Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Abigail2005 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Ashlon Ashlon
H. Roy   
https://aliceneverland.com/2019/03/28/ashlon-h-roy/

Avec une telle couverture, ce livre, je savais qu’il serait rapidement mien… Il faut dire qu’il est tout simplement magnifique. Ajoutez-y une auteure que j’avais adoré avec sa série précédente, Les Els, et un résumé plus qu’alléchant… Je ne me suis donc pas faite prier plus longtemps !

Dans un futur lointain, la guerre a fait des ravages et a causé la destruction pure et simple de la Société telle que nous la connaissions. Des siècles plus tard, plusieurs Cités se sont formées, toutes indépendantes les unes des autres, et n’hésitent pas à défendre leur territoire et leurs intérêts coute que coute. Sigal a grandi à Aurora, une cité matriarcale où les femmes sont dirigeantes, et les hommes ne sont là que par besoin, mais aussi pour le bon plaisir de ces dernières. Aurora vit en autarcie, repliée sur elle-même, et n’accepte aucun étranger entre ses murs. Une loi qui va mettre en danger Sigal le jour où, au détour d’une patrouille, elle tombe sur un homme étranger qui ne la laisse pas indifférente…

J’ai été complètement époustouflée par l’univers que H. Roy a mis en place ici. Cette histoire, en un seul tome, arrive à nous plonger dans son monde à mi-chemin entre dystopie et fantasy. Le tout avec un rappel aux Amazones via les femmes d’Aurora… Le mélange est détonnant mais fonctionne, et j’ai été émerveillée de ce que j’ai découvert, des spécificités d’Aurora à la façon dont l’auteure a réussi à construire un monde aussi merveilleux que cruel, assez injustement juste, qui fait énormément réfléchir sans se faire moralisateur.

H. Roy joue sur la frontière entre dystopie et fantasy. Si l’histoire prend place dans un futur lointain, les cités, coutumes et organisations décrites se rapprochent plus d’un univers fantasy construit de toutes pièces, la magie en moins. Dès les premières pages, Aurora nous attire ; le lecteur a envie d’en découvrir plus à son sujet, mais aussi sur la façon dont le monde survit dorénavant.

A ce décor exceptionnel s’ajoutent une intrigue plus qu’accrocheuse. L’auteure construit son histoire détail après détail, jusqu’à un final où toutes les pièces s’imbriquent et nous offrent une compréhension générale des évènements. Et j’ai vraiment été étonnée de la facilité avec laquelle H. Roy semble prendre plaisir à nous faire découvrir tout cela. Sincèrement, je me suis régalée, du début à la fin et, si j’avais deviné certains pans de l’histoire, cela ne m’a absolument pas dérangé étant donné la qualité du récit.

Au final, mon seul (petit) bémol – et c’est vraiment du chipotage – viendra des personnages principaux, Sigal et Ashlon qui, malgré leur charisme, semblent assez conventionnels. A vrai dire, on devine aisément ce qu’il va se passer entre eux, trop facilement peut être. Mais les autres personnages alentours compensent ce fait et apportent l’épaisseur qu’il manque légèrement à nos deux protagonistes.

Pour conclure, je me suis régalée dans ce livre dont l’histoire est aussi magnifique que sa couverture. H. Roy m’a surprise avec cet univers enchanteur et profond qui nous fait réfléchir tout en nous faisant vivre une incroyable histoire. Et, même si l’histoire ne porte que sur un seul tome, elle ne manque de rien et est parfaitement bien développée. H. Roy nous transporte, nous fait rêver, et nous offre un récit fantastique de toute beauté !

par Kesciana
Le Pacte des loups, Tome 1 Le Pacte des loups, Tome 1
Melissa De La Cruz   
Quelle agréable lecture !

Le Pacte des Loups est un roman Spin-Off de la série Les Vampires de Manhattan, qui se lit normalement avant le tome 7. Mais les éditeurs Albin Michel Wiz ont foutu n’importe quoi en nous sortant le tome 7 avant le Spin-Off, ce qui fait que perso j’ai rien pigée à l’histoire de Bliss et Lawson en lisant le livre. C’est seulement un an après qu’il sorte le Spin-Off, alléluia ! Pour en venir au roman en lui-même, j’ai énormément appréciée, comme d’habitude avec Melissa de la Cruz, ce livre est génial !

Lawson est un loup des enfers. Bientôt, lui et sa meute vont être transformés en Chiens de l’Enfer, ces bêtes sans âme et sans volonté au service des sang-d’argent et de Romulus. Il trouve le moyen de s’enfuir, accompagné de quelqu’un de ses compagnons, notamment la belle Tala, dont il tombe amoureux une fois arrivée à la surface. Mais bientôt les Chiens les retrouve, et Tala a disparue. Déterminée à retrouvée son amour, Lawson s’allie à Bliss Llewellyn, l’ancienne vampire, fille de Lucifer et de l’archange Gabrielle…

De tous les personnages féminins de la saga, Bliss a toujours fait partie de celles que j’appréciais le moins. Je ne la déteste pas, seulement elle me laisse parfaitement indifférente. Ca ne change pas avec ce livre, j’ai appréciée son histoire mais Bliss ne me touche toujours pas. Lawson ne m’a rien fait non plus, c’est un personnage fade, je trouve, bien que son amour pour Tala m’ait presque fait pleurer. En revanche j’ai eu un coup de cœur pour Arhamine et Edon, c’est un beau couple.

J’adore l’écriture de Melissa de la Cruz, si fluide, si agréable à lire, on lit ça à la vitesse de la lumière. Et, cerise sur le gâteau, elle a introduit de l’Antiquité romaine à son récit dans ce roman ! Là je suis comblée ! Retrouver Rome dans un roman comme ça, ça me fait tellement de bien ! Après, ce n’est pas le meilleur roman de la saga, mais il est vraiment bien, avec une bonne histoire, et puis ça reste du Melissa de la Cruz, ça m’a fait un bien fou de replonger dans le monde fascinant des sang-bleu. Je ne me lasserais jamais du monde si unique que l’auteure à créer, et qui me berce depuis 2009.

Et ce n’est pas encore fini… Maintenant, attendons le roman Graphic !

Frozen, Tome 1 Frozen, Tome 1
Melissa De La Cruz    Michael Johnston   
Je suis vraiment dubitative. Autant le résumé de l'histoire et le début me paraissaient prometteurs et assez originaux, autant le scénario se détériore de plus en plus au fil des pages, et passe finalement de "dystopie" à "trip sous LSD". Et je ne plaisante même pas.

L'écriture, déjà, est assez moyenne : on ne ressent absolument pas les émotions des personnages, certaines scènes passent super rapidement tandis que d'autres traînent comme pas possible, il y a des tas de transitions mal faites, d'ellipse pas du tout annoncées, de vieux suspenses auxquels personne n'est dupe et de "ohlala retournement de situation" qu'on voit tous venir à 3 kilomètres. L'histoire d'amour est cramée page 2 (allez, peut-être page 3) et elle est bidon, les personnages sont soit très gentils, soit des salauds sans cœur, et Nat... Mais alors Nat... elle nous fait quoi, pendant les derniers chapitres ?

Déjà, il y a un abus de majuscules, parce que FAIRE PARLER SES PERSONNAGES COMME CA c'est pas hyper crédible, et ensuite... whoa. C'est quoi cette fin ? Cette "destiné" totalement WTF que l'héroïne se découvre ? Bref, ça partait bien, mais ça finit dans les cactus. On peut s'en passer.
La Croisade éternelle, Tome 1 : La Prêtresse esclave La Croisade éternelle, Tome 1 : La Prêtresse esclave
Victor Fleury   
https://merveilles-livresques.fr/la-croisade-eternelle-1-de-victor-fleury/

Le premier chapitre de ce roman nous plonge dans la vie de Nisaba, la personnage principal, au moment où elle arrive dans l’empire, alors qu’elle n’est encore une enfant. Nous découvrons alors certains aspects de l’empire de ses yeux, avant que le chapitre suivant nous projette de nombreuses années après. Nous redécouvrons alors Nisaba dans sa nouvelle vie. C’est une oblate de peau, c’est à dire qu’elle ressent tout ce que la personne à qui elle est liée ressent, physiquement, et inversement. Et c’est à l’héritier Akurgal qu’elle est liée.

On comprend vite qu’il lui est arrivé beaucoup de choses depuis le premier chapitre, et les trous seront remplis au fur et à mesure de l’intrigue. Cette dernière va d’abord poser les bases, celles de l’empire et du fonctionnement du système des oblats, ainsi que des relations existantes entre les personnages. Ce sont elles qui seront finalement importantes pour la suite de l’histoire. Entre complots, magie ancestrale, dieux et guerre il y aura de quoi faire. Les rebondissements m’ont surpris et la fin ouvre sur le tome 2 d’une bonne manière. J’ai hâte de découvrir les conséquences de la fin de ce premier tome.

Il n’est pas toujours facile de construire un univers de fantasy et de le faire se démarquer de nos jours (enfin c’est mon avis perso). Ici pas de places pour les nains ou les elfes, l’Empire d’Ubuk se démarque par sa magie et sa religion, qui aura une place très importante dans toute l’histoire. La Haute-Prêtresse est la reine de cette empire (on y voit le poids de la religion) et tout tourne autour de leur culte. Le tout est très dépaysant, l’auteur s’est inspiré de la Mésopotamie et entre ça et la magie ça donne quelque chose d’assez original.

Je ne peux pas dire avoir eu un coup de cœur pour les personnages. J’ai encore du mal à m’attacher à Nisaba, la personnage principale, pour pleins de raisons. Mais elle est ultra intéressante, car elle cache beaucoup de choses, mêmes aux lecteurs donc on en apprend beaucoup sur elle au fil de ce tome. De même que sur ses relations avec les autres personnages et les autres oblats. C’est vraiment la relation entre ces oblats et leur maître Akurgal qui m’a plu. Ils sont tous esclaves de cet homme et l’apprécient plus ou moins, mais ils doivent tous veiller sur lui car s’il meurt ils meurent tous… Ce déséquilibre est intéressant, car Akurgal a aussi tout un background avec eux et avec Nisaba.

En bref, j’ai adoré cette lecture ! J’ai été un peu perdue au début en découvrant tout cet univers et ce personnage auquel il était arrivé beaucoup de choses qu’on ne connaissait pas. Mais je me suis laissée emporter et j’ai beaucoup aimé. Je trouve le principe des oblats très intéressants et j’ai hâte de découvrir la suite !

par Sphinxou
Everless Everless
Sara Holland   
«I know better than to be afraid of stories.»

Ce moment où je viens de passer les dernières heures plongée dans la préparation de mon examen de droit pour le bac (parce que j'aime préparer les choses en avances) et que je ne sais plus parler que de liberté sexuelle... Du coup, vous voulez un cours ? Non, très sérieusement. Mon cerveau va exploser. En plus, je suis malade (oui je passe ma vie à être malade, c'est dingue -la fille que vous pouvez entendre éternué à l'autre bout de la Terre, c'est moi-) donc c'est franchement pas cool. (Je raconte ma vie aussi, au cas où vous ne l'auriez pas du tout remarqué.)

BREF.

Première chose, mes amis, parlons de la couverture. De manière très simple, je la trouve vraiment très belle. J'adore les couleurs et j'admets que ce truc de sablier me plait bien. Ah, que voulez-vous, il en faut peu pour être heureux.... Wait. ♫♪ Il en faut peu pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux, il faut se satisfaire du nécessaire... ♪♫ Non ? Enfin, tout ça pour dire que j'aime cette couverture, voilà.

J'avoue que je n'ai rien à dire sur la plume de Sara Holland. Rien. Du. Tout. Nada. Nothing. At. All. Bref, vous avez compris. Le néant total. *hausse les épaules*

In Time meets Red Queen. (Et pour les incultes, In Time est un film.)

Soyons honnêtes. Entre les personnes qui ont moyennement aimé voir pas du tout apprécié ce roman et celles qui l'ont adoré, je n'avais pas envie de me faire mon propre avis. Je voulais juste rester sous ma couette à entendre une illumination qui me donnerait l'envie de donner sa chance à Everless. Bon, j'admets que l'illumination n'a pas perdue de temps. J'ai lu Everless assez rapidement, et je n'ai sérieusement pas vu les pages défilées. Ce qui, je suppose, est une bonne chose. Ce n'est pas tant que l'histoire soit addictive mais plutôt le simple fait qu'elle est suffisamment entraînante pour ne pas vous lâcher. Oui, il y a une nuance, merci.

Cela dit, il est temps que vous ayez mon verdict, non ? Je suis entrée dans l'histoire aussi facilement qu'on rentre dans un jeans à notre taille (pourquoi il faut toujours que je dise des trucs pareils ?) et très honnêtement, j'ai beaucoup aimé l'histoire en elle-même. Elle a du potentiel, et même s'il est vrai que ça aurait pu être encore mieux, je suis presque certaine que le second tome saura nous donner ce petit mieux. Everless a tout pour plaire, une bonne intrigue, de bons personnages, une pointe de romance, et un univers intéressant, sans oublier les retournements de situations.

Mais de quoi ça parle ? Dans le Sempera actuel, Jules et son père ne roulent pas sur l'or. Ils vivent dans un petit coin appelé Crofton et ils doivent se battre pour ne pas finir à la rue et mourir de faim (enfin ça reste à voir, je ne suis pas sûre). Cependant, lorsque Jules était enfant, ils vivaient à Everless qui est le domaine de l'une des familles les plus puissantes de Sempera ; les Gerlings. Suite à un accident avec les frères Gerlings, Jules et son père ont dû fuir et se cacher. Depuis Jules nourrit une haine profonde pour ces foutus Gerlings et un des frères en particulier. Mais à présent que son père a du mal à les faire vivre, Jules décide de retourner à Everless en tant que servante malgré le fait que son père lui a dit et redit qu'elle ne devait jamais y retourner. Everless est un endroit dangereux et avec la Reine en visite à l'occasion du mariage d'un des frères Gerlings avec sa fille adoptive, Jules va être forcée de découvrir qui elle est vraiment au risque de perdre ceux qu'elle aime le plus...

Je ne l'ai pas encore dit mais si vous connaissez le film In Time vous vous doutez peut-être que la vie à Sempera c'est de l'argent et que l'argent c'est du temps. Alors laissez-moi vous raconter une petite histoire... Il était une fois (parce que je ne me priverai certainement pas du plaisir d'un tel début) sur les terres de Sempera, un Alchimiste et une Sorcière. L'Alchimiste vola le cœur de la Sorcière, volant par la même occasion son immortalité (sinon c'est pas drôle) et mélangea le temps au sang. Et quitte à faire des expériences cheloues, autant aller jusqu'au bout. L'Alchimiste mélangea aussi le temps au métal et en fit de l'argent (money money). Pour faire simple, plus vous avez d'argent, plus vous pouvez vivre longtemps (par longtemps entendez des siècles, merci). Bah, on savait bien que l'immortalité c'était pas gratuit. ;) En tout cas, toute cette affaire est fascinante à découvrir.

Ce tout petit aspect, qui est un élément important de l'histoire puisque c'est là-dessus qu'elle se base m'a énormément plu. J'ADORE. Même si j'admets que je ne voudrais pas que ça devienne une réalité parce que j'ai tellement de chance que je serais pauvre comme pas possible et que je serais donc condamnée à mourir jeune. Non, merci.

Le world building de Everless m'a énormément plu. En plus du côté argent = temps, il y a un tas de petits détails qui m'ont charmée. Comme par exemple, Briarsmoor. Je n'en dirais pas plus sur cette petite ville (pour ne pas vous gâcher le plaisir) mais je veux y aller pendant mes vacances. Sérieusement, je suis tellement fan.

MAIS ALORS pourquoi est-ce que ce roman n'est pas un coup de cœur ? Eh bien, premièrement je suis malade donc ça réduit carrément mon amour pour à peu-près tout. SORRY. Ensuite, malgré tout Everless a quelques défauts, on ne va pas se leurrer. La principale raison c'est qu'au final, il n'y a pas tant de surprises que ça. Il y a en bien une ou deux bien placées, mais au-delà de ça, Everless n'offre pas grand-chose de nouveau qui puisse m'éblouir. Et de plus, certaines choses me paraissaient sous-développées et j'ai trouvé ça super dommage. Je n'en dirais pas plus, pour ne spoiler personne, mais en tout cas, c'est sûr qu'il y a de bons éléments mais il y en aussi de moins bons...

Ah les personnages... J'adore parler personnages. C'est le moment où soit je suis super emballée soit totalement entrain de ramer. C'est cool, je trouve. ^^ Je suis partagée concernant les personnages de Everless. Il y a bien deux ou trois que j'ai apprécié, un ou deux que j'ai détesté, et quelques autres qui ne m'ont fait ni chaud ni froid... C'est très hétérogène, pour ma part.

• Jules c'est le genre typique de personnage principal que tu peux adorer et détester en même temps. Des fois elle fait des trucs bien, et des fois comme ça elle fait un truc débile comme pas possible et tout ce que tu peux faire c'est la regarder faire en secouant la tête. Cela dit, dans la mesure où elle n'est pas le pire personnage principal que j'ai croisé et que je considère qu'on fait tous des choses franchement merdiques parfois, je tolère. (Je suis sympa comme ça.)

• Alors Roan, notre très cher Roan... Le Gerlings préféré de tout Sempera. Un volontaire pour lui donner une claque dans la gueule ? Non ? Tant pis, je me dévoue. Comme vous pouvez le savoir, je suis quelqu'un de patient et de tolérant. Je suis pacifiste, même, la plus part du temps. Mais là, non. Pas possible. Ce gars m'a tellement insupporté avec ses airs de mec gentil et parfait qui chie des arcs-en-ciel... Excusez mon langage. C'est simple, chaque fois qu'il souriait j'avais envie de le gifler. Il ouvrait la bouche ? Gifle. Il bougeait ? Gifle. Il respirait ? Gifle. Simple comme bonjour. Bon, pas besoin de vous le cacher, je ne l'aime pas. Dès le début, lui et moi ne pourrions pas nous entendre. À la fin, je ne regrette rien. (Comprendra qui aura lu le livre.) *rire diabolique.*

• Liam (le vilain petit canard Gerlings de Sempera) c'est mon bébé, c'est le personnage que j'ai préféré dans ce bouquin, et moi aussi je vais commencer à faire des expériences cheloues pour le rendre réel... C'est un personnage complexe qui, je pense, n'a pas fini de nous surprendre. J'ai hâte de le retrouver dans le prochain tome pour voir ce qu'il a encore en réserve. Et puis j'aime bien son air d'éternel boudeur. JE L'AIME D'AMOUR.

• Que puis-je dire sur Caro ? C'est un personnage diaboliquement génial. Je l'adore même si elle a littéralement pris mon cœur entre ses mains et l'a serré, elle l'a écrasé jusqu'à ce qu'il n'en reste plus rien et ensuite elle m'a laissé à genoux ramasser les dernières miettes de mon pauvre cœur et m'a laissé les regardé partir en poussière... Je vous le redis, je l'adore.

• Les autres, en clair, je m'en fous. Sauf Hinton, parce qu'il est trop mignon et que j'ai envie de lui faire pleins de câlins.

Parlons Romance. Comme je l'ai dit plus haut, Everless nous offre une pointe de romance. Ou plutôt un aperçu d'une romance potentielle ? Je ne saurais même pas vraiment comme décrire ce que Sara Holland nous a offert mais en tout cas, c'était pas mal. Alors déjà, je suis bien heureuse que la romance ne soit pas l'aspect principal de l'intrigue parce qu'autrement je sens que j'aurais fini par me taper la tête contre un mur. La romance dans Everless était bien partie pour soit aller dans le mauvais sens (aka avec un gars que je ne supporte pas) soit finir en triangle amoureux (aka quelque chose que je ne supporte pas non plus -heureusement que je suis censée être tolérante et tout le blala-). MAIS remercions le dieu du livre pour ça, on a évité le pire. Je suis pleinement satisfaite avec ce que nous a offert Sara H. dans ce premier tome et maintenant je suis impatiente de découvrir ce qu'elle réserve à ces deux personnages pour la suite. Bien-sûr vous vous doutez que je ne vous dis pas de quels personnages il s'agit pour ne pas vous spoiler, oh gentil âme que je suis. → nouveau ship en vue. ♥

La fin m'a TELLEMENT plu. C'est probablement l'une des choses que j'ai préféré. Je n'ai pas grand-chose à dire dessus hormis qu'elle m'a donné envie de me rouler par terre comme un gros bébé en pleurant toutes les larmes de mon corps sans trop savoir pourquoi. Je l'ai trouvé à la hauteur de mes attentes et elle prouve vraiment le potentiel de l'histoire et du prochain tome. Pourtant, j'avoue que j'avais un peu peur que Sara Holland se prenne pour Victoria Aveyard mais NON, nous sommes sauvés ! Paix à nos âmes.

En conclusion, je suis plutôt impatiente de pouvoir découvrir le second tome. Everless n'est pas parfait mais j'ai un bon pressentiment concernant Evermore. Il y a de très bons éléments qui font que Everless réussit à se démarquer des autres de son genre mais il me manque encore un petit quelque chose pour que cette histoire soit véritablement "unique". Une dernière chose : LIAM. Juste ça et je suis comblée. Maintenant vous m'excuserez mais je vais aller pleurer le fait que ce mec soit fictif sur ma dissertation de philo (que je dois rendre mardi donc faut que je me presse). ;)

«“Fox”, said Snake, curling slowly around her friend's heart. “It's time we face the truth.”»

theblacksunshineblog.wordpress.com/2018/04/01/everless-sara-holland/

par Sheo
Phænomen, Tome 1 Phænomen, Tome 1
Erik L'Homme   
Ce fut un des premiers livre que j'ai dévorée quand j'étais au college .. il est vraiment super le choix des personnages est fabuleux!!
Zouck Zouck
Pierre Bottero   
J'aime les livres de Pierre Bottero. Depuis toujours.

J'ai découvert Zouck au hasard de mes pérégrinations solitaires sur le Net.
Coup de cœur, coup au cœur.

Zouck et Maiwenn souffrent toutes les deux, mais pas des mêmes maux. Je ne suis pas anorexique, je n'ai pas rencontré de bel inconnu sur la Toile. Et pourtant...

Pourtant j'ai été touchée par ce livre. Parce qu'au-delà des mots, il y a ça.
Désespoir, doute, obscurité. Souffrance.
Et puis il y a la lumière aussi. La lumière qui porte un nom, un nom parfois sous-estimé. Ce nom vous le connaissez...

Amitié.

par Vavi
Les Adversaires Les Adversaires
Fabien Clavel   
Ayati voit sa vie basculer quand elle assiste à un combat opposant une ancienne professeure et un individu. Sans le vouloir, elle vient de découvrir les batailles que se livrent les anges et les démons, cinglantes, impitoyables et cruelles qu'elles sont...elle fera la rencontre d'un ange, un Veilleur précisément, qui la guidera vers cet univers secret et...dangereux.
Vraiment, nous avons une preuve que mêmes les auteurs français peuvent donner un très bon roman YA.
Primo, il s'agit de mon premier livre sur les anges et démons et il casse tout sur son passage ! Fabien Clavel développe son imagination d'une richesse inédite.
Ensuite, l'autre point qui m'a fait adhéré est la complexité des motivations des protagonistes et antagonistes. Car quand on parcourt les pages, on comprend que tous les personnages ne sont pas tous noir et blancs : les méchants ne sont pas vraiment horribles et les gentils font quelques peurs...Vous verrez pourquoi ! Et cela m'a retourner de voir que les plans de certains méchants avaient finalement un bon but honorable à l'humanité (ceci n'est pas de l'ironie) tandis que ceux de certains gentils...glacent le sang.
Par contre, ne vous attendez pas à des moments très joyeux. Amertume est la sensation qui nous colle durant tout le récit. C'est pas un roman dépressif mais la mélancolie est présent, tout de même.
Et je ne veux pas lancer un débat brûlant mais [spoiler]apprendre que Dieu n'existe pas et qu'il ne s'agit qu'une mascarade me heurte[/spoiler].
En conclusion, un très bon roman un peu triste aussi.

par Rosara
Les Gardiens des Éléments, Tome 1 : La Maîtresse du Vent Les Gardiens des Éléments, Tome 1 : La Maîtresse du Vent
Rachel Caine   
Ce roman a un univers bien différent de ce que l'on a l'habitude de voir, où la nature est maîtresse de la vie, et qui se déchainent grâce aux éléments contre les humains. Face à cela, l'héroïne Joanne est une gardienne de la météo, une fille plutôt bien travaillée, avec un passé qui la pourchasse, et un futur plutôt houleux. Nous assistons à sa fuite contre les éléments et contre ses chefs, et l'arrivée d'un Djinn libre, David apporte son lot de péripéties aussi bien amoureuse qu'aventureuse. Bref j'ai adoré ce roman et j'ai hâte de voir comment cela va évoluer.
Miss Peregrine et les enfants particuliers, Tome 4 : La Carte des jours Miss Peregrine et les enfants particuliers, Tome 4 : La Carte des jours
Ransom Riggs   
Quand j'ai vu le roman dans le rayon du magasin, j'ai sauté sur ma mère pour qu'elle me l'achète. Une vraie perle ! J'ai beaucoup apprécié ce tome. Retrouver la bande des particuliers m'a fait plaisir.