Livres
554 951
Membres
600 200

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par anonyme 2018-04-03T18:38:08+02:00

Il fallait danser, danser et encore danser jusqu’à en crever. Il nous poussait dans nos retranchements, il voulait savoir ce que nous avions dans le ventre, et testait nos limites en permanence. Son credo : nous faire raconter une histoire lorsque nous dansions. Il attendait de nous qu’on traque et qu’on libère les émotions enfouies au plus profond de notre être. Nous avions à peine droit au repos, mais il était si extraordinaire que nous cédions à toutes ses demandes, aucun de ses élèves – pourtant de nature rebelle – ne se révoltait jamais.

Afficher en entier
Extrait ajouté par E133 2020-11-16T13:17:30+01:00

Tout, tout le monde me semblait proche, comme si, malgré la distance du quotidien, ils faisaient partie de moi.

Afficher en entier

Ils devaient être tristes pour moi, mais ils ne me jugeaient pas, ou plutôt ils ne m'auraient pas jugée. Pour eux, l'amour ne se jugeait pas, il se vivait, pour peu qu'il fût sincère.

Afficher en entier

Mon cœur eut un raté. Il entrouvrit la bouche, il me fit un sourire d'une douceur sans pareille. Et je sentis ses doigts courir sur le dessus de ma main. Le temps se suspendit ; et moi, j'étais suspendue à ses yeux, réduite à sa caresse qui provoquait des frissons sur ma peau, dans mon corps tout entier. Un désir d'une intensité bouleversante me saisit, un désir qui rend ivre, un désir qui rend amoureux, un désir qui donne l'impression d'avoir trouvé sa place. Je ne voulais pas que cela s'arrête. Un instant comme celui-ci, on rêvait d'en vivre rien qu'une fois dans sa vie.

Afficher en entier

Il s'appliquait à ne faire aucune discrimination. Avec son accent charmeur, il nous expliquait régulièrement qu'une femme était une femme, qu'une femme était belle, mystérieuse et désirable quel que soit son âge, son tour de taille ou son bonnet de soutien-gorge.

Afficher en entier

« Ces dernières semaines, j’avais déconstruit ma vie. Aujourd’hui j’allais la construire. Construire mon avenir. J’allais vivre pour moi. A partir de là je perdis totalement la notion du temps, emportée loin, très loin, je dansais »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Moeuwy 2020-02-06T07:53:22+01:00

Pourtant, tout cela ne relevait que du rêve ... avais-je une faculté particulière pour m’imaginer des vies qui n’existeraient jamais dans la réalité ? Pour croire immédiatement à des possibles sans avoir rien de concret sous les yeux ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Moeuwy 2020-02-06T07:47:50+01:00

Je n’avais d’yeux que pour c et homme secret, doux, touchant, en face de moi. Mon univers se résumait à lui, en cet instant. J’attrapai son poing, serré entre mes mains. Il se laissa faire en s’approchant davantage de moi. Il entrelaça nos doigts.

- j’ai peur, Hortense. Pour que ça nous tombe dessus.

- moi aussi, mais je crois que j’ai encore plus peur de passer à côté.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Moeuwy 2020-02-04T13:17:04+01:00

Tu es bien assez grande, Hortense ... alors, je sais bien que tu te compares à Bertille avec son mari et ses enfants .. tu te crois moins mûre qu elle, moins adulte ... détrompe-toi. Arrête de penser que tu es une éternelle adolescente, de vous trois c’est Sandro qui joue ce rôle-la. Ça te rassure peut-être de le croire, mais c’est faux. Tu as grandi d’une manière violente, radicale et irréversible quand tes parents sont morts. N’oublie pas que j’étais là.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Moeuwy 2020-02-04T08:43:39+01:00

- j’ai une dernière chose à te dire, m’annonça-t-il.

- je t’écoute.

Il me regarda dans les yeux, très sérieux.

- j’espère qu’il te rendra heureuse.

Un noeud se forma dans ma gorge.

- mais... euh ... je n’en suis pas encore là...

il me sourit avec indulgence.

- je peux te prendre dans mes bras une dernière fois ?

Il n’attendit pas mon autorisation et me serra contre lui. Cette étreinte n’était que tendresse et affection.

- merci, chuchotai-je. Sois heureux, S’il plait.

- je te le promets.

Et ce fut fini. De son pouce, il essuya une larme au coin de mon œil.

- ne pleure plus à cause de moi.

- c’était la dernière fois. Prends soin de toi et de ta famille.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode