Livres
454 580
Membres
402 906

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

— Oh, je suis vraiment désolée, Solati ! lâche-t-elle avec un gloussement qui m'irrite aussitôt. Je n'ai pas l'habitude de baisser les yeux à mes pieds pour voir si je ne suis pas sur le point de marcher sur quelqu'un.

(...)

— Aucun problème, dis-je en imitant son gloussement stupide et en rejetant vers l'arrière le bas de mon voile, pour faire bonne mesure. Même si tu baissais les yeux, tu n'aurais probablement pas vu grand-chose avec un nez de cette taille.

Afficher en entier

Il est parti pendant trois mois… Les choses ont peut-être changé. La futilité de notre relation n'a jamais eu l'air de l'embêter avant, mais peut-être qu'il a décidé que l'impossibilité d'être ensemble n'en valait plus la peine. Un Bruma et une Solati en couple ? L'idée serait répugnante pour nos deux peuples. C'est pour ça qu'il est primordial de garder le secret.

Afficher en entier

Alors que je prends ma poire sur la table de buffet, une énorme silhouette me pousse à terre. Perdant à la fois ma poire et mon équilibre, je protège aussitôt mon bras gauche, en pivotant pendant ma chute pour que ce soit l'arrière de mon épaule qui encaisse le choc. Je me dépêche de me remettre sur pied, adoptant une position défensive ; je sais que je suis censée faire profil bas, mais il est hors de question que je ne me protège pas.Je relève les yeux vers l'homme immense, avant de plisser le nez lorsque son odeur me parvient. Généralement, les stéréotypes sur les Brumas sont complètement infondés, mais celui-ci y correspond parfaitement.

— Bouge de là, putain de Solati, grogne-t-il.

Je n'ai même pas le temps de répondre avant qu'une main puissante ne se referme autour de sa gorge.

— Gabel, dit le roi d'un ton tranquille, pourquoi est-ce que tu harcèles mon invitée ?

Malheureusement pour lui, Gabel prend sa phrase pour une véritable question.

— Elle a tué le prince Kedrick ! s'exclame-t-il avant de lâcher un bruit étouffé lorsque le roi resserre sa prise.

Toute la cour les regarde : le roi se tourne vers elle, entraînant avec lui Gabel, qui suit le mouvement sur ses doigts de pied, tentant de conserver son équilibre.

— J'ai vu la façon dont vous traitez notre invitée, dit le roi. Puis-je vous rappeler que la princesse est une femme, et qu'elle fait à peine la moitié de votre taille ?

Le visage de Gabel est congestionné. Je n'ose pas observer la réaction de la cour.

— Laissez-moi être clair à propos de la mort de mon frère, dit le roi en continuant à serrer. Contrairement à ce que vous avez tous l'air de croire, mon frère a lui-même décidé de se sacrifier pour sauver la Tatuma.

La cour se tait aussitôt. Le roi continue :

— Ne tournez pas en ridicule son courage ou son sacrifice.

Lorsqu'il se tourne vers moi, je m'oblige à rester le plus immobile possible.

— Je vous présente mes excuses pour leur conduite. Si j'avais été plus attentif, ces dernières semaines, le problème aurait été réglé bien avant.

Je hoche la tête, distraite par l'homme qu'il est toujours en train d'étrangler. Le visage de Gabel a maintenant tourné au violet, ses lèvres tirant sur le bleu. Sans cérémonie, le roi le lâche sur le sol et retourne sur son trône sans même jeter un regard en arrière. Gabel se recroqueville par terre, prenant de faibles inspirations avec difficulté. Je le fixe quelques secondes avant de l'enjamber pour prendre une autre poire.

À dater de ce jour, plus personne ne me pousse ou ne me bouscule.

Afficher en entier

— Ça va, Kaura ? C'est bien, tu es une bonne fille.

Roscoe s'étouffe à nouveau.

— Une bonne fille ? s'écrie le roi d'un ton incrédule. Elle vient de me mordre !!

— Vous l'avez bien mérité.

Afficher en entier

c'est un sentiment étrange d'être haï juste parce qu'on est né sur un autre monde

Afficher en entier

Je me faufile à travers les sombres petits couloirs du palais et je grimpe les escaliers de bois jusqu'à atteindre ma chambre, à mi-hauteur de la tour la plus éloignée. J'enlève ma robe brune et je mets ma tenue noire. Le tissu léger ondule lorsque je l'enfile, jusqu'à me recouvrir entièrement, en dehors de mes mains et de mes pieds chaussés de sandales. Les robes noires ne doivent être portées qu'en période de deuil, mais mon frère Olandon et moi, nous en mettons souvent pour aller nous balader dehors.

Afficher en entier

Kedrick est de retour. Il est arrivé hier, et avant de quitter le cercle du milieu ce soir, je lui ai adressé notre signe secret. J'espère que ce n'était pas trop subtil pour lui. Parfois, j'oublie qu'il n'est pas habitué aux coutumes discrètes de mon monde.

Afficher en entier

Chapter One

I weave my way around the layers of semi-circle tables where the court members sit, ignoring their whispers as I pass. I'm used to their gossiping - the consequence of wearing a veil since birth.

At least tonight, they're easier to ignore than usual.

Kedrick's back.

He arrived back yesterday and, before leaving the middle ring tonight, I'd given him our secret gesture - hopefully not too subtle. It was easy to forget the prince was for Glacium, and therefore unused to the discreet ways of my world.

I twist through the dark passageways of the palace, climbing back wooden steps until I reach my room secluded in the far reaches of the palace. My chambers are halfway up the highest tower though I used to be all the way at the top. Perhaps I'm growing in my mother's regard. I chuckle darkly at the thought, shaking my head.

My chambers aren't much to look at; a bed, a basin, a chest and two fans. It is,however, one of the few places where people don't stare.

I change out my brown robes and into my black set. The light material slithers down to cover me until only my hands and sandalled feet are exposed. The black robes were for grieving, but my brother and I ofter wore them to sneak around. And if ever there was a time to sneak, It was then the Tatuma of Osolis and the Prince of Glacium were meeting in the meadow.

The sky darkens according to its own schedule as I settle into the chamber's opening and will time a quicken. A hot wind catches at the thick, black material of my veil, sweeping it side-to-side.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode