Livres
554 214
Membres
599 095

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Patch1967 : Mes envies

Enfants de la Lune, tome 2 : Aurore Enfants de la Lune, tome 2 : Aurore
S.G. Horizons   
Je suis plutôt mitigé sur ce deuxième tome.
La relation loup/humain est plus développé (surtout pour Elynn) et l'action plus présente.
En revanche je trouve trop de "blancs", j'ai également était très perturbée par ce qui c'est passé à la fin du grand combat, j'ai d'ailleurs versé quelques larmes..
La fin est trop précipité à mon goût.
J'ai tout de même suffisamment apprécié la lecture pour lire quasiment d'une traite.

par ocedu12
Chroniques de la Tour, Préquelle : L'Elfe Fenris Chroniques de la Tour, Préquelle : L'Elfe Fenris
Laura Gallego Garcia   
Super tome sur l'histoire de Fenris ! Un incontournable quand on a lu les chroniques de la Tour! Laura Gallego Garcia a vraiment bien fait de nous faire un tome complet sur ce fabuleux personnage. Dans les autres tomes il est très mystérieux et sombre. On le comprend bien mieux quand on sait tout ce qu'il a vécu. Son histoire hors du commun m'a beaucoup touchée.

par Kiriu
L'Elfe de lune, Tome 11 : Le Baiser de l'araignée L'Elfe de lune, Tome 11 : Le Baiser de l'araignée
Élodie Tirel   
j aurai dit un oceanides moi pour la couverture. c est nul que la serie se termine bientot si seulement l auteur pouvais continue :( moi je veux que luna se venge en attaquant sa soeur . elle ferai d une pierre deux coup en tuant et sa soeur et loth et tanpis pour ambrethil ( elle m enerve persos on se demande qui a la plus d autorite entre la reine et luna)

par elye
Loup, y es-tu ? Loup, y es-tu ?
Henri Courtade   
Piouh ! Enfin finit ! Et je l'annonce tout de suite : ce livre est trop long pour son concept :lol:
Bon, pour commencer un peu plus soft je vais donner une infos sur moi : je ne suis pas fan des contes revisités. Les contes sont très intéressants au niveau symbolique et sociologique dans leur version d'origine avant les réécritures des Grimm et de Perrault qui les ont bien édulcorés. J'aime les vrais contes traditionnels, ceux où le petit chaperon rouge est une métaphore du mariage (le rouge de la perte de la virginité, le petit chaperon qui cuisine les organes géniteurs de mère-grand pour devenir fertile avant de coucher avec le loup, etc.) et tant d'autres, mais j'ai tendance à trouver les réécritures plates et vraiment peu intéressante (je suis le genre de mec à s'ennuyer profondément devant un Disney). Mais ce qu'on ne peut pas nier, c'est qu'une réécriture a un petit intérêt sociologique également car on procède avant tout à une mise à jour dans les mœurs des sociétés et le contexte social... au détriment d'une perte drastique de symbolisme.
En ce qui concerne Loup, y es-tu j'ai du me faire violence pour ne pas arrêter au tiers du bouquin. Le concept est simple, très sobrement expliqué sur la quatrième de couverture, et l'écriture elle aussi se contente de rester simple. La façon dont c'est écrit ne m'a pas accroché du tout... Je vois qu'il y a de l'idée, quelques comparaisons osées et un ton du narrateur assez libre qui est censé interpeler le lecteur, mais c'est le genre d'artifice auquel je reste totalement insensible et qui a tendance à plus m'ennuyer qu'autre choses, comme si le narrateur était obligé de faire des cabrioles voyante pour meubler son histoire.
Car, concrètement, pendant les trois quart du livre j'ai eu l'impression qu'il ne se passait rien. Le début est très rapide avec des chapitres hyper courtes où on nous présente un personnage en quatrième vitesse avant de nous annoncer sa fin, et c'est un début trompeur car à résumer ainsi plusieurs mois en cinq minutes tout le reste de l'intrigues semble par comparaison se trainer grave du cul ! :roll: Au commencement de la lecture, je pensais retrouver un semblant de forma de mini-nouvelle avec plein d'héroïnes de contes placés dans notre monde moderne... et que nenni ! En tout et pour tout on a 4 princesses Disney dans l'intrigues et seulement deux qui font des trucs pendant le roman ! Ça créé un sacré contraste avec le traitement des premiers chapitres et une façon d'empêcher ça aurait été d'en faire un gros prologue lié (ce qui aurait eu du sens avec la fin qui explique la signification réelle de ces chapitres) mais avec cette construction là... bref, vous m'avez compris.
Ce qui m'a le plus dérangé c'est que ce qui prend au final le plus d'importance c'est le contexte contemporain et non le conte : l'auteur a beaucoup beaucoup mis l'accent sur des évènements contemporains comme la seconde guerre mondiale et des thématiques comme la manipulation des médias, et si ces thématiques sont très importantes... et bien les présenter comme l’œuvre du grand méchant issu de conte empêche totalement la réflexion à ce propos : les éléments critiqués sont ainsi obligatoirement maléfiques (puis-ce que créés et voulus par les méchants des films Disney) et ça... ben ça empêche toute réflexion dessus et l'auteur se contente de dire "ça, c'est le mal" avec pour seul argumentaire efficace le grand méchant qui l'aurait voulu. Dire que c'est mal c'est bien, mais pour être efficace il faut faire bien plus que le dire, il faut le montrer. Et ça, malheureusement ce livre ne prend jamais le temps de le faire, ce qui fait que son côté critique par rapport au monde contemporain semble aussi parodique que le royaume de la belle au bois dormant, ce qui est quand même sacrément dommage quand on a un message à porter, non ?
Du reste, et je l'ai déjà partiellement dit, on se fait quand même bien chier. Il y a quelques éléments et personnages qui sont introduits mais ils n'auront aucun intérêt avant le final du dernier quart du bouquin. A vrai dire, j'ai commencé à porté un peu d'intérêt à l'intrigue lors de son final car c'est un bon climax : tous les éléments se rejoignent et on a un bon paquet de révélations qui tombent au fil des chapitres. Lorsqu'on se rend compte que beaucoup d'éléments d'intrigues étaient annoncés dès le début on reconsidère un peu sa lecture, mais pour ma part... ben je trouve bien con de s'ennuyer trois fois plus longtemps que de s'éclater quoi. Une forme d’enquête active où des éléments d'intrigues enrichissent au fur et à mesure les mystères aurait été préférable à cette enquête passive où les héroïnes ne font rien pour en apprendre plus et qui se révèle très frustrant et ennuyant.
En fait, les seuls gentils qui sont actifs ce sont les deux nains, et ce qui m'a dérangé avec leur quête personnelle c'est que, en plus d'être totalement irresponsable envers les deux héroïnes, elle est traité avec un manichéisme assez extrême en balayant totalement des questions légitimes comme la rédemption, la souveraineté des états d’Amérique du sud, l’ingérence d'Israël dans la traque des criminels nazis, et j'en passe. En fait le manichéisme et la simplification des grands conflits politiques internationaux actuels m'énerve, et ce livre en est remplit, même si c'est nécessaire afin de présenter la méchante comme LA méchante...
Au final, ce livre ? Beaucoup de frustration, pas mal d'ennuis, quelques bons points points, mais un concept qui, de base, me laisse profondément indifférent.
Après, j'aimerais beaucoup avoir le point de vu de l'auteur sur les différents points que j'ai évoqué dans ce bref commentaire. Une discussion argumenté point par point... ça se serait de la bonne promo pour son livre, non ? ;)


édit : j'ai également trouvé très paradoxale qu'un livre qui se montre très critique à l'encontre de la société de surconsommation et surcommunication choisisse deux héroïnes ayant pour métier respectivement Styliste et Maquilleuse. J'ai un petit côté punk dans mes convictions et c'est le genre d'hypocrisie (dénoncer un système mais en prendre quand même les côtés "cool") que je supporte... assez mal :mrgreen: A ce propos [spoiler]la réplique de la méchante qui cloue le bec à la styliste en lui rappelant qu'à cause d'elle des jeunes filles se font vomir et deviennent anorexiques pour espérer porter un jour les robes qu'elle conçoit est une très bonne tirade qui sème un instant le doute dans la définition du "mal" qu'est censé incarné la méchante ; mais le fait que cette constatation n'entraine aucune remise en question et aucun début de réflexion chez l'héroïne m'a encore plus énervé au final[/spoiler]
Saigneur des loups Saigneur des loups
Pierre Grimbert   
Comme aurai pu le dire le grand Clint Eastwood dans "Le bon, la brute et le truand", le monde littéraire se divise en deux: Ceux qui lisent pour se distraire et ceux qui aiment se prendre la tête. Je sais c'est réducteur.
En ce qui me concerne, je préfère à quelques exceptions près, la première solution et c'est pouquoi ce "Saigneur des loups" de Pierre Grimbert est un roman que je trouve tout simplement excellent. De plus comme la majorité des livres de cette collection, il est bien écrit.
L'histoire raconte la vie d'un homme (écrivain de techno thriller) devenu Loup-Garou bien malgré lui lors d'une séance de dédicace dans une librairie et qui à la demande de Hugo Van Helsing va devoir affronter un Dieu-Loup des légendes nordiques et cela pour deux raisons: 1) tuer le monstre, 2) guérir de sa malédiction.
Ce roman alterne les flash-back sur la vie de Rémi Tiberger et la chasse qu'il doit mener dans les forêts Ecossaises.
Pour tous les amateurs de littérature fantastique, à lire sans ordonnance.
Adanson Marco.

par Adanson
Chroniques de la Tour, Tome 3 : L'Appel des Morts Chroniques de la Tour, Tome 3 : L'Appel des Morts
Laura Gallego Garcia   
Ce tome... je l'ai vraiment beaucoup aimé. Les élèves de Dana ont bien grandi et sont devenus très classes. La prophétie m'a tenue dans un état d'espérance et de crainte. Et la fin m'a bouleversée... Je resterai toujours marquée par cette histoire d'amour pur entre Dana et Kai.

par Kiriu
L'Elfe de lune, Tome 12 : L'Ultime Affrontement L'Elfe de lune, Tome 12 : L'Ultime Affrontement
Élodie Tirel   
Bon, alors je commencerai ma critique par cette simple affirmation : ce tome est le meilleur, l'apothéose de la série, ne passez pas à côté.
Toute l'intrigue, ou presque, se déroule à Rhasgarrok, où Luna et ses amis chercheront à atteindre le dernier étage de la tour noire de Sylnor, par tous les moyens.
Action, émotions, suspense sont au rendez-vous pour cet ultime volet des aventures de Sylnodel. Les pages défilent, et nous suivons avec délectation les péripéties de nos différents héros, jusqu'aux derniers chapitres où tout s'enchaîne. De nouveaux personnages, des rebondissements surprenants... Préparez-vous à être surpris. Des morts, aussi, mais nécessaires pour la fin de cette série.
Et l'affrontement final, parfaitement orchestré, qui tient en haleine jusqu'au bout.
Bref, une fin parfaite à ne manquer sous aucun prétexte. Tous les ingrédients sont réunis pour nous livrer une fin à la hauteur, et c'est avec tristesse mais aussi un sourire sur les lèvres que nous refermons le livre.
Luna et ses amis vont nous manquer, c'est certain, mais la fin à laquelle ils ont droit est superbement écrite. Chapeau, Elodie Tirel !

par Eleden
Histoires de sorcières, Tome 1 Histoires de sorcières, Tome 1
Alexandre Dumas    Prosper Mérimée    Théophile Gautier    Ernst Theodor Amadeus Hoffmann    Rachel Hawthorne    Erckmann-Chatrian   
Un livre qui recense les histoires sur les sorcières écrites par de grand auteur. Mais si vous vous attendez à des sorcières comme dans nos contes actuels détournez votre chemin. Ici les êtres aux pouvoirs surnaturels : fée, nymphes et autres, sont abordés à ce titre.

par septune
Loups rouges, Tome 1 : L'Eveil de l'Alpha Loups rouges, Tome 1 : L'Eveil de l'Alpha
Lucile Dumont   
N'étant pas le public visé par ce roman, il me parait assez délicat de le critiquer à sa juste valeur, mais je vais essayer quand même.

J'en garderai une héroïne forte et volontaire qui ne repose pas sur du gnangnan amoureux, mais refuse au contraire d'en entendre parler (c'en est parfois d'ailleurs agaçant ce déni d'affection rabâché pendant toute l'histoire).

Parfois un peu trop stéréotypé : l'abrutis aux gros bras [spoiler]mais qui se fait battre par l’héroïne[/spoiler], le mec amoureux d'elle sur lequel toutes les filles craquent sauf elle... Mais ça reste minime et surmontable.

L'écriture est parfois un peu agaçante, mais plutôt adapté à la cible collège / début lycée. Beaucoup de répliques qui se veulent humoristiques mais que j'ai trouvé plutôt lourdes, mais néanmoins caractéristique des répliques qui envoyaient du rêve quand on avait cet age là. Des phrases très simples et sans recherche littéraire.

J'ai beaucoup de mal à cerner le contexte pour l'instant, c'est très flou et semble basé sur des faits très simplifiés (bouh le grand méchant qui règne sur son royaume et personne ne sait rien), mais je pense que la suite apporte quelques réponses qui clarifieront mieux tout ça.

L'histoire n'est pas révolutionnaire, mais finalement plutôt prenante si on rentre dans le jeu.

En tout cas, je pense que l'ado que j'étais aurait beaucoup apprécié, et si un adolescent cherche un bouquin sympa, je lui conseillerai mille fois plus ce livre que pas mal d'autres trucs dont j'ai pu entendre parler et qui sont à la mode en ce moment.

par Djulaie
Une aventure de Lucifer Box, Tome 1 : Le Club Vesuvius Une aventure de Lucifer Box, Tome 1 : Le Club Vesuvius
Mark Gatiss   
https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/08/20/lucifer-box-t-1-le-club-vesuvius-mark-gatiss/

Le club Vesuvius est le premier tome des aventures de Lucifer Box. Dandy le jour et agent secret au service de la couronne d’Angleterre la nuit, il mène une double vie, dans laquelle il multiplie les investigations et les conquêtes, aussi bien féminines que masculines.

À force de croiser le mot « steampunk » sur différents sites littéraires, j’ai décidé de m’y essayer, et voir le terme associé au nom de Mark Gatiss, le créateur de la série Sherlock, m’a convaincue de sauter le pas. Hélas pour moi...

Cette œuvre, malgré le potentiel qu’elle dégageait de prime abord, n’a pas réussi à me séduire. Le début était pourtant prometteur : un meurtre aussi nonchalamment exécuté qu’inattendu avait de quoi surprendre, dommage que cela n’ait pas continué dans cette voie.

La suite est plus convenue. On y suit une enquête plus ou moins intéressante, qui finit par éloigner Lucifer Box de l’Angleterre pour l’Italie, plus précisément la belle ville de Naples et son célèbre Vésuve. On se retrouve donc avec un roman d’espionnage, mais pour ce qui est du côté steampunk, j’en ressors assez perplexe.

Je ne peux faire aucune comparaison, puisqu’il s’agit de mon premier livre du genre, mais je n’ai guère retrouvé la définition qu’on m’en a fait dans ce roman. Hormis quelques éléments mécaniques dans les derniers chapitres, c’est surtout une histoire d’enquête qui se déroule au XXème siècle, sans plus.

Quant aux personnages, ils sont certainement le point le plus décevant du livre. Ils ne sont pas attachants, et surtout pas Lucifer Box, qui est tout bonnement insupportable avec sa condescendance, sa vanité et sa conviction que rien ne lui résiste (ce qui est le cas, qu’il s’agisse des gens ou des mystères à éclaircir).

Il n’y a que Bella qui lui cause quelques... difficultés qu’il ne voit pas venir, tout aveuglé qu’il est par son désir, mais elle n’apporte en revanche aucune surprise, car son apparition et ses réapparitions sont tellement peu subtiles qu’on se doute rapidement qu’elle a quelque chose en tête (et certainement pas ce que Lucifer espère).

Pour ce qui est du style en lui-même, il ne m’a guère emballé non plus. Quand j’ai vu l’immanquable référence à Sherlock (qui n’a pas entendu la voix d’Irene Adler résonner dans sa tête lorsque le protagoniste évoque ses pommettes ?), j’espérais retrouver un humour aussi fin et cynique que celui de la série, mais le roman est en réalité plutôt cru, ce qui n’est pas pour moi.

Déception donc que ce livre. Je me réessayerai probablement au steampunk un jour prochain, mais pour ce qui est des aventures de Lucifer Box, je préfère m’arrêter ici.

par Cyrlight

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode