Livres
464 180
Membres
424 561

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par toutoun 2013-09-06T09:00:34+02:00

Note de l’auteur : cette scène se déroule dans les vestiaires de la caserne... après la douche. Devons-nous préciser que, pour moitié, les protagonistes ne portent qu’une serviette de bain tombant sur les hanches, dévoilant leurs tablettes de chocolat, et que, pour l’autre moitié, ils ne sont vêtus que d’un jean ou d’un pantalon de jogging ? Non, nous pensons que l’imagination de la lectrice (ou du lecteur) jouera d’elle-même dans ce cas.

Afficher en entier
Extrait ajouté par toutoun 2013-09-05T21:27:00+02:00

 Dieu bénisse les petites culottes rouges ! » dit-elle en joignant les mains devant la machine à laver. Amen.

Souriante, Laura remonta en quatrième vitesse les escaliers pour se mettre à l’abri dans sa chambre pendant les prochaines quarante-cinq minutes. Elle prit un bouquin et s’installa confortablement sur son lit. Et enfin elle l’entendit, le hurlement de fureur qu’elle savait avoir consciemment provoqué. Douce musique à ses oreilles.

L’ogre en colère remonta les marches en courant, quatre à quatre, aussi subtil qu’un troupeau d’éléphants. Elle visualisait déjà la fumée qui lui sortait des oreilles. Charmant tableau.

Cinq, quatre, trois, deux, un… que le spectacle commence !

« Pour qui tu te prends ? » gronda Derrick en ouvrant la porte de sa chambre sans même prendre le temps d’y frapper.

Cet homme n’est certes pas un gentleman.

Oh que non ! La politesse et lui, ça fait deux !

« Bonjour à toi aussi Derrick, répondit calmement Laura.

— Pourquoi tu as fait ça ?

— Fait quoi ?

— Ça ! éructa-t-il en brandissant dans son poing la petite culotte de Laura.

— Oh ! Tu l’as trouvée ! minauda-t-elle.

— Oui. En plein milieu de mon linge ! »

Derrick fit quelques pas vers la jeune femme et reprit, plus énervé que jamais.

« Blanc, le linge.

— Oops ! lança Laura en posant l’index sur sa lèvre inférieure.

— Oops ? explosa Derrick. Tu te moques de moi là ? Je te jure que tu vas me le payer cher ce coup-là, Smiley. »

Cette dernière éclata de rire, incapable de se retenir plus longtemps face à la mine déconfite de son colocataire.

« J’aimerais bien voir ça, ajouta-t-elle encore afin de le provoquer.

— Oh ! Tu verras, susurra Derrick en se rapprochant encore plus près d’elle. Je peux te l’assurer ! »

citation.

« Le jeu ne fait que commencer », acheva-t-il en relâchant le bout de tissu rouge sur le lit.

Derrick toisa Laura quelques secondes encore, alourdissant l’air autour d’eux par sa simple présence, rendant la pièce soudain trop petite, trop étouffante, avant de se détourner et de claquer la porte.

Smiley – 1, Derrick – 0.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jensen-Addict 2013-12-09T00:04:01+01:00

Il n’avait pas fait attention, hier soir en la rejoignant, aux vêtements qu’elle portait mais là, Derrick ne pouvait faire autrement que fixer, bouche bée, ce qu’il avait sous les yeux.

Sexy !

Les cheveux qui cascadaient dans son dos, le haut de sa nuisette retombant négligemment sur l’une de ses épaules, et sa peau, qu’il avait sentie si douce contre la sienne cette nuit.

Merde, merde, merde !

Derrick était en feu. Le comble pour un pompier ! Pourtant, il avait déjà vu Laura habillée en pyjama Hello Kitty avec chaussons assortis…

Mignonne…

… en mode bricolage à la maison, bas de jogging difforme et tee-shirt XXL tout droit sorti des affaires d’une groupie des années 70…

Jolie…

… vidant les paquets de mouchoirs à s’en rougir les yeux comme pas permis lorsqu’elle était malade, en boule dans des plaids style patchwork, les cheveux défaits, sans maquillage…

Craquante…

Ce petit défilé mental, qui aurait dû avoir sur lui l’effet d’une bonne douche froide, ne l’aidait pas, mais alors, pas du tout ! Pour être honnête, en toutes circonstances, elle était belle pour lui. Seulement jamais, au grand jamais, il ne s’était autorisé à la trouver réellement attirante depuis leur première rencontre, ni à tester cette force d’attraction. Là, Derrick n’avait plus qu’une envie, s’avancer vers

Laura, l’enlacer et nicher sa tête dans le creux de son cou, tendre, qu’il avait squatté la veille au soir jusqu’à ce qu’il s’endorme avant de…

Pense à quelque chose d’autre.

Hum, oui, mais quoi ?

Impossible de détacher son regard des mains de Laura qui, à présent, beurrait une cracotte. Et

Derrick d’imaginer ses mains caressant son corps en fusion…

Arrête de réfléchir !

Facile à dire…

Ok, Médor doit rentrer à la niche et tout de suite !

Euh…

À court d’idées, Derrick se lança dans une litanie mentale d’un autre genre que la précédente, espérant faire baisser sa tension…

Margaret Thatcher, la reine d’Angleterre, Bernadette Chirac, Mireille Mathieu, … Droopy ?

Droopy ? Sérieux ?

Rien de tel pour vous couper toute envie inavouable. Après avoir repris ses esprits, Derrick se dirigea comme si de rien n’était vers Laura.

Droopy, Droopy, Droopy …

Afficher en entier
Extrait ajouté par paraty62 2013-09-26T09:47:58+02:00

« Non, tu me fais marcher ! s’exclama Laura.

— Je te jure que non, se défendit Juliette.

— Nan, je ne te crois pas.

— C’est la stricte vérité.

— Et tu penses qu’il va se pointer avec ses lunettes à double foyer et son costume aux couleurs passées qui sent la naphtaline ?

— Il est loin de ressembler à son célèbre homologue, tu peux me croire. Je dirais même qu’il est plutôt canon, si tu veux mon avis.

— Ouais… m’enfin, avoue quand même qu’il est difficile de croire que des parents aient pu appeler leur enfant, de leur propre volonté, Derrick. Pas après avoir subi la série ô combien soporifique ! Ça me dépasse !

— Et pourtant, ils l’ont fait », coupa Derrick, glacial, dans le dos de Laura.

Afficher en entier
Extrait ajouté par paraty62 2013-09-26T09:45:30+02:00

« Ha ! » hurla Laura à en faire trembler les murs.

La jeune femme contemplait le massacre, debout devant le miroir. Au sortir de la douche, elle avait enroulé une serviette de bain autour de ses cheveux le temps de se sécher. Elle venait juste de l’ôter et n’avait pu retenir le cri venant d’éclater contre les parois de la pièce.

L’horreur !

Laura tira sur une mèche de ses cheveux, incrédule.

« Verts, murmura-t-elle. Ils sont verts ! »

Et pas n’importe quel vert !

Pas un vert tirant sur le noir, ce qui aurait encore pu être portable. Non. Ses cheveux étaient vert… fluo !

« J’y crois pas ! J’ai les cheveux Stabilo ! »

Passant et repassant les doigts entre ses mèches, Laura avait les larmes aux yeux. Sa tristesse s’effaça cependant rapidement face à la colère quand, inspectant la bouteille de shampoing, elle comprit qui était derrière tout ça.

« Derrick », souffla-t-elle.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Jensen-Addict 2013-12-09T00:04:47+01:00

Retrouvant instantanément son sang-froid et sa détermination, elle n’hésita pas une seule seconde avant de plonger ses deux bras dans l’eau. Elle les en fit surgir, créant des arcs de cercle qui vinrent percuter Derrick dans un bel ensemble. Ce dernier, surpris, ne fit cependant que cligner des yeux avant de toiser Laura des pieds à la tête.

Ne regarde pas les gouttes d’eau salée qui ruissellent sur son torse. Ne regarde pas…

Mercredi ! J’ai regardé !

Afficher en entier
Extrait ajouté par paraty62 2013-09-26T09:52:53+02:00

Il s’était attendu à tout sauf à ça. Cependant, il savait aussi qu’il ne devait rien faire, surtout pas.

Garde les mains dans tes poches vieux !

J’ai pas de poches, débile, je ne porte qu’une serviette de bain !

Galère…

Il fallait que Laura arrête de le regarder comme ça, sinon Derrick ne répondrait plus de rien. La seule idée qui lui venait à l’esprit quand il accrochait les yeux de la jeune femme était la vision de cette dernière, allongée sur le lit et lui au-dessus d’elle, couvrant son corps de baisers…

Droopy, Droopy, Droopy …

Ils étaient amis, rien de plus. Ils ne devaient pas être quelque chose de plus !

Techniquement parlant, vous ne l’êtes pas vraiment. Amis, je veux dire…

Afficher en entier
Extrait ajouté par paraty62 2013-09-26T09:50:56+02:00

« Quelle tristesse ! Tu devras te contenter de moi, reprit-t-elle, mutine, en pointant la spatule qu’elle tenait dans sa main devant le nez de Derrick.

— Quelqu’un m’en veut, c’est clair ! lâcha-t-il.

— Je ne te le fais pas dire ! » conclut Laura en se dirigeant vers le frigo.

Profitant qu’elle ait le dos tourné, Derrick se permit d’esquisser un léger sourire. Jamais il ne lui laisserait voir qu’il l’appréciait, ne serait-ce qu’un peu. Pas après la façon dont il l’avait traitée au début… Tous les deux se lançaient des piques et se cherchaient sans arrêt, ils ne pourraient pas avoir une relation amicale comme celle qu’ils entretenaient avec les autres. Entre eux, ça ne pouvait pas coller.

Pas de cette façon-là.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Camille77150 2015-06-18T23:55:11+02:00

« Je sais que ça va sans doute te paraître stupide ou totalement disproportionné mais j’ai besoin que tu me promettes deux choses, ok ? »

Derrick n’avait pas hésité une seule seconde avant de répondre. Tout, pour effacer la tristesse de Laura.

« Ok.

— La première, maintenant que tu vas intégrer la caserne la semaine prochaine et être un pompier à part entière, promets-moi de toujours faire attention à toi. Même si tu m’agaces prodigieusement la plupart du temps, je ne veux pas te perdre… »

Éberlué par la révélation qu’elle venait de lui faire, Derrick n’avait pas tout de suite répondu. Laura avait dû mal interpréter sa réaction car elle avait aussitôt repris le fil de la discussion.

« … ben oui, pour le loyer, tu comprends. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par caro72 2014-05-25T06:14:18+02:00

Laura à Derrick:

« Si tu veux bien m’excuser,inspecteur, siffla-t-elle, j’ai autre chose à faire que d’écouter tes commentaires idiots.

— Comme quoi ? Tu vas traire une vache ? Faucher le blé dans les champs ? Repriser des chaussettes ? »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode