Livres
565 339
Membres
618 498

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Klin : Mes envies

Half Sick of Shadows Half Sick of Shadows
Laura Sebastian   
Everyone knows the legend. Of Arthur, destined to be a king. Of the beautiful Guinevere, who will betray him with his most loyal knight, Lancelot. Of the bitter sorceress, Morgana, who will turn against them all. But Elaine alone carries the burden of knowing what is to come--for Elaine of Shalott is cursed to see the future.

On the mystical isle of Avalon, Elaine runs free and learns of the ancient prophecies surrounding her and her friends--countless possibilities, almost all of them tragic.

When their future comes to claim them, Elaine, Guinevere, Lancelot, and Morgana accompany Arthur to take his throne in stifling Camelot, where magic is outlawed, the rules of society chain them, and enemies are everywhere. Yet the most dangerous threats may come from within their own circle.

As visions are fulfilled and an inevitable fate closes in, Elaine must decide how far she will go to change fate--and what she is willing to sacrifice along the way.
La nuit où les étoiles se sont éteintes La nuit où les étoiles se sont éteintes
Nine Gorman    Marie Alhinho   
Je me suis presque précipitée sur ce livre avec énormément d’attentes. Au final, j’ai mis presque deux mois pour le terminer, avec un arrière-goût en bouche. Je précise, comme toujours, que mon avis est purement subjectif et ne regarde que moi. Je reconnais qu’en voyant l’unanimité que faisait ce roman, je ne m’attendais pas à être aussi déçue. Attention : les gros spoils seront mis entre crochets, mais quelques petits risquent d’être glissés çà et là.

L’histoire conte la vie de Finn, adolescent détruit qui noie sa peine dans les combats clandestins, la drogue et l’alcool, et s’enferme pour ne pas subir les violences du monde. Tout était là pour me plaire : un personnage torturé avec un passé travaillé, une idée d’intrigue, une romance en second plan, bref, la base était là.

Puis, dès les premières pages, tout est parti en vrilles, dans le too much, le trop, le pathos pour le plaisir d’en mettre, jusqu’à rendre les personnages incohérents. À commencer par Finn, qui est le cliché type du bad boy tiré sans vrai retravaille d’après moi : brun, accro à la drogue, tatoué, impulsif, mystérieux, et bagarreur. À tel point que faire une chute de 5 mètres après s’être fait passer à tabac ne l’empêche pas de se relever pour fracasser son adversaire. Il est dépendant de la drogue au point d’en prendre tous les jours, mais son addiction varie selon les chapitres, la façon dont les auteures veulent en parler, comme si ce n’était rien. Sur les 350 premières pages, c’est pour tout dire un sale type qui n’a aucun principe, avant de se comporter comme un collégien amoureux les 100 dernières pages. La transition psychologique est bâclée, il vit des choses terribles et parfois, elles sont mentionnées toutes les cent pages, comme si les auteures elles-mêmes oubliaient que c’était là.

[spoiler] Exemple : La mère de Finn décède, au début c’est très tragique, puis on l’oublie presque, avant que ça revienne sans trop savoir pourquoi, alors que sa mère était sa raison de vivre et d’exister, mais le deuil se fait souvent dans le silence, puisqu’il se passe des chapitres entiers sans qu’on la mentionne. J’ai trouvé ça décousu et mal amené, à titre personnel. [/spoiler]

Pour les autres personnages, j’avoue avoir été un peu freinée par la façon dont la seule vraie représentation féminine est mise en avant, comme une quasi-obsédée sexuelle à la limite de l’harceleuse, qui pense que suivre et s’acharner sur les gens « qu’elle aime », c’est normal. Je ne m’y suis pas attachée, voire j’ai grimacé de gêne à chacune de ses allusions sexuelles, parce qu’elles étaient redondantes et systématiques. Nate, lui, se veut plus travaillé, mais reste un petit condensé de clichés (qui ne sont pas mauvais bien sûr, à partir du moment où ils sont bien exploités, selon moi), qui réussit à « sautiller de manière complètement déjantée, sans la moindre gêne. », mais qui ne supporte pas dans de voir une photo de lui. Je n’ai pas compris quels messages voulaient faire passer les auteures à travers ce personnage, à parler de manque de confiance en soi à travers un adolescent que j’ai trouvé trop… plat, peut-être. Mais je n’ai juste pas réussi à le comprendre. Jaeger et Kurt sont plus attachants, même si Finn adore rabaisser la religion catholique sous prétexte que Jaeger est croyant. Seul Cliff m’a sincèrement plu, parce qu’il est profondément gentil, cohérent ; il est « simple », mais tellement plus attachant !

Passons à l’intrigue, qui pour moi n’a pas fonctionné du tout. 70% du roman ne sont que des flash-backs qui sont là pour nous mettre au point sur le passé de Finn, mais j’ai trouvé ces changements temporels pas toujours pertinents, et qu’au final, le fil de l’intrigue (un road trip entre amis) s’est complètement enchevêtré avec des montagnes d’introspection et de psychologie redondante. Après, c’était mon ressenti, mais je n’ai pas compris l’intérêt du procédé ; faire dans l’ordre chronologique avec quelques ellipses aurait pour moi été plus cohérent et le fil rouge aurait été plus clair : la reconstruction d’un personnage brisé à travers des sous-intrigues et péripéties. C’est plus ou moins le cas, sauf qu’avec les changements chronologiques tous les 3 pages, j’ai décroché de l’intrigue même.

Je n’ai pas compris les triggers, qui étaient mis pour une baston de lycée, mais retirées pour des attouchements (« coups de reins, le contact de son sexe à travers nos vêtements ») une masturbation, etc. Lors d’un début de rapport, une fille demande d’arrêter, ce à quoi Finn répond, après avoir insisté : « Sale petite garce. ». Même si c’est dans son personnage, j’ai trouvé ça de trop.

Concernant la forme, je n’ai pas adhéré à la plume des auteures, qui narrait le personnage de Finn tantôt méga grossier, voire injurieux, alors que juste après, il sort une phrase très bien construite avec un vocabulaire très riche, qui dénaturalise l’impact de la phrase précédente. Les mots ne sont pas hiérarchisés, mal dosés, alors que certaines phrases ont une belle poésie, et ce qui en découlent est bien fait, mais parfois, les auteures en rajoutent, et font d’une phrase percutante un paragraphe parfois lourd. Les chapitres sont découpés aléatoirement, au point que des fois je ne comprenais pas pourquoi il y avait une coupure pour rejoindre la même scène au chapitre d’après.

Enfin, la fin, que je mets entre crochets parce qu’il s’agit d’un énorme spoil :
[spoiler] Nate fait une tentative de suicide, sauf que ça n’a fait que desservir l’histoire. Il n’y aucune morale à en tirer, aucune utilité à l’intrigue, puisque le chapitre d’après c’est l’épilogue et que, 4 ans plus tard, évidemment tout va mieux. Je n’ai pas compris l’intérêt, et ça n’a fait que renforcer l’idée que les auteures cherchaient, à travers les scènes dures de ce livre, à écrire des scènes dramatiques pour faire passer de l’émotion, sans morale ou réflexion derrière celles-ci. [/spoiler]

En bref, une lecture trop agrémentée de dramas pour moi, de sauts temporels, de personnages incohérents ou excessifs, parfois limite immoraux. Je n’ai pas su adhérer à l’intrigue, ni à la plume et encore moins aux idées, que j’ai trouvées noyées et sans qu’elles n’apportent de vraies réflexions, alors qu’elles étaient très bonnes à la base. Après c’est bien évidemment mon ressenti, et il est purement personnel.

par Garance-8
Grimoire noir Grimoire noir
Yana Bogatch    Vera Greentea   
Je lis extrêmement peu de roman graphique/bd mais quelle claque.
Le graphisme est époustouflant et ce travail des couleurs ! Une ambiance froide et gothique. Une ville peuplée de sorcières bad ass, de fantômes effrayants, de mystères... J'étais plongée dedans et je ne voulais plus en revenir.
Le seul bémol serait que l'on reste un peu sur notre fin. Alors oui le mystère de de l'intrigue principale est résolu certe, mais il ya tellement plus a découvrir. Le monde qu'on nous présente, les personnages très complexes méritent tellement d'être creusés plus en profondeurs et dévoilés.
Ce que j'aimerais le plus à cet instant ce serait que la créatrice de cet univers nous partage d'autre intrigues lié à lui.
À la croisée des rêves À la croisée des rêves
Elie Soheen   
Ce roman m'a agréablement surprise !
J'avoue avoir eu un coup de foudre pour la couverture et avoir lu un peu en diagonale le résumé afin de laisser toutes ses chances à ce livre et Je n'ai absolument pas été déçue !
Le début était un peu déroutant : nous sommes plongés dans plusieurs points de vue différents et nous ne parvenons pas tout de suite à très bien saisir quel lien peut bien unir les protagonistes. Puis l'aventure démarre et nous découvrons une Isobel à l'histoire familial difficile, introvertie et peu sociale. Mais très vite ce petit bout de femme s'affirme lorsque la mystérieuse [spoiler]Lily[/spoiler] fait son apparition.
Loin de se surestimer, l'héroïne sera vite partagée entre son devoir et ses capacités. Les quelques rencontres qu'elle fera lui seront bien précieuses même si la jeune femme semble à tout prix vouloir faire cavalier seul.
La fin est dans un sens bien surprenante, mélange de "happy end" et de sacrifices : tout n'est pas rose mais tout n'est pas noir non plus.
Outre le fil conducteur de l'histoire qui rend ce roman très attractif, la plume de l'auteur est un vrai régal ! Légère, tout en harmonie, on ne cesse d'être surpris par les descriptions à la fois voluptueuses et criantes de réalisme tandis que l'agilité avec laquelle Elie Soheen mène son récit nous plonge dans une bulle où seuls ses protagonistes existent.
C'est une superbe découverte que je recommande vivement !

par Clclicity
Rule, Tome 1 Rule, Tome 1
Ellen Goodlett   
Le livre m'a attiré directement avec sa superbe couverture. J'ai énormément aimé, pour beaucoup de raisons, ce livre vaut le détour. Malheureusement, j'ai l'impression qu'il m'a manqué une toute petite étincelle pour que je l'adore.

C'est inexplicable, mais je n'ai pas eu cet investissement maximal dans ma lecture, le suspense incroyable qui m'obligerait attacher mes mains et mes yeux sur le volume. Pourtant, le suspense est présent dans le roman. Peut-être pas là où on l'attendait à la base (c'est peut être ça, le problème), mais là quand même.

Pas de petite étincelle, mais un excellent roman, la conclusion est sans appel. L'invention du cadre-spatiotemporel est parfaite, maitrisée, tout coïncide et, même avec des termes techniques propres au livre, tout est compréhensible sans trop de prise de tête. L'intrigue politique, je l'ai adorée. On n'en voit pas souvent, et encore moins des divertissantes !

Les personnages sont biens eux aussi. L'alternance des points de vue est superbement gérée : dès le début, on sent laquelle des trois narratrices est aux commandes. Pourtant, le narrateur est externe, mais la focalisation est exécutée subtilement. Zofi, Akeylah et Ren sont on-ne-peut-plus différentes, ça se sent, leurs caractères sont tous affirmés à leur manière.

La romance, je pense sincèrement que ce n'était pas nécessaire d'en faire avec tous les personnages. Néanmoins (truc que je ne dis pas souvent), je les ai trouvées passables, voire même assez mignonnes parfois. Ça m'étonne de moi-même, mais ça ne m'a donc pas dérangée le moins du monde dans ma lecture.

Pour clôturer, la fin est tout en beauté ! Étonnante, elle a ses qualités.

En bref, très bon roman, que de positif, il m'a juste manqué l'accroche totale

par Chloe7
Crescent City, Tome 1 : Maison de la terre et du sang Crescent City, Tome 1 : Maison de la terre et du sang
Sarah J. Maas   
Si c’est écrit par Sarah J Maas, ça ne peut que être bien ! :D
Daevabad, Tome 1 : La Cité de laiton Daevabad, Tome 1 : La Cité de laiton
S. A. Chakraborty   
“Greatness takes time, Banu Nahida. Often the mightiest things have the humblest beginnings.”
_________________________________

J'ai adoré ce premier tome, autant l'univers inspiré des pays orientaux que la complexité des personnages.
La romance est agréable mais c'est le personnage d'Ali qu'y m'a le plus plu. Ce que je trouve intéressant c'est que chaque personnage est gris dans la mesure où aucun d'entre eux ne correspond à un personnage dit "gentil".
________________________________
“In what world do men and women pay the same price for passion?”
____________________________

J'aime cette façon que l'auteur a de représenter les différentes races de Djinns, les différentes créatures et de nous faire visiter son univers. Elle met en avant les effets que peuvent avoir les différentes croyances lorsqu'elles se clashent et même les préjugés des personnages à ce sujet et c'est rafraîchissant.

par Pixma33
Mon automne cosy Mon automne cosy
Caroline Millet   
Un magnifique bouquin qui nous met dans l'ambiance cocooning et qui amplifie notre amour pour l'automne ! Les dessins sont vraiment sublimes, les recettes de cuisine sont à tomber et les couleurs flamboyantes nous rappellent la douce lumière d'un feu de cheminée ;)

par Liesel19
Leave the world behind Leave the world behind
Rumaan Alam   
A magnetic novel about two families, strangers to each other, who are forced together on a long weekend gone terribly wrong

Amanda and Clay head out to a remote corner of Long Island expecting a vacation: a quiet reprieve from life in New York City, quality time with their teenage son and daughter, and a taste of the good life in the luxurious home they’ve rented for the week. But a late-night knock on the door breaks the spell. Ruth and G. H. are an older black couple—it’s their house, and they’ve arrived in a panic. They bring the news that a sudden blackout has swept the city. But in this rural area—with the TV and internet now down, and no cell phone service—it’s hard to know what to believe.

Should Amanda and Clay trust this couple—and vice versa? What happened back in New York? Is the vacation home, isolated from civilization, a truly safe place for their families? And are they safe from one another?

Suspenseful and provocative, Rumaan Alam’s third novel is keenly attuned to the complexities of parenthood, race, and class. Leave the World Behind explores how our closest bonds are reshaped—and unexpected new ones are forged—in moments of crisis.

par poulpee
Le monde de Miyazaki Le monde de Miyazaki
Susan Napier   
J’ai bien aimé redécouvrir l’œuvre de Miyazaki au travers d’un nouveau regard « universitaire » ; cependant, l’écriture un peu lourde et répétitive m’a parfois pesée.

par EMIlou

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode