Livres
558 455
Membres
606 905

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Verwandlung68 : Liste d'Or

Elantris - Intégrale Elantris - Intégrale
Brandon Sanderson   
Elantris est le premier roman de Brandon Sanderson à qui l'on doit notamment l'excellente trilogie de Fils-des-Brumes.

Elantris est le nom de l'ancienne capitale de l'Arléon dont les habitants étaient considérés comme des dieux. Ces Elantriens d'une beautés argentés savaient utilisés la magies sous formes d'aons (symboles dessinés en l'air) et chacun d'entre eux devenaient Elantriens de manière aléatoire sans que l'on sache pourquoi.
Tout cela a pris fin il y a 10 ans quand chaque Elantriens a vu son apparence devenir subitement ignoble et leurs magies devenue inefficace, entrainant alors une profonde révolte en Arléon.
Le récit est écrit à la 3éme personne et nous fait suivre trois point de vue :
- Raoden est le prince adoré du peuple d'Arléon. Alors qu'il attend la venu de sa future promise, il se retrouve subitement maudit et se transforme en Elantrien. Prenant une peau ridée noire, perdant ses cheveux, on le considère alors comme mort et on l'envoi en exile dans la cité maudite d'Elantris. La-bas, chaque souffrance est perpétuelle et la sauvagerie règne. Raoden va alors entreprendre de faire d'Elantris un endroit civilisé tout en apprenant les aons (qui sont inefficaces) et en cherchant la cause de la déchéance d'Elantris.
- La princesse Sarène viens en Arléon dans le but de se marier avec le Prince et contracter une alliance entre Arléon et le Téod. A peine arrivée, on lui annonce que le prince est mort mais que les clauses du contrat sont toujours valables. La voila donc défunte d'un mari qu'elle n'a connu que par lettre. Mais Sarène aura fort à faire pour maintenir le pays entre le roi qui est un incompétent et le Fjorden qui menace de les envahir. Le destin d'Arléon et de Téod pourrait bien être entre ses mains et de son esprit affuté.
- Hrathen est Gyorn, un des 20 Grands Prêtres du Shu-Korath et ne doit des comptes qu'au Wyrn. Ce dernier l'envoi en Arléon dans le but de convertir la population dans un délais de 3 mois. Si il échoue, le Wyrn prévoit de convertir l'Arléon et le Téod par la force en lançant les armées du Fjorden sur leurs peuples.

Sorti en premier lieu cher Orbit, je m'étais abstenu de son achat, ne cautionnant pas le fait de scinder un roman en deux. Il semble que depuis, l'éditeur soit revenu sur son choix premier et l'édition poche va elle aussi dans ce sens en nous proposant l'intégral en 1 tome tel qu'il aurait toujours du être.

Fort de ces 800 pages en format poche, on a du mal à croire qu'il s'agit de son premier roman et l'auteur fait déjà preuve de sa créativité sans bornes que l'on a pu voir dans Fils-des-Brumes. Il créé un univers complexe ou la religion joue une prédominance. Pour autant, pas d'intervention divine mais uniquement des actions d'hommes qui agissent selon leurs convictions (cela a le mérité d'éviter quelques facilités trop récurrentes dans la Fantasy en général)
Le lecteur en mal d'action risque toutefois d'être un peu rebuté par l'ouvrage, car si il est vrai que nous en avons un peu, c'est très loin d'être une dominance du récit qui s'axera surtout sur des intrigues politiques et le mystère de la chute d'Elantris. J'ai moi même eu quelques doutes en commençant le récit mais au final, j'ai lu le livre comme on boit du petit lait (malgré un début pas toujours facile de par son vocabulaire). Le fait de limiter les points de vue à seulement 3 personnages est un point fort du récit puisqu'il permet pleinement de s'attacher à chacun d'entre eux et évite des protagonistes trop impersonnels. Même Hrathen qui à première vu n'est pas un "gentil" nous est sympathique et dégage une certaine noblesse dans le fait que les coups "bas" qu'il fait, c'est avant tout afin de prévenir d'un massacre brutale.
Hrathen aura toutefois les passages les moins longs de l'alternance Raoden/Sarène/Hrathen et on se concentrera avant tout sur les péripéties de nos tourtereaux en devenir. Car on s'en doute, une petite histoire d'amour se trame dans le récit même si je trouve la romance assez mal traité et je n'ai pas ressenti autant d'émotion dans la relation Raoden-Sarène que durant les moment ou l'auteur nous mettait face à la solitude de Sarène.
Autre déception, les éléments finaux qui semblent pour le moins précipités et qui jurent un peu face à la certaine lenteur du début de récit. C'est d'autant plus vrai que si fin nous avons, l'auteur conserve beaucoup trop de cartouche en réserve pour ne pas donner l'espoir au lecteur d'une suite aux aventures d'Elantris (et qui n'existe malheureusement pas pour le moment).

Je n'irais pas jusqu'à prétendre que j'ai autant aimé Elantris que Fils-des-Brumes mais l'on voit tout de suite que Brandon Sanderson fait déjà montre d'un certain tallent et s'inscrit avec déjà comme une figure incontournable de la Fantasy. Un excellent tome que je conseil et qui, de part son unique tome n'engage à rien par la suite même si, ironiquement, on se met ardemment à en espérer une lorsque l'on tourne la dernière page du récit.

par Caly
En attendant Godot En attendant Godot
Samuel Beckett   
"En attendant Godot", est une pièce de théâtre en prose et en deux actes mettant en scène Vladimir et Estragon, deux vieux clochards vagabonds qui croisent la route de Pozzo et Lucky respectivement maître et "esclave", et celle du messager de Godot. Le décor est dépouillé, quasi inexistant, en un lieu indéfini, sur une route de campagne avec un seul arbre. Deux clochards discutent pour tuer le temps, échangent des propos superficiels et plats, ressassent leur malheur et leur ennui. Ils attendent l'arrivée d'un certain Godot qui devrait les secourir et avec lequel ils croient avoir rendez-vous.

Un théâtre de l'Absurde, un nouveau théâtre en rupture avec le théâtre "traditionnel", une pièce qui présente quelques thèmes majeurs : l'absurdité de l'existence (Vladimir et Estragon sont totalement abandonnés et voués à une misère totale), l'immobilité du temps (du premier acte au second, le temps a passé, l'arbre s'est couvert de feuilles, mais ce temps est immobile, rien n'a changé sauf que Pozzo est devenu aveugle), l'inutilité de la mémoire (le passé évoqué par les deux clochards n'ouvre aucune perspective ni sur le présent ni sur l'avenir)... On aime ou on n'aime pas mais il s'agit d'un genre nouveau, une pièce avec son lot de réflexions philosophiques, une lecture intéressante.

par SuperNova
En terre étrangère En terre étrangère
Robert Heinlein   
En terre étrangère, qui obtint le prix Hugo en 1962, est généralement considéré comme le meilleur roman de Robert Heinlein, lui-même l'un des écrivains américains de science-fiction les plus fameux. Ce fut le livre culte des campus durant les années soixante et soixante-dix, et il est devenu un classique incontesté.
Venant de l'auteur de Starship Troopers depuis porté à l'écran, et qui fit taxer Heinlein de militarisme, En terre étrangère surprit par son pacifisme, son illustration de l'anarchisme et son apologie de l'amour libre.
Étranges Éons Étranges Éons
Robert Bloch   
Écrit par Robert Bloch, l’auteur de « Psychose », « Étranges Éons » est un hommage sous forme d’enquête policière, passionné et passionnant, à Lovecraft et à son œuvre. S’il n est pas absolument nécessaire d’avoir lu Lovecraft pour apprécier ce livre, une connaissance minimale de son œuvre permet de mieux apprécier les nombreux clins d œil de Bloch (paru précédemment sous le titre « Retour à Arkham », le nouveau titre, plus proche du titre original, constitue en outre une référence directe à Lovecraft).
Faërie Faërie
Raymond E. Feist   
Loin de l’univers des Chroniques de Krondor, Feist nous raconte ici l’histoire d’une famille contemporaine confrontée à des phénomènes étranges dans la propriété où elle vient de s’installer. Il nous rappelle que la fantasy ce n’est pas uniquement les dragons et pose un regard différent sur le monde des fées. Différentes de celles que l’on rencontre dans les Contes de Perrault, ces fées relèvent davantage du folklore anglo-saxon, qui est aussi celui des lutins et des farfadets, des personnages du Songe d’une nuit d’été de Shakespeare ou du Roi des Aulnes de Goethe. Original, bien écrit et addictif.
Fahrenheit 451 Fahrenheit 451
Ray Bradbury   
Une oeuvre vraiment incroyable . On se retrouve face à des problèmes d'actualité . Bradbury a réussi à mettre le doigt sur le souci de notre société: les écrans, la télé et par extension internet ? On parvient à noyer les gens sous une tonne d'images, à les lobotomiser pour mettre de côté l'essence même du savoir: le livre. Quand les gens pensent, la population est moins facilement contrôlable alors que face à un écran, léthargique, on parvient à leur faire croire tout ce que l'on veut .
Un thème est quelque peu marquant pour l'époque et laisse planer une ombre assez mortifiante :
" La scolarité est écourtée, la discipline se relâche, la philosophie, l'histoire, les langues sont abandonnées, l'anglais et l'orthographe de plus en plus négligés, et finalement presque ignorés. On vit dans l'immédiat,[...] Pourquoi apprendre quoi que ce soit quand il suffit d'appuyer sur des boutons"
On est en droit de se demander si Bradbury n'avait pas déjà tout compris d'avance .

par Sadess
Fatherland Fatherland
Robert Harris   
Imaginez que nous sommes en 1964, que Hitler et les nazis aient gagnés la guerre et que le monde soit sous leurs bottes.
Que serions nous? Exterminés?, des esclaves?, des collabos?, des SS?
Cela fait froid dans le dos et à la limite l'histoire de l'inspecteur Xavier March chargé de retrouver des meurtriers (ce qui le mènera à l'horreur) est presque secondaire.
Cela étant, ce roman est un fabuleux thriller Uchronique, palpitant du début à la fin et qui de plus à le mérite de nous faire réfléchir.
C'était le cas avec " Le maître du haut château" de Philip K Dick, mais ici c'est à mon avis encore plus fort et terrible.
Nous sommes d'avantage touchés.
Adanson Marco.

par Adanson
Les Fausses Confidences Les Fausses Confidences
Pierre De Marivaux   
Bien que l'on se doute deja du dénouement de la pièce, le plaisir de voir Dubois et Dorante parvenir à leurs fins est tout simplement délicieux. L'écriture est fine et légère et certaines répliques pleines de sous-entendus. Ce qui est interessant dans cette pièce: l'usage sournois et pervers de la parole! Je le recommance à tous les amateurs de théatre et de la langue francaise!

par Roxye
La Ferme des animaux La Ferme des animaux
George Orwell   
Je ne pensais pas du tout trouver dans ce bouquin ce que j'y ai découvert, à savoir une réplique du communisme et ce qu'il a entrainé dans cette ferme.
Je trouve que ça montre si bien ce contre quoi les idéologies tentent de lutter, mais qui finit toujours par être rattrapé par la réalité, à savoir : la tendance humaine vers l'omnipotence, le pouvoir, la supériorité. C'est si beau, pourtant, dès le début on ne peut qu'être émerveillé ; c'est une révolution ! Sage l'Ancien l'avait prédit, son discours a fait chavirer les cœurs et tout le monde y a cru. Oui, mais voila. Une fois le pouvoir renversé, que faire ? Comment ne pas commettre les même erreurs, et s'assurer que tout est fait pour le mieux pour tout le monde ?
Ce livre m'a fait penser au livre de Werber "Le Papillon des Etoiles", à travers la reproduction d'un passé qu'on voulait abolir, presque inconsciemment, normalement. Comme si tout ça était justifié.

Mais forcément, comment croire que ceux qui, à un moment, prennent un quelconque pouvoir, voudront s'en défaire, le rendre au peuple, à celui qui a mené la révolte ? Encore faudrait-il que chacun partage l'idéologie, et soit sincère. Je revois encore, dans ce récit, celui de ces communautés utopiques, telle qu'Auroville, qui a succombé sous la pression du monde extérieur pour finalement reproduire les schémas, les erreurs, les modes de fonctionnement du monde qu'ils avaient quitté.

Ici, non seulement la réalité prend le pas sur le rêve, par la pression du social et de la nécessité matérielle, mais en plus, ceux qui détiennent le pouvoir semblent mener les esprits pour leur propres buts, qui va vers toujours plus de pouvoir, plus de privilèges, plus d'aliénation... Que faire alors, sinon une nouvelle révolution ? Mais la révolution est-elle destinée à suivre cette ellipse pour revenir, chaque fois, au point d'où elle a commencé ?
Feuillets de cuivre Feuillets de cuivre
Fabien Clavel   
Constitué de chapitres indépendants dont l’ensemble retrace la vie et la carrière de l’inspecteur Ragon, ce livre met en scène un héros atypique, passionné de littérature et résolvant des enquêtes en lien avec cette dernière. Empreint de fantastique, baignant dans une ambiance steampunk, avec une touche d’uchronie, d’une érudition qui parfois peut sembler artificielle, Feuillets de cuivre est une œuvre originale, surprenante et agréable à lire.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode