffle. Ce n'est pas plus compliqué. Pourtant, je savais que j'allai avoir mal, que j'allai souffrir. Mais la peur n'évite pas le danger. J'ai donc plongé avec Hazel et Augustus dans un ouragan de sentiments annihilants. Ouaw. Juste ouaw.
Concernant la romance en elle-même, elle fait partie d'une des plus belles que j'ai jamais découvert. Nos deux fantastiques héros représentent tout l'un pour l'autre. Ils s'accrochent car ils savent pertinemment que la vie va horriblement les séparer. Alors ils profitent de chaque moment. Chaque seconde qui s'égraine est un pas de plus vers la conclusion de leurs existences. Ils décident d'écrire le dernier chapitre de leurs vies ensemble. Oh god. Comment ne pas succomber à cette histoire, sincèrement ?
En refermant The Fault In Our Stars, j'étais dans un état second. J'ai dû attendre un petit moment avant de pouvoir repenser normalement. J'avais le coeur qui battait à cent à l'heure, les idées confuses, l'esprit embué. Ce livre nous offre une très, très belle leçon de vie. On réalise qu'il y a des cas pires que les nôtres. Que la vie vaut la peine d'être vécue, malgré ses hauts et ses bas. Qu'il faut profiter de tout, à tout moment. Car d'un instant à l'autre, tout peut violemment basculer. Hazel et Augustus sont deux personnages qui resterons très certainement gravés dans ma mémoire pendant très longtemps, tout comme leur passionnante et frappante histoire. Merci à John Green pour avoir écrit un tel livre. Merci, merci, merci. Et, évidemment, merci à Marie pour me l'avoir conseillé. Je serais passé à côté d'un vrai trésor.

par Jordan
Seasons, Tome 1 : Les Saisons de la tempête Seasons, Tome 1 : Les Saisons de la tempête
Elle Cosimano   
Je ne m’attendais pas du tout à ce genre d’histoire et je dois avouer que je suis déçue...
L’écriture de l’autrice est très simple et le rythme du livre trop irrégulier.
Le personnage principal n’est quasiment jamais mis en valeur alors qu’il aurait mérité beaucoup plus. C’est comme si il était juste spectateur de chaque scène et nous racontait ce qu’il se passait.
La romance m’a beaucoup plus par contre et les personnages sont un des seuls gros points positifs de ce livre.

par Cindy-42
Le Jour de ton arrivée Le Jour de ton arrivée
Isabel Komorebi   
J'ai tout de suite accroché sur la couverture que je trouve très jolie, par contre, le résumé est un peu trop fouillis pour moi et surtout trop long. J'aime les résumés courts qui n'en révèlent pas trop, quoiqu'ici, il ne divulgue pas grand chose.

Je ne vais pas trop revenir sur l'histoire, car, avec une telle quatrième de couverture, l'auteure a voulu instaurer un certain mystère, et ce serait vraiment très dommage de trop vous en dévoiler.
Il y a Lui et il y a Elle, on saura leurs prénoms au fil de l'histoire, mais je ne vais pas vous les révéler pour garder l'effet de surprise instauré par l'auteure.
Lui est un jeune homme étudiant, réservé, ayant vécu un drame pendant son enfance, assez isolé, il n'a qu'un seul ami, il est plutôt solitaire et souvent triste.
Elle, elle est particulière, elle ne fait pas partie du monde des humains, elle fait partie des « Autres », elle a une apparence humaine, et est là uniquement pour Lui.
Ils vont se rencontrer inopinément, ils vont se percuter au détour d'un couloir, et Il va tout de suite tomber sous le charme de Elle. Ils vont tout de suite se revoir et passer du temps ensemble. Il va la reconnaître comme faisant partie de ceux venant des étoiles. Leur histoire va aller très vite entre eux, mais Elle est pressée, elle a une mission à remplir et va demander à Lui de faire des choix. Que va-t-il décider...

Je n'en dirai pas plus...Je ne m'attendais pas à ce côté surréaliste, au fait que le personnage féminin ne soit pas humaine. Et c'est, je crois, ce qui m'a le plus perturbée en ce début de lecture. Je ne sais pas pourquoi, mais je pensais que c'était une romance « traditionnelle », je n'avais pas imaginer en lisant le résumé qu'il y allait avoir une dose de fantaisie et d'irréel dans l'histoire. Une fois, cette surprise passée, je me suis fait assez vite à ce mélange des genres. Mais tout reste tout de même mystérieux, que ce soit sur ce qu'est Elle ou ses origines. Et c'est je pense ce flou qui m'a le plus désorientée.

Sinon, on s'attache très vite aux personnages. Il faut dire aussi que le choix narratif aide beaucoup puisque tout est raconté à la première personne du singulier. J'aime beaucoup ce procédé, car ce « je » me permets de me mettre complètement dans la tête du personnage, de rentrer dans sa tête et de savoir la moindre de ses pensées. Ici, on est alternativement à la place de Elle ou de Lui, cela permet d'avoir un avis et une vue différents sur une même situation selon qui le vit. C'est toujours très intéressant de rentrer dans la tête des héros et de vivre à leur place. Parfois, on n'est pas toujours d'accord avec les décisions qu'ils prennent, je trouve que cela rend la lecture très vivante.
Les chapitres alternent entre Elle et Lui, on a parfois un petit jeu de temporalité entre la vie présente et celle passée. Cela donne beaucoup de rythme à la lecture, en plus les chapitres sont assez courts, les pages se tournent toutes seules. J'ai eu un peu de mal au début du roman avec le style de l'auteure qui est saccadé, les phrases sont courtes, avec deux ou trois mots coupés d'une virgule. Cela hache beaucoup la lecture, enfin à mon avis, et cela ne regarde que moi, je préfère les phrases plus longues avec plus de contenus. Mais une fois que je me suis faite à ce style, la lecture s'est poursuivie sans encombre.
Une chose qui est bien et que j'ai beaucoup apprécié, c'est que les personnages, les décors et les sentiments soient bien décrits, sans lourdeurs, avec juste ce qu'il faut pour bien représenter l'atmosphère. Là, par contre, cela donne beaucoup de fluidité à la lecture.

Isabelle Komorebi fait passer beaucoup de beaux messages au travers de ses personnages et de ce qu'ils représentent. Déjà sur la personnalité de chacun, de s'accepter tel qu'on est, la résilience, cette notion de se reconstruire après un drame tel un phoenix qui renait de ses cendres. Des messages sur l'amour, l'amitié, la confiance en l'autre et en soi, de très belles valeurs humaines. L'auteure parle aussi beaucoup d'écologie, elle envoie des messages forts à travers ce monde qu'elle a imaginé où des espèces ont disparu, où l'être humain est en danger de disparition. Des faits qui font peur, mais que je trouve important d'aborder dans les romans, et pourquoi pas dans une romance d'ailleurs comme ici. Derrière le côté léger du genre de la romance, il est toujours bon de faire passer des messages importants sur nos vies actuelles. Nos actes ont des conséquences, et quand on voit au travers de l'imagination d'un auteur, où la race humaine peut aller, ça fait froid dans le dos...


Dans l'ensemble, j'ai bien aimé cette histoire, pour les valeurs qu'elle véhicule. Passé la première surprise de la présence de fantastique, j'ai pu apprécier le reste de l'histoire entre Elle et Lui. La fin est totalement inattendue pour moi, je ne savais vraiment pas où pouvait m'emmener l'auteure. C'est un final réussi, porteur d'espoir et plein de positivité.
Le livre s'est lu facilement et sur une journée, il faut dire qu'il n'est pas non plus très gros, un peu plus d'une centaine de pages. J'avais tout de même envie de savoir ce qui allait arriver à nos deux personnages. Une certaine poésie des mots fait que les phrases sont jolies à lire, et transforme cette histoire en une sorte de conte initiatique. Vraiment, je ne m'attendais pas à tout ça après la lecture de l'extrait lors de la sélection du prix.

Je suis contente d'avoir fait la découverte d'un nouvel auteur. Ce livre est son troisième roman. Depuis, elle en a publié un quatrième, Notre amour emporté par les flots, dont le résumé me questionne beaucoup. Dans les avis publiés sur ses romans en général, revient toujours le même mot, poésie. C'est vraiment l'atout majeur du style d'Isabelle Komorebi. Je pense que je la lirai à nouveau, maintenant que je connais sa façon de mélanger l'irréel à la réalité, je suis plus préparée et serai surement moins étonnée.
Si vous aimez ce côté fantastique dans vos lectures et plus particulièrement quand il est mêlé à de la romance, cette histoire est faite pour vous. Pour moi, au moment où j'ai lu ce livre, j'avais envie de quelque chose de concret, ce qui explique sans doute ma petite déception.

par marie-nel
The Wicked Deep : La Malédiction des Swan Sisters The Wicked Deep : La Malédiction des Swan Sisters
Shea Ernshaw   
Je ressors de cette lecture avec un sentiment plutôt mitigé.
Il faut dire que le résumé m'avait pas mal interpellée. J'aime bien les histoires de sorcières, surtout quand c'est mêlé à un contexte historique, avec les procès et persécutions.
Alors forcément, je me suis dit que ce roman pouvait être pour moi.
Et dans le concept, j'ai plutôt apprécié les choses.
Même si pour le coup, les sorcières présentées ont plus en commun avec des sirènes qu'avec des sorcières (mais bon, pas de soucis, j'ai rien contre les sirènes), l'idée des sorcières exécutées et mortes noyées qui reviennent se venger, c'était vraiment pas mal.

Mais j'ai été déçue pour plusieurs raisons :
La première, que j'ai sous-entendue un peu plus haut, j'apprécie beaucoup les histoires de sorcières avec un cadre historique. J'en attendais donc sûrement beaucoup trop, mais le contexte historique n'est vraiment pas la priorité ici. Alors oui, on a quelques chapitres du point de vue des sorcières, à l'époque, mais ça reste vraiment trop superficiel à mon goût. Quelques points de vue qui n'apportent pas grand-chose, en plus de ça. Bof bof. On apprend brièvement ce qui est arrivé. Mais c'est dommage, parce qu'à mon sens, c'est bien la partie du récit qui avait le plus d'intérêt. Et c'est également la partie qui a été la plus bâclée. Trop rapide, pas assez creusée, et c'est vraiment dommage !

Bon, on revient à la période actuelle désormais. Et je retombe dans la déception. Mais surtout de la frustration, parce que je reconnais un réel potentiel. L'ambiance globale, les légendes et mystères qui englobent la ville, tout ça, je pense vraiment que ce livre aurait pu être passionnant.
L'intrigue est d'ailleurs bien maîtrisée, avec des retournements de situation qui sont certes ultra prévisibles, mais qui fonctionnent bien, et sont amenés de manière intelligente.
Le problème... eh bien c'est que je ne suis pas le public visé. Parce que mon principal problème en fait, la chose qui m'a vraiment frustrée...c'est la romance qui s'installe et qui vient prendre toute la place.
En fait, on me vend un livre avec des sorcières mortes depuis des siècles qui reviennent se venger, et on se retrouve avec un récit qui s'enfonce dans la mièvrerie et les histoires d'amour impossibles, et [spoiler]une fin qui ressemble à un mauvais remake de La Petite sirène[/spoiler]. Et franchement, c'est absolument pas ce que je recherchais dans ce bouquin.
Sans compter que les personnages ne sont pas dotés d'une personnalité incroyable, et sont même un peu fades... eh bien, je me retrouve avec cette impression que l'auteur n'est pas allé jusqu'au bout des choses.

par Jenna95
My dear f***ing prince My dear f***ing prince
Casey McQuiston   
Ce livre est magnifique, l’auteure nous offre une romance touchante et mignonne à souhait. L’univers de la politique est original et très bien exploité, même si un peu lourd pour moi puisque je ne suis pas fan de ce milieu. L’auteure s’est servie de la politique pour évoquer l’enfer que peut devenir la presse dans cet univers et la vision des LGBT en politique, un aspect très intéressant.
L’intrigue est géniale, très drôle et elle sort des sentiers battus, l’humour est présent tout au long du roman et rend notre lecture plus légère.
Ce roman est aussi totalement addictif, je n’ai pas pu décrocher jusqu’à la dernière page.
Quant aux personnages, ils sont adorables, l’utilisation de la troisième personne du singulier m’a au départ un peu déstabilisée, mais finalement on se plonge très vite dans les péripéties d’Alex, il est rare de ressentir autant les états d’âme d’un personnage.
Et Henry...je l'adore! Sa personnalité typiquement anglaise nous conquis immédiatement, comme la manière dont il se révèle au fur et à mesure.
La romance entre les deux protagonistes est aussi mignonne que ce à quoi je m’attendais, sans être à l’eau de rose vu les épreuves qu’ils traversent, tout se fait naturellement, sans être tiré par les cheveux, tout est parfait.
Bref, Red, White And Royal Blue est une superbe lecture qui m’a séduite en tous points, elle ravira les adeptes de romance avec son humour omniprésent, ses adorables personnages et son intrigue pour le moins originale, je suis fan!


par Penny5
Puzzle Puzzle
Franck Thilliez   
Une plongée dans les méandres du cerveau humain, au coeur de nos peurs les plus profondes.
On suit Illan, Chloe et d autres personnages, oscillant entre jeu ou réalité. Ouvrant la réflexion sur les maladies mentales et les drames qui y sont liés.
Le décor, angoissant à l extrême, contribue à vous glacer le sang, page après page.
Puzzle saura vous immerger dans son intrigue des les premiers chapitres.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode