Livres
564 717
Membres
617 360

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Nora-Luna : Mes envies

Luttons Nous pour la Justice ? Luttons Nous pour la Justice ?
Simone Weil   
En 1943, alors que l'Europe lutte contre la barbarie nazie, la philosophe Simone Weil (1909-1943) est à Londres, chargée par le général de Gaulle de réfléchir à la reconstruction de la France. Cet effort d'invention, à nous de le reprendre. Nous devons, à notre tour, penser les conditions et le sens de notre vivre ensemble. Quelle démocratie voulons-nous ? Voulons-nous vraiment la justice ? Qu'avons-nous donc en commun ?


par diablotin
Je suis Charlie, Liberté, j'écris tes mots Je suis Charlie, Liberté, j'écris tes mots
Jérôme Duhamel   
"Vos pensées, vos slogans, vos cris, pour célébrer la Liberté, pour défendre le droit à l’insolence et à l’humour.
Ce petit livre-hommage a pour vocation de rassembler ici 150 pensées, (bons) mots, slogans et cris de révolte, les paroles des 4 millions de Français qui se sont exprimés dans la rue et sur les réseaux sociaux à la suite des tragiques événements qui ont vu 17 personnes assassinées en janvier 2015 au nom d’un intégrisme religieux dévoyé.

Pour que personne n’oublie que la liberté se vit, se défend, s’écrit et se dessine tous les jours, ensemble. "

Justice Justice
Michael J. Sandel   
Description:
Réflexion sur les multiples dilemmes auxquels chacun est confronté, individuellement ou collectivement, mettant en cause la notion de justice. Ramenant chaque question politique et sociétale à un niveau plus concret, le philosophe interroge les principes d'équité, de citoyenneté, mettant la morale au centre du débat. ©Electre 2018

4ème de couverture:
Justice Une situation de disette extrême peut-elle justifier le cannibalisme ? Sommes-nous propriétaires de nous-mêmes ? Une mère porteuse a-t-elle le droit de garder l'enfant qu'elle a mis au monde ? Quel travail mérite quel salaire ? Si Michael J. Sandel, professeur de philosophie à Harvard, passionne bien au-delà des campus, c'est parce qu'il excelle dans l'art de ramener les questions politiques les plus complexes à des enjeux dont chacun peut aisément se saisir. En opposant les différentes conceptions de la justice (utilitariste, libérale, communautarienne), il convoque tour à tour Aristote, Hume ou Kant à partir de cas concrets, parfois drôles et toujours imagés. Des dilemmes les plus ordinaires aux grandes questions qui agitent nos sociétés, il s'agit toujours d'interroger les principes d'équité, de citoyenneté, de justice. De remettre, en somme, la morale au coeur du débat.
Find Your Voice : A Guided Journal for Writing Your Truth Find Your Voice : A Guided Journal for Writing Your Truth
Angie Thomas   
ÉCRIS SANS PEUR DE TE LANCER.
ÉCRIS CE QUI EST VRAI POUR TOI.

L'autrice best-seller Angie Thomas partage SA méthode pour t'aider à développer TON histoire.
Celle qui te ressemblera et qui te permettra de t'exprimer.

Découvre ses conseils et ses exercices d'écriture pas à pas, au fil de la création de ton roman :

- Trouver des idées d'histoires
- Créer des personnages inoubliables
- Construire ton décor
- Tracer les lignes de ton intrigue
- Écrire ta "version zéro"

Et plus encore !

Le tout est rythmé de citations inspirantes extraites de The Hate U Give et de Parée pour percer.

Ce véritable atelier d'écriture va stimuler ta créativité et te permettre de donner vie à tes histoires.
Le génie lesbien Le génie lesbien
Alice Coffin   
Un ouvrage complet et instructif sur le militantisme des lesbiennes dans les luttes féministes d'hier et d'aujourd'hui. Ainsi que sur la place extrême du regard masculin sur et dans les médias.
Un livre à mettre dans toutes les mains. Une très belle œuvre féministe.
Sorcières : La puissance invaincue des femmes Sorcières : La puissance invaincue des femmes
Mona Chollet   
Sorcières, mes sœurs, le combat continue !

Disons-le de suite, j'ai cru acheter un livre sur la sorcellerie et j'ai découvert un essai sur le féminisme qui s'est révélé captivant et surprenant. Mona Chollet nous révèle que la sorcière n'a pas été persécutée uniquement au nom d'un fanatisme religieux mais surtout par les juges laïcs et que cela date surtout de la Renaissance et non du Moyen-Âge comme on le croit. Les catholiques ne furent pas les seuls à les poursuivre et les protestants, forts de ce verset tiré de l'Exode : "Tu ne laisseras pas vivre la magicienne" se sont montrés tout autant sanguinaires. Les sorcières furent également brûlées au nom de l'antisémitisme et plus que tout, elles furent les victimes de la misogynie. Souvent guérisseuses, sages-femmes, mais pas uniquement, il suffisait qu'une femme sorte un peu de l'ordinaire, pour qu'elles deviennent les victimes de la vindicte des hommes auxquels elles portaient ombrage. Aujourd'hui, cette "chasse aux sorcières" existe toujours mais cible plutôt trois catégories de femmes : la femme célibataire suspecte dans son autonomie, la femme sans enfant qui refuse de procréer et la femme âgée qui assume son âge en refusant de se teindre les cheveux. Toutes ont en commun une indépendance tout à fait suspecte qui les éloigne des stéréotypes qui veulent qu'une femme soit une petite chose délicate et soumise.

Ce livre m'a passionnée. Mona Chollet est journaliste et chef d'édition au Monde diplomatique. Son livre est d'une grande richesse historique et très bien documenté. Elle dénonce toutes les violences qui sont faites aux femmes et tout particulièrement encore aujourd'hui. Je me suis sentie bouleversée dans mes perceptions, poussée à m'interroger, mais également éclairée. L'auteure m'a ouvert les yeux sur tout ce qui a été et est reproché aux femmes. Ce livre est un hymne à la Liberté, à la reconnaissance des femmes dans ce qu'elles ont de plus précieux. Il est à mettre entre toutes les mains et il devrait être étudié dans les lycées et collèges.

Un livre passionnant sur le féminisme et pas uniquement sur les sorcières, ou plutôt sur les sorcières modernes que sont les femmes indépendantes qui refusent d'entrer dans le moule...

par Goewin
Albert Camus contre la peine de mort Albert Camus contre la peine de mort
Albert Camus    Eve Morisi   
Ce livre contient par ailleurs quelques textes inédits (principalement des lettres, personnelles ou collectives). La pensée du Prix Nobel de 1957 a joué un grand rôle, à l’instar de celle de Victor Hugo au XIXe siècle, dans le combat abolitionniste : donner à lire l’ensemble des textes au travers desquels Albert Camus s’éleva contre la peine de mort signifie mettre en lumière un pan méconnu de la pensée intime et de l’activisme de l’auteur.

Si Camus publie en 1957 ses « Réflexions sur la guillotine », bientôt incluses dans l’ouvrage collectif Réflexions sur la peine capitale, cet essai célèbre s’accompagne en effet d’une constellation d’écrits qui interrogent, analysent et dénoncent l’illégitimité du couperet.

Documents inédits, lettres envoyées à titre privé, extraits de carnets, d’allocutions, d’écrits fictionnels et journalistiques connus se répondent ici pour révéler, dans sa complexité et sa profondeur, la préoccupation d’une vie : « sauver les corps.
».

Ces textes d’invention et d’intervention retracent une conviction abolitionniste ébranlée à la Libération, mais qui n’en traverse pas moins résolument les plus sombres événements du XXe siècle : la dictature franquiste, la Seconde Guerre mondiale, la guerre civile grecque et ses suites, les répressions perpétrées en Europe de l’Est sous l’égide du stalinisme, la guerre d’Algérie, etc. Camus ne se détourne d’aucune des questions pressantes de son temps, qu’elles soient politiques, historiques ou humaines.
L’ouvrage se termine par un court essai d’Ève Morisi sur la peine de mort dans les romans de Camus.

par Lilou
Actuelles - Écrits politiques Actuelles - Écrits politiques
Albert Camus   
Ce volume résume l'expérience d'un écrivain mêlé pendant quatre ans à la vie publique de son pays. [...]

Cette expérience se solde, comme il est naturel, par la perte de quelques illusions et par le renforcement d'une conviction plus profonde. J'ai seulement veillé, comme je le devais, à ce que mon choix ne masque rien des positions qui me sont devenues étrangères. Un certain nombre des éditoriaux de Combat, par exemple, figurent ici non pour leur valeur, souvent relative, ni pour leur contenu qui, parfois, n'a plus mon accord, mais parce qu'ils m'ont paru significatifs. [...] Mais ce témoignage ne supportait aucune omission.
Je crois avoir fait ainsi la part de mes injustices. On verra seulement que j'ai laissé parler en même temps une conviction qui, elle du moins, n'a pas varié. Et, pour finir, j'ai fait aussi la part de la fidélité et de l'espoir. C'est en ne refusant rien de ce qui a été pensé et vécu à cette époque, c'est en faisant l'aveu du doute et de la certitude, en consignant l'erreur qui, en politique, suit la conviction comme son ombre, que ce livre restera fidèle à une expérience qui fut celle de beaucoup de Français et d'Européens. Aussi longtemps que, serait-ce dans un seul esprit, la vérité sera acceptée pour ce qu'elle est et telle qu'elle est, il y aura place pour l'espoir. [...]
Le vrai désespoir ne naît pas devant une adversité obstinée, ni dans l'épuisement d'une lutte inégale. Il vient de ce qu'on ne connaît plus ses raisons de lutter et si, justement, il faut lutter. Les pages qui suivent disent simplement que si la lutte est difficile, les raisons de lutter, elles du moins, restent toujours claires.

par Caroline
Les sociétés matriarcales : Recherches sur les cultures autochtones à travers le monde Les sociétés matriarcales : Recherches sur les cultures autochtones à travers le monde
Heide Göttner-Abendroth   
Dans cet ouvrage pionnier, fondateur des Recherches matriarcales modernes, Heide Goettner-Abendroth propose une nouvelle approche méthodologique du concept de matriarcat, revisitant ainsi l’histoire de l’humanité tout entière. Dans un aller-retour permanent entre le terrain et la théorie, elle offre une vue d’ensemble des sociétés matriarcales dans le monde, faisant apparaître que celles-ci ont non seulement précédé le système patriarcal, apparu seulement vers 4 000-3 000 ans avant notre ère, mais qu’elles lui ont survécu jusqu’à ce jour sur tous les continents. Elle montre que les sociétés matriarcales, loin d’être une image inversée du patriarcat, comme le prétend l’idéologie dominante dont l’autrice fait une critique radicale, sont des sociétés d’égalité et de partage entre les sexes. D’où l’utilité de leur étude pour aider les femmes et les peuples autochtones en particulier à penser une alternative au système de domination patriarcal et colonisateur. Ces travaux, qui ont inspiré plusieurs générations de chercheuses et chercheurs en histoire et en anthropologie, sont aujourd’hui enfin disponibles en français.

par Lyra1998
La crise de la masculinité, autopsie d'un mythe tenace La crise de la masculinité, autopsie d'un mythe tenace
Francis Dupuis-Déri   
Une crise de la masculinité, dit-on, sévit dans nos sociétés trop féminisées. Les hommes souffriraient parce que les femmes et les féministes prennent trop de place. Parmi les symptômes de cette crise, on évoque les difficultés scolaires des garçons, l’incapacité des hommes à draguer, le refus des tribunaux d’accorder la garde des enfants au père en cas de séparation, sans oublier les suicides. Pourtant, l’histoire révèle que la crise de la masculinité aurait commencé dès l’antiquité romaine et qu’elle toucherait aujourd’hui des pays aussi différents que le Canada, les États-Unis et la France, mais aussi l’Inde, Israël, le Japon et la Russie. L’homme serait-il toujours et partout en crise?

Dans ce livre, Francis Dupuis-Déri propose une étonnante enquête sur ce discours de la «crise de la masculinité», dont il retrace l’histoire longue et ses expressions particulières selon le contexte et les catégories d’hommes en cause, notamment les «hommes blancs en colère» ainsi que les Africains-Américains et les «jeunes Arabes». Il analyse l’émergence du «Mouvement des hommes» dans les années 1970 et du «Mouvement des droits des pères» dans les années 1990 et leurs échos dans les réseaux chrétiens et néonazis. Il se demande finalement quelle est la signification politique de cette rhétorique, qui a pour effet de susciter la pitié envers les hommes, de justifier les violences masculines contre les femmes et de discréditer le projet de l’égalité entre les sexes.

http://www.editions-rm.ca/livres/la-crise-de-la-masculinite/

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode