Livres
553 799
Membres
598 292

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Micoton : Ma PAL(pile à lire)

Lady Mechanika, Tome 3 : La Tablette des destinées Lady Mechanika, Tome 3 : La Tablette des destinées
Joe Benitez    Marcia Chen    Martin Montiel   
Un gros point fort de cette saga que j'avais déjà apprécié dans les deux premiers tomes, mais qui est particulièrement agréable et accentué dans celui-ci c'est les personnages féminins. Lady Mechanika bien sûr, mais aussi Winifred que j'ai absolument adoré et Akina que j'ai bien aimé aussi. J'espère qu'on les reverra dans les prochains. Cette histoire m'a beaucoup plu, probablement plus que celle des deux premiers tomes. Très hâte de découvrir la suite, en espérant que ça se concentre un peu plus sur le passé de Mechanika.

par Alahelo
Outlander, Tome 8.2 : À l'encre de mon cœur (II) Outlander, Tome 8.2 : À l'encre de mon cœur (II)
Diana Gabaldon   
Un tome extrêmement dense où les intrigues se multiplient. D'une part Claire (qui a épousé Lord John) découvre que Jamie n'est pas mort... Les voilà engagés dans la guerre d'Indépendance . les descriptions sont précises et les grands noms de l'histoire se mêlent à nos héros favoris. La relation de Jamie et Claire explose dans ce tome où l'on sent vraiment la force du lien qui les noue. Sur les personnages secondaires, j'ai pris tout autant de plaisir à suivre les aventures amoureuses de Ian et Dottie (les différentes nuits de noce du double mariage étaient particulièrement savoureuses, simples mais efficaces). J'apprécie également le personnage de William et ses relations familiales compliquées (je sais que certains lecteurs ont estimé qu'on se moquait bien du ressenti de William mais moi j'ai beaucoup apprécié de suivre ce personnage au cours des différents tomes).

Au delà de l'aspect historique, l'auteure veille également à maintenir le lecteur en haleine quand au fonctionnement précis des pierres levées (et donc des voyages dans le temps) à travers le manuel explicatif de Roger (que Brianna reprend dans ce tome). J'ai également trouvé le duo Buck/Roger très divertissant et j'ai passé la majorité du tome dans les affres de l'angoisse pour le couple Brianna/Roger (attendu que ce dernier s'est retrouvé dans une époque précédent la naissance de Jamie !) Leur histoire est bien développée, si ce n'est le twist final qui est... inattendu d'une certaine manière même si on a compris depuis longtemps que les pierres menaient à ceux qu'on aime ... Mais j'aurais aimé un peu plus de préparation

Du coup, tout du long, on se demande si leurs actes (enfin surtout Roger et Buck)ne vont pas modifier quelque chose dans l'histoire (avec un grand ou un petit h) . J'ai apprécié aussi de voir (même brièvement ) l'ancêtre de Frank Randall et de retrouver la terrible Geillis. Le scénario est parfaitement ficelé


Ce que j'aime : le scénario parfaitement ficelé, les personnages aux caractères variés, le côté historique hyper documenté


Ce que j'aime moins : encore une fois, certaines descriptions sont parfois trop longues. La fin est jolie mais, à mes yeux, elle reste superficielle par rapport au reste des romans : oui, je voulais qu'on me dise clairement comment Brianna et Roger et les enfants avaient rejoint Jamie et Claire (même si tout est sous entendu au cours du tome )et surtout... que devient William ???


En bref : Un excellent tome qui conclut à merveille la saga même si j'aurais aimé en savoir plus sur le destin de William


Ma note


9/10

par JessSwann
Le Fou et l'Assassin, Tome 2 : La Fille de l'Assassin Le Fou et l'Assassin, Tome 2 : La Fille de l'Assassin
Robin Hobb   
Il s'agit de la deuxième partie du premier tome américain.

L'histoire reprend où s'était arrêtée la première partie. Les émotions sont toujours présentes et poignantes : on sent la solitude de Fitz suite à la mort de Molly, et les nombreuses difficultés qu'il rencontre pour éduquer sa fille. Ses choix sont souvent grinçants, mais correspondent tellement au personnage... La cohérence entre sa façon particulière d'élever Abeille et son caractère à la fois secret, maladroit et confiant envers sa deuxième fille est remarquable, et donne lieu à des situations complexes. Fitz se retrouve à devoir osciller entre les invités de Flétribois dont il doit veiller à la sécurité et gérer les caprices, ses devoirs de maitre du domaine à assumer, et Abeille, qui tente tant bien que mal de trouver sa place au milieu de ce chamboulement.

Dans la première partie, nous avions eu deux chapitres du point de vue d'Abeille. Dans ce deuxième tome français, la moitié des chapitres le sont, en alternance, la plupart du temps, avec ceux du point de vue de Fitz. On ressent donc très rapidement l'importance de la fillette dans l'histoire, et les interrogations à son sujet se renforcent, notamment : [spoiler]ne serait-elle pas un prophète blanc ?[/spoiler] Ce doute, je l'avais déjà eu dans la première partie, mais les événements avec Abeille ne permettent plus de douter, et la fin du livre encore moins.

L'un des moments forts de ce livre est, incontestablement pour moi,[spoiler] la rencontre de Fitz avec le Fou. Durant les deux volumes (français), un accent est mis sur le vide ressenti par notre héros causé par l'absence de nouvelles de son ami d'enfance. L'émoi est grand quand Fitz réalise qui est le mendiant qu'il a poignardé. [/spoiler]

J'ai découvert L’Assassin Royal il y a exactement dix ans (puisque c'était en avril 2005...), et depuis Fitz est mon personnage préféré, tous genres confondus. Je ne peux que le renforcer dans sa place après la lecture de ce tome, tant j'y retrouve tout ce qui fait son charme à mes yeux : ses hésitations, son pessimisme facile, son amour sans limites pour ses proches, son intelligence fine, sa si touchante maladresse.

Dans cette deuxième partie française, il est deux éléments qui m'ont beaucoup déplus : les première et quatrième de couverture. L'illustration est un photomontage, ce que je trouve tellement dommage pour un roman d'une telle ampleur. Alors que TOUS les tomes de chez Pygmalion relatant les aventures de Fitz ont des illustrations à tomber par terre (dessins, techniques graphiques...), celle de la première partie en pôle position, nous avons droit pour ce livre à une technique qui, pour moi, ne met pas du tout le livre en avant. Mais le pire, c'est la quatrième de couverture. Habituellement, elle est ici pour donner envie de lire, donc de lancer l'intrigue, ou de la poursuivre. Hélas, celle-ci dévoile l'élément, l'événement qui retourne les tripes et fait chavirer le cœur. J'avais été prévenue que la quatrième était très spoilante et révélait la fin, donc je l'ai lue une fois le livre fini. Bien m'en a pris. C'est une véritable honte de dévoiler tant dans une accroche ! Je ne peux pas croire que ce soit du travail de professionnel.

Pour ceux qui n'ont pas encore eu ce livre entre leurs mains et qui souhaiteraient le lire, ne lisez pas la quatrième de couverture ! C'est un conseil que j'ai déjà lu plusieurs fois mais qui ne saurait trop apparaitre au vu du massacre occasionné.

Sinon, c'est toujours un bonheur de retrouver Fitz, et je m'émerveille de la créativité de Robin Hobb qui a su trouver une intrigue nouvelle pour sa nouvelle trilogie ; rien n'est redondant, tout est captivant.
InCarnatis, la Vénus d'Emerae, tome 2 : La Prophétie InCarnatis, la Vénus d'Emerae, tome 2 : La Prophétie
Marc Frachet   
Terre, deux siècles après les catastrophes des Lunes Sombres, les aéroplaneurs de la Guilde commercent dans le monde entier, entre teks et domas, agissant dans la plus grande neutralité face à la montée du Technofascisme. Seul survivant du massacre de sa famille, Yarel Grinh, un jeune aérostier, cherche à se venger. Tourmenté par d'étranges visions depuis son plus jeune âge, il se découvre d'étonnants pouvoirs liés à un Art ancestral : la Science Arcanique... Un nouvel univers science-fiction fantastique portée par un souille d'aventure et écrite dans un style simple etpercutant accessible au plus hrand nombre, cette grande. saga se déroule sur Terre au XXIVe siècle. Depuis notre Futur, elle nous emmène aux origines mêmes de l'Humanité, dans un monde empreint de magie où s'affrontent dans l'ombre de l'Histoire humaine, deux sociétés secrètes maitrisant des pouvoirs paranormaux, dont la réincarnation.Nouvelle Description

par Gerome-2
Mortal Engines, Tome 2 : L'Or du prédateur Mortal Engines, Tome 2 : L'Or du prédateur
Philip Reeve   
Je suis si mitigée par ce deuxième tome.. L'univers créé par l'auteur est superbe et original. Les descriptions des locomopoles, des différents lieux, le système de vie ou encore la confrontation entre les deux modes de vie : anti-mouvement et ville sur roues sont faites avec brio à mes yeux. Je me plonge dans l’intrigue facilement et la plume est fluide. Il y a énormément de rebondissements et c'est vraiment prenant. Mais.. Je ne supporte pas le personnage de Tom x) Et d'ailleurs je ne comprend que rarement les réactions et le comportement des personnages dans ce roman.. Du coup, je ne me suis pas du tout attachée aux personnages (à part Hester que j'aime bien). De plus, on ne fait que répéter dans tout le roman que Hester est d'une laideur monstrueuse (Le gars ça fais deux ans qu'il fait le tour du monde dans ces bras love to love et il a des propos comme ça..) Et les autres personnages s'en donnent, également, à cœur joie. C'est quelque chose qui me faisais levé les yeux aux ciels et me dérange beaucoup. J'avais juste envie de claquer Tom tout le temps.. C'est dommage car le scénarios et l'atmosphère me plait beaucoup ! Par contre, pour moi, c'est un univers tout de même assez complexe pour un enfant de 11 ans (à par peur être si il a l'habitude de ce type de lecture). C'était donc une lecture en demi teinte pour moi. J'ai le tome 3 que je lirais surement mais je ne possède pas le 4 et je ne suis pas sur de vouloir me le procurer.

par Soolem
L'alimentation anti-endométriose L'alimentation anti-endométriose
Fabien Piasco   
Une excellente référence pour ce type de régime! Il y a des informations pour tous les niveaux, des recommandations de bases aux explications d'études réalisées. Plusieurs parties bien articulées (recommandations de base, fiches annexes, témoignages...) et des exemples de recettes. Sinon, plusieurs fautes de frappe / conjugaison qui m'embêtent parfois... Bref, je recommande!!

par Daerinn
Soulager l'endométriose sans médicaments Soulager l'endométriose sans médicaments
Stéphanie Mezerai   
En France, 1 femme sur 7 souffre d'endométriose, cette maladie longtemps taboue qui cause des douleurs terribles pendant les règles et les rapports sexuels et peut être cause d'infertilité.

Il est temps que cette maladie sorte de l'ombre : voici un guide pratique qui a pour vocation d'aider ces millions de femmes atteintes d'endométriose à accepter leur maladie, à soigner leurs douleurs avec des méthodes naturelles et surtout à se réapproprier leur corps et leur féminité, ainsi qu'un programme anti-douleur au naturel de 15 jours. Stéphanie Mezerai est naturopathe. Elle accompagne les femmes durant leur ménopause, et s'occupe également de patientes atteintes du cancer et d'endométriose.
Le Fou et l'Assassin, Tome 3 : En quête de vengeance Le Fou et l'Assassin, Tome 3 : En quête de vengeance
Robin Hobb   
Un tome tout aussi passionnant que les deux premiers même si je trouve toujours Fitz très long à la détente (clairement on comprend pourquoi leur nom est Loinvoyant et non Clairvoyant). J'ai trouvé toutes ses parties absolument passionnantes : entre le récit du Fou, les souvenirs d'Oeil de Nuit, sa relation avec Ortie et les nouveaux personnages (j'adore Cendre et Bigarrée, surtout Bigarrée) on ne s'ennuie pas. Et on pleure avec Fitz (le passage où Kettricken et Devoir lui rendent la place qu'il aurait toujours du occuper est très émouvante, on se dit ENFIN !)

Umbre est également très émouvant dans ce tome, surtout avec l'admission de ce que le lecteur avait compris depuis longtemps..

Les passages d'Abeille sont un peu en dessous mais complètent avantageusement le récit du Fou et les très très nombreuses révélations de ce tome ( il y en a tellement qu'on ne sait pas trop où donner de la tête même si, pour la plupart, on les comprend avant que l'idée même effleure Fitz). J'aime aussi beaucoup l'idée de son ascendance ainsi que la manière dont l'auteure réussit à lier tout à la fois les événements de L'Assassin Royal, des Aventuriers de la Mer et des Gardiens des Dragons. Il est plaisant d'avoir des nouvelles des personnages des autres saga et je ne peux, une fois de plus, que reconnaitre que Fitz est sans nul doute le plus fantastique personnage que j'ai jamais été amenée à lire...


Ce que j'aime : l'addictivité, Fitz, la manière dont le monde s'enrichit encore avec de nouveaux lieux, de nouveaux liens et de nouveaux mystères quand à l'Art et à son mode de fonctionnement


Ce que j'aime moins : des fois, je trouve que Fitz est quand même bien long à la détente, à croire qu'avec tout ce qu'il a vécu, il n'a toujours rien appris


En bref : Un tome passionnant qui continue une saga qui nous permet de retrouver les personnages si attachants des Six Duchés. Et puis... qu'il est bon de lire les malheurs de Fitz !


Ma note


9,5/10

par JessSwann
Chroniques de la Lune brisée, Tome 1 : L'Étoile de Ren Chroniques de la Lune brisée, Tome 1 : L'Étoile de Ren
F.T. Lukens   
En ouvrant ce livre, je ne m'attendais pas à tomber sur un univers aussi profond que celui de l'Etoile de Ren, ni sur des personnages aussi attachants et drôles. J'ai dévoré ce roman, dont j'ai beaucoup aimé les légendes, l'humour et les endroits exotiques que l'auteur nous décrit. Pour moi, c'est une lecture très positive, qui aurait toutefois méritée d'être étoffée sur certains points, dont voici le détail :

Ren, c'est un garçon qui vient d'une planète fréquentée par ceux que l'on nomme les Poussiéreux, en bref : les gens perdus qui habitent au fin fond de la galaxie. Mais sur sa planète, il n'y a pas que les habitants de villages vivant principalement de l'agriculture : il y a aussi un Baron despotique, qui effectue régulièrement des rafles sur les villages de la campagne, non seulement pour glaner des provisions, mais aussi pour "recruter" (notez l'ironie du mot) des soldats pour son armée. Ren est capturé, et se retrouve dans sa forteresse, juste après avoir découvert un pouvoir qu'il ne maîtrise pas. Son compagnon de cellule, Asher, devient très rapidement (trop rapidement ?) le seul élément qui lui apporte un brin de réconfort. Leur relation se développe très vite et est agréable à lire, et j'avoue que je ne m'attendais pas à aimer autant l'alchimie qu'il y a entre eux deux, et qui mêle très bien des moments de passion/affection avec des moments de doute et d'amitié.

Tout allait bien dans l'histoire, jusqu'à ce que les prisonniers s'échappent, avec un bon nombre de leurs camarades. Cette scène m'a laissée un peu perplexe, j'ai trouvé qu'elle manquait un peu de "challenge". De même, par la suite, je trouve que les personnage représentant l'autorité militaire sont parfois un peu caricaturaux voire décalés dans certaines situations. Certains personnages auraient pu avoir un peu plus d'importance, ou même être mentionnés davantage [spoiler]j'aurais bien aimé voir Rowan se développer un peu plus, et la mère d'Asher être plus présente dans l'histoire[/spoiler]. L'une des choses qui m'a beaucoup perturbée dans ce roman, c'est aussi [spoiler]le manque de réaction de Ren lorsque son village est détruit. Vu l'importance qu'il attache à son village, je me serais attendue à un peu plus d'émotions...[/spoiler]

Le style d'écriture de l'auteur, très simple, m'a au départ un peu gênée, car je trouvais qu'il manquait de profondeur. J'ai fini par m'y faire, et passé les 30 premières pages, je n'y ai plus fait attention. D'ailleurs, j'ai beaucoup aimé [spoiler]l'usage des paradoxes d'Asher pour rappeler Ren lorsqu'il se perd dans les câbles d'un vaisseau et que son étoile prend le dessus[/spoiler]. Le rythme du récit est très dynamique, et il a été difficile de lâcher ce livre, que j'ai fini en 3 jours.

En résumé, cette lecture était très agréable, et j'attends avec impatience le tome 2, que je compte lire aussitôt qu'il sera sorti ! Je vous le recommande ;)

par Rexika
À ce point de folie À ce point de folie
Franzobel   
Suite au partenariat avec Babelio, je les remercie ainsi que la maison d'édition Flammarion pour la lecture de ce roman.

Qui n'a jamais entendu parler du radeau de la méduse ? Un lointain souvenir ou au contraire une vérité qui fait mal d'imaginer ce qui a pu se produire. Le 18 juillet 1816, l'Argus trouve une embarcation bancale avec à son bord des survivants du naufrage de ce navire : la Méduse. une quinzaine d'hommes et de femmes, enfin qui y ressemblaient bien avant d'être découvert. Les conditions ont été terribles durant les treize jours entre le naufrage et leur retour à la civilisation. Si certains ont réussi à s'en sortir, non sans avoir perdu un peu de leur esprit, d'autres n'ont pas survécu malgré les soins reçus. Nous suivons Savigny, médecin de bord et Osée, matelot durant quelques temps après leur retour en France. Puis le retour sur le navire, au moment du départ. Ce moment où tous les passagers, matelots, hommes d'armée partent pour trois semaines de voyage vers le Sénégal. Ce moment où personne ne prend conscience que ce lieu est dangereux, autant parce que les mousses risquent gros, mais surtout avec la mer qui peut se déchainer à n'importe quel moment.

Bien entendu ce livre n'est pas le récit typique de ce qui est arrivé, mais de ce qui aurait pu se produire à bord. À cette époque, au temps des rois, chacun doit rester à sa place. Pourtant, sur ce navire, les grades ne restent pas forcément en l'état. La bourgeoisie n'est pas isolée comme elle le voudrait, je pense à la famille Picard, par exemple. Victor, celui dont Osée ne cesse de dire son prénom depuis son retour sur la terre ferme, nous le suivons. Ce petit devient un souffre-douleur, pourtant il arrive à s'en sortir de situations plutôt dramatique. Tentatives de viols, tentatives de pertes de peau par la cuisinière chauffée... Et puis il y a cette vie sur ce rafiot, La Méduse continue son bonhomme de chemin, emportant avec elle les passagers qui ne voient rien. Les tracas sont les mêmes qu'à terre, mais en ayant moins de place, moins d'intimité. Les relations sont exacerbées, les besoins deviennent terre à terre. Les rancœurs sont tenaces, la vie devient plus difficile. Et c'est là que tout prend l'eau. Les trous se forment, les seaux arrivent mais c'est trop tard.

L'histoire de ce navire qui s'est perdu en route, c'est le récit de bon nombre de passagers qui ont tenté de survivre à des éléments indépendant de leur volonté, mais pas uniquement. Les désaccords se suivent tant que les personnages sont ensemble. La rancune est tenace et les esprits vont commencer à sombrer. Essayer de ne pas s'attacher à eux est difficile, ne pas les haïr ou ne pas les adorer devient un problème. L'auteur donne assez de détails sur chacun pour imaginer sa vie avant de mettre un pied sur La Méduse, jusqu'à ce qu'il remette le pied sur terre, s'il survit. Car c'est bien le hic, sur le nombre impressionnant, on se retrouve dans la même position que le Titanic. Trop de monde, pas assez d'embarcations en cas de naufrage, un bateau qui se fracasse au pire moment. Qui doit vivre ? Qui doit mourir ? Les éléments se déchainent, les requins font leur apparition.

Les personnages sont nombreux. Nous les suivons, découvrant le pourquoi ils sont sur ce navire. Arétéé Schmaltz, fille du gouverneur qui recherche un médecin pouvant effacer la tache de vin qui lui couvre la moitié du visage. Victor qui fuit, Osée qui aime cette vie depuis ces 6 ans, la Reine qui se veut tout puissante, et tous les autres qu'on a envie soit de torturer, soit de les protéger. Rien n'est simple. Ceux qui meurent se demandent pourquoi eux non pas pu être sur un rafiot. Ceux qui y sont se demandent comment survivre sans nourriture, avec de simples tonneaux de vins. L'esprit humain est complexe. Vouloir survivre pour retrouver ses proches, ses amis, sa famille, oui, mais à quel prix ? Qui serait capable de continuer en devenant autre chose qu'un être humain ? L'animal en nous semble prendre vie et nous faire oublier qui nous sommes : des gens civilisés. La plupart du temps.

C'est un conflit permanent entre ce que l'on veut et ce que l'on doit faire. Les personnages ne cessent de retrouver un peu de lucidité, mais, car il y a un mais, initialement certains ne sont pas "corrects". Ils préfèrent s'amuser aux dépends des autres. Il est question de Bonaparte également qui pourrait peut-être aider, à moins que le fait d'écrire ce qui s'est produit ne dérange ? L'humour souvent noir de l'auteur est parfait à mes yeux. C'est ce type d'humour que je préfère, plus dans le sombre, le glauque qui fait rire, pour éviter de s'apitoyer sur le sort de ses hommes et femmes qui vont y passer, autant le dire. Un naufrage à cette époque, des personnages qui ne sont pas tous d'accord, forcément il va y avoir des moments où il faut trancher dans le vif !

En conclusion, c'est un récit qui permet de nous poser des questions. La principale étant de savoir si nous aurions agit de la même façon que certains. Survivre dans de telles conditions, aurions-nous laissé la faim nous envahir ou la folie prendre le pas sur notre corps ? Sacrifice, amitié, dénigrement, les mutineries si infimes quelles soient auraient pu être le bon déclencheur pour tous les sauver. Aller jusqu'au fond des choses comme le doc, fouiner dans les cerveaux, dans les entrailles, ça il sait le faire. Un dernier point, on sait enfin ce qui est arrivé à ce fameux Victor, c'est un soulagement de savoir s'il a survécu ou non a cette folle épopée.

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/a-ce-point-de-folie-franzobel-a148464850

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode