Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de acefrog : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Dracula Dracula
Bram Stoker   
En fait, le mythe du vampire a beaucoup évolué. Dracula est peut-être ce qu'on en a fait de plus proche par rapport aux superstitions et aux croyances anciennes. Mais bien entendu, Bram Stocker n'en a pas utilisé tous les éléments sinon Dracula aurait été encore plus laid et se serait baladé en linceuil ;) En fait, je me demande si ce n'est pas le personnage vampirique le plus étoffé en littérature classique.

par Angie
Le Paris des merveilles, Tome 1 : Les Enchantements d'Ambremer Le Paris des merveilles, Tome 1 : Les Enchantements d'Ambremer
Pierre Pevel   
Qu’on se le dise, j’ai choisi ce livre à 90% pour la couverture, le synopsis a ajouté les 10% restant. Et pour une fois l’habit a fait le moine.

Ce roman nous dépeint un Paris merveilleux, chaque petit détail n’a pas fini de nous surprendre. Il n’est pas rare de croiser fées, ogres et arbres parlant dans notre capitale, tous sont différents, mais cohabitent à merveille. L’univers fantastique n’est pas oublié au fur et à mesure que l’intrigue se développe, il y a toujours un élément de description qui nous connecte à ce Paris des merveilles que ce soit un chat qui parle ou des fées lucioles qui virevoltent près d’une voiture.

L’écriture de Pierre Pevel est formidable, elle nous plonge entièrement dans le 20e siècle et, bien que soutenue, elle est remplie d’humour. L’auteur nous apostrophe quelquefois et nous implique vraiment dans l’aventure du héros.

Les personnages sont vraiment authentiques (dédicace à Haussont du Clairon) et vous en connaissez déjà certains (Méliès par exemple). Le mage, Louis Griffont, est un héros gentil, intelligent et parfois grognon, mais il est impossible de ne pas s’y attacher. Il en est de même pour la baronne Isable de Saint-Gil, une femme, une vraie. Forte, fière et intelligente, sensible également, c’est un personnage nuancé et formidable, une héroïne qui mériterait d’être dans plus de romans… Elle et Griffont vont tenter d’élucider un meurtre qui cache un terrible secret puisqu’il remet en cause l’accession du pouvoir de Méliane, la reine actuelle.

En plus d’être un superbe narrateur, Pierre Pevel créer une intrigue fascinante, digne d’un véritable roman policier. Les indices et les personnages ont tous leur importance et on se retrouve malgré nous à mener l’enquête. La passion qui unit Louis et la baronne est tendre et mélancolique (puisqu’ils étaient jadis mariés, mais sont maintenant séparés), elle change des clichés de la littérature. Ils entretiennent une relation amicale et pleine de tendresse, mais ils savent tous deux qu’ils ne pourront jamais revivre leur amour. Les personnages de Pierre Pevel ne sont pas parfaits et plus tout jeunes, les relations qu’ils entretiennent ne sont pas des stéréotypes et c’est ce qui fait la force de ces derniers.

Le seul bémol, celui qui m’a empêché de faire de ce livre un coup de cœur est la fin. Le roman, bien que fantastique, joue sur une intrigue tout à fait réaliste, (volonté de pouvoir, rapports de force et secrets compromettants) mais la fin est pour moi trop facile. L’auteur c’est servi de la magie pour « tout résoudre » et les personnages, qui avaient un rôle très important se retrouvent mis au second plan et toutes les étapes qu’ils ont traversées perdent de leur valeur. La résolution de la quête est telle que je me l’attendais, mais le moyen d’y parvenir (intervention quasi-divine) est pour moi un gros point faible. Le seul point faible.

Bien que la fin ait été une petite déception, il me reste encore deux tomes à dévorer et j’ai passé une excellente lecture. J’ai eu du mal à prendre un autre livre, car le style de l’auteur m’avait vraiment embarqué.

http://hamge.esy.es

par Calippo
Twilight, Tome 2 : Tentation Twilight, Tome 2 : Tentation
Stephenie Meyer   
Je pense qu'il faut arrêter de mettre des -1 à tous ceux qui ont le malheur d'exposer leur avsi en critiquant ce livre. Il faut garder en mémoire que c'est toujours un avis PERSONNEL, et que vous ne pouvez pas mettre -1 juste parce que la personne à dit j'aime pas. Elle a le droit de ne pas aimer.

On pourrait mettre -1 si un spoiler trop important gachait la lecture par exemple. Mais pas juste pour un "j'ai pas aimé ce livre parce que..."

Mon avis : Je pense que ce livre est le moins bon de la saga. Pourquoi ? Parce que le départ d'Edward montre bien qu'il n'est pas capable de protéger Bella. Rendez-vous compte : votre petit mignon préfère abandonner la pauvre héroine plutôt que la transformer ou la protéger. Il est donc lâche. Oui, lâche. Puisque Bella le veut, il n'a qu'a la transformer. En réalité, on a vraiment l'impression que ce livre ne sert qu'a mettre en valeur Jacob.

Jacob, parlons-en. Jacob, (et ce n'est qu'un avis PERSONNEL) est puéril. Ce n'est pas un personnage très intéressant, jsute là pour créer du piquant. Et Bella, comment peut-elle se demander si Jacob est mieux qu'Edaward. Vous êtes déjà tombée amoureuse. Je veux dire, vraiment amoureuse. Soyons honnêtes, on ne peut pas dire, j'aime follement, passionnément deux garçons. C'est vraiment rare.

Mais le pire, ce qui est catastrophique, et là, je pèse mes mots, [spoiler]c'est que Bella retourne avec Edward malgré le fait qu'il l'ai abandonné.[/spoiler] Franchement, elle est trop bête. Il est lâche, il l'a abandonné, et elle, elle s'est trouvé un nouveau petit ami formidable avec plein de pouvoirs. Donc, Bella est bête. C'est triste.

Le livre ne possède pas des personnages (sur cet opus) incroyables. Mais la qualité d'écriture de Meyer ne peut pas être remise en compte. Elle est vraiment géniale. Vous n'avez qu'à lire "les âmes vagabondes".

Bien, maintenant que j'ai poussé mon coup de gueule, vous pouvez donc reprendre vos habitudes, me mettre -1. Mais j'espère que vous y réfléchirez à deux fois avant de le faire.
En même temps, je ne sais pas si vous l'avez remarqué, mais Twilight était bien mieux sans tous les autres livres qui reprenne son intrigue. Il y a trop de livres de vampires, trop de surf sur cet vague qu'est Twilight. Tous ça n'est qu'une mode, et certain la suive.

Il faut arrêter de nous servir la même sauce avec un nom différent, c'est vraiment agaçant.

par Altanais
Britannicus Britannicus
Jean Racine   
Une bonne tragédie — ça reste du Racine, faut pas déc' !
 
Si Britannicus n'est pas ma pièce préférée de Racine, elle en reste une très bonne. Le point qui m'a le plus plu est, je pense, la figure de Néron. Jeune empereur en quête d'émancipation, il est tiraillé entre amour filial et désir d'indépendance. Dans ce déchirement, un personnage lui montre une voie, la voie qui poussera le monstre sanguinaire sommeillant encore chez le jeune dirigeant à se réveiller.
L'alexandrin est toujours aussi bon, presque berçant.
Dans les sujets antiques, la mythologie grecque a ma préférence mais la Rome ancienne n'est pas sans me parler non plus.
 
Un bon moment de lecture, agréable et abordable.
Dracula l'immortel Dracula l'immortel
Dacre Stoker    Ian Holt   
Dracula revu à la sauce Twilight! Bram Stoker doit se retourner dans sa tombe en voyant son personnage ainsi martyrisé et sa propre personne ridiculisée!


par Babelle
Roméo et Juliette Roméo et Juliette
William Shakespeare   
Inspirée d'un conte italien, c'est LA tragédie amoureuse par excellence ! Un classique qu'il faut absolument avec lu au moins une fois dans sa vie, l'histoire de ce couple étant devenue un mythe incontournable aujourd'hui.
J'étais lycéenne à ma première lecture de cette pièce et je me souviens avoir été frappée par l'alternance du comique et du tragique dans un pièce aussi sombre. Ainsi que la dualité entre les images de l'ombre et de la lumière. C'est une pièce profondément riche et poétique (certains passages me font penser aux Sonnets de Shakespeare) et qui m'a énormément touchée et remuée par son histoire d'amour impossible.
Quelques larmes plus tard, je vous recommande chaudement la lecture de cette pièce. A vos mouchoirs !

par Brit
Les Mondes d'Ewilan, Tome 1 : La Forêt des Captifs Les Mondes d'Ewilan, Tome 1 : La Forêt des Captifs
Pierre Bottero   
ce tome est mon préféré de toute la quete d'Ewilan. Pourquoi? Parce que Ewilan souffre(je suis pas une sadique, enfin un peu mais c'est pas le problème), je pense qu'elle sait au moin maintenant ce que veut dire "souffrir". Autant physiquement que mentalement. Ce tome est beaucoup plus profond.

Aussi pour aller dans quelque chose de beuacoup léger, j'aime bien lire la description de la tête des perssones normales quand on leur dit que leurs monde bien rangé et qu'ils ont toujours connus est en faîte jumeau avec un autre monde qui lui est un mystère même pour les habitants, peuplés de créatures et de magies incroyables. et dans ce tome ça arrive deux fois!
Twilight, Tome 1 : Fascination Twilight, Tome 1 : Fascination
Stephenie Meyer   
Que dire de plus ???? Moi je l'ai ouvert la première fois dans le train, il était tard, j'avais passé une journée de m.... sur Paris, et là.... je l'ouvre, (le contrôleur a du m'appeler à plusieurs reprises je crois), et pouf j'étais arrivée à la maison ! J'ai dû le finir dans la nuit...
ATTENTION : Addictif +++, le lire entraine une forme d'autisme lectique grave pouvant entrainer agressivité en cas de sevrage trop rapide...

Par contre le film, j'accroche pas vraiment...

par Lilwen
Victorian Fantasy, Tome 1 : Dentelle et nécromancie Victorian Fantasy, Tome 1 : Dentelle et nécromancie
Georgia Caldera   
http://mabiblio1988.blogspot.fr/2014/09/victorian-fantasy-tome-1-dentelle-et.html

Merci à Georgia Caldera pour m’avoir permis de découvrir sa nouvelle saga en avant-première en tant que bêta lectrice. Une saga bien différente des Larmes Rouges mais pas de doute, la plume de l’auteure ainsi que sa façon de faire languir le lecteur sont belles et bien présentes.
Cette fois, nous partons en Angleterre sous le règne de la Reine Victoria. Ce n’est pas l’Angleterre que nous connaissons mais une Angleterre où la magie a tout pouvoir. Au cours de notre voyage, nous allons rencontrer des hommes, des femmes mais aussi des créatures magiques très surprenantes.
Bien que différents personnages nous accompagne pendant ce premier tome, deux personnages sont au centre de cette romance paranormale : une femme, Andraste et un homme, Thadeus.
Je me suis rapidement attachée à Andraste qui est une jeune fille d’une vingtaine d’années, vierge. Pour une fois, sa virginité (bien que celle-ci ne soit pas choquante au vu de l’époque où se déroule l’histoire) est expliqué et logique. Cette demoiselle qui s’est toujours vu cloîtrée au sein du manoir familial est invitée à rejoindre le château royal. Elle va enfin pouvoir vivre sa vie, seule et libre. Enfin presque… Andraste est vraiment intelligente, maline et a un fort caractère. Au cours, de ma lecture, je me suis retrouvée à régulièrement penser comme elle, à m’identifier en quelque sorte à elle.
Thadeus, fils aîné d’un duc, appartient à une famille qui semble avoir une haute importance aux yeux du royaume. Pourtant, cette famille est touchée par une malédiction que Thadeus va essayer de rompre. Cet homme intelligent ne sait absolument pas s’y prendre avec les femmes ce qui va engendrer des scènes assez drôles mais tombant sous le charme d’Andraste dès le premier regard, il va apprendre à se comporter comme un gentleman. J’ai d’abord aimé puis détesté puis aimer… ce personnage masculin.
Les autres personnages de ce roman sont très difficiles à cerner. En effet, l’auteure nous donne que peu d’informations à leur sujet, juste ce qui est nécessaire à la compréhension de l’histoire. C’est très frustrant mais Georgia Caldera sait s’y prendre pour nous frustrer, nous faire languir. Elle sait nous amener à nous poser des questions auxquelles elle donne parfois réponse et d’autres pour lesquelles il faudra patienter.
C’est avec plaisir que j’ai retrouvé le style de l’auteure. Dès le premier chapitre, on cerne l’univers dans lequel va se dérouler l’histoire même si au cours de celle-ci on découvre des nouveautés. Georgia Caldera a fait le choix de nous offrir des chapitres avec des points de vue différents. En effet, les chapitres sont racontés avec le regard des personnages ce qui apporte un plus à l’histoire. La fin de ce premier tome laisse entrevoir une suite avec d’autres personnages. Certes, je suis déçue de quitter Andraste et Thadeus mais d’un autre côté, je ne vois pas trop quelle suite aurait été possible avec ces deux personnages. Qui dit romance paranormale dit scènes érotiques. Si je devais reprocher quelque chose à ce premier tome, c’est peut-être qu’une ou deux scènes supplémentaires n’auraient pas été de trop. Surtout des scènes vues par Andraste. Le premier tome des Larmes rouges n’aborde pas la sexualité, de ce fait, je pensais l’auteure peu à l’aise à ce type de scènes. Ce livre montre bien le contraire. En effet, Georgia Caldera décrit ses passages avec beaucoup de sensualité et d’érotisme sans jamais de vulgarité.
Pour conclure, une nouvelle saga très prometteuse dans un univers où la magie est reine.
La Duchesse de Langeais La Duchesse de Langeais
Honoré De Balzac   
Premier Balzac lu, et je peux l'annoncer : ce n'est pas vraiment le genre de style qui me fait kiffer. J'aime bien lorsqu'une narration se pose en neutre et quand l'écrivain se retrouve à manier son histoire de sorte à ce que sa morale, son sens général, s'impose au lecteur de manière subtile, sans que l'auteur n'y intervienne directement. Avec Balzac, c'est tout l'inverse : l'auteur est toujours présent et c'est lui qui dit constamment quoi penser de quoi, il donne son opinion sur tout ce qu'il mentionne, et au final j'avais la désagréable impression que le travail de compréhension des évènements m'était pré-mâché, que l'opinion de Balzac m'était imposé sans la moindre objectivité. Moi qui aime les romanciers invisibles et retords à la Flaubert, me voilà bien déçu ici !
Mais enfin, cette lecture fut quand même plaisante, car le style de Balzac l'est, en quelque sorte qu'il nous mâche tellement la lecture que l'on peut lire parfois en pilote automatique sans perdre une seule subtilité. Le contexte historique était par ailleurs fort réussit et assez intéressant pour me garder attentif malgré l'histoire d'amour d'adolescent dont Balzac nous faisait de grands mots...
En bref, sympathique, mais pas mon style, l'intrigue m'étant finalement assez indifférente au final.