Livres
558 163
Membres
606 342

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de OliPat : Ma PAL(pile à lire)

L'Héritage, Tome 3 : Brisingr L'Héritage, Tome 3 : Brisingr
Christopher Paolini   
Ce troisième tome est mon préféré des trois déjà sortis. J'aime la façon dont est fait l'apprentissage d'Eragon et la derniére scéne de bataille. On en apprend encore une fois beaucoup sur les personnages.

par x-Key
L'Héritage, Tome 2 : L'Aîné L'Héritage, Tome 2 : L'Aîné
Christopher Paolini   
J'ai beaucoup aimé celui-ci aussi. Par contre, vous devez savoir que le rythme est différent du premier tome. L'action se déroule plus lentements certain moments. Ce qui n'est pas une mauvaise chose non plus :P

J'ai vraiment aimé que Roran soit plus impliqué dans ce tome-ci. [spoiler]J'ai trouvé l'entrainement d'Eragon chez les elfes un peu lent, j'en avais hate de finir le chapitre pour retrouver un peu d'action avec l'histoire de Roran!^^[/spoiler] Encore une fois, Christopher Paolini, tu ne m'a pas déçu! ;)

par mymi
Cendres Cendres
Johanna Marines   
Nous sommes dans un Londres d'allure un peu steampunk, où des meurtres à répétition et des vols de cadavres ont lieu depuis quelques temps. C'est en cette période sombre pour les habitants que nous allons suivre les différents personnages.

J'ai plutôt apprécié l'intrigue, tout se lit rapidement et j'étais curieuse de découvrir ce qui allait se passer et de connaître le fameux coupable. L'idée concernant la manière de procéder des meurtres était originale ainsi que le destin d'une partie des personnages, et sympathique mais quelques points m'ont en revanche un peu gênée, donnant une lecture en demi-teinte.
En effet, j'ai trouvé que certains éléments faisaient poser question sur le réalisme. De plus, je n'ai pas trouvé de réelles motivations qui expliqueraient pourquoi la/les personne(s) feraient ça, et ça m'a posé souci. On ne tue pas des gens juste pour le plaisir, il y a forcément quelque chose derrière, que ce soit une maladie mentale ou un quelconque élément déclencheur. Cela m'a donné l'impression d'avoir un méchant tel que l'on voit dans les dessins animés, sans réelle saveur. De même, l'évolution d'un des personnages, ou plutôt un changement de caractère m'a paru soudain puisque amené d'une manière qui m'a personnellement semblée un peu étrange.

Concernant les personnages, je dois dire que je ne me suis pas attachée à eux, et je n'ai pas ressenti de grosse empathie face à ce qu'ils vivaient, ou tout du moins pas pour eux en particulier. J'ai apprécié découvrir leur histoire, mais il n'en fut rien de plus durant ma lecture.

Un petit point, ici juste à titre d'indication, on ne trouve que peu d'éléments fantastiques. En effet, on retrouve quelques éléments steampunk ici et là, mais le livre se pose plus comme un policier historique avec une petite touche de fantastique plutôt qu'un policier steampunk par exemple.

Pour la fin, comme dit auparavant, j'ai trouvé qu'elle manquait d'explications concernant les motivations, mais j'ai apprécié la partie concernant l'héroïne car j'ai trouvé que cela apportait un peu d'originalité. De même, j'ai aimé la fin qui peut nous faire nous poser des questions sur le personnage de Nathaniel.


Pour conclure, cette lecture fut une petite déception, ou plutôt fut en demi-teinte. Certains éléments étaient plutôt originaux et sympathiques à suivre, mais le manque d'empathie pour les personnages et surtout les éléments qui m'ont semblés un peu grossiers dans l'histoire ont rendu ma lecture moins sympathique et moins mémorable.

Note de 2,5/5 sur le blog
L'Héritage, Tome 4 : L'Héritage L'Héritage, Tome 4 : L'Héritage
Christopher Paolini   
Et voilà, c'est fini. C'est avec émotion que je viens de refermer cet ultime tome des aventures d'Eragon. Beaucoup de questions trouvent des réponses, les prophéties se réalisent enfin, et pourtant certains mystères restent entiers. L'auteur nous a menés au cœur de l'Alagaësia avec brio au travers de ces quatre tomes, et si le troisième avait déçu pas mal de gens, ce dernier livre les satisfera sans aucun doute.

En réalité, je n'ai pas tant de choses que ça à dire. Cette série a été l'une des meilleures que j'ai jamais lues, peut-être même la meilleure. Et maintenant que c'est fini, je me sens toute drôle, parce qu'on quitte tous ces personnages auxquels on avait appris à s'attacher au fil des pages. Eragon, Saphira, Arya, Nasuada, Murthag, et tous les autres, que nous voyions plus comme de vraies personnes plutôt que de simples personnages de romans tant ils étaient complexes, ce sont tous ceux-là que nous devons désormais quitter. Maintenant, on ne peut qu'imaginer le futur de l'Alagaësia avec son nouveau souverain, celui des Dragoniers, celui des Elfes, des Nains, des Urgals, jusqu'à ce que, peut-être, Christopher Paolini nous emmène à nouveau dans ce monde si fantastique qu'il a créé.
Toutes les théories que nous avions échafaudées, à plusieurs ou seuls dans notre lit, se sont écroulées, et elles nous semblent désormais bien pitoyables comparées à ce qui se passe réellement.

Voilà. Je ne vois rien d'autre à dire. Peut-être ferai-je un autre commentaire quand je serai moins pleine d'émotions, ou peut-être pas. Comme l'auteur le dit lui-même, il n'y a rien d'autre à ajouter à cette série. "Le reste est silence".
Dôme, Tome 1 Dôme, Tome 1
Stephen King   
voilà enfin depuis longtemps un "très grand" stephen King!
on y retrouve ces sujets préférés,la religion,la politique et l'armée.Il nous sert avec ce roman une histoire terrifiante,il prends plaisir à nous faire peur avec cet isolement que subissent les habitants de cette ville,il nous oblige à jouer les médecins fous et voyeurs qui observeraient ce petit monde,au microscope,en train de se battre contre une dictature abjecte et soudaine,contre l'horreur de se retrouver en cage,prisonniers de ces instincts les plus vils et les plus laids.
je tiens à remercier ce grand auteur qui a su retrouver avec Dôme son talent de compteur de l'horreur.
Dôme, Tome 2 Dôme, Tome 2
Stephen King   
Je n'ai pas voulu faire d'interruption dans ma lecture tellement j'étais à fond dans l'histoire, si bien que j'ai enchaîné avec le Tome 2 de "Dôme" aussitôt après avoir fini la lecture du Tome 1. Au fil des événements liés à l'arrivée du Dôme, les groupes commencent à se former dans la population de Chester Mill. Les bons qui sont avec Barbie d'un côté, et les mauvais qui ne voient que par le pouvoir et l'autorité et dont Jim Rennie est le leader, de l'autre. C'est d'ailleurs à cause de ses agissements sans cesse malhonnêtes et malsains que la petite ville sombre peu à peu. La résistance du clan de Barbie se met en place progressivement et cherche à trouver l'origine de ce "Dôme" qui est survenu du jour au lendemain sur cette petite ville du Maine et a emprisonné ses habitants sans explications. D'où vient ce "Dôme"? Pourquoi est-il là? Et à quoi sert-il? L'explication est assez fidèle à son auteur finalement : un peu irréelle et tirée par les cheveux mais n'enlève rien au talent d'écriture de Stephen King qui nous embarque dans une histoire que lui seul est capable d'inventer. D'ailleurs, je suis contente de n'avoir eu ces révélations qu'à la fin de l'histoire parce que si l'envie de savoir était présente, elle ne prenait pas le dessus sur l'envie de suivre les nombreuses aventures des habitants de Chester Mill. Le nombre important de personnages ne m'a pas gêné outre mesure et je n'ai pratiquement pas regardé le glossaire mis à notre disposition dans le premier Tome. J'aime assez les histoires riches en personnages. Si, de temps en temps, je me perdais dans les noms, Stephen King, spécialiste du détails, savait me guider dans cette petite population, si bien que j'arrivais assez vite à retrouver le fil de l'histoire et à suivre les péripéties de certains habitants. Le côté très pervers de la nouvelle Police locale, qui est en théorie là pour protéger les habitants suite aux événements, m'a beaucoup dérangé mais finalement pas trop surprise. On constate que le pouvoir si il est aux mains de gens malhonnêtes peut engendrer le chaos. La population ne pouvant absolument pas compter sur une aide extérieure doit faire face à une situation de crise qui, peu à peu, va se dégrader. A la fin de l'histoire, on se croirait presque en temps de guerre. Si certaines personnes se sont rapprocher pour s'entre-aider, d'autres, au contraire, se sont déchirés et entre-tués pour survivre. Stephen King ne nous épargne pas les détails. Il a su, à mon avis, recréer une situation catastrophe à l'échelle d'un petit bled de son cher Maine natal assez crédible. Son histoire m'a fasciné par sa réalité malgré les conditions irréelles, si bien j'ai eu un peu de la peine à quitter tous ses habitants qui m'étaient devenus si vite familliers, même si je ne regrette pas Jim Rennie. Ce roman en deux Tomes ou plutôt ce gros "coup de coeur" m'a redonné goût à l'auteur que j'avais délaissé pendant un certains nombres d'années. Désormais, c'est sûr, je ne laisserai pas passer autant de temps avant d'ouvrir un nouveau livre de Stephen King...

par Val88
Résolution Résolution
Li-Cam   
L’Adelphie est une communauté affranchie du continent, un îlot indépendant du reste du monde sis à Langlade et construit selon les principes et valeurs d’un seul être humain: Wen. Ce qui fut au commencement un simple blog où la jeune femme exprimait ses pensées ou désirs, Le Monde selon Wen, est devenu la pierre d’angle d’une utopie exceptionnelle sur laquelle veille une Intelligence Artificielle au comportement solaire: Sun. Et parce que Wen –solitaire, militante, inspirée– était la candidate idéale désignée par le jeune docteur Yao Kouamé, elle a donné à son double électronique l’humanité qu’il lui manquait, afin de rendre compte de ce nouveau modèle de vivre-ensemble.Alors qu’au dehors la société n’a pas résisté au grand effondrement et que les huit milliards d’êtres humains se sont enlisés dans un système absurde, les Adelphes réinventent une harmonie que d’autres avaient jugé illusoire. De cette résolution est née un espace où le libre-arbitre et la libre-existence sont roi et reine: c’est une société neuve, fragile, appuyée par des innovations technologiques audacieuses qui se bâtit. Et chaque jour, Ben, Jenny, Laura, Vanilla, Simon, Yao et leur entourage en font l’expérience. Le ton des cahiers de Wen, protagoniste hors norme et visionnaire, fait écho à la voix de Lauren du très grand roman d’Octavia Butler, La Parabole du semeur.

par Nausicaah
Ciel sans étoiles, Tome 2 : Compassion Ciel sans étoiles, Tome 2 : Compassion
Yoann Dubos   
Coucou mes petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour ma chronique de Compassion écrit par Yoann Dubos. Je remercie infiniment les éditions Snag Fiction pour l'envoi de ce deuxième tome aussi magnifique que son prédécesseur à mon sens (merci Aurélien Police pour son talent artistique de folie !).

Mais là où Compassion m'a véritablement et fort agréablement surprise, c'est qu'il dépasse clairement Ambition en terme de contenu à mes yeux ! En effet, si vous avez une (très) bonne mémoire, vous vous souviendrez sans doute que ma lecture du premier tome avait été sympathique mais sans grand plus. J'avais surtout trouvé qu'il y avait tout un potentiel non exploité autour de l'histoire de la fameuse Barrière entre l'univers surnaturel et le monde connu, des newcys (tout être non humain ou qui ne l'est que partiellement pour vous résumer simplement la chose) et des primas, ces entités divines indubitablement mystérieux qui ne montrent le bout de leur nez qu'à la toute fin du tome un (de façon assez tonitruante et spectaculairement angoissante, par ailleurs). S'ajoute à cela que je ne voyais pas où l'auteur voulait en venir, où il voulait précisément nous amener. En clair, Ambition m'avait laissé avec beaucoup de questions sans réponses et m'avait laissé dans un état de confusion et d'insatisfaction intense dont le prima Frustration est certainement la plus parfaite incarnation.

Ici, j'ai enfin eu le droit à mes éléments de réponses. Bien sûr, étant donné que la saga sera une tétralogie et que nous n'en sommes encore qu'au tome deux, Yoann Dubos ne nous livre pas toutes les clés en main, sinon ce serait beaucoup trop facile et cela en perdrait toute sa saveur. Néanmoins, je considère que j'ai désormais suffisamment d'informations pour visualiser clairement l'objectif de l'auteur avec cette saga, qui est loin d'être un simple amas d'éléments fantastiques et de cyberpunk extrêmement cool au demeurant mais peu ou prou de liens entre eux comme je pouvais le penser de prime abord, et donc pour pouvoir ronger tranquillement mon frein en attendant d'obtenir l'élucidation pleine et entière de cette déroutante prophétie qui ne facilite assurément pas les choses à mes personnages favoris.

En parlant de ces derniers, qui constituaient le grand point fort du premier tome à mon humble opinion, j'ai pris un plaisir non dissimulé à les retrouver dans ce tome-ci ! Miranda est une héroïne badass tout ce qu'il y a de plus attachiante (comme on peut le lire sur certains t-shirts pour femmes, j'ai découvert ça tout récemment, si, si) et au charme toujours aussi irrésistible qui cache sacrément bien sa vulnérabilité, son capacité de discernement et sa grande sensibilité comme elle nous le démontre ici. J'ai hâte de découvrir ce qu'il va advenir d'elle car elle s'avère définitivement être au cœur des enjeux de la saga et j'en ignore encore les raisons pour tout vous avouer.

Je n'épiloguerai pas plus avant sur Louis et Rorchélas car ils sont tout bonnement fidèles à eux même dans Compassion - un peu effacés et mis de côté peut-être au profit du nouveau protagoniste qu'est Trémor, mais cela ne m'empêche pas de toujours autant les aimer du plus profond de mon être.

Non, ce qui m'intéresse tout particulièrement, c'est de m'épancher un peu plus sur le cas de Trémor. Cet androïde dépassant toute création robotique que l'on connaît à ce jour m'a perturbée au plus haut point car je me suis surprise à me soucier de son sort comme je l'aurais fait d'un véritable être de chair et d'os. J'ai trouvé que l'auteur soulevait l'épineuse question de la frontière entre humanité et robotique avec beaucoup d'habilité et de justesse au travers de l'épatante et merveilleuse complicité s'instaurant de façon toute naturelle entre Miranda et notre fragment au goût vestimentaire indéniablement prononcé. De façon globale, les divers personnages de ce récit sont extrêmement bien travaillés et pensés : on les adore ou on adore les détester. Une chose qu'on ne peut guère leur nier est qu'ils sont tout en nuances, d'une complexité dans leur raisonnement presque opaque pour certains, ce qui les rend diantrement fascinants et intéressants à analyser et à voir évoluer.

Dernier point que je souhaitais aborder avant de clore cette critique littéraire : la fin de ce deuxième tome. Personnellement, je veux bien qu'on m'explique les toutes dernières pages de ce livre. De mon côté, je suis larguée complet ! Bon, en réalité, je pense avoir compris certains aspects de ce dénouement pour le moins ahurissant mais si jamais l'auteur passe par là, je serais ravie qu'il éclaire ma lanterne ! Dans tous les cas, cette conclusion aura respecté une certaine cohérence vis-à-vis du reste de l'ouvrage, résolument surprenant de bout en bout, c'est bien le mot.

Pour conclure, je ne peux que vous recommander cette formidable tétralogie qui s'annonce. Pour ma part, je n'avais été que moitié convaincue par le premier tome et heureusement que j'ai in fine laissé sa chance à la suite de la série car cette dernière s'est révélée être moins brouillonne, plus étoffée, approfondie, pertinente et captivante avec en outre une intensité dramatique presque constamment à son paroxysme et une impressionnante brochette de protagonistes hauts en couleur qui nous attendrissent au plus haut point pour certains, qui nous exaspèrent à ce même degré pour d'autres et il y en a d'autres encore qui risquent de nous jouer de mauvais tours dont nous ne reviendrons probablement pas. Il me tarde vraiment de découvrir tout cela dans le tome trois !
Oxygen Oxygen
Johanna Marines   
Lorsque j'ai terminé ce roman, j'étais tellement triste de quitter les personnages !

Dans ce livre, on suit Maïa, une jeune femme en quête de vérité et qui ira très loin pour la trouver. Elle est aidée de son ami, Naos.

Au fil des pages, on s'attache à Maïa et sa famille (surtout sa petite sœur Séléna, qui est à croquer !)

Maïa est une personne courageuse mais authentique, ce qui est un point très important pour moi quand je lis un roman. Et c'est le cas pour tous les personnages : ils pourraient être réels, leurs relations ne sont pas précipitées, leurs réactions font vraies, ne sont pas exagérées ou diminuée. En bref, un gros point positif du réalisme des personnages.

Ensuite, l'histoire. Elle aussi, elle fait réellement réaliste ! L'intrigue se situe des années après notre ère, dans les années 2200. L'auteure a su imaginer notre future avec une précision étonnante ! Le principe du fonctionnement de l'oxygène est décrit très précisément ce qui ajoute vraiment au réalisme. Imaginer notre société devenir comme ça était vraiment effrayant !

J'ai aussi beaucoup aimé un personnage : Jade, qui vient des années 2050 (c'est une cryogénisée). Du coup, on a un parallèle entre une personne proche de nos années avec une personne des années éloignées et j'ai trouvé cela vraiment intéressant ! Les deux jeunes filles, Maïa et Jade, exposent des différences de pensées liée à l'époque d'où elles viennent.

Le dernière point que j'aimerais aborder c'est le fait que cette dystopie est réellement unique par rapport aux autres ! En effet, on est loin des clichés que nous avons pu retrouver dans beaucoup de romans après Hunger Games ou Divergente !

On est loin par ailleurs, des clichés tout court !

Ce que je souhaiterais souligner surtout c'est vraiment les relations entre les personnages : elles ne sont pas précipitées, ce qui fait réaliste, les liens ont le temps de se tisser d'une manière remarquable.

Pour finir, la plume de l'auteure est très agréable à lire, j'ai trouvé le principe des petits schémas ponctuant la lectures vraiment chouette, ça apporte un gros plus à la lecture ! Et puis, elle réussit parfaitement à nous transmettre les émotions des personnages, au point que plusieurs fois, j'en ai eu la larme à l’œil !

La fin, enfin, est magnifique et tout simplement parfaite. Je n'en dirais pas plus mais je vous encourage vivement à lire ce roman, il est impossible à lâcher, la fin est géniale, parfaite, et l'emprunte de réalisme l'ancre dans notre réalité.

En bref, un véritable coup de cœur !

https://cyliniac.wixsite.com/auteure/post/oxygen-johanna-marines

par lacrystal
Sous la lumière d'Hélios Sous la lumière d'Hélios
Dominique Lémuri   
Un livre dévoré en deux jours, malgré un début un peu difficile. En effet, l’introduction par le back-ground brutal de l’héroïne et son réveil après plusieurs années de voyage interstellaire ne m’avait pas convaincue. Mais la suite m’a vraiment beaucoup plu avec une intrigue rondement menée, des conflits comme je les aime et une plume précise et entraînante. Les thématiques (acceptation de l’autre ; écologie; IA et évolution de l’humanité) sont traitées avec finesse. En conclusion: une lecture que je vous recommande, y compris pour des lecteurs peu ou pas habitués au Space Planet.

par Garulfo

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode