Livres
540 214
Membres
570 502

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Sandradu83 : Ma PAL(pile à lire)

Sinners, Tome 1 : Vicious Sinners, Tome 1 : Vicious
L.J. Shen   
J'ai plusieurs fois été à deux doigts d'abandonner ce livre. J'ai continué dans l'espoir que la fin apporterait un dénouement, pour moi, acceptable compte tenu du reste de l'histoire et je ne suis que peu satisfaite. Le personnage principal masculin, affublé d'un surnom que je trouve ridicule est être cynique et franchement méprisable autant dans sa version adolescente que sa version adule. Emilia quant à elle m'a trop souvent déçu. J'ai déploré bon nombre de ses monologues décrivant son attirance étanche à la cruauté de "Vicious". Franchement, je peux comprendre que cette romance se veuille être "dark" mais je ne peux m'empêcher de souligner à quel point le personnage féminin principal est pathétique. Je n'ai pas aimé sa perspective de femme désespérée qui ne peut s'empêche de considérer comme une victoire, la moindre attention d'un homme qui n'a fait que la rabaisser. Certes, les derniers chapitres nous apportent des réponses quant au comportement de Baron et la prise de distance (tardive à mon sens mais bon...) vis à vis de lui de la part de Emilia ont permis de diluer un peu mon opinion sur cette histoire. Néanmoins, je n'irais pas jusqu'à dire que je l'ai appréciée. L'héroïne était, pendant la majorité du récit sous son emprise. Compte tenu de la situation initiale de leur relation, j'aurais aimé voir un personnage féminin plus accompli, que l'auteur donne l'opportunité à Emilia de devenir une femme forte, indépendante, et même influente qui aurait su tirer les leçons de sa jeunesse et aurait eu les moyens de s'affirmer.
Bad, Tome 1 : Amour interdit Bad, Tome 1 : Amour interdit
Jay Crownover   
http://wp.me/p5AuT9-1rx

Une série qui commence FORT ! « Amour interdit » premier opus de la série Bad de Jay Crownover. Un antihéros ultra sexy et chaud comme la braise, Bax ! Un roman ultra SOMBRE, INTENSE et également HOT … Un seul mot : une TUERIE !

Après cinq à purger sa peine, Shane Baxter, alias Bax retrouve enfin sa liberté. Mais au lieu de commencer une nouvelle vie, il veut des réponses à ses questions et il est prêt à tout pour les obtenir. Et peu importe de quelles manières il doit s’y prendre. Et ses recherches le mènent vers cette énigmatique rousse qui l’agace au plus haut point mais qui en même temps l’attire plus que jamais … Dovie.

Avec une plume fluide, palpitante et époustouflante, l’auteur nous offre un Incroyable New Adult. Une fascinante intrigue menée avec une grande finesse riche en rebondissements. Aucun temps mort, aucune longueur on ne voit pas le temps passer et on se laisse submerger par toutes ses sensations fortes. C’est juste Phénoménal ! Ici il n’y a pas de place à une romance à l’eau de rose avec des mots doux, des fleurs ou de la tendresse … Non, nous avons juste un homme en conflit avec la vie qui essaie de trouver du confort auprès d’une fille qui accepte ce qu’il est, une fille qui lui donne envie de « Plus ».

Un premier opus authentique qui parle de seconde chance avec une bonne dose de Suspense, de Noirceur, de Violence et de l’Erotisme à l’état pur. Un portrait des banlieues décrit à la perfection avec ses bons et mauvais côtés en passant par du car jacking, des boîtes de striptease, du free fight illégal et du trafic de drogue … C’est impressionnant, enfin une vraie série sur de Vrais Bad Boy et de vrais méchants ! L’auteur prouve qu’on n’est pas obligé d’oublier ses origines pour prendre un nouveau départ. Il suffit juste d’être plus malin que par le passé, d'être courageux et plus ouvert !

J’ai été bluffée par le talent inné de l’auteur pour réussir à nous faire succomber à ses personnages tant imparfaits. Bax est unique dans son genre. Wow, j’ai littéralement craqué pour ce spécimen qui ne sera jamais « un mec bien ». Quand à Dovie, un petit volcan qui a aussi connu une vie dure mais qui sait ce qu’elle veut. On ne peut que se sentir proche d’eux.

Comme vous l’aurez compris « Amour interdit » de Jay Crownover est un énorme coup cœur. Un début explosif qui met en place la trame de la série. Une série qui va nous faire vibrer et frémir mais également nous faire découvrir de nouvelles sensations ! Et moi j’en redemande encore ! Je n’ai qu’une hâte c’est lire la suite à venir et de savoir ce que l’auteur nous réserve pour Race et Brysen.
Driven, Tome 1 Driven, Tome 1
K. Bromberg   
Encore une lecture abandonnée.

Le début partait bien mais le manque de crédibilité m'a complètement enlever mon envie de poursuivre.

Tout allait bien aux premières lignes avant que tout ne dérape d'une façon qui m'a refroidie et vraiment dégoûtée. [spoiler] Vous connaissez beaucoup de nanas qui après avoir fait une crise de panique, de claustrophobie se laisse peloter par le premier mec dans les bras duquel elle tombe ? Un mec qui venait de s'envoyer en l'air avec une autre dans un couloir ? Non mais sérieusement, pour moi c'est crade ! Oui je suis brutale dans mes mots mais il ne faut pas abuser là ! Je ne trouve vraiment rien de fantasmant la dedans. Je vois plutôt ça de manière ragoutante et peu crédible. ça beau être de la romance, il ne faut pas non plus pousser mamie dans les orties. [/spoiler]

La suite n'a absolument pas rattraper ce gros plantage du début, puisque tout est couru d'avance, rien n'est crédible, tout est beaucoup trop facile.

Rylee n'a laissé de marbre même si on sait qu'elle a un lourd passé. Je n'ai pas eu ma curiosité de pousser. Dommage, j'aimais bien les passages au " foyer" avec ces gamins qui l'entourent.

Quant à notre cher homme, qui me laisse de glace, parce que je ne lui trouve aucun charme et bien ça se passe de plus de commentaire.

C'était une quatrième couverture alléchante, une très bonne idée mais j'ai l'impression que la nouvelle mode c'est de pousser les extrêmes, de faire des histoires d'amour rocambolesque, de faire du sexe ( car le début pardonnez-moi mais c'est déjà du trop gros pour moi) pour faire vendre et surfer sur cette vague qui m'a noyée depuis longtemps.



par Vidia
Take Me Away Take Me Away
Lorraine Joy   
Bon. Pour tomber sous le charme de cette histoire, il aurait fallu 200 pages en moins et surtout que l’auteur se réfrène en matière de péripéties. En effet, au bout du énième coup du sort, j’ai dû me rendre à l’évidence et admettre que cette succession de rebondissements manquait de véracité. C’est dommage, parce qu’il y a un véritable potentiel dramatique dans l’histoire ! Mais l’auteur ne sait pas s’arrêter, elle rajoute mille et une couches au drame, au point de donner à son roman un air de telenovela brésilienne.

Je n’ai rien contre les telenovelas brésiliennes, certains auteurs font ça très bien... On avance avidement dans l’histoire, impatient de savoir quand et comment le destin va se dresser sur la route tragique de nos héros... Seulement, ici, l’imbrication est mauvaise et peu crédible. C’est l’effet « écriture en feuilleton », propre à Wattpad, avec des intrigues qui donnent l’impression de se rajouter au gré de l’avancement dans l’histoire. Au bout d’un moment, il y a une perte dans la cohérence et l’addition de rebondissement ne fonctionne plus. Ou du moins, perd l’adhésion du lecteur.

S’ajoute à cela une écriture franchement brouillonne ! Avec beaucoup de phrases alambiquées ou malhabiles... sans parler des répétitions ! L’auteur répète sans arrêt les enjeux qui se jouent dans le quotidien de ses héros... au bout de la cinquième fois, c’est juste agaçant. J’ai l’impression que ça remet en cause ma capacité d’analyse et de mise en perspective. Mon ego n’apprécie que très peu.

En parlant d’ego, celui du héros, Zac, est carrément insupportable et même plus ses considérations égoïstes et égocentriques sont horripilantes ! Il ramène tout à lui, systématiquement. Une fois ce constat fait, difficile de le trouver chevaleresque, même quand il est d’un soutien sans faille auprès de l’héroïne. Il faut dire que, globalement, le type est toxique. Sa personnalité est en tout point détestable, misogyne aussi possible, violent et vindicatif pour rien, il s’emporte pour tout...

Face à lui, Angélia, c’est la pépite du roman. Elle est forte, intelligente, généreuse. Bouleversante dans ses questionnements et ses doutes perpétuels. Impressionnante dans sa lutte vers la résilience. L’auteur a parfaitement construit sa personnalité, entre faille et éclat, faiblesse et bravoure.

Verdict : Angélia méritait tellement mieux ! Par ailleurs, dans ce roman il y a une banalisation de violence ordinaire qui est particulièrement gênante. J’ai été très mal à l’aise plus d’une fois, notamment quand la violence (verbale ou physique) était à l’encontre de femmes. Au vu du thème du roman, c’est très maladroit de la part de l’auteur.

Bonus : le cadre n’est pas très clair... à mi-chemin entre une histoire qui se déroule sans doute en France, mais des infos franchement américaines (ou inversement selon les passages). J’admets un toc de lecture ici : ça me perturbe beaucoup de ne pas pouvoir situer une histoire.

par Biibette
Nos interdits, Tome 1 : L'Étincelle Nos interdits, Tome 1 : L'Étincelle
Roxane Maffre   
J’ai été très déçue. D’abord par cette fin, [spoiler]qui veut évidemment dire que Stan est mort, même si on espère tous qu’il ne le soit pas, mais aussi[/spoiler] car tout les chapitres tournent en rond et Stan et Anna sont les seuls à ne pas réaliser qu’ils s’aiment. [spoiler]Pour quoi, au final? 1 chapitre où ils sont ensemble alors que Stan finit par mourir. L’histoire de drogue était d’ailleurs prévisible.[/spoiler] Je m’attendais à mieux, j’ai dû me forcer pour le lire. L’idée était pourtant bonne.
Love & Rehab Love & Rehab
Jay Crownover   
Ça fait quelques minutes que je tente de mettre des mots sur mes émotions. Si vous ne connaissez pas Jay Crownover, sachez que cette auteure à changer à jamais ma vision de la New Romance. Les héros torturés elle ne les a pas inventés, mais son univers à considérablement changé ma vision de l'homme idéal. Il n'y a pas de modèle type, mais les tatoués n'ont jamais été une source de fantasmes et sa manière de mettre en lumière l'art corporel est parvenu à changer ma vision des choses. J'ai trouvé cette histoire un peu différente des autres, mais tout aussi captivante tant par le sujet abordé qui révèle une vraie faiblesse chez notre héros, que par la romance naissante.

Affton et Cable n'ont jamais fréquenté les mêmes cercles, mais à force de se croiser tous les jours dans leur lycée Affton a vu le jeune homme perdre de sa superbe et même si sa popularité n'a jamais été aussi forte, la jeune femme sait reconnaître les signes de l'addiction. Alors qu'elle tente de donner l'alerte, sa voix ne semble pas entendue. Pourtant lorsque la mère de Cable apprend qu'une personne ne se soucis suffisamment de son fils pour dénoncer son autodestruction, elle propose à Affton de passer l'été en compagnie de Cable pour l'empêcher de retomber dans ses vieux démons et se sortir de cette spirale qui le pousse un peu plus au bord du précipice.

On a un contraste intéressant avec deux personnages que tout oppose. D'un côté une jeune femme qui a tout programmé et qui ne souhaite aucune distraction et de l'autre un héros plutôt borderline qui s'enfonce un peu plus dans la noirceur de ses émotions. Au premier abord ils ont tous pour se détester et la seule fois où Affton va décider d'être impulsive, sa décision va irrémédiablement changer son avenir. Dans ce huis clos nous allons apprendre à découvrir nos personnages en profondeur et même si l'alchimie n'est pas évidente à leur première rencontre, leur relation oscille entre haine et amour. L'addiction et la dépression occupent une place importante dans l'histoire, mais finalement ce n'est pas un récit qui traite de ces thèmes en profondeur. Jay Crownover cherchait à mettre des mots sur sa propre histoire et à travers l'évolution des personnages on sent que cette rencontre c'est ce qui pouvait leur arriver de mieux, car ils se complètent et se comprennent.

Le temps d'un été, ils vont devoir mettre de côté leurs différences pour tenter de se supporter, mais entre deux engueulades ils vont apprendre à se connaître et affronter ensemble une réalité qu'ils vont mettre du temps à accepter. Entre l'amour et la haine on dit souvent qu'il n'y a qu'un pas, et ces deux bagarreurs vont nous prouver qu'une complicité peut naître dans la souffrance. J'ai beaucoup aimé la manière dont ils s'accordent leur confiance et même si le chemin est long, ils vont tous les deux abaisser les barrières qui les maintenaient à distance pour se laisser porter par leurs sentiments naissants, tout en luttant contre les ombres qui planent.

Un livre captivant qui plonge au cœur du récit dès les premières pages et la seule manière d'assouvir ce bonheur c'est de le dévorer jusqu'à la dernière ligne. Une lecture comme on les aime qui saura vous combler.

Ma chronique : https://wp.me/p4u7Dl-4LD

Ma chronique :

par Luxnbooks
Le Voleur de baisers Le Voleur de baisers
L.J. Shen   
"Le Voleur de Baiser". Un livre classé dans le crème des romans Booknode. Eh ben mon cochon...

Il n'y a des romans qui ne sont appréciables que quand le personnage principal masculin ne vous débecte pas. Celui-ci en fait partie. Wolfe a peut-être eu une enfance horrible et toussa toussa, il n'empêche que ça n'a pas réussi à m'attendrir et je ne l'ai pas aimé du tout, malgré beaucoup d'efforts.
Parmi le reste des persos, aucun ne m'a vraiment été sympathique, je l'es ai trouvé plat, vides, sans intérêt. Francesca peut à la rigueur tenir la route, mais il suffit qu'elle ouvre la bouche pour faire sa cruche et ça me donne envie de lui en coller une.
Détester est un bien grand mot. Je ne dirais pas que j'ai détesté ou haï "Le Voleur de Baiser". Juste que je n'ai rien aimé. De l'histoire au personnages, rien ne m'a transcendée. L'écriture est certes correcte, mais ça ne pèse pas vraiment dans la balance.
Tout m'a laissée indifférente. Le résumé était pourtant accrocheur, mais le reste ne suit pas. Très déçue parce que j’avais hâte de lire ce livre.

par Sice
Dark Romance Dark Romance
Penelope Douglas   
Voilà un roman que j’avais hâte de découvrir, notamment car son auteur avait déjà fait parler d’elle et ensuite l’histoire m’avait l’air assez inédite. J’aimerais remercier les Éditions Harlequin et NetGalley France de m’avoir permis de découvrir ce roman. Si je devais résumer mon état d’esprit ça donnerait ça : OhMonDieu. Je ne crois pas ressortir indemne de cette lecture, mon rythme cardiaque a été malmené par l’intensité du récit. Dès les premières pages le ton est donné et lorsque les sombres révélations ont été mises en lumière, j’ai cru que je n’allais pas m’en remettre. Le début a tout d’une romance classique et rapidement j’ai cru que j’allais suffoquer tellement certains chapitres sont frustrants.

Cette lecture ne conviendra pas à tous les lecteurs, ce n’est pas que le contenu soit dur, mais le récit dégage un côté malsain et l’intensité est telle qu’immédiatement la tension monte et j’ai parfois ressenti un certain malaise face à des scènes qui en soit du point de vue de l’héroïne sont stressantes, mais derrière pour le lecteur on a tendance à imaginer le pire. Tout ce stresse n’est pas bon pour mon cœur, j’ai ressenti tellement d’émotions par anticipations que j’ai vraiment cru que mon cœur allait lâcher. Afin de préserver l’intrigue, vous comprendrez que cette chronique n’abordera pas certains points essentiels à l’histoire et par sadisme, j’ai envie de vous voir tomber des nues face à la noirceur de l’intrigue.

Michael Crist est un personnage qui ne va pas dans la demi-mesure, issu d’une famille riche il a toujours obtenu ce qu’il désirait. Depuis l’enfance il côtoie Erika Fane, sans vraiment prêter à la jeune femme, également originaire d’une famille aisée, la jeune femme n’a jamais manqué de rien. La mort soudaine de son père, va la placer au rang de petite chose fragile par son entourage et tout le monde s’entend à la protéger de la moindre contrariété. Seulement seul Michael la voit telle qu’elle est vraiment et alors que tout le monde pense qu’elle prend une décision irréfléchie, Rika décide de quitter subitement son université, afin d’affronter la vie à sa manière et repartir de zéro sans parents, sans amis, rien qu’elle pour s’assumer.

Penelope Douglas a encore une fois prouvé qu’elle est maître dans l’art des relations mêlant haine/amour. Elle réaffirme son talent en suscitant des émotions contradictoires pour une romance qui n’aurait pas dû nous faire ressentir ça. C’est assez difficile à expliquer, on s’attache énormément au personnage de Rika, elle a tout d’une héroïne qui mérite d’être chouchoutée et pourtant elle n’est pas aussi sage que tout le monde le pense. Je suis passée d’un Michael qui fait grimper la température, à une douche froide face à ce qui se profile pour la jeune femme. J’ai été intriguée, excitée et finalement ce qui l’a emporté est un sentiment assez particulier, car arriver à un bon quart de la fin l’intensité est retombée d’un coup et le rythme du récit a pris un nouveau tournant qui m’a donné l’impression d’avoir perdu les émotions qui menaçaient d’exploser depuis le début du roman et pour ça, je n’ai pas pu lui mettre cinq étoiles.

Si vous devez retenir une chose de ce roman, c’est que la plume est très addictive et même si je n’ai pas toujours adhéré ce qui se déroulait, car assez machiavélique, les pages défilent à une vitesse impressionnante, même si le dernier quart m’a un peu déçu, car j’ai perdu une part de l’intensité qui m’avait animé pendant une bonne partie de ma lecture. Mais parfois, ça fait du bien de sortir de sa zone de confort, d’essayer des romans qu’on n’aurait pas pris le risque de découvrir. Toutes ces émotions contradictoires ont rendu ma lecture vivante et unique.

http://wp.me/p4u7Dl-30O

par Luxnbooks
Addicted to sin, Tome 1 Addicted to sin, Tome 1
Monica James   
Mon avis est mitigé. J'ai envie d'en savoir plus mais en même temps je suis un peu blasé par l'histoire. Je n'arrive pas à déterminer si j'aime vraiment cette histoire ou pas. Une chose est sure c'est que je vais lire le second tome sans grand enthousiasme tout en voulant absolument connaître la fin de l'histoire. Oui je sais c'est contradictoire mais cette histoire m'intrigue et me laisse perplexe quand à mon ressenti...

par Shera1
Addicted to sin, Tome 2 Addicted to sin, Tome 2
Monica James   
On peut dire que la fin du tome précédent avait réussi à mettre nos nerfs à rude épreuve, j’ai eu la joie de découvrir cette petite merveille en avance dans ma boîte aux lettres, alors il était pour moi inconcevable de le mettre de côté. Je dois dire que la découverte du premier tome avait une très belle surprise et je suis ravie d’avoir mis mes a priori de côté pour plonger dans cette histoire déconcertante.

Les personnages de Madison et Dixon sont fascinants et la notion de bien et de mal revient souvent. Pour le psychiatre, Maddy est sa rédemption, il le dit lui-même il a rarement pris les bonnes décisions, alors rencontrer cet ange remet pas mal de chose en perspective. Au début du roman, on ne peut pas dire que Dixon est renvoyé l’image d’un homme bien et certains de ses choix dans ce tome, ne sont pas nécessairement les bons. On a juste envie de le voir assumer ses erreurs et d’arrêter de s’enfoncer, car il faut dire ce qui est, il s’est creusé sa propre tombe et Juliet le pousse un peu plus dans ce trou.

Madison va s’avérer être beaucoup plus forte qu’on ne l’aurait imaginé et bien qu’il ne pense pas mérité une femme comme Maddy, Dixon est la raison pour laquelle la jeune femme s’épanouit de jour en jour et il lui réapprend à vivre sans crainte. On pourrait la croire naïve, mais c’est surtout un personnage avec un cœur magnifique et la voir s’ouvrir comme elle le fait est tellement touchant. Protéger la jeune femme va s’avérer une décision facile à prendre et même si cela veut dire risquer de tout perdre. Juliet va dévoiler une autre facette de sa personnalité et montrer son vrai visage.

En bref, qu’est-ce que le bien et le mal ? Monica James nous a mise face à un ange et un démon, toutes les deux attirés par un simple mortel. Il est difficile de cataloguer Dixon, car tout simplement il n’est qu’un homme. Face à la tentation, il a prit de mauvaises décisions et lorsqu’il a été confronté à ses erreurs, il a prit la décision de s’en sortir pour pouvoir être digne de la femme de sa vie, mais au final ses choix discutables, ne font pas de lui un homme mauvais. Ce qui compte c’est d’en être arrivé là aujourd’hui et rien que pour les possibilités qu’il a offerts à Madison, il mérite d’être apprécié.

Un second opus qui n’est pas de tout repos pour nos deux héros, j’ai été complètement conquise par les rebondissements et je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer, difficile de le lâcher avant d’avoir eu le dernier mot. J’imaginais la fin un peu différente, au cours de ce mois d’attente de nombreuses hypothèses me sont venus et même si je suis totalement en amour devant ce récit, j’aurais aimé une confrontation plus violente, car j’ai trouvé la fin pas assez cruelle, même si elle est assez satisfaisante. Je ne peux que recommander cette suite qui saura contenter les fans du premier opus et faire monter la tension.

http://wp.me/p4u7Dl-2Pv

par Luxnbooks

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode