Livres
559 264
Membres
608 151

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Sikady : Mes envies

Le Maître des illusions Le Maître des illusions
Donna Tartt   
J'ai lu ce livre il y a plus de 10 ans, et l'histoire me reste en tête.. un livre audacieux, tordu par moments. Des étudiants qui vous font froid dans le dos, un professeur intriguant, une histoire bien construite.. je ne me rappelle plus des détails, mais l'atmosphère sombre et l'intrigue drôlement bien ficelée restent d'excellents souvenirs. Je le recommande vivement..
Fairytales, Tome 1 : Cruel Beauty Fairytales, Tome 1 : Cruel Beauty
Rosamund Hodge   
[Lu en VO]
Ce roman est un medley de La Belle et la Bête, Barbe Bleue, Rumplestiltskin... avec une touche de The Book of Ivy et de mythologie grecque. Il est bien écrit, facile à lire, Nyx est attachante et la romance est chou.

Après voilà, il est aussi bourré d'incohérences, ou d'éléments qui ne sont absolument pas expliqués. Déjà, si quelqu'un peut me dire pourquoi Ignifex s'est marié déjà huit fois, ou pourquoi il a choisi tout spécialement Nyx pour être la neuvième, ça m'arrangerait. Ensuite, l'héroïne passe l'histoire à se blâmer pour quelque chose qui est NORMAL : girl, ta propre famille t'as sacrifiée, bien sûr que tu leur en veux... Ce n'est pas ça, être "monstrueuse". Et puis tout avance très vite, que ce soit au niveau du scénario, de la résolution de mystères vieux de 900 ans ou de la romance, mais c'est un standalone (assez court, en plus de ça) donc ça se justifie.

En revanche, j'ai beaucoup aimé les références à la mythologie grecque et le côté "fae" qui y a été mêlé... parce que les Kindly Ones (autre nom des Furies, donc clairement grecques) ressemblent quand même beaucoup aux faes, malicieuses et incapables de mentir. Et puis les prénoms sont sympas : Nyx, la nuit, Astraia, rapport aux étoiles, Shade, l'ombre, Ignifex, le feu... et le véritable prénom du héros, qu'évidemment je ne dirai pas.
Hunger Games, Tome 1 Hunger Games, Tome 1
Suzanne Collins   
Wow... ce livre est un vrai régal ! Je l'ai fini en une journée tellement on a hâte de savoir ce qui va arriver aux personnages ! L'histoire est choquante, renversante et surprenante ! Adepte ou pas de lecture : vous allez adorer ! Bonne lecture. ;)

par Pamie
Le Portrait de Dorian Gray Le Portrait de Dorian Gray
Oscar Wilde   
Je suis impressionné. L'auteur nous prouve dans cet ouvrage que l'influence est la pire des choses de notre monde. Suite à la prise de conscience de la beauté de sa propre image et sous le pouvoir des flatteries, ce livre nous démontre qu'il est très simple de considérer hautement la beauté de manière narcissique. Nous en perdons alors notre pureté. L'ego devient omniprésent et prioritaire à sur nos sentiments, jusqu'à la perversion de l'âme et du vice.
L'écriture est talentueuse. Les discours philosophiques sont sophistiqués. Les personnages sont cyniques à souhait. L'histoire est élégante, raffinée. L'ambiance est bourgeoise et le récit possède énormément de discours d'un grand intérêt : du rapport entre l'art et la vie, de l'influence du regard des autres, de la beauté, de la légèreté, des femmes, des hommes, des paradoxes, etc...
Un ouvrage si riche que je n'ai pu me décider à mettre des citations à cet article.

Le Meilleur des mondes Le Meilleur des mondes
Aldous Huxley   
un livre troublant, à la fois futuriste, mais ô combien réaliste. J'ai adoré le livre, et l'avertissement que l'auteur nous lance, un peu à la Big Brother. L'auteur dépeint un monde vide d'émotion réelle, un peu automatique, un endroit ou le malheur n'existe pas... ni même le bonheur, au fond. Le roman peut semblait très futuristes et fort extrémistes aux yeux de plusieurs, mais au fond... qui sais si ce n'est pas tranquillement le chemin que la société est déjà en train d'emprunter, malgré tout.

par myastas
Les Somnambules Les Somnambules
Chuck Wendig   
Ce roman risque de vous tenir éveiller durant de longues heures et même après avoir refermé cet énorme pavé. Mais avant de comprendre pourquoi, attachons-nous quelques instants à pourquoi lire ce roman alors que le thème proposé ici est une maladie mystérieuse qui va prendre de l'ampleur pour devenir pandémie mondiale et finalement l'extinction de notre espèce. Du déjà vu me direz vous ? Un public averti en vaut deux, vous continuez de souffrir des conséquences du COVID, deux options s'offrent à vous : passez simplement votre chemin, de trop difficiles souvenirs risquent de refaire surface, au contraire vous pourrez sans doute relativiser en sachant que ça aurait pu être bien pire. Oh oui, bien, bien pire !!! Lorsque Chuck Wending a écrit son roman, il ne se doutait sûrement pas que ce qu'il avait imaginé allait devenir réalité, ou du moins en parti.

C'est évident que si l'on m'avait proposé de lire ce roman l'année dernière j'aurai sûrement refusé : trop angoissant, trop réaliste (ou presque ...), trop, trop, trop dans un contexte également trop tout. Mais aujourd'hui, il permet de prendre un certain recul et faire un parllèle entre la gestion faite face à cette crise et ce que l'auteur à imaginer.

Mais revenons au fond de ce roman. Ce qui fait que ce livre devient un véritable page turner c'est la manière dont il est écrit : façon "meilleur roman de dystopie jeunesse" poussée en maturité. Comme ces romans si aimés du grand public, nous découvrons plusieurs personnages qui vont vivre la crise sanitaire de façon totalement différente, des personnages auxquels nous ne pouvons que nous attacher et d'autres que nous ne pouvons que détester et enfin ceux que l'on apprécie guère au début et dont on va changer le regard. Ce roman est tout simplement écrit avec des gens comme vous, comme moi, comme lui ou comme elle, tous ces êtres que chacun d'entre nous peut croiser au coin de la rue, avec leur force et leurs faiblesses, leurs questionnements, leur craquages, leur courage, leur propre système d'auto-défense, leurs manies, bref des vrais personnages.

Et parmi tous ces gens, il y a le troupeau qui migre à travers les Etats-Unis dont lui seul connait sa destination finale et qui va diviser le pays. Nous restons les observateurs de ce troupeau qui évolue indifféremment des états d'âmes des personnages extérieur.

Ainsi, Chuck Wending touche du doigt le point sensible de l'être humain : comment réagir face à l'inconnu, faire à l'impensable. L'auteur décrit avec finesse un tableau de la société américaine en noir et blanc, où le racisme a toute sa place, la suprématie un objectif de fin de vie et l'espoir d'un monde meilleur une connerie, car quand l'humain risque de disparaitre, il va faire en sorte d'être le dernier quel qu'en soit le prix.

L'auteur a su mettre en lumière ou plus exactement dans l'obscurité le rêve américain qui est loin, très loin derrière la nouvelle génération et que ce pays certes immense ne fait plus tout du tout rêver sauf peut-être les décors cinématographiques fabuleusement dépeints lors de l'avancement des somnambules.

Mais voilà, malgré le très bon de ce livre, j'ai malheureusement moins accroché à la touche d'anticipation qu'a mis l'auteur . Pour les inconditionnels de la série Netflix "The 100", ils comprendront en lisant le roman. La similitude est déstabilisante et finalement m'a profondément ennuyée. Cet aspect conduit inexorablement à la fin de cette œuvre pour laquelle je n'arrive toujours pas à me faire une opinion. Pas de spoil, mais quand même ...

Ce ne sera donc pas un coup de cœur, mais j'ai refermé ce roman avec regret, me séparant de personnages terriblement attachants qui auraient peut-être mérité encore une bonne centaine de pages. Vous devez me croire folle : 1164 pages, ce n'est pas suffisant ? Quand on aime on ne compte pas et puis lisez-le et vous comprendrez.

https://exulire.blogspot.com/2021/06/les-somnambules-chuck-wending.html

par Exuline
Un jour ma princesse viendra Un jour ma princesse viendra
Jen Calonita   
En tant que grand admirateur de l’univers de Disney il est vrai que j’attendais la sortie de ce « Twisted Tale » avec grande impatience. De plus « Blanche Neige et les sept nains » étant mon film d’animation favori je ne pouvais m’empêcher de ressentir une certaine appréhension à la sortie de ce roman.
Jen Calonita nous propose donc ici une version revisitée du conte de Blanche Neige. « Et si la méchante reine avait empoisonné le prince ? »
Mon premier souhait était que les personnages gardent tous leurs personnalités et ne soient surtout pas dénaturés. L’autrice réalise ici un travail remarquable. Les personnages restent tous fidèles à eux-mêmes. Aussi bien dans les dialogues que dans les actes. Blanche Neige est toujours cette sublime jeune fille courageuse, travailleuse, rêveuse et optimiste. La reine démontre une nouvelle fois sa cruauté légendaire, sa froideur et son acharnement envers la princesse. Les nains (bien que Grincheux vole grandement la vedette au reste du groupe), prouvent de nouveau qu’ils savent être de formidables amis, prêts à tout pour aider et soutenir la jeune femme au teint blanc comme la neige.
L’une des forces de ce roman réside également dans la mise en lumière, de façon naturelle et efficace, de plusieurs personnages . Certains étaient peu présents dans le film, d’autres sont totalement inédits.
Ainsi, nous en découvrons davantage sur Henrich (Henri), le beau prince charmant qui avait déclaré sa flamme à Blanche Neige au début de l’histoire. Nous creusons aussi du côté du miroir magique, qui joue maintenant lui aussi un rôle très important au sein de l’intrigue. Les parents de Blanche Neige sont quand à eux, enfin mis à l’honneur. Anne, personnage inédit, retient grandement notre attention et sera d’un grand secours pour la princesse. Et n’oublions surtout pas celui que nous appelons « Le Maitre ». Il est également un nouveau personnage au sein de l’univers de Blanche Neige qui sait pleinement nous intriguer et nous captiver dés sa première apparition.
Des personnages plus secondaires comme : Leonetta, Mme Krindred, Kurt, Fritz, Margaret, le chasseur ou les paysans, serviront avant tout de leviers scénaristiques pour le bien et l’avancement de l’histoire.
Non contents de pouvoir en découvrir davantage sur tous ces personnages, nous avons également la chance d’en apprendre un peu plus concernant certaines zones d’ombres présentes dans le film d’animation. Comment s’est déroulée l’enfance de la méchante reine ? Comment est-elle arrivée au pouvoir ? Comment a t-elle obtenu son miroir magique ? Qu’est-il réellement arrivé aux parents de Blanche Neige ? Comment la jeune princesse a t-elle réussi à supporter la vie après la disparition de ses parents ? Les secrets sont ici dévoilés !
Les relations entre les différents personnages sont remarquablement développées. Nous avons la chance d’observer Blanche Neige et le prince prendre le temps de se connaître, de s’apprécier, de s’entraider, de s’aimer…
Nous pouvons scruter la méchante reine, plus complice que jamais avec son miroir magique, sombrer progressivement dans la folie… Et plus encore !
L’autrice réussit haut la main la prouesse de respecter l’histoire originale tout en y incorporant son propre univers.
Les clins d’œil et références au film d’animation font pleinement leur petit effet sur le lecteur. Le monde de Blanche Neige est des plus agréables à explorer à travers cette lecture. Du château à la chaumière en passant des bois hantés à la mine... Le royaume n’a plus de secrets pour nous.
Cette histoire mêlant amour, haine, passion, persécution, magie, trahison, peur, émotion et noirceur m’a totalement séduit… Tous les ingrédients sont au rendez-vous pour passer un agréable moment. Aussi sombre que lumineux, aussi percutant que touchant, le récit ne peut que vous absorber si vous appréciez ce conte légendaire.
Petits bémols ? Il est vrai que j’attendais patiemment de connaître le sort de l’un des personnages présents dans l’histoire… mais mon interrogation reste finalement sans réponse. Certaines facilités scénaristiques sont tout de même perceptibles mais n’entachent en rien le grand travail réalisé ici pour respecter l’œuvre d’origine et ses personnages tout en nous assurant de beaux rebondissements et un grand moment de divertissement.
Fan comblé, je recommande vivement ce livre à tous ceux qui sont susceptibles de croiser sa route.
Lux, Tome 1 : Obsidienne Lux, Tome 1 : Obsidienne
Jennifer L. Armentrout   
Ok. Hum alors comment dire? (Respire Alexiane, respiiiiiiire). Ce livre est volcanique!! je ne trouve pas d'autre mots. Entre l'humour ravageur, les scènes d'actions énormissimes et l'histoire d'amour sauvage je ne vois pas comment on ne pourrait pas aimer ce livre. Le personnage masculin est une vraie enflure (une enflure digne de magazines Hugo Boss) mais on l'adore pour son humour noir et sarcastique. L'héroïne est trop drôle, une vraie geek accro à ses bouquins et à son ordinateur. Ça fait plaisir enfin une héroïne qui nous ressemble!
En bref, je suis totalement sous le charme.
La Servante écarlate La Servante écarlate
Margaret Atwood   
https://jukeboxcornerblog.wordpress.com/

Je ne saurai dire à quel point ce livre me révolte, m'horrifie, me glace le sang... Depuis le début de sa lecture il me trotte dans la tête et me hante.
Margaret Atwood parvient à entretenir le suspens du début à la fin en distillant ses informations au compte-goutte. Tandis que le lecteur se convainc qu'un tel retournement, une telle société, ne pourrait pas se mettre en place, l'autrice nous prouve le contraire. Bien sûr, elle a en tête le régime nazi et toutes ses pratiques, l'ex-URSS et cette cruelle séparation que représente le rideau de fer, le terrorisme islamiste montant dans les années 80, mais aussi toutes ces communautés religieuses extrêmes telles que les amishs, les mormons... De cet amalgame historique naît sa finalement très probable République de Gilead.

Le récit couvre trois périodes charnières: avant le changement, la période d'endoctrinement et le présent de l'action. L'héroïne, Defred (Offred en VO) jongle brièvement entre les unes et les autres de façon assez décousue, ce qui donne rapidement cette sensation de frustration et d'avidité quant aux informations, mais surtout, laisse tout le loisir au lecteur de combler les blancs avec toutes les horreurs qu'il peut imaginer.

Le récit à la première personne s'attarde sur le ressenti de Defred. Car il y a ce qu'elle parait et ce qu'elle retient en elle. On la sent littéralement prisonnière de son corps tant on l'a dépossédée de tout: elle n'a plus de nom (Defred est la façon de nommer indifféremment toutes les servantes qui se succèdent chez ce commandant), plus de sentiments (elle les réprime pour ne pas se trahir et survivre dans cette société) et surtout elle ne dispose même plus de son corps. Ce qui lui reste, ce sont ses souvenirs douloureux et lointains, mais néanmoins vitaux, qui pourraient la faire basculer dans la folie si elle s'y attarde de trop, et l'éventualité de mettre fin à ses jours si elle en trouve le moyen.

Certains pourront trouver cette femme très lâche, s'attendant à de l'action et des soulèvements à la Hunger Games ou Divergente, moi je la trouve très courageuse et surtout très forte pour endurer tout cela sans craquer. Dans cette société qui brise les individus et où sont entretenues terreur, paranoïa, délation, elle prend bien plus de risques qu'un lâche à sa place. La résistance et la rébellion commencent par là: défier les règles imposées, même les plus petites. Ce traitement réaliste est tout à l'honneur du livre.

Pour finir je parlerai de la série dont j'ai pu voir à ce jour les quatre premiers épisodes. Je la conseille vivement à toute personne qui voudrait vraiment approfondir l'univers et mesurer toute l'ampleur de l'horreur de cette société, car elle va jusqu'au bout des choses (ce qu'on pourrait reprocher éventuellement au livre qui ne montre que ce que Defred connait, c'est à dire bien peu). Du point de vue ambiance, elle restitue bien ce sentiment de terreur, d'horreur, d'oppression et de malaise qui est le nôtre lors de la lecture, avec en plus un décalage entre avant/après intelligemment accentué par la bande son et la photographie.
Kiki la petite sorcière, Tome 1 Kiki la petite sorcière, Tome 1
Eiko Kadono   
Après avoir adoré le film de Hayao Miyazaki qui adapte ce roman, j'avais un peu peur de découvrir le support original et d'en être déçu, mais je m'inquiétais pour rien, j'ai dévoré ce tome et j'ai hâte de lire la suite !

J'ai adoré redécouvrir l'univers et les aventures de notre petite sorcière, et Miyazaki n'ayant pas adapté fidèlement le récit c'est l'occasion de découvrir de nouvelles péripéties (d'ailleurs je découvre que si la série fait 6 tomes, seul un tome était sorti au moment de la création du film d'animation).

Il faut noter qu'il s'agit d'un roman jeunesse où nous suivons les premiers pas de Kiki, une jeune sorcière qui suit la tradition familiale et à ses 13 doit partir s'installer dans une ville sans sorcière pour y exercer le métier qu'elle voudra afin de gagner en autonomie et être accepter par la population. Il se lit très vite mais tout comme le film on s'attache très vite à Kiki et son chat Jiji, et j'ai pris beaucoup de plaisir pendant ma lecture et j'ai hâte de lire la suite.

par Midine

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode