Livres
458 799
Membres
412 591

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Je suis bousculée entre les bras de Jovan quand il découpe une poire en morceaux.

— Mange, m'ordonne-t-il en portant un quartier à mes lèvres.

Je laisse mes cheveux retomber vers l'avant en lui lançant un regard noir, refusant d'ouvrir la bouche.

— Je ne vais pas manger sur tes genoux. Ni dans ta main.

Quelqu'un rit doucement.

— Elle ne va pas te faciliter les choses.

Jovan ne détourne pas le regard.

— C'est une coutume Bruma, explique-t-il. Si tu rejettes la nourriture que je t'offre, tu me rejettes et tout ce que j'offre.

Mon expression vacille.

— Vraiment ?

Cet homme s'est humilié devant tout son peuple, pour moi. Il m'a offert la paix.

Jovan hoche la tête. Quelqu'un s'étouffe derrière lui, mais je ne détourne pas les yeux.

— Si je mange qu'une bouchée, est-ce que ça suffit ? Que tu me nourrisses, c'est... bizarre.

Ses yeux brillent et je cède. [...] Mes lèvres se referment sur la poire juteuse, effleurant ses doigts. Son expression n'a jamais été aussi concentrée sur mes gestes. Ou peut-être que je le remarque davantage à cause de l'endroit où nous sommes et de ceux qui nous regardent. Je mâche rapidement, évitant le regard des autres. Du jus s'échappe et coule sur mon menton. Quand je fais le geste de l'essuyer, Jovan agrippe ma main et se penche vers moi. Comme je reste figée, le roi lèche le jus et dépose un baiser profond et époustouflant contre ma bouche.

Je hoquette quand il s'écarte.

La salle acclame, à ma grande honte.

Afficher en entier

Un murmure interrompt le silence, nous atteignant depuis l'endroit où dorment les Bruma des Cercles Extérieurs.

— Beri, j'crois bien que la gamine, Givre, c'est la princesse du feu.

Le ricanement de Jovan n'est clairement pas discret. Je le pince pour le faire taire.

— Bah ouais ! T'as pas entendu ? Elle était sacrément snob, avant qu'on la corrompe dans les Cercles Extérieurs. On l'a arrangée.

Le corps du roi se met à trembler sous moi. Je ferme les yeux, souhaitant entendre le reste.

— Logique. Je pensais pas pouvoir apprécier une Salopi.

— C'est Soulatie, pauvre con.

Mon propre corps se met à trembler. J'étouffe mon rire contre le torse de Jovan.

Afficher en entier

— Tu as raison, réponds-je tout bas.

Je grimace quand il s'arrête immédiatement.

— Qu'est-ce que tu as dit ?

Ses yeux sont écarquillés; un sourire incrédule illumine son visage.

Un petit sourire se glisse sur mes lèvres contre ma volonté.

— J'ai dit qu'il se pourrait que tu aies raison.

Il ricane.

— J'ai clairement raison.

Afficher en entier

Mes jambes lâchent presque lorsque Jovan libère son bras de l'étau de mon étreinte. A travers ma vision brouillée, j'observe le roi de Glacium s'agenouiller, tenant mes deux mains dans l'une des siennes.

Son regard flambe alors que sa mâchoire lutte pour contrôler sa propre réaction.

— Moi, le roi de Glacium, je m'agenouille devant la Tatuma d'Osolis.

Des murmures retentissent.

— Je te donne la loyauté de Glacium. Je promets que tes actes méritent notre confiance et notre reconnaissance éternelles.

Afficher en entier

« En un clin d’œil, Jovan m’attire sur ses genoux.

— Lina, je suis désolé. Je ne pensais pas un mot de ce que j’ai dit.

Je renifle fort.

— Tu ne crois pas vraiment que je me suis servie de toi pour tuer ma mère ?

— Non.

Il embrasse ma tempe.

— Et tu ne penses pas vraiment que je ne suis pas amoureuse de toi ?

— Non.

Il embrasse mes paupières.

— Et tu m’as attendue ?

— Toujours.

— Et tu ne penses pas être meilleur combattant que moi ?

Je renifle encore.

J’entrouvre un œil quand il ne répond pas. Je souris malicieusement et il me jette à nouveau sur le lit.

— Retire cette robe, m’ordonne-t-il. »

Extrait de: Kelly St. Clare. « Accords corrompus t4 Rêves de liberté. »

Afficher en entier

Les trois Cercles s’entassent dans les tentes disponibles. Olandon et moi accueillons Avalanche, je ne sais comment. Péché était le premier volontaire, mais Jovan s’y est rapidement opposé. J’en ai été reconnaissante à ce moment-là. Qui sait où auraient rôdé les mains de Péché, et où aurait fini le poignard de mon frère, ou quel appendice Péché aurait perdu – peut-être son préféré.

Afficher en entier

Puis nous avons récupéré Avalanche à la place. Il ne tient même pas dans la tente ; il est juste allongé au milieu, nos vestes enroulées autour de ses jambes surélevées.

- Si je meure parce que le rabat de notre tente est ouvert à cause du géant, je ne serai pas heureux déclare Olandon.

- Non, grogne Avalanche. Tu seras mort.

Afficher en entier

Me perdre le détruirait. Tout comme le perdre me détruirait, moi aussi.

Afficher en entier

— Où est-ce que tu m'emmènes ?

Il me donne une nouvelle tape sur les fesses.

— C'était pour quoi, ça ?

J'entends le sourire dans sa voix.

— C'était parce que tes fesses très séduisantes se trouvent juste devant mon nez et que je n'arrive pas à réfléchir clairement.

— Oh.

Afficher en entier

“When we’re hurt, we recede to the fundamental truths in our lives. We return to that which we are certain of, to lick our wounds and heal. Olandon is my fundamental truth.”

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode