Livres
559 124
Membres
607 766

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Minouille : Mes envies

Qui doit mourir ? Qui doit mourir ?
Diana Urban   
Lecture très mitigée. Le début est entrainant, mais très vite le manque de profondeur de tous les personnages, stéréotypés au possible ralenti la lecture. On tourne les pages sans entrer dans l'intrigue. Dommage car le livre aborde des sujets plus profond qu'il n'y parait au premier abord. Une fin prévisible et bancale. Déçue.

par Lilith86
Le Silence de Mélodie Le Silence de Mélodie
Sharon M. Draper   

Ce roman m'a fait trembler de peur, de rage, de bonheur, de tout les sentiments possibles et inimaginables. Il est tout simplement magnifique, et malgré moi, il m'a fait beaucoup réfléchir.
Au travers des pages, on en apprends toujours un peu plus sur la vie de Mélodie. Elle n'est pas facile. Il y a des hauts et des bas, et c'est encore bien plus difficile pour elle parce qu'elle ne peut pas exprimer ce qu'elle ressent.
Pourtant, on sait qu'elle est entourée d'amour. Et c'est ça le principal.

Ce livre est un beau "témoignages" de la part de Sharon. M. Draper. Après, je pense qu'il ne faut pas attendre de lire ce roman, ou un autre pour ouvrir les yeux sur les difficultés et les conséquences de l'handicap chez les autres. Mais "Le silence de Mélodie" résume un peu tout, et c'est ça que j'aime beaucoup.
Invincible, Tome 1 Invincible, Tome 1
Amy Reed   
Je tiens à remercier les éditions Mosaic ainsi que NetGalley pour m'avoir permis de découvrir Invincible. Un roman dont j'avais énormément entendu parlé et qui m'intriguait beaucoup.

Invincible se révèle beaucoup plus profond qu'on pourrait le penser. Pour tout vous dire, j'ai été très étonné d'avoir été émue aux larmes dans les premiers chapitres.

Nous faisons donc la rencontre de Evie. Evie qui selon tous les médecins n'en a plus pour très longtemps. Son cancer progresse et pour elle et ses proches, les derniers instants sont cruciaux. Ses deux amis, malades eux aussi, Stella et Caleb la comprenne et par dessus tout sont là pour elle comme jamais ses proches ne le pourront. Pourtant, tout va basculer.

Pour moi, Invincible se découpe en deux parties bien distinctes. La première partie regroupe les 20 premiers chapitres environs. Ce sont à mes yeux les meilleurs. Comme je le disais plus haut, j'ai ressenti beaucoup d'émotions et j'ai vraiment été plongé dans ma lecture dès le début. Il faut dire qu'Evie fait plus ou moins ses adieux dans des circonstances parfois bouleversantes. J'ai beaucoup aimé son personnage, sa force, sa volonté de ne plus vouloir souffrir ni faire souffrir ses proches.

Et puis, on passe ensuite à la seconde partie. Et là, Evie qui, du jour au lendemain est une miraculée. Le cancer a disparu. Comme ça, du jour au lendemain. Que s'est-il passé ? Est-ce que ça va durer ? Tout un tas de questions se posent. Evie, elle, doit retrouver une vie normale. Retourner à l'école, retrouver ses amis, sa famille. Si au début, je comprenais sa colère, notamment lié au fait qu'elle s'en soit sortie[spoiler] et lié à la disparition de Stella[/spoiler] par la suite, je ne la comprenais plus du tout. Elle fait malgré tout la connaissance de Marcus, avec qui elle va trouver du réconfort. Cependant, au fil des pages, je la trouvais égoïste, parfois même cruelle. J'avais envie de la remettre en place, clairement. Et puis on a ses lettres à Stella... et là, on se rend compte de la détresse dans laquelle elle se trouve. L'alcool, la drogue, cette haine qu'elle voue aux autres. Bref, des sentiments bien contradictoires.

Cette fin aura été vraiment surprenante et me laisse pensive quant à la suite. Beaucoup de questions restent en suspens et les possibilités sont illimités ! En tout cas, Amy Reed aura su me faire passer par toutes les émotions possibles !

par Carole94P
Nous les filles de nulle part Nous les filles de nulle part
Amy Reed   
Un superbe livre ! Je pense que presque toutes femmes/filles ont pu subir d'une manière ou d'une autre une discrimination, un harcèlement ou même une agression... Ce livre met des mots sur ce qui peut se passer au sein d'un lycée des états-unis, où les garçons peuvent agir en toute impunité, couverts par l'administration et même la police locale... Mais l'union fait la force!
Le message de ce livre passe très bien par l'intermédiaire des personnages, aussi touchants que variés...
Ce roman m'a touchée !
Broken Things Broken Things
Lauren Oliver   
Si je devais résumer Broken Things, je dirais qu'on est à mi-chemin
entre Pretty Little Liars et Harry Québert.... En fait, on est à mi-chemin dans tout avec ce roman. La réalité et la fiction, l'amitié et la détestation, le passé et le présent, l'acceptation de soi et les douleurs de la vie. L'excellent roman et le roman médiocre. Pourquoi ? Voici mon avis.

Broken Things aborde des sujets originaux et ambitieux. J'ai adoré le portrait des personnages, tous si nuancés et vivants. Mia, cette danseuse qui n'a plus le rythme de la vie, toujours en équilibre précaire et qui tente littéralement de se trouver une voix pour crier toutes les émotions qu'elle enferme. Brynn, cette fille si en colère, qui se sent en décalage avec le monde et dont l'homosexualité m'a touché si personnellement car certaines de ses remarques m'ont renvoyé à ma propre expérience. Et enfin Summer. La troisième amie, le personnage peut-être central et périphérique à la fois, présente mais absente. Par delà sa mort, Summer hante ses deux amies et surtout a laissé le fantôme de son souvenir, celui d'une fille contradictoire : Summer est solaire, aimée, détestée, cruelle. Pour ceux qui ont vu PLL, Summer est une Allison DiLaurentis névrosée. C'est sans doute elle qui fascine. Sa mort évidemment fascine et on veut savoir ce qu'il s'est passé, mais sa vie aussi intrigue. Summer apparaît insaisissable et vit à travers le regard de Brynn et Mia qui portent sur elle leur propre regard justement. Or, même s'ils s'accordent, ils divergent aussi. Mia pouvait être écrasée par Summer et être fascinée par elle. Brynn, elle, en était amoureuse et ça change tout. Parce que sa fascination relevait de l'intime. Et le coeur brisé qui s'en suit est palpable tout au long du roman. La douleur de Brynn est celle d'un amour adolescent, un premier amour qui ne prend pas forme, qui remet en question, qui laisse des traces. Et pourtant l'auteur aurait pu aller plus loin. Parce que le roman laisse un goût d'inachevé, comme si l'analyse de la personnalité de ces trois filles était restée en surface. Ce n'est qu'en refermant le livre qu'on s'en rend compte. Le mystère de Summer aurait pu être creusé. Les personnalités de Brynn et Mia étoffés. On a l'impression d'avoir fait du sur place. La relation que le lecteur entretient avec ses filles a été à l'image de Summer : intense, fascinante, empathique, mais ésotérique. On manque de concret et c'est comme si l'aspect littéraire de ces personnages se faisait d'un coup trop sentir.

La relation à la fiction a justement un rôle fondamental dans le roman. Une mise en abîme tout aussi fascinante que celle qui met ce jeu en place : Summer et Lovelorn. Lovelorn est une sorte de Narnia, un univers de fantasy issu d'un livre qui obsédait Summer. La question de l'obsession est d'ailleurs prégnante tout au long du récit. Summer fascine les autres et est fascinée par Lovelorn. Elle projette cette obsession autour d'elle, embarque ses amies dans son amour pour ce roman. La réflexion menée pour déchiffrer celui-ci dont des extraits entrecoupent les chapitres, tout comme des bouts de la fanfiction écrite par les trois filles, nous donne l'impression de lire un roman dans le roman. Et on en vient à s'interroger sur Lovelorn, sur son monde et son écriture si mystérieuse. C'était intéressant et une idée vraiment originale de la part de l'auteur.

Et puis évidemment il y a l'enquête. Le meurtre de Summer qui reste inexpliqué et que Brynn et Mia veulent résoudre. Je dirais que c'est peut-être le point faible du livre, mais il faut sans doute comprendre que ce n'est probablement pas le sujet principal contrairement à ce qu'on veut nous faire croire. Bien sûr, l'intrigue est au coeur du livre et nous voulons savoir ce qui s'est passé. Mais l'intérêt est ailleurs. Il est dans les notions énoncées précédemment : le rapport à l'amitié, à l'obsession, à la fiction, à l'amour. Néanmoins, l'intrigue du meurtre reste au premier plan et on aurait sans doute aimer que l'enquête soit plus équilibrée et surtout que la fin n'arrive pas si précipitamment sans prendre le temps de donner plus d'explications. Même si elles ont lieu, elles passent trop vite et on reste sur notre faim.

Finalement, le mystère de la personnalité de Summer demeure en quelque sorte et j'aurais aimé quelques pages en plus sur elle. Ce personnage si romanesque était une fille perturbée, névrosée, parfois - voire souvent - cruelle et cela n'est jamais adressé véritablement en ces termes. Summer était au bord d'un gouffre, souffrait sûrement de troubles de la personnalité, mais Brynn et Mia continuent finalement à voir en elle ce qu'elle était de son vivant : un soleil éclatant qui brûlait sans doute trop fort. Et j'ai trouvé la découverte de leur amitié et de leur dynamique vraiment intéressante. C'est cela que je veux retenir du roman plutôt que la traditionnelle enquête policière.

En somme, Broken Things est une belle découverte qui m'a redonné l'envie de lire et de découvrir parce qu'il m'a rappelé une chose : la fiction est la plus belle façon d'échapper à la vie.
Les Filles rebelles du pensionnat Notre-Dame Les Filles rebelles du pensionnat Notre-Dame
Flynn Meaney   
Imaginez une fille de seize ans, dotée d'un tempérament impulsif, d'une crète rose dressée sur le sommet du crâne, de plus d'avertissements que de notes au-dessus de la moyenne, d'un vrai talent pour l'insolence et d'un penchant pour les sorties nocturnes en bonne compagnie.

Maintenant, imaginez-la dans une pension catholique tenue par les redoutables sœurs de Notre Dame de la sainte Piété, avec couvre-feu à 21h, messes quotidiennes, et surveillance constante...

Une seule solution : se faire virer.

À partir de 13 ans

par Tifennjh
La Légende du noble chat Piste-fouet La Légende du noble chat Piste-fouet
Tad Williams   
Il y a décidément des choses que je ne comprends pas. À l'heure où ce qui fait le plus de vues sur le net ce sont les vidéos de chats, on laisse ce genre de chefs-d’œuvre s'échanger à des prix exorbitants faute de réédition...
Du coup, j'avoue que quand j'ai trouvé cette pépite en ebook complétement par hasard, je n'ai pas vraiment hésité à me jeter dessus (après tout même en l'achetant plus de 100 balles d'occasion, ce n'est pas non plus Tad Willams que je récompense).
Je voulais absolument lire ce livre depuis que j'avais lu cette phrase énigmatique sur Elbakin.net : "Vous aimez les chats ? Alors, considérez que ce roman se voit attribuer la note de 11/10."
C'est donc chose faite et je ne regrette absolument pas mon voyage. Il m'a fallut du temps pour en venir à bout, non pas parce que le roman est particulièrement dense mais parce qu'il a cette particularité des romans dont on veut absolument connaître la fin mais dont on ne veut pas quitter l'univers les personnages.
Par bien des aspects, le quête de Piste-fouet ressemble à celle entreprise par Bilbo mais elle sait aussi s'en différencier pour se forger ses propres spécificités et c'est vraiment avec un plaisir non dissimulé qu'on s'amuse à retrouver les points communs pour mieux souligner les différences.
Bref, un roman qui rend hommages à nos chers félins comme peu savent le faire mais aussi aux grandes histoires d'aventure qui savent nous faire rêver et nous évader du fin fond de notre canapé.

par Eurylia
Elia, la passeuse d'âmes, Tome 1 Elia, la passeuse d'âmes, Tome 1
Marie Vareille   
J'étais curieuse de découvrir ce livre dont on parlait tant. Intriguée par le résumé, je me suis laissée tenter et je dois avouer que j'ai un avis plutôt mitigé.

L'univers se construit sur un système basé sur la communauté, ainsi, tout sentiment individuel doit être réprimé. J'ai pris de la distance avec l'histoire en découvrant l'univers car celui-ci s'est heurté directement avec ma mentalité de jeune femme de notre temps. Il me paraissait surprenant, voire étrange, que des individus puissent se plier à une telle règle, d'autant plus que c'est poussé à un certain niveau. La manière qu'avait Elia de présenter les choses me semblait... étrange. Je n'avais pas l'impression qu'il s'agissait d'Elia, mais de l'auteur. J'ignore comment expliquer mon ressenti, mais j'avais réellement conscience de la plume de l'auteur et non de la voix d'Elia dans ces passages. En dehors de cela, j'ai apprécié le fait de découvrir ce qu'impliquait le titre de « passeuse d'âmes ». Je reconnais que l'idée était loin d'être mauvaise et a le mérite d'être originale.

Par la suite, je ne peux plus parler d'originalité. Je m'explique : je n'ai pas compté le nombre de fois où je me suis retenue de lever les yeux au ciel tant l'histoire regorgeait de clichés inombrables. Je suis consciente qu'on ne peut pas écrire un roman originale de bout en bout et qu'on ne peut pas bannir les clichés, mais j'estime qu'il y a un certain équilibre à maintenir. Ici, j'ai assisté à une avalanche de clichés et de situations vues et revues. Je peux en citer quelques-uns : le général qui en 40 ans de carrière n'a jamais remarqué personne hormis deux personnages qui sont importants à l'histoire (cela se justifie pour Elia étant donné sa couleur de cheveux, mais il n'y a pas que ça) (je pense également qu'en 40 ans de carrière, il a dû voir d'autres spécimens atypiques ou qui méritaient de l'attention), le cliché du personnage principal qui fait toujours le même cauchemar et qui trouve sa signification à la fin, un proche parent qui meurt ce qui entraîne des réflexions de la part de ses camarades à l'école (dont certains en particulier), …

Ensuite, on passe à une autre partie de l'histoire. Malgré tout, les clichés continuent de pleuvoir et quelques incohérences, notamment sur le personnage de Tim : s'il a une vie aussi nulle (je n'exagère rien, l'univers est très manichéen : les pauvres sont les gentils, les riches sont les méchants), comment connaît-il l'existence du chocolat, qui est une denrée rare ? Outre cet élément, Elia s'attache très rapidement à d'autres personnes. Avec son caractère de base, je m'attendais à un autre comportement. De manière générale, elle a agit de manière surprenante à mes yeux. Son ancienne vie s'efface rapidement. Elle fait des choix qu'elle ne devrait, en toute logique, pas faire. Cela correspond encore une fois au cliché du personnage principal qui se trouve dans une société problématique et qui est le seul à s'en rendre compte (alors qu'il n'y a souvent aucun élément qui l'explique). Autre élément récurrent : le fait que le personnage principal se sent mieux avec un autre personnage qu'il ne connait qu'à peine, malgré une vie pénible, qu'avec des gens qu'il connait depuis toujours. Cela pourrait s'expliquer et ne pas figurer dans cette chronique, toutefois, si on ajoute cet élément à tous les autres clichés, cela ne devient plus acceptable ; il ne fait que s'ajouter au reste.
Pour en citer d'autres, je vais en venir aux autres personnes : on a le type obscène qui s'en prend à la fille – mais la fille lui tient tête, évidemment ! Ce qui fait que le type en question va garder de la rancune contre elle. Plus encore, on a l'amie géniale, belle à tomber qui a des milliers de vêtements, lui propose de choisir, lui trouve une robe magnifique et lui dit « Elle te va beaucoup mieux qu'à moi » (je ne compte plus le nombre de fois où j'ai vu une scène pareille).
Puis évidemment, on a un autre cliché qui est l'un des plus présents dans les littératures de l'imaginaire : la découverte de ses véritables origines. Ce n'est même pas surprenant, tant d'indices sont disséminés tout au long du récit. N'importe qui peut s'en douter dès le début du roman. Plus gros encore, devinez quoi ? Nous avons une PROPHETIE !

J'ai rarement lu un roman qui contenait autant de clichés... Il aurait très facilement pu devenir imbuvable. Cependant, à ma grande surprise, je me suis laissée prendre au jeu et j'ai poursuivi ma lecture (malgré mes yeux au ciel quelques fois). Cela ne m'empêche pas de reconnaître les défauts du récit et il y en a : j'ignore si je lirais la suite. Je dirais que pour les jeunes lecteurs ou les amateurs des littératures de l'imaginaire, cela peut être un bon début. Pour les plus expérimentés, je ne le recommanderais pas forcément.

par Eleanara
Les Sorcières de Pendle Les Sorcières de Pendle
Stacey Halls   
Belle fresque historique.
Descriptions des paysages, de la nature et des textiles très poussées.
Mais la condition des femmes à cette époque est-elle réaliste historiquement ?
En tout cas, cela permet de s'intéresser au sujet, à l'époque et de se questionner sur les lois qui maintiennent la moitié d'une population dans l'indigence et également de se questionner sur un état qui garde un statut aussi outrageant pour les femmes.

par Annick
Les Sorcières du clan du Nord, Tome 1 : Le Sortilège de minuit Les Sorcières du clan du Nord, Tome 1 : Le Sortilège de minuit
Irena Brignull   
https://merveilles-livresques.fr/les-sorcieres-du-clan-du-nord-direna-brignull/

J’ai beaucoup aimé ma lecture et ma découverte de l’univers d’Irina Brignull. L’univers de l’autrice fonctionne sur une opposition constante entre le monde des “sorcières” et celui des “ivraies” (des moldus quoi). Nous découvrons d’abord le monde des sorcières, leur clan et leur mode de vie à travers le personnage de Clarée. En parallèle, nous nous immisçons dans la vie difficile de Poppy, simple humaine, quoique… Leur rencontre va marquer le début du roman, surtout que les sorcières ne sont pas censées se lier aux humains, et encore moins révéler leur véritable nature.

Démarre alors une très belle amitié, qui va vraiment être un des piliers du roman et de l’intrigue. Toute l’histoire tourne autour de ces deux adolescentes, qui sont au cœur du futur des sorcières du clan du nord. Leur amitié et les interdits qu’elles transgressent en devenant amies et en échangeant leurs connaissances vont être très importantes pour la suite. Au côtés de Poppy et de Clarée, nous allons découvrir un peu plus le clan des sorcières et tout l’apanage de sortilèges et de potions. C’est assez immersif, on s’imagine vraiment vivant au sein de cette communauté féminine. Les intrigues un peu politiques avec d’autres clans vont aussi venir s’immiscer dans l’histoire. Néanmoins, ce premier tome est finalement assez introductif. On découvre l’univers et la sorcellerie. Le gros de l’aventure viendra après. La romance tient également une part importante dans l’histoire, c’est un peu décevant par moment car on voit venir les choses de loin, mais bon… À voir, ce que cela donnera dans le tome 2.

Même si c’est un roman jeunesse / ado, certains passages sont assez violents et durs. Ils reflètent vraiment ce monde de sorcières, avec de “vraies” sorcières qui vivent à la dure dans leur coin. Ce n’est pas de la magie à paillettes quoi. J’ai adoré découvrir le fonctionnement de la magie de cet univers avec Poppy et Clarée.

Ces deux adolescentes, amies, sont au centre du roman. Chacune envie la vie de l’autre et ne se sent pas à sa place dans son monde. En échangeant leur connaissances, elles se prêtent chacune à vivre libre d’être elles-mêmes. Il y a un certain déséquilibre entre les deux personnages. Clarée est douce, gentille, mais assez insignifiante. J’ai trouvé que son personnage manquait d’utilité dans l’intrigue, mais elle peut aussi se dévoiler dans la suite. Poppy est extrêmement plus intéressante. C’est un personnage profondément cynique, déjà tourmenté par beaucoup de choses et elle cache de nombreux talents. J’ai hâte de voir comment son personnage évoluera. Le seul point négatif que je retiendrai et ce semblant de triangle amoureux. J’ai du mal à voir où l’autrice veut en venir, enfin si, je vois très bien justement et ça m’embête que ce soit si simple. J’ai peur que le personnage en question ne serve qu’à cela et que ce soit assez vain…

En bref, j’ai beaucoup aimé ce premier tome des sorcières du clan du nord. Même s’il peut paraître assez introductif, la découverte de l’univers de la sorcellerie est vraiment prenante ! J’ai hâte de lire la suite.

par Sphinxou

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode