Livres
565 199
Membres
618 152

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Lencephale-semballe : Mes envies

The Aurora Cycle, Tome 3 The Aurora Cycle, Tome 3
Jay Kristoff    Amie Kaufman   
Is this the end?
What happens when you ask a bunch of losers, discipline cases, and misfits to save the galaxy from an ancient evil? The ancient evil wins, of course.
Wait. . . . Not. So. Fast.
When we last saw Squad 312, they working together seamlessly (aka, freaking out) as an intergalactic battle raged and an ancient superweapon threatened to obliterate Earth. Everything went horribly wrong, naturally.
But as it turns out, not all endings are endings, and the team has one last chance to rewrite theirs. Maybe two. It's complicated.
Cue Zila, Fin, and Scarlett (and MAGELLAN!): making friends, making enemies, and making history? Sure, no problem
Cue Tyler, Kal, and Auri: uniting with two of the galaxy’s most hated villains? Um, okay. That, too.
Actually saving the galaxy, though?
Now that will take a miracle.

par Avalone76
Un palais de flammes d'argent Un palais de flammes d'argent
Sarah J. Maas   
La traduction de « A Court of Silver Flames » est prévue pour l'Automne 2021 par les éditions La Martinière Jeunesse.

******

La sortie officielle de ''Un Palais de Flammes d'Argent'' est repoussée au 29 octobre 2021 à cause d'un retard de livraison. L'information a été confirmée par message par La Martinière Jeunesse.

******

Normalement, si les négociations ont été fructueuses, la couverture devrait être basée sur l’illustration de Starsthatdream.

Une braise sous la cendre, Tome 3 : Le Prix du sang Une braise sous la cendre, Tome 3 : Le Prix du sang
Sabaa Tahir   
Ma note: 5/5
Chronique disponible sur mon blog: https://callmeeluh.wordpress.com/2018/08/04/an-ember-in-the-ashes-tome-3-a-reaper-at-the-gates-de-sabaa-tahir/

“Hope is stronger than fear. It is stronger than hate.”

Première pensée en terminant A Reaper at the Gates: j’ai fini A Reaper at the Gates !

Deuxième pensée en terminant A Reaper at the Gates: J’AI FINI A REAPER AT THE GATES PUNAISE, QU’EST CE QUE JE VAIS FAIRE DE MA VIE ??

Après plus d’un an et demi d’attente, j’ai enfin lu A Reaper at the Gates. C’était l’un des livres que j’attendais le plus cette année, et même si je m’étais préparée psychologiquement à être détruite par ma lecture (notamment en voyant les avis de ceux qui ont reçu un ARC du livre), rien n’aurait pu réellement me préparer à ça.
J’ai l’impression que Sabaa m’a arraché le cœur de ma poitrine, l’a écrasé à mains nues, l’a piétiné pour faire bonne mesure, et ma laissé ramasser les morceaux.

Quelques mois se sont passés depuis les événements se passant dans A Torch Against the Night. Elias est encore en plein apprentissage pour devenir Soul Catcher, Laia continu du mieux qu’elle peut à sauver son peuple des Martiaux tout en cherchant un moyen d’arrêter le Nightbringer, et Helene quant à elle doit faire face à ses responsabilités de Blood Shrike tout en protégeant sa sœur et en faisant face au Commandant qui cherche toujours à la décrédibiliser. En tout cas une chose est sûre lorsqu’on ouvre ce tome: nos personnages ne sont pas au bout de leurs souffrances, et on va devoir s’accrocher tout au long de notre lecture.
Et ça n’a pas loupé: Elias, Laia comme Helene vont énormément souffrir, et vont se retrouver face à des choix quasi impossible à faire, choix qui auront un impact important sur ce qu’il vont devenir dans le futur.

Tout comme c’était le cas dans A Torch Against the Night, c’est Elias qui en bave le plus dans ce tome. Tout ce que je voulais durant ma lecture c’est que ça cesse et que mon bébé soit sain et sauf et heureux surtout !

Son histoire avec Laia m’a brisée du début à la fin du tome. Ils sont fait l’un pour l’autre, ils s’aiment, mais la vie en a décidé autrement et continue de les faire souffrir et de les séparer. Plus qu’à espérer qu’ils auront leur happy ending dans le dernier tome de la saga, parce que je pense pas pouvoir supporter plus de cœurs brisés (le mien est déjà en miettes en plus…).

“Love. I sigh. Love is joy coupled with misery, elation bound to despair. It is a fire that beckons me gently and then burns when I get too close. I hate love. I yearn for it. And it drives me mad.”

Il y a d’ailleurs un chapitre en particulier du point de vue de Elias qui m’a complètement brisée (ceux qui l’ont lu savent duquel je parle), et honnêtement je me demande si je vais survivre à la fin de cette série, d’autant plus qu’elle teste vraiment mes limites.

Ce tome était juste… incroyable. J’ai pas vraiment les mots pour dire à quel point j’ai aimé ma lecture. Sabaa a réellement une plume magnifique, et c’était très difficile pour moi de m’arrêter parce que chaque fin de chapitre donne envie de lire la suite.
Certes, l’action n’est pas omni-présente dans A Reaper at the Gates, et il y a beaucoup de moments plus ‘longs’, mais je ne me suis jamais ennuyée pour autant. Durant ces passages on sent la tension monter toujours plus, même quand on pense qu’elle ne peut pas monter plus.

On a peur pour nos personnages tout au long du livre, et même si on se doute de ce qu’il va se passer par la suite, on n’a aucun moyen de savoir quand ni comment, et c’est ce que j’ai particulièrement aimé: certains détails ont beau être prévisibles, au final on est malgré tout pris par surprise par la tournure des événements.

Maintenant que je l’ai fini, je ne sais vraiment pas comment je vais faire pour attendre le prochain (et dernier…) tome. J’ai tellement besoin de savoir comment tout ça va se terminer, et surtout j’ai besoin de voir mes bébés heureux. EMBER4 est normalement (accent sur ‘normalement’ parce qu’on a bien vu ce qu’il s’est passé pour A Reaper at the Gates) pour l’année prochaine, et je sais que l’attente va être très longue.

Lorsque j’ai commencé An Ember in the Ashes en octobre 2016, je n’aurai jamais imaginé à quel point je tomberai amoureuse de cette saga et de ces personnages. Aujourd’hui elle fait partie de mes séries préférées de tous les temps (elle est même dans mon top 5!), et même si elle me fait souffrir comme peu d’autres séries, je ne lui en veut pas.
En tout cas ce tome ne fait que confirmer une chose: Sabaa Tahir est l’une de mes auteures préférées.

“Curse this world for what it does to the mothers, for what it does to the daughters. Curse it for making us strong through loss and pain, our hearts torn from our chests again and again. Curse it for forcing us to endure.”

Allez lire cette série. Sérieusement. Elle en vaut vraiment la peine. Et comme elle est traduite, vous n’avez aucune raison de vous défiler !

par Callmeluh
La Lettre écarlate La Lettre écarlate
Nathaniel Hawthorne   
l'adultère dénoncé par Hawthorne; une lettre A en tissu rouge dénonce l'accusée et la met en retrait de la société.
une jeune femme veuve refait sa vie, tout va bien jusqu'au jour ou le mari réaparait, la tout se complique! un très bon roman un classique du genre.
aussi un film génial avec Demi Moore et Gary Oldman

par brausten
Dune - édition collector (traduction revue et corrigée) Dune - édition collector (traduction revue et corrigée)
Frank Herbert   
C'est officiel, je fais désormais partie de ceux qui ont lu ce chef-d'oeuvre de la science-fiction et laissez-moi vous dire que je suis également un grand fan. Que dis-je ! Un amoureux fou.

Il m'a fallu beaucoup de temps pour que je puisse enfin me lancer dans cet ouvrage, me faisant de l'oeil depuis quelques années. Mais c'est lors de cette magnifique édition collector que je me suis enfin lancé. du moins, je dirais que Dune s'est imposé à moi.

Frank Herbert, vous n'êtes pas un dieu à mes yeux, mais il est évident que vos mains ont été guidées, car Dune est devenu ma bible absolue. Voyez-vous l'éveil spirituel qu'il y a dans ce roman ? C'est partout, dans chaque recoin l'ont vous met sur le fait que nous, être humain, nous sommes dotés de pouvoirs que nous avons oubliés. Un petit tour chez les Fremens serait bénéfique pour nous tous. Je vis sur une terre où l'eau est abondante, ou tout est abondant excepté l'essentielle et pourtant, bien que je le faisant avant, j'ai découvert un nouveau regard sur tout ce qui m'entour mais aussi tout ce qu'il y a l'intérieur de moi, me tournant à me fixer vers mon troisième oeil car oui, ça, ce n'est pas de la science-fiction.

L'oeuvre Dune est, à l'heure actuelle, complètement moderne et dans les temps de notre siècle. Il y a des similitudes avec ce que nous vivons, comme le dirait Gérard Klein, bien que je me sois affreusement ennuyé durant sa postface (c'était simplement chiant de traîner en longueur bien qu'il ait parfois raison) car soyons honnêtes les Gates en tant qu'Atreides ? Laissez-moi rire...

Si Dieu créa Dune pour former les fidèles, alors je suis à présent bien formé. La préface de Denis Villeneuve est juste superbe, mais parlons aussi de la lettre de Pierre Bordage à Frank Herbert qui est, la plus belle lettre d'un auteur à un autre que j'ai pu lire.

Si je pouvais mettre dix étoiles ou plus, ce serait le cas.

par bilakaifa
Moi, Tituba sorcière... Moi, Tituba sorcière...
Maryse Condé   
Quelle claque !
Ce roman est d'une intensité folle et plus que prenante. L'histoire de Tituba que nous suivons dès le contexte de sa procréation, pendant son enfance à la Barbade et son voyage sur le continent américain jusqu'à son retour sur son île est très bien menée par l'autrice.
La qualité de l'écriture sert les questions que soulève ce roman sur la double peine de ce personnage à la fois femme et afro-descendante pendant la période de l'esclavage. Ce crime contre l'humanité est lui-même très bien représenté; durement mais avec réalisme. La justesse de ce témoignage s'applique aussi au traitement de questions plus proches du féminisme.
Et autour de ces questions politiques finement menées, la bienveillance de Tituba et sa foi en la spiritualité qui lui apporte un courage nécessaire apportent un autre prisme de lecture enrichissant.

par Jreyth
L'Herbier des fées L'Herbier des fées
Benjamin Lacombe    Sébastien Pérez   
Ma chronique : http://freelfe.blogspot.fr/2015/06/3-albums-de-benjamin-lacombe.html

L’herbier des fées est un album écrit par Sébastien Pérez et illustré par Benjamin Lacombe. Publié par les Editions Albin Michel, ce magnifique ouvrage de 64 pages est en vente à 28,40€. Bien que les dessins soient magnifiques, je n’ai pas été plus emballée que ça par l’histoire en elle-même. C’est un album destiné à un lectorat plus adulte que les précédents albums.

par Freelfe
The Magpie Society, Tome 1 The Magpie Society, Tome 1
Amy McCulloch    Zoe Sugg   
Ce thriller aux airs gothique se passe dans un pensionnat anglais dans une ambiance sombre et mystérieuse. Le meurtre, le podcast, l'enquête... tout s'enchaine dans un premier tome virevoltant.

C'est une lecture en demi-teinte pour moi car le début est très lent, on fait connaissance avec deux jeunes filles un peu agaçantes il faut le dire et les problèmes de lycéens (amours, jalousies, études, familles) sont le centre du récit, alors que nous tout se qu'on attend c'est de savoir ce qui est arrivée à cette pauvre Lola, morte noyée. Les personnages sont stéréotypés et assez creux. Heureusement que les secrets découverts sont palpitants et recouvrent ces points négatifs.

Et puis arrive la seconde partie du récit, qui vaut le coût d'avoir attendu tout ce temps. Le mystère s'épaissit, on découvre beaucoup d'indices qui nous bousculent, les suspects pleuvent... Cette enquête est très intéressante. On a un petit côté Pretty Little Liars, Riverdale, et Gossip Girl que j'ai beaucoup apprécié. Le meurtre ou suicide de Lola n'est pas résolu à la fin du roman (pourquoiiii ?) mais nous laisse avec beaucoup de questions: Qui a fait ça ? Pourquoi ? Qu'est-ce donc que cette société secrète des Pies qui tatoue des pies dans le dos des gens et volent à la rescousse des élèves de l'école en se cachant dans des grottes sous le domaine du pensionnat ? C'est très bien fait, prenant. Il y a un côté Victorien avec les légendes et l'histoire du domaine qui n'a pas fini de nous étonner. L'intégration des Podcasts dans le corps du texte ajoute un côté moderne au récit. Bémol: l'écriture n'est pas compliquée, voir même trop simple, on est vraiment dans du Young Adult classique avec un meurtre à résoudre et des lycéens dynamiques prêt à tout pour résoudre le mystère avec ce qu'il faut de romance (bien qu'elle passe en second plan) et conseils vestimentaires. Les chapitres sont courts et rythmés.

On ne peut reprocher le côté addictif du roman. On n'a vraiment envie de savoir la résolution de l'enquête mais le développement est peu étayé, reste beaucoup en surface au profit du suspens. Mitigée donc.

A conseiller tout de même pour son ambiance !
Vilaine Vilaine
Jennifer Donnelly   
N’ y a-t-il pas pire dans la vie d’être ce que nous ne sommes pas ? Forger une seconde personnalité au mépris de nos désirs et de nos souhaits par contrainte ou seulement pour plaire par peur du regard de l’autre. Être obéissant, soumis à des règles et troquer son cœur morceau par morceau, adopter une vie qui ne sied pas à notre caractère et à nos envies, vivre avec ce mal-être, car le monde entier conspire que tu sois cette personne que ton cœur ne désire pas l’être, et que tes proches ainsi que les gens qui t’entourent t’intiment d’une manière ou d’une autre à suivre cette ligne stricte et rigide, parce que ce qui est de plus naturel, de plus raisonnable, et cela quitte à se perdre soi-même.
C’est ce que Vilaine nous raconte à travers son héroïne la méchante demi-sœur, mais la laideur, est-ce seulement d’apparence ? Ne peut-elle pas se transformer en beauté quand enfin on trouve les morceaux de notre cœur dispersé, écrasé sous le poids de la jalousie, chercher en l’autre ce que tu n’en as pas en oubliant ce que tu es, ce qui te constitue, ce que tu souhaites être, ce que tu aspires être, même des choses impossibles, car avec un peu de Chance on peut contrecarrer les ruses de la Destinée, et quand la magie s’invite dans l’équation, la voie s’ouvre vers l’impossible, vers ce qui est sublime, car nous avons la force de surmonter l’insurmontable, il suffit de beaucoup de courage et de volonté et de détermination, ça prendra le temps qu’il faudra, mais au moins on aura essayé en restant fidèle à nos idéaux à notre cœur en laissant les regrets derrière nous, en regardant de l’avant, souriant à cette Chance qui nous tend la main, saisissons là, car elle peut changer notre vie, notre chemin.
Un livre dont la force de ses mots vous donne le courage de rebondir, de faire preuve de ténacité, et où la laideur se traduit dans les mauvais actes et la beauté dans les belles actions.
Dans chacun de ses passages, on sort avec une leçon de vie et de survie, de savoir-faire et de savoir-vivre, on sort grandi.
Lisez-le ! Ce livre, il a la capacité de vous changer de vous surprendre, de vous instruire et de vous apprendre sur vous-même. Ainsi la magie s'opère.
Un coup de cœur depuis si longtemps.

par Riverie
Ciao Bella Ciao Bella
Serena Giuliano   
Ce roman m'a été offert par ma mère lors de mon dernier anniversaire, ne connaissant nullement l'autrice, il était l'heure pour moi de partir à la découverte de celle-ci. C'est en étudiant le résumer que j'ai compris pourquoi ma mère avait été guider vers ce livre : Les angoisses d'Anna étaient les mêmes que les miennes.

Sans trop étalé ma vie privée, je vivais une période difficile avec moi-même, toujours angoissé et pris au piège par ce cercle vicieux. Ce bouquin, m'a fait un bien fou, une dose d'humour qui a pu dévier la noirceur de mes propres angoisses. Je ne dirais pas qu'il m'a guéri, mais disons qu'il m'a aidé à extérioriser certaines choses, mais aussi à voir ma situation sous une autre perspective.

L'écriture de Serena Giuliano est fluide et prenante. C'est un livre que j'ai lu d'une traite sans prendre de grande pause, un très bon moment de vie, le genre de livre que j'aime dévorer d'un coup !

Ce qui est appréciable, c'est que ce roman peut tout aussi bien toucher ceux qui ne sont pas concernés par ce qui traite de l'angoisse, nous suivons la vie d'une jeune femme qui a tout pour elle mais qui pourtant, appréhende le moindre aspect de sa vie. L'histoire d'Anna m'a arraché des rires, des larmes mais m'a aussi amené la sérénité avec l'histoire de sa famille. On aurait pu croire à une mini biographie de l'auteure, ce qui prouve à quel point le personnage de Anna est vivant !

La fin fut parfaite, je n'en attendais pas moins, mais pas plus non plus. Je ne sais pas si je lierais à nouveau un livre de Serena Giuliano mais, je peux dire que celui-ci est un cadeau précieux à mes yeux. L'un de mes préférés de ma bibliothèque.

par bilakaifa

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode