Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de achtin : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Lumière noire Lumière noire
Lisa Gardner   
Je suis tellement déçue !
Lisa Gardner est une auteur que j'apprécie beaucoup. A partir du plus simple, elle nous tisse toujours des histoires très complexes avec des personnages à la psychologie très élaborée, avec des sujets parfois très durs. Mais apparemment, ça ne prend pas toujours. Et cette fois-ci, c'est un flop.

Peut-être un problème de sujet. Les séquestrations de jeune fille innocentes... Mwarf, c'est assez compliqué d'innover le truc et de faire autre chose qu'une simple séquestration. Mais j'y croyais. Parce que c'est Lisa Gardner, et que des choses plutôt cool avaient déjà été faites avec ce sujet (je me souviens notamment d'Alex de Pierre Lemaître).

Alors on a quand même un peu de suspense, mais loin des révélations renversantes qu'on pourrait espérer. Et malheureusement, niveau histoire, c'est très très lent.
Déjà parce qu'on a un carnet de bord sur la première séquestration. Donc forcément, il ne se passe rien d'autre, et même si la tension est là, et que le sujet est particulièrement malsain, ce côté malsain je l'ai moins ressenti que dans d'autres livres du genre. [spoiler]On dit merci au Syndrome de Stockholm qui vient adoucir le portrait et qui rend la victime presque aussi tarée que son bourreau [/spoiler]

Et si ce n'était pas assez, on se retrouve avec une deuxième, puis une troisième séquestration de la même fille. Et là, ça fait un peu beaucoup. D'accord, on a des explications. Mais quand même, une fille qui passe son temps à se faire enlever et séquestrer, c'est pas forcément la chose la plus passionnante du monde.
Surtout que niveau explications, je ne suis pas convaincue plus que ça. Le problème, c'est pas vraiment le contenu mais plutôt la forme ; [spoiler]On se retrouve encore avec le monologue de la méchante hollywoodienne qui nous explique tout. C'est une technique que je trouve vraiment mauvaise et peu plausible. Et c'est quelque chose qu'on ne retrouve pas souvent chez Lisa Gardner, qui habituellement nous fait comprendre l'affaire au compte-goutte. Double déception, donc. [/spoiler]

Même les personnages sont décevants. Ils sont bien trop extrêmes pour être crédibles, et malgré le passé torturé de Flora, elle est tout sauf attachante.

par Jenna95
Très chère Sadie Très chère Sadie
Sophie Kinsella   
L'idée de départ était pourtant très intéressante mais je n'ai pas accroché tant l'écriture est pauvre.
Le Cimetière des livres oubliés, tome 1 : L'Ombre du vent Le Cimetière des livres oubliés, tome 1 : L'Ombre du vent
Carlos Ruiz Zafón   
N'ayant plus vraiment une nature très sensible depuis quelques années, je ne pleure plus, et j'ai rarement les larmes aux yeux. La première et seule fois où je me souviens avoir pleuré pour un livre, c'était quand j'avais 13 ans, en lisant Harry Potter 2, et en apprenant la réalité du monde.
Mais pour ce livre-ci, ce fut très différent de tous ceux que j'ai lu entretemps. Dans les cent premières pages, j'ai eu les larmes aux yeux - ou du moins la gorge serrée - deux fois. Une fois de tristesse, et une fois de joie. Et de nombreuses fois par la suite de ma lecture, je me suis surpris à sourire naturellement - pas un rire du à l'humour, ou à une blague, mais un sourire qui me faisait un instant me sentir bien. Vraiment bien.
Ce n'est probablement donc pas un mensonge que j'ai lu, plusieurs fois, avant de commencer la lecture de l'Ombre du Vent, qui parlait de magie et de beauté. Car j'ai vraiment eu l'impression de lire un livre nouveau, de découvrir à quel point l'emprise de certains autres romans, ou l'abandon qui pouvait s'en suivre, était léger comparé aux sentiments que m'ont procurés celui-ci.

L'histoire se présente comme le récit d'un jeune garçon qui va, à partir d'un coup de foudre pour un livre, chercher à percer les mystères et secrets de l'auteur qui semblent se dresser sur sa route, comme des portes fermées, ou des poupées russes, ainsi qu'il est dit dans le quatrième de couverture. Je ne me souviens pas avoir déjà lu d'adaptation de l'espagnol, donc je ne saurais dire si le style est du au talent de l'auteur, ou s'il est inérent à la langue traduite, mais c'est un vrai régal, sans que ce soit simple pour autant. C'est toujours plein de poésie, de beauté, tout en gardant sa part de noirceur et de ténèbres lorsque l'histoire s'y prête. Seule chose que j'ai pu lui reprocher, c'est évidemment l'histoire, si nette, précise et parfaite, tellement bien huilée et dont l'éclat de la magie dissimule les accrocs de la réalité et lisse le tout. ça lui enlève de la crédibilité. Mais d'un autre côté, son caractère magique et envoutant surpasse ce détail, et on la prend pour ce qu'elle est : un conte, une aventure palpitante où on n'est toujours surpris, ou on rit, on pleure, et on a peur. Vraiment une réussite, donc. A lire.
Hannibal Lecter, Tome 1 : Dragon rouge Hannibal Lecter, Tome 1 : Dragon rouge
Thomas Harris   
Ce roman est le premier de la "trilogie" Hannibal Lecter. Il n'a ici qu'un rôle secondaire, mais la personnalité singulière de ce personnage terrifiant est déjà bien présente. Cela fait 3 ans qu'il a été arrêté par l'agent du FBI Will Graham, qui a raccroché par la suite. On apprend donc que Lecter est un psychopathe qui n'éprouve aucun remord sur ses actes passés, qu'il est très intelligent et qu'il adorerait entretenir des rapports "amicaux" avec l'homme qui l'a fait enfermer (demande d'adresse pour écrire des cartes, envoie de lettres au siège du FBI). Il suscite également de l'admiration chez d'autres psychopathes, comme c'est le cas avec le tueur Dragon Rouge, qui va tenter de correspondre avec son idole. Mais par dessus tout, c'est Lecter qui va déclencher le final du livre, malgré sa minime présence.

L'histoire se concentre sur Will Graham, ancien agent du FBI qui a la faculté de se mettre dans la peau des tueurs. Il est recontacté par son ancien patron, Crawford, afin d'arrêter un tueur qui a déjà massacré 2 familles entières. Commence donc une lente descente aux enfers pour Will, qui va se sentir proche des victimes à s'en rendre malade. Sa vie de famille va être également chamboulée par cette enquête.

De l'autre côté, Harris va aussi se concentrer sur le tueur. On apprend assez vite qui il est, et petit à petit, on va découvrir son passé, et pourquoi il tue des gens. On a donc deux histoires en parallèles et qui pourtant se complètent parfaitement.

L'histoire est prenante et très bien écrite. Cela tient d'abord au fait que Harris a fait des recherches poussées sur les méthodes du FBI. Il a d'ailleurs passé du temps à la Division des Sciences Comportementales. Son tueur est crédible, une personnalité et un passé qui explique ses gestes. Rien n'est laissé au hasard. Les relations entre personnages ne sont pas délaissées au profit d'une analyse, au contraire, elles contribuent aussi à l'écriture des personnages. Cette plongée dans les pensées les plus obscures du tueur est assez sordide, mais on en redemande presque. On veut comprendre, et au plus on en sait, plus il nous apparaît presque sympathique. C'est d'ailleurs un tour de force remarquable de la part de Harris que de nous rendre ses personnages les plus noirs et malsains humains et de presque nous les faire prendre en pitié.

Le suspense est aussi de la partie, il monte crescendo jusqu'à la fin qui nous tient en haleine et qui nous surprend. On ne s'attend pas à ce retournement de situation, on est presque choqués.

Avec Dragon Rouge, Harris a posé les bases de ce que sera plus tard son chef-d'oeuvre, c'est-à-dire Le Silence des Agneaux. Son écriture est fluide, elle ne s'éloigne pas de l'intrigue principale et rien n'est laissé au hasard.
La Veuve, Tome 1 La Veuve, Tome 1
Fiona Barton   
Le coupable est-il toujours celui que l'on croit? L'autre est-il vraiment innocent? Devait-il dénoncer ou continuer à faire semblant de ne pas être au courant? Voilà toute la question concernant Jane Taylor. Est-elle réellement aussi innocente qu'on pourrait le croire? Comment a-t-elle pu vivre sans ne rien voir? Sans ne rien dire? Cela interpelle, on s'interroge. Elle, la femme d'un monstre sans coeur, comment est-il possible qu'elle ne sache rien?

Au fil du temps, on va se rendre compte que Jane est, elle aussi une victime, celle de son mari. Du jour de sa rencontre avec Glen, Jane n'a plus été elle-même, elle a été façonnée par lui, à l'image qu'il voulait d'elle. Et peu à peu, elle sombre dans l'engrenage. Et lorsque Glen passe sous le bus, elle va pousser un soupir de soulagement. Mais, sa vie ne sera néanmoins pas plus paisible pour autant car elle sera pour toujours et pour tous, la FEMME du monstre. Elle va être abandonnée par ses amis, fera les choux gras de la presse qui va la manipuler au plus haut point. Sa vie va être un calvaire.

Et pourtant, je n'ai pas perçu Jane comme une victime, tout au long de ma lecture, j'ai eu cette sensation étrange que Jane cachait bien son jeu. A quoi pense-t-elle? Est-elle aussi fragile qu'elle veut le laisser croire? On oublie néanmoins que c'est la petite Bella la véritable victime, mais que sait Jane à son sujet? Voilà ce qui trotte dans la tête du lecteur! Que sait Jane?

Pour ma part, je n'ai plus à un moment donné perçu Jane comme LA victime. Sans en dire trop, elle me semble se complaire dans ce rôle alors que la manipulation de son mari est évident. Une bonne lecture, assez dérangeante toutefois et qui laisse un sentiment amer.

http://chezcookies.blogspot.be/2017/01/la-veuve.html

par cookies72
Un Visage dans la Foule Un Visage dans la Foule
Stewart O'Nan    Stephen King   
Depuis que sa femme est morte, Dean Evers multiplie les occasions de regarder les matchs de baseball à la télévision. Il n'est pas particulièrement fan de baseball, mais c'est une façon de tuer le temps, de combler le vide et l'absence. Alors qu'il est concentré sur le match, un visage le surprend et le trouble... il croit reconnaître le docteur Young, son ancien dentiste qu'il n'a pas vu depuis près de cinquante ans et dont il s'étonne qu'il puisse être encore en vie. Mais là où les choses se compliquent, c'est lorsqu'il reconnaît Lennie Wheeler aux funérailles duquel il a assisté...

Trop courte mais très plaisante tant dans le choix du sujet que dans sa rédaction, cette histoire est surprenante, bien écrite, très bien imaginée.
Stephen King et Stewart O'Nan signent ici une nouvelle qui déroute quelque peu le lecteur, le conduit sur les gradins du fantastique, le perd sur le terrain de l'irrationnel, jusqu'au dénouement inattendu. Le suspense est entretenu jusqu'à la fin, de façon progressive et graduelle. C'est une ascension dans l'incohérence et c'est en cela que cette nouvelle est une réussite.
J'ai bien aimé cette ambiance que S. King a su installer même si je le préfère dans ses oeuvres plus longues, plus étoffées.

par SuperNova
Hannibal Lecter, Tome 2 : Le Silence des agneaux Hannibal Lecter, Tome 2 : Le Silence des agneaux
Thomas Harris   
Ce livre est tout simplement EXCELLENT !

Le suspens se fait sentir du début à la fin, le fil de l'histoire est d'une grande cohérence, les personnages sont incroyables : en quelques pages, en quelques mots prononcés, on s'attache au monstrueux Dr Hannibal qui se retrouve emprisonné ; on trouve Clarice Starling attachante avec ses aspirations futures et ses souvenirs passé ; quand au tueur en série, je vous avoue : il m'a fait de la peine bien qui ne le mérite pas même une micro-seconde, c'est dire la puissance du récit de M. Harris.

le tout est d'une puissance phénoménale. Un excellent thriller qui ne tombe pas dans le déjà vu, les clichés, la lourdeur etc.

Ce livre doit être lu, ne vous posez plus de questions, filer vous le procurer : vous ne decrocherez pas avant la dernière page, promis !

par Biibette
La Ligne verte La Ligne verte
Stephen King   
Livre qui ne ressemble pas du tout aux autres livres de S. King mais très bien contre la peine de mort. Histoire étrange, dure parfois, injuste, tendre et belle. Limite fantastique parfois. j'ai beaucoup aimé !
bonne adaptation cinématographique.

par Lilou
Hannibal Lecter, Tome 3 : Hannibal Hannibal Lecter, Tome 3 : Hannibal
Thomas Harris   
La suite du silence des agneaux. De la même trempe. D'une logique implacable. Un jeu de séduction terrifiant dans lequel le lecteur entre.

par Lilwen
Le fabuleux destin d'une vache qui ne voulait pas finir en steak haché Le fabuleux destin d'une vache qui ne voulait pas finir en steak haché
David Safier   
Voici un livre totalement différent de ce que je lis d'habitude et que je n'aurais jamais acheté de moi-même. Déjà parce que rien que le titre me rappelle la mauvaise expérience de lecture que j'avais fait avec le roman 'L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea' et que je voyais déjà la méga déception. Ca n'a pas manqué. Autant vous dire qu'il n'y aura pas grand chose de positif dans cette chronique.

L'histoire est celle d'une vache, Lolle, qui, au hasard d'une rencontre, découvre que les humains les mangent. Elle est choquée et veut s'enfuir, ce qu'elle fait, en voulant sauver tout son troupeau, sauf que seules trois vaches la suive. Et voilà ce groupe partie, avec un chat comme guide et Lolle comme meneuse, pour l'Inde où les vaches sont sacrées.
Autant dire que je pense que l'auteur a une imagination débordante parce que pour trouver une idée pareille, il faut chercher loin. D'autant plus que l'auteur va même jusqu'à revisiter la Bible. Il réécrit la création du monde relatée dans la Bible, mais avec une vache comme Déesse, une vache donc un peu stupide qui préfère se jeter dans le vide au moment où elle rencontre une difficulté.

Il est absolument impossible pour moi de m'identifier au personnage principal, Lolle, parce que c'est un animal, déjà et aussi parce que Lolle est à la fois maligne et stupide. C'est un peu comme si l'auteur avait voulu lui prêter des caractéristiques propres aux humains, mais pas trop non plus. On arrive pas à savoir si elle peut être comme une humaine dans le corps d'une vache ou rester simplement une vache stupide. Partant de là, je n'ai pas pu me plonger dans le roman comme j'aime le faire, je suis restée à l'extérieur et cela m'a dérangé.
On voit les personnages passer d'une situation grotesque à une situation encore pire de ce point de vue. Quand je vois que ce roman est évoqué comme étant hilarant, je ne peux que le trouver navrant. D'autant qu'on a l'impression de tourner en rond. Comme si les mêmes problèmes survenaient à chaque étape de leur périple.

Malgré tout, quelques points positifs, qui ne sauveront pas le roman à mes yeux cependant. Le premier, c'est que l'écriture de l'auteur, à défaut d'être descriptive, est quand même rapide à lire et que les chapitres sont petits, on n'a donc pas l'impression de stagner dans le roman, on se rend compte qu'on avance dans la lecture. Un autre point positif : quelques phrases par-ci, par-là, sont amusantes et m'ont même faites rire un peu. Un dernier plus pour ce roman : les thèmes abordés comme la tolérance envers les autres, qui est, en général un thème que j'apprécie de retrouver dans certaines de mes lectures.

Mais l'irréalisme du roman, et l'intrigue en elle-même font que, si ce livre ne m'avait pas été offert, je ne l'aurais jamais acheté et encore moins lu. L'histoire était trop loufoque, trop décalée, pour me plaire.

par MelieGrey