Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de aayla_xiaan : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Ne me lâche pas Ne me lâche pas
Lil Evans   
Devant ces commentaires élogieux, je me suis dit : "chic ! un bon bouquin peu connu !". Je prends !
mais ouille.... Quelle déception !
C'est gentillet, gentillet, tellement gentillet et sucré que cela m'en a donné une indigestion.
On se retrouve encore une fois avec un héros ultra protecteur qui tombe fou amoureux au premier regard et qui s'efforce de maitriser ses élans car vraiment, vraiment, il a trop envie de coucher avec elle, une héroïne fragilissime et complètement enfant (enfin ! cela se comprend vu la vie qu'elle a vécu). On a la méchante belle et blonde qui déteste d'emblée l'héroïne qui pourtant est si gentiiiiiillle et et si fragiiiiile. L'auteur nous répète constamment et à l'envie et quand je dis constamment c'est vraiment constamment que 1) elle est belle et ne s'en rend pas compte, que 2) elle est si fragile que Louka (le héros) ne pense qu'à la protéger et surtout de lui-même,vilain garçon, 3) que dés que Louka la voit, il l aimerait bien la coucher là mais qd, même il l'aime trop pour ça...
E elle répète, elle répète jusqu'à nous rendre fou.
Cela donne un truc lourdingue et indigeste, avec des scènes vues, revues et rabâchées.
Je vais m'attirer les foudres des autres lectrices, mais j'aime les romances un minimum crédibles, et pas un truc écrit selon la recette courante et insipide que l'on trouve malheureusement si souvent dans les livres de ce genre. Je n'aime pas les niaiseries dégoulinantes de bon sentiments et clichés et c'est exactement ce qu'on a avec ce livre.

par snowgirl
Kara Gillian, Tome 1 : La Marque du Démon Kara Gillian, Tome 1 : La Marque du Démon
Diana Rowland   
Après Le Sang du rock sorti un peu plus tôt cette année, la série Kara Gillian est la seconde de l'éditeur Milady à me donner l'impression de vouloir un peu bousculer les bases établies de la Bit-Lit. Dixit donc les "Anita Blake bis" et cie et place au renouveau...
On ne peut pas vraiment dire que le roman en lui même est aussi original que Wicked Game mais La Marque du Démon emprunte beaucoup à des récits d'enquêtes policières et saupoudre le tout d'un brun de fantasy. Point de coming out de vampires ou d'univers alternative ici, on se retrouve dans un monde en tout point similaire au notre et ou le bestiaire fantastique est relégué dans le domaine de l'imaginaire par la population. Point non plus de vampires, loup-garous ou autre dans ce premier tome (j'espère que cela ne changera pas par la suite) mais seulement des Démons qui existent dans un autre plan d'existence. Le traitement de ces derniers est assez proche de la vision qui est faite dans la série Morgane Kingsley ou les démons ne sont pas perçus comme des êtres démoniaques mais comme une civilisation aux mœurs bien différents de la nôtres (chez eux, c'est avant tout l'honneur et le pouvoir qui compte).
Kara Gillian est donc une inspectrice qui travaille aux homicides d'une petite ville de Louisiane. Cette dernière n'est guère sociable et si elle habite seule et loin de tout, c'est avant tout à cause de son passe-temps assez singulier: elle est invocatrice de démons. Aussi, quand les meurtres du Tueur au symbole reprennent après 3 ans, Kara est la seule à pouvoir repérer des résidus arcaniques sur les victimes et à comprendre que la reprise des meurtres rituels est dû à une bonne convergence stellaire pour les invocations.

Comme je l'ai fait comprendre un peu plus haut, ce premier tome emprunte beaucoup aux romans policiers avec une héroïne qui n'est ni super forte et n'a ni de super pouvoir hormis d'invoquer des démons via un rituel exigeant. Il s'agit d'ailleurs d'une jeune inspectrice dont il s'agit de sa première enquête puisqu'elle vient d'être muter aux homicides depuis seulement 3 semaines. Cet aspect débutant est plutôt sympa et fait gagner pas mal de sympathie à l'héroïne même si cet aspect est un peu trop vite relégué au second plan à mon gout. J'apprécie aussi beaucoup l'aspect assez humain avec lequel elle est décrit avec des défaut tout ce qui a de plus ordinaires : peu sociable, le néant niveau sentimental et possède même quelques bourrelets. Il s'agit clairement d'une personne qui ne vit que pour son travail et son passe-temps.
Pour les autres personnages, on retiendra seulement le Démon supérieur Rhyzkahl et l'agent du FBI Ryan. Pour le premier, j'ai eu un peu de crainte de par son traitement au début du bouquin (beau comme un Apollon, gentil...) mais au final, l'auteure lui donnera bien plus de dimension par la suite en le faisant bien moins serviable qu'on aurait pu le croire (on évite donc le gentil "Lugh bis" de Morgane Kingsley).
Quand à Ryan, je suis un peu déçu, notamment par l'évolution de leurs relations ou ce dernier passe bien trop vite de austère à amicale à mon gout et ou ce dernier semble finir en simple "faire valoir" de l'héroïne en étant guère utile dans l'enquête (même si son comportement est assez sympathique).
Niveau histoire, le tout s'enchaine sans temps mort et demeure plutôt bien structuré. Je n'ai pas deviné l'identité du coupable avant le climax final ce qui est plutôt un soulagement d'autant qu'on ce cesse de se demander si il s'agit de quelqu'un que l'on a rencontré ou non. Diana Rowland a aussi très bien décrit le coté invocatrice de l'héroïne en détaillant admirablement bien les conditions et exigences d'une telle entreprise. On n'est vraiment pas dans le flou avec des codes pré établies pour la suite des aventure de Kara.
Niveau romance, ce n'est pas aussi décevant que j'aurais pu le croire en commençant le roman. La relation de Rhyzkahl est bien plus ambigu qu'il n'y parait en premier lieu et celle de Ryan ce fait sans brûler les étapes. D'ailleurs, les rares scènes de "jambes en l'air" aux nombres de 2 (ou plutôt 2,5) sont très succincts et ne souffrent pas d'une description trop détaillé (en faite, c'est tout juste survolé) et ne sont donc pas trop dérangeante pour qui (comme moi) cherche autre chose dans ce genre de bouquin.

Au final, ce premier tome n'est pas dénoué de qualité, bien au contraire. Se déroulant dans une Louisiane après-Katrina, Diana Rowland créée un univers des plus crédibles avec une intrigue menée tambours battants. Le coté roman policier peut toutefois rebuté une partie du lectorat d'autant que cela prend facilement les deux tiers de l'ouvrage. Pour ma part, cela m'a permis de changer un peu de style même si cela n'atteint pas à mes yeux l'excellence d'un Kate Daniels ou MacKayla Lane. Cela n'en reste pas moins un bon bouquin que je recommande pour peu que vous cherchiez un peu de renouveau.

par Caly
Felicity Atcock, Tome 2 : Les anges ont la dent dure Felicity Atcock, Tome 2 : Les anges ont la dent dure
Sophie Jomain   
Après un premier tome époustouflant d'originalité et d'humour, voici enfin le second volume des aventures de Felicity Atcock. Notre héroïne toujours aussi végétarienne, loufoque, sujette au mauvais karma et accroc aux ennuis. Incapable de résister au chocolat et à ses amis, et c'est justement en voulant aider Greg qui fait joujou avec une femme plutôt griffue qu'elle se retrouve dans les ennuis jusqu'au bout de ses doigts de pied.

Cette fois ci ce ne sont pas des vampires qui sont pendus à ces basques mais rien de moins qu'une sorcière jalouse qui non seulement pratique la magie noire et les arts sataniques mais recommande notre chère héroïne à Satan. Entre les mauvais sorts, les poulets accrochés à sa porte, les voyages non désirés en enfer au milieu de démons libidineux et d'un prince des enfers sexy en diable mais combien dangereux, notre pauvre Felicity en perd presque sa bonne humeur et son humour dévastateur.
Ces relations tumultueuses avec Terrence l'ange le plus torride qui soit et Stan entre-deux sexy et exaspérant n'arrangeant pas vraiment ses affaires, elle se demande si une mauvaise étoile spéciale n'a pas été créée pour elle. À ceci vous ajoutez l'arrivée de Jeliel un archange amour éternel de Terrence et vous comprenez bien que cette chère mademoiselle Atcock n'est pas sortie de l'auberge pour notre plus grand plaisir à nous lectrices.

Le rythme de l'histoire est toujours aussi soutenu et déjanté, Sophie Jomain pratiquant l'humour d'une main virtuose nous concoctant par la bouche de son héroïne des répliques à mourir de rire. Je ne résiste pas à vous citer celle-ci:
" Il n'y avait pas grand chose à jeter chez Stan. Il m'avait d'ailleurs toujours fait penser à un buffet des meilleures choses à manger. Et ce là, je l'avais à portée de ma main, je n'avais qu'à me servir. Mais dans mon intérêt et quelque soit la force de mon appétit, il était indispensable que je compte les calories avant de passer à table. Stanislas était pire qu'un bloc de foie gras aux truffes noires: c'était beaucoup trop cher et ça restait sur les cuisses".

Mais l'humour caustique et des personnages hauts en couleur plein de surprises ne sont pas la seule force de ce deuxième opus, je dois dire que l'intrigue concoctée par notre auteure est elle aussi à la hauteur de mon souhait. Particulièrement complexe et bien amenée, son point culminant est grandiose et m'a prise au dépourvu, je ne l'avais pas vu venir et Felicity non plus (oui je sais c'est facile).
Ce tome c'est aussi celui des révélations, des réponses sur les questions que l'on se posait sur le passé de certains personnages, les origines de notre héroïne.

Par contre Madame Sophie Jomain j’espère bien que vous allez faire un troisième tome après l’abominable suspense que vous nous laissez sinon croyez moi il n’y a pas que vos anges qui ont la dent dure !!!


par samba
Samantha Watkins ou les Chroniques d'un quotidien extraordinaire, Tome 1 : Pas le choix Samantha Watkins ou les Chroniques d'un quotidien extraordinaire, Tome 1 : Pas le choix
Aurélie Venem   
J'ai dévoré et savouré ce premier tome et ça faisait très longtemps que je n'avais pas lu de romans aussi addictifs.
Enfin une histoire où l'héroïne ne tombe pas dès les premiers chapitres dans les bras de son vampire ou autres.
On peut dire qu'Aurélie sait ménager le suspens. Tout le long de ma lecture, je me suis demandée si Samantha allait avoir ou pas, une romance avec le ténébreux et dangereux vampire Phoenix.

L'auteure a réussi à dépeindre les sentiments de Sam avec un tel brio que je n'ai eu aucun mal à les ressentir. J'avais peur avec elle, j'avais les mêmes angoisses qu'elle et je n'ai jamais eu de problème pour m'imaginer toutes les situations dans lesquelles elle se mettait.

J'ai beaucoup aimé l'évolution de Samantha. Cette jeune femme, d'un peu moins de 30 ans, qui était introvertie, renfermée sur elle même, qui durant toute sa vie se contentait de subir sans jamais se rebeller et qui se révèle tout autre en côtoyant Phoenix.

Il faut dire qu'il ne la ménage pas et a su révéler la battante qui était en elle. Je dois avouer que j'ai beaucoup ri avec les réparties et les pensées de Sam qui ne mâche pas ses mots (et surtout, le regrette souvent après).

Phoenix, quant à lui, est un vampire plutôt renfermé, il ne dévoile pas ses sentiments, on se demande même s'il en a!! Mais la proximité de Samantha va le dérider un petit peu et surtout le mettre dans des colères noires, à cause de son manque de tact pour s'adresser à un vampire limite coincé (j'ai adoré)...

Le reste de ma chronique ici :
http://imagination-elfie.blogspot.fr/2014/10/samanta-watkins-ou-les-chroniques-dun.html

par elfie81
Chroniques de MacKayla Lane, Tome 1 : Fièvre noire Chroniques de MacKayla Lane, Tome 1 : Fièvre noire
Karen Marie Moning   
Il y a beaucoup de mystères dans cette série, plus on en apprend et plus on se rend compte de l'étendu de notre ignorance. Nous restons beaucoup sur notre faim, mais les personnages sont vraiment intéressants et l'histoire promet.

par jujube
Risa Jones, Tome 1 : Les Anges des Ténèbres Risa Jones, Tome 1 : Les Anges des Ténèbres
Keri Arthur   
Un bon premier tome bourré d'action comme l'auteure nous a toujours régalé. L'intrigue est bien ficelée et les personnages principaux attachants. J'ai quand même super du mal quand je vois Risa parler d'oncle Quinn! Le sex symbole transformé en tonton ça m'a foutu un coup!

par Delissia
The Vanishing Girl, Tome 1 : The Vanishing Girl The Vanishing Girl, Tome 1 : The Vanishing Girl
Laura Thalassa   
J'ai entendu beaucoup de bien sur ce livre. Et beaucoup de louanges et d'exultations dû aux sentiments qu'il fait ressentir. Je regrette vraiment ne pas partager l'avis de ces personnes, car au moins, mes heures passées à lire m'auraient paru rentables et bénéfiques.

Le résumé avait l'air pas mal. Des personnes qui se téléportent, ça aurait été ma première lecture de ce genre si ma mémoire est bonne. Mais hélas, je n'ai pas réussi à être transporté par l'écriture de l'auteur qui, bien que correcte, ne me faisait strictement rien ressentir. Et cela valait aussi bien pour les scène de tensions, d'angoisse ou de romances. Parlons-en d'ailleurs de cette romance. Tout roule comme sur des roulettes. A tel point que c'en est décevant. La soi-disant froideur d'Ember a fondu plus rapidement qu'une glace au soleil de 56° C. Et cette manie à vouloir mettre les personnages à poil dès le départ...et constamment...tout cela m'échappe. 68% du livre est composé de ça. Si encore ça créait une émotion, mais nop...Rien.

Pour les moments d'actions, j'ai trouvé pas mal de parties ultra clichées. Certaines scènes avaient carrément l'air d'être découpées d'un film puis collées dans le livre et ce n'était pas top-top vu mes grimaces.

Le scénario est très prévisible, ce qui a accru mon ennui. Pas de suspense, pas d'envie de connaitre la suite, j'avais hâte de finir le livre pour passer à autre chose.

Côté personnage, on a le mec parfait arrogant, la rivale furieuse qui s'enflamme toute seule et une "héroïne" terne et naïve à souhait. Les questions qu'elles posaient....franchement. Elle m'a paru vraiment sotte, surtout au vu de ses agissements. Elle semblait tout le temps oublier où elle était et faisait clairement des trucs qui lui vaudraient des ennuis sans s'en rendre compte compte avant d'être devant le fait accompli.

Exemples ? Allons-y : [spoiler]elle envoie des mails à ses proches et attends sérieusement de leurs nouvelles. Vraiment ? Elle croyait qu'elle était dans un centre aéré ou quoi ? Deuxièmement, elle fait des recherches sur un type que le gouvernement recherche à l'aide d'un réseau surveillé par le gouvernement !! N'est-elle pas idiote ?Oui, elle l'est. Et enfin, elle s'imaginait que ses déplacements et sa fréquentation avec Caden passerait pour du beurre....Sincèrement ? ça m'a vraiment fait tiqué. C'est trop gros tout ça.[/spoiler] Pour tous ces exemples et bien plus, j'ai été indifférente à cette héroïne et à son histoire. J'ai bien trop levé les yeux au ciel pour l'apprécier. Je n'apprécie personne en fait. Les autres personnages sont des figurants juste pour faire genre qu'il y en a d'autres. Caden sort des disquettes valant leur pesant d'or de cliché et voilà quoi, tout le reste est fade et creux.

J'ai l'impression aussi que tout est surestimé dans cette histoire. Que ce soit les compétences d'Ember ou encore les situations dans lesquels ils sont. Et puis, malheureusement, quand l'auteur essaye de créer une "phrase fatal" pour faire choc, ça fait chou blanc. Un très gros chou blanc.

Bref. J'avais quelques étranglements de rire nerveux tant j'étais surprise par les clichées mais en rien par amour des blagues pouvant se trouver dans le livre.

Pour conclure, le livre n'est pas horrible en soi mais il n'avait pas ce qu'il fallait pour me donner un petit coup d'intérêt. Les histoires sans chamboulement que je ne vois pas venir me déplaise vraiment. Même la fin ne m'a pas surprise...quelle tristesse ! C'est vraiment regrettable car ça aurait peut-être remonté mon intérêt mais en tout cas, il est clair et net que je ne lirai pas le tome 2.
Requiem pour Sascha, Tome 1 : Lacrimosa Requiem pour Sascha, Tome 1 : Lacrimosa
Alice Scarling   
Quelques faiblesses qui n'entachent en rien l'addiction totale à ce roman

Sascha, orpheline, chanteuse dans un groupe de métal, partage provisoirement son appartement avec Nicolas, guitariste du groupe, et accessoirement son sex-friend. Pour gagner sa vie, elle utilise son don, celui de posséder le corps de ses victimes afin de les dépouiller plus facilement. Elle nourrit une vengeance secrète, retrouver les vampires qui ont assassiné sa "mère" adoptive. Un jour elle croise un être irréel, aux longs cheveux d'argent et au regard létal, elle le prend pour un vampire et tente de l'assassiner. A compter de ce jour, sa vie va basculer...
Je ne cesse de râler après les romans bit-lit dont certains se ressemblent trop, ou prennent des tournures gnangnans façon Harlequin mais j'avoue que celui-là a retenu mon attention. Pourtant il est bourré de maladresses (comme les prénoms masculins, Nicolas, Damien, Julien... qui à mes yeux passent difficilement dans un roman bit-lit, ok l'auteur est française, l'histoire se passe en France, mais doit-on pour autant supporter des prénoms aussi "franchouillards" ? Bref, passons...). D'un autre côté, on découvre que le héros s'appelle Raphaël (et oui, encore un !) et bien évidemment toute fan de bit-lit qui se respecte ne peut s'empêcher de faire la comparaison avec les 2 mastodontes de la bit-lit, l'Archange Raphaël (de Chasseuse de vampires) et LE Raphaël (de Rebecca Kean), et c'est là où le bât blesse... Ces 2 personnages titanesques à jamais imprégnés sur notre rétine, affadissent considérablement l'image de ce 3ème qui en possède le prénom mais certainement pas l'envergure. Du coup on a comme une petite impression de "déjà-vu mais en moins bien".
Il n'empêche que j'ai dévoré ce roman comme une "morte de faim", et que j'en attends la suite avec la plus grande impatience, surtout depuis l'arrivée de... hum... l'intriguant Zekiel, qui j'espère va bouleverser cet équilibre déjà bien précaire. Bref, pour moi, c'est à lire absolument.

Or : 8,5/10


Demon Inside, Tome 1 : Mords-Moi Demon Inside, Tome 1 : Mords-Moi
Parker Blue   
Un anniversaire comme celui-là c'est mémorable ! Qui n'a jamais rêvé de se faire mettre à la porte par ses parents le jour de ses 18 ans ? Il faut quand même avouer que l'héroïne qui pour une fois est mieux que les autres héroïnes de ce genre de livre est beaucoup plus intéressante, sans doute grâce à son démon et à un quotidien différent du lycée et du petit ami. Elle n'en reste pas moins avide d'une vie normale ! Mais c'est difficile à concilier : être normale, tuer des vampires, canaliser son démon Lola, éviter les crises de nerfs face à sa mère qui rejette toutes les fautes sur elle, l'UD et son coéquipier sans oublier l'enquête !
Commençons par Valentine (parce que Val, ça fait assez vieux sur une fille de 18 ans) : beaucoup trop gentille à mon goût, se doit être son seul défaut que je lui trouve. Vraiment, la mère, je lui aurais déjà mis des claques tout comme la soeur beaucoup trop nunuche (son trip : fricoter avec les vampires pour aider sa soeur. Où est le bon sens ?). Valentine est tout de même sensible (oui, c'est pas parce qu'on a un démon, qu'on ne peut pas être blessée !) et par moment juvénile, tout comme elle peut se montrer coriace et téméraire. Un juste milieu entre la jeune fille qu'elle est encore et la femme que les circonstances la poussent à être. Son personnage devrait évoluer dans les prochains tomes, comme pas mal d'autres.
Croc. Franchement, il m'a ben fait rire. Tout simplement parce que je trouve son personnage ri-di-cule. Un chien qui parle et qui a du répondant comme ça, ça pourrait paraître sympa et mettre une touche d'humour pour certains, pour moi, c'est juste grotesque. Et Dan, le coéquipier, qui ne sert pas vraiment à grand chose pour l'instant, juste à être indigné quand il connaît la nature de sa partenaire, être jaloux et à éveiller les instincts de Lola et les sentiments de Valentine.
Petit bémol : Les vampires paraissent tous méchants alors que les démons peuvent être "gentils"
Parker Blue sait vraiment bien retransmettre les sentiments de son héroïne et met les mots justes là où il le faut. Une lecture très agréable et rapide avec un rythme soutenu tout le long du livre, nous donne l'impression d'une vraie continuité comme si on y était ! On va droit à l'essentiel et on ne perd vraiment pas notre temps (je n'ai sauté aucun passage ou n'ai trouvé aucune ligne superflue).
Je pense que je lirai la suite pour voir l'évolution des personnages qui se fera bientôt j'espère. Je pensais vraiment être déçue au début mais le style de l'auteur m'a vraiment emporté, peut-être pas dès le début mais assez rapidement, ce qui fait que j'ai bien vite oublié tous mes préjugés ! J'adhère.
Kushiel, Tome 1 : La Marque Kushiel, Tome 1 : La Marque
Jacqueline Carey   
SUBJUGANT ET CAPTIVANT !

Histoire luxurieuse mais pas seulement et loin de là...
Une série qui force le respect tant l'imaginaire de l'auteure est fertile, ses personnages luxuriants et sa plume exigeante et acérée.
Tout y est si bien décrit que l'on pourrait voir un film se dérouler sous nos yeux, jusqu'à en sentir les odeurs !
Ce roman historique dépeint une Renaissance qui n'a jamais existé et qui pourtant nous parait si tangible...
J'ai été littéralement subjuguée par cette histoire et ce contexte, captivée par Phèdre cette héroïne que l'on voit grandir et à laquelle on s'attache.
Jacqueline Carey est incontestablement un maître en Fantasy Erotico / Historique, nous livrant une oeuvre riche semée d'embuches, conspirations, sacrifices, trahisons, volupté, violence et j'en passe...
La magnificence des scènes décrites est à couper le souffle, les différents protagonistes complexes et somptueux, les intrigues et complots de haut vol.

Nous ne sommes pas immergés mais totalement engloutis et happés par le scénario, par Terre D'Ange et ces servants de Naamah.
Un territoire béni d'Elua où la plupart des descendants sont élevés à la Cour des Floraisons Nocturnes, répartie en treize Maisons ayant chacune leur crédo, mais toutes faisant un Art de la séduction et de l'érotisme.
Un premier tome grandiose et palpitant où le lecteur est assaillit par tant d'émotions que cela en est presque bouleversant.
Je crois pouvoir dire que j'ai pris une gifle avec ce roman (dans le bon sens du terme) !
Aux futurs lecteurs je dis ceci : peu de livres avant celui-ci m'avaient touchée à ce point, ils se comptent sur les doigts d'une main, et bien que les avis soient sujets à la controverse c'est indubitablement une série avec laquelle il faut compter.
Je vous invite VIVEMENT A LA DECOUVRIR !

par ccmars