Livres
564 445
Membres
616 672

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Stitch52 : Ma PAL(pile à lire)

Histoires à ne pas fermer l’œil de la nuit Histoires à ne pas fermer l’œil de la nuit
Alfred Hitchcock   
La vieille Mrs Brady vient de perdre sa soeur Alice. Elle décide de mener elle-même l'enquête car ce décès lui semble suspect... Pour faire plaisir à sa grand-mère, le jeune Ed, 6 ans, a l'habitude d'aller voler des fleurs dans le cimetière tout proche. Mais un jour, les services sociaux le retirent à l'affection de la vieille femme et de ses étranges amis pour le placer dans un orphelinat... En Malaisie, Paul Vernier est sur les traces de Jérôme Steeks, un meurtrier américain. Il s'adresse à un certain Heert Koert, contrôleur civil à Bornéo, pour qu'il lui signale les rares américains présents dans son secteur. Ainsi pense-t-il facilement trouver son homme... Un bouquiniste laisse à l'abandon le jardin situé derrière la maison qui lui sert de boutique. Il semble de plus en plus fasciné par ce coin de nature où règnent ronces et herbes folles. Dans un casino de Las Vegas, un joueur malchanceux ne fait que perdre au blackjack. Il fait un scandale et insiste pour obtenir un nouveau jeu de cartes et pour qu'on change de croupier...
« Histoires à ne pas fermer l'oeil de la nuit » est un recueil de nouvelles de divers auteurs plus ou moins célèbres (on notera au passage la contribution de Jack London dans une histoire de chien-loup assez cruelle et celle de Theodore Sturgeon dans un registre de science-fiction illustrant bien ses qualités de visionnaire) qui sont simplement présentées par Alfred Hitchcock et rien de plus. Le « grand maître du suspens » n'a pas rédigé une seule ligne de ce livre et peut-être même pas sélectionné ces textes très disparates et de qualité fort inégale. Toutes sortes de genres sont représentés. De la nouvelle policière classique style Agatha Christie au thriller aux ambiances noires, au gore en passant par le fantastique le plus échevelé comme « Tribut floral » ou « Canavan et son terrain », peut-être une des deux meilleures de cette compilation. « Mort sur décision du tribunal » est sans doute celle qui mérite le plus le détour par son intrigue (une histoire d'altruisme quasi christique), son thème (une machination qui se retourne contre son auteur) et par son style narratif impeccable. Un petit bijou à lui tout seul. Ainsi en va-t-il de ce genre de bouquin de détente qui attire le chaland surtout par le nom prestigieux inscrit sur la couverture.
Deux amants Deux amants
Patrick Poivre d'Arvor   
Une adolescente trouve deux amants morts sur la lande en Angleterre, au pied du château du roi Arthur à Tintagel.
De là cette ado et son frère échaffaudent des hypothèses et se rendent en France pays d'origines de des morts et découvrent leur vie...
Ce livre est tout en tendresse.Il est simple, facile à lire.

Daddy Daddy
Loup Durand   
Je l'ai lu quand j'étais jeune et j'en ai gardé un très bon souvenir, Une histoire très prenante avec beaucoup de suspense.
L'Enfant au souffle coupé L'Enfant au souffle coupé
Nicolas Bréhal   
Une ville au bord d'un fleuve. La Loire sinueuse et vertigineuse. Daniel Kônig, l'enfant-narrateur, y vit avec trois femmes, veuves de trois frères juifs déportés. Rachel, sa mère, et Fanny tiennent un atelier de couture qui périclite. Rebecca peint. C'est l'été. La chaleur est suffocante. Daniel, victime de l'asthme, son pire ennemi, s'abîme dans l'imaginaire, le culte des souvenirs et des morts, et dans son amour pour la jeune et sensuelle Fanny, qui veut échapper à l'atmosphère morbide de la maison. Elle tombe amoureuse de David, un antiquaire, sous les yeux de l'enfant au souffle coupé. Fou de jalousie et fou d'amour, né de la mort, il sera l'artisan de la mort.

Source : Folio, Gallimard

Lettres à l'absente Lettres à l'absente
Patrick Poivre d'Arvor   
Un livre trés intéressant et très touchant. Un livre avec beaucoup d'émotions. Je les lu en une journée puisque c'est un livre accrochant. On a plus envie de le quitter quand on le commence.

par Bbey
Tony et Susan Tony et Susan
Austin Wright   
Avec Tony et Susan (déjà publié en 1995 et réédité ces jours-ci), nous suivons l'histoire a priori banale d'une femme qui lit un roman.
tony et susanNous pourrions ne voir là qu'une simple mise en abyme, dans laquelle il serait plaisant de retrouver nos propres agissements de lecteur. C'est ce qu'Austin Wright nous propose en partie et les réactions que manifeste Susan tout au long de sa lecture peuvent nous paraître terriblement familières.
Après avoir retardé l'ouverture du roman durant plusieurs mois, l'héroïne va progressivement s'y engloutir, s'enfermant dans cette bulle qu'elle constitue avec les personnages et les situations qu'ils vivent et devenant de plus en plus indifférente à son environnement extérieur.
Agacée, émue, apeurée, révoltée... Puisque nous parcourons en même temps qu'elle le manuscrit de Bêtes de nuit, nous pouvons confronter facilement nos sentiments aux sensations que nous livre Susan à la fin de chaque chapitre. Par ce dispositif simple et subtil, Wright nous permet de mesurer comment nous construisons en partie le livre que nous lisons et qui diffèrera – par notre histoire, nos goûts, notre vécu – de celui d'un autre lecteur.
La situation est cependant un peu plus complexe, car ce roman n'est pas ordinaire pour Susan. Thriller extrêmement angoissant et violent – on comprend vite que ce n'est pas un genre auquel elle est habituée – il est l'œuvre d'un premier mari qui se rêvait écrivain vingt ans plus tôt et dont elle s'est séparée parce qu'elle ne croyait pas, ou plus, à son talent. Ce divorce avait d'ailleurs marqué la fin des ambitions littéraires d'Edward.
Dorénavant bourgeoise installée dans une existence que l'on devine luxueusement médiocre, elle est finalement rattrapée par Bêtes de nuit, qu'elle redoute de trouver bon car il lui faudrait alors admettre s'être trompée vingt ans auparavant. À mesure de sa lecture, elle doit pourtant reconnaître le talent d'Edward. Si, à la fin du premier jour, nous la découvrons fouillant dans les souvenirs de ses mariages successifs, c'est parce qu'elle est désormais prête à accepter s'être trompé sur toutes choses, y compris sa vie de femme, mère et épouse.
tony et susanAustin Wright fait donc courir aussi ce fil d'une Susan révisant sa vie, et cela entre encore en coïncidence avec le contenu de Bêtes de nuit. Car la femme d'Arnold, soumise à son bonheur illusoire, finit par se trouver beaucoup de ressemblances avec Tony, le malheureux professeur de mathématiques dont la compagne et la fille ont été kidnappées sous ses yeux, puis violées et assassinées, sans qu'il s'y oppose.
Comme lui, Susan se découvre lâche, pusillanime, ayant tendance à tout intellectualiser pour éviter de passer à l'action quand c'est nécessaire, organisant finalement toute son existence sur un principe de survie parfaitement égoïste, tout en se parant des plumes du dévouement à autrui. Elle peut d'autant plus se projeter dans le personnage de Tony qu'elle n'écarte pas l'hypothèse que le livre n'a été écrit que pour elle, par un premier mari qui connaissait, au bout du compte, tout à fait sa nature profonde et a voulu la dessiller (ou se venger ? ). L'irruption d'un personnage se nommant comme elle, alors que Tony doit faire face à ses responsabilités vengeresses, la renforce dans cette hypothèse et contribue à sa recherche d'allusions à leur vie commune dans le chapitre final du manuscrit.
Ode à la puissance de l'écrit, à la magie de la lecture, Tony et Susan vaut surtout pour l'excellente mise en perspective qu'il fait de la nature complexe du lien unissant auteur, livre et lecteur. Dans sa problématique du refus du recours à la violence – qui rejoint celle que l'on trouvait dans Straw Dogs, le film de Sam Peckinpah [1] de 1971 – Bêtes de nuit, le thriller emboîté, est très bon, mais souffre d'une fin (les scènes dans la cabane du Lieutenant Bobby Andes) faible et confuse. Mais, pour Edward comme pour Austin Wright, l'essentiel n'était sûrement pas là (en librairie le 1er septembre 2011).

Chroniqué par Philippe Cottet le 01/09/2011
http://www.leventsombre.org/romans-noirs-polars/service-de-presse/wright-austin/tony-et-susan

par PoppyZ
Un défi impossible Un défi impossible
Charlotte Lamb   
Que de bouleversements s’étaient produits à L’Observateur depuis quelque temps ! Le déménagement des locaux, puis la mort de Sir George et enfin l’arrivée de Nick Caspian à la direction du journal… Gina, meilleure amie de Rose Amery et héritière de L’Observateur, était effondrée, mais bien décidée à lutter contre Nick Caspian pour préserver les intérêts des employés. Toute l’équipe était à cran. Etait-ce pour cette raison que Daniel Bruneille ne cessait de persécuter Rose ? Il n’arrêtait pas de critiquer ses compétences, ses ambitions et mêmes ses motivations de journaliste alors qu’il ne lui confiait aucun reportage intéressant ! La situation ne pouvait plus durer : Gina et elle allaient devoir réagir…

(Source : Harlequin)

par x-Key
Les Orphelines, tome 1 : Janet Les Orphelines, tome 1 : Janet
Virginia C. Andrews   
J'ai adoré, ma mère avait les 5 livres des orphelines et me les a donner et j'en suis tombé sous le charme. C'est une histoire très triste [spoiler]parce qu'après ses parents adoptifs l'ont renvoyer dans son orphelinat[/spoiler].

lou-du-76
<<$•h•a•a<<

par lou-du-76
Les Orphelines, tome 2 : Crystal Les Orphelines, tome 2 : Crystal
Virginia C. Andrews   
WWWAAAAAAAAAAAAAAOOOOOUUUUUUUUUUHHHH !!!!!!
C'est une série super !! Virginia C. Andrews réussit à décrire toutes les émotions de Crystal ! Il y a toujours des choses qui se passent -très tristes- et on pourrait croire que c'est nous, qui nous faisons adoptés ! C'est avec plaisir que je suis en train de lire le tome trois (Brenda) et c'est toujours aussi bien !! ♥

lou-du-76
<<$•h•a•a<<

par lou-du-76
Les Orphelines, tome 4 : Rebecca Les Orphelines, tome 4 : Rebecca
Virginia C. Andrews   
Bonne série, triste mais passionnante. L'écriture est toujours aussi fluide et plaisante.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode