Livres
547 466
Membres
584 597

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Lauren59 : Ma PAL(pile à lire)

Meurtres au scalpel Meurtres au scalpel
Kathy Reichs   
Ames sensibles s'abstenir mais j'ai beaucoup aimé "Meurtres au scalpel". Comme à chaque fois l'auteur fait mouche et nous entraîne dans son univers si particulier. Elle nous initie à ce travail si rigoureux et ingrat qu'est celui du médecin légiste. Sur fond de trafique odieux, à un rythme soutenu, avec à la carte une histoire d'amour, tous les ingrédients sont réunis pour faire là encore un bon livre que l'on ne lâche pas jusqu'au mot FIN.
Sans elle Sans elle
Amélie Antoine   
Mauvais thriller
Une histoire sans queue ni tête qui ne tiens pas la route, une enquéte qui n’en est pas une car on apprend rien sur celle-ci. Une histoire qui traine en longueur. Je n’ai pas du tous accroché
Famous in Love, Tome 1 : Famous in Love Famous in Love, Tome 1 : Famous in Love
Rebecca Serle   
https://aliceneverland.com/2017/07/20/famous-in-love-rebecca-serle/

J’étais curieuse de découvrir ce livre étant donné que ce dernier a été adapté en série télé cette année. N’en ayant pas du tout entendu parler, j’avais envie de découvrir en quoi cette histoire avait pu séduire le petit écran américain.

Paige a obtenu le rôle de sa vie : celui de l’héroïne de la série à succès Locked qui est en cours d’adaptation pour le cinéma. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est de tomber sous le charme de son partenaire à l’écran. Jusqu’au jour où Jordan Wilder débarque. L’enfant terrible d’Hollywood a été choisi pour jouer le rôle de son petit ami dans la série. A son contact, Paige se sent perdue, tiraillée entre ses deux partenaires. Va-t-elle suivre son cœur ou sa raison ?

Le cadre du roman est ce qui m’a le plus passionnée dans cette histoire. J’ai adoré la façon dont l’auteur nous plonge dans l’univers de la réalisation des films. Les décors, les prises, les interviews. Même si tout s’enchaine relativement assez vite, cela nous montre plus encore la frénésie, la course contre le temps qu’il y a dans ce milieu. Et c’était vraiment passionnant de découvrir tout ces aspects, même de façon romancée.

L’histoire en elle-même reste assez prévisible, mais c’est typiquement le genre de romance légère et estivale que l’on savoure durant les vacances. Paige est pleine d’incertitudes, tant dans son « travail » que dans ses relations. Après tout, elle reste une jeune fille de dix-sept ans qui ne s’attendait pas du tout à être propulsée sur le devant de la scène. Tout sa vie en est chamboulée : elle n’a pas forcément le soutient de sa famille, et ses amis continuent leur vie sans elle. Elle va compenser ce manque d’attention via Rainer, son partenaire qui est très à l’écoute et qui n’hésite pas à la conseiller et à la protéger de ce milieu.

J’ai eu un peu de mal avec le personnage de Rainer d’ailleurs. J’ai trouvé que l’enfant chéri d’Hollywood était assez faux, comme si tout était calculé de sa part. C’est l’impression qu’il m’a laissée et je n’ai vraiment pas réussi à l’apprécier. Contrairement à Jordan, qui cache plus de mystère et qui est franc, tant dans son jeu que dans son attitude. Pour autant, j’aurais aimé que l’auteur prenne le temps de développer les relations de notre trio. Tout va très vite, et c’est peut être à cause de cela que j’ai trouvé que les attitudes entre les trois personnages principaux du livre/film – Paige, Rainer et Jordan – manquaient vraiment de naturel.

La fin reste assez ouverte, surtout si on fait le parallèle avec le prologue, même si elle nous dévoile la face cachée d’Hollywood et de ses mensonges préfabriqués. Je reste curieuse de découvrir la suite, je ne sais pas si l’auteur a prévu un autre tome, mais j’aimerais vraiment que la partie post-tournage du film nous soit dévoilée.

Dans tous les cas, Famous in love m’aura fait passer un bon moment. Cette romance possède tous les ingrédients pour captiver le lecteur ; ce fut une lecture fluide, rapide et pleine de surprises. Voir le personnage hollywoodien de Paige se construire et trouver sa place fut très intéressant. J’espère vraiment qu’une suite est prévue, sinon il ne me restera plus qu’à en découvrir la série télé !

par Kesciana
Tante Mame Tante Mame
Patrick Dennis   
Des personnages débridés dans une époque où l'on pouvait se permettre beaucoup....Un style d'antan , des descriptions cocasses, et une certaine nostalgie. Sourires assurés.

par lautrec
Mon neveu du canada Mon neveu du canada
Magali   
Mon diable de neveu, aussi calme que s’il ne venait pas, en cinq minutes, d’accomplir à Roc-Cabrier une révolution, attend, pareil à un Jupiter olympien, que je le présente.
Je prononce faiblement :
—Ma sœur... c’est... c’est notre neveu Robert.
A l’annonce de cette fantastique nouvelle, le mouvement de surprise qui a échappé à Emerance démasque ma sœur Mathilde qui se tenait derrière, le cou tendu, les traits figés de stupeur.
J’avoue que le spectacle de Micheline de Roc-Cabrier, gambadant au rythme de Donkey doooodle doo dans les bras du plus inconnu des G.I., avait de quoi stupéfier n’importe qui.
Ma sœur Emerance tourne vers Robert son profil sévère.
—Qu’est-ce que tout cela signifie, monsieur ?
Il sourit gentiment :
—Cela signifie, ma chère tante... tante... ?
Son regard tourné vers moi interroge. Je souffle :
—Emerance...
—Ah ! bon... Emerance... Eh bien ! tante Emerance, sachez que j’ai pu avancer mon arrivée de quelques heures, ayant échappé par miracle aux entreprises d’un bonhomme barbu — un survivant de l’arche de Noé, je présume — qui voulait à
toute force m’introduire dans sa pittoresque patache...
—Cette patache est la calèche de Roc-Cabrier, déclare sèchement Emerance, et l’homme est Joachim, notre cocher.
Avec terreur, je vois les ailes de son long nez majestueux frémir de colère. Je sais par expérience ce que présagent de tels signes et je tremble pour l’imprudent.
Point troublé, Robert lève les sourcils.
—Je me disais bien qu’il devait porter un nom de ce genre... Mathusalem, donc...
—Joachim, rectifie Emerance, d’un ton furieux.
—Joachim, si vous voulez... approuve-t-il, plein de mansuétude. Donc... Joachim n’a pas su me convaincre. Je suis plein d’admiration pour votre respectable attelage, ma tante, c’est une très curieuse pièce de musée. Mais comme je tenais essentiellement à faire votre connaissance, j’ai préféré lui
confier ma valise... et je suis venu à pied par les raccourcis.

par Lauren59
Les Enquêtes de Laurie Moran, Tome 5 : La Reine du bal Les Enquêtes de Laurie Moran, Tome 5 : La Reine du bal
Mary Higgins Clark    Alafair Burke   
Je vous retrouve aujourd’hui avec une lecture détente (oui, mis à part Harry Potter, j’en ai très peu mais je suis contente de pouvoir palier à ce soucis). Après l’annonce du décès de Mary Higgins Clark, j’ai eu un léger pincement au cœur. Combien de fois ai-je dit qu’il fallait que je me lance dans des lectures de cette auteure sans jamais pouvoir le faire. Ainsi, ce mois-ci, j’ai sélectionné deux romans (un audio et un en papier) pour rendre « hommage » à cette auteure formidable et très célèbre. Pour le format papier, j’espère avoir le temps de me lancer. ?

Voici donc une écoute assez satisfaisante. Je suis contente de lire, de temps en temps, ce genre de romans. En effet, malgré l’intrigue bien ficelée, il est rare que je sois à 100% convaincue et surprise par mes lectures. Mary Higgins Clark et Alafair Burke nous propose une intrigue familiale avec des personnages colorés et très complets cependant, dans la construction de l’intrigue, je n’ai eu aucune surprise, malheureusement. C’est donc une lecture sympathique mais qui n’a pas su me satisfaire pleinement que je vous propose de découvrir.

Ce que j’ai beaucoup apprécié, c’est la manière dont les personnages entrent en interaction. On prend ici pour cadre une émission télévisée qui ressort les « cold case » pour essayer de débusquer les méchants coupables qui ont évités la justice la première fois. J’ai toujours adoré ce principe (j’aimais beaucoup la série Cold case d’ailleurs). Je trouve que c’est une manière assez sympathique de faire la connaissance de Laurie Moran, l’enquêtrice qui est la personne en tête de l’émission Suspicion.

D’un côté, on fait la rencontre de la sphère personnelle et professionnelle qui touche Laurie Moran mais d’un autre, on fait la rencontre de la famille de la victime : Virginia Wakeling. Femme richissime, on en apprend beaucoup sur sa famille et les secrets qui se tissent autour d’elle et de sa famille. On fait une entrée fracassante dans son monde et cela nous réserve des surprises explosives.

Ce que je reproche toujours à ce genre d’intrigue, c’est le fait de ne pas être surprise. En effet, on se retrouve avec le schéma narratif ordinaire. On s’intéresse à plusieurs personnes, on en dégage certaines de la liste des suspects puis on s’acharne sur deux trois. Mais c’est tellement évident que ce ne sont pas les coupables que l’enquête prend un virage à 180° pour nous sortir un secret qui sort du plus profond des abysses. Je trouve ça dommage, parce que finalement, tout cela ne nous surprend plus. C’est dans ce sens que je trouve les intrigues narratives des romans policiers un peu poussiéreuses. En effet, l’emballage et tout ce qui va avec est très bien : les personnages, leurs caractères et psychologies, tout ça, c’est top. Mais ici, ce n’est pas le fond qui me dérange mais la forme. Quel dommage, finalement, de ne pas avoir su me surprendre plus que cela.

La plume de Mary Higgins Clark reste toujours sympathique et agréable. Elle est à la portée de tous les types de lecteurs et ses romans ne prennent pas une ride. En effet, plus jeunes et plus vieux peuvent apprécier un roman de cette grande dame. J’ai, par la même occasion découvert Alafair Burke dont le nom ne me disait rien. En tout cas, les deux auteurs nous offrent un moment de lecture agréable qui nous permet de faire une pause détente pleine de suspens.
Attractive Target Attractive Target
Sarina Cassint   
Plusieurs sentiments avec ce livre. J'ai tout d'abord trouvé le début très long, j'ai pas réellement adhérer à Vince et à ses raisons un peu rapides de se méfier de Caro. Et puis dans la 2ème partie, ça devient addictif, les sentiments s'installent, les personnages s'étoffent et Vince devient plus intéressant à mon goût. Et puis bam, cette fin !!!
[spoiler]le coup du "je suis ton père, j'ai trouvé ça un peu (trop) gros et trop rapide, trop invraisemblable[/spoiler], ça me gène.
Donc en résumé, je ne sais pas trop quoi en penser: ce n'est pas du tout une lecture désagréable, un peu longue au départ mais rien d'insurmontable. Mais la fin me laisse un goût un peu de gâchis dans la bouche. A vous de vous faire votre idée...

par cicrane
Renaissance, Tome 1 : Soupçon Renaissance, Tome 1 : Soupçon
Denis Lereffait   
En un mot comme en cent, ce livre est un coup de coeur que je veux vous faire partager. L'action débute dans un village plein d'enfants et d'adolescents situé au milieu de nulle part, lesquels passent leur temps à jouer, en toute insouciance, à proximité d'une forêt pleine de charme. L'héroïne se prénomme Pénélope, elle a dix sept ans, ses trois meilleurs amis Peter, Emilie et Jordan en ont seize. A ce trio s'ajoute Victor qui aura bientôt dix-huit ans, un passionné de la nature qui lui fait découvrir la forêt. Peu à peu il va l'amener à douter de tout, jusqu'au rôle que joue la rectrice en charge du village et que personne n'a jamais vu. Comme lui, on s'interroge sur l'après-renaissance qu'ils connaîtront à leurs dix-huit ans. Alors quand un des jeunes parvient à en revenir pour annoncer que certains vont mourir, son monde s'écroule. Pénélope va devoir s'enfuir, quitter son village pour affronter un monde inconnu où la mort peut prendre mille visages.
Le récit est émaillé de plusieurs pistes pour nous embrouiller (volonté manifeste de l'auteur), quant au dernier mot de ce premier tome, il laisse pantois et promet de multiples rebondissements dans les suivants. Mais Chut, laissons l'effet de surprise.
Ce livre qui peut être lu par les plus jeunes au premier degré (une très belle aventure), vous fera vous interroger sur le monde que nous pourrions laisser à nos descendants si nous ne faisons pas attention. Un roman d'anticipation qui cultive un côté écologique, un mélange qui moi me parle.
Il mérite une bonne dans votre bibliothèque et il conviendra de prévoir quelques espaces pour y ranger la suite, que sans doute, vous ne manquerez pas de vouloir lire.

par Eurekanne
Femme fatale Femme fatale
Sylvie G.   
C'est une découverte par hasard qui s'est transformée en coup de coeur. Dès les premières pages, on est happés dans l'histoire. Elisabeth ne se dévoile pas, mais on sait qu'elle cache un lourd secret qu'on veut découvrir. Jonathan, lui, c'est l'homme que toute femme souhaiterait rencontrer : bon, attentif, d'une grande sensibilité. Tout d'abord déçu d'avoir à travailler avec une nouvelle partenaire suite à la mutation de son meilleur ami, son coeur s'éveille à de nouveaux sentiments. Lui, le playboy sans attache,est en train de tomber amoureux de sa collègue. Mais ce ne sera pas simple. Elisabeth ne se laisse pas approcher facilement. On vogue entre les enquêtes policières et l'évolution de la relation entre les partenaires de travail. Je crois qu'on peut facilement deviner une partie de l'intrigue, mais la toute fin nous réserve une surprise. Je recommande vivement.

par Diane25
Il faut beaucoup aimer les hommes Il faut beaucoup aimer les hommes
Marie Darrieussecq   
J'ai été très tentée par ce livre à sa sortie. Beaucoup en disaient du bien, alors je me suis dit pourquoi pas?
Je l'ai trouvé affreux. Ce que j'aime dans les personnages de roman, c'est suivre leur évolution, m'y attacher, et avoir cette espèce de déchirement quand je les quitte.
Ce que j'aime dans les histoires d'amour, c'est ce qui peut correspondre au réel tout en étant surprenant, ce qui me fait voyager et me donne envie d'être l’héroïne.
Ce livre ne remplit aucune des deux conditions à mes yeux.
Solange n'est pas attachante: juste une starlette américaine avec une cervelle de taille comparable à celle d'un électron. Elle abandonne son fils et le trouve laid,ce que je trouve cruel étant sa mère, elle dépense de l'argent de façon outrancière, elle joue les amoureuses transies dignes de Cendrillon, la jeunesse et la spontanéité en moins.
K (je ne me résoudrais pas à écrire son nom) est froid, limite polaire, imbécile et assoiffé de pouvoir et d'argent.
Je n'ai pas cru une seule seconde à leur histoire: Elle, est "too much". Son "love at the first sight" est disproportionné, ses réactions, ses attitudes incompréhensibles, étant donné que c'est visible comme un nez au milieu d'une figure que K la jette et la reprend comme il l'entend.
Si j'ai lu ce livre, au départ, c'est par rapport au résumé: je m'attendais à trouver cette histoire dans un pays profondément raciste, ou dis "impossible" vu le contexte. Réveillons nous, nous sommes au XXI siècle: les blancs sont blancs, les bruns sont bruns, les blondes sont blondes, les noirs sont noirs: on ne reçoit pas de prix, ou l'on est pas courageux "face à l'adversité" quand nous sommes en couple avec une personne au physique différent: les couples mixtes sont nombreux. Alors cette espèce d'amourette à sens unique entre une Blanche et une Noire dans un LA aseptisé et une Amérique multiculturelle où l'esclavage est aboli depuis deux siècles m'a laissé de marbre.

par Amelie116

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode