Livres
559 435
Membres
608 406

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de LesmotsetDebo : Mes envies

Les Étoiles de Noss Head, Tome 5 : Origines - Deuxième partie Les Étoiles de Noss Head, Tome 5 : Origines - Deuxième partie
Sophie Jomain   
OH MON DIEU !!! Cette explication me fait encore plus aimé ce livre ! Et ne parlons pas du bonus de Noël 2015 !

Voici l'explication de Sophie sur le choix de cette fin ... ( Source : twilight-teamsuisse.blogspot.fr )

[spoiler]"Je refusais que Leith se souvienne d'elle au dernier moment et se dise "purée, on a failli raté des choses". Je voulais qu'il retombe amoureux, vraiment, que le mor-aotrom lui prouve à lui et à elle une nouvelle fois qu'ils étaient faits l'un pour l'autre, je voulais qu'il redécouvre tout de Hannah, qu'il en soit fou au point de se dire que peu importe si sa mémoire lui fait défaut, seul ce qu'il a devant lui, sa certitude compte. L'éternité avec elle. Et elle, l'éternité pour lui rappeler combien ils s'étaient aimés, combien ils s'aimeraient encore.
Je voulais qu'ils aient une vraie nouvelle chance. Celle que le commun des mortels n'auraient jamais, parce qu'ils ne sont pas le commun des mortels.
C'aurait été si facile de lui faire retrouver la mémoire et tomber dans le ressort bateau du "tout est bien qui finit bien". Non. Ils vont devoir reconstruire. Ensemble. Pour de vrai.
Et ainsi, Leith est encore plus sûr de son amour pour elle. Quant à Hannah... après ça, elle se sent sûrement aimée comme nulle autre femme.
Quant à la Meute, ce n'était pas son histoire, ni celle du Cercle. C'était celle de Grigore, Leith, Hannah et celle des Sutherland. C'est d'ailleurs pourquoi l'histoire se termine là où elle a commencé pour les loups."

***

BONUS : suite des "Étoiles de Noss Head" offerte par Sophie Jomain pour le 25 Décembre 2015.
© Sophie Jomain / Pygmalion
Source : facebook.com/ed.Pygmalion

— Et voilà ! s’exclama M. Broadman en déposant deux mugs fumants devant nous. Chocolat, cannelle et sucre d’orge ! Joyeux Noël, les enfants !
Je le remerciai d’un sourire qui voulait tout dire et, impatiente d’y goûter, je me saisis de ma tasse avant de la porter à mes lèvres.
— Prenez garde à ne pas vous brûler, ajouta-t-il avant de s’éclipser.
J’avalai une gorgée, deux puis trois, et fermai les yeux de délectation. Il n’y avait que chez Broadman qu’on trouvait des boissons de Noël aussi délicieuses.
— Ah ! J’adore Noël !
Leith s’empara de son mug et pinça les lèvres.
— Fête commerciale…
Oh, je savais bien ce qu’il en pensait. Mais je m’en moquais. Moi, j’adorais ça !
— Tu n’es qu’un grognon ! D’ailleurs, tu ne m’as toujours pas dit ce qui te ferait plaisir.
Il s’en amusa.
— Et toi ?
Excitée comme je l’étais à l’idée de fêter Noël, j’embrayai sur la longue liste de cadeaux auxquels j’avais pensé. Il siffla.
— Rien que ça ! s’esclaffa-t-il.
J’éclatai de rire, puis redevins sérieuse.
— Mais toi, Leith, qu’aimerais-tu ? Dis-moi…, insistai-je en terminant mon chocolat chaud.
Son petit sourire en coin faillit me faire fondre.
— La réponse est sous ton nez.
Décontenancée, je fronçai les sourcils. Alors, mon attention fut attirée par l’inscription au fond de ma tasse.
« All I want for Christmas is you
Will you marry me? »
J’en perdis tous mes moyens.
— Par l’Esprit…
Le cœur battant, je levai la tête vers Leith. Il me mangeait des yeux. Puis, sans cesser de me regarder, il plongea la main dans sa poche et en sortit un anneau argenté serti d’un diamant.
— Veux-tu être ma femme, Hannah ?
En cinq ans, notre relation avait atteint des sommets, tout ce par quoi nous étions passés nous avait davantage renforcés, rapprochés, nous nous aimions plus que jamais, alors les larmes affleurèrent.
— Par l’Esprit ! Oui ! Oui !
La bague qu'il glissa le long de mon doigt fit de moi la femme la plus heureuse du monde.
Leith était l'homme que j'aimais.
Ma moitié. Mon double. Mon âme.
Mon éternité.[/spoiler]

par MissNaais
Les Étoiles de Noss Head, Tome 4 : Origines - Première partie Les Étoiles de Noss Head, Tome 4 : Origines - Première partie
Sophie Jomain   
Magnifique.
Les sentiments d'Hanna ont été magnifiquement écrits.
Sa détresse face à la disparition de Darius et l'Amour fraternel qu'elle lui porte étaient tellement touchant...
De plus, le personnage de Grigore m'a subjugué.
J'ai dévoré ce livre et j'attaque la suite immédiatement.

par Adèle
Les Étoiles de Noss Head, Tome 3 : Accomplissement Les Étoiles de Noss Head, Tome 3 : Accomplissement
Sophie Jomain   
Le tome trois des Étoiles de Noss Head commence exactement après le réveil d'Hannah en ange noir, elle habite désormais avec Darius et ses frères, celui ci prend très au sérieux son rôle de mentor.
Hannah malgré son cœur brisé va peu à peu apprivoiser sa nouvelle nature, parfois dans le rire d'autre fois dans les larmes et la douleur. Malgré le fait de ne plus être une humaine, elle en garde par certains côtés les émotions et les aptitudes ce qui déconcerte beaucoup Darius, d'autre part elle a gardé son odeur humaine ce qui pose quelque problèmes.
La relation entre Hannah et son mentor est très étrange, mélange de tendresse et de culpabilité pour lui, gratitude et besoin d'affection pour elle. Il la maitrise lors de ses accès de colère, il la console quand la soif de sang la prend et qu'elle ne veut pas boire, il la taquine lorsqu'elle découvre de nouvelles facettes de sa condition et à ses réactions étranges, il la soutient lorsqu'elle revoit ses parents pour la première fois depuis sa transformation ; en un mot il est présent pour elle quelque soit les circonstances.

Lors de son retour à l'université elle revoit Leith pour la première fois depuis son changement et c'est une nouvelle épreuve pour elle, quant à Leith, eh bien franchement je lui aurais bien mis des claques moi, pour quelqu'un soit disant amoureux à la folie et alpha d'une meute de loups-garous je l'ai surtout trouvé faible et lâche, il sait qu'Hannah souffre et est en colère par sa trahison et il lui propose de rester amis ? L'auteure à un drôle de sens de l'humour ...
Mais elle se rattrape largement avec un coup de théâtre impromptu qui remet tout en cause et retourne complètement la situation d'une façon remarquable. Cette idée de génie relance le récit sur une toute nouvelle voie qui va vous entraîner dans toute cette seconde partie sur un rythme haletant sans temps mort et vous faire passer par toute une gamme de sentiments diverses pour finir en beauté avec une fin surprenante et pas du tout convenue.

Ce tome malgré quelques coquilles du je pense à l'impression est très abouti, l'évolution d' Hannah est le plus intéressant, pour moi qui est beaucoup plus attiré par les écrits "adultes" de Sophie Jomain je dois dire que je me suis laissé facilement charmée par ce récit plein d'allant, prenant et plein de surprise dans l'histoire. Les rôles secondaires que nous retrouvons avec plaisir : Gwen l'amie indéfectible, la famille et la meute de Leith, ont eux aussi une place importante et prennent part chacun à leur manière de façon prépondérante à cette histoire d'amour.
Au final un superbe tome pour une trilogie peut être Young adulte mais que les adultes peuvent lire avec grand plaisir.


par samba
Les Étoiles de Noss Head, Tome 2 : Rivalités Les Étoiles de Noss Head, Tome 2 : Rivalités
Sophie Jomain   
10 fois mieux que le tome 1.
Je suis restée scotchée à ce livre. L'histoire est très prenante même si on en devine une bonne partie à l'avance.
Comme l'indique le titre du livre, une rivalité oppose les loups aux exploiteurs sur le campus de l'université.
J'ai adoré les personnages de Darius et Minah (des exploiteurs).
Hannah se lie d'amitié avec eux malgré la jalousie de Leith.
On partage beaucoup de sentiments avec eux, comme la perte de l'être aimé, l'amour impossible...
Quant à la fin de ce livre, elle est tout bonnement abominable.
Cela annonce un tome 3 bouleversant avec larmes et coeurs brisés

par Adèle
Les Étoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige Les Étoiles de Noss Head, Tome 1 : Vertige
Sophie Jomain   
Je l'ai lu il y a quelques jours. J'étais curieuse de découvrir pourquoi ce livre était tant apprécié (Même si, honnêtement, le résumé ne me disait rien). Cependant, quand j'ai eu l'occasion de le lire, et bien, je l'ai saisie. Au vu de sa position dans ma bibliothèque, vous pouvez aisément deviner globalement ce que j'en ai pensé : Je n'ai pas apprécié. Pourquoi? Ah ! Je vais me faire un plaisir de développer ce commentaire. C'est le but d'un commentaire, non? Expliquer clairement pourquoi on a apprécié ou non. Au risque d'en froisser certains, je vais être honnête et ne pas prendre de gant.

Commençons par le début. Dès que j'ai lu les toutes premières pages, j'ai été vachement surprise. Parce que j'étais tout à fait d'accord avec ce que pensait l'héroïne et j'ai été surprise de retrouver ce type de jugement dans un livre. Je m'attendais pas à tomber sur une héroïne cruellement réaliste. Du coup, je suis partie sur une bonne image de l'héroïne. Erreur. En allant plus loin, j'avais l'impression de découvrir un tout autre personnage. Entre ce qu'elle pensait au début, et la manière dont elle se comporte par la suite... Je ne vois aucun lien logique. Absolument aucun. Hannah, qui peut paraître attachante au début (Pour ma part, pendant une dizaine de pages, à tout casser), s'avère en fait totalement inintéressante. Elle correspond totalement au portrait des héroïnes dans ce type de roman : Naïve (Oh dieu, c'est un euphémisme), irritante (Sérieusement, elle se plaint d'aller en Ecosse. Il y a des enfants qui ne partent JAMAIS en vacances et feraient n'importe quoi pour le faire ! Je comprend qu'elle n'ait pas envie, mais à force c'est franchement gonflant), imbécile, crédule ... Sincèrement, j'insiste là-dessus. Elle a beau avoir dix-huit ans, elle adopte le même comportement qu'une fille beaucoup plus jeune. L'exemple, je le met sous spoiler.

[spoiler]Quand Leith lui parle "froidement" (Hahahahaha),et se montre un peu distant, préoccupé, pendant deux semaines, elle boit, flirte avec n'importe qui et essaye la cigarette avec un inconnu dans la ruelle. C'ETAIT PREVISIBLE A DEUX CENT KILOMETRES QUI ALLAIT SE PASSER UN TRUC BONTE DIVINE. [/spoiler]

Pour moi, c'est un comportement stupide. Inconscient. Et puéril. Incroyablement puéril. Surtout qu'elle est "en danger", mais non. Ca lui passe totalement au-dessus de la tête. Ma foi, si tu veux ma fille... Autre point.

[spoiler]La fille apprend qu'elle a failli se faire violer, et réagit, comme ça : "Oh la la ! Il a voulu s'accoupler avec moi !" ON PARLE DE VIOL LA.[/spoiler]

Vraiment... Je la trouve débile.
En parlant de prévisibilité.. On devine absolument TOUTE l'histoire rien qu'avec le résumé. Quand on commence l'histoire, c'est pire. On devine tout. On peut deviner facilement qui est le fauteur de troubles. Il n'y a strictement AUCUN, mais AUCUN suspens. Ce qui rend le récit incroyablement plat. D'autant plus qu'il n'y a aucune action, donc rien pour relever le niveau.
L'histoire d'amour est incroyablement prévisible. On le sent dès la première rencontre. De toute façon avec le résumé, on est très bien renseigné ... Leur histoire se développe vite, TROP vite, pour que ce soit crédible à mes yeux. J'ai lu d'autres romances de ce genre mais bon sang, celle-ci bat le record. Hannah, que l'on croit censée au début de l'histoire, devient tellement agaçante. Elle devient amoureuse sans que l'on comprenne pourquoi. A chaque fois qu'elle voit Leith, elle ne pense qu'à son physique (qui est trèèèèès idéalisé... Enfin, c'est normal, ce serait pas drôle sinon). Pour résumer, c'est ça, hein. Elle ne voit que ça. Et ça lui suffit pour tomber amoureuse. Je comprendrais jamais...
Puis, Leith également. Il tombe sous le charme, quasiment à la première rencontre (hum), sans que l'on comprenne le pourquoi du comment. Hannah, qui le connaissait à peine, le jugeait déjà parfait pour elle, correspondant totalement à ce qu'elle aimait. Je ne peux pas apprécier une héroïne comme ça. C'est au-dessus de mes capacités, désolée.
Le pire, c'est que je voyais clairement le jeu de l'auteur.

[spoiler]J'ai eu l'impression (plutôt flagrante) que l'auteur a fait en sorte que l'héroïne apprécie suffisamment Davis pour être encore plus déçue pour sa réaction au club, et ne soit pas intéressée par lui. Et le voit, ainsi, uniquement comme un ami. Pour ainsi, laisser le champ libre à Leith.[/spoiler]

Déjà, quand on prend conscience de ça.. C'est mauvais signe.
Puis, quand ils essayent d'être drôles... Encore une fois, on peut avoir l'impression d'avoir à faire avec des adolescents plus jeunes. Cela ne m'a pas fait sourire, et apparemment, je ne suis pas la seule (merci, ça me rassure un peu). Je vais mettre d'autres exemples sous spoiler qui m'ont interpellée...

[spoiler]1) Je rappelle : Ils se connaissent à peine, et Leith propose à Hannah un rendez-vous de deux jours (EVIDEMMENT C'EST TELLEMENT CENSE). Il lui touche la joue, et c'est bon, elle est en transe. Cela me ferait presque rire.
2) Hannah, après avoir vu Leith faire un câlin à Gwen et l'embrasser sur le front, en déduit forcément qu'ils sont ensembles. D'accord. Elle a jamais entendu parler de l'amitié entre garçon et fille ?
3) Puis bon, l'histoire qu'elle se sent coupable vis à vis de Gwen, à la page 77, on repassera...
4) Quand Hannah squatte chez la famille de Leith, sans aucun souci, le père ne dit rien. Sachant qu'ils doivent être seuls, tous les deux, qu'il ne l'aime pas beaucoup... En attendant, il la nourrit etc. Et Hannah n'a aucun scrupule à s'inviter comme ça et s'impose. Cela me sidère.
5) Vers la fin, la manière dont elle exige des explications, comme ça, à des adultes loups... J'ai été littéralement sur les fesses en voyant qu'ils ne réagissaient pas et se justifiaient face à elle. Non mais... non.
6) J'ai noté une incohérence. Hannah qui dit qu'elle est le chauffeur, puis finalement c'est Leith qui conduit. D'accord.
7) Ce serait la première fois que l'oncle et la tante de Leith rencontre une amie à leur neveu. OKAY. CA NE SURPREND PERSONNE? ILS SE CONNAISSENT A PEINE ET LEITH DECIDE DE LA PRESENTER CONTRAIREMENT A D'AUTRES QU'IL CONNAIT DEPUIS PLUS LONGTEMPS. RAH.
8) Quand elle échange des mails avec sa meilleure amie, on ne sait jamais ce qui passe de son côté. Hannah fait que raconter sa vie et demande quasiment jamais de nouvelles à son amie. Puis, quand Sisi apparend que Hannah sort avec Leith, puis qu'elle va vivre en Ecosse, elle réagit à peine à l'annonce de son déménagement, mais pour Leith, ça y va. [/spoiler]

Je sais pas. Mes amies ne réagiraient jamais comme ça. C'est tellement incohérent. On ne sait rien de la vie des autres personnages (Hormis l'histoire d'amour de sa grand-mère, mais bon, c'est parce que c'est en lien avec celle de nos chers héros). Donc, tout le roman se concentre uniquement sur les deux. C'est comme s'ils étaient les seuls dans le bouquin.
Pour revenir à la relation amoureuse des personnages principaux... Aller, je vais mettre sous spoiler, pour éviter d'informer de potentiels lecteurs.

[spoiler]Le mor-aotrom. Qui est un phénomène que les garous vivent une fois dans leur vie, seul un sentiment d'une rare profondeur et d'une sincérité absolue peut le provoquer... Et pas n'importe lequel ! L'amouuuur. -->Ri-di-cu-le. Le fait que ça arrive à Leith et Hannah alors qu'ils se connaissaient A PEINE (J'insiste) est encore plus ridicule. C'est incohérent. Stupide. Incensé. [/spoiler]

Je vais passer l'histoire des âmes soeurs et blabla... hein? ... Et je ne vais rien dire sur le fait que Leith donnerait sa vie (SA VIE) pour une fille qu'il connait depuis pas plus d'un mois. D'accord. Je ne vais pas insister sur les échanges ô combien mielleux ("Oh non, je ne te quitterais jamais !"). Ceci n'est qu'un exemple parmi tant d'autres. Je reconnais que quand on est amoureux, on se comporte souvent ainsi, je le conçois. Mais trop, c'est trop.

J'ai remarqué que beaucoup criaient à propos de la ressemblance avec Twilight. Je reconnais qu'il y a de nombreuses similitudes, même si je ne considère pas du tout cela comme du plagiat. C'est vrai que cette ressemblance m'a frappée quand Hannah va dans cette librairie. Cela me rappelait énormément celle où se rendait Isabella dans Twilight.

DONC, pour résumer tout ceciii... Une histoire inintéressante, des personnages fades, des clichés très visibles, aucun suspens, aucune action... <--- Ceci, est MA pensée. Elle n'est pas universelle. D'autres ont apprécié l'histoire, et c'est tant mieux. Pour autant, je n'ai vraiment pas apprécié, pour tous les points énoncés ci-dessus. Je ne voulais pas me contenter d'un "Je n'apprécie pas", sans expliquer clairement ce qui n'allait pas. Maintenant, c'est le cas. Mais je le répète, ce n'est que mon avis. Tout le monde est libre d'apprécier ou non quelque chose, c'est tout.


par Eleanara
L'éternité, c'est compliqué L'éternité, c'est compliqué
Jennifer L. Armentrout   
J’avais de grandes attentes pour ce livre. S’il n’a pas répondu à toutes, j’ai tout de même passé un excellent moment. On peut compter sur JLA pour offrir un maximum d’émotions.

Mallory a vécu l’enfer pendant son enfance. Placée dans une famille d’accueil des plus sinistres, elle a appris à se faire discrète, à s’effacer pour éviter toutes représailles. 4 ans après, la jeune fille peine à s’en sortir mais elle est déterminée à devenir « normale ». Pour ça, elle décide de s’inscrire au lycée pour son année de Terminale. Elle avait tout prévu sauf de retrouver Rider, qu’elle connait depuis longtemps et qui avait juré de toujours veiller sur elle.

Ce livre change beaucoup des précédents romans de JLA. L’auteure aborde des sujets très lourds, très durs mais elle le fait avec des mots qui sonnent vrais, avec des mots justes. Ce que j’aime, c’est qu’elle ne cherche pas à édulcorer ses propos. Certes, il y a une grande part de fiction, mais on reste dans le réel. L’équilibre entre les deux est bien trouvé et le récit n’en est que plus saisissant.
Autre différence, on n’a pas cette légèreté qu’elle essaye d’apporter à ses romans. On en trouve quelques touches ici et là mais nettement moins.

Le roman met véritablement l’accent sur les personnages et leur psychologie. Il ne faut alors pas s’attendre à un récit avec de nombreuses péripéties. Il y a un peu d’action mais, si c’est ce que vous recherchez avant tout, passez votre chemin. C’est là-dessus que le roman diffère en grande partie de ce que j’avais imaginé. Je ne m’attendais pas à ce que le psychologique domine autant, ce qui n’est pas un mal, mais cela peut se révéler assez déroutant.

Le récit est le reflet de l’évolution de Mallory. Le rythme est plutôt lent dans un premier temps et gagne en force au fil des pages. Mallory est particulièrement vulnérable à ce moment-là mais elle va en s’affirmant. Puis, tout va changer, voire même s’inverser, dans un second temps, suite à un terrible événement. Honnêtement, je ne l’ai pas vu venir et j’ai été plutôt affectée par ce passage. J’étais tellement à fond dans ma lecture que j’ai pris tout ça très à cœur. Cette seconde partie du roman marque un tournant chez Mallory. Elle sort de sa carapace et ose s’exprimer. C’est alors plus dynamique, et toujours riche en émotions. JLA a véritablement soigné chaque détail.

De même pour ses personnages, absolument magnifiques. Mallory et Rider m’ont énormément touchée. Impossible qu’il en soit autrement.
Mallory a été très affectée par son enfance en famille d’accueil. Ce n’est que des années après que, aidée par des parents aimants, elle va réussir à s’affranchir de ses démons. J’ai de suite été émue par le personnage puis j’ai admiré la détermination et le courage dont elle fait preuve. Elle refuse de rester ainsi et fait tout son possible pour s’en sortir et devenir « normale ». Je me suis également reconnue en elle sur plusieurs points. Je comprenais très bien ce qu’elle traversait, ce qui m’a d’autant plus rapproché d’elle.
Si elle en est là, c’est en grande partie grâce à Rider. OMG !! Le jeune homme est tellement parfait. Trop peut-être, mais qu’est-ce que je l’ai aimé. JLA a ce don pour imaginer des pépites et Rider ne fait pas exception. Il est tellement attentionné avec Mallory. C’est touchant. Si la jeune fille semble être la plus en difficulté, on découvre assez vite que Rider n’est pas en reste. Lui aussi possède ses failles.
Le duo qu’il forme est des plus émouvants. La romance imaginée par JLA est toute mignonne, ce qui par ailleurs permet d’alléger quelque peu le récit.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste, loin de là. Tous sont essentiels à l’histoire.
J’ai adoré Ainsley, la meilleure amie de Mallory. Elle apporte cette dose d’humour nécessaire au récit. Je n’aurais pas été contre la voir davantage. Et pourquoi pas dans un prochain roman ;)
Jayden et Hector, frères et amis de Rider, m’ont également beaucoup plu. Chacune de leurs interventions était une réussite. Tous, à leur façon, vont aider nos protagonistes.
Mais celle qui tire son épingle du jeu, c’est Paige, rivale de Mallory en quelque sorte. Je n’ai pas réussi à la détester pour la simple et bonne raison que tout ce qu’elle dit est vrai. Elle tape dans le mille à chaque fois. Elle n’est pas toujours tendre dans ses propos mais elle a le mérite de faire bouger les choses. J’ai été plutôt impressionnée par Paige. Là encore, on aurait pu aller plus loin avec ce personnage. Il y avait du potentiel.

The Problem with Forever n’est pas tout à fait ce que je m’étais imaginé mais je suis tout de même ravie par ma lecture. C’est un YA extrêmement poignant. Je découvre avec beaucoup de plaisir JLA dans un registre plus grave et suis plus que prête à renouveler l’expérience.

par Mono9000
All This Time All This Time
Rachael Lippincott    Mikki Daughtry   
Kyle est amoureux de Kimberley et ensemble, ils forment un couple depuis des années. Mais à l’aube du début de leur vie d’adulte, la jeune femme souhaite continuer son chemin, seule, au moins pour un moment, et prendre son envol pour l’université de Berkeley. Une nouvelle que Kyle apprend le soir du bal. La dispute continue dans la voiture, mais sous la pluie torrentielle, un autre véhicule vient percuter celle du jeune homme. Le lendemain, Kyle se réveille et apprend que Kimberley est morte. Elle qui souhaitait vivre sans lui n’est maintenant plus là et c’est à Kyle d’apprendre à vivre sans elle.

En commençant ma lecture, je n’avais aucune attente, puisque, comme expliquée dans mon « PS » en fin de chronique, la quatrième de couverture physique du roman ne contient pas de résumé. Je n’ai eu aucun mal à accrocher, mais le soufflet est vite retombé. Le livre peut être séparé en trois parties.

On débute avec le décès de Kim et le deuil de Kyle. J’ai trouvé que cela était rapide, vraiment trop. Lui qui considérer Kimberly comme la femme de sa vie passe rapidement à autre chose après sa rencontre avec Marley. Chaque personne vit un deuil de manière différente et certains se relèvent après quelques mois alors pour d’autres, il faut des années, et peut-être que mon expérience personnelle joue un rôle, mais j’ai toujours du mal avec ses personnages qui au bout d’un ou deux mois sont déjà retombés amoureux à la folie. Même s’il y a une explication logique qui apparaît à la fin, j’ai failli abandonner ma lecture à ce moment-là. Surtout que la deuxième partie tourne principalement autour du couple Marley-Kyle et traîne en longueur.

J’en suis venue à lire en diagonale au bout d’un moment jusqu’à ce qu’un an après le décès de Kim, Marley disparaisse subitement et Kyle se retrouve de nouveau à l’hôpital. Il va devoir retrouver Marley et la reconquérir. Même si j’ai apprécié cette dernière partie, j’aurais aimé que ce soit plus long. Ce livre est, à mon sens, déséquilibré.

Quant aux personnages, j’ai apprécié Marley, son évolution. Au contact de Kyle, elle redécouvre la vie et les petites joies qu’elle peut apporter. Cette conteuse née aime les histoires qui débutent par « Il était une fois », le symbolisme des fleurs et sa sœur jumelle Laura.

J’ai eu un peu plus de mal avec Kyle, même si j’apprécie aussi son évolution sur la fin, notamment par rapport à son amitié avec Sam. J’ai apprécié avoir l’histoire de son point de vue. C’est assez rare d’avoir une romance d’un point de vue uniquement masculin.

All This Time n’en reste pas moins une jolie romance qui m’a fait un peu sourire, mais qui malheureusement restera, pour ma part, que ça. Une jolie histoire sans feu d’artifice, sans rien d’exceptionnel.



PS : Petit coup de gueule personnel.

J’ai acheté ce roman en librairie. Ayant eu un coup de cœur pour Five Feet Apart, j’ai acheté sans hésiter ce livre et cela même s’il n’y avait pas de résumé. Parce que oui, en ligne, on a le droit à un résumé de l’histoire, mais pas sur la quatrième de couverture physique qui ne contient en réalité qu’une phrase d’accroche « Peut-on trouver l’amour quand on a tout perdu ? ». Déjà, ce manquement n’est pas en faveur du livre. Il ne faut pas oublier que beaucoup de lecteurs et lectrices choisissent en fonction du résumé et de la couverture. Ce deuxième point, je vais aussi en parler. Alors, oui, la couverture est très jolie, mais j’ai eu l’impression de voir une copie de celle d’origine de roman Five Feet Apart. Même ton, même univers, même couleur. Alors que les deux histoires n’ont strictement rien à voir, si ce n’est qu’il y a de la romance dans un univers Young adult. En fait, le manque de résumé, la couverture en plus du bandeau indiquant qu’il s’agit du nouveau roman des auteures de Five Feet Apart me donne l’impression que le marketing s’est totalement appuyé sur le succès du premier roman sans chercher à attirer un nouveau public et à donner une chance à ce roman de manière indépendante. Ce roman m’a paru comme dépouillé de son identité propre et je regrette ce choix de la maison d’édition.
Kaleb, Tome 3 : Fusion Kaleb, Tome 3 : Fusion
Myra Eljundir   
http://wandering-world.skyrock.com/3195600873-KALEB-T-3-FUSION.html

Oh my ! Il y a tellement de choses à dire à propos de FUSION ! Ce roman, c'est un monstre, un pur ovni de la littérature YA. C'est bien la première fois de ma vie que je lis une histoire aussi étrange et aussi obsédante. Je dois bien l'avouer : la trilogie KALEB m'a envoûté et m'a hypnotisé du premier au dernier volet. FUSION clôt à merveille cette saga, car c'est un opus qui répond à absolument toutes nos questions, tout en nous laissant la possibilité d'envisager bien des futurs pour nos héros qu'on adore détester. Malgré tout, je suis un peu plus mitigé qu'après ma lecture des deux premiers romans. En effet, FUSION est véritablement un récit à part, qui se détache à la fois de KALEB et d'ABIGAIL, mais également de tout ce qu'on peut connaître et expérimenter en termes de voyages livresques. J'ai vraiment vécu quelque chose d'unique et de particulier, et je ne sais pas encore si j'ai aimé ou détesté ça. D'un côté, je suis frustré, car Kaleb est assez absent du récit. A contrario, je suis également hyper satisfait et ultra impressionné du travail de l'auteure sur son univers. Bref, la trilogie KALEB ainsi que FUSION n'ont jamais rien fait pour me faciliter la tâche côté émotions et, ça, j'adore !
Le truc vraiment spécial avec FUSION, c'est que c'est un roman... Qui nous parle d'un roman. En effet, ce troisième opus de la saga KALEB nous offre de très nombreux extraits du Livre du Volcan. Ainsi, nous nous retrouvons confrontés aux histoires des EDV (Enfants Du Volcan), chose qui m'a particulièrement étonné. Je ne m'attendais absolument pas à ce que Myra Eljundir (si cette personne existe vraiment, d'ailleurs !) emprunte un tel chemin ! Du coup, j'ai eu besoin d'un peu de temps pour me faire à l'idée qu'on ne suivrait pas que Kaleb dans cette histoire. Je l'avoue, j'ai été déçu et un peu frustré. Kaleb m'a ÉNORMÉMENT manqué. Son histoire m'a toujours irrémédiablement attiré. Sa personnalité, son don, son caractère, ce qu'il projette, tout cela m'a TOUJOURS passionné et enivré. J'étais tellement impatient de pouvoir réitérer ces expériences que voir mes désirs mettre plus de temps à être assouvis m'a mis un petit coup au moral. J'ai profondément craqué pour Kaleb, c'est officiel. Il y a quelque chose d'envoûtant, de chaotique, de sensuel, de charnel, d'hypnotique, de sulfureux, d'inoubliable et de destructeur chez lui. Quelque chose qui nous pousse à sans cesse en redemander plus. Plus, plus, plus. Plus de Kaleb Helgusson. Vous l'aurez compris, une grosse part de ma "déception" provient du fait que le héros de la trilogie ait été effacé au profit d'une histoire encore plus complexe et encore plus intrigante. C'est un peu paradoxal, mais c'est exactement ça. J'ai aimé les éléments qui ont "remplacé" Kaleb, mais j'aurais encore plus aimé retrouver ce héros de la manière dont c'était le cas dans les deux précédents romans.
Concernant le Livre du Volcan, houlalalala ! Myra Eljundir est dingue, c'est sûr. L'auteure part tellement, tellement, tellement loin que je n'ai pu que rester admiratif et ébloui devant autant de travail. C'est juste B-R-I-L-L-A-N-T. Surtout que cela explique pourquoi Kaleb doit être estompé du paysage. D'où le fait que je sois perdu, en fait. Parce que je pardonne aisément à Myra le choix de faire disparaître son héros pour nous livrer un récit aussi mystérieux et envoûtant que celui du Livre du Volcan. Le Livre du Volcan, c'est une histoire gigantesque, ultra sophistiquée et subtile, à laquelle il faut vraiment s'adapter. J'ai eu besoin de beaucoup de temps pour me mettre dans le bain, en fait. On pénètre vraiment au cœur d'un tout autre univers, alors qu'on voyage déjà au beau milieu d'un monde lui-même hyper bien construit et possédant sa part de complexité. Préparez votre concentration pour dévorer ce roman, c'est un conseil !
Rencontrer Wothan, Edda, Hermeda, Järell, Östan ou encore Loki a été une aventure exceptionnelle. Vraiment. Une fois que je suis parvenu à me faire au Livre du Volcan, j'ai été aspiré dans un ouragan de rebondissements et de surprises à couper le souffle. Tous les protagonistes cités précédemment sont HYPER HYPER HYPER profonds. Ils sont tellement bien décrits, tellement authentiques et tellement humains qu'ils en paraissent presque réels. Ils sont presque là, avec nous. C'était pratiquement palpable, bordel ! Myra Eljundir est parvenue à donner une profondeur juste démente à ses héros. J'en suis encore tout retourné ! C'est juste un truc de dingue ! Leurs histoires s'entrecoupent, se croisent et se recroisent, s'entrechoquent pour nous faire halluciner et nous consumer. Puis elles nous mènent logiquement à l'histoire de Kaleb et, là, c'est carrément l'implosion.
Myra Eljundir est vraiment allée loin. Je me répète, mais vous comprendrez ce que je veux dire lorsque vous lirez le roman. Tout est si... Immense. J'ai vraiment eu l'impression d'avoir affaire à quelque chose d'énorme. A un monstre. Je n'arrive pas à m'enlever cette image de la tête. KALEB T.3 est un monstre, tout simplement. Plus on tourne les pages du Livre du Volcan, plus nous sommes possédés par cette espèce d'avidité et de curiosité toxiques qui rampaient déjà dans chacune de nos cellules depuis notre lecture du premier volet : quel sera le dénouement final de cette histoire ? Entre le récit des premiers EDV et les passages où nous retrouvons Kaleb, je vous assure que notre patience est mise à rude épreuve. J'ai vraiment été conquis par les moments relatés au présent, où nous rejoignions enfin Kaleb et ses acolytes. Malheureusement, j'ai trouvé que trop peu de place et d'importance leur était accordée. C'est dommage, car ils sont pourtant ultra intéressants et nécessaires au fil conducteur de l'intrigue. Si les choses avaient été un peu plus approfondies les concernant, tout aurait été parfait !

par Jordan
Kaleb, Tome 2 : Abigail Kaleb, Tome 2 : Abigail
Myra Eljundir   
le tome 1 était la découverte d'un nouvel univers plutôt déconcertant, et certains ne souhaitaient pas continuer avec cette saga, c'est vrai il n'a pas été facile de se retrouver dans la tête d'un empathe comme Kaleb. Mais passé cette appréhension on se laissait pourtant entraîner par la noirceur et la détresse de Kaleb. Et bien, je suis contente de continuer cette lecture, car ce second tome est encore meilleur !
Sensualité, Action, Trahison, Tension, Émotion, Révélation, Rythme, voilà qui résume ce que j'ai ressenti avec la lecture de ce tome 2. On va de surprise en surprise et on se surprend à espérer que tout se passe bien pour Kaleb, car je confirme ce que je disais après le 1er tome, Kaleb est diaboliquement attachant !
Cette saga est également riche de personnage plus mystérieux les uns que les autres, et dans ce tome, nous apprenons à les connaître et à percer leurs secrets, enfin en partie, car à chaque révélation, un doute nouveau s'installe, et tout ce qu'on croyait cousu de fil blanc ne l'est pas !!

Cette fois, et plus que jamais la prophétie est en marche, tous les pions sont en place !! Et si le mal n'était pas incarné par ceux qu'on croit ??!!!
En tout cas vivement le tome 3 (prévu pour fin Août 2013), car avec les révélations finales on ne sait plus du tout à quoi s'attendre, à part à une fin grandiose !

par coco69
Kaleb, Tome 1 : Kaleb Kaleb, Tome 1 : Kaleb
Myra Eljundir   
http://wandering-world.skyrock.com/3096284313-Kaleb-Tome-1-Kaleb.html

Sexy. Excitant. Ardent. Intense. Kaleb, c'est une bombe. Si je devais publier un livre, ce serait un roman comme Kaleb que j'aimerai écrire. Ce thème de l'empathie me touche énormément, ainsi que tous les sentiments forts qui y sont traités. Mais, mon dieu, que ce livre est exceptionnel. En achevant la dernière page hier, j'étais juste dans la brume. Une brume qui sonnait comme une claque. J'étais lessivé. Abasourdi. Fasciné. Choqué. Autant de sensations contradictoires provenant directement de ce petit chef-d'œuvre. Je pense que vous le savez, mes attentes pour Kaleb étaient très élevées. Hé bien il n'a pas fait que brillamment les remplir, il les a surpassé comme rarement un livre l'a fait.
La présentation nous informe que nous allons, avec cet ouvrage, passer du côté obscur de la force et être bercés par le Mal. Je ne me doutais pas une seconde à quel point cela allait être vrai, et c'est essentiellement grâce au héros de l'histoire, le fameux Kaleb Helgusson. Il a la beauté des anges et le caractère du diable. Toutes les filles craquent pour lui. Il aime ça. Et il en redemande. Lorsque son don d'empathe va se révéler à lui, il va avoir du mal à comprendre ce qui lui arrive. J'ai adoré découvrir comment ce pouvoir s'est manifesté, ainsi que la façon qu'à Kaleb de l'apprivoiser.
Ce qui est saisissant avec ce roman, c'est la façon qu'à Myra Eljundir de retranscrire les sentiments de ses personnages. On erre entre exaltation, douleur et effroi. Les descriptions sont ultra visuelles et sensorielles. Tout est hyper haletant, comme si on regardait un film dans lequel un tas d'images s'entrechoqueraient, et où la tension irait crescendo. Il y a énormément de scènes où l'auteur maîtrise tellement bien son sujet qu'elle parvient à nous rendre nous-mêmes empathes. Si si, je vous assure. Et je peux également vous certifier que c'est bien la première fois de ma vie que j'ai mal aux dents en lisant un roman. Non non, ne prenez pas ce regard surpris. Vous avez bien lu. Certaines scènes de torture sont juste hyper dures psychologiquement, tellement stressantes et poignantes qu'on ressent le mal physiquement. Et, en grand masochiste reconnu que je suis, j'ai complètement adoré ça. Le plaisir dans la douleur. Une phrase qui résume à la perfection tout le livre.
Comme dit précédemment, tout est vraiment intense dans ce roman. Et en plus de vivre une foultitude de sensations destructrices, Kaleb va devoir apprendre à contrôler son don et à canaliser ses désirs bestiaux. Étrangement, même si ce personnage est le diable en personne, c'est un protagoniste que j'ai appris à aimer. Même si c'est un véritablement monstre, il ressent énormément d'émotions paradoxales en lui durant une bonne partie du livre. Regrets, désolation, amour, joie... On traverse réellement toute une palette forte de sentiments brutaux et tous plus humains les uns que les autres.
Le gros plus de Kaleb dépend aussi des faits réels qui y sont rapportés. Et là... Ô God quoi. J'en suis encore tout retourné ! Myra Eljundir a su détourner avec brio la Peste du XVIIème siècle, ou encore l'explosion du volcan islandais Eyjafjöll. Rien qu'avec ça, j'étais déjà sous le charme. Mais avec tous les autres éléments qui sont entrés en jeu, je n'ai pas seulement été captivé par ce livre. Non, c'était bien plus que ça... Kaleb était devenu une véritable obsession. Un pur bonheur malsain. C'est terriblement excitant de découvrir les émotions des "mauvais" protagonistes. Personnellement, j'ai plus que craqué pour cette idée et pour toutes les sensations addictives qui en découlent.
Pour celles et ceux qui se posent la question, oui, il y a bien une histoire d'amour. Ok, elle est complètement déroutante et diamétralement opposée de toutes celles auxquelles nous sommes habitués, mais elle est bien là. D'ailleurs, c'est cette différence avec les autres qui m'a perturbé et irrémédiablement attiré. L'amour qui rend fou. Qui consume. Qui blesse. Qui tue. Je pense que vous avez commencé à le comprendre : j'adore tout ce qui lie des choses impossibles à unir en apparence. L'amour et la mort. La plaisir et la douleur. Et Kaleb regorge d'oppositions comme celles-ci. De quoi me rendre complètement dingue.
L'intrigue du roman est juste... Indescriptible. Myra Eljundir nous a brodé une histoire extraordinaire. Je n'ai vu AUCUN rebondissement venir. A chaque fois que j'ai essayé de trouver une réponse avant Kaleb, je me trompais, et pas qu'un peu. J'ai souvent dû poser mon livre quelques minutes pour reprendre mes esprits, souffler et me dire "oh chiasse !". Oui oui, j'étais obligé de jurer tant les surprises sont immenses et les révélations imprévisibles et inouïes. Tout dans cet ouvrage est renversant. Incroyable. Inhabituel. Frappant. Unique.
On pénètre véritablement au coeur d'un tourbillon de sensations. Jusqu'à la fin du livre, nous sommes bousculés, poussés en dehors de notre zone de confort, ce qui est juste ensorcelant. Dans les dernières pages, tout s'accélère. Tout devient encore plus saisissant, plus haletant. Chaque ligne nous coupe le souffle et nous déchire le coeur. J'ai refermé le roman avec tout un tas d'émotions encore brûlantes en moi : horreur, passion, choc, surprise, torpeur... Un cocktail mystérieux qui m'a laissé un étrange goût dans la bouche. Mais je sais une chose : j'en veux encore.
En résumé, je ne peux pas vous conseiller ce livre. Ô ça non. Je vais vous forcer à vous le procurer. Kaleb est un ouvrage rare et puissant. Les personnages sont juste extraordinaires, l'intrigue est diaboliquement séduisante, et tout n'est qu'euphories violentes. J'ai adoré ce livre. Attendre la suite s'avère déjà atroce. Je suis comme en manque. A travers ses mots, Myra Eljundir a su toucher mon âme et mes émotions. A me rendre accro. Kaleb est une vraie drogue. C'est tellement mal d'éprouver tant de plaisir. C'est si bon d'être mauvais.

par Jordan

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode