Livres
565 520
Membres
618 806

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de LaurenC : Mes envies

King of Scars, Tome 1 King of Scars, Tome 1
Leigh Bardugo   
Lecture magnifique ! Leigh Bardugo ne m'a encore une fois pas déçue au contraire ! Elle a le don de créer des personnages géniaux et des dialogues piquants. Kaz Brekker était l'amour de ma vie et je viens d'en trouver un deuxième : Nikolai Lantsov.
Les ''romances'' dans Six of Crows (Inej et Kaz) et dans King of Scars (Nikolai et Zoya (si si s'en est une, j'y crois !), sont tout simplement les romances les plus parfaites de tous l'univers : lentes, distantes, piquantes, et saines !
La seule petite chose qui ne m'a pas trop trop plus ce sont les passages du point de vue de Nina qui ne m'ont pas beaucoup intéressé et qui, du coup, ont cassé un peu mon rythme de lecture (même si j'aime beaucoup Nina).

par JuSE
King of Scars, Tome 2 : Le Règne des loups King of Scars, Tome 2 : Le Règne des loups
Leigh Bardugo   
Avant toute chose, j'aimerais remercier les éditions Milan et Booknode pour l'envoi de ce tome dans le cadre de l'opération Lire avant tout le monde.
Après la fin parfaite du premier tome, je n'ai pas pu m'empêcher d'enchaîner directement avec celui-ci.
Le règne des loups est encore meilleur que KOS ! Encore une fois, je n'ai pu m'arrêter de lire, j'ai enchaîné les chapitres avec additivité !
On retrouve nos personnages là où on les avait laissé à la fin du premier tome. Ils se posent beaucoup de questions, ils cherchent à savoir comment s'en sortir tout en restant humains. J'ai beaucoup aimé les thématiques abordées : à quel moment devient-on un monstre ? Ce tome, comme le premier, reste sombre. Tout s'enchaîne, il n'y a pas de temps mort ! On a des scènes dures et émouvantes. C'est la guerre et l'auteur le montre bien.
On continue de suivre le point de vue de Nikolai, Nina et Zoya, mais deux nouveaux points de vue apparaissent également. Ces différents points de vue ne m'ont encore une fois pas dérangée. Au contraire, cela donne un rythme à l'histoire, cela donne envie de continuer les chapitres pour savoir ce qui arrive aux différents protagonistes. J'ai adoré suivre l'évolution de tous ces personnages, et en particulier leurs relations.
À mon grand plaisir, dans ce tome on retrouve certains personnages des séries Grisha et Six of Crows.
La fin du roman est époustouflante, je ne l'avais pas du tout vu venir ! Mais j'adore comment elle se termine et surtout, ce qu'elle laisse présager pour la suite ...

par Melou78
Phobos, Tome 4 : Horizons Phobos, Tome 4 : Horizons
Victor Dixen   
Un dernier tome réussi.

Le précédent volume m'avait un peu déçue en empruntant une voie plus classique, plus proche de ce qu'on voit dans beaucoup de YA. Du coup, plusieurs questions avaient été laissées sans réponse, et comme par hasard celles qui m'intéressaient le plus xD (pour ne citer qu'elles : la maladie de Kelly et la mystérieuse créature de Mars, si du moins elle existe...)

Par chance, cette suite offre des explications amplement satisfaisantes aux mystères jusque là non élucidés -certes, certains révélations m'ont d'abord laissée très perplexe comme le [spoiler]retour de Kenji[/spoiler], mais ça, c'était avant que Victor Dixen ne développe sa pensée, toujours de manière logique et cohérente.
Mieux encore, on en apprend plus sur le passé de quelques ex-pionnières de Mars et surtout sur Léonor. [spoiler]J'ai juste trouvé un peu dommage que ce qu'on apprend sur elle soit un peu atténué par la suite, mais bon, c'était nécessaire pour la fin...[/spoiler]
D'ailleurs, à son propos, j'ai encore moins réussi à m'attacher à elle que dans les tomes précédents. Même si les autres pionniers apparaissent de manière amplement satisfaisante (même ceux de la 2e saison de Genesis, ce que j'ai beaucoup apprécié), j'ai trouvé qu'elle était trop souvent mise en avant, que Victor Dixen appuyait trop sur son rôle d'héroïne vers laquelle tout le monde ne cesse pas de se tourner ; et ça, ça a fini par me taper sur le système. Mais ce n'est que mon avis personnel...

Pour autant, il ne faut pas croire que tout est rose dans ce tome. Certes, Léonor a des alliés indéfectibles, mais on voit aussi dans cette suite que rien n'est acquis et qu'au contraire, l'opinion de tous ces Terriens ex-télespectateurs de Genesis peut être très versatile. On l'observe grâce à une innovation de Victor Dixen, à savoir les chaînes de quelques ex-pionniers de Mars de la 1ère saison et que je nommerai pas pour garder la surprise. À la fin de chacun de ces chapitres-vidéos, on a généralement droit aux commentaires des internautes. J'ai trouvé que c'était une idée excellente et très bien trouvée, non seulement pour le rendu visuel, mais aussi parce qu'ils jouent un certain rôle dans l'histoire et donnent l'impression au lecteur de vivre en temps réel ce qui se passe.

J'en arrive maintenant à la fin (du livre mais aussi de mon commentaire). Je pense que je continuerai encore longtemps à y réfléchir et à espérer une suite qui ne viendra certainement pas, même sous la forme d'une misérable nouvelle -je pense que Victor Dixen a été assez clair là-dessus dans ses remerciements, malheureusement, mais on peut rêver. Elle est logique en un sens, bien trouvée. Elle arrive brusquement mais sans vraiment paraître précipitée -vu qu'on ne coupe en plein dans l'action, ça doit jouer. En fait, à mes yeux, je pense qu'on n'aurait pas pu faire mieux -je pense que n'importe quelle autre fin m'aurait inévitablement déçue si elle avait été plus définitive.

En bref, une bonne conclusion. Des retournements de situation qui ne cessent pas de se succéder, tout comme des explications/révélations dont aucune (miraculeusement) ne m'a déçue sauf une, peu de temps morts ; bref, pas un coup de coeur (à cause de Léonor, sans doute, et des dialogues qui m'ont paru irréels pour certains...), mais certainement un coup de maître de la part de l'auteur : rarement un dernier tome ne m'a laissée aussi satisfaite. Enfin, dernier... j'espère que non.

par Isallya
Merciful Crows, Tome 2 : L'Aigle impitoyable Merciful Crows, Tome 2 : L'Aigle impitoyable
Margaret Owen   
https://www.my-bo0ks.com/2021/05/merciful-crows-tome-2-l-aigle-impitoyable-margaret-owen.html

L'an dernier, au mois de mai, je découvrais le premier tome de Merciful Crows de Margaret Owen. Une immersion dans un univers sombre et passionnant qui m'avait vraiment captivé. Alors quand le second tome est arrivé, je n'avais qu'une envie, me replonger dans l'univers et retrouver Fie, Tavin et les autres.

Mais avant ça, je me suis autorisée une relecture du premier tome. Car si j'avais encore les grandes lignes de l'histoire en tête, au final, j'avais la sensation que si je ne le faisais pas, je ne profiterais pas pleinement de ma lecture de L'aigle impitoyable. Au final, j'ai bien fait. Car non seulement je n'ai fait qu'une bouchée de ma relecture de La voleuse d'os, mais en plus, j'ai encore plus aimé celle-ci. Il faut dire que l'univers avait été assez déroutant lors de ma première lecture, alors que là, j'avais toutes les clés en main.

Amis lecteur, à partir d'ici, les spoilers sont inévitables.

Nous retrouvons donc Fie, désormais cheffe de son clan de Corbeaux, trois semaines après les événements du premier tome. Elle a mené à bien sa mission et à accompagné le Prince Jas à sa tante. En plus de cela, elle a obtenu une escorte d'Aigles. Mais rien n'est jamais acquis. Et Fie va rapidement s'en rendre compte.

Comme son nom l'indique, ce second tome de Merciful Crows va mettre en avant un Aigle. Et pas n'importe lequel. Honnêtement, au fur et à mesure des pages, je sentais comme une épée de Damoclès au-dessus de ma tête. Je sentais que l'autrice allait porter le coup de grâce, mais je n'avais aucune idée de quand. Plus les chapitres passaient et plus je faisais l'autruche en me répétant à moi-même : ce n'est pas possible, ce n'est pas possible. Dire que l'autrice joue avec nos nerfs serait un euphémisme. Et autant vous prévenir tout de suite, cette suite fait monter la pression au fil des pages.

J'ai adoré retrouver Fie. Cette héroïne me plaisait déjà dans le premier tome mais je pense qu'on monte d'un cran ici encore. Elle est forte, courageuse et surtout, d'une loyauté à toute épreuve. Elle ne recule devant rien, ni personne pour venir en aide à ses amis et même à des inconnus. Elle n'en est pour autant pas moins sensible. Et c'est cette facette que l'on découvre dans L'aigle impitoyable. Car si elle se montre forte et à toute épreuve, elle souffre tout de même des événements et surtout des trahisons. Cette part de fragilité fait qu'on s'attache d'autant plus à elle.

Ce second tome de Merciful Crows, c'est également un changement de décor. Car si dans le premier tome nous sommes essentiellement sur les routes, avec les différents feux desquels les Corbeaux sont dépendants, dans ce second tome, l'histoire se déroule souvent au palais ou du moins avec des membres hauts placés. Nos personnages vont donc devoir tenir les apparences et surtout démêler le vrai du faux pour savoir à qui faire confiance et de qui il faut se méfier. Des enjeux politiques importants et des révélations sur la magie sont au programme.

Concrètement, ce second tome nous propulse dans quelque chose de tout simplement énorme. Les pages défilent et comme je vous le disais plus haut, la pression monte petit à petit. A de nombreuses reprises je me suis demandée si l'autrice ne prenait pas un malin plaisir à nous torturer avec ses rebondissements. Pas le temps de s'ennuyer, Fie et les autres vont devoir redoubler d'efforts, de stratégie et surtout de courage... Les derniers chapitres sont à couper le souffle et autant vous dire que la fin est clairement à la hauteur de mes attentes.

En conclusion, j'ai adoré ce second tome de Merciful Crows. Cette duologie était riche en rebondissements et l'univers vraiment captivant. J'ai aimé découvrir toute cette magie, sa complexité, son originalité et surtout ses secrets. J'ai adoré faire la connaissance de Fie, Tavin, Jas et tout les autres. Des personnages attachants, pleins de surprises et franchement géniaux à suivre. Et pour ne rien gâcher une romance vraiment cool que j'ai beaucoup apprécié. Comme toutes les bonnes choses, celle-ci s'achève avec L'aigle impitoyable. Mais cette duologie s'achève parfaitement !

par Carole94P
La Cité des Ténèbres - Les Origines, Tome 1 : L'Ange mécanique La Cité des Ténèbres - Les Origines, Tome 1 : L'Ange mécanique
Cassandra Clare   
Oh. mon. dieu. Ça y est, j'ai fini. C'est genre vraiment trop trop bon. J'avais de grandes attentes vu à la cité des ténèbres qui était, selon moi, un chef d'oeuvre et il répond totalement à mes attentes. Croyez moi, Cassandra Clare a une fois de plus réussi à me plonger profondément dans son univers. Vivement Clockwork Prince!!
The Mortal Instruments - Renaissance, Tome 2 : Le Prince des Ténèbres The Mortal Instruments - Renaissance, Tome 2 : Le Prince des Ténèbres
Cassandra Clare   
Comme pour le tome précédent je vais faire les points positifs et négatifs.
Points négatifs:
Beaucoup sont restés les même ce qui est un peu dommage.

1. [spoiler]Le plan toujours aussi débile d'Emma de sortir avec MarK; Vraiment de la mauvaise écriture. Déjà il ne dure pas longtemps et ce finit juste par "Oui mais en fait on c'est rendu compte que ça marchait pas. Voilà." Ça ne sert à rien. En plus quand Julian finit par apprendre la vérité... et bah il apprend la vérité. Aucune conséquence dramatique rien. Du coup, elle aurait pu lui dire depuis le début.

2. On nous répète tout le long du livre, des deux livres, que si des parapatais tombent amoureux c'est terrible, que si l'Enclave apprend ça, la punition sera terrible. etc etc... Et quand l'inquisiteur l'apprend, bah il est plutôt cool avec ça, pas de scandale. Ils peuvent rester ensemble (je veux dire on ne les sépare pas immédiatement), ils négocient tranquils, il y a même une solution pour briser le lien, tranquil quoi. Ça sert à rien de faire monter tout cette tension, de teaser les terribles conséquences pour finir par ....

3. La multiplication des romances. Il n'y a rien de mal à ajouter un peu d'amour dans ses livres. Je suis la première à soupirer comme un vrai cliché de midinette après un joli couple de personnage; mais là c'est juste trop. Je résume: Julian aime Emma qui aime Julian mais qui sort avec Mark qui aime Kieran et Cristina (c'est pas très claire) qui sort avec Diego qui est fiancé avec Zara mais qui aime comme même Cristina qui a des doutes sur ses sentiments pour Mark et Diego (et Kieran c'est dans ma tête ou il y a un truc un peu étrange entre eux ?). De plus Kit a l'air de bien aimer Ty qui a l'air de bien l'aimer, mais il embrasse la soeur jumelle de Ty, Livy. Et puis Diana et Gwynn. A un moment donné du livre je me suis demandé si je n'étais pas tombée dans un épisode des feux de l'amour.

4. Toujours dans la romance: le teasing de la relation Dru-Jaimie, je veux pas jouer ma vieille réac mais elle a quoi ? 12-13 ans ? Début de l'adolescence, premier baiser etc Et lui il a 16-17 ans, fin de l'adolescence début de la vie adulte. Pour moi la différence d'âge il y a pas de problème, les personnages peuvent avoir 20 ans de différences je m'en fout, mais là la différence d'âge compte.
Une relation en deux personnes qui on 20 et 30 ans pour moi c'est pas grave mais une relation entre une personne qui a 20 ans et l'autre 10 ans, là y a un problème (je prends un truc extreme volontairement), ils n'ont pas la même expérience.
Une relation entre: une fille de 9 ans et un mec de 13-14 ans c'est très glauque.
Une relation entre une fille de 12 ans (ou un garçon) et un mec (ou une fille :p) de 16 ans c'est à la frontière de l'abus. Il faut qu'elle/il soit plus mature 15-16 ans déjà c'est moins ... abusif ?
On a beau dire que Dru a le corps d'une fille de 15-16 ans, c'est LE CORPS pas l'esprit ni l'expérience. Et ça me dégoute parce que vraiment ça aurait pu être évité. Et oui je sais il ne s'est rien passé c'est juste de la suggestion. Mais je connais Clare, elle n'a pas ajouté cette histoire pour ne rien en faire.

5. Le personnage de Livy qui est presque exclusivement décrite et construite par rapport à son frère alors que lui il a une personnalité et une histoire en dehors de sa soeur.

6. Alors celle la je l'attendais. La raison pour laquelle Clary ne veut pas se marier à Jace. J'espérais une raison un peu originale et je me doutais que ça allait être une raison débile et c'est une raison débile.
Résumons un peu les différents obstacles qu'a traversé notre couple:
-tome 1, le mauvais caractère de Jace du à son enfance traumatisante (sa jalousie envers Simon, sa peur d'aimer etc..) = OK c'est normal pas de problème, chacun son caractère
-tome 1, en fait Clary et Jace sont frère et soeur = Ok, c'est inattendu (j'y ai jamais cru 2 secondes mais bon passons)
-tome 2, ils hésitent à se mettre ensemble = OK on peut comprendre que ça les dégoutte inceste tout ça..
-tome 2, au moment ou Clary se décide, Jace a lu aussi fait son choix et c'est celui du frère = Ok c'est logique, jusque la tout va bien
-tome 3, ils sont toujours dans l'hésitation, Jace a du sang de démon malédiction, traumatisme, Valentin etc = OK c'est logique et c'est dans la continuité des autres tomes
-tome 3 Jace meurt. Et oui difficile d'avoir une relation avec un mort sauf si on est ...
-tome 3, en fait ils ne sont pas frère et soeur, il n'y a pas de sang de démon, Jace est vivant tout est bien qui finit bien. Mais bon il y encore un petit malaise au début = OK c'est le dénoumment et après ce qu'ils ont traversé ça se comprend et puis il faut se réhabituer au fait qu'ils ne soient pas frère et soeur.
-tome 4, Jace fait des rêves bizarres, il veut tuer Clary, il n'en parle ÉVIDEMMENT à personne parce que fuck you, les médecins (frères silencieux), sa copine, ses amis, un sorcier, c'est pour ceux qui ont un putain de cerveau pas pour ceux qui veulent se la jouer je suis tellement seul et solitaire dans ma forteresse de solitude
-tome 4 Jace est possédé
-tome 4 Jace est dépossédé, mais à la fin Jace a disparu
-tome 5, Jace est possédé, il n'est plus lui même etc
-tome 5, Jace a du feu sacré en lui du coup on peut pas le toucher!
-tome 6, Jace a toujours du feu sacré en lui, mais ça finit par s'arranger.
-tome 1 des TDA: et bah Clary fait des rêves où elle meurt et ÉVIDEMMENT elle n'en parle à personne parce que la non communication c'est LE SECRET d'une vie de couple réussie.
Rien que le temps qui vous a fallu pour lire cette liste montre le problème. Il y a a trop d'obstacles, trop de péripéties et toujours pour rien. C'est quasiment toujours des faux obstacles (le coup du frère), ou des problèmes causés par leur stupidité et non par leur défaut (la possession, le rêve de sa mort) et qui se finissent par un Deus ex machina (la résurrection, l'épée pour sauver Jace, le feu sacré qui s'en va).
Au final ce n'est pas ''oh lala leur amour a traversé tellement d'épreuves" qu'on ressent mais "encore ? mais j'en ai marre!" (le tout agrémenté de quelques mots colorés de votre choix. Moi j'aime P.t..n) Quand j'ai lu ça j'ai juste levé les yeux au ciel tellement ça me blasait.
Je ne veux pas être méchante mais j'espère qu'un des deux va mourir dans le tome suivant parce que si Clare a ajouté ça pour rien, juste pour faire du drama, ça sera la preuve qu'elle est plus une mauvaise auteur qu'une bonne. Et ça me fait mal de le dire parce que l'univers qu'elle a créé est assez incroyable.

7. Zara: quand ce personnage est arrivé, j'ai tout de suite pensé aux inconnus et à leur sketch Biouman. Quand elle parlait j'entendais "je suis le méchant et je vais tuer la gentille" "pourquoi s'en prend t'il à moi ?" Parce que t'es une gentille et que c'est un méchant" "Oh pour pourvu que les gentils gagnent" J'invite ceux qui ne connaissent pas à taper "Biouman les inconnus" sur youtube.
Elle est caricaturale. Le cliché de la pom pom girl pétasse dans le couloir du lycée américain. Et en plus elle est un conflit "amoureux" avec une des gentilles.
Valentin était un méchant assez subtil, il était charmant, Sébastien avait du sang de démon (logique qu'il soit méchant) mais était aussi charismatique, même Imogène qui était déjà très caricatural avait des motivations (son fils, son mari...)
Le seul moment où elle sort du cliché c'est quand elle parle avec Alec, là elle parait un peu plus crédible et met le doigt sur des points sensibles et pas si faux.

8. L'épée mortelle donnée aux chasseurs d'ombre par un ange, capable d'invoquer des anges et des démons, capable de forcer les gens à dire la vérité, une épée de mille ans capable avec les autres instruments mortels de commander Raziel, se brise comme un vulgaire mikado contre une vielle épée de famille ? (oui je sais c'est une épée légendaire etc.. mais comme même!) Il l'a trouvé où son épée Raziel dans un "Jouet Club", dans un paquet de miel pops ?
-Tiens Jonathan Shadowhunter, voilà Maellartach, l'épée mortelle!
-Merci oh Ange Raziel! Y a marqué Made in China dessus. Qu'est ce que ça veut dire ?
-Euhhhhh.... Je me casse. (Ange s'enfuit en courant)

9. L'enclave: Tiens 2 personnes prétendent avoir tué Malcom Fade et si on interrogeait la fille qui vient de ressusciter et qui a été torturée par l'épée Mortelle il y a de ça des siècles ?
On pourrait pas interroger l'autre fille, vous savez le centurion, la chasseuse d'ombre saine d'esprit et qui fait parti de l'élite des chasseurs d'ombre qui bien sure aura à coeur d'obéir à l'Enclave ? D'autant que si elle refuse ça serait louche non ?
Ah chut avec tes remarques raisonnables moi je veux du drame et faire le truc le plus dangereux possible.
Mais on pourrait pas l'interroger plus tard pour savoir où est le livre Noir et s'assurer qu'elle est digne de confiance? Tu pourrais avoir ton drame à ce moment là et ..
Ah tais toi file lui l'épée. Je veux du saaaaaaaang.
Bon pose lui vite fait ta question.
Mais arrête tu me saoules! Je prends mon temps si je veux. Tout le monde sent que ça pue mais je veux comme même faire trainer l'interrogatoire...
Bon la on devrait lui retirer l'épée elle a l'air au bord du pétage de plomb.
Ah mais ta gueule! Tu fais chier avec tes arguments qui montre que cette histoire est débile et n'a lieu d'être que parce qu'on est dans une scène à l'écriture assez mauvaise.

(je suis désolée (vulgarités, humour pas subtil..) mais la scène est débile de A à Z )

Relax voilà les points positifs, on n'affute pas son pieu en cachette pour me tuer la nuit dans une petite ruelle sombre et on essaye pas de cramer mon kot.

1. La mort d'Arthur: je n'ai rien ressenti à par de la pitié quand ce personnage est mort. C'est exprès cela dit: il n'aimait pas nos héros, nos héros ne l'aimaient pas. Sa mort comme sa vie a été pathétique (au sens premier du mot). Et c'est bien parce qu'on a pas de grande scène où les héros disent à quel point ils l'aimaient etc.. Pas d'hypocrisie ou de pathos forcés. C'est Kit qui en fait la remarque: leur oncle est mort ils s'en foutent point.

2. La mort de Livy et de Robert: brusque sans prévenir même si la façon dont ça arrive et complètement CON.

3. La mort de Malcolm là aussi c'est surprenant, au début j'étais un peu déçue, je veux dire après tous ces morts, ce plan, complexe, toutes ces souffrances, elle est l'intrigue du tome 1 : pas même l'occasion d'échanger deux mots. Mais en fait c'est assez surprenant, bien vu et innovant.

4. Moins de "Oh lala Jace et Clary sont tellement géniaux" Il y en a un peu au début et un peu à la fin mais ça se calme. Nos héros ont autre chose à faire que de penser à eux. Surtout et je le répète mais le côté héros de Jace et Cary est très bizarre quand on y réfléchit (voir mon commentaire Lady Midnight).

5. Les enquêtes des héros. Chacun a son histoire, sa mission mais ça se rattache bien à la grande.

6. La relation Julian-Emma, Pas 700 pages x 2 tomes de "oh je l'aime, oh il m'aime" Ici on angoisse mais ça n'empêche pas de bosser, il y a un monde à sauver et puis on s'aime alors on arrête de blablater et rejeter l'autre pour ensuite revenir. On met les choses à plat quand on en peut plus et on s'embrasse (même si on angoisse à mort un peu longtemps).

7. Diana: au début je trouvais ça très bizarre qu'elle se mette à raconter tout à un "ennemi" mais après réflexion c'est vraiment la réaction de la personne qui n'en peut plus de cacher son secret qui finit par exploser et à tout raconter à un "inconnu" (même si leur relation sort un peu de nulle part).

8. Alec et Magnus au début ça me saoulait de les voir même si je les adore, c'était vraiment du fan service, mais ils arrivent assez bien à s'intégrer à l'histoire sans bouffer toute la place.
Leur couple est assez bien traité pas de "quand on les voit ensemble on sait que c'est pour la vie" "leur couple était tellement beau que son coeur serrait, elle./il espérait tellement avoir ça un jour" "Ils sont tellement lumineux ensemble que je pense à acheter de l'écran total"
Non. Par des gestes tendres discrets, des échanges de regards, on a l'image d'un couple solide, unis et amoureux.

9. Le roi de la cour des ténèbres et l'intrigue rattachée à Kieran (même si la perte de mémoire qui COMME par hasard couvre toute la scène de fouet et la dispute avec Kieran.)

10. Le baiser Kit/Livy: il ne sert pas à grand chose mais dans ce contexte ou Livy et Ty sont si proche il y a une certaine logique à ce que Livy veuille embrasser KIt. Logique perverse parce qu'il faut reconnaître c'est un peu glauque (j'en appelle aux filles qui lisent ce livre vous embrasserez le mec de votre frère/soeur ? Ou la copine de votre frère/soeur ? Et même question pour les mecs: y a des mecs ici ? (vraie question, je connais qu'un seul mec qui ai lu ce livre)) mais cette raison est compréhensible et ne sort pas de nul part.
Anecdote amusante tous ceux qui meurt dans ce livre: Arthur, Malcolm, Robert, Livy et bah ils sont célibataires. Ce qui sont en couple ou ont une relation amoureuse vivent.
Pareil pour les autres livres: Sébastien, Jordan (allait se faire larguer), Raphaël, Camille, Max, l'inquisitrice, Hodge, Valentin, le père de Julian: tous célibataires!

11. Le côté sombre de Julian. Angoissant et bien géré. Par petite touche on a un vrai héros sombre pas un mec qui croit que insulter les gens et tuer des gens sous contrôle mental c'est être mauvais et avoir une part de ténèbres en lui. Encore plus angoissant est sa relative tranquillité vis à vis de ça. Il sait que c'est mal mais c'est comme ça il ne va pas se torturer des jours avec ses choix. Il les assume. [/spoiler]

Un résultat encore en demi tente donc mais avec beaucoup de points positifs. C'est ça qui est le plus rageant. Comme la dernière fois si quelqu'un veut en discuter pas de problème (surtout si j'ai dis un truc faux) et puis ça change de ceux qui mettent un pouce rouge juste parce qu'on critique leur livre préféré!
Tiens c'est bizarre ça sent le brulé chez moi. Pas grave je pars me balader dans une petit ruelle sombre.

par ilovelire
The Mortal Instruments - Renaissance, Tome 3 : La Reine de l'air et des ombres (I) The Mortal Instruments - Renaissance, Tome 3 : La Reine de l'air et des ombres (I)
Cassandra Clare   
Queen of Air and Darkness est le troisième et dernier tome de la série The Dark Artifices qui fait partie des Shadowhunters Chronicles de Cassandra Clare. Il clôt les aventures d’Emma Carstairs et Julian Blackthorn.

Ces quelques 900 pages qui concluaient TDA sont passées très vite et pour cause : il n’y a pas de temps morts, seulement des rires et des larmes.

La malédiction des Parabatai est au centre même de The Dark Artifices : l’histoire d’amour de Julian et Emma rendue impossible par cette malédiction. Dans ce quatrième et dernier tome, on connaît enfin le fin mot de l’histoire : d’où vient la malédiction, quel est exactement son effet ?

Il est horrible comme on nous l’avait annoncé et Emma et Jules souffrent dans ce tome comme ce n’avais jamais été le cas dans les deux premiers. Un véritable déchirement, qui m’ plus d’une fois tiré des larmes.

Cassandra Clare l’avait promis, nos chasseurs d’ombres favoris découvriraient un autre monde dans Queen of Air and Darkness. A ce prix-là, ils auraient très bien pu rester ici, hein, on aurait moins souffert. Je ne vais pas rentrer dans les détails (spoiler-free oblige) mais il est question de points critiques, de ratés, de gens morts alors qu’ils devaient être en vie et inversement.

Après la mort tragique de Robert Lightwood, une certaine ordure répondant au nom de Horace Dearborn réussit à se faire nommer inquisiteur. Je trouve cette partie-là de l’histoire particulièrement intéressante car la Cohorte joue avec les peurs des Chasseurs d’ombres comme certains partis extrémistes peuvent le faire. L’analogie est forte.

Toujours est-il que si l’Enclave avait pu autrefois être un soutien en les personnes de Robert et Jia, elle devient dangereuse lorsqu’Horace Dearborn déterre des secrets et s’en sert à mauvais escient. Le pire étant les impostures de Zara, j’ai rarement autant éprouvé de haine envers un personnage. Cette fille est répugnante, du début à la fin du livre.

Laissons les triangles amoureux aux autres, Cassandra Clare préfère les histoires mêlant cinq ou six protagonistes au bas mot. Le trio formé par Keiran, Mark Blackthorn et Cristina Rosales Mendoza est fascinant, et encore une fois la conclusion est loin d’être facile et bateau. Gros fou rire avec la réaction de la mère de Cristina, qui m’a l’air d’être une femme tout à fait intéressante.

Et enfin la conclusion dont on rêvait. Bon, ok, pas exactement celle dont on rêvait. Mais l’épilogue de Queen of Air and Darkness, sans être aussi bien que celui de la Princesse Mécanique, ne laissera pas les fans des chasseurs d’ombres insensibles. Je n’en dis pas plus et je vous laisse découvrir par vous-même ce beau moment.

par Lisly
The Mortal Instruments - Les dernières heures, tome 1 : La chaîne d'or The Mortal Instruments - Les dernières heures, tome 1 : La chaîne d'or
Cassandra Clare   
Ce premier tome de The Last Hours m’a rendue très nostalgique, j’ai lu The Infernal Devices il y a plusieurs années ; retrouver Will, Tessa, Jem (et tous les autres) m’a ramenée cinq ans en arrière, voir ces personnages adultes, plus mûrs, qui du fait de leur positions et de leurs responsabilités ne peuvent plus se permettre d’être aussi téméraires que le sont désormais leurs enfants offre une nouvelle perspective.

SPOILER ALERT, je vais évidemment discuter de plusieurs passages du livre dans ce commentaire et je ne vais pas entièrement le mettre en [spoiler] SPOIL [/spoiler].

Voir James, Lucie, Cordelia, Matthew, Thomas, Christopher, Alastair & co dans leur petit groupe de jeunes Chasseurs d’Ombres de l’Enclave londonienne, m’a rappelé à la fois Tessa, Gabriel, Gideon, Jem, Will et Alec, Jace, Clary, Isabelle, Simon à leurs débuts. Il est toujours difficile de s’intégrer quand on arrive d’un autre monde comme Tessa, Cordelia ou Clary et Simon, il s’agit à la fois de comprendre comment fonctionne le groupe, quelles sont les relations entre chacun et de prendre part aux échanges pour se créer sa propre place.
Dans le cas de Cordelia (ou de Tessa) on retrouve aussi les règles sociales de l’époque qui codifient la vie en société et en particulier l’attitude que les jeunes femmes sont tenues d’adopter.

Comme toujours, Cassie sait nous plonger dans son univers, on oublie le monde extérieur et on atterrit dans un Londres des années 1900, on a peut-être un aperçu plus restreint de l’époque que dans The Infernal Devices, mais on s’imagine toujours très bien le cadre de l’histoire. J’aime le fait que tous ne vivent pas à l’Institut, tout n’est pas centré autour de celui-ci comme cela a pu être le cas précédemment.

Mon personnage préféré ? si celui auquel je me suis le plus attachée est bien évidemment Cordelia, pendant les premières pages j’étais assez septique, je n’accrochais pas totalement avec elle, mais l’histoire étant centrée autour d’elle, on ne peut qu’être séduit, sinon l’histoire risque d’être très longue… celui qui a le plus retenu mon attention et que j’aimerai voir plus en lumière est Anna Lightwood. C’est LE personnage qui m’a captivée, surtout dans le dernier passage lors du bal de fiançailles. Elle est très discrète mais particulièrement attentionnée, empathique et bienveillante. Le sens de l’observation dont elle fait preuve dans ce passage (que l’on avait pu apercevoir dans le bal de bienvenue des Carstairs) et l’attention qu’elle porte aux émotions de chacun m’a beaucoup touchée.
Anna Lightwood m’intrigue beaucoup, elle s’est affirmée de par son style vestimentaire et son style de vie dans une société encore très ancrée dans ses principes tout en restant respectée et reconnue au sein de l’Enclave. Elle détient une certaine autorité, étant l’une des rares Chasseuses d’Ombres majeure dans le groupe « des enfants de » ; elle vit sa vie comme elle l’entend aux côtés des Créatures Obscures et des Chasseurs d’Ombres, elle est entre deux mondes, ne se limitant pas ni à l’un ni à l’autre mais préférant profiter de ce qu’ils ont à offrir indifféremment. Si je devais la comparer à un autre personnage qui me tient très à cœur ce serait Magnus Bane ; au fil des séries (dont deux centrées sur lui) on découvre un Sorcier à cheval entre ces deux univers, Créature Obscure certes, mais à toutes les époques il reste particulièrement proche de multiples Chasseurs d’Ombres contrairement à d’autres Créatures Obscures (Will, Edmund… et évidemment Alec pour ne citer qu’eux). C’est un personnage aussi à l’aise avec les Vampires, les Loups, les Terrestres, les Fées qu’avec les siens, comme il a été prouvé lors de ses nombreuses fêtes. Anna incarne réellement une « révolution », une Chasseuse d’Ombre qui ne cache pas son attachement pour les femmes au début des année 1900, qui ne fait pas de différence entre Créature Obscure et Néphilim et qui fait preuve d’une ouverture d’esprit et d’une douceur de vivre qui me donnent envie d’en apprendre plus sur elle.

Concernant le personnage de Tatiana, j’ai le sentiment qu’on aurait pu plus en apprendre sur elle, sur ce qu’elle a vécu à la mort de Jesse, (cela viendra peut-être dans les prochains tome). Quand on apprend la mort de celui-ci j’aurai trouvé intéressant d’avoir un passage du point de vue de Tatiana, de prendre conscience de cette haine qui l’anime à l’encontre des Herondales et de ses frères, comme on le voit dans la nouvelle « Fairy Tales of London » (à la fin de ma copie de CoG) cette animosité est de longue date, mais je ne la trouve pas assez exploitée. Elle ne les supporte pas, mais il n’y a aucune perspective du point de vue de Gabriel, Gideon ou Will sur la situation. De même on ne sait que très peu de choses sur comment elle en est venue à adopter Grace.

Un passage que je n’ai pas réellement aimé ? Quand James se retrouve dans cet univers démoniaque pour rencontrer son grand-père. La résolution est un peu trop simple, la description reste basique, des dunes de sable quelques ruines, mais on en apprend peu sur ce que représente ce monde, quelle est réellement sa pertinence ? J’aurai peut-être aimé un peu plus de lien avec Tessa, c’est après tout de son père dont il est question, celui qu’elle et Jem ont longuement chercher à retrouver. Mais aussi lors du bal de fiançailles, la scène entre Matthew et Magnus me semble tombée comme un cheveux sur la soupe, peut être que je n’ai pas compris, mais j’avais supposé qu’il portait une affection particulière pour Lucie, or il semble en vouloir à James d’épouser Cordelia et se compare à Jem ( ?).

J’espère que Chain of Iron apportera des réponses, beaucoup de réponses, sur ce bracelet que Grace a confié/forcé James à garder, sur le lien entre Jesse Blackthorn et Belial, et sur la relation entre Ariadne et Anna, comment Anna est tombée amoureuse d’elle avant de ne plus croire en l’amour, sur ce qu’il s’est passé entre elles.

Je suis très attachée à l’univers de Cassandra Clare, ses livres me suivent depuis plus de cinq ans maintenant et je ne sais pas être réellement objective sur une série à laquelle je suis émotionnellement attachée et qui représente beaucoup pour moi. Avec le temps, mes lectures, j’arrive à avoir un avis plus critique sur certains passages, mais dans tous les cas, bien rédigés ou non, ses livres sont toujours un réconfort, un monde familier quelle que soit l’époque avec des personnages qui restent similaires ou que l’on retrouve qui donne le sentiment de « rentrer à la maison ».

PS : Dans mon édition se trouve la nouvelle « Fairy Tales of London », elle n’apporte pas grand-chose, si ce n’est le récit du mariage de Tessa et Will ainsi qu’une nouvelle preuve de l’animosité de Tatiana envers lui et l’introduction de Charles et Jesse bébés.
The Mortal Instruments : La Malédiction des anciens, Tome 1 : Les Parchemins rouges The Mortal Instruments : La Malédiction des anciens, Tome 1 : Les Parchemins rouges
Cassandra Clare    Wesley Chu   
Premier tome d'une nouvelle aventure!
Depuis la fin de la série principale The Mortal Instruments, aucun des nouveaux personnages ne m'a autant touché que ceux de la série originale. C'est donc avec beaucoup d'émotions que je me suis replongée dans cet univers aux côtés d'Alec et Magnus.
Malec, une des trois couples phare de ce monde me tient particulièrement à cœur, ce sont deux personnages que l'on ne voit que brièvement et souvent par le biais d'autres protagonistes dans les autres tomes. Magnus avait déjà été illustré dans The Bane Chronicles, il était donc temps de le découvrir avec Alec, personnage plutôt timide dans le reste de la série mais que l'on avait pu voir s'épanouir aux côtés de Magnus notamment dans The Dark Artifices.
Alec est selon moi, le personnage qui a le plus "grandi", dont le cheminement intérieur est le plus édifiant. Très renfermé sur lui-même à l'arrivée de Clary, on le voit ici s'assumer pleinement aux côtés de celui de celui qui lui a ouvert les yeux sur le monde et les opportunités qui pouvaient s'offrir à lui.
Alec, celui qui ne prend jamais de risques, qui ne déroge pas à la loi et qui suit scrupuleusement les règles se développe ici de manière inattendue, décidant de faire ce qui est juste plutôt que ce qui est attendu de lui car "convenable" pour un jeune chasseur-d'ombres.

Preuve que les règles sont parfois faites pour être transgressées et que le monde doit changer pour suivre l'évolution des sociétés. Le monde doit être en accord avec son époque. Le changement fait peur mais il est à la fois inévitable et nécessaire, parfois même la meilleure chose qui puisse arriver.
Prendre des risques est, comme Alec a pu en faire l'expérience, le seul moyen d'aller de l'avant et se laisser aller n'est pas nécessairement une mauvaise chose. Il faut parfois choisir son cœur et pas seulement sa raison. Les plus belles aventures sont celles faites d'événements inattendus.

Dans ce tome j'ai particulièrement adoré le passage entre Hélène et Aline, la réunion de ces deux couples donne encore plus de profondeur à l'histoire, elle-même transposée dans une Europe plus que réaliste et envoûtante.
Insaisissable - Saison 2, Tome 2 : Provoque-moi Insaisissable - Saison 2, Tome 2 : Provoque-moi
Tahereh Mafi   
Il m'a fallu 5 heures pour lire ce tome !

Bon il est nettement meilleur que le premier de cette saison "Crois en moi", l'additivité est à son paroxysme, beaucoup d'informations qui sont amenées de façon plus logique que lors du dernier tome, selon moi.
J'aime toujours autant changer de narrateur, et j'ai pu découvrir l'histoire du point de vue de Kenji !

J'avais vraiment peur d'être déçue par cette nouvelle saison car je suis un fan inconditionnelle de la première, cependant l'auteure construit de plus en plus son histoire et ce de façon très rythmée et très logique. Je n'ai donc absolument aucun regret d'avoir continué la série
On en apprend beaucoup sur les passés d'Aaron et Juliette grâce aux flashback, et on apprend à détester encore beaucoup plus Anderson (oui c'est possible) !

On retrouve un Warner beaucoup plus maître de ses émotions et un soldat entraîné, ce qui m'avait manqué au cours de ma lecture du dernier tome. Tahereh Mafi manie son personnage à la perfection, j'avais vraiment peur qu'au fils des livres il devienne tout mielleux à cause de son histoire d'amour (un Adam bis) et au final pas du tout il reste le garçon sérieux qui galère encore pas mal à comprendre le mode de pensée des autres (auquel son *** de père ne l'a pas habitué). Je l'aime vraiment pour son côté sérieux, organisé, méthodique mais je trouve ça super qu'il puisse s'ouvrir aux autres


[spoiler]Juste un point avec lequel j'ai du mal : Juliette s'appelle maintenant Ella car c'est son vrai prénom, ça fait 6 tomes que je l'appelle Juliette donc j'ai vraiment beaucoup de mal à m'y faire.[/spoiler]
[spoiler]Par contre j'adore totalement à la fin quand Juliette appelle enfin Warner par son prénom "Aaron" même en tant que narratrice, plus uniquement lors de leurs conversations[/spoiler]

par ManonF

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode