Livres
558 826
Membres
607 236

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de MLJun : Liste d'Or

Les Hérauts de Valdemar, Tome 1 : Les Flèches de la Reine Les Hérauts de Valdemar, Tome 1 : Les Flèches de la Reine
Mercedes Lackey   
J'ai bien apprécié ce premier tome que je viens d'achever avec toutefois plusieurs gros "mais" :

- J'ai été assez choquée de voir que dans l'édition que j'ai (2008, j'espère qu'ils ont corrigé depuis !) de très nombreuses coquilles. Je ne compte plus les points absents en fin de phrases ou au contraire en double exemplaire, les tirets de dialogue manquants ou au contraire en trop, deux majuscules injustifiées en plein milieu de phrases, "de un" au lieu "d'un", "pas" au lieu de "par". Franchement, gros coup de gueule contre l'éditeur !!

- J'ai trouvée dommage que les différentes intrigues ne soit pas mélangée, même si elles restent toutes liées entre elles. A l'arrivée de Talia, la reine lui annonce ce qui l'attends et les évènements surviennent les uns après les autres : d'abord le harcellement des Bleus et la tentative d'assacinat, puis la reine, puis l'héritière... J'aurai trouvé plus crédible et plus palpitant si ces intrigues avaient été mélangées.

- J'ai trouvé qu'il y avait trop de "passif" (d'actions résumées) dans l'histoire. Talia fait ci, il se passe ça... C'est sur que le livre aurait fait quatre fois son volume s'il avait fallu tout développer, mais bon, sur la fin, j'ai commencé à trouver ça pompeux et lassant, à force.

- Enfin, j'ai été déçue de constater à la fin que Talia n'a pas encore ses habits de Héraut. C'était son voeux le plus cher depuis le tout début, et j'aurai vraiment souhaité assister à ça !

Bref, à part ça, ça reste quand même un roman agréable et facile à lire pour se détendre. J'ai bien aimé le clin d'oeil au Seigneur des Anneaux à travers le lac Evendim. Au moins l'auteur a de bonnes références :p

par AgatheK
La Maison au milieu de la mer céruléenne La Maison au milieu de la mer céruléenne
T. J. Klune   
Attention ! Si vous n'avez jamais lu de TJ Klune, sachez que cet auteur a un magnifique pouvoir de conteur qui vous entraînera dans un monde puissant et envoûtant. Il a tout simplement un pouvoir immersif de dingue ! Si vous le connaissez déjà, alors vous savez de quoi je parle. Ce talent est vraiment exploité à fond ici et l'édition le sublime. L'objet livre est clairement à la hauteur.

Cette histoire nous entraîne dans un monde décalé, magique mais sombre, où la joie et la liberté semblent avoir bien peu de prise. Nous y croisons toute une galerie de personnages, tous plus touchants les uns que les autres et on ne peut s'empêcher de les aimer. Que ce soit Linus, Arthur, Lucy, Sal, Talia, Chauncey, Phee, Théodore ou Zoé.

Ce roman est avant tout un hymne à la différence et à l'acceptation. C'est beau, complètement magique et émouvant. Du grand TJ Klune, un OVNI que je recommande sans hésitation !

.

(Sinon page 104, je me trompe ou c'est une ref aux contes de Verania ?)

par MLJun
Robby Riverton : Promise par correspondance Robby Riverton : Promise par correspondance
Eli Easton   
Un MM atypique puisque l'histoire se passe dans le far west, j'ai bien aimé cette histoire qui m'a fait sourire plus d'une fois. Un homme qui se déguise en femme pour échapper à la mort, une famille un peu barge qui l’accueille en pensant que c'est une femme et une sombre histoire de cochons roux ...

par Neo662017
Ça, Tome 1 Ça, Tome 1
Stephen King   
Si Stephen King meurt, la Terre perd un génie.
Ça est probablement son meilleur roman, travaillé dans les moindres détails, d'un réalisme palpable. King a réussi à reproduire le contexte de l'enfance, que j'avais oublié, et à me faire peur au point de vouloir fermer le livre, et me coucher en priant pour ne pas faire de cauchemars. Mais ce n'est pas mon genre et j'ai dévoré les 800 pages avec la délectation toute particulière que je ressens quand je lis cet auteur. J'ai beaucoup aimé le traitement "tour à tour" des personnages, assez pratique. A ma grande surprise, j'ai ressenti de nombreuses émotions, dont la peur, et je me suis surprise à cauchemarder une ou deux nuits.
J'ai hâte de lire la suite, même si Derry me met de plus en plus mal à l'aise...

par Natiguane
Ça, Tome 2 Ça, Tome 2
Stephen King   
La qualité d'écriture de King est toujours irréprochable, les descriptions sont saisissantes quoique par moment un peu trainantes mais cela contribue à faire durer le suspens. Les personnages sont toujours aussi bien aboutis et portent vraiment l'histoire à bras le corps. Cependant j'ai été déçue du dénouement de l'histoire, de l'explication de Ça et de tout ce qui se passe dans son antre. Je n'ai pas réussi à adhérer aux explications fournies alors qu'il y en aurait eu d'autres bien plus satisfaisantes à mon goût. L'histoire a donc perdu de sa crédibilité à partir de la moitié de l'ouvrage à peu près de ce deuxième tome. Bien que j'ai pu faire de nombreuses métaphores pour divers événements qui m'ont laissés perplexes; ces "justifications" m'ont laissé un goût amer dans la bouche. Certains passages restent de vrais mystères mais peut-être est-ce parce que maintenant j'ai grandie et que je suis une adulte aux pays des enfants...

par llalande
Shining Shining
Stephen King   
Je me suis enfin décidé à lire ce livre que j'avais dans ma PAL, voulant connaître l'origine d'un film tel que Shining, de Kubrick. Et, sachant que c'était SK, je savais que j'allais apprécier, et j'étais curieux de voir ce qui différenciait le roman du film, ayant déjà lu King parler à ce sujet.

Et bien, j'ai été ravi. Le film ne semble en fait être qu'un survol superficiel et raccourci du livre, où Kubrick a pris les passages qui l'intéressaient et omis certaines détails pour au final réaliser un film d'horreur excellent.
Mais le roman est beaucoup plus, comme tous les SK, qu'un banal livre d'horreur.

Tout d'abord, le personnage de Jack Torrance, dont on apprend les origines sombres et le terrain favorable à certaines faiblesses dans sa personnalité qui le rendent instable dès le départ. La psychologie est très bien retranscrite, et on comprend les personnages, leurs relations, leurs souffrances et leur amour. On insiste aussi sur Danny, cet enfant qui possède un pouvoir étrange ; qui dans le film passe presque inaperçu, ou en tout cas ne sert à rien. Ici, c'est bien le pouvoir de Danny qui est en cause, et qui prend une importance primordiale. Et enfin, Wendy, qui dans le film ressemble à une poupée de chiffon, dont on apprend à connaître la mère, avec elle aussi ses faiblesses, et ses forces. Car ici, personne n'est en dehors de l'intrigue, et tous les facteurs vont jouer un rôle dans le déroulement des évènements, et dans la vie de chacun.

L'histoire insiste beaucoup sur les problèmes de dépendance de Jack à l'alcool. On apprend à le connaître, à connaître ses ressentis, ses tentations et ses colères contre lui-même. Loin des stéréotypes et idées reçues, c'est ici une image de l'alcoolique nuancées et grise - ni noire, ni blanche. La victime, dépendante, faible face à l'alcool, et plus encore quand les choses vont mal. Des faiblesses qui en feront l'acteur le plus manipulable dans ce jeu de marionnette dont des forces maléfiques tirent les ficelles.

Ce SK est celui je pense qui m'a fait le plus peur - dans la mesure où un roman peut faire peur -, j'ai ressentis des frissons, je me suis laissé aller avec plaisir à l'angoisse, me prenant à l'empathie de cette famille, bloquée dans ce cauchemar incontrôlable.

Et enfin, j'ai été ravi par la fin, non pas parce qu'elle m'a plu, mais parce que le film ne laisse rien deviner de la fin du roman. En bref, si vous avez vu le film, c'est comme si on vous avait résumé l'histoire dans les grandes lignes (ce qui est souvent le cas) avec une fin imaginée par quelqu'un d'autre.
Bazaar, tome 1 Bazaar, tome 1
Stephen King   
Je le craignais depuis le début du livre (ou presque) et c'est arrivé : on massacre un chien ! Moi qui déteste les scènes de violence envers les animaux, j'ai donc sauté quelques lignes, lorsque les détails se faisaient trop précis à mon goût.

En dehors de ce léger malaise Bazaar est, une fois de plus, un très bon roman de Stephen King. Tous les ingrédients sont là pour faire passer un bon moment aux admirateurs de l'auteur : le Maine en général et Castle Rock en particulier, des allusions aux personnages de ses autres romans (je pense ici à Thad Beaumont et George Stark, les deux principaux protagonistes de La part des ténèbres), l'ambiance " petite ville de province " (commérages, espionnage derrière les rideaux, crêpages de chignons,...) et, surtout, le suspense.

King prend pourtant son temps pour installer son intrigue et présenter ses personnages. L'histoire commence tout en douceur et on a bien le temps de faire connaissance avec les principaux intervenants : Brian Rusk, Alan Pangborn, Polly Chalmers, Nettie, Hugh Priest, Wilma, et bien d'autres sont décrits de façon précise.

Cette précision permet justement de bien connaître les habitants, de " rentrer " en quelque sorte dans leur vie : on connaît les petits secrets des uns, on prend connaissance des rumeurs qui circulent au sujet des autres et on se retrouve en immersion à Castle Rock (c'est réellement l'impression que l'on a).

Aussi, quand le drame éclate enfin (après de longs moments de suspense et de tension) le choc est réel. On savait que des événements dramatiques allaient agiter la ville, on savait aussi que Gaunt y serait mêlé. Mais on ne s'attend certainement pas à quelque chose d'aussi violent.

A l'issue de ce premier tome, le suspense dont je parlais plus haut demeure entier et de nombreuses questions se posent. Qui est réellement ce Gaunt ? Démon, fantôme ou homme réel ? Se sert-il réellement de l'hypnose pour gagner la confiance de ses proies, ou utilise-t-il une autre techniques ? D'où vient-il ? Et, surtout, comment la ville Castle Rock va-t-elle survivre au passage de Gaunt ?

par Aline-100
Bazaar, tome 2 Bazaar, tome 2
Stephen King   
Ce second tome commence sur les chapeaux de roues ! Dès le début on se rend compte, tout comme Alan Pangborn, que le climat particulier de cette journée va jouer un rôle non négligeable dans les événements qui agiteront Castle Rock.

Gaunt continue à conclure des affaires avec les habitants de la ville assez imprudents pour se risquer dans sa boutique. D'ailleurs son commerce marche tellement bien qu'il engage déjà un " employé " en la personne d'Ace Merrill, le pire voyou que Castle Rock ait produit. Petit à petit, on comprend la vraie nature de Gaunt et le but qu'il souhaitait atteindre en venant s'installer dans une paisible petite ville du Maine devient clair.

Avec " l'aide " (bien involontaire, dans certains cas) de ses acheteurs, Gaunt va mettre la ville à feu et à sang et, bien vite, on se retrouve plongé dans des événements apocalyptiques qui ne sont pas sans rappeler la destruction de Chamberlain par Carrie White.
Du grand King !

par Aline-100
Bazaar Bazaar
Stephen King   
Ce roman se lit vraiment bien et a réussi à me captiver comme savaient si bien le faire les romans de King !
mais là, avec Bazaar, j'ai retrouvé cette magie justement, qui m'embarque complètement dans un roman grâce à son atmosphère, en l'occurrence étrange et malsaine et qui provoque jubilation et terreur, sentiments que l'on éprouve à voir se mettre en place une histoire absolument diabolique et dont tous les éléments s'enchaînent de façon implacable ! la manière dont Gaunt prépare son coup est proprement hallucinante ! l'ambiance si particulière de ce patelin qu'est Castle Rock, la psychologie des personnages, les flash-backs intéressants sur le passé de certains, les situations dramatiques et incontrôlables qui s'enchaînent rend cette histoire fascinante et captivent le lecteur. Le tout parsemé de l'humour si particulier de Stephen King qui égratigne la société américaine avec beaucoup de talent et de justesse. Quant aux 200 dernières pages, elles sont monumentales ! du King grand art, n'y a rien à redire : suspense, tension, angoisse, surabondance de violence et ambiance terrible avec une tempête battant son plein ! Un King à lire !
superbe!
Carrie Carrie
Stephen King   
mon deuxième king lu après christine...encore un choc ! cette ado souffre douleur de ces camarades et de sa mère,son don qui est aussi une malédiction,pour ceux qui on vécu les années lycée galères on s'identitfie forçément
,dire qu'il ne voulais pas le publier !! heureusement que sa femme l'à convaincu du contraire !!

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode