Le nombre de BD en hausse en 2010 dans un marché qui toutefois se tasse

Le nombre de bandes dessinées a augmenté de près de 6% en 2010 dans un marché francophone européen qui stagne toutefois pour la première fois depuis 14 ans et voit le décollage de la BD numérique, selon le rapport annuel de l’Association des critiques et journalistes de BD.

Depuis 15 ans, les sorties de bandes dessinées connaissent une augmentation continue et 5.165 livres dont 3.811 strictes nouveautés ont été diffusés dans les librairies francophones ou via internet en 2010, contre 4.863 l’an passé, soit une hausse de 5,85%, souligne le rapport de l’ACBD.

On comptait seulement quelque 1.500 BD voici dix ans.

En revanche, « la bande dessinée n’a plus été en 2010 l’une des locomotives du marché du livre comme elle a pu l’être dans le passé », avec un net ralentissement au cours des trois premiers trimestres, relève le rapport.

Les ventes ont évolué globalement comme la moyenne des autres secteurs de l’édition et moins bien que celles du livre de poche et de jeunesse.

Cette année, 299 éditeurs ont publié des bandes dessinées et 1.446 auteurs tentent de vivre de leur art.

Mais ce sont toujours les mêmes 9 « majors », parmi lesquels Média Participations (Dargaud, Dupuis…), le groupe Glénat, Delcourt, Flammarion (dont le label Casterman), le groupe MC Productions ou encore Hachette qui dominent le secteur, en assurant 60% de la production.

Parmi les best-sellers de 2010, on retrouve « Joe Bar Team » de Pat Perna et Henri Jenfèvre (500.000 exemplaires), « Largo Winch » de Jean Van Hamme et Philippe Francq (470.000), « Lucky Luke » de Daniel Pennac, Tonino Benacquista et Achdé (470.000), « Blake et Mortimer » de Jean Van Hamme et Antoine Aubin (450.000) ou encore « Le Chat » de Philippe Geluck (300.000).

Cette année, beaucoup de BD étrangères ont été publiées (+ 203 titres), Asie en tête, avec 1.477 albums traduits du japonais, coréen ou chinois, soit 38,76% des nouveautés.

Autre phénomène, la BD est de plus en plus présente dans la presse où 396 albums ont été proposés en avant-première.

S’y ajoutent 68 revues spécialisées. Mais les fans s’informent surtout sur Internet où 32 sites se consacrent au 9e art.

Et la création fleurit sur le web. Aucune statistique officielle n’est disponible mais il existerait 15.000 blogs ou « webcomics » de bande dessinée ! Les plus fréquentés : « L’Actu en patate » de Martin Vidberg, « Ma vie est tout à fait fascinante » de Pénélope Bagieu et « BouletCorp » de Boulet.

Le lectorat potentiel de la BD numérique ne cesse d’augmenter avec l’apparition des tablettes, « readers », « smartphones »… et de l’iPad.

Difficile de chiffrer l’impact de son arrivée mais Ave! Comics Production, à la tête du plus grand catalogue de BD numériques accessibles en ligne et sur mobile, a vendu entre 150 et 200 bandes dessinées numériques par jour en six mois, après la sortie de l’iPad, selon le rapport.

Glénat s’est d’ailleurs associé en 2010 à Ave! Comics et douze éditeurs ont par exemple lancé Iznéo, plate-forme de téléchargement de BD à louer ou à acheter.

Les éditeurs proposent aussi toujours des « média-mix » (livres accompagnés de DVD, jeux vidéo, figurines ou CD). Les adaptations de BD au cinéma se multiplient et leurs créateurs passent derrière la caméra.

Tendances de l’année encore, l’arrivée de la bande dessinée au rayon roman, notamment sous l’impulsion des éditeurs japonais de mangas, et la mise en cases de classiques de la littérature.

AFP

Partagez cet article !