Livres
547 226
Membres
584 077

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Vanessa41 : Ma PAL(pile à lire)

L'Amie prodigieuse, Tome 4 : L'Enfant perdue L'Amie prodigieuse, Tome 4 : L'Enfant perdue
Elena Ferrante   
Ce dernier tome est encore plus déchirant et empreint d'une réalité à couper le souffle...
Cette saga m'a bouleversée.
Je dois définitivement quitter Lenù et Lila. Mais je pense ne jamais les oublier. L'univers d'Elena Ferrante est si foisonnant et intense au niveau des personnages, de leur psychologie et de leur évolution! On suit le destin de ses deux femmes de l'enfance à la vieillesse, et c'est comme si les deux héroïnes existaient vraiment. On les aime, et parfois même elles nous insupportent. On partage tout avec elles : leur amitié, leurs conflits, leurs histoires d'amour, leurs projets et leurs blessures.

C'est étrange parce que, d'un autre côté, j'avais hâte de terminer cette saga. Tous ces drames ont fini par m'oppresser.
Au début j'ai apprécié vivre leur enfance, puis les émois de l'adolescence... et je voulais savoir ce qu'elles allaient devenir.
Mais le troisième tome est devenu plus sombre, il me hantait jusque dans mes rêves.

Et enfin, celui-ci, le dernier, est encore plus dur, il me laisse infiniment frustrée. Je n'ai pas aimé voir Lila décliner ainsi. Et ne pas connaître le fin mot de l'histoire est insupportable.
Mais le mystère demeure, c'est d'ailleurs souvent ainsi dans la vraie vie, et dans cette saga on se demande vraiment où est la frontière entre la fiction et la réalité.


par Kiriu
L'Amie prodigieuse, Tome 3 : Celle qui fuit et celle qui reste L'Amie prodigieuse, Tome 3 : Celle qui fuit et celle qui reste
Elena Ferrante   
Lenu et Lina ont dans ce tome l'âge de la maturité. L'âge où on se pose des questions sur les choix de vie. L'äge où tout est encore possible mais il va falloir faire vite. Lenu a pris beaucoup d'assurance. Elle est toujours aussi attachante et Lina toujours énigmatique.
Ce tome est également un très bon cru avec une écriture toujours aussi fluide.
Il me semble avoir préféré le deuxième tome mais c'est sans doute parce qu'il correspond à l'âge de la jeunesse et de l'insouciance alors que le Tome 3 est plus lié au bilan, aux bouleversements politiques, à la vie de couple.
J'ai hâte de lire le 4ème tome qui sortira l'année prochaine !
L'Amie prodigieuse, Tome 2 : Le Nouveau Nom L'Amie prodigieuse, Tome 2 : Le Nouveau Nom
Elena Ferrante   
J'ai été très heureuse d'apprendre la sortie de ce roman en livre de poche. Enfin j'allais pouvoir me le procurer et dévorer les histoires émouvantes de Lila et Elena, protagonistes que j'avais adoré dans le tome 1, l'amie prodigieuse.

J'ai beaucoup aimé. Plus qu'aimer, il m'a permis de me questionner sur un grand nombre de chose. Sur la connaissance, les études, la culture. Dans ce nouveau roman, j'ai appris à connaître d'avantage Elena. J'ai trouvé que ce nouvel ouvrage permettait de découvrir en profondeur cette protagoniste, qui, dans le tome précédent laissait toute sa place à Lila. Je me suis attachée à elle, je l'ai comprise, parfois avec agacement, parfois avec le sourire aux lèvres. J'ai aimé sa franchise, sa gentillesse touchante et sa jalousie envers son amie Lila, qui lui prend l'homme qu'elle aime et bien d'autres choses. Est-ce cruel ? Je ne sais pas. L'auteure a réussi à traiter cette trahison sans tomber dans le pathétique ou le dramatique, et c'est très rafraichissant. La réaction d'Elena face à l'amour de Nino pour Lila est réaliste, intrigante et sa résignation, qui est certes douloureuse l'a rend encore plus attachante. Je vous parle de ce passage car c'est un des passages qui m'a le plus plu. Cela reflète de la toute puissance de Lila et de son charme unique. Mais c'est cette Lila joyeuse et épanouie qui m'a beaucoup touchée. Parlons maintenant de Lila, jeune et douée mais si pleine de haine et de rancoeur. Je me suis souvent identifiée à elle, même si cette identification était parfois douloureuse. J'ai été profondément touchée par le mal presque diabolique qui flotte autour de ce personnage. Meurtri, agacé, énervé aussi. J'avais envie de la secouer, de lui dire de fuir, elle si douée, si prodigieuse. Or, on assiste à une lente destruction de Lila, qui d'une façon ou d'une autre ne peut que vous trouer le coeur. J'ai compris son explosion intérieure et ses sautes d'humeur incessantes en remarquant la solitude à laquelle elle était vouée. J'ai associé cette solitude à ma propre solitude qui me prend à la gorge parfois. Les gens sont des inconnus, ne comprennent pas, jugent et critiquent. En plus de Lila et Elena, j'ai appris, au travers de ces pages, à comprendre le fonctionnement d'un quartier comme celui de nos deux protagonistes. Je me suis alors questionnée sur les classes sociales, la pauvreté, la richesse. C'est un sujet des plus intéréssant, qui je pense est la base d'une tonne de problème. J'ai applaudi à la réussite d'Elena mais j'ai été agacé par la mesure qu'elle s'appliquait à mettre dans ces propos. Cette mesure qui, au contraire, est totalement bannie chez Lila, qui alors éveille la passion, le feu, l'envie et le désir. Les allusions historiques, politiques et littéraires m'ont beaucoup plus, car plus qu'un roman qui raconte une histoire, Le nouveau nom permet d'apprendre des détails sur la vie en Italie à cette époque et permet de se questionner. C'est important.

Bref, ce livre est à la hauteur de mes espérances et je vous le conseille si vous avez apprécié le premier tome.

par VirguleX
L'Anomalie L'Anomalie
Hervé Le Tellier   
J’ai cru qu’un roman qui réussissait le tour de force d’être cité pour des prix dont les jurys se détestent notoirement (Goncourt, Renaudot et Médicis) devait tout de même pouvoir me convenir.
Il faut dire que le blurb est particulièrement alléchant.

L’écriture est splendide et l’oeuvre, jusqu’aux deux tiers ou peut-être aux trois-quart, est jubilatoire. Ce qui est déjà énorme et justifie (peut-être) qu’on débourse 15€ pour un ebook. La plume est légère, mais leste, enlevée et parfois, interpelle.

Et pourtant, malgré mon enthousiasme du départ (comme toujours lorsque le style est si puissant), je ne garderai pas un bon souvenir de ce roman que je me suis forcée à terminer. Pourquoi ? Parce que “les destins croisés” ne se rencontrent pas. On assiste à cinq ou six ou huit nouvelles sur le thème : “un même incident, plusieurs réactions”. C’est rigolo cinq minutes, mais à la longue, la brillance du style fatigue, comme lorsque la fête dure un peu trop longtemps. On se rend compte qu’en fait, il n’y a pas d’intrigue, pas de thème, beaucoup de bons mots mais pas une belle histoire, un peu comme ces humoristes qui ont dix histoires drôles et brodent autour pour faire croire qu’il y a un fil conducteur. Alors que non. Ou alors je ne l’ai pas trouvé.
J’aime que les romans racontent quelque chose et j’aime aussi qu’il se dessine, derrière, en filigrane, encore autre chose, que les histoires soient à tiroirs, rangées dans de grandes armoires. J’aime que les personnages soient attachants, que je puisse m’identifier, mais malheureusement, il y en a tellement et si peu de place leur est impartie, que le temps de me souvenir de qui on parle, on passe au suivant.
Pour l’anecdote, je rajouterai deux choses :

L’un des personnages utilise “une identité usurpée, il voyageait avec un passeport australien, l’un des pays qui ne sont toujours pas passés au biométrique”. S’il y a bien des domaines sur lesquels les australiens sont à la pointe, c’est celui de l’immigration et de la sécurité des frontières. Les australiens sont passés au biométrique il y a 15 ans, en 2005 et même sans vivre dans le pays, une simple recherche Google aurait renseigné l’auteur.
On nous explique qu’en 4 mois, un des personnages a eu le temps d’écrire un livre, le faire éditer par une grosse maison d’édition, vendre 120 000 exemplaires, se suicider, que ses biens ont été vendus et éparpillés. Ca m’a achevée et, après ça, j’ai terminé le roman, je l’avoue, en diagonale et en me forçant.
L'Amie prodigieuse, Tome 1 L'Amie prodigieuse, Tome 1
Elena Ferrante   
"L'amie prodigieuse" est la plus belle histoire d'amitié que je n'ai jamais lue.
Avec pour toile un quartier pauvre de Naples à la fin des années 50, nous suivons deux filles, deux enfants, deux adolescentes: Elena et Lila. L'une intelligente, l'autre surdouée. Elena fascinée par son amie, Lila qui cherche une échappatoire à sa vie de misère. Elles mènent une vie difficile, violente, dans une Italie en pleine mutation. Mais pourtant, un lien puissant les unit et malgré tout, parvient à subsister dans les temps les plus sombres.
C'est une histoire d'amitié, mais aussi une histoire de vie. Elena et Lila poursuivent leur vie, traversent leur adolescence, non sans souffrance. Elles s'éloignent, se quittent, se retrouvent, mais jamais pour longtemps. Peu à peu, un gouffre social se creuse: Elena continue ses études et s'affranchit de son amie, Lila perd tous espoirs de quitter sa vie napolitaine.
Menée par une plume juste et discrète, cette fantastique histoire nous fait rêver d'une amitié aussi vraie que celle d'Elena et Lila. Et quand à la fin du livre, ce rêve prend brutalement fin, on reste figé sur la dernière page, la dernière phrase. On a du mal à le quitter, à abandonner ce roman...
Le meilleur cadeau que vous puissiez offrir à votre plus proche ami.

par Pompon
Les Chevaliers des Highlands, Tome 1 : Le Chef Les Chevaliers des Highlands, Tome 1 : Le Chef
Monica McCarty   
Un bon début : William Wallace vient d’être exécuté et Robert Bruce comprend que s’il veut récupérer son trône et faire face à l’armée anglaise du roi Edouard, il doit changer les règles. Il décide de réunir une poignée des meilleurs guerriers highlanders pour former une garde secrète chargée d’accomplir des missions dangereuses et pense au chef du clan McLeod réputé comme invincible avec sa claymore pour les entrainer et les diriger. Quand il reçoit une convocation de MacDonald à un conseil, Tor MacLeod s’y rend pour réparer les dégâts causés par son frère. Pour protéger son clan, il s’est toujours tenu à l’écart du conflit contre les anglais mais piégé, il se voit contraint d’épouser Christina Fraser, fille d’un opposant farouche contre Edouard et d’accepter de réunir les meilleurs guerriers jusqu’à présent ennemis pour les entrainer pour Robert Bruce. Devenue sa femme, Christina compte bien briser la glace avec son mari… Un 1er tome qui plante le décor, se lit facilement et nous fait passer un agréable moment. A voir avec la suite. Non fleurs bleues s’abstenir.

par Folize
Les Chevaliers des Highlands, Tome 2 : Le Faucon Les Chevaliers des Highlands, Tome 2 : Le Faucon
Monica McCarty   
Nous partons pour une Ecosse pleine de fougue et de guerres de clan, meurtrie par les luttes de pouvoir et la mort de William Wallace. Le premier tome plantait le cadre de cette saga, au moment où un homme se révoltait contre le "joug" anglais, Robert de Bruce qui dans l'ombre ralliait à sa cause de fiers highlanders aux talents aussi divers que variés, se constituant ainsi une armée des plus insolites dans le but de récupérer le trône de son pays. Et c'est avec un réel talent que l'auteur se sert de ce contexte historique très riche et dense en évènements sans jamais nous ennuyer puisqu'elle parvient toujours à y intégrer une romance originale et sensuelle.

Erik MacSorley est la quintessence du viking intelligent et sexy, mais il ne faut pas s'y tromper, c'est un véritable highlander. Il n'a pas son pareil pour défier les éléments déchaînes en mer, à la barre d'un navire ou à la nage, et conquérir toutes les belles dames tombées sous le charme de sa blondeur. Il est en mission secrète pour Robert à qui il doit ramener de nouvelles recrues sous le nez et à la barbe des Anglais. C'est ainsi qu'il repêche littéralement Elyne de Burgh, fille d'un puissant noble allié du roi Anglais mais qui se fait passer pour une gouvernante auprès de ceux qu'elle pense être des pirates.

Il y a beaucoup d'action dans ce second tome, beaucoup de péripéties, de danger, l'aventure nous embarque d'un bout à l'autre du récit et pour notre plus grand plaisir. La relation qui se tisse entre Erik et Elyne est émouvante, empreinte de chicaneries puisque que tous deux cachent leur identité, se cherchent, se troublent, se chamaillent. La jeune femme ne s'en laisse pas compter, elle n'a pas eu une enfance dorée ce qui a forgé son caractère, elle est forte et déterminée, plus elle lui résiste plus il cherche à la conquérir. Mais elle est promise à un autre, et lui a une cause à servir.

C'est donc une suite bien plus passionnante, plus intense qui nous est livrée ici, sans doute parce que le couple nous semble plus attachant, nous vibrons au diapason de leurs émotions, mais il faut bien avouer que la plume de l'auteur est majestueuse tant elle flotte avec aisance sur cette période historique si complexe, elle est très douée pour nous inciter à trépigner d'impatience jusqu'au tome suivant qui sera consacré à Arthur Ranger Campbell "la vigie", prévue le 21 aout.

par Seregan
Les Chevaliers des Highlands, Tome 7 : Le Chasseur Les Chevaliers des Highlands, Tome 7 : Le Chasseur
Monica McCarty   
J'aime vraiment beaucoup cette saga de romance historique, ce qui fait que, toutes les autres que je tente, me paraissent bien fades à côté… donc si vous avez des titres avec le même poids, je suis preneuse. Pour chaque tome, j'ai été conquise et pourtant, je suis une lectrice difficile en romance, je roule beaucoup des yeux, je n'aime pas les cruches, je n'aime pas les dialogues hyper niais. Il me faut absolument de l'authenticité !

Monica McCarty soigne son background, elle nous donne beaucoup d'informations sur les lieux, les familles, les clans son univers est très crédible. Elle ne fait jamais dans le superficiel, on se rend bien compte que le monde qu'elle a créé est solide, qu'il est possible grâce à des connaissances et des recherches poussées. C'est l'un de ses plus gros atouts, c'est dépaysant, alors comment ne pas être, immédiatement, embarqué dans cette aventure.

Là où d'autres RH se contenteront de balancer des dialogues fleure bleue, voir totalement romanesques et beaucoup de frotti-fotta, elle fait autant la part belle à l'action qu'à la séduction. Alors certes, les personnages sont stéréotypés (oui il sont tous grands et forts, que de belles armoires à glace xD on nous vend du rêve, rêvons ! ) mais chaque tome à sa propre histoire, ses propres caractères.

J'ai préféré celui-ci, je crois que le tome 6 m'avait un peu gavé avec trop de scènes de cul, ici il y'en a moins au profit des phases de séductions, d'échanges entre deux caractères bien têtus. J'ai aimé voir leur évolution, 'Gena et Ewen offrent de bons moments avec des joutes verbales piquantes et puis, 'Gena' est une femme en avance sur son temps. C'est un personnage, entier qu'il est vraiment difficile ne pas apprécier. Quant à Ewen, le voir se prendre la tête nous fera plus d'une fois sourire. Le pauvre =D

Encore un tome qui m'a beaucoup plu grâce à une plume que j'aime lire, une histoire rythmée et riche en rebondissements. Si l'issue n'est jamais difficile à deviner, on est pourtant, à chaque instant, attentives aux moindres événements. On ne le lâche plus, tant qu'on ne l'a pas terminé. Un must-have en RH.

par LLyza
Les Chevaliers des Highlands, Tome 11 : Le Roc Les Chevaliers des Highlands, Tome 11 : Le Roc
Monica McCarty   
Aussitôt sorti, aussitôt lu. Il n'y a que deux sagas pour me faire cet effet-là : Kate Daniels (en Urban Fantasy) et Les Chevaliers des Highlands (en Romance Historique). Chaque tome est une bombe qui se dévore, ni plus, ni moins.

Il a ses qualités, les mêmes que pour chaque tome : le décor, l'action, la romance... Il y a aussi depuis quelques tomes des bémols comme le fait qu'on ne connait pas forcément le personnage de base. Si les premiers tomes sont basés sur ces Fantômes, cette garde spéciale qui voit évoluer plusieurs guerriers, ces derniers temps, nous avions affaire plutôt à de nouvelles recrues. Ce qui est dommage car nous n'avons pas le temps de voir se tisser les histoires en parallèles, celles que nous voulons par la suite et c'est souvent ça la force des sagas couple/tome.

Maintenant, même si nous n'avons pas cette connaissance ça n'empêche absolument pas d'accrocher et de voir avec plaisir le combat que doit mener ce cher petit Thommy pour descendre sa princesse de son piédestal. Car ici, il y est question de rang social, en effet, les nobles n'avaient pas pour objectif de se marier par amour mais par intérêt. Même si je regrette quelques longueurs, j'ai trouvé mignon de les suivre pendant leur enfance et j'ai apprécié que leur romance se mette lentement en place. Il est attachant alors qu'elle est plutôt énervante même si on l'a comprend aisément, un rang social ce n'est pas rien.

Maintenant, comme avec le tome de la Vipère, j'attends avec impatience le tome suivant. C'est qu'on avait hâte de voir enfin réapparaître Seton et surtout enfin découvrir qui se cache derrière Le Spectre...

par LLyza
Les Chevaliers des Highlands, Tome 12 : Le Spectre Les Chevaliers des Highlands, Tome 12 : Le Spectre
Monica McCarty   
J'adore cette série et ce tome ne fait pas exception ! Je suis triste qu'elle soit terminée car j'ai adoré l'ensemble des fantômes même Alex Seton qui avait pourtant retourner sa veste.

Le style de Monica McCarty très addictif va beaucoup me manquer : sa façon de conter l'histoire écossaise et anglaise (très proche de la réalité) ainsi que sa façon de narrer la romance qui est toujours très sensuelle et romantique.

Si je devais qualifier cette série en un mot : GENIALISSIME ! il est indéniable que je relirai cette série afin de redécouvrir les fantômes et notamment La Vipère, Le Chef, La Flêche, le Frappeur et finalement tous les autres membre de la garde !

Je n'ai pas commenté ce livre en particulier car mes commentaires sur la série représentent mon point de vue sur ce tome mais également sur tous les précédents opus à savoir GENIALISSIME ET MAGNIFIQUE ! (je sais je me répète !)

A LIRE ET A RELIRE SANS MODERATION !

par eola

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode