Livres
428 941
Membres
350 364

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Above All, Tome 3 : Décoller ajouté par la-voyageuse 2016-11-21T23:16:46+01:00

— Me voilà, Miss Météo. Alexi. Lex. Mon cœur est à toi, avec mon âme. Et mon corps, et tout le bordel que je traîne. Tout ce que tu voudras. Quoiqu’il arrive.

— Tu as menti, articulai-je avec émotion, pendant que ses lèvres cherchaient les miennes. Tu sais parler aux filles, Van Allen.

Afficher en entier
Extrait de Above All, Tome 3 : Décoller ajouté par MadameLit 2016-04-07T09:20:15+02:00

-Est ce qu'on va encore s'engueuler ?

-Je l'espère bien, ricanait-il, ne cachant plus que la chose lui plaisait beaucoup trop.

-Tu vas essayer de me donner des ordres ?

-Ca se pourrait...

-Tu peux toujours courir pour que je t'obéisse !

-Tu n'en faisais déjà rien quand tu y étais obligée, s'insurgea t-il faussement.

Afficher en entier
Extrait de Above All, Tome 3 : Décoller ajouté par anonyme 2016-03-01T20:59:39+01:00

Miss Météo, Blanche-Neige et, par dessus tout, la reine de mon royaume.

Par-delà le ciel.

Afficher en entier
Extrait de Above All, Tome 3 : Décoller ajouté par Folize 2016-11-01T13:52:05+01:00

Maintenue savamment au bord du gouffre durant ces minutes de bonheur, je me laissai brutalement happer par un orgasme dévastateur lorsqu’Andreas effleura mon clitoris. Son souffle brûlant lécha le bas de ma nuque au moment où il s’abandonna à son tour. Il n’y eut plus que le silence, entrecoupé par nos respirations haletantes. Je laissai aller ma tête sur son épaule, il me gratifia d’une tendre caresse sur la tempe.

Nous ne dîmes rien. Cela dura de longues minutes.

- C’est officiel, Lex, recommença-t-il à parler d’une voix enrouée par l’effort et l’émotion. Nous ne baisons plus.

- Plus du tout, rajoutai-je mollement.

L’engourdissement de mon corps était tel que je n’eus pas la force de contester l’ordre qu’Andreas chuchota à mon oreille.

- Dors maintenant.

(...)

J’admirai encore ses longs cils posés délicatement sur le haut de sa joue et l’amande de ses yeux encore clos. Sans signe avant-coureur, ses billes bleu acier apparurent et je sursautai, prise la main dans le sac.

- Qu’est-ce que tu fais ? demanda-t-il d’une voix rauque et ensommeillée.

- Rien, dis-je honteusement. J’avais chaud alors…

- Tu veux que je m’en aille ?

- Non ! répondis-je précipitamment.

Il sourit, avant d’embrasser ma mâchoire et de se presser contre moi.

- Rejoindre une femme dans une des couchettes du Percival… Si j’avais pensé un jour en arriver là…

- Une femme censée être sous tes ordres et dont tu es l’instructeur.

- Tu aggraves mon cas, Snow.

- Si ça peut te rassurer, je ne t’ai jamais considéré comme mon boss. Cela te fait une faute de moins à expier.

Il plissa les yeux et feignit un air menaçant.

- Lieutenant Snow, je vais vous punir rien que pour avoir osé penser que je n’étais pas à la hauteur de vos insubordinations permanentes.

- Faites donc, Capitaine… le provoquai-je délibérément en me frottant contre lui pour lui donner d’autres arguments, au cas où…

Comme l’homme de défi qu’il était, Andreas ne perdit pas une seconde pour se mettre à la tâche. D’abord, je fus dévorée, avec application. Puis, retournée et prise dans une position qui n’exigeait plus que ma reddition. Celle que je lui cédais à l’instant où il me pénétra. Une demi-heure plus tard, nous nous retrouvâmes à nouveau dans les bras l’un de l’autre, fourbus et en sueur.

- Je peux utiliser la salle de bain ? demanda-t-il à voix basse. Il paraît qu’elle est deux fois plus grande que la mienne.

- À condition que tu m’offres un spectacle du même acabit que celui du premier jour, dis-je avec effronterie.

Il arqua un sourcil et redevint ce bel homme arrogant pour qui j’aurais tout donné.

- Tu ne t’en es jamais remise, n’est-ce pas ?

- Surprendre mon supérieur, nu, trempé et en colère, une heure après avoir embarqué ! Tu as imaginé pire situation que ça, toi ? L’image restera à jamais gravée dans mon esprit !

Ses doigts plongèrent dans mes cheveux tandis que le dos de sa main caressait l’arrondi de mes hanches et de mes fesses.

- Tu t’en es bien sortie, Lex. Parce qu’après ça, je ne t’ai pas ménagée.

Je fus ravie qu’il le reconnaisse enfin.

- Tu es la femme la plus forte que je connaisse, continua-t-il, à ma plus grande joie. C’est pour ça que je me sens capable de me lancer dans cette... cette... Enfin, que j’ai l’impression d’être moins merdique avec toi !

Cette relation ? Cette aventure ?

Cela me conforta dans la décision que je m’apprêtais à prendre : Ganipy serait bousculé par les Marine Corps du Percival en attendant que nous soyons prêts à essuyer cette nouvelle tempête.

- Je commence à avoir confiance en nous, reprit-il.

Je restai d’abord sans voix, puis hochai vigoureusement la tête.

- Moi aussi… articulai-je finalement.

Afficher en entier
Extrait de Above All, Tome 3 : Décoller ajouté par violette6989 2017-07-10T09:21:04+02:00

« - attends !

Je le retins par la manche.

- Arrête Andreas !

Il se dégagea violemment sans prendre la peine de s’arrêter. Je perdis l’équilibre et me rattrapai à un des énormes tuyaux qui couraient le long du couloir. Il me fallait entre les doigts, je ne l’avais jamais aussi bien éprouvé.

Je ne perdis pas espoir de me faire entendre et le poursuivis à nouveau, hors d’haleine. Nous descendîmes sur le pont sept et je courus encore derrière lui. Jusqu’au couloir qui abritait les dortoirs des Officers Mariniers Animé d’une rage sans égal, déterminé comme il semblait être, je compris aussitôt où il voulait en venir.

Je tentai une dernière fois de l’en dissuader.

- Je t’en prie, Andreas ! parle-moi !

Cela eut le mérite de la faire réagir. Il fît volte-face et je le percutai de plein fouet. Il agrippa mes poignets pour m’empêcher de le toucher.

- c’est toi qui devais parler ! c’est toi qui voulais que je ta fasse confiance !

- laisse-moi t’expliquer ! l’implorai-je. Allons ailleurs.

J’allais pleurer.

- C’est toi qui voulais que je t’aime ! cracha-t-il une dernière fois, m’achevant définitivement.

Il me repoussa brutalement. Ma vue se brouilla et les premières larmes dégoulinèrent sur mes joues. Je crus qu’il se raviserait ; et me serrerait dans ses bras en me chuchotant que tout irait bien désormais. Regard glacial, allure fière et hautaine, il n’avait jamais aussi bien mérité son nom. Une sourde agitation crépitait en lui. Ses poings peinaient même à la contenir.

Il me tourna le dos et poursuivit sa course. Par instinct, plus que par raison, je le suivis à distance. Andreas entra dans un des dortoirs, puis dans la grande salle commune aux marins qui y cohabitaient. Par malheurs, Ganipy était en vue. Seul, confortablement installé devant la télévision. Il eut à peine le temps de réaliser notre présence avant que les foudres du capitaine Van Allen ne s’abattent sur lui. Andreas agrippa son tee-shirt pour le faire tenir debout, avant de la précipiter avec une force inouïe contre des cloisons.

Ganipy émit un cri strident au moment où il retomba lourdement sur le sol. Andreas se précipita sur lui lorsque l’ordure tenta de se redresser.

- Debout ! tonna-t-il. Debout, espèce de fils de pute !

Ganipy retrouve ses esprits et lui jeta un regard noir. Ce fut son unique tentative de défense. Andreas serra son poing et le lui colla dans la figure. Sa victime s’écroula en même temps que trois marins déboulaient dans le salon.

- Qu’est-ce que vous faites, putain ? jura l’un d’entre eux.

Ensuite, ce fut la perte de contrôle et el dérapage. Ses pieds, ses genoux, ses poings tombèrent avec frénésie sur Ganipy qui s’était pelotonné au pied du canapé. Je m’entendis lui hurler d’arrêter, tout en restant paralysée devant la terrible scène. Les hommes me dépassèrent et empoignèrent Andreas qui s’acharnait de plus belle sur le maître chanteur, toujours à terre. Il se débattit une première fois, en vain pour les marins, mais surtout pour Ganipy qui fut à nouveau frappé. Et lorsqu’on l’immobilisa, il ne manqua pas de ruer pour se libérer.

- Capitaine, du sang-froid bon sang !

- Qu’est-ce qui s’est passé ? demanda un des hommes tandis qu’un autre s’agenouillait près de Ganipy qui se tordait de douleur.

Andreas me regarda droit dans les yeux et leur répondit pas.

- Allez chercher la toubib ! réclama-t-on encore.

Un rictus cruel puis le masque de froideur et d’indifférence. Et ce fut tout.

- Dégage, Snow.

- Non !

Pas maintenant. Pas comme ça.

S’il te plait.

- Il n’y a plus rien à faire, ricana-t-il nerveusement.

Plus rien à faire pour nous ?

Il semblait plus fier et plus hautain que jamais, mais son regard trahissait son abattement. Je connaissais mon homme. Il composait avec ce qu’il savait faire de mieux en situation de crise, en ne partageant pas, encore une fois, ses état d’âmes.

- S’il te plait ! l’implorai-je, à voix haute cette fois.

Son regard sévère me dissuada d’en rajouter, car d’autres hommes nous rejoignaient dans le salon.

Dire que nous nous étions aimés si fort deux heures auparavant… j’inspirai profondément. Sans succès. Mes poumons, en même temps que mon cœur, semblaient atrophiés.

Comment allions-nous survivre après ça ?

Lorsque je sentais à nouveau à mes yeux piquer, lorsque les autres semblèrent s’intéresser à moi, je baissai la tête, ravalai un premier sanglot et quittai les lieux au pas de course. »

Afficher en entier
Extrait de Above All, Tome 3 : Décoller ajouté par MadameLit 2016-04-07T09:18:12+02:00

-(...)Peu m'importe ce que vous avez fait ou pas, et ce que vous n'avez pas su voir en elle, désormais elle est des nôtres. Elle est à nous, et égoïstement, à moi.

Afficher en entier
Extrait de Above All, Tome 3 : Décoller ajouté par violette6989 2017-07-09T22:48:13+02:00

"- tu connais le maitre principal Ganipy, Van Allen ? continua Theodore, bien décidé à aller jusqu’au bout.

- Evidemment !

Drake nous sourit, l’un après l’autre. Personne n’était plus en mesure de l’arrêter. Pétrifiée, j’attendais qu’il me trahisse. Andreas l’attrapa par le col de sa combinaison et le secoua vigoureusement. April se jeta sur lui pour l’écarter, mais il fut plus fort et résista.

- Parle ! hurla-t-il.

Les jointures de sas phalanges blanchirent à vue d’œil. Theodore émit un bruit de gorge qui ressemblait à un gargouillement puis me livra d’une voix plus faible :

- Il la fait chanter depuis son arrivée. D’abord il la voulue, elle. Maintenant, in veut ta tête. Et son cul aussi. Enfin, toujours son cul… enfin tu vois ce que je veux dire… mais pas de problème, pas de problème ! finit-il en posant maladroitement ses épaules sur les épaules de son interlocuteur, médusé. On lui a filé une correction ! et maintenant, Weet contrôle la situation !

Le regard dans le vide, la bouche entrouverte, Andreas sombra dans un état second. Il relâche Theodore qui s’affaissa contre le mur en souriant bêtement.

- Voilà, tu vas pouvoir t’en occuper ! ajouta ce dernier sur un ton enjoué.

Andreas tourna son visage vers moi.

- Il t’a touchée ?

Il s’était métamorphosé. Ss lèvres pleines se réduisant à une ligne dure. Ses yeux s’étaient étrécis, la courbe de ses mâchoires devenait plus marquée à mesure qu’il les serrait. Il était sur le point d’exploser.

- Est-ce que ce connard t’a touchée, Lex ?me coupa-til d’une voix effroyablement calme.

Je fus tétanisée. Mon cœur n’avait jamais battu aussi fort, mon sang ne circulait plus nulle part. Je reculai d’instinct.

- Il a essayé, un jour…

Il ferma les yeux une seconde, puis les orbes pâles réapparurent. Violence, détermination, mais surtout déception. Son regard ne me tua pas, il m’anéantit."

Afficher en entier
Extrait de Above All, Tome 3 : Décoller ajouté par MadameLit 2016-04-07T09:19:52+02:00

-Me voilà, Miss Météo, Alexi. Lex. Mon coeur est à toi, avec mon âme. Et mon coeur, et tout le bordel que je traîne. Tout ce que tu voudras. Quoiqu'il arrive.

Afficher en entier
Extrait de Above All, Tome 3 : Décoller ajouté par MadameLit 2016-04-07T09:19:14+02:00

Nous ne parlâmes pas , à quoi bon. Nous savourâmes le début de la consécration de ce que nous étions devenus l'un pour l'autre. Des amoureux, des amants, des âmes soeurs.

Afficher en entier
Extrait de Above All, Tome 3 : Décoller ajouté par MadameLit 2016-04-07T09:18:52+02:00

-A la seconde où je t'ai vue, j'ai su que tu me donnerais du fil à retordre, poursuivit-il en caressant mon visage. Tu es diablement forte. Un genre de guerrière, avec ses faiblesses et ses blessures.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode