Livres
547 148
Membres
583 897

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Marieb911 : Liste d'argent

Babel Corp, Tome 1 : Genesis 11 Babel Corp, Tome 1 : Genesis 11
Scott Reingten   
Emmett Ethan Atwater est un afro-américain sans histoire mais au quotidien extrêmement compliqué. Il vit dans la pauvreté à Détroit avec son père qui se tue à la tâche pour un salaire de misère et avec sa mère qui est très affaiblie à cause d’un cancer dévastateur. Son quartier n’offre pas beaucoup de débouchés et il est clair que son avenir ne sera pas plus agréable que sa vie actuelle. Pourtant, un jour, une opportunité unique se présentera à lui et il sera recruté avec neuf autres adolescents par Babel Corp, une société pesant plusieurs milliards, pour participer à l’exploration spatiale la plus importante que le monde ait jamais connue. Le but, extraire de la « noxolyte » sur une planète habitable et semblable à la Terre : Eden. Cette mystérieuse substance est rapidement devenue une ressource très précieuse et la mission — secrète — de ces jeunes va consister à en récolter le plus possible tout en faisant attention aux Adamites, l’espèce qui peuple ce nouvel espace (et qui, apparemment, ne leur fera jamais de mal parce qu’ils ne sont pas adultes). En échange, ils auront droit à assez d’argent pour mettre leurs proches et leurs familles, actuellement dans le besoin, en sécurité.. pour toujours. Concrètement, on va leur promettre la richesse éternelle, des soins médicaux de première qualité et d’autres avantages encore. Cette proposition, plus qu’alléchante, va finir de les convaincre, et c’est ensemble qu’ils se lanceront dans une quête hors du commun au dénouement incertain. Mais ils découvriront assez tôt que seuls huit d’entre eux pourront se rendre à destination et ainsi profiter de cette expérience et de la récompense promise. Pour faire leur choix, les organisateurs vont leur imposer des épreuves physiques et mentales qui vont les pousser au-delà de leurs limites. Le chrono est lancé : que les meilleurs gagnent.

Pour ce qui est des personnages, je dois dire que l’auteur a fait un choix judicieux. En effet, ils sont diversifiés. Je n’ai pas l’habitude de croiser ce schéma dans mes lectures alors croyez-moi, ça fait plaisir à voir. Nous avons donc Emmett, bien entendu, que j’ai déjà brièvement présenté dans le paragraphe précédent. Mais nous avons aussi Azima, Kaya, Jasmine, Isadora, Longwei, Bilal, Katsu, Jaime et Roathy. Certains sont asiatiques, d’autres sont originaires de la Palestine, du Japon, de la Suisse, des États-Unis, du Brésil, ou même de l’Empire triarque. Pourtant, et bien qu’ils viennent tous des quatre coins du monde et d’horizons différents, ces dix adolescents sont liés par une chose qu’ils ont en commun : ils sont désespérés. Babel Corp va en profiter et va les pousser, et parce qu’ils sont pauvres, ils vont se battre les uns contre les autres dans une compétition féroce et acharnée. Leur détermination était surprenante, et compréhensible. Ce tome est pas mal centré sur cet aspect là et je dois avouer que la première moitié du roman m’a semblé longue. Les formations rigoureuses voire dangereuses, les sessions d’entraînements, les stratégies, et rebelote. Fort heureusement, le rythme change au bout d’un moment et comme Emmett, on commence à s’interroger sur des détails qui nous paraissent suspects. D’ailleurs, qu’est-ce qui a poussé une société aussi puissante à choisir des jeunes comme eux ? Qu’ont-ils de spécial ?

Je vous le donne en mille mais Babel Corp : Genesis 11 a bien fonctionné avec moi. C’est un livre puissant que j’ai pris plaisir à découvrir et qui, j’en suis sûre, saura convaincre les amateurs de science-fiction et de conquêtes spatiales. J’ai adoré le héros car il lutte contre lui-même et contre la colère qu’il ressent face aux injustices. Ses parents lui ont inculqué des valeurs et des principes, et au fil des pages on le voit faire de son mieux pour garder son intégrité alors qu’il est dans une situation compliquée. Ses concurrents, en ce qui les concerne, m’ont tous fait ressentir quelque chose. J’en ai apprécié certains, j’en ai détesté d’autres. Mais une personne a réussi à sortir du lot et à me toucher plus que les autres. J’ai nommé, la belle, douce et intelligente Kaya (je dis ça comme ça mais sans elle notre cher Emmett aurait sûrement pris une autre direction).

Conclusion, c’était une lecture surprenante et entraînante qui m’a plu dès les premières pages. Malgré quelques longueurs et un fond aux allures de déjà-vu, j’ai accroché. Les relations entre les personnages sont juste passionnantes et la fin laisse présager un deuxième tome à la hauteur (si seulement je l’avais en ma possession..). En revanche, des petites choses m’ont chiffonnée. À commencer par ce chapitre perdu dans les 2/3 de l’ouvrage avec un autre point de vue que celui de notre narrateur. Je cherche encore à comprendre le pourquoi du comment (s’il y en avait plusieurs, d’accord, mais là il n’y en a qu’un seul sur plus de 500 pages). Aussi, la pseudo romance sortie de nulle part. Je ne m’y attendais absolument pas, je ne l’ai pas trouvée crédible, et je ne sais toujours pas ce qu’elle apporte à l’histoire. En dehors de ça, j’ai passé un super moment de lecture. Je recommande ! Merci aux éditions Page Turners pour l’envoi de ce livre et pour la confiance qui m’a été accordée. ♥
Libres et affamés (de vie, de rire et d'amitié) Libres et affamés (de vie, de rire et d'amitié)
David Arnold   
https://revesurpapier.blog4ever.com/libres-et-affames-de-vie-de-rire-et-d-amitie-de-david-arnold

Un homme est retrouvé mort. Baz Kabongo est arrêté et accusé du meurtre. Ses deux amis, Vic et Mad, viennent clamer son innocence en racontant ce qu'il s'est réellement passé. Pour comprendre toute l'histoire, il faut remonter huit jours plus tôt. Parfois plus loin encore. Vic et Mad ont bien des choses à nous raconter ...



Nous voilà en salle d'interrogatoire et pourtant, ce roman n'est pas un roman policier. Oui, il y a bien eu un mort. Oui, la police enquête. Mais ce qui compte réellement c'est tout ce qu'il y a eu avant. C'est un roman plus intime qui nous attend, dans lequel deux adolescents nous racontent leur passé, leur rencontre. En fait, on ne sait pas tellement où l'on va, mais Vic et Mad se chargent de nous guider tout au long de leur témoignage, à coup de retours en arrière. Je ne savais pas du tout à quoi m'attendre en commençant Libres et Affamés... 



Vic est le personnage central de ce roman. Un personnage fort attachant. C'est un garçon qui a perdu son père et qui a vu sa mère se remarier. Il vient de partir de chez lui sur le coup de la colère et il a quelque chose à faire avant de rentrer. Quelque chose en souvenir de son père. Quelque chose qui lui tient très à cœur et qui pourrait l'aider à faire son deuil. Mais Vic est aussi ce garçon qui souffre d'une paralysie faciale. Son visage sans expression attire l'attention, les moqueries aussi. Et Vic nous bouleverse...



Puis nous faisons la rencontre de la bande des Kids of Appetite et il ne s'agit plus seulement de Vic. Baz, Mad, Nzuzi et Coco accueillent Vic et sont prêts à l'aider dans sa quête. On rencontre alors des jeunes gens qui n'ont plus d'attaches, malgré leur jeune âge pour certains d'entre eux. Ils sont très indépendants, ont le coeur sur la main. Mais ce coeur est surtout plein d'écorchures. J'ai trouvé ces personnages géniaux, épatants et là encore il n'est pas bien difficile de s'attacher à eux. J'ai aimé découvrir leurs histoires, leurs visions de la vie, lire leurs discussions pleines de sens, et aussi toutes les autres qui en ont un peu moins et qui sont souvent teintées d'humour. Et finalement, à travers une histoire d'amitié peu banale, les Kids of Appetite nous offre une belle leçon de vie.



Verdict : C'est une agréable surprise, dans la même veine que Mosquitoland. C'est une lecture profonde et émouvante. Les cinq protagonistes sont uniques, surprenants et nous embarquent sans aucun mal dans leur aventure, pour finalement nous confier quelques morceaux de leur vie. On ne peut lire deux romans comme celui-ci. On y aborde des sujets forts comme la famille, le regard des autres, l'amour, la violence et la guerre, mais de façon subtile, presque poétique, qui est propre à l'auteur. Définitivement, David Arnold est un auteur à suivre.
Sing Sing
Vivi Greene   
Je crois que ce roman a fait le rôle qui lui était destiné, dès le départ. Je viens de le terminer et deux secondes plus tôt, je me disais encore qu'il manquait quelque chose. Mais là, même si je pense toujours qu'il manquait quelque chose, je pense aussi qu'il a joué le rôle qu'il devait jouer, simplement.

En commençant Sing, je voulais une lecture sans prise de tête. Parce que ces temps-ci, j'ai la sensation qu'il n'y a que des prises de têtes dans ma vie. Alors, je me suis dit "Et si je me fondais dans la peau d'une popstar en quête de normalité qui n'a pas de chance en amour ?" Et je l'ai fait, je me suis lancée.

Verdict ? J'ai trouvé Sing vraiment bon. Ce n'est pas la lecture de l'année, pas un coup de cœur. Mais ça ne l'empêche pas d'être un roman relaxant, rapide à lire, léger et mignon. J'ai passé un très bon moment, de ceux qui me donnent l'impression d'être loin en vacances là où tout est aussi léger que les nuages. Ça fait du bien, des fois !

L'histoire est assez simple mais elle est franchement sympa à découvrir. La plume de Vivi Greene est fluide et entraînante. Et tout comme la couverture, je trouve que cette lecture respire la bonne humeur et la légèreté. C'est peut-être qu'une impression mais j'ai beaucoup apprécié !

En plus de cela, les personnages sont très attachants ! Quand je lis des livres de ce genre, je me base surtout sur les personnages. L'histoire restant basique, je tiens à ce que les personnages me fassent ressentir quelque chose de positif pour pouvoir dire que j'ai aimé. Et c'est le cas des personnages de Sing. Ils m'ont plu, je me suis attachée à eux comme s'ils étaient mes amis.

Lily Ross, notre personnage principale, est une chanteuse. Je ne suis pas une grande fan des personnages principaux qui sont célèbres en général. J'ai tendance à les trouver fades. Pourtant, Lily n'est pas fade. Elle est douce, sincère, attachante et du coup, je l'ai trouvé jolie. Bien que je l'ai trouvé un peu immature parfois, je n'ai pas cessé de l'adorer.

Noah est un personnage très attachant et je l'ai adoré par sa personnalité. J'ai trouvé qu'il avait du charme, je l'ai trouvé doux et solide à la fois. Je suis tombée sous le charme et je m'y suis sincèrement attachée.

Je crois que c'est une erreur de traduction mais on est passé de Noel à Noah. Dans la version VO, Noah s'appelle en vérité Noel. Ce n'est qu'un détail mais j'avais besoin de le dire. ^^

Je me suis bien-sûr attachée à Sammy et Tess. Ce sont de bonnes amies, de celles qu'on voudrait garder auprès de soi toute sa vie. Et j'ai beaucoup aimé Maya aussi. Avec son yoga, rien que de l'imaginer, je me sentais détendue ! Jed ne m'a pas particulièrement plu mais je ne l'ai pas détesté comme je m'y attendais au départ. Et je me suis franchement attachée à Sidney. Elle donne envie de l'écouter pendant des heures en souriant comme une idiote, de la prendre dans ses bras, ce genre de trucs...

La romance de Sing est très jolie, douce (comme le reste du livre en fait) et elle vous donne envie d'un câlin groupé (je ne sais pas pourquoi). Je l'ai vraiment bien aimé. Noah et Lily sont vraiment mignons.

J'aurais pu mettre Sing en or. Vivi Greene a écrit une très jolie histoire avec de supers personnages et le ton de tout ça est très plaisant. Il n'y a que des points positifs dans cette histoire ! Mais hormis quelques pincements au cœur dans les moments un peu tristounets, je n'ai rien ressenti de spécial et même si j'ai beaucoup aimé la fin, j'ai une impression d'inachevé. C'est la raison pour laquelle je mets Sing en argent.
[spoiler]Ma impression d'inachevé est surtout portée sur la relation de Noah et Lily. J'ai l'impression qu'il manque quelque chose et ça terni un peu le sourire qui s'est dessiné sur mes lèvres à la fin.[/spoiler]

En conclusion, Sing est une lecture que j'ai bien aimé. Si vous cherchez un roman pour les vacances d'été qui approchent à grand pas (si vous n'êtes pas déjà en vacances), n'hésitez pas ! De plus, je me dis que ce roman ferait un bon film pour adolescentes. ^^ Je ne suis pas du genre à être super emballée par les adaptations de romans au cinéma et je n'encourage pas une adaptation de Sing en particulier mais l'idée, l'atmosphère et tout ça de ce roman m'ont donné l'impression de regarder un film pour adolescentes que j'adore regarder en pleine nuit quand je me sens un peu déprimée mais de le regarder avec des mots.
Je crois que c'est le truc le plus bête que j'ai jamais écrit dans un commentaire. ^^

par Sheo
La Rue qui nous sépare La Rue qui nous sépare
Célia Samba   
Noémia, 19 ans, jeune étudiante en droit, vit avec ses cousins Joanna et Valentin en colocation, à Paris. Assez réservée, secrète, la jeune fille est couvée par ses cousins, notamment suite à un incident survenu dans son adolescence. Un soir de début Décembre, remarquant un SDF installé devant le magasin d'alimentation situé face à la gare, après pas mal d'hésitations et de tergiversations, prise d'une impulsion, elle lui offre une crêpe et un sourire, un soir, avant de rentrer chez elle.

Tristan, 21 ans, est plutôt étonné que cette jolie jeune fille s'arrête pour lui offrir ce sourire et cette crêpe. D'ailleurs, il ne sait pas trop ce qui lui fait le plus chaud au cœur...

A partir de ce moment-là, les deux jeunes gens vont très doucement se rapprocher, Noémia s'inquiétant pour le jeune homme, Tristan touché par sa sollicitude mais refusant toute pitié, bref, une valse hésitations très lente... tout au long du mois de Décembre, rythmé par les températures polaires. Les confidences, l'amitié, la confiance, l'attachement, tout ça vient tout doucement, peut-être plus d'ailleurs...

Mais Noémia s'interroge, s'inquiète du qu'en-dira-t'on... après tout, comment avouer à ses cousins, à ses quelques connaissances qu'elle est amie avec un clochard... et pourtant, elle a confiance en lui, elle se sent bien, mais elle vient d'un milieu plutôt bourgeois et bien que touchée par la vie de Tristan, elle est parfois un peu en décalage avec les préoccupations du jeune homme.

Quant à lui, bien qu'attiré par la jeune fille, il a conscience de sa vie, de sa lassitude, sa vie c'est du jour le jour, juste trouver de quoi manger, peut-être de quoi s'offrir une nuit d’hôtel pour dormir sur ses deux oreilles et pouvoir se doucher, bref, pas le profil idéal pour avoir une petite amie... et puis, il a déjà essayé et ça s'est pas forcément bien fini.

Et quand Noémia, en ballade avec son cousin Valentin, croise Tristan en train de faire la manche, la réaction instinctive de la jeune fille va tout faire basculer.

Ce roman m'a laissé un sentiment étrange : bien qu'abordant des thèmes plutôt fort et douloureux, l'impression générale qu'il me laisse est celle d'une histoire mignonne. L'auteur a une plume assez agréable, nous alternons les points de vue de Noémia et de Tristan, avec quelques incursions dans la tête de Valentin et de Joanna, et les intentions sont louables de nous ouvrir les yeux sur le quotidien douloureux que vivent les SDF, principalement les jeunes sortis des foyers de l'ASE.

Par contre, au bout d'un moment, trop de tergiversations m'ont un peu lassée, j'avais envie de secouer Noémia pour qu'elle se décide à prendre sa vie en main et à s'assumer. Et j'ai été surprise du choix de l'auteur avec ses deux fins alternatives : j'aurais préféré qu'elle aille au bout de son intention et qu'elle choisisse, quitte à nous laisser à nous, lecteurs, le choix de ne pas aimer son choix. Pour ma part, j'ai trouvé la première fin plus cohérente et vraisemblable.

Bref, une lecture en demi teinte pour moi, sur le même thème, j'avais préféré le roman de Cynthia Orain, Les oubliés de la grand-place.

Je remercie toutefois NetGalleyFrance et Hachette Romans pour ce service presse, qui m'a fait passer malgré tout un joli moment grâce à la jolie plume de l'auteur.

par Kochka94
Nos horizons infinis Nos horizons infinis
Tahereh Mafi   
" I worried that if I spoke or screamed my anger would grip both sides of my open mouth and rip me in half "

AVLEOS, est mon premier roman de Tahereh Mafi. J'ai beaucoup entendu parler de sa série " Shatter me", mais je n'ai jamais eu l'occasion de lire ses œuvres. Et pourtant, dès que j'ai entendu parler que T.M allait écrire un livre sur le quotidien d'une jeune musulmane suite aux attentats de 2001, j'ai sauté au plafond. J'ai attendu pendant 3 moi ( l'agonie, la torture ) que ce livre sorte et dès qu'il a pointé le bout de son nez, j'ai saisi l'occasion ! Je ne l'ai pas regretté....pas une seconde, pas une seule fois.
Entre moi et AVLEOS, ça a été le coup de foudre, l'amour fou dès les premiers mots...Et malgré cela, AVLEOS m'a détruite, il a fracassé mon pauvre coeur en mille morceaux...et maintenant je n'ai plus qu'à tout ramasser ( inévitablement ).
Je savais que ce livre aurait de la résonance en moi, je savais que j'allais m'y ( trop ) attacher, et je savais que je devais me méfier de Tahereh Mafi. Car une auteur de dystopie qui écrit un roman contemporain, attendez-vous à un remake de " massacre à la tronçonneuse ". Et c'est justement ce qui c'est passé....
BREF, j'dis ça j'dis rien....

" I'd lost a lot in our moves, things, stuff, objects, but nothing hurt as much as losing people "

Quand je dis qu'il y'a de la résonance dans AVLEOS, je veux dire par la qu'il touche un point sensible de ma vie. C'est rare de trouver des livres qui parlent avec ouverture d'une jeune musulmane. Rick Riordan l'a déjà extraordinairement exécuté dans la trilogie de magnus Chase, mais jusque là nothing. C'est donc avec un pur plaisir que j'ai foncé vers ce livre, qui parle d'un sujet sérieux quelques fois même tabou. Tahereh Mafi explique le port du voile sous un nouvel éclairage, une perspective assez méconnue de la société...et c'est ce qui m'a éblouit dans ce livre.

" I tought women were gorgeous no matter what they wore, and i didn't think they owed anyone an explanation for their sartorial choices. Different women felt comfortable in different outfits. They were all gorgeous "

J'ai adoré suivre Shirin. Sa force, son courage, sa détermination et son charisme lui permettent de faire face à une opposition sociale grandissante. Je me suis tellement attachée à elle ! Je la voyais lutter, je la voyais avoir peur et je ne l'aimais que d’avantage. Elle n'est pas parfaire, elle fait des erreurs, elle est sincèrement humaine. Elle est badass ! C'est l'un des personnages féminins les plus féministes que j'ai eu la chance de rencontrer au cours de mes lectures....
Son parcours et son développement psychologique est fabuleux. On assiste à l'éclosion d'un papillon : c'est beau, émouvant et fascinant.

J'ai adoré Ocean, ( bon j'avoue...j'ai encore craquée...plus fort que moi) . Attention ce n'est pas un personnage secondaire, il a droit à une bonne part de l'intrigue. Son développement est intéressant, et il est tout simplement attachant. Pas de stéréotype avec lui, il est réel, concret...Ses problèmes et complexes m'ont attendrie et je laissé mon cœur succomber !

La famille de Shirin adoucie le sérieux de l'histoire...il y'a des moments ou je n'ai pas pu m'arrêter de rire...J'adore, j'adore et j'adore....que dire de plus ? ( petite dédicace au frère de Shirin : I love you bro )

" I could no longer distinguish people from monsters "

Dans AVLEOS, de nombreux sujets sérieux sont pris en compte. Le racisme, la xénophobie, le féminisme, l'islam et les femmes. Ceci est abordé avec justesse, réalisme, passion et sincérité. Certaines pratiques musulmanes ont également été abordée, et diffèrent de ce que je vis au quotidient...mais cela n'est qu'une question de point de vue. L'essentiel est la : un message de paix.

" If the decision you've made has brought you closer to humanity then you've done the right thing "

par nina-nani
Harry Potter, Tome 1 : Harry Potter à l'école des sorciers Harry Potter, Tome 1 : Harry Potter à l'école des sorciers
Joanne Kathleen Rowling   
Je le conseille à tout lecteur ! Quelque soit son âge, son niveau de lecture, Harry Potter est une perle ! Il se démarque par sa simplicité, son scénario révolutionnaire certes mais qui s'inscrit dans un monde que Rowling parvient à recréer parfaitement ! En tout cas à ne pas manquer.

par Romaiin
Harry Potter, Tome 2 : Harry Potter et la Chambre des secrets Harry Potter, Tome 2 : Harry Potter et la Chambre des secrets
Joanne Kathleen Rowling   
J.K contrairement à d'autres écrivains n'a pas chuté dans son 2e tome... au contraire il est même voir meilleur. J'ai particulièrement aimé la fin du roman avec Tom Jedusor et Harry Potter.

par Roxye
Harry Potter, Tome 3 : Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban Harry Potter, Tome 3 : Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban
Joanne Kathleen Rowling   
J'ai adoré ce tome-ci tant émouvant par la rencontre de Harry et de Sirius. Et tant tragique aussi, lorsque celui-ci doit fuir à nouveau. On apprend aussi beaucoup de choses sur les parents de Harry - surtout sur son père. De plus,Harry progresse énormément en tant que sorcier durant cette troisième année à Poudlard (il parvient à créer un patronus, à faire fuir toute une horde de Détraqueurs et à faire face à sa plus grande peur) .

par marjolen7
Harry Potter, Tome 5 : Harry Potter et l'Ordre du Phénix Harry Potter, Tome 5 : Harry Potter et l'Ordre du Phénix
Joanne Kathleen Rowling   
Dans ce livre on adore détester Ombrage, cette mégère !
Comme beaucoup, je pense, je suis énormément déçu par le film ! [spoiler]Où la mort de Sirius est baclé..[/spoiler]

par Haappy
Les Filles au chocolat, Tome 1 : Cœur cerise Les Filles au chocolat, Tome 1 : Cœur cerise
Cathy Cassidy   
Je croyais que c'était un livre très enfantin, parce que le résumé (qui n'est pas le même que celui ci-dessus, que je vient de trouver sur le site Nathan) était comme une mini-fiche d'identité de Cherry comme on peut en trouvé sur des livres enfants.
Mais ma sœur (eh oui! Encore!) se l'est achetée donc je l'ai lu. Et en fin de compte j'ai adoré! Ne vous attendez pas à de la grande littérature, ni à de l'action, si vous lisez pour ça, ne vous le procurez pas...vous serez déçu.
Mais, moi, j'ai aimé, ça change de mon univers de fantastique et puis "Cœur Cerise" c'est vraiment l'image parfaite que je me fais d'un livre pour les vacances. Si je pouvais décrire ce livre en un mot se serait "coloré", coloré comme la couverture du livre, comme ce contraste de personnages, plus attachants les uns que les autres (on oublie Honey).
Puis, même si l'histoire fait un peu déjà-vu, j'ai adoré!
La fin est trop, surtout dans la grotte (je n'en dirais pas plus, mais si certains d'entre vous l'ont lu, ils me comprennent! )

par marie45

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode