Livres
558 439
Membres
606 895

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Seve_et_Verine83 : Ma PAL(pile à lire)

L'insaisissable logique de ma vie L'insaisissable logique de ma vie
Benjamin Alire Sáenz   
«we are what we remember.»

Comment ne pas aimer un roman écrit par le grand auteur de Aristotle And Dante Discover The Secrets Of The Universe? Comment ne pas aimer The Inexplicable Logic Of My Life? (Comment ne pas aimer les mots d'un auteur dont les romans ont toujours de longs titres?)
absolument. pas. possible.

ATTENTION, Benjamin Alire Sáenz a écrit un nouveau chef-d'oeuvre!
Alors certes, aucun roman ne sera jamais à la hauteur d'Aristotle And Dante Discover The Secrets Of The Universe à mes yeux mais The Inexplicable Logic Of My Life reste tout-de-même une merveilleuse lecture qui n'est pas passée loin d'être un coup de cœur.

The Inexplicable Logic Of My Llife était l'une de mes plus grandes attentes de 2017 et sérieusement, je n'ai pas été déçue!
J'ai dévorée ce roman.

On retrouve la plume de Benjamin Alire Sáenz; une plume simple qui rend cette simplicité magnifique et addictive. Une plume qui nous raconte une histoire qui aurait très bien pu être la nôtre avec toujours un brin de poésie.

Parce que c'est quelque chose que j'aime chez cet auteur: sa réalité (ainsi que la façon qu'il a d’assembler les mots). Que ça soit pour Ari et Dante ou pour Salvie, Sam, et Fito, Benjamin Alire Sáenz n'oublie jamais de nous rappeler via ses mots que ça aurait pu être notre vie ou celle de notre voisin. Il me rappelle à chaque fois que même quand nos vies sont différentes les unes des autres, elles ne le sont jamais complètement. (Un truc dans le genre.)

J'aime les mots de cet auteur autant que j'aime les vies qu'il raconte. Pas qu'elles soient parfaites ou quoi que ce soit dans le genre. Absolument pas. Mais parce qu'elles sont justement réalistes avec leurs hauts et leurs bas. Et oui, j'aime ça!
La vie de Salvador m'a touchée et elle m'a plu.

J'aime les personnages. ♥♥♥ Parce qu'ils sont humains et parce que j'aime penser que quelque part dans le monde, sous un autre nom et sous une autre apparence, il y a un Salvador, il y a un Vicente, il y a un Fito... Parce que comme je l'ai dit plus haut, Benjamin Alire Sáenz nous raconte des vérités, des vies qui pourraient appartenir à n'importe lequel d'entre nous. Et je ne sais pas, la façon dont il le fait ne manque jamais de me toucher en plein cœur.

Je me suis attachée à Salvie, à Sam, à Fito, à Mima, à Vicente (le père de Salvador) et en fait, à tous les personnages de ce livre. Je les ai adoré.

J'ai adoré l'amitié entre Sam et Salvador, entre Salvie et Fito, etc. J'ai adoré la relation entre Salvie et son père. D'ailleurs, je crois bien que ça a été ma partie préférée de ce roman. Je ne sais pas comment l'expliquer mais on sent vraiment l'amour d'un père et d'un fils, le lien qu'il y a entre eux via les moments qu'ils partagent dans TILOML. Comme s'il existait un endroit dans l'univers connu d'eux seuls. Vous voyez?

Enfin, c'est peut-être très bête dit comme ça mais j'ai adoré chaque pacerelle de ce roman. Et je le recommande, c'est tout. The Inexplicable Logic Of My Life vaut la peine d'être lu. Parce qu'en plus d'être une belle histoire, Benjamin Alire Sáenz n'oublie pas de nous rappeler certaines choses à propos de la vie, de l'amour, de la personne que la vie nous aide à forger et j'en passe.

Je n'ai rien de plus à dire sur ce roman. Mais sachez qu'il a gagné une place dans mon cœur. Et qu'il m'a clairement donné envie d'aller retrouver (une fois de plus) Ari et Dante. (Oui, j'en reviens toujours à Ari et Dante. J'ai d'ailleurs beaucoup pensé à eux durant ma lecture. Et un jour, sans aucun doute, je retrouverai à nouveau Salvie à son tour.)

À présent, je sais que Benjamin Alire Sáenz n'a pas juste eu un ÉNORME coup de chance d'avoir écrit l'histoire d'Ari et de Dante et que cette dernière ait eu un tel succès. À présent, je sais que cet auteur est juste bourré de talent pour toucher un lecteur en plein cœur et de nous rappeler que ses personnages sont peut-être fictifs mais qu'ils n'en sont pas moins humains et que quelque part quelqu'un est comme eux.

«Maybe I'd always had the wrong idea as to who I really was.»

par Sheo
La Chambre des merveilles La Chambre des merveilles
Julien Sandrel   
Faites une liste de vos envies... elle pourrait bien servir un jour.

par Krindest
La Couleur du mensonge La Couleur du mensonge
Erin Beaty   
La couleur du mensonge… sa magnifique couverture, son résumé un peu trop détaillé, mais particulièrement intrigant… Voilà un titre qu’il me tardait de recevoir, et une histoire que je me languissais de dévorer ! Je n’ai pas attendu : je me suis jetée dessus sans tarder et je l’ai terminé très rapidement. Ce premier tome s’est révélé être un page-turner bourré de surprises.

Sage vit à la charge de son oncle et sa tante. Pour une fille telle qu’elle, le seul choix dont elle dispose est celui du mariage. Pourtant, Sage ne l’envisage pas un instant. Son caractère impétueux et son don aigu pour analyser les autres font d’elle une personne difficile à contenter. Un jour, son oncle lui annonce qu’il a réussi à lui obtenir une entrevue avec la marieuse la plus cotée du pays. Même si elle n’en a pas la moindre envie, Sage se plie à sa décision et rencontre donc Maitresse Rodelle. Mais on ne se débarrasse pas aussi facilement de sa langue bien pendue, et Sage n’est pas une fille qui se plie aux règles élémentaires. Plutôt que de lui trouver un mari, Maitresse Rodelle la prend comme apprentie. Les voilà bientôt à sillonner les routes afin d’accompagner de jeunes célibataires vers la capitale où elles seront mariées aux plus beaux partis du royaume. Escortées par une troupe militaire aux intentions douteuses, Sage va se lancer dans une aventure des plus inattendues.

Ce qui m’a d’abord séduit dans La couleur du mensonge, c’est son cadre bien particulier. Un univers aux allures médiévales, tout en se retrouvant dans la peau d’une apprentie entremetteuse… ça me plaisait énormément ! Il m’est très vite apparu que ce titre ressemblait à certains ouvrages de fiction historique, tout en apportant un vent bienvenu de nouveauté et d’une certaine modernité.

On le remarque surtout à travers Sage, une héroïne qui ne s'en laisse pas compter, opiniâtre avec un caractère de feu. Fine observatrice, elle m’a impressionnée plus d’une façon. Elle m’a fait penser à un petit animal sauvage qui mord parfois la main qu'on lui tend.

On suit également Ash et Queen, deux hommes chargés d’escorter les jeunes filles jusqu’à la capitale. Il y avait quelque chose chez Ash qui me dérangeait, sans que je parvienne à mettre le doigt dessus. En revanche, j’ai eu un faible pour Queen (quand vous aurez lu le livre, vous comprendrez l’ironie de la situation).

Là où Sage s’avère trop prompte à passer aux conclusions, Queen, lui, se montre trop pressé dans chacun de ses actes. Les histoires de Queen et de Sage sont différentes en tout point, mais leur route finit par s'entrecroiser par la force des choses. Et ça donne quelque chose… d’intéressant, je dirais !  

La prise en main du roman n’a pas été sans quelques difficultés, en ce qui me concerne. Le début, avec sa légère surcharge de plans stratégiques, m'a paru un peu difficile à intégrer. Mais après une centaine de pages, toutes les pièces du puzzle se mettent en place et j'ai pris énormément de plaisir à découvrir cette histoire.

L'univers créé par Erin Beaty est fourni, la psychologie des personnages bien amenée et sans artifices. L'auteur nous les présente tels qu'ils sont et nous offre des dialogues particulièrement percutants.

Au niveau du style et du contexte, j’ai beaucoup pensé à The Curse qui est une saga que j'affectionne énormément. Ça bouge dans tous les sens, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Erin Beaty joue avec nos nerfs, les personnages rusent, mentent et se cachent de lourds secrets. La manipulation atteint un tel niveau qu'au bout du compte, on ne sait plus très bien qui manipule qui. 

Quand on parvient au point de rupture où les masques s'abaissent, c'est la confusion qui règne. J'ai commencé à revenir en arrière pour relire certains passages et faire la lumière sur des dialogues un peu nébuleux. Une chose est certaine : les personnages cachent sacrément bien leur jeu. Et c’est sans doute ce que j’ai le plus aimé dans ce premier opus !

En résumé, stratégies militaires et paranoïa sont de mise. La couleur du mensonge est un roman qui s’apprivoise, où la vérité se mérite. Ne croyez pas tout ce que vous lisez, vous risqueriez de tomber dans le panneau, comme moi ! Ici, tout le monde cherche à en apprendre sur tout le monde. Les personnages rivalisent de ruses pour découvrir ce que cachent leurs interlocuteurs. Prêts pour une aventure où les mensonges sont au cœur de toutes les préoccupations ?


Ma chronique : https://april-the-seven.weebly.com/fantasy---merveilleux/la-couleur-du-mensonge-erin-beaty
La Forme de l'eau La Forme de l'eau
Guillermo Del Toro    Daniel Kraus   
Le lecteur suit principalement six personnages, le récit suivant tour à tour leur point de vue, donnant ainsi une vue plus globale de l’intrigue, révélant sa complexité. Si l’on se rend compte rapidement de qui est du côté du Bien, l’équipe du Mal est plus difficile à déterminer dès le départ, avant de s’éclaircir peu à peu au fil des pages (ou des minutes d’écoute dans mon cas). L’auteur en profite pour dresser un tableau critique des États-Unis des années 60, où racisme, homophobie et discrimination en tout genre sont partout. Le monde du travail, notamment dans le milieu de la publicité, y est dépeint comme une sort de jungle où seuls les forts, les ambitieux s’en sortent et où les plus faibles, les gens différents, sont attachés aux tâches subalternes.

La guerre est aussi un thème abordé, à travers deux personnages. L’un représente l’ennemi russe de cette Guerre Froide, alors qu’avec Richard Strickland, on s’attarde davantage sur les traumatismes, la violence. Les méchants ne sont pas toujours ceux que l’on croit, et ceux que l’on pensait lâches se révèlent être d’un courage extraordinaire. L’accent est davantage mis sur la psychologie des personnages que sur l’action, ce qui ne fut pas pour me déplaire.

Et l’histoire d’amour! Parce que oui, il y a de l’amour dans ce roman. Un amour impossible et pourtant très beau, tout en spontanéité, naturel, entre deux êtres qui font fi de leurs différences pour apprendre à communiquer, à se connaître. Un amour tel qu’affronter le danger pour le vivre est une évidence. Aucun obstacle ne semble insurmontable lorsque l’on aime…

par Virginy
L'Oracle L'Oracle
Traci Chee   
J'aime énormément ce livre !! Au début le jaune pétant de la couverture ne m'attirait pas vraiment mais ayant adoré le premier tome je l'ai pris quand même et ouaah ! Toujours autant d'aventures, de suspens, de rebondissements ! Un excellent livre qui regorge de secrets !
La Légende des 4, Tome 1 : Le Clan des Loups La Légende des 4, Tome 1 : Le Clan des Loups
Cassandra O'Donnell   
Une lecture plutôt rapide qui s'est révélée intéressante et entraînante. Elle se lit très rapidement, avec un vocabulaire accessible et une plume plutôt fluide. Le scénario est très bien élaboré et développé tout comme les personnages. Les touches d'humour et de cynisme qu'on retrouve quelques fois sont agréables et égayent le récit. Cependant, j'ai parfois trouvé que l'écriture était un peu trop puérile et peu mature. D'un autre côté, la violence qu'on retrouve dans certains passages ne s'adresse pas aux plus jeunes. L'auteure exagère un peu trop sur la ponctuation parfois. L'univers reste quand même riche et original.

par Animia8
La Nouvelle Arche, Tome 1 La Nouvelle Arche, Tome 1
Julie De Lestrange   
Ce livre de Science-Fiction Young-Adult ne ressemble absolument en rien à tout ce que j’ai pu lire ou voir jusqu’à maintenant.

Le thème est très prenant puisque nous allons suivre Mathilde, une jeune fille très particulière puisqu’elle est l’une des premières à être née au Centre, un lieu hautement sécurisé qui s’occupe des nourrissons, de leur naissance jusqu’à ce qu’ils soient en âge d’être actifs et productifs. Avant cela, ils ne « vivent » pas réellement, ils sont dans un genre de gestation.

J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteur nous expose la situation, on est avec Mathilde et on la suit dans ses décisions et j’ai trouvé que c’était intéressant de la suivre elle plutôt qu’un autre personnage qui aurait pu nous limiter dans les explications.

La plume de l’auteure est addictive, le vocabulaire est accessible, riche et réfléchi et bien qu’il y ait quelques termes spécifiques à l’univers créé, tout est bien expliqué et on se sent absolument bien intégré à l’histoire.

Bien qu’au début je ne savais absolument pas à quoi m’attendre, je n’ai pas éprouvé de difficulté particulière à imaginer l’univers, le Centre, les différentes situations présentes dans le livre. On a un bon nombre de détails visuels qui nous aident à nous repérer dans l’espace/temps.

Les adeptes de SF, autant que ceux qui veulent découvrir un univers totalement inédit, apprécieront l’originalité de l’histoire et le tempérament de Mathilde qui a un caractère bien trempé et ne se laisse pas marcher sur les pieds.

Il y a beaucoup de personnages, cependant, ce n’est pas trop difficile de se repérer et de reconnaître chacun d’entre eux grâce aux interactions qu’ils ont les uns avec les autres.

Mathilde, accompagné par ses amis, va défendre ses convictions au risque de se retrouver dans des situations parfois compliquées mais après tout, s’il n’y a pas de risque, s’il n’y a pas d’enjeu, on a aucune raison de s’en faire, ici, on a de quoi et on ressens bien que tout peut basculer et que l’équilibre est plus que précaire. Une héroïne forte et avec de l’esprit, comme on les aime ! ^^

Ce premier épisode n’est pas simplement inclusif à l’histoire, car bien qu’au début on soit dans l’exploration, on arrive très vite au but et la fin nous donne envie de lire la suite, de savoir ce qui se passera pour Mathilde et les autres.

Je recommande ce livre avec lequel on passe un bon moment. Le côté SF est vraiment sympa et très bien imaginé.

Ce premier épisode nous donne envie de savoir ce qui se passera ensuite et on est vraiment bien dans l’histoire, un peu comme une immersion totale pour un nouvel univers. Digne d’un scénario de film, c »était top !
Lâche ton téléphone ! Lâche ton téléphone !
Catherine Price   
Ce livre est agréable à lire. Dans une première partit, il va nous aider à prendre conscience de l'usage de nos téléphones puis dans une deuxième partit, il nous apprend à faire une Detox pendant 30 jours. L'auteur utilise des mots simples et efficaces pour nous permettre facilement de comprendre. Le livre contient un grand nombre d’études scientifiques qui démontrent ce que peuvent causer les téléphones sur notre vie et notre santé.

par louline
Le Tatoueur d'Auschwitz Le Tatoueur d'Auschwitz
Heather Morris   
Aussi difficile cette lecture soit-elle, je conseille à tous de la découvrir. Le témoignage de Lale est tellement poignant. Toutes les années qu’il a malheureusement passée à Auschwitz sont décrites avec précisions, à tel point qu’on imagine réellement l’enfer que tous les prisonniers ont vécu là-bas.

Et en même temps, la finalité de ce roman n’est pas de dénoncer. Ce qui ressort est la détermination de Lale, sa volonté de survivre, sa résolution de rencontrer Gita et de tout faire pour qu’ils soient tous les deux libres de s’aimer.

Cette lecture m’a appris a relativiser, à arrêter de me plaindre pour des bêtises. Et à ne pas baisser les bras aux moindres obstacles et au premier échec. La force de ce roman est là, dans la puissance de la détermination.

C’est aussi le genre de lecture qui restera toujours dans un coin de ma tête et que je ne suis pas prête d’oublier, je ne peux donc que vous la recommander. Rien que pour le devoir de mémoire, lisez-le !
Les Belles, Tome 1 : Les Belles Les Belles, Tome 1 : Les Belles
Dhonielle Clayton   
Avec Les Belles, Dhonielle Clayton nous entraîne au cœur d'un univers noir et obsédant où rien ni personne n'est vraiment ce qu'il laisse paraître. À une époque où l'illusoire est plus alléchant et fascinant que la réalité, ce roman laisse entrapercevoir quelques réflexions plutôt intéressantes sur la beauté et les faux-semblants qui doivent prendre le pas sur le tangible. Si j'ai énormément apprécié cet aspect de l'intrigue, son rythme ultra entêtant et son atmosphère à la fois mystérieuse et interpellante, il m'a manqué un degré supérieur d'intensité pour totalement me prendre au jeu. En effet, même si Camélia est une héroïne forte et combative, je l'ai trouvé assez têtue et parfois trop aveugle pour m'attacher à elle au maximum. J'ai trouvé certains des protagonistes qui gravitent autour d'elle bien plus expressifs, crédibles et fouillés qu'elle et, partant de là, je me dis qu'il y a quelque chose qui cloche. Fort heureusement, les rebondissements qui peuplent cette histoire permettent de lui conférer une force certaine qui me laisse avide de connaître la suite des aventures des Belles.

Dès les premières pages, je me suis senti embarqué dans un univers ultra coloré, ultra excitant et ultra novateur. Les mots de l'auteure possèdent véritablement "le truc" qui nous permet de visualiser, autant que faire se peut, le monde qu'elle projetait en couchant ses pensées à l'écrit. Le monde d'Orléans est absolument fascinant, regorge de secrets et déborde d'un attrait qui émane pratiquement du livre. J'avais vraiment envie de m'enfoncer, aux côtés de Camélia, au cœur de ces rues, ces paysages et ces pièces magnifiques qui s'articulaient petit à petit derrière mes rétines. La plume de Dhonielle Clayton est hyper satisfaisante et parfaitement maîtrisée. Les descriptions ne manquent de rien et ne tombent pas dans le surplus inutile. On croit, sans aucune peine, à tout ce qu'elle nous expose et c'est un véritable ravissement.

Derrière ce lieu fait d'opulence et de luxe se cachent de terribles mystères qui, lorsqu'ils nous sont exposés, s'avèrent être d'énormes révélations. Tout au long de notre lecture, on sent bien qu'il y a un malaise qui s'amuse à nous étreindre de plus en plus sans jamais se dévoiler totalement. J'ai tellement aimé cet élément-clé du récit. Le climat est envoutant tout en étant, de façon sous-jacente, anxiogène au possible, presque inquiétant. Si Camélia met plus de temps que le lecteur à le comprendre, on saisit pourtant qu'il y a quelque chose de malsain qui est tapi et rôde derrière la beauté illusoire et omniprésente.

C'est d'ailleurs pour cela, comme dit précédemment, que j'ai eu du mal à me connecter à son personnage et à croire en certaines de ses émotions. Certes, Camélia est une badass, une héroïne au caractère bien tranché qui sait ce qu'elle veut et qyu est prête à tout pour les personnes auxquelles elle tient. C'est un aspect indéniable de sa personnalité qui m'a touché et qui, je l'espère, sera approfondi et encore amélioré dans la suite de la saga. Néanmoins, alors que certaines réponses sont presque littéralement sous ses yeux, elle s'enfonce, parfois, dans une spirale de questionnements inutiles ou superficiels qui m'a assez frustré. Sa sensibilité, qu'elle utilise majoritairement à bon escient, tend malheureusement vers l'aveuglement et elle se laisse alors dissiper trop facilement. Le cœur prenant le pas sur la raison, certaines de ses réactions m'ont déplu ou m'ont semblé de trop. Cependant, à l'approche des derniers chapitres, elle semble être plus réfléchie et mature et j'espère qu'elle conservera cette personnalité bien plus intéressante et supportable à l'avenir.

SUITE : https://motsdejo.wordpress.com/2018/04/09/les-belles-t-1-les-belles-dhonielle-clayton/

par Jordan

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode