Livres
539 979
Membres
569 924

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Lowbella : Ma PAL(pile à lire)

Renouveau Renouveau
Jen Calonita   
Un roman simple à lire et qui nous replonge bien dans l'univers de la reine des neiges ! On y retrouve tous les personnages que nous connaissons en ayant vu le film et d'autres nouveaux personnages. J'ai beaucoup aimé le twist et comment se déroule l'histoire suite à ce twist. Anna est beaucoup moins naïve que dans le film et ça ça me plait !
Par contre, malgré le twist, l'histoire est très voir trop ressemblante. Et J'aurai aimé en savoir davantage sur les personnages rajoutés de Tomally et Johan.
Mais cela reste une bonne lecture détente, sans prise de tête et, même si je la connaissais, j'avais hâte de savoir la fin !

par juliebch
Il était un rêve Il était un rêve
Liz Braswell   
C'est une jolie revisite à laquelle je n'ai pas vraiment adhéré.
Le personnage de la princesse Aurore est trop terne et naïf pour moi dans la première partie du roman, mais j'ai bien apprécié son évolution et ce qu'elle est devenue à la fin du roman. Son caractère un peu plus trempé lui correspond mieux.
Le fait que cela se déroule dans un rêve est un peu perturbant au début mais cela rend les choses un peu plus intéressantes et permet de conserver le scénario du dessin animé.

par Lola5405
Hunger Games : La Ballade du serpent et de l'oiseau chanteur Hunger Games : La Ballade du serpent et de l'oiseau chanteur
Suzanne Collins   
Que dire de ce tome... J'ai aimé retrouver l'univers d'Hunger Games et en apprendre plus sur les premiers jeux. On découvre, à travers ce tome, que les premiers Hunger Games n'ont rien à voir avec ceux vécus par Katniss! [spoiler]Les tributs sont, certes, transporté dans un train mais, au contraire du traitement "privilégié" des tributs lors des Hunger Games auquel participe Katniss, les tributs des toutes premières éditions sont traités comme du bétail. Transporté par des trains de marchandises, dans le noir, sans rien manger ni boire, pour au final atterrir dans la cage d'un ancien zoo où ils sont observés de tous comme s'ils étaient des phénomènes de foire. Un traitement bien différent des Hunger Games qu'on connaît![/spoiler] J'ai également aimé en apprendre plus sur Snow, qui est tout juste âgé de dix huit ans dans ce tome et qui nous semble loin du Snow qu'on connaît malgré que son désir de pouvoir soit déjà bien présente. On en apprend plus sur sa famille également et sur sa vie en général. J'ai également apprécié les quelques références qu'on peut retrouver des premiers tomes. [spoiler]Comme les chansons chantées par Katniss qui, ici, on le découvre, sont composées et chanté par Lucy Gray ou encore l'expression "ce n'est pas fini tant que le geai moqueur n'a pas chanté" ce qui, à mes yeux, fait bel et bien référence aux précédents tomes et au rôle de geai moqueur que Katniss interprète.[/spoiler] Dans ce tome, on rencontre un Snow qui semble plus "humain" que dans les précédents tomes et qu'on voit évoluer petit à petit. J'ai bien aimé le personnage de Lucy Gray, fort caractère, qui ne se laisse pas faire. Une héroïne comme je les aime! En résumé, ce tome est agréable à lire malgré quelques longueurs vers le début selon moi. Il nous permet d'en apprendre plus sur Snow et sur les premiers Hunger Games, très différents de ceux qu'on a pu vivre avec Katniss. On se rend compte qu'au tout début, ils n'étaient pas réellement considéré par un spectacle, que ce soit par la population du Capitol ou par les districts et qu'aucune loi les obligeait à regarder. Tout comme l'arène, au contraire de ce qu'on savait grâce à Katniss, n'était au début qu'un simple lieu abandonné reconvertit en arène et non une arène spécialement crée pour les Hunger Games. En somme, je trouve ce tome plutôt bon bien que je garde une préférence pour les trois premiers.

par Kayane
Showstopper Showstopper
Hayley Barker   
Avec une couverture et un résumé pareils, Show Stopper ne pouvait qu'attiser ma curiosité de lectrice. Malheureusement, les premiers avis n'ont fait que déclinés mon enthousiasme. Autant dire que ce dernier a été encore plus réduit quand j'ai enfin plongé mon nez dans ce roman.

Si je devais citer les points positifs de ce roman, je dirais dans un premier temps l'écriture de l'autrice. Même si j'ai pris du temps à lire ce roman, la plume est fluide et dynamique. L'autrice décrit bien son univers et ses personnages.

Les idées étaient également bonnes. Etant une grande fan de l'ambiance des cirques, j'avais de quoi être satisfaite avec ce cirque assez particulier dans lequel la mort est omniprésente. En effet, par moment, l'univers a su me captiver avec tous les tours spectaculaires et l'ambiance assez glauque qui se dégage du lieu. L'autrice avait aussi prit le parti de critiquer les inégalités sociales et le racisme en opposant 2 populations. D'un côté, les Bâtards qui sont des artistes de cirques et les Purs qui sont les spectateurs.

Malheureusement, c'est dans l’exécution du tout que le bât blesse. D'une part, opposer deux populations pour faire une critique du racisme est une bonne idée mais LE MANQUE DE NUANCE dans ce roman est flagrant. C'est très très manichéen. Dans le même sens, le fait que le héros arrête d'être raciste en deux secondes après avoir vu une Bâtarde un peu mignonne qui lui plaisait alors qu'il a été élevé dans un milieu raciste n'est absolument pas crédible. Comme autre preuve du manque de réalisme de cette dystopie... eh bien le fait que cela en soit une justement ! Nous sommes en 2020, l'histoire se déroule en 2045. Autant vous dire qu'il y a très peu de chances qu'en 25 ans, on arrive à ce type de société. Par rapport à cela, j'ai aussi trouvé la violence et le côté gore qui se dégagent du roman purement exagérés.

Maintenant, attaquons-nous à ce qui fait le plus mal : la romance. J'ai déjà enduré beaucoup de romances cucus en YA mais là, on touche le fond. Non, parce que sérieusement, le roman se déroule sur 3 jours et, au bout de 3 JOURS, les deux personnages sont prêts à faire tout l'un pour l'autre. Oui, c'est carrément comme ça que cela se passe dans la vraie vie... Non j'ai même pas les mots là. Ca m'agace vraiment que beaucoup d'auteurs s'attachent à nous partager une vision édulcorée de l'amour. C'est vraiment nous prendre pour des jambons !

Rassurez-vous ça ne rend pas les plus attachants. Ben enchaîne les actions ridicules sans queue ni tête tellement il est obsédé par Hoshiko. Hoshi, quand à elle, aurait vraiment pu être intéressante mais elle devient rapidement nunuche dès qu'elle commence à tomber amoureuse de Ben. Bref, un désastre sans nom et une logique totalement absente.

Bref, je n'ai pas du été convaincue de ma lecture et je ne lirais CLAIREMENT pas la suite de la série !
La Sorcière oubliée La Sorcière oubliée
Melvin Burgess   
Un récit dangereux qui banalise la pédophilie, le viol, la séquestration, les violences physiques... et j'en passe. L'auteur ne remet JAMAIS en question les actes de ses personnages ni ne les dénonce d'une quelconque manière. Il en vient même à créer un tribunal d'adultes qui déclare COUPABLE la victime, mineure et instable psychologiquement... À vomir.
De brume, de métal et de cendres De brume, de métal et de cendres
Gwendolyn Clare   
Chronique de Diana :

https://followthereader2016.wordpress.com/2019/01/17/de-brume-de-metal-et-de-cendre-gwendolyn-clare

Attention, si vous n’avez pas lu le premier tome vous risquez d’être spoilé.

Il est rare que je dise ça mais j’espère qu’il va y avoir un tome trois, tout simplement parce que je sors de ce récit avec encore plus de questions .

Mais remettons un peu en premier lieu le contexte de cette histoire.

C’est un univers unique, je n’ai jamais rien vu ailleurs et ça permet des milliers de possibilité, l’imagination n’a plus aucune limite. A la fin du premier livre « D’encre, de Verre et d’Acier », je savais que je devais lire la suite, qu’il me fallait comprendre pourquoi Leo trahissait Elsa et ses amis pour une famille qui l’a rejeté et abandonné.

Une fois de plus j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire, je ne sais pas si ça vient du rythme ou tout simplement de la multitude de possibilités qui s’offrent à nous lors de notre lecture. Je me suis retrouvée un peu comme nos héros à chercher pourquoi Leo avait bien pu agir de la sorte. J’étais fâchée comme Porsia, incrédule comme Faraz me disant qu’il n’avait pu faire ça que sous la contrainte (car rappelons le Leo a volé le livre), et j’ai essayé de comprendre au final comme Elsa qui n’a qu’une idée : trouver une piste et rattraper le jeune homme. Mais à nouveau la magie opère et je me laisse complètement attirer dans le récit.

Donc le schéma est assez similaire dans la construction avec le premier opus, il faut un moment avant que les choses se déclenchent mais ensuite les événements et les rebondissements s’enchainent pour ne plus vous laisser un instant de répit.

Une chose qui est très appréciable avec un récit aussi complexe, c’est l’alternance des points de vue, ça nous permet de nous situer et de ne pas perdre pied dans l’avancement du roman. D’ailleurs je vais préciser que l’enchainement entre ces points de vue est parfait, car ils sont vraiment amenés dans un ordre qui donne une visibilité alors que dans certains cas, on ne sait plus quoi croire ou comprendre.

Je ne trouve pas d’aspects réellement négatifs. Oui, on peut râler avec le rythme lent du début ou parce qu’on trouve que la fin est trop ouverte. Cependant, les personnages sont des génies et leur particularité en action est juste addictive. Le travail en équipe, le fait de grandir et de prendre en maturité nous permet de les voir évoluer. L’auteure n’omet rien, mais elle apporte des détails aux lecteurs en temps voulu.

Je reste donc un peu dans le flou en terminant ce récit, tant de choses restent hors de notre portée mais je me dis que Gwendolyn Clare veut juste que notre imagination prenne le relais.

C’est une duologie jeunesse que j’ai appréciée, si je ne devais trouver qu’un petit bémol c’est que la romance n’est pas utile. L’auteure a une très belle plume et elle sait créer des personnages et des lieux forts.

Une très belle découverte et des romans de toute beauté autant à l’intérieur qu’à l’extérieur.
Lady Helen, Tome 1 : Le Club des mauvais jours Lady Helen, Tome 1 : Le Club des mauvais jours
Alison Goodman   
Je remercie tout d'abord la collaboration "Lire avant tout le monde" de Booknode pour m'avoir envoyé un exemplaire de Lady Helen, et également les éditions Gallimard !

J'ai totalement adhéré à ce roman !

Je ne connaissais pas encore l'auteure, mais au vu du résumé, ce premier tome d'une trilogie me tentait énormément.

Déjà je suis séduite par l'originalité de l'intrigue : on découvre des créatures qu'on ne connaissait jusqu'ici pas du tout, des dons incroyables et imaginez tout ça au 19ème siècle, c'était pour moi un mélange des plus passionnant !

Je ne cache pas qu'il y a eu un début un peu long à demarrer, mais on est vite happé par le contexte.

J'ai été très intrigué de ce Londre de 1812 et j'ai vraiment adoré ce mélange de Fantasy noire dans une époque passée. Le mélange est très addictif !

Les personnages sont vraiment un gros point fort pour le roman.
Helen est un personnage principal très intriguant, avec du caractère, j'aime !
Lord Carlston est le personnage le plus mystérieux que je connaisse, avec un passé qu'on ne connait toujours pas mais qui a rendu sa réputation catastrophique. Un personnage très intéressant, et qui, même après ce premier tome, reste un mystère !
Bien sûr j'ai adoré tous les autres personnages, tous aussi intéressant les uns des autres.

Une histoire très addictive qui nous plonge à l'époque de 1812. Un monde passionnant, quand on voit que les hommes ont le dessus sur les femmes, les obligations des femmes, les robes, les bals, le mariage, les ducs, tout un monde dont je n'osais pas vraiment me plonger mais avec sa touche de Fantasy/Fantastique et sa romance historique, c'était le moment de me lancer !

A la fin de ce premier tome, la romance n'est pas encore tout à fait installée, il présente des signes mais globalement elle n'est pas encore développée. Ce n'est en aucun cas dérangeant (romantique que je suis) l'attente nous donne encore plus envie de lire la suite et voir l'avancement !

L'écriture est sympathique, il y a assez de descriptions pour comprendre et se faire une idée de ce Londre de 1812, des robes magnifiques etc... Le descriptif est bien dosé, il n'y en a pas trop auquel cas ça aurait été assez pesant.

Bref, je vais pas m'étaler, ce premier tome est une réussite, l'histoire est originale et nous tient en haleine, on a encore beaucoup à apprendre sur les personnages (ça laisse un peu le mystère et l'envie de se plonger dans le second tome).

http://joyracamier.wixsite.com/lesgriffonneuses/single-post/2016/09/09/Lady-Helen-tome-1-Le-Club-des-Mauvais-Jours-Alison-Goodman


par lois21
Sœurs de sang, Tome 1 : L'Envol du phénix Sœurs de sang, Tome 1 : L'Envol du phénix
Nicki Pau Preto   
Préparez-vous à ce qui va suivre, mais...
Crown of Feathers est un IMMENSE coup de cœur, un livre superbe qui m'a touchée en plein cœur. Je l'élève au rang de mon top 3 de tous les temps, vraiment ce livre est absolument parfait !!!

Crown of Feathers, c'est l'histoire d'un peuple réprimé, les dresseurs de Phénix. Avant que le royaume interdise tout pouvoir magique et créature de feu, les Phénix était part entière de la culture, et chaque homme se liait à un animal grâce à un lien indéfectible et très puissant.
Mais au début de ce roman, on se retrouve dans un monde où les personnes douées d'un lien magique avec les animaux sont esclaves de la société, tandis qu'aucun dresseur de Phénix n'a été vu en de nombreuses années.
Veronyka et sa soeur Val sont toutes deux des animages et vivent reclues, et lorsqu’elles trouvent deux œufs de Phénix, leur avenir semble s'ouvrir devant elles. Mais seul un œuf survivra et choisira une des soeurs.

Crown of Feathers, c'est un roman d'amitié, de trahisons, de relations incroyables avec des créatures qui m'ont fascinée, un roman d'aventure avec des bases complexes d'un univers complètement fou. C'est l'histoire d'un peuple obligé de se cacher, car chaque jour le risque de s'en sortir est compromis.

Olalala... depuis Caraval, je n'avais pas trouvé de livre aussi incroyable qui m'a fait passer par autant d'émotions. Crown of Feathers m'a fait rire, pleurer, me sentir concernée, et m'a bouleversée. Je ne pensais pas que ce livre me toucherait autant, mais dès les premières pages (littéralement), j'ai su que ce livre serait unique et marquerait ma vie de lectrice.

La plume de Nicki Pau Preto est fluide, agréable, ses mots poétiques et touchants. Elle sait aussi rendre son récit drôle, mais surtout extrêmement addictif. Impossible de lâcher ce roman une fois commencé, mais je vous avoue que j'ai dû me forcer à ne pas le dévorer d'un coup pour en savourer chaque mot.
L'histoire m'a embarquée et fait frissonner tout au long, j'ai aimé chaque direction que l'histoire prend. Le récit est passionnant, et quand on combine ça à la création d'un monde unique et très complexe, forcément ça rend une superbe histoire. Le fond du récit est tellement bien pensé que l'auteure a ajouté une chronologie des événements et divers souverains du royaume à la fin du roman (ce qui aide d'ailleurs à s'y retrouver tellement le contexte est riche).

Les personnages sont eux aussi complexes et je me suis attachée à tous ceux qu'on suit. Il y a différents points de vue dans ce roman et j'ai adoré ça, puisqu'on suit différents endroits en même temps. Quand on avance dans le roman, au bout d'un moment tout prend son sens puisque les différents points de vue se recoupent.
Veronyka est un personnage que j'ai particulièrement adoré, elle est courageuse et va au bout de ses objectifs.
Sev et Tristan sont eux aussi passionnants, et ce dernier présente une caractéristique très originale pour le roman !

La fin m'a éblouie ; je n'ai pas d'autre mot. C'était parfait, et les révélations s'enchaînent à toute vitesse. Je ne m'attendais à rien de tout ça, j'ai été scotchée jusqu'à la dernière ligne. Littéralement, jusqu'à la dernière ligne.

Crown of Feathers est une grande réussite et a su ravir mon cœur de lectrice. Je suis si heureuse d'avoir tenté cette histoire qui fait maintenant partie de mes préférées. J'ai été complètement conquise et je ne peux que vous recommander de sauter sur cette pépite qui m'a fait passer par toutes les émotions...

Bonne lecture !
Sacha

par lou-du-76
Grim Lovelies, Tome 1 Grim Lovelies, Tome 1
Megan Shepherd   
[Ceci est un avis sur le livre en VO!]
J'ai passé un bon moment avec ce livre.
Les personnages sont attachants mais n'ont pas de réel développement à part pour la protagoniste Anouk. Et des fois, leurs réactions sont incompréhensibles à mon avis.
_____________________________
L'intrigue est prenante, il y a de l'action, le roman se lit vite.
_____________________________
Par contre, le point qui me gêne et qui m'a marquée à la fin est le manque de sérieux pour les quelques mots en français qu'il y a dans ce livre.
Je m'explique : les personnages sont français et donc devraient savoir les bases en grammaire.
Cependant, la maison d'édition a décidé de ne pas corriger les erreurs éventuelles qu'aurait pu faire Megan Shepherd en français. Et bien sûr, le résultat n'est pas beau à lire :
-->Des mots en français qui n'ont aucun sens quand ils sont utilisés au milieu d'une phrase en anglais.
-->Des phrases qui ne sont pas françaises alors qu'elle devraient l'être comme "ils sont si belle" en parlant de voitures.
-->Et les seuls phrases où il n'y a pas d'erreur sont celles qui ont juste "merde".
\_(-_- )__/ Sérieusement? J'espère qu'ils feront plus d'effort pour le deuxième tome!

par AJigoku
Grim Lovelies, Tome 2 : Midnight Beauties Grim Lovelies, Tome 2 : Midnight Beauties
Megan Shepherd   
Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com/

--- Retour dans un univers passionnant ---

Dès les premiers chapitres, j’ai retrouvé cette ambiance si particulière qui m’avait séduite ; un mélange de magie, de créatures féeriques et de société secrète. Cependant, je me suis rapidement aperçue que je ne maîtrisais qu’une part infime de cet univers.

Alors qu’Anouk se met en tête de devenir une sorcière, nous la suivons dans les épreuves qu’elle doit endurer pour réussir. Les Enfants des Neiges, les bains de charbons, la clé que chaque prétendante doit trouver pour accéder au titre de Mada : encore une fois, Megan Shepherd fait montre d’un véritable talent pour nous ouvrir les portes de son monde. J’ai donc dévoré cette première partie en quelques heures !

--- L’ennemi de mon ennemi est mon ami ? ---

C’est sur ce principe que se base la suite du récit. Or, si j’aime les alliances improbables qui se révèlent souvent explosives, je dois avouer que les choix de l’auteure m’ont laissée perplexe sur ce point. Comment Anouk peut-elle oublier aussi facilement les manigances de Rennar à son égard ? En bref, j’ai trouvé qu’elle lui cédait trop facilement, qu’elle ne tirait pas des leçons du passé. Certes, Rennar sait se montrer persuasif, mais tout de même !

Malgré cela, j’ai su apprécier les jeux de pouvoir que cette collaboration a fait naître, bien qu’ils aient été de courte durée.

--- Une intrigue foisonnante, peut-être même un peu trop ---

Il est impossible de s’ennuyer avec Midnight Beauties, tant les revirements sont nombreux. Et c’est peut-être ça le hic, finalement. J’aime être surprise, cela ne fait aucun doute, mais l’intrigue se compose de rebondissements qui cachent eux-mêmes d’autres rebondissements. Le scénario emprunte donc de multiples chemins, et je me suis sentie perdue par moments.

A contrario, l’auteure précipite parfois la résolution de l’un ou l’autre problème, utilise des raccourcis sans s’appesantir sur les détails. Résultat : j’ai perçu comme un déséquilibre entre les transitions, parfois trop rapides, et le cœur de l’action qui s’éternise. Ajoutez à cela un rythme effréné qui m’a laissée à bout de souffle, et vous comprendrez pourquoi j’ai décroché à plusieurs reprises.

Heureusement, l’histoire reste globalement cohérente, ce qui m’a permis de raccrocher les wagons à l’approche du dénouement, mais non sans peine.

--- Anouk, héroïne parmi les héros ---

Je m’en rends compte à l’instant, les personnages de cette saga sont très, très nombreux. Entre Anouk et ses amis familiers, la Haute et ses Souverains, les Charmants et les Gobelins, ça en fait du monde. Pour autant, cela ne m’a pas dérangée. Bon, il est vrai que j’avais tendance à confondre Cricket et Petra qui semblent faites du même bois, mais ce n’est pas bien grave. En fait, tous les protagonistes ont l’âme d’un héros ; ils sont courageux et prêts à suivre Anouk jusqu’au bout du monde !

C’est donc cette dernière qui se trouve au cœur de toutes les attentions. La petite bonne d’autrefois qui doit sauver l’humanité. Quelle évolution, n’est-ce pas ? Si l’on excepte ses rapports avec Rennar, j’ai adoré suivre cette jeune fille pas comme les autres, la regarder grandir, prendre le pouvoir et l’utiliser avec une innocence qui fait défaut aux Souverains de la Haute.

Ah oui, j’ai failli oublier mon plus grand bémol : le pseudo triangle amoureux mis en place par l’auteure. En un mot ? Inutile !

--- On a frôlé la catastrophe pour le dénouement ---

Il est à l’image de ce deuxième tome : grandiose, mais un peu too much. Alors qu’on sent la fin approcher, l’auteure rajoute un, deux, trois rebondissements. Ça n’en finit plus, raison pour laquelle mon intérêt a progressivement diminué.

Par chance, j’ai su prendre mon temps, faire quelques pauses quand j’en ressentais le besoin afin d’appréhender avec justesse toutes les conséquences de cette guerre. Et quelles conséquences !

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode