Livres
564 492
Membres
616 741

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Marie-321 : Ma PAL(pile à lire)

À l'ouest À l'ouest
Olivier Adam   
C'est court et ça se lit extrêmement vite. C'est triste par moment et dans d'autres moments, je ne savais plus ce que je lisais. Si on parlait d'Antoine, Camille ou Marie. Les chapitres parlent chacun de l'un des personnages, on peut accéder à leurs pensées cependant, j'attendais vraiment d'en savoir plus sur Antoine, qui était très attachant. Je suis quelques peu déçue car on y parle plus de Marie je trouve. J'aurai préféré avoir plus d'accès aux sentiments d'Antoine ce garçon fragile (et c'est ce pourquoi j'avais acheté ce livre).
J'ai assez aimé tout de même, j'ai passé un bon moment à la lecture de ce livre, mais sans plus.
À l'abri de rien À l'abri de rien
Olivier Adam   
D’Olivier Adam, je ne connaissais que Je vais bien, ne t’en fait pas grâce à l’adaptation de Philippe Lioret avec Kad Mérad, Mélanie Laurent, Aïssa Maïga et Julien Boisselier. J’avais lu le roman, par la suite, et celui-ci ne m’avait pas laissé un souvenir impérissable tant par l’histoire que par l’écriture de l’auteur. Tandis que le film m’avait touchée, le film s’était contenté de me traverser.
A l’abri de rien, sixième publication de l’auteur, m’attendait sur les étagère de ma bibliothèque…mais je ne me souviens pas par quel miracle il est arrivé là sachant que le sujet ne m’attirait pas particulièrement.

Notre protagoniste s’appelle Marie. et vit dans une famille comme il en existe des millions en France. Avec son mari, Stéphane, chauffeur de bus, et ses deux enfants, elle habite dans une zone pavillonnaire proche de la mer (la Manche…). Elle semble avoir tout pour être heureuse jusqu’au jour où tout bascule. Elle perd son emploi de caissière dans le supermarché du coin. Alors, Marie doit faire face à l’ennui d’un quotidien sans embellies. Tombant dans un cercle vicieux, elle ne fait plus rien, a arrêté de penser et oublie tout, même d’aller chercher ses enfants à l’école. Un jour, elle rencontre Jallal, jeune homme qui l’aide à changer son pneu crevé. Se rendant compte qu’il s’agit d’un sans-papiers et surprise par sa gentillesse, elle se décide à tendre sa main envers ces personnes qui n’aspirent qu’à une chose : passer en Angleterre. Ce qu’elle ne sait pas, c’est que toute sa vie va basculer et qu’elle va en payer le prix fort.

Marie est une personne dans ce qu’il y a de plus agaçant. Elle plonge, s’en rend compte mais ne change rien. Elle brise sa famille mais ne semble pas s’en préoccuper. Il est vraiment amoureux, Stéphane, pour se battre à ce point pour la sortir de cette (très) mauvaise passe. Combien de fois a-t-on envie de la secouer au long du roman ? Une fois mais ça dure tout au long des 219 pages du roman… Son comportement est inquiétant. Comment peut-elle se laisser aller à ce point oubliant ses enfants qui se font insulter à cause d’elle ? Comment peut-elle abandonner son mari, le mettant presque à la rue, alors que c’est lui qui les fait vivre ? Difficile de ne pas plaindre les deux enfants, Lise et Lucas, qui deviennent les enfants de la dame qui couche avec les « Kosovars ». D’ailleurs, le récit apporte un malaise : comment Marie peut-elle préférer des étrangers à sa propre famille ?

Comme vous l’aurez compris, le livre aborde le thème de l’immigration et des sans-papiers. Mais ce n’est qu’une toile de fond aux destins dramatiques de tous les personnages et pas seulement de Marie ! Il faut en vouloir pour écrire un roman aussi sombre et dramatique et Olivier Adam en veut tellement qu’il en fait trop. Tout est traité avec exagération. Les personnages semblent porter tout le malheur du monde sur leurs épaules. Cependant, l’univers général nous concerne tous et toutes : vie de couple, routine, réactions des gens face aux étrangers… L’ambiance est lourde, collante, posseuse et l’ensemble du roman met mal à l’aise.

Pour en venir à la plume, elle est relativement désagréable à lire : une écriture parlée par des quidams lambdas, brute de décoffrage, parfois vulgaire. Il ne faut vraiment pas lire ce roman pour la beauté de la langue française. Au contraire, elle est représentée dans ce qu’il y a de pire. De plus, la narration est lente et l’on connait de longs instants d’ennuis, quand ce n’est pas d’agacement.

Le malheur semble être une obsession chez Olivier Adam et c’est assez écoeurant. De plus, si, pour lui, la province, c’est forcément triste et déprimant… Et bien Bravo ! Non, je ne retenterais pas la lecture de cet auteur !
Falaises Falaises
Olivier Adam   
Plus aucun souvenir de cette lecture. Mais j'ai quand même eu beaucoup de mal à le lire mais sans doute était-il trop triste.
Passer l'hiver Passer l'hiver
Olivier Adam   
Globalement Olivier Adam a un style d'écriture que j'ai du mal à lire mais pourtant ces livres ont des sujets souvent intéressant.
Je vais bien, ne t'en fais pas Je vais bien, ne t'en fais pas
Olivier Adam   
Bof, gros bof !
J'ai vu le film, puis j'ai lu le livre -je sais : ce n'est pas idéal, mais bon-. Et bien j'ai trouvé ce livre plus que commun. Il y a bien trop de détails inutiles à l'histoire qui sont apportés dans le récit : on tourne autour du pot. Certes, quelques détails donnent du style, mais réciter sur un paragraphe la liste des courses d'un client, passé à la caisse enregistreuse du personnage principal, j'ai du mal à saisir la subtilité littéraire ?!

Pour une fois l'adaptation au cinéma surpasse l'oeuvre littéraire. Et haut là mains !

par Biibette
Poids léger Poids léger
Olivier Adam   
J'ai lu tout le livre mais je ne l'ai pas du tout apprécié. Mais peut être avez vous un avis différent du mien.
Des vents contraires Des vents contraires
Olivier Adam   
L'histoire est touchante, les personnages sont attachants, surtout les enfants qui font face à la subite disparition de leur mère comme ils peuvent. Le père lui essaie de les épargner autant qu'il le peut.
Ce qui m'a surtout touché dans ce livre, c'est la description de la Bretagne j'ai souvent eu l'impression d’être transportée là-bas et de sentir les embruns, le vent, de voir l'océan en face de moi.

par Kalea
Chouette, une ride ! Chouette, une ride !
Agnès Abécassis   
Un superbe roman !
J'ai eu un grand sourire aux lèvres pratiquement tout au long du livre; l'humour est plus que présent, j'adore ! Il change vraiment les idées, j'ai passé un moment agréable à le lire.
On découvre un peu le " monde des écrivains ".
La fin, bien trouvée, est particulièrement touchante. = ]

par loana585
Toubib or not toubib Toubib or not toubib
Agnès Abécassis   
Un bon livre pour se détendre, mais sans plus. Pas de grand scénario, mais une écriture fluide qui se lit sans forcer, et des personnages sympathiques. Je trouve ça dommage que l'auteur n'ait pas poussé plus loin son histoire.
[spoiler]Déjà, si on oublie le côté extraterrestre, il y avait un côté très humain au début de l'histoire, mais seulement des petites anecdotes. Pourquoi ne pas aller jusqu'au bout ? Ensuite, avec les extraterrestres, c'est la même chose... On comprend ce qu'il se passe, mais c'est tout de suite fini et on reste sur notre faim.[/spoiler]
Au secours, il veut m'épouser ! Au secours, il veut m'épouser !
Agnès Abécassis   
C'est frais, c'est léger, ça se laisse lire tout seul!

par lina.b

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode